Navigation – Plan du site

Paysage industriel et imaginaire à Martigues

Sophie Bertran de Balanda
p. 31-44

Résumés

Martigues cultive la convergence d’images opposées, elle est ville industrielle et ville-patrimoine. Cette dualité est assumée. Grâce à sa géographie héritée, on l’a surnommée « Venise provençale ». Sa géographie inventée par les nécessités industrielles du siècle dernier a dessiné un chenal, entraînant la disparition d’étangs, d’îles et de salines. Aujourd’hui, il est encore difficile de mesurer l’impact sur l’imaginaire collectif de ces métamorphoses industrielles et urbaines, riches en paysages modernes et en aventures humaines. C’est à partir d’une relecture des cartes des XIXe et XXe siècles, de l’histoire de l’implantation du pôle pétrochimique, de l’analyse des photos aériennes, que l’on peut comprendre que cet imaginaire s’inscrit durablement autour du chenal de Caronte. Il enjambe les ponts, comme Toni l’immigré piémontais, héros du film de Renoir tourné ici-même en 1934, en plein bouleversement industriel. L’année 2013 ouvre de nouvelles perspectives à cette ville en changement permanent. Le Pays martégal participe au programme « Marseille, Provence, Capitale européenne de la culture ». De nombreux projets artistiques portés par la collectivité, prennent appui sur les paysages industriels. La curiosité que ces expériences font naître auprès d’un public élargi nous amène à penser que le paysage, fut-il industriel, devient un moteur culturel pour Martigues.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

XIXe siècle : la naissance de l’imaginaire autour du chenal
La construction d’un territoire industriel portée par « l’extérieur »
L’expérience du dédoublement
La nouvelle représentation du début du XXIe siècle, le chenal comme unité de ville
Imaginaire industriel entre reconnaissance et oubli
2013 : projets éphémères et/ou inscription durable dans le territoire ?
Le paysage comme moteur culturel

Aperçu du texte

L’objectif de cet article consiste à cerner la place du paysage industriel dans l’imaginaire de Martigues en partant du constat que ce dernier se nourrit de la convergence d’images opposées, ville industrielle et ville patrimoniale de la basse Provence.

Le site pétrochimique a bouleversé les terres arides de L’avéra au bord de La Méditerranée dès les années 1930, et les grands ensembles ont remodelé le territoire urbain sur les rives du chenal de Caronte et de l’étang de Berre à la fin des années 1960.

La ville historique et le littoral de la Côte Bleue sont les supports traditionnels du tourisme culturel et balnéaire. Mais depuis peu, la ville moderne et industrielle fait son entrée dans cette lecture d’une ville, plus globale et singulière.

Le classement « Ville balnéaire et touristique » obtenu en 2007 et la labellisation « Ville d’Art et d’Histoire » en 2012, témoignent d’un engagement. Est-il en contradiction avec une économie industrielle contraignante ? Vraisemblablement non, p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Bertran de Balanda, « Paysage industriel et imaginaire à Martigues », Rives méditerranéennes, 47 | 2014, 31-44.

Référence électronique

Sophie Bertran de Balanda, « Paysage industriel et imaginaire à Martigues », Rives méditerranéennes [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/4578 ; DOI : 10.4000/rives.4578

Haut de page

Auteur

Sophie Bertran de Balanda

architecte et urbaniste

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org