Navigation – Plan du site
2014

L’exposition universelle Milan 2015

L’événement culturel au service de nouvelles pratiques de l’espace ?
Alix Afferni
p. 85-103

Résumés

Nombreuses sont les recherches effectuées en géographie qui abordent le concept de culture et de créativité. Il est ici abordé à travers un événement culturel et créatif, porteur d’innovation territoriale : l’Exposition Universelle Milan 2015. À la faveur d’un nouveau contexte politique, la victoire de la Gauche à la mairie de Milan en juin 2011, cette Exposition semble être passée du statut d’instrument aux mains des pouvoirs politiques milanais, à celui d’un outil de promotion de la culture et de l’économie locale. Nous proposons ici une approche ciblée de la ville organisatrice, des logiques de ses acteurs territoriaux qui entravent encore les mécanismes de son développement. Nous proposons ici une approche ciblée de la ville organisatrice, des logiques de ses acteurs territoriaux qui entravent encore les mécanismes de son développement dans un contexte urbain et social en crise.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le 31 mars 2008, les États membres du Bureau International des Expositions (BIE) se réunissaient à Paris, pour choisir la ville d’accueil de l’Exposition Universelle 2015. Tout laisse à penser que la ville de Milan sut, à cette occasion, se montrer convaincante, puisque sa proposition d’organiser cette exposition fut retenue. Les thèmes de l’utilisation du territoire agricole et de la lutte contre la faim dans le monde, issus des logiques du développement durable, deviendront les maîtres mots d’une Exposition intitulée “Nourrir la planète, Énergie pour la vie”. Ce projet, qui s’enracine dans la tradition agricole et culturelle de la région lombarde, effectue un retour aux sources et dévoile au monde une autre facette de la ville de Milan, plus particulièrement reconnue à l’étranger, pour sa spécialisation d’avant-garde dans les domaines de la mode et du design.

2Parmi les traits distinctifs de Milan, le caractère pragmatique et innovant, ouvert à la modernité, a toujours été l’une des prédispositions innées de la ville. C’est une culture qui privilégie la valeur intrinsèque des choses, ce qui lui a valu de devenir le centre mondial du design. La mode, autre aire d’excellence, a permis à Milan de développer de nouveaux langages créatifs et innovants. C’est dans ce contexte que les architectes et les personnalités de la culture milanais se demandent, encore aujourd’hui, pourquoi la capitale du design et de la mode, accueille un événement en lien avec l’alimentation et l’agriculture. Pour eux, Milan aurait été plus à l’aise dans une manifestation qui sublime la création et la créativité sous toutes ses formes.

3L’Exposition, « Nourrir la planète, Énergie pour la vie », implique une réflexion sur la question universelle de la sécurité alimentaire durable et entend valoriser les systèmes ruraux et agricoles à l’échelle de la planète. Ce signal fort, démontre combien l’agriculture et ses filières demeurent plus que jamais indispensables et stratégiques, dans l’économie actuelle, en ce qui concerne la production de qualité, l’amélioration du cadre de vie, le rétablissement d’un équilibre entre espace, environnement et société. Promouvoir le développement, sur de grandes aires diversifiées, d’une nouvelle ruralité qui repose sur des formes d’économies durables innovantes, serait l’objectif à atteindre. Cette thématique devrait s’inscrire dans le périmètre de l’Exposition et se matérialiser avec la construction d’un jardin botanique et agricole planétaire et de serres. Tous les climats du globe et les types d’agriculture qui en découlent devraient y être représentés.

  • 1 Michele Brunello et Stefano Boeri, architectes à Boeri Studio, entretien du 7 avril 2011.
  • 2 Commune de Milan, Milan Expo 2015 - Master Plan, 2011.

4La préparation de l’Exposition, d’ici 2015, serait l’occasion pour Milan et la Lombardie de relancer une agriculture de qualité et de réenvisager le développement ultérieur du secteur agroalimentaire de la région, à travers des programmes de préservation du paysage historique agricole, en réaction aux fronts immobiliers. Au-delà du thème de l’agriculture, il serait aussi souhaitable que la question des espaces verts, à Milan, soit prise en considération. Sous forme de jardins potagers individuels ou collectifs, de jardins publics, de parcs, les espaces verts constitueraient un frein durable à l’expansion désorganisée de la trame urbaine. « L’Exposition Universelle, comme beaucoup de grands événements éphémères, doit donc être utilisée pour ce qu’elle peut produire de durable, en termes d’héritage pour la population et pour le territoire, au-delà des six mois que dure l’événement »1. C’est dans cette perspective, que cherchent à s’inscrire, le projet du jardin botanique et agricole planétaire et celui des serres. Ceux-ci devraient devenir un grand parc « ouvert aux citadins de Milan et du monde entier »2.

5Quadrillage de l’espace, ainsi est envisagé le jardin botanique avec ses allées rectilignes entourées de canaux et ponctuées de grands projets d’architectures paysagères, jusqu’à devenir un grand parc agroalimentaire. Les lots de jardins destinés aux pavillons étrangers accueilleraient les cultures nationales et les cultures exemplaires que chaque pays développe pour faire face aux problématiques de l’alimentation : champ agricole expérimental, jardins potagers, serres, pavillons de transformation des aliments, où les visiteurs pourront assister au cycle complet de transformation des produits. Ce jardin planétaire et les serres de l’Exposition entreraient en écho avec les projets de parcs urbains, de jardins individuels et collectifs du centre de la ville, créant un réseau interne du centre-ville à la ceinture périphérique. Ce réseau vert prendrait la forme de parcours piétonniers et cyclables à l’intérieur du tissu urbain milanais. L’agriculture offrirait encore une autre possibilité de structuration de l’espace, en agissant comme un filtre qui permet d’envisager l’évolution des territoires, partagés entre le centre et la périphérie. Les nouveaux réseaux d’espaces verts, en s’infiltrant dans les interstices de la ville, pourraient ainsi construire un nouveau paysage urbain.

6La succession de grandes manifestations culturelles depuis les années 1990 a participé à la consécration de l’événement et lui a permis de passer d’un statut de manifestation temporaire et ponctuel à celui d’un outil durable et indispensable à l’aménagement du territoire.

7Il est même pressenti comme l’outil déterminant, nécessaire à l’établissement de la trame urbaine, à l’échelle de la ville et de la métropole. L’organisation d’un événement s’envisage comme une possible réponse aux exigences de modernisation des infrastructures de communication et de services ; il participe à l’amélioration du cadre de vie et à la relance d’une économie atone.

  • 3 Florence Pinot de Villechenon, Les Expositions universelles, Paris, Presses Universitaires de Franc (...)
  • 4 Florence Pinot de Villechenon, op. cit.

8" Manifestations aussi envahissantes qu’éphémères, les Expositions Universelles entraînent d’importants bouleversements dans la ville et la région d’accueil "3. Le caractère à la fois provisoire et transitoire des Expositions en fait « un champ d’expérimentation idéal » 4 pour des constructions architecturales utopiques. Des constructions plus ou moins adaptées, qui, hier comme aujourd’hui, n’entrent pas toujours en résonance avec des projets de pérennisation des structures construites. Si, au début des Expositions, la durabilité des constructions n’était pas prise en compte, on observe depuis le début des années 2000, une préoccupation croissante pour leur reconversion. Leur utilité et leur cohérence urbaine sont préalablement envisagées, et un glissement de la localisation intra-urbaine vers la périphérie s’opère. Cette délocalisation peut s’avérer risquée, si le site ne s’inscrit pas dans un projet de développement et de maintien de ce nouveau territoire. Plus le site s’agrandit et s’éloigne, plus il nécessite des aménagements. Il ne faut donc pas sous-estimer le choix de l’implantation de ce type d’événement. Des relations particulières se tissent alors, entre la ville-centre et la cité culturelle nouvelle, qui bousculent les pratiques urbaines habituelles.

  • 5 Le nouveau Parc des expositions Rho-Pero de la métropole milanaise a été dessiné et réalisé par Mas (...)

9La métropole milanaise n’est pas épargnée par l’engouement pour l’événement culturel : Milan foisonne de manifestations, de foires, d’expositions, de festivals internationaux, de projets urbains et culturels en tout genre. Ces derniers s’accompagnent de chantiers de constructions et de transformations de l’espace public et du paysage urbain. Or, ces projets tiennent souvent de logiques difficiles à saisir et restent éloignés des vrais besoins de la ville. En 2006, la délocalisation d’une partie du pôle du Parc des expositions5, dans la zone de Rho-Pero n’a pas permis la naissance et la création d’un tissu urbain, autour des activités à la fois commerciales et culturelles de ce nouveau Parc. De la multiplication de ces projets, découle la question de l’utilisation et de l’évolution du territoire, de la forma urbana milanaise vers son étalement inconsidéré. Alors qu’hier, les acteurs de la ville privilégiaient la qualité paysagère des constructions par des interventions mesurées, aujourd’hui, ils se lancent au contraire dans une rénovation au « bulldozer » pour satisfaire les appétits des constructeurs immobiliers. Il s’ensuit un remodelage du territoire, qui se fait avec plus ou moins de succès et de respect pour les formes historiques. Les espaces se tertiarisent avec la multiplication de pôles culturels séduits par l’attractivité touristique. Le territoire se trouve pris dans les dynamiques de l’économie de la culture, qui marchandise, tout autant qu’elle met l’art, le design et le patrimoine urbain à l’honneur.

10Dans ce contexte d’effervescence intellectuelle et artistique, quelle cohérence l’Exposition Universelle, vécue comme projet culturel et innovant, apportera-t-elle à Milan et à son projet de gouvernance territoriale ? S’intéresser à la ville de Milan, avec l’œil du géographe urbaniste ou de l’architecte, revient à s’interroger sur les dynamiques de sa transformation et sur l’utilisation de son territoire par différentes typologies d’acteurs, à travers le prisme d’un événement culturel de grande envergure.

le site de l'exposition : un air de déjà vu...

  • 6 Gregorio Carboni Maestri, architecte de l'agence GCM Architettura, entretien du 1er mai 2011.
  • 7 Celle-ci se définit par un mode de fonctionnement spécifique, contrôlée par le biais de dispositifs (...)
  • 8 Thomas Sieverts, Entreville. Une lecture de la Zwischenstadt, Marseille, Parenthèses, 2004, 188 p. (...)
  • 9 Alain Bourdin, Du bon usage de la ville, Les Urbanités, Paris, Descartes & Cie, 2009, 174 p.
  • 10 Alain Bourdin, op. cit.

11Le site retenu pour accueillir la future Exposition, une zone agricole et industrielle sinistrée, au carrefour de grands axes de communication, se situe à la périphérie nord-ouest de Milan dans le prolongement de l’axe historique du Sempione (Corso Sempione). Les pavillons de l’Exposition Universelle s’adosseront au nouveau Parc des expositions de Rho-Pero. Le site d’implantation de la future Exposition, marqué par une profonde rupture architecturale et paysagère avec le reste de la trame milanaise, se caractérise par la superposition voire la confrontation d’échelles contradictoires : l’une, locale, propre à la banlieue milanaise, et l’autre, globale, synonyme des phénomènes de métropolisation et de globalisation. À l’échelle locale, cohabitent des fragments d’espaces dévalorisés caractéristiques d’une périphérie : un cimetière-monument, qui marquait autrefois la limite communale (Cimitero Monumentale), un centre pénitencier, des activités industrielles et agricoles en crise ou à l’abandon. Cette« misère géographique »6 se confronte à une géographie globale, mondialisée et stéréotypée. En effet, cet espace marginal et marginalisé, n’a accueilli jusqu’à présent que des activités et des fonctions périphériques, ou du moins, reléguées en périphérie : un ensemble de grandes infrastructures nationales et internationales de services (plates-formes multimodales, grands entrepôts, bureaux, Postes Italiennes) et de transports (axes routiers, autoroutiers, voies ferrées, aéroports). Bien loin du site idéal, cet espace concentre donc un certain nombre de problématiques à la fois structurelles, fonctionnelles et paysagères. Le site, tel qu’il se présente aujourd’hui, avec le Parc des expositions en arrière-plan — première tentative de rééquilibrage qui a marqué ce territoire périphérique — apparaît peu cohérent. C’est un morceau de territoire, une enclave7. Le site d’accueil de l’événement de 2015 rassemble ainsi les caractéristiques de l’espace flou8 et ne peut être envisagé comme un territoire. Constitué un peu par hasard ou « sous l’effet de réseaux »9, il n’est pas clairement délimité. Il s’apparente à une superposition de périmètres, aux compétences variées qui ne permettent pas une éventuelle prise de responsabilité territoriale. C’est un espace « sans consistance » qui « ne s’organise [pas] selon des échelles ou des métriques précises, il les utilise toutes, sans cohérence apparente »10. Tandis que la continuité des réseaux de communications (routiers, autoroutiers et ferrés) entre la ville-centre et cet espace, caractérise une situation à l’opposé de la fragmentation urbaine contemporaine, cette zone représente pourtant un isolement spatial. En effet, même si cet espace est proche de grands axes, il est difficile d’y accéder. Et malgré de fortes relations établies entre le tracé historique de l’axe du Sempione et celui du futur site de l’Exposition — dans le prolongement du premier — il faudra attendre longtemps avant que cette zone n’acquière une existence autonome. Loin d’être seulement un fragment géographique, c’est aussi un fragment fonctionnel, dépendant du centre de la ville. On peut y voir un paysage caractéristique de banlieue en marge des grandes métropoles : un fragment de paysage qui ne dispose d’aucune qualité environnementale, urbaine ou résidentielle particulière. Les infrastructures fragmentent le territoire plus qu’elles ne l’organisent. La zone apparaît désordonnée : un paysage palimpseste où l’on voit se superposer des échelles géographiques et des temps différents.

12Cette localisation inattendue et a priori défavorable ne laissait pas présager que la métropole milanaise accueillerait, en 2015, la prochaine Exposition Universelle. Mais, contre toute attente, les travaux de délimitations des zones de stationnement, d’implantation des stations d’eau potable et d’ouvrages paysagers ont débuté le 28 octobre 2011. À moins de deux ans de la mise en chantier du site, les travaux semblent se poursuivre sans contretemps.

13La complexité actuelle du site d’accueil de la future Exposition réunit les enjeux en œuvre dans le paysage urbain milanais : une superposition et une confrontation de logiques contraires, que l’événement 2015 pourrait faire interagir pour donner naissance à un nouveau territoire. Mais l’arrivée de l’Exposition Universelle s’inscrit dans un contexte de projets urbains en crise, et risque de conduire à une révision des échelles caractéristiques de l’espace du site. La dimension même de ce dernier (110 ha), les changements en termes d’organisation de l’espace, amenés à être réalisés, la mise en place de nouvelles structures prévues, tendront, c’est à craindre, vers une échelle globalisante, au détriment des besoins locaux.

14Malgré tous les risques de dérapage possibles, l’Exposition 2015 s’annonce, dans ce contexte, comme une opportunité pour restaurer et réintégrer durablement une périphérie délaissée au système métropolitain. Ce choix de localisation du site, en reliant le complexe du parc des Expositions de Rho-Pero à Milan, apporterait un nouveau souffle à celui-ci, en difficulté depuis son ouverture, de par son isolement.

vers une nouvelle centralité culturelle

15Comme nous l’avons déjà précisé auparavant, l’aire d’accueil de la future Exposition Universelle, rassemble un certain nombre de handicaps, à la fois identitaires, fonctionnels et structurels. Une accumulation de problèmes, auxquels l’arrivée de l’Exposition pourrait apporter des solutions, ou du moins, des améliorations. L’enjeu majeur de cet espace, serait de se constituer comme un territoire complémentaire et non comme un territoire concurrent du centre existant.

  • 11 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, Analyse urbaine, Paris, Parenthèses (...)

16« Au centre constitué, où les diverses fonctions s’organisent sur un réseau d’espaces publics qui témoignent de la ville comme totalité, s’est ajoutée une somme de polarités mal raccordées qui révèlent les hiatus et les ruptures d’échelle de l’agglomération »11. Le pôle du parc des expositions Rho-Pero, auquel va s’adosser la future Exposition Universelle, s’est construit comme un rejet de la ville-centre vers la périphérie.

  • 12 Alain Bourdin, op. cit.

17Ce pôle, territoire spécialisé, dédié à une fonction principale, voire unique, se détache de la ville et s’en éloigne. Contrairement au centre, le pôle ne recherche pas la multiplicité des fonctions, ni la domination, mais l’excellence dans un domaine ou « une gamme très limitée de domaines complémentaires »12. Le pôle est issu d’une mise en site, sa constitution entraîne la transformation de l’espace urbain. En effet, on choisit une portion d’espace vierge, sur laquelle on va implanter une nouvelle fonction. Celle-ci peut n’avoir aucun rapport, identitaire, historique ou culturel, avec sa zone d’accueil. Il faut créer de toutes pièces une forme urbaine capable de soutenir cette nouvelle fonction et d’en développer le potentiel territorial, à la fois à l’échelle locale et à l’échelle globale. En raison de la nouvelle fonction qui lui est attribuée, le pôle devient un point de rencontre d’un réseau de pôles aux fonctions complémentaires.

18Doter une périphérie de nouvelles infrastructures, intégrées au système urbain existant, de nouvelles fonctions, habituellement présentes dans le centre, participe à l’émergence d’une nouvelle centralité, qui n’est pas géo-centrée. Il s’agit alors d’une centralité fonctionnelle. L’établissement ou le rétablissement de relations dynamiques entre le centre et la périphérie constitue une étape dans la construction de nouveaux rapports, et la sortie d’une relation de dépendance-domination entre les territoires. Au-delà de la création d’un nouveau territoire, se pose la question de son inscription, dans un cycle de transformations et de développement territorial, encouragé et structuré. Ce développement périphérique ne doit pas s’opposer à un investissement ni à un regain d’intérêt pour le centre de la ville. Mais au contraire, des projets peuvent être menés, qui soutiennent la mise en place d’une nouvelle centralité : modernisation des infrastructures, relance d’activités primaires, tertiaires et industrielles. Dans le cas de l’Exposition Universelle, on peut penser à la constitution du couloir culturel, qui s’appuiera sur l’axe du Sempione et symbolisera la liaison entre le centre-ville et la périphérie.

  • 13 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, op. cit.
  • 14 Idem.

19Cependant, il faut souligner que l’extension de l’aire métropolitaine et le développement de nouveaux pôles « à l’extérieur du site initial [entendu ici comme la ville-centre] entraînent de nouveaux problèmes. Ceux-ci sont révélateurs d’une situation commune à toutes les grandes villes, et la dimension, exceptionnelle, du centre constitué ne les supprime pas »13. La reconnaissance de nouvelles potentialités territoriales constitue l’un des enjeux majeurs d’aujourd’hui. Cela suppose de changer d’angle de vue et donc « ne plus considérer l’agglomération à partir de son centre historique, [mais] d’accepter les visions fragmentaires et partielles, lire la ville en train de se faire »14.

20L’émergence d’une centralité culturelle se fait à travers un changement d’échelle progressif. À l’échelle locale, tout d’abord, on observe un changement de niveau avec un glissement de fonctions, du centre vers la périphérie. Ce premier glissement s’est matérialisé ici, notamment à travers l’implantation d’une partie du parc des expositions sur les communes de Rho-Pero, dans la périphérie de Milan. Pourtant, aujourd’hui, comme le soulignent les architectes Vittorio Gregotti et Emilio Battisti, ce nouveau parc des expositions peine à assurer sa nouvelle fonction de pôle économico-culturel : quand ils n’accueillent pas de manifestations, les bâtiments restent fermés au public. Ce n’est que par intermittence et sur de courtes durées que les structures fonctionnent. Le site n’a pas encore réussi à s’intégrer au territoire qui l’a accueilli : il reste un îlot culturel isolé du reste de l’agglomération.

21Le potentiel de centralité se caractérise par la capacité de changement, dans le temps et dans l’espace, du nouveau pôle urbain. Il faudra donc attendre l’après 2015, pour observer si ce territoire est en mesure de renforcer cette passation de fonctions, et donc permettre la création d’un nouveau centre urbain. Cela permettrait de donner une valeur ajoutée à une zone, qui de par ses fonctions actuelles, ne dispose d’aucune des qualités nécessaires pour devenir une nouvelle centralité.

22À travers l’événement culturel, la périphérie jusque-là délaissée, peut se voir doter d’une valeur et d’une identité nouvelle. Elle devient le support, le vecteur d’un rayonnement culturel de sa ville. Elle participe à l’élaboration de la nouvelle armature urbaine et fait partie intégrante de l’architecture du paysage, qui se dessine petit à petit. On passe alors d’une échelle locale à une échelle plus ample, qui cherche à tisser une trame urbaine au-delà du territoire de la métropole.

23L’événement culturel et à travers lui, le secteur culturel, génère de nouvelles formes de développement urbain. Il participe ainsi à une remise en question du modèle existant. Il encourage la ville à se penser et à se projeter dans de nouveaux espaces. Il accompagne et soutient l’émergence de nouveaux pôles urbains et culturels, et parfois même, la création de centralités, qui soulagent le centre-ville et relancent des fonctions qui n’étaient pas ou plus exploitées, dans toutes leurs potentialités. L’événement culturel constitue donc un outil de transformation, ou de construction du paysage urbain. Bien sûr, l’émergence d’une nouvelle centralité doit être intégrée à un programme plus vaste d’aménagement du territoire.

24Si nous considérons la zone et le paysage d’accueil de la future Exposition, il nous est difficile d’y envisager la possible construction d’un pôle urbain, dédié à la thématique de l’Exposition : un grand centre de recherche sur l’agriculture et l’agroalimentaire, les énergies renouvelables et les nouvelles techniques soutenables d’utilisation des sols, doté d’un jardin botanique et agricole planétaire. Pourtant, les faits pourraient nous donner tort. Ce site, s’il devient l’un des pôles les plus importants de recherche sur la thématique de l’Exposition, s’il réussit à s’inscrire dans le territoire et à construire un paysage exemplaire, pourra alors prétendre à devenir une nouvelle centralité, issue de l’organisation d’un événement culturel. L’enjeu serait que le paysage projeté par le Masterplan, à la fois idéal et réalisable, trouve un soutien dans le paysage existant. Il faudrait qu’il soit en mesure de favoriser l’émergence d’un nouveau modèle de territoire exemplaire, qui valorise l’arrière-plan historique, culturel et social et qui réponde aux nouvelles exigences des métropoles et du développement durable. Cependant, nous ne pouvons exclure la possible reproduction du schéma classique milanais : la transformation de cette zone en une nouvelle enclave résidentielle, dotée par l’organisation de l’Exposition, qui n’aura pas su tirer parti de l’événement qu’elle a accueilli.

  • 15 Idem.

25L’événement culturel peut, dans l’idéal, participer à « la capacité de la ville à apporter les caractères de la centralité dans les périphéries jusque-là délaissées »15. Encore faut-il que cela soit suivi par un plan d’aménagement du territoire, dédié aux intérêts publics de la ville et de ceux qui la pratiquent.

Des territoires et des acteurs : une typologie milanaise

  • 16 Thierry Paquot, « L’architecte, l’urbaniste et le citoyen », Manière de voir – Le Monde Diplomatiqu (...)

26La ville, pour se construire et se développer, requiert beaucoup de temps : des phases de gestation, des phases d’accélération, etc., qui se succèdent et qu’il faut accompagner avec attention. Malgré tout, aujourd’hui, c’est« l’urgent » qui guide sa transformation et les décisions des pouvoirs publics. Comme le souligne Thierry Paquot, « l’urgence, là comme ailleurs, est une commode invention des décideurs pour légitimer l’à-peu-près, le vite-fait, le « on verra plus tard », la non-concertation (« on » n’a pas le temps !), et finalement, l’arbitraire »16. À moins de trois ans de l’inauguration de l’Exposition Universelle, Milan est sur des charbons ardents.

27L'ancienne administration et la nouvelle administration sont les deux faces d’une même ville, caractérisée par des logiques et des intérêts contradictoires. Le nouveau maire de Milan est un avocat issu de l’extrême gauche qui porte les couleurs du Parti Communiste, une provocation pour Milan, après trente ans passés à droite. Giuliano Pisapia a pris ses fonctions de Commissaire Extraordinaire du gouvernement italien pour Expo Milan 2015, en mai 2011, lors de sa victoire à la mairie de Milan. L’autre figure milanaise, qui anime les débats autour de l’événement de 2015 est Roberto Maroni. Le président de la région Lombardie (élu en février 2013), est aussi le Commissaire Général pour Expo Milano 2015. Tous deux représentent l’Exposition Universelle en Italie et à l’étranger, et sont notamment soutenus par la société EXPO 2015 S.p.A.

28Au mois de décembre 2008, l’année où Milan remporte la candidature de 2015, la Société EXPO 2015 S.p.A., voit le jour. Le gouvernement italien, la région lombarde, la ville de Milan, la province et la Chambre de Commerce Industrie Agriculture et Artisanale, en sont les partenaires privilégiés. Cette société, selon les engagements pris par la République Italienne envers le BIE, aura plusieurs missions tout au long du parcours de préparation de l’Exposition. La société est chargée de l’organisation et de la gestion de l’événement : cela comprend, notamment, tous les travaux du site, de mise en place des infrastructures d’accès au site, ainsi que d’autres travaux connexes, utiles au bon déroulement de l’événement. Pendant l’événement, la société EXPO S.p.A. se chargera également de la gestion des programmes d'animation et de leur réussite. EXPO 2015 S.p.A. endosse la lourde responsabilité de présenter, d’ici mai 2015, un site en mesure d’accueillir les participants et les visiteurs de ce grand événement.

29Cette société, outre ses nombreuses responsabilités, s'est donnée pour mission de promouvoir le développement et la diffusion de réponses concrètes et efficaces à toutes les problématiques actuelles et complexes soulevées par l’Exposition : la sécurité sanitaire et alimentaire, les logiques de la durabilité appliquées à l’agriculture.

30Trois ans après la victoire de la gauche à Milan, la disponibilité des terrains, qui devaient accueillir l’Exposition, restait en suspens. Le BIE, qui attendait une preuve de bonne volonté de la part de Milan, lui a consenti la création d’une société d’acquisition des terrains. Créée par la région lombarde et son ex-président Roberto Formigoni, la société Arexpo obtint finalement le feu vert des propriétaires du site en juin 2011. L’ex-assesseur à la culture, l’architecte Stefano Boeri, annonçait, quant à lui, la mise en place d’une feuille de route imposant à la société Arexpo de garantir la mise à disposition des citadins ces nouvelles zones d’intérêt public. Une étape décisive avait alors été franchie par la Commune de Milan, qui pouvait enfin s’atteler à l’organisation de l’événement. La proposition de réutiliser le site, faite par les conseils communaux de Milan et de Rho, a été validée par un referendum auprès des citadins : cette proposition prévoit de dédier ces espaces à des fonctions publiques, et notamment des espaces verts, dont Milan manque cruellement.

31La gestion de la ville et de ses transformations constitue un problème épineux pour Milan, mais également à l'échelle de l'Italie. Les acteurs publics, contraints par un cadre juridique strict, se sont vus obligés de trouver des solutions de substitution. La création des sociétés d’économie mixte représente la solution la plus efficace et la plus avantageuse pour tous les acteurs du territoire.

  • 17 Ezio Micelli,« Nouveaux acteurs dans l’aménagement des villes italiennes : le cas de l’agence pour (...)

32Un intérêt particulier s’est fait sentir, depuis quelques années, pour des sociétés de transformation urbaine à capital mixte. Tandis que Milan se distingue par une administration complexe et fragmentée, où toute demande est perçue de façon hostile, les collectivités locales, impuissantes, se sont vues obligées de créer de nouvelles structures publiques chargées des transformations de la ville. « L’intérêt des administrations locales pour les sociétés de transformation urbaine à capital public/privé s’explique donc par la volonté de trouver des formules plus efficaces pour la mise en place de programmes et de projets sans pour autant recourir à des formes plus radicales d’externalisation des fonctions publiques »17. En 1990, la loi 142 assouplit le cadre juridique et permet la création de sociétés dont le capital peut être détenu par des administrations publiques et des acteurs privés. Cependant, cette mesure obligeait les administrations à rester majoritaire. Une seconde loi sera votée, la loi 127, en 1997. Elle permet aux acteurs privés de détenir des parts plus importantes, ou bien de se désengager. Le cadre législatif reste, malgré tout, confus et ambigu : la mise en concurrence des acteurs-partenaires privés demeurait une nécessité pour le Conseil d’État, alors même que les petites collectivités locales, en difficultés financières, n’étaient pas en mesure d’assurer leur participation au moment des négociations. Une autre incohérence notable empêchait les échanges : la loi de 1990 autorisait les propriétaires immobiliers et fonciers à devenir actionnaires de la société tandis que celle de 1997 le leur interdisait. D’un côté, les administrations cherchaient à maintenir un certain contrôle sur les transformations urbaines, et d’un autre côté, elles étaient tentées de recourir aux pratiques des acteurs privés quand des problèmes trop complexes ne pouvaient être résolus « par la voie légale ».

33Ce nouvel outil aura permis aux collectivités locales de mettre en réseau des acteurs de la transformation urbaine, jusque-là isolés, et donc de favoriser a priori une réponse unitaire et intégrée aux problèmes d’aménagement de la métropole lombarde. Le consensus social, politique et économique rendait possible la collaboration d’acteurs économiquement importants et déterminants dans les transformations urbaines. Mais il a fallu se rendre à l’évidence : la mise en réseau d’acteurs aux exigences et aux stratégies différentes constituait également une contrainte, et parfois même une source de conflits.

34C’est en 1992, avec la loi 142, que se met en place un véritable partenariat public/privé. En 1997, les communes de Milan et de Sesto San Giovanni créent l’Agence pour le Développement du Nord de Milan (ASNM), dont elles sont les principaux actionnaires. Son objectif est d’encourager le développement des activités économiques, et notamment les activités issues de l’innovation technologique. Les parts de la société seront divisées entre les communes (70 %), des acteurs privés (22 %), et des propriétaires de friches industrielles (8 %). Cette agence offre différents services :

  • la promotion et la coordination de politiques de développement local et des projets stratégiques,

  • la coordination des politiques qui visent la relance de la zone concernée,

  • la traduction des politiques de développement local en termes opérationnels,

  • la ré-industrialisation et l’aménagement des friches industrielles,

  • la réalisation des projets d’aménagement urbain et environnemental des

  • espaces verts, selon les logiques du développement durable en ville.

35L’ASNM se substitue aux pouvoirs publics, même si elle semble en représenter les intérêts : elle gère et coordonne le développement du territoire urbain, sans pour autant prendre en charge directement les travaux ou les investissements immobiliers que cela implique. Ce type de structure, bien que performante, démontre parfaitement l’incapacité des administrations, notamment milanaises et sestoises, à s’accorder sur les intérêts du territoire urbain.

36Les pouvoirs publics, de par leur vocation, cherchent à intervenir sur leur territoire selon une double logique : concevoir des stratégies capables d’orienter le développement urbain et le développement économique, concevoir des projets qui reposent sur une gestion efficiente et efficace. Lorsqu’ils ont tout tenté pour redresser la situation, mais qu’ils n’y sont pas parvenus, ils se rendent à l’évidence qu’un système d’acteurs fragmentés et d’attributions différentes tel que le système italien, et notamment milanais, demeure impuissant et inutile. La société d’économie mixte offre cette vision globale et cohérente que ne proposent pas ces différents acteurs en désaccord permanent. Cette situation, plus que d’actualité, a refait surface avec l’arrivée de l’Exposition Universelle.

  • 18 Maurice Blanc, « Métiers et professions de l’urbanisme : l’ingénieur, l’architecte et les autres », (...)
  • 19 David Mangin et Philippe Panerai, Projet urbain, Marseille, Parenthèses, 2009, 185 p.(Eupalinos).
  • 20 Idem.
  • 21 Idem.

37Un troisième acteur tend à s’imposer sur l’échiquier de l’Exposition Universelle : l’architecte. Longtemps considérés « comme des "artistes" indifférents aux préoccupations de la vie quotidienne »18 et « éloignés et ignorants des logiques commerciales, les architectes pèsent peu sur les logiques de produits. Dès lors, la mise en situation urbaine et la mise en forme architecturale s’en ressentent »19. Pourtant, les architectes et les urbanistes milanais, comme d’autres en Italie ou dans le monde, devenus des figures médiatiques et médiatisés ˗ on les surnomme les "Archistars" ou encore les "starchitectes"20 ˗ occupent aujourd’hui une place centrale dans la ville et ses transformations. « L’architecte, en caricaturant quelque peu, aspire à se faire reconnaître : le star-système, d’une manière ou d’une autre, est son horizon ». L’urbaniste, quant à lui, « se sent trop isolé pour [être] reconnu »21.

  • 22 Maurice Blanc, op. cit.
  • 23 Idem.
  • 24 Thierry Paquot, op. cit.

38Pour renforcer leur pouvoir d’influence et maîtriser leurs interventions, les architectes et urbanistes sont de plus en plus nombreux à opter pour la mise en place d’équipes de travail pluridisciplinaires. Cette pratique, courante à Milan, leur permet d’avoir un œil ˗ ou selon certains, d’avoir la mainmise ˗ sur l’ensemble du déroulement de leurs projets. Les architectes et les urbanistes apprennent petit à petit les nouvelles règles du jeu, et dialoguent avec de nouveaux intervenants : « les banques, les consultants juridiques et financiers, etc. [qui] restent difficiles à cerner »22. Ils s’initient également à la coopération avec des acteurs et des intérêts qui les dépassent : « dans certains contextes locaux, [ils] n’ont pas le dernier mot »23, en particulier lorsque les intervenants privés dictent indirectement les politiques des élus. L’architecte Stefano Boeri, à la fois (ex-)adjoint à la culture de Milan et architecte internationalement reconnu (c’est par exemple le concepteur de la Villa Méditerranée à Marseille) symbolise cette figure d’un architecte-urbaniste présent sur tous les fronts : ceux de l’architecture, de la culture, de l’esthétique et de la politique. Thierry Paquot souligne d’ailleurs que « l’architecture et l’urbanisme ne sont pas des activités économiques comme les autres, mais des pratiques éminemment politiques »24. S. Boeri avait ainsi, depuis la victoire de G. Pisapia, plus ou moins renoncé à exercer son métier d’architecte pour jouer son rôle sur la scène politique, en tant qu’assesseur à la culture.

  • 25 Idem.
  • 26 Maurice Blanc, op. cit.
  • 27 Thierry Paquot, op. cit.

39L’architecte participe à la fabrication de la ville et donc au cadre de vie de ses usagers. Pourtant, dans les grandes villes du monde, comme à Milan, ses « activités sont confisquées par une poignée de "décideurs" et de "professionnels" qui bénéficient d’une étrange et choquante impunité »25, au détriment des habitants de la ville. L’Exposition Universelle a participé à la remise en question de l’identité professionnelle et éthique de l’architecte. « Le milieu s’accorde à dire que la spécificité du métier d’architecte ne va plus de soi aujourd’hui, ce qui est peut-être une idéalisation du passé » mais qui correspond à l’idéologie milanaise26. Qu’il s’agisse des collectivités locales ou de l’administration milanaise, qui sans véritablement l’avouer, se savent incapables de faire face aux problèmes posés par les projets urbains ou tout autre forme de planification de la ville, ou des architectes, qui malgré leurs tentatives répétées de s’imposer dans la fabrique de la ville, font le jeu d’intérêts qui les dépassent, la question de départ reste celle de la gestion du territoire urbain et de sa mise à disposition pour les usagers. Rappelons que « l’architecture et l’urbanisme relèvent du "devoir social", d’une éthique du bien commun qu’il n’est pas facile de promouvoir dans un monde où le "n’importe quoi" est plébiscité sous le nom de "nouveaux outils" alors qu’il s’agit de modes ("ville émergente", "refaire la ville sur la ville", "mitage", etc.) relevant d’une capitulation face aux intérêts privés »27, particulièrement influents à Milan.

  • 28 Table ronde « Expo 2015 et grandes opérations, quels risques pour Milan ? », 4 mai 2012.

40Le territoire de la ville est devenu le terrain de jeu de « nouveaux acteurs » qui ont la mainmise sur les secteurs les plus importants de la ville. Jusqu’en avril 2011, les Milanais ne savaient rien, ou si peu de la plus grande affaire immobilière de ces dernières années : l’affaire des terrains de la future Exposition Universelle, au cœur de laquelle s’est retrouvé Guido Podestà, Président de la province de Milan et associé de la Famille Cabassi, propriétaire du site. La Famille Cabassi est connue, à Milan et en Italie, comme l’une des plus grandes sociétés immobilières qui détient notamment la majorité des terres où aura lieu l’événement de 2015. C’est d’ailleurs les Cabassi, qui, entourés de leurs architectes, de leurs urbanistes et de leurs ingénieurs, avaient fourni à l’ancien maire de Milan, un projet « clé-en-main » pour la candidature de Milan en 2008. Un premier projet, qui avait fait scandale et qui avait été vite oublié grâce à l’intervention — on pourrait même dire la convocation — de grands architectes mondialement connus : Stefano Boeri, Richard Burdett, Jacques Herzog, Joan Busquets et William Mc Donough qui ont conçu le dernier Masterplan de l’Exposition. Cette situation, pour l’architecte Emilio Battisti, ne s’était encore jamais vue : « le cas d’une Exposition sur des terrains privés, est le seul et unique cas de l’histoire des Expositions Universelles. Il n’y a jamais eu un autre cas de figure où ce genre d’événement ait été organisé sur des terrains privés »28. L’architecte milanais, et à sa suite de nombreux journalistes et d’autres personnalités milanaises rapprochent l’organisation de l’Exposition Universelle de la Ndrangheta, la mafia qui officie au Nord de l’Italie. Il pourrait paraître excessif de dire que la Ndrangheta se trouve derrière chaque projet de transformation de la ville, pourtant elle est aujourd’hui présente dans tous les secteurs qui permettent de faire fonctionner :

  • la récolte et le retraitement des déchets,

  • l’entretien des voies de circulation,

  • la sécurité des activités pour lesquelles sont nécessaires des autorisations administratives : des autorisations qui sont données, voire octroyées de manière illicite et qui rendent le mécanisme fragile.

  • 29 Luca Beltrami Gadola, table ronde « Expo 2015 et grandes opérations, quels risques pour Milan ? », (...)
  • 30 Marta Chiavari, table ronde, op. cit.
  • 31 Idem.
  • 32 Idem.

41Luca Beltrami Gadola, avocat et expert à la Commission Anti-Mafia, inscrit la montée en puissance de la Ndrangheta à Milan dans le contexte de crise économique qui touche la ville depuis plusieurs années. « Les seuls qui ont des liquidités disponibles et donc une force économique terrible, ce sont eux. Il ne s’agit pas seulement pour eux de blanchir de l’argent de la drogue, du trafic d’organes, etc., il s’agit de s’infiltrer dans la structure productive d’un pays et de l’occuper »29. Une situation qui n’est pas nouvelle, mais qui, aujourd’hui, revêt de nouveaux aspects inquiétants. Pour Marta Chiavari, deux types de mafia coexistent. Une version classique et presque caricaturale comme on en trouve encore dans les romans et les films : « celle de la Ndrangheta qui se réunit dans un camp au milieu d’un champ, dans une arrière-boutique, et qui pratique encore le rituel de la filiation »30. Ce type de mafia officie dans l’arrière-pays du Nord de l’Italie. Et une version plus moderne que l’on qualifie d’entrepreneuriale. Selon M. Chiavari, « la Mafia entrepreneuriale a deux visages. Il y a celle dont font partie les soldats de la Ndrangheta, qui sont envoyés au Nord et qui ont pour mission d’infiltrer certains territoires »31. Mais cette manière de procéder a évolué : si hier, la Ndrangheta infiltrait par la petite porte en envoyant des ouvriers sur les chantiers, aujourd’hui, elle délègue une équipe de deux hommes pour faire du consulting auprès d’entreprises ciblées. Selon la journaliste, « la seconde phase, est la plus rentable »32.

  • 33 Emilio Battisti ,table ronde, op. cit.

42Plus préoccupante encore est l’impuissance de l’administration milanaise à faire obstacle à la progression de la Ndrangheta. Emilio Battisti soulignait à ce propos : « quand j’ai publié cet article, d’autres sont parus au même moment, eux aussi faisaient référence à la Ndrangheta et à son infiltration dans le système milanais, et notamment en politique, avec l’ancien maire de Milan, Letizia Moratti. Cette dernière disait qu’il n’y avait pas trace de la mafia à Milan... »33.

  • 34 Luca Beltrami Gadola, table ronde, op. cit.
  • 35 Idem.
  • 36 Emilio Battisti ,table ronde, op. cit

43« Comment contrer ce phénomène ? » se demande Luca Beltrami Gadola. Les initiatives qui permettent d’obtenir quelques résultats sont peu nombreuses. Une solution a retenu l’attention de la Commission Anti-Mafia : « il s’agit de suivre, d’examiner toute la filière de toutes les activités : manufacturières, commerciales, économiques, etc. pour déterminer des profils standards d’activités et pour observer, par rapport à ces profils standards, s’il y a des détournements. Je m’explique. Si une entreprise de construction a des passifs dans son bilan, des dépenses vers des sociétés financières dont on ne comprend pas la nature, et si ces dépenses, ces dettes sont disproportionnées, augmentent, et ne sont pas justifiées, alors on peut se douter qu’il y a quelque chose qui ne va pas »34. Mais toute initiative se heurte à la loi sur la vie privée, qui empêche les autorités d’enquêter et de démasquer des filières mafieuses, et qui permet à celles-ci d’investir, sans justifier de la provenance des capitaux ». L. Beltrami Gadola ajoute : « lorsqu’il y a une infraction, on peut enquêter jusqu’où l’on veut, mais s’il n’est pas fait la preuve d’une infraction, alors on ne peut rien faire. C’est une contradiction terrible. Et on se demande s’il ne faudrait pas revoir l’ensemble du mécanisme de lutte contre les infractions »35. Emilio Battisti conclura cette table ronde par ces propos : « je pense tout de même qu’une Expo diffuse et soutenable aurait pu permettre de contrer l’infiltration mafieuse. L’infiltration mafieuse se situe au niveau des grandes interventions, des grands travaux. Le problème est que le Commissaire extraordinaire de l’Exposition, G. Pisapia, a signé deux contrats : un de 90 millions d’euros pour la dépollution de l’aire, et un second de 270 millions d’euros pour la construction de la fameuse Place centrale. Et nous nous doutons bien de qui a signé ces coûteux chantiers... »36.

  • 37 Gregorio Carboni Maestri, entretien mai 2011.
  • 38 Idem.

44Il faut cependant dépasser le mythe d’une ville bâtie sur les intérêts privés. Milan reste, avant tout, une ville ouvrière et industrielle, dont le symbole demeure le Quartier Triennal 8 : « Milan a été structurée par le monde du travail et de la production : dans ses caractères et sa stratification urbaine, dans les "choix-et-non-choix" de sa classe dominante quant aux grands défis urbains. Ce monde du travail, qu’on pourrait aussi lier au commerce, au capitalisme, à l’industrie, au monde ouvrier, a laissé de nombreuses "traces" dans la géographie urbaine : des tensions culturelles, sociales, matérialisées, inscrites dans l’architecture de cette ville »37. Tel est le portrait de Milan que dresse l’architecte G. Carboni Maestri, tout à fait conscient des logiques souterraines qui aujourd’hui entachent le passé de Milan. Il reconnaît également que « Milan connaît, actuellement, un début de crise profonde. Il s’agit d’une crise d’identité collective »38. Nous conclurons donc sur le fait que les acteurs publics, privés, qu’ils soient légaux ou illégaux, s’imbriquent étroitement et ont tous un rôle dans la fabrique de la ville.

CONCLUSION

45D’une manière générale, lorsqu’on traite de l’événement culturel, on l’assimile souvent à une manifestation éphémère. Pourtant, certaines Expositions Universelles (à commencer par la dernière en date, celle de Shanghaï en 2010) ont connu un véritable succès, qui leur a permis de passer d’un statut d’événement temporaire et ponctuel, à celui d’un outil durable et indispensable à l’aménagement du territoire. Ces événements exceptionnels assurent une continuité entre la ville d’accueil et la ville nouvelle qui en résulte. Ils permettent à cette dernière de poursuivre son évolution, en tenant compte de son histoire urbaine, patrimoniale, sociale et culturelle, et des exigences de modernisation de ses infrastructures de communication et de services.

46Derrière l’image dynamique, attractive et policée — des défilés de mode et des grandes messes du design —, que nous donne à voir Milan, se cache une ville bâtie sur des contradictions, qui aspire encore à devenir une métropole européenne voire mondiale. Au lieu de cela, Milan crée les conditions de ses échecs et reste une ville " provinciale", sans grande envergure.

  • 39 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, op. cit.

47À la faveur de l’arrivée de la nouvelle administration qui a soutenu la campagne électorale de Giuliano Pisapia en 2011, les politiques urbaines et culturelles devraient être revues de fond en comble. La vision plus moderne et ouverte sur les enjeux internationaux du Parti Démocratique (PD), contraste fortement avec le parti du Peuple de la Liberté (PdL) souvent qualifié de rétrograde, lié aux logiques d’entreprises et d’intérêts privés. Ce grand événement culturel et urbain que constitue l’Exposition universelle de 2015 pourrait être l’occasion inespérée, pour Milan, de repenser son système territorial et se doter d’aménités géographiques, fonctionnelles et culturelles nouvelles, qui lui permettent une réhabilitation et une intégration stratégique de son territoire urbain, aujourd’hui, éclaté. Un éclatement qui est d’ordinaire, à Milan, « dicté par les opportunités foncières »39 et les intérêts privés des grands groupes immobiliers.

48Ainsi, l’enjeu de l’Exposition sera de faire en sorte que les contenus et les objectifs de départ ne soient pas trahis par des choix irresponsables, qui endommageraient ultérieurement un territoire et un paysage déjà fortement dégradés. Le projet de l’Exposition réclame une convergence des intérêts publics et privés pour faire de cet événement un projet qui prenne en compte les dynamiques sociales à l’œuvre. Une occasion se présente pour la ville de valoriser ses qualités et de lancer un projet vertueux et cohérent avec les thématiques de l’événement. Mais, déjà, l’accueil de l’Exposition en périphérie reproduit un processus urbain typiquement milanais : celui d’expulser en marge du centre-ville des fonctions perçues dans un premier temps comme dégradantes, avec l’occupation de sols agricoles. Le modèle de développement urbain milanais exige d’être repensé.

  • 40 David Mangin et Philippe Panerai, op. cit. note 19.

49Milan saura-t-elle relever le défi de l’Exposition Universelle de 2015 ? Un défi culturel, urbain, social et économique, qui dépasse les échéances financières et électorales, et la conduira à faire des choix de terrains et de programmes adaptés et ajustés à ses besoins et à ceux des citadins. « L’idée d’échéances butoirs, motivées par tel ou tel événement (Exposition universelles, Jeux olympiques, célébrations d’anniversaires....), est [...] parfois utile pour mobiliser énergies et crédits ; il est toutefois dangereux de soumettre la gestion quotidienne des espaces publics ou la réalisation de grandes infrastructures à la seule échéance d’un événement qui ne dure que quelques [mois] : cette évidence mérite d’être rappelée si l’on compte le nombre de cimetières d’éléphants que comptent les villes qui ont accueilli ce genre de manifestations : salles, stades ou parcs d’expositions devenus ingérables, villages olympiques difficilement reconvertis, villes endettées... »40.

50Quelle idée de ville veut-on donner de Milan ? Quel projet de ville faut-il mettre en place ? Caractérisée par une incapacité et une impossibilité à gérer le changement urbain par les schémas hiérarchiques classiques de la planification, Milan a essayé de réduire la complexité de ses transformations urbaines par des actions sélectives, qui n’ont offert que des solutions partielles aux problèmes de la ville. Les résultats ont été décevants. Mais Milan, décrite en 1952 par l’architecte Giò Ponti comme la ville pleine d’initiatives et de réalisations nouvelles par les œuvres qui l’enrichissent sans cesse, grâce à ses architectes, ses artistes, dans les théâtres et dans les expositions, grâce à ses institutions culturelles et d’enseignement, ses mécènes, ses techniciens, ses industriels modernes, devrait parvenir, grâce à ses différents talents conjugués, à relever le défi, et dans un sursaut de fierté, à affronter les préparations de l’Expo de 2015.

  • 41 Roger Keil et Julie-Anne Boudreau, « Le concept de la ville créative : la création réelle ou imagin (...)

51Cependant, un projet n’est rien sans un contexte favorable. Milan devrait pouvoir inverser les logiques qui animent son territoire et prendre un virage social et politique qui la mène « vers la ville créative » qu’elle aspire à être, et vers « de nouveaux acteurs jadis sans pouvoir au-devant de la scène politique » sans pour autant recréer « de nouveaux espaces d’exclusion »41.

52L’administration communale a l’obligation de se montrer intraitable dans la lutte contre les intérêts privés et mafieux qui s’infiltrent, congestionnent et détériorent le système dans son entier. Il lui faudrait reprendre le contrôle, en définissant de nouvelles priorités, de nouvelles méthodes de gestion de son développement pour l’intérêt général de la ville.

  • 42 Laurent Coudroy de Lille, « Mots de la ville et de l’urbanisme. Une entrée en question » in Jocelyn (...)
  • 43 Pierre Ballester, Thèse de doctorat « Barcelone, la ville-exposition. la cité catalane à travers se (...)

53Mais il nous faudra être patient : « enquêter sur la fabrication urbaine pousse le chercheur à beaucoup de réserves sur ses conclusions générales, tant les paramètres sont nombreux, et sans doute, vaut-il mieux qualifier plutôt que quantifier la "e", sans grande envergure. ropolisation, bainmaîtrise" des processus à laquelle nous faisions allusion en introduction »42. Il nous faudra attendre pour voir si Milan peut devenir cette ville-exposition qu’elle ambitionne de devenir. Une ville « qui prend conscience de son passé et le manipule, de son armature urbaine et la façonne »43 de ses intérêts publics et les favorisent, de son rôle à jouer sur l’échiquier européen et le prend en main, pour devenir un modèle de ville dynamique et active dans les grands débats culturels et sociaux, qui animent, aujourd’hui, les grandes métropoles.

Haut de page

Notes

1 Michele Brunello et Stefano Boeri, architectes à Boeri Studio, entretien du 7 avril 2011.

2 Commune de Milan, Milan Expo 2015 - Master Plan, 2011.

3 Florence Pinot de Villechenon, Les Expositions universelles, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, 126 p. (Que sais-je ?, n° 2659).

4 Florence Pinot de Villechenon, op. cit.

5 Le nouveau Parc des expositions Rho-Pero de la métropole milanaise a été dessiné et réalisé par Massimiliano Fuksas en 2007. Il est situé sur la commune de Rho.

6 Gregorio Carboni Maestri, architecte de l'agence GCM Architettura, entretien du 1er mai 2011.

7 Celle-ci se définit par un mode de fonctionnement spécifique, contrôlée par le biais de dispositifs particuliers, qui la maintiennent en dehors de la dynamique territoriale.

8 Thomas Sieverts, Entreville. Une lecture de la Zwischenstadt, Marseille, Parenthèses, 2004, 188 p. (Eupalinos).

9 Alain Bourdin, Du bon usage de la ville, Les Urbanités, Paris, Descartes & Cie, 2009, 174 p.

10 Alain Bourdin, op. cit.

11 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, Analyse urbaine, Paris, Parenthèses, 2009, 176 p. (Eupalinos).

12 Alain Bourdin, op. cit.

13 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, op. cit.

14 Idem.

15 Idem.

16 Thierry Paquot, « L’architecte, l’urbaniste et le citoyen », Manière de voir – Le Monde Diplomatique, décembre, 2010, n° 114, p. 26-33.

17 Ezio Micelli,« Nouveaux acteurs dans l’aménagement des villes italiennes : le cas de l’agence pour le développement du nord de Milan », Espaces et sociétés, 2001/2, n° 105-106, p. 167-178.

18 Maurice Blanc, « Métiers et professions de l’urbanisme : l’ingénieur, l’architecte et les autres », Espaces et Sociétés, 2010, n° 142, p. 131-150.

19 David Mangin et Philippe Panerai, Projet urbain, Marseille, Parenthèses, 2009, 185 p.(Eupalinos).

20 Idem.

21 Idem.

22 Maurice Blanc, op. cit.

23 Idem.

24 Thierry Paquot, op. cit.

25 Idem.

26 Maurice Blanc, op. cit.

27 Thierry Paquot, op. cit.

28 Table ronde « Expo 2015 et grandes opérations, quels risques pour Milan ? », 4 mai 2012.

29 Luca Beltrami Gadola, table ronde « Expo 2015 et grandes opérations, quels risques pour Milan ? », 4 mai 2012.

30 Marta Chiavari, table ronde, op. cit.

31 Idem.

32 Idem.

33 Emilio Battisti ,table ronde, op. cit.

34 Luca Beltrami Gadola, table ronde, op. cit.

35 Idem.

36 Emilio Battisti ,table ronde, op. cit

37 Gregorio Carboni Maestri, entretien mai 2011.

38 Idem.

39 Philippe Panerai, Jean-Chirstophe Depaule et Marcelle Demorgon, op. cit.

40 David Mangin et Philippe Panerai, op. cit. note 19.

41 Roger Keil et Julie-Anne Boudreau, « Le concept de la ville créative : la création réelle ou imaginaire d’une forme d’action politique dominante », Métropoles, n° 7, 2010.

42 Laurent Coudroy de Lille, « Mots de la ville et de l’urbanisme. Une entrée en question » in Jocelyne Dubois-Maury (dir) et al., L’abc de l’urbanisme, Paris, IUP-UPER, 2010, 178 p.

43 Pierre Ballester, Thèse de doctorat « Barcelone, la ville-exposition. la cité catalane à travers ses Expositions Universelles, internationales et Jeux olympiques, 1888-2008 : la constitution d’une communauté des mémoires », Toulouse, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alix Afferni, « L’exposition universelle Milan 2015 », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/4646 ; DOI : 10.4000/rives.4646

Haut de page

Auteur

Alix Afferni

Géographe, diplômée d’un Master de géographie à Aix-Marseille (2011-2012), poursuit actuellement une thèse de doctorat sur l’événement Exposition Universelle Milan 2015, encadrée par Boris Grésillon (professeur de géographie - AMU), et Alexandre Grondeau (maître de conférences - AMU). Elle est également membre du groupe de recherche "Ville, Culture et Grands projets" (UMR Telemme) et actuellement en stage dans l’agence d’architecture ALN Atelien Architecture à Milan. Ses thèmes de recherches portent sur les expositions internationales et universelles, la gouvernance urbaine et les politiques culturelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org