Navigation – Plan du site

Les « Bauxiteurs » 1936-1943

Enjeux et difficultés d’une organisation patronale marginale
Jean-Marie Guillon
p. 73-84

Résumés

Les « bauxiteurs », ce sont les exploitants des carrières et mines de bauxite dont l’essentiel de la production se situe dans le sud de la France et surtout dans le Var. Peu homogènes en dépit de leur petit nombre, ces exploitants, contrôlés par de grandes compagnies internationales, ont attendu le Front populaire pour s’organiser en syndicat. Ce sont les débats au sein du syndicat que ce texte étudie. La période 1940-1944 met cette organisation à rude épreuve puisque la bauxite – produit hautement stratégique – est l’objet d’une partie de bras de fer entre les intérêts allemands et les Français. En arrière-fond, tout au long de la période, pèse l’influence déterminante d’Alais, Froges et Camargue (AFC) – Pechiney – qui contrôle le marché français de l’aluminium et dont la mainmise sur la bauxite va s’affirmer ouvertement au sortir de la guerre. Né de circonstances qui impliquaient une solidarité relative, le syndicat des « bauxiteurs » se défait dans le contexte de l’Occupation, alors que l’avenir de la production se joue, de fait, ailleurs.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Var, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les « bauxiteurs », c’est ainsi que se désignent entre eux les exploitants des carrières et mines de bauxite. C’est un petit cercle assez fermé, mais très dépendant de ceux qui utilisent la matière première qu’ils extraient ou des « trusts » qui les contrôlent. Bien que leur production soit très concentrée sur le plan régional – elle est tout entière située dans le sud de la France, et surtout dans le Var – ils ne sont pas vraiment insérés dans le patronat local et, on le verra, sont assez en marge sur le plan national. Ce sont, en fait, les pièces – à l’autonomie toute relative – d’un capitalisme dont l’horizon est international. Leurs problèmes sont ceux des producteurs d’une matière première brute, largement tournée vers l’exportation, sauf pour les compagnies intégrées verticalement. Ce milieu des « bauxiteurs », peu homogène en dépit de ses dimensions réduites, a tardé à s’organiser. Il a attendu pour cela les conditions particulières du Front populaire. Cette organisation est d’ailleurs toute conjoncturelle. La période 1940-1944 la met à rude épreuve puisque la bauxite - produit hautement stratégique - est l’objet d’une partie de bras de fer entre Allemands et Français et, plus encore, entre les Allemands et les principales compagnies exploitantes. En arrière-fond, tout au long de la période, pèse l’influence déterminante d’Alais, Froges et Camargue (AFC) – Pechiney – qui contrôle le marché français de l’aluminium et dont la mainmise sur la bauxite va s’affirmer ouvertement au sortir de la guerre.

  • 1 La situation de ces archives est d’autant plus rageante qu’au début des années 1980, dans le cadre (...)

2L’étude qui suit est fondée sur les archives de la Société des Bauxites du Midi, laissées à l’abandon et au pillage dans une bastide isolée, partiellement récupérées par un collectionneur, qui nous a laissé les consulter1. Elle n’a pas d’autre objectif que de faire connaître un monde patronal singulier, puisqu’il repose sur une production régionale tout en étant marginal dans la région, sur une production minière, mais non reconnue par le patronat minier et qu’il n’est pas véritablement maître de ses décisions puisqu’il est intégré dans des groupes internationaux aux horizons plus larges. C’est ce qui explique largement les conditions dans lesquelles ce patronat s’organise pour faire face à la conjoncture du Front Populaire, mais aussi sa fragilité, en particulier face aux problèmes de l’Occupation.

Contexte

  • 2 Sur l’histoire de ce bassin, on pourra consulter Claude Arnaud et Jean-Marie Guillon, Les Gueules r (...)
  • 3 La production héraultaise est de 50-60 000 tonnes par an. Les Bouches-du-Rhône– Les Baux et Allauch (...)
  • 4 Ces exportations vers l’Allemagne, qui tendent à baisser, ne seront stoppées qu’en 1938.

3Depuis les débuts de l’extraction de la bauxite, et, jusqu’en 1939, la France est le plus souvent au premier rang mondial des pays producteurs de ce minerai, malgré l’arrivée sur le marché de la Hongrie et de l’Italie, encouragées par les Allemands. L’essentiel de la production – 80 % – et le meilleur en qualité provient du bassin qui s’allonge sur une quarantaine de kilomètres autour de Brignoles, dans le centre du Var2. Le reste provient surtout de l’Hérault (région de Bédarieux et à L’Arboussas)3. La crise des années 1930 a été rapidement effacée par l’essor d’une production stimulée par le réarmement et les besoins de l’industrie aéronautique. La production varoise s’est envolée, passant de 196 000 tonnes en 1922 à 539 000 tonnes en 1936. Plus de la moitié s’exporte, principalement par le port marchand de Toulon (dont c’est le principal trafic), surtout en direction du Royaume-Uni (180 000 tonnes) et de l’Allemagne (un peu moins de 80 000 tonnes4). La plus grande partie de la production varoise (90 %) sert à la fabrication d’aluminium, le reste étant utilisé surtout pour le ciment, les produits réfractaires et les abrasifs.

4Dans le bassin de Brignoles, l’extraction est répartie entre une trentaine de chantiers à ciel ouvert ou souterrains disséminés dans les collines, assez loin des agglomérations. Faiblement mécanisés, ils emploient un millier de salariés (1 004 en 1938), souvent d’origine piémontaise, encadrés par des contremaîtres venus des mines de charbon du Centre et quelques ingénieurs, formés à Alès.

  • 5 On désignera selon l’usage local les compagnies : l’Union, le Midi, le Comptoir, Ugine.
  • 6 Le Prado pour AFC, la rue Breteuil pour les Bauxites de France, la rue Edmond Rostand pour l’Union, (...)
  • 7 La production héraultaise – notamment le gisement de L’Arboussas – est contrôlée par le Midi et AFC (...)

5La production de bauxite est dominée par quelques groupes à vocation internationale. La compagnie la plus anciennement installée dans le Var – depuis 1895 – l’Union des bauxites est une filiale de la British Aluminium et exporte sa production vers le Royaume-Uni. Deuxième employeur du secteur (220 salariés), elle a retrouvé dans les années trente la première place parmi les « bauxiteurs » et produit autour de 198 000 tonnes, soit légèrement plus que la Société des Bauxites de France, longtemps sa principale rivale, qui l’avait dépassée en 1905. Celle-ci, qui emploie près de 500 personnes, est la filiale de la Société française pour l’industrie de l’aluminium, dont elle alimente l’usine d’alumine de Saint-Louis-des-Aygalades, à Marseille. La SFIA est elle-même contrôlée par l’Aluminium Aktien Gesellschaft, société suisse à capitaux allemands, installée à Neuhausen. Les Bauxites de France exportent aussi du minerai en Allemagne. Née en 1922, la Société des Bauxites du Midi occupe le troisième rang des producteurs, loin derrière les précédentes (autour de 64 000 tonnes pour un peu plus d’une centaine d’ouvriers). Son actionnaire majoritaire est une société suisse – Stand SA, installée à Genève –, holding de la société canadienne Aluminium Limited, elle-même filiale du trust américain Aluminium Company (Alcoa).Comme l’Union, elle vend la production qu’elle n’exporte pas à AFC. Alors que ces sociétés contrôlent les exploitations de l’Est du bassin varois (communes de Cabasse-Le Thoronet), trois entreprises françaises sont plutôt implantées à l’Ouest (Brignoles-Mazaugues). AFC et Ugine5 (la Société d’électrochimie, d’électrométallurgie & des aciéries électriques d’Ugine) n’occupent que les quatrième et cinquième rangs des « bauxiteurs », mais ces compagnies ont le monopole de la fabrication de l’aluminium en France et contrôlent son marché, à travers l’Aluminium français, une entente créée en 1911 et largement dominée par la première société. La production d’AFC alimente les usines de Gardanne, Saint-Auban et Salindres, celle d’Ugine est destinée à La Barasse, l’autre usine d’alumine de Marseille, au nord de la ville (Saint-Marcel). C’est d’ailleurs là qu’Ugine a sa direction régionale, à la différence des autres compagnies dont les sièges régionaux sont installés dans les quartiers bourgeois du sud de Marseille ou à Aix6. Mais les deux compagnies françaises extraient moins de 15 % de la bauxite avec guère plus de cent ouvriers et sont, en fait, clientes de l’Union et du Midi. Le dernier rang est occupé par une filiale de la Société des chaux et ciments de Lafarge et du Teil, le Comptoir d’extraction et de vente, qui approvisionne les usines du groupe (Fos et Le Teil) et vend son surplus aux compagnies précédentes7.

1936, la création du syndicat

6La concurrence acharnée qui oppose les compagnies pour le contrôle des sites et l’écoulement de la production ne les empêche pas d’afficher une solidarité de fait lorsque la situation l’exige. C’est bien ce que montre la décision de se constituer en syndicat, lorsque l’arrivée au pouvoir du Front populaire change la donne. Bien que la région soit traditionnellement « rouge », le bassin n’a pas été jusqu’alors le cadre de luttes significatives et la syndicalisation est restée faible, mais le mouvement de grève le touche à partir du 10 juillet 1936. C’est alors que la CGT, animée par des communistes, s’implante solidement parmi les mineurs. La convention collective, signée le 2 octobre, assure la reconnaissance officielle du fait syndical. Outre des dispositions générales (institution de délégués ouvriers, semaine de 40 heures, congés payés), elle précise qu’« une différence en plus de 2 francs par catégorie par rapport aux salaires actuellement en vigueur dans les charbonnages du bassin de Fuveau » sera instaurée, que détonateurs, mèches et papier de bourrage seront fournis gratuitement, que des vêtements imperméables seront mis à la disposition du personnel, que des baraquements seront construits sur les carreaux pour les repas et, afin d’avoir un abri contre les intempéries, que leur transport sera organisé par camions bâchés…. Ces dernières dispositions montrent la précarité des installations et des conditions de travail.

  • 8 Né en 1881 en Mayenne, ingénieur civil des mines.
  • 9 Lettre d’Henry-Coüannier du 2 septembre 1936.
  • 10 Compte-rendu de la réunion par R. Huybreglis, représentant de la direction internationale du Midi.

7C’est dans ce contexte que le Syndicat des exploitants de carrières de bauxite est créé à Marseille. Le patron du Midi, André Henry-Coüannier8, avise du projet son directeur régional, Henri Valet, qui représentera la compagnie, au début septembre 1936. Il lui précise qu’il devra faire preuve de prudence et ne pas prendre d’initiatives spectaculaires, ajoutant : « Vous aurez grand soin de préciser que vous allez en référer à votre siège social »9. Le syndicat ne se limitera pas au Var, mais concernera aussi l’ensemble des sites. En fait, cette création est voulue par Raoul de Vitry, le patron d’AFC et de l’Aluminium Français, à qui, écrit Henry-Coüannier : « il est difficile de refuser ». Le directeur général des Bauxites de France a la même position que lui. Tous deux estiment que « les exploitants auraient tort, étant données les tendances actuelles, de ne pas se grouper ». Les statuts du syndicat sont préparés par le directeur régional d’AFC, Bernion, dont le rôle va être majeur tout au long de la période. Inspirés par l’organisation patronale du bassin de lignite de Fuveau, ils sont adoptés le 8 octobre lors de la réunion fondatrice10. Celle-ci se tient sous la présidence de Vitry, dans les locaux marseillais d’AFC. C’est là que le syndicat aura son siège, Bernion étant désigné comme son secrétaire. Ses membres devront employer au moins vingt-cinq salariés. Son objet principal est l’application de la convention collective et son suivi. Il n’entend pas faire doublon avec la réunion des directeurs locaux à Brignoles et, en particulier, avec les conférences de la main d’œuvre (à laquelle le Midi ne participe pas).

Un périmètre bien contrôlé

8Les réunions du syndicat se multiplient au début de 1937 (quatre entre février et avril), puis s’espacent (deux au deuxième semestre). En fait, le syndicat se réunit de façon irrégulière, en fonction des problèmes à traiter.

  • 11 Compte-rendu de la réunion du syndicat par H. Valet, 5 février 1937.

9Son périmètre n’évoluera pas et restera limité aux six compagnies fondatrices qui dominent la production. La méfiance prévaut à l’égard des petits exploitants qui, à l’évidence, perturbent le jeu. On en a l’illustration d’emblée avec le rejet de la demande d’adhésion de la Compagnie générale minière et de bauxites qui exploite avec quarante-deux ouvriers des « poches » de bauxite qui se trouvent au Revest, tout près de Toulon. Les réticences se manifestent notamment du côté des Bauxites de France qui considèrent que cette compagnie n’a aucun débouché commercial propre, qu’elle est resté en sommeil pendant trois ans et sera absorbée ou contrôlée par une autre société. Les Bauxites de France, principal employeur, ont admis l’égalité des membres fondateurs du syndicat, mais n’entendent pas qu’il s’ouvre à d’autres11.

  • 12 Charles Daher est administrateur délégué chez Lafarge depuis 1919 alors que son père en est devenu (...)

10Une stabilité presque équivalente prévaut parmi les représentants des compagnies, c’est-à-dire les principaux directeurs régionaux ou leurs adjoints (souvent présents avec eux). Autour de Bernion, qui mène le jeu pour AFC et qui restera en place jusqu’après la guerre, on trouve d’abord Charles Daher, représentant du Comptoir (et en fait de Lafarge), membre d’une dynastie d’affaires locales, frère du député André Daher12. Représentant d’autres intérêts – notamment régionaux –, il est le principal contradicteur de Bernion avec le représentant des Bauxites de France. Le directeur général de l’Union, Pellat, tout en faisant connaître ses éventuelles réticences, se tient plutôt en retrait. Cette attitude est encore davantage celle de Valet, directeur du Midi, compte tenu des instructions données. Sans doute faut-il voir dans leur prudence la conséquence de la dépendance à l’égard d’AFC à qui est vendue une partie de leur minerai. Quant au représentant d’Ugine, son attitude ne se démarque pas de celle d’AFC. L’organisation du syndicat est donc révélatrice des rapports de force et des dépendances qui lient les « bauxiteurs » entre eux, ainsi que des divers niveaux – hiérarchique et géographique – qui structurent la chaîne des responsabilités. La « ligne » est contrôlée par le niveau central, parisien (qui peut être lui-même le relais de la direction lorsque celle-ci est étrangère). C’est entre les « grands patrons » que les grandes décisions se prennent. Henri-Coüannier rencontre de Vitry peu avant la réunion constitutive du syndicat. Ce dernier, qui est parfois présent aux réunions, pèse de toute son influence via son directeur régional.

Solidarité et dissensions

11Nous avons déjà noté le front opposé à l’élargissement du cercle syndical. La même unanimité prévaut face à la Fédération varoise du patronat à laquelle les « bauxiteurs » refusent de cotiser. Ils appartiennent à un autre milieu patronal. Ce n’est qu’en 1941 que, sur proposition de Daher, le syndicat envisagera éventuellement de changer de position (et ne le fera pas).

  • 13 Réunion du 15 avril 1937, compte-rendu d’H. Valet du 23.

12Cependant, les « bauxiteurs » savent qu’ils comptent peu sur le plan national et cherchent un relais. Ils sont rejetés par la Fédération des mines où ils rencontrent l’opposition du patronat des mines de fer. Du coup, AFC propose l’affiliation à la Fédération des industries de matériaux de construction. Le projet est fortement défendu par Charles Daher. Ugine suit AFC comme toujours, tandis que le Midi s’abstient. Mais l’Union et les Bauxites de France, les deux principaux « bauxiteurs », sont contre. Les Bauxites de France estiment que les membres du syndicat seront noyés dans cette fédération et que, d’autre part, l’adhésion risque d’être mal perçue par les ouvriers qui verront là une manœuvre pour empêcher l’adhésion à la caisse autonome de retraite des mineurs. Si, finalement, les Bauxites de France acceptent, c’est sous la pression de Vitry. Toutefois, la compagnie exige au préalable, l’affiliation à une caisse autonome13.

  • 14 Réunion du 5 février 1937.
  • 15 Réunion du 15 avril 1937, compte-rendu d’H. Valet du 23.

13Cette question, qui avait été abordée dès la première réunion du syndicat, avait rebondi par la suite. D’emblée, les Bauxites de France avaient souhaité l’adhésion en considérant que l’augmentation de charges de 3 % sur les salaires qui en résulterait serait négligeable et qu’en plus, cela permettrait de recruter du personnel qualifié et, donc, d’améliorer le rendement. Mais Daher s’y était opposé jusqu’au bout14. En revanche, c’est lui qui pousse à se montrer généreux pour les allocations familiales et à les aligner sur les mineurs de Fuveau, ce qui n’est pas étranger à des considérations idéologiques. Lors de la réunion du 15 avril 1937, il considère qu’il faut favoriser au mieux ceux qui en bénéficient car ils « constituent la partie la meilleure et la plus pondérée »15. L’accord pour un relèvement est aisé car les mineurs de Fuveau touchent davantage pour les trois premiers enfants. Ce relèvement est acté le 26 avril, en dépit des réserves de l’Union (qui finit par se rallier par crainte d’une grève). Les avantages supérieurs à ceux de Fuveau, qui étaient accordés à partir du quatrième enfant, sont maintenus.

  • 16 Réunion du 5 février 1937.
  • 17 Réunion du 19 mars1937, compte-rendu du 22. Daher souhaite que chaque compagnie informe et essaye d (...)

14Presque toutes les réunions du syndicat abordent la question des 40 heures et toujours avec une certaine inquiétude. Pour leur application, les « bauxiteurs » souhaitent bénéficier d’abord d’un délai de cinq à six mois sous prétexte que les contrats à l’exportation en cours ont été négociés avant que les charges n’augmentent. Ils espèrent aussi être libres dans la façon de les mettre en œuvre, que ce soit dans la répartition hebdomadaire sur cinq ou six jours, ou dans la possibilité de récupérer les heures supplémentaires sur une longue période compte tenu du caractère saisonnier de l’exploitation et de l’irrégularité des expéditions16. Finalement, la majorité des compagnies s’aligne, le 15 avril, sur la position des Bauxites de France et de l’Union qui emploient les ¾ des salariés du secteur, à savoir les 5 x 8. C’est aussi le souhait des syndicats ouvriers. Seul le Comptoir tient à une répartition sur six jours. Reste à fixer le point de départ des 40 heures. Ce sera le 3 mai. Par peur que la grève prévue le 1er mai ne se prolonge, l’Union aurait souhaité en faire commencer l’application auparavant, soit le 26 avril, mais se heurte au refus unanime des autres compagnies, décidées à ne pas aller au-delà de leurs obligations. Mais le souci vient alors du vote de la Chambre des députés en faveur de l’extension des 38 heures 40 aux mines de bauxite et aux ardoisières. C’est la position défendue par Charles Gaou, le nouveau député communiste de la circonscription de Brignoles, mais combattue par André Daher. Son frère Charles, qui fait un compte-rendu des débats et qui tient les propos les plus vifs contre le gouvernement, considère que ce vote porte un coup très dur aux exploitants français, au moment où de nouveaux producteurs les concurrencent. Il regrette qu’André n’ait même pas été soutenu par la « majorité de la minorité ». Tous les espoirs des « bauxiteurs » se reportent alors sur la « sagesse du Sénat » auprès duquel du lobbying va être organisé17.

  • 18 Réunion du 15 avril 1937.
  • 19 L’augmentation est réduite de moitié pour les salariés de 18 ans et les femmes.
  • 20 Réunion du 26 avril 1937.

15La question des salaires pose moins problème. Leur augmentation est aisément actée car, comme le fait constater le directeur régional du Midi, la convention collective aligne les salaires sur le bassin des Bouches-du-Rhône avec deux francs de plus, et, en outre, l’affiliation à la Caisse autonome de retraite induit cet ajustement. Or les mines de charbon voisines ont bénéficié d’une augmentation de 5 % depuis le 1er février. Dans la région, les revendications ouvrières sont allées jusqu’à 20 % et 10 % au moins ont été généralement accordés, précise Marcel Auvert, directeur local des Bauxites de France, qui vient de servir d’arbitre patronal de la métallurgie varoise. Le représentant d’Ugine signale que sa société a déjà réajusté les salaires selon les mêmes règles que dans ses usines. L’accord se fait donc pour une augmentation de 5 % pour les salaires à la tâche et deux francs pour les autres18. Lors de la réunion du 26 avril, la décision est actée : cette augmentation prend effet à partir du 1er février. Elle sera portée à 10 % pour les salaires à la tâche à partir du 1er mai (et quatre francs pour les autres19). L’Union, qui payait ses ouvriers mieux que les autres employeurs, lève ses réserves. En fait, ce qui explique la facilité avec laquelle l’accord s’est finalement fait tant sur les 40 heures que sur les salaires, c’est la volonté de couper l’herbe sous les pieds des « extrémistes » en prenant les devants. Même si la grève ne peut être évitée, les patrons se mettront en meilleure position en cas d’arbitrage, d’autant que les ouvriers de la bauxite veulent avant tout être assimilés aux mineurs de charbon20. En fait, ce n’est qu’après la Libération que le statut des mineurs leur sera étendu.

La solidarité à l’épreuve 1940-1943

16La période qui suit la défaite de 1940 est révélatrice des contradictions et des particularités du milieu des bauxiteurs. La situation est, en effet, singulière. En dépit de la fermeture du marché allemand, ils n’ont souffert, ni dans l’immédiat avant-guerre, ni pendant la guerre proprement dite et leur activité va atteindre des sommets entre 1942 et 1943, après une assez courte période de récession.

  • 21 Dès le mois de juillet 1940, un accord est conclu par VAW (Vereignite Aluminium Werke AG) avec l’Al (...)
  • 22 Rapport Bernion du 18 mars 1941, « L’industrie de la bauxite dans le Sud-Est », p. 3.
  • 23 Voir notre contribution « La bauxite varoise », in Alain Beltran, Robert Frank et Henry Rousso (dir (...)

17C’est à partir de la défaite que les difficultés s’accumulent avec l’arrêt des exportations (notamment vers le Royaume-Uni) et la pénurie de moyens de transport (faute de carburants pour les camions et par manque de wagons). La production chute de 80 % et, même si elle repart assez vite étant donnés les besoins que les Allemands font immédiatement connaître21, elle n’est qu’à 40 % de son niveau en mars 194122. Pourtant la demande allemande est telle que l’activité augmente rapidement23.

  • 24 Il est à noter que la direction d’AFC vient de se replier dans le village d’Éguilles, tout près d’A (...)

18Les problèmes traités par le syndicat sont alors, d’abord, de faire face à cette pression qui rend encore plus aigües les contraintes matérielles de l’époque. Les protagonistes n’ont guère changé, du moins dans un premier temps. Ce sont les six mêmes compagnies et, parmi leurs dirigeants nationaux et locaux, les seuls changements notables concernent les Bauxites de France dirigées depuis 1940 par le Suisse Alfred Valay et le Midi dont la direction régionale est assurée à partir de 1942 par André Chalmin, qui rédige les comptes-rendus que nous utilisons. Cependant la position d’AFC et de ses dirigeants s’est singulièrement accrue sur divers plans. Du côté de la production, l’Union, société britannique, a choisi de se placer sous leur giron. Elle leur amodie ses exploitations en mars 1942. Sur le plan institutionnel, si le Groupement de répartition de la bauxite, créé pendant la guerre par les sociétés sur les instances du gouvernement, n’est d’aucune utilité vue la situation, le Comité d’organisation de l’aluminium et du magnésium (COAM), mis en place durant le deuxième semestre 1940, est lui d’une autre importance. Instrument de la politique d’économie dirigée dans le secteur, il est présidé par Raoul de Vitry, tandis que son directeur régional, Bernion dirige sa section bauxite24. AFC se trouve donc au centre des manœuvres dont l’enjeu est, pour ses dirigeants, à la fois national (et même patriotique) et corporatif. La France doit préserver au moins mal ses intérêts et AFC doit défendre et promouvoir les siens, d’où un jeu compliqué entre des gouvernants dont la défense des objectifs nationaux est tempérée par leur choix de collaborer, des Allemands (industriels et autorités) qui tentent de capter la production de bauxite (et d’aluminium), et des partenaires – les autres « bauxiteurs » – qui n’entendent pas être les dindons de la farce. Est-il utile d’ajouter que cela n’est pas sans provoquer des tensions ?

19Le problème de l’homologation des prix de la bauxite en est le principal révélateur. Le dossier est ouvert par le syndicat à l’automne 1941 : il s’agit de revaloriser des prix qui sont restés bloqués au niveau de 1939. Or l’affaire traîne jusqu’à l’été 1942 car personne ne joue franc jeu. On ne s’accorde guère sur le mode de calcul (en pourcentage de hausse par rapport à 1939 ou au prix de revient réel). AFC et Ugine laissent faire les autres bauxiteurs sous prétexte que, leurs groupes étant intégrés, certains éléments du prix de revient sont faussés. Les Bauxites de France font bande à part. Mais c’est contre AFC que Daher s’enflamme le 14 avril 1942. Il rend les dirigeants du COAM responsables du retard, parce qu’ils sont des acheteurs de minerai, et non des vendeurs…

  • 25 Lettre du 11 novembre 1942. Les 24 000 tonnes que le Midi doit fournir se répartissent en 15 000 po (...)
  • 26 La commission allemande pour les métaux légers est installée au 2, rue Beauvau. Elle est dirigée pa (...)
  • 27 Les Allemands se plaignent au début de 1941. AFC ne livre pas 30 000 tonnes prévues par contrat à V (...)
  • 28 C’est ainsi que le projet d’une usine d’alumine dans le Var souhaité par les Allemands en 1941 n’ab (...)

20Un peu plus tard, c’est au tour du Midi d’être irrité par l’attitude des dirigeants d’AFC. De Vitry, via le COAM, participe aux négociations avec les Allemands et paraît se faire le relais de leurs exigences, d’autant qu’elles sont appuyées par le secrétariat d’État à la Production industrielle. Le 20 octobre 1942, il fait savoir que les bauxiteurs doivent fournir 121 000 tonnes de minerai par mois et Bernion donne à chacun son quota, soit 24 000 tonnes pour le Midi. Dès le lendemain, le directeur régional Chalmin fait connaître son mécontentement à sa direction : les dirigeants d’AFC sont de mauvaise foi, ils savent que la compagnie ne peut faire face à cette exigence puisque la qualité à fournir n’a pas été abaissée et que le matériel manque, il s’indigne que les Bauxites de France soient mieux traitées et, en plus, les prix restent insuffisants. Son patron, Henri-Coüannier, écrira peu après en partie la même chose à Bernion, mais en termes beaucoup plus diplomatiques : il veut savoir si le tonnage demandé est fixé par le CO ou par « un autre bureau » et si les Allemands sont prêts à avancer les moyens financiers indispensables aux investissements ou, sinon, si l’on peut compter sur l’appui de l’État. Il termine en précisant qu’il est prêt à faire tout son devoir « avec empressement », mais il faut que les recettes « excèdent un peu » le prix de revient25. Pourtant, l’affaire en reste là. Il est vrai que les Allemands ont installé à Marseille, avant même d’envahir la zone Sud, le service qui doit prendre en main la production bauxitière26, via l’organisation Todt. Quant à de Vitry, il est clair qu’il conduit un double jeu et qu’il n’a aucune intention de faire un cadeau à l’Occupant. Dans les mois précédents, AFC a freiné ses fournitures d’aluminium à l’Allemagne et a cherché à réserver le maximum de production à la France27. Mais patriotisme et souci de préserver les intérêts de sa société se confondent et poussent sans doute ses dirigeants à faire reporter sur d’autres une part des contraintes28.

  • 29 Compte-rendu des réunions du 7 juin et 5 juillet 1943 ; en fait, l’augmentation est de plus 15 % po (...)

21La question des livraisons à l’Allemagne est depuis 1940 le problème auquel tous les autres se rattachent. Lors des négociations de l’été 1940 avec la commission d’armistice de Wiesbaden, les bauxiteurs ont essayé de faire payer très cher le minerai que voulaient les vainqueurs. Mais, mal soutenus par le gouvernement, ils ont dû d’autant plus en rabattre que les Allemands – en particulier VAW – ont traité directement avec des compagnies marginales (non membres du syndicat) pour un tonnage important et à un prix plus bas (200 000 tonnes à 120 francs). Or ces sociétés étant dans l’incapacité de faire face à ces engagements, ce sont les grandes qui devront finalement les honorer. De Vitry demande une réunion du syndicat, le 12 février 1941, afin de l’informer de la situation. Pour les contrats suivants, les Allemands imposent un doublement des expéditions vers leur pays (400 000 tonnes en mai 1941, 800 000 en juillet 1942), mais les bauxiteurs tentent d’obtenir des contreparties, notamment en personnel et en matériel de transport. Dès 1941, il est question de libérer des prisonniers –900 – pour venir travailler dans les mines car la main d’œuvre constitue un goulot d’étranglement. Ils n’arriveront qu’un an après, à l’automne, et ne donneront pas les résultats attendus, puisque la plupart ne mettent aucune ardeur dans leur travail, d’autant que leur expérience de la mine est nulle. Leur absentéisme dépasse celui des ouvriers titulaires, qui constituait déjà un problème en 1941 (bien que le personnel soit considéré comme requis). Le niveau des salaires et l’absence de cantine sur les chantiers conduisaient en effet nombre de mineurs à préférer travailler comme ouvriers agricoles ou comme bûcherons. Primes d’assiduité, sanctions et, finalement, distribution d’une soupe chaude, puis d’un repas constituent les divers palliatifs mis en œuvre avec plus ou moins de succès, jusqu’à ce que les avantages offerts par la Todt ne contraignent à augmenter les salaires (12 % par AFC à partir du 1er avril 43, après un double mois en mars)29.

  • 30 Lettre d’A. Chalmin à A. Henry-Coüannier, 20 mars 1943.
  • 31 Compte-rendu de la réunion du COAM, 25 juin 1943.

22Certes, la production remonte rapidement, jusqu’à 450 000 tonnes en 1941, et les bauxiteurs, puisant dans leurs stocks, en expédient 210 000 vers l’Allemagne, près de 65 000 en Belgique et 41 000 en Suisse. Les accords signés le 16 décembre 1942 entre Bichelonne, secrétaire d’État à la Production industrielle et Michel, chef du département économique de l’administration militaire allemande en France, prévoient une production de 1,450 million de tonnes. Tandis que le délégué allemand « considère surtout le tonnage à exporter en Allemagne sans s’occuper du prix de revient, ni des sommes à immobiliser pour réaliser ce tonnage »30, le COAM menace de réquisitionner les chantiers si les bauxiteurs ne font pas les efforts demandés31. Le syndicat a beau protester le 7 juin 1943, les Allemands forcent l’entrée dans le bassin en utilisant la Todt et des sociétés satellites. Le Midi cède à bail une partie de ses exploitations à l’une d’elles qui accepte de suivre le programme de travail fixé par le COAM le 17 septembre 1943 et tente de préserver le reste en créant une filiale de la Norsk Aluminium Cy, la Société anonyme des bauxites et alumines de Provence (SABAP).

23De fait, il n’y a plus de syndicat des exploitants de bauxite. Né de circonstances qui impliquaient une solidarité relative, il disparaît dans le contexte de l’Occupation. Alors que les problèmes du présent font éclater le milieu, la préparation de l’avenir se joue, elle, ailleurs, à d’autres niveaux et sur d’autres continents.

Haut de page

Notes

1 La situation de ces archives est d’autant plus rageante qu’au début des années 1980, dans le cadre d’un projet de création d’un centre d’archives d’entreprises dans la région de Marseille, je m’étais chargé de faire un recensement des archives disponibles dans le Var, précisément pour repérer celles de la bauxite. Or, je m’étais heurté à une fin de non recevoir de la part de toutes les sociétés (l’exploitation de la bauxite n’était pas totalement arrêtée à l’époque, mais son terme était fixé), sous divers prétextes : archives soumises à des règles confidentialité particulières, conservation parfaitement assurée, etc.

2 Sur l’histoire de ce bassin, on pourra consulter Claude Arnaud et Jean-Marie Guillon, Les Gueules rouges. Un siècle de bauxite dans le Var, Tourves, Association des Gueules rouges du Var, 2003.

3 La production héraultaise est de 50-60 000 tonnes par an. Les Bouches-du-Rhône– Les Baux et Allauch– donnent environ 20 000 tonnes d’une bauxite de mauvaise qualité destinée au ciment fondu. Enfin, l’Ariège produit 10-12 000 tonnes.

4 Ces exportations vers l’Allemagne, qui tendent à baisser, ne seront stoppées qu’en 1938.

5 On désignera selon l’usage local les compagnies : l’Union, le Midi, le Comptoir, Ugine.

6 Le Prado pour AFC, la rue Breteuil pour les Bauxites de France, la rue Edmond Rostand pour l’Union, le cours Pierre Puget pour le Comptoir, tandis que les Bauxites du Midi sont à Aix, boulevard du Roi René.

7 La production héraultaise – notamment le gisement de L’Arboussas – est contrôlée par le Midi et AFC. De petites sociétés exploitent les « poches » varoises (Le Revest, près de Toulon) ou se livrent à la prospection.

8 Né en 1881 en Mayenne, ingénieur civil des mines.

9 Lettre d’Henry-Coüannier du 2 septembre 1936.

10 Compte-rendu de la réunion par R. Huybreglis, représentant de la direction internationale du Midi.

11 Compte-rendu de la réunion du syndicat par H. Valet, 5 février 1937.

12 Charles Daher est administrateur délégué chez Lafarge depuis 1919 alors que son père en est devenu le vice-président. Il assure le développement international de l’entreprise et sa diversification dans les autres matériaux que le ciment (Laurence Americi et Xavier Daumalin, Les dynasties marseillaises de la Révolution à nos jours, Paris, Perrin, 2010, p. 93). Il est également membre du conseil d’administration des Charbonnages du Sud-Est. Son frère, André, vient d’être élu en 1936 député de Marseille. Il siège à droite, sous l’étiquette Fédération républicaine.

13 Réunion du 15 avril 1937, compte-rendu d’H. Valet du 23.

14 Réunion du 5 février 1937.

15 Réunion du 15 avril 1937, compte-rendu d’H. Valet du 23.

16 Réunion du 5 février 1937.

17 Réunion du 19 mars1937, compte-rendu du 22. Daher souhaite que chaque compagnie informe et essaye de convaincre les sénateurs de ses relations. Bernion est chargé de documenter les membres de la commission sénatoriale.

18 Réunion du 15 avril 1937.

19 L’augmentation est réduite de moitié pour les salariés de 18 ans et les femmes.

20 Réunion du 26 avril 1937.

21 Dès le mois de juillet 1940, un accord est conclu par VAW (Vereignite Aluminium Werke AG) avec l’Aluminium français. Les Allemands font savoir qu’ils veulent reprendre les « excellentes » relations antérieures.

22 Rapport Bernion du 18 mars 1941, « L’industrie de la bauxite dans le Sud-Est », p. 3.

23 Voir notre contribution « La bauxite varoise », in Alain Beltran, Robert Frank et Henry Rousso (dir.), La vie des entreprises sous l’Occupation, Paris, Belin, 1994, p. 117-127.

24 Il est à noter que la direction d’AFC vient de se replier dans le village d’Éguilles, tout près d’Aix-en-Provence pour échapper à l’occupation allemande.

25 Lettre du 11 novembre 1942. Les 24 000 tonnes que le Midi doit fournir se répartissent en 15 000 pour le Var, 5 000 pour Bédarrieux et 4 000 pour L’Arboussas.

26 La commission allemande pour les métaux légers est installée au 2, rue Beauvau. Elle est dirigée par le Dr Schulte, qui fait sa première visite du bassin en octobre 1942.

27 Les Allemands se plaignent au début de 1941. AFC ne livre pas 30 000 tonnes prévues par contrat à VAW (sur 75 000).

28 C’est ainsi que le projet d’une usine d’alumine dans le Var souhaité par les Allemands en 1941 n’aboutit pas, AFC cherchant à gagner sur tous les tableaux. Sur ce projet, Philippe Burrin, La France à l’heure allemande 1940-1944, Seuil, rééd. Points, 1997, p. 260-262. De Vitry est membre de l’OCM, l’un des principaux mouvements de Résistance de zone occupée. Il sera délégué du CNR pour les industries chimiques (Henri Rousso, Vichy, l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2001, p. 567).

29 Compte-rendu des réunions du 7 juin et 5 juillet 1943 ; en fait, l’augmentation est de plus 15 % pour les travaux en régie et jusqu’à 25 % pour le travail à la tâche au fond, en dépit des protestations de Daher, des Bauxites de France et du Midi.

30 Lettre d’A. Chalmin à A. Henry-Coüannier, 20 mars 1943.

31 Compte-rendu de la réunion du COAM, 25 juin 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Guillon, « Les « Bauxiteurs » 1936-1943 », Rives méditerranéennes, 45 | 2013, 73-84.

Référence électronique

Jean-Marie Guillon, « Les « Bauxiteurs » 1936-1943 », Rives méditerranéennes [En ligne], 45 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/4445 ; DOI : 10.4000/rives.4445

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Guillon

Jean-Marie Guillon est professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Aix-Marseille et membre de l'UMR TELEMME. Spécialités de recherche : la France des années 1940 ; la Provence contemporaine (XIXe-XXe siècles) ; la construction de la mémoire collective au XXe siècle. Publications : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/Jean-Marie Guillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org