Navigation – Plan du site

L’invention d’une « tradition » 

le défilé de la Biennale de la danse de Lyon
Philippe Dujardin
p. 77-82

Résumés

Deux manifestations festives contribuent désormais à la renommée de la ville de Lyon et de son agglomération : la « Fête des lumières » et le « Défilé de la Biennale de la danse ». Ni l’une ni l’autre de ces manifestations n’avait vocation, initialement, à être reconduite : pas plus l’inauguration de la Vierge dorée coiffant la chapelle de Fourvière le 8 décembre 1852, que la déambulation chorégraphiée du 15 septembre 1996. Autant que leur teneur propre, ce sont donc les conditions de reconduction de l’une et de l’autre qui demandent à être interrogées. Comment ce qui n’a vocation qu’à une manifestation unique est-il amené à être reconduit ? Comment le contingent en vient-il à faire « tradition » ? Des conditions de cette « advenue » nous demanderons compte à la plus récente de ces deux manifestations, soit le défilé de la Biennale de la danse.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

cultural event, city, dance

Géographie :

France, Lyon

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
L’événement fondateur : le « défilé » du 15 septembre 1996
Les conditions de la manifestation première
Les conditions du « faire-événement » et de la pérennisation de la manifestation
En guise de moralités

Aperçu du texte

Introduction

Deux manifestations festives contribuent désormais à la renommée de la ville de Lyon et de son agglomération : la "Fête des lumières" et le "Défilé de la Biennale de la danse". Tout semble, a priori, opposer ces deux manifestations. L’ancienneté de l’une, l’apparition récente de l’autre. L’origine et le ressort religieux de l’une, le support profane et multiculturel de l’autre. L’échelle urbaine de l’une, l’échelle méta urbaine de l’autre. Et cependant, une propriété décisive les rapproche. Ni l’une ni l’autre de ces manifestations n’avait vocation, initialement, à être reconduite : pas plus l’inauguration de la Vierge dorée coiffant la chapelle de Fourvière le 8 décembre 1852 que la déambulation chorégraphiée du 15 septembre 1996. Autant que leur teneur propre, ce sont donc les conditions de reconduction de l’une et de l’autre qui demandent à être interrogées. Comment ce qui n’a vocation qu’à la manifestation unique est-il amené à être reconduit ? Comment ce qui n’a pré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dujardin, « L’invention d’une « tradition »  », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 77-82.

Référence électronique

Philippe Dujardin, « L’invention d’une « tradition »  », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://rives.revues.org/4606 ; DOI : 10.4000/rives.4606

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org