Navigation – Plan du site

De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha

Jean-Luc Arnaud
p. 45-58

Résumés

Au milieu de l’année 1868, le gouverneur de l’Égypte Ismaïl pacha fonde plusieurs nouveaux quartiers à la frange de la ville ancienne du Caire pour encadrer les festivités d’inauguration du canal de Suez. Elles ont lieu un an et demi plus tard ; à ce moment-là, les nouveaux quartiers sont un vaste chantier ponctué de « monuments » construits en bois et décorés en carton-pâte. Cependant, en quelques décennies, ils deviennent ensuite le centre-ville du Caire. Cet exemple témoigne de la manière dont des travaux, qui ressemblent plus au montage d’une exposition qu’à une opération d’urbanisation, peuvent être à l’origine de structures durables. Il montre aussi que l’occupation de l’espace résulte d’une construction dans la longue durée à laquelle participe des acteurs multiples.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Les événements sont des phénomènes qui présentent au moins deux particularités. Tout d’abord, ils sont remarquables en ce sens qu’ils dérogent aux règles de l’habitude. Un événement est un moment exceptionnel, un moment rare, on s’en souvient sur la base de cette singularité. Il est d’autant plus facile à mémoriser que son caractère d’exception permet sans ambigüité de le désigner en quelques mots et d’en faire une référence, un point de repère, facile à partager. Les souvenirs s’organisent en fonction de la mémoire des événements. Ils jouent le rôle de borne temporelle en séparant « l'avant » de « l’après ». Cette borne n’est pas seulement un instant, elle peut être dotée d’épaisseur et, à ce titre, correspondre aussi à des « pendants ».

Par ailleurs, l’événement est nécessairement de courte durée ; s’il se prolonge, il perd son caractère d’exception. Pourtant – on a évoqué les souvenirs « pendant l’événement » –, sa durée n’est pas nulle. Même les quelques secondes d’un tremblement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Arnaud, « De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 45-58.

Référence électronique

Jean-Luc Arnaud, « De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl pacha », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/4630 ; DOI : 10.4000/rives.4630

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Arnaud

Jean-Luc Arnaud, est directeur de recherches au CNRS, il est affecté au laboratoire Telemme à Aix-en-Provence. D’abord spécialiste des villes du monde musulman de l’orient méditerranéen au tournant des 19e et 20e siècles, il a aussi travaillé sur les usages de la cartographie en histoire. Depuis le milieu des années 2000, il assure la responsabilité d'un progamme international de valorisation du patrimoine cartographique – CartoMundi pour l’université d’Aix-Marseille au sein de la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix en Provence. 

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org