Navigation – Plan du site

Avant-Propos

Laurence Américi, Xavier Daumalin, Olivier Raveux, Céline Regnard et Isabelle Renaudet
p. 5-7

Entrées d’index

Géographie :

France, Espagne

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque organisé les 21 et 22 mars 2013 par les laboratoires TELEMME et LAMES à Aix-en-Provence.
  • 2 Le Groupement de Recherche Nord-Méditerranée avait anticipé la création de l’unité. La revue avait (...)
  • 3 Sur les 44 numéros de la nouvelle collection, plus d’une douzaine s’intéressent en totalité ou très (...)

1En présentant un dossier de contributions rédigées autour de l’histoire économique de l’Espagne et de la France au cours des XIXe et XXe siècles dans le cadre d’un hommage à Gérard Chastagnaret, la présente livraison de Rives méditerranéennes revêt un caractère particulier. Au moment de son départ à la retraite, la revue se devait de lui souligner son attachement et de lui adresser ses remerciements, et ce pour plusieurs raisons. La première et la plus directe est évidente : Rives méditerranéennes est la publication de l’unité mixte de recherche TELEMME, un laboratoire dont Gérard Chastagnaret a été le fondateur en 1994, le directeur jusqu’en 2001, avant d’en redevenir un membre actif depuis 2005, comme en témoigne la vigueur de son récent engagement dans le colloque international sur les pollutions industrielles en Méditerranée1. Ses liens forts avec la revue ne se limitent pas à des aspects touchant aux statuts. Gérard Chastagnaret a également été le co-fondateur de Rives méditerranéennes, ou plutôt, pour être plus précis, le refondateur. Cette publication existait déjà avant la création de l’unité2, mais c’est à partir de 1998 qu’elle a entamé une deuxième vie sur des bases entièrement renouvelées. Au moment où l’UMR TELEMME gagnait les locaux de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Gérard Chastagnaret avait confié la mission de repenser et de moderniser la revue à Gabriel Audisio, Professeur d’histoire moderne nommé pour l’occasion directeur de publication et aidé dans sa tâche par un secrétariat tout d’abord animé par Claire Laurent jusqu’en 2000 puis par Laurence Lablache par la suite. D’outil d’informations sur les activités du laboratoire et de présentation de travaux internes encore sur le métier, Rives méditerranéennes devait se transformer en ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir une revue scientifique reconnue dans le champ des sciences humaines et sociales et dotée d’une véritable visibilité internationale. La troisième et dernière raison de l’existence de ce numéro spécial est l’importance de l’activité scientifique déployée par Gérard Chastagnaret dans le champ de l’histoire économique de l’Espagne et de la France, et même plus largement de l’espace méditerranéen, un domaine d’études de prédilection de Rives méditerranéennes3. Les cinq contributions rassemblées dans le présent volume rappellent et prolongent les grands thèmes de recherche qu’il a labourés au cours des quatre dernières décennies, les directions de recherche qu’il a impulsées et les principaux apports conceptuels et méthodologiques qu’il a livrés. Un tour d’horizon rapide et très incomplet sur quelques éléments clés permet d’éclairer cette affirmation.

  • 4 Un bel exemple de l’action et de l’influence de Gérard Chastagnaret sur les questions historiograph (...)
  • 5 Quelques exemples : Gérard Chastagnaret, “Marsella en la economía internacional del plomo (Mediados (...)
  • 6 On retiendra notamment ici ses travaux sur Hilarion Roux et la famille Figueroa : Gérard Chastagnar (...)
  • 7 Gérard Chastagnaret, L’Espagne puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle, Madrid, Bibliothèque (...)
  • 8 Deux exemples dans une liste très abondante : Gérard Chastagnaret, Olivier Raveux, « Espaces et str (...)
  • 9 Gérard Chastagnaret, « La Méditerranée au temps de l’industrialisation », in Thierry Fabre (éd.), R (...)

2L’histoire économique pratiquée par Gérard Chastagnaret n’est pas une histoire focalisée sur des problèmes et des questionnements étroits. Elle se veut aussi histoire sociale, histoire technique, voire histoire politique et même histoire culturelle, en somme une histoire économique « à la française », peut-être éloignée des analyses quantitatives mais attentive à l’homme et aux organisations, le tout resitué dans une pluralité d’environnements4. Les contributions de Michel Lescure sur la grande dépression immobilière de la fin du XIXe siècle et celle de Philippe Mioche sur la présence du groupe Solvay en Espagne sont là pour nous rappeler l’importance de l’encastrement des acteurs dans la société, le poids des événements dans les trajectoires des hommes et des organisations, la prise en compte de la force ou de la faiblesse des territoires à un moment donné dans la détermination des stratégies économiques. En résumé, l’œuvre de Gérard Chastagnaret souligne la nécessité pour l’historien économiste de prêter une attention conjointe à l’homme, au temps et à l’espace dans l’analyse des processus et des objets de l’économie. Difficile de mieux insérer l’histoire économique au cœur des sciences humaines et sociales. Elle souligne aussi la valeur heuristique d’étudier l’économie à travers de multiples échelles d’analyse et par des objets distincts. Gérard Chastagnaret n’a eu et n’a de cesse de multiplier les études d’entrepreneurs, d’entreprises, de secteurs d’activités et de se pencher sur des phénomènes inscrits dans un cadre local, régional, national ou international5. Son but n’est pas de segmenter la recherche par des travaux d’importances variées, mais de trouver à chaque fois la bonne « focale » pour traiter une question et tenter d’apporter des réponses. Il a ainsi parfois utilisé les méthodes de l’examen au plus près des acteurs6, à l’image des portraits brossés par Éliane Richard et Roland Caty d’Antoine Vidal, par Xavier Daumalin et Olivier Raveux de Louis Benet et de Philip Taylor, ou par Philippe Mioche de l’usine Torrelavaga. Il s’est bien entendu intéressé, et sa thèse en est un parfait exemple7, aux problèmes sectoriels comme Michel Lescure avec l’immobilier à Paris et Jean-Marie Guillon avec la bauxite en Provence. Son œuvre montre comment et avec quels bénéfices l’étude des trajectoires d’entrepreneurs, d’établissements et de branches permet de saisir de manière concrète des phénomènes complexes dont il s’agit d’expliquer les ressorts, comme les circulations humaines et techniques, le poids des représentations dans les prises de décision, la maîtrise des facteurs de production, la gestion des risques ou l’étude des marchés8. Les différentes contributions rassemblées dans ces pages ne peuvent à elles seules résumer tous les apports des travaux de Gérard Chastagnaret et en restituer le caractère foisonnant et novateur. Le fait est d’autant plus vrai que ce chercheur actif continue d’explorer cette histoire économique méditerranéenne qui le passionne et qu’il a donné à comprendre, en offrant à maintes reprises les bonnes lunettes pour la décrypter9.

Haut de page

Notes

1 Colloque organisé les 21 et 22 mars 2013 par les laboratoires TELEMME et LAMES à Aix-en-Provence.

2 Le Groupement de Recherche Nord-Méditerranée avait anticipé la création de l’unité. La revue avait pris pour nom dans un premier temps Rives nord-méditerranéennes.

3 Sur les 44 numéros de la nouvelle collection, plus d’une douzaine s’intéressent en totalité ou très largement à cette question.

4 Un bel exemple de l’action et de l’influence de Gérard Chastagnaret sur les questions historiographiques et méthodologiques : Carlos Barciela, Gérard Chastagnaret, Antonio Escudero (eds.), La historia económica de España y Francia (siglos XIX y XX), Madrid-Alicante, Université d’Alicante-Casa de Velázquez, 2006.

5 Quelques exemples : Gérard Chastagnaret, “Marsella en la economía internacional del plomo (Mediados del XVII- mediados del XIX)”, Revista de Historia Industrial, Barcelona, n° 1, 1992, p. 11-38 ; « Mines et dynamiques de district dans l’Espagne du XIXe siècle » et « Conclusions », in Jean-François Eck et Michel Lescure (éd.), Villes et districts industriels en Europe occidentale XVIIe-XXe siècles, Tours, Université François Rabelais, 2002, p. 219-233 et 345-354 ; “La iniciativa privada en la minería española a mediados del XIX. ¿Un modelo nacional y mediterráneo ?”, Boletín de la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, n° 83, 2006, p. 527-549 ; « Sortir du Sud : le modèle espagnol », Vingtième Siècle, octobre-décembre 1991, p. 33-41 et « L’économie espagnole depuis la transition. Une trajectoire européenne et méditerranéenne », Vingtième Siècle, n° 74, avril-juin 2002, p. 73-86.

6 On retiendra notamment ici ses travaux sur Hilarion Roux et la famille Figueroa : Gérard Chastagnaret, « Espace industriel et stratégie personnelle : Hilarion Roux et la construction d’une Méditerranée du plomb », in Paul Aubert, Gérard Chastagnaret, Olivier Raveux (éd.), Construire des mondes. Élites et espaces en Méditerranée. XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 269-287 et « De Marseille à Madrid, du plomb à la noblesse et au pouvoir d’État : la fortune de la Casa Figueroa », Cahiers de la Méditerranée, n° 46-47, numéro « Bourgeoisie et notables en Méditerranée (XVIIIe-XXe siècles) », Nice, 1993, p. 123-137.

7 Gérard Chastagnaret, L’Espagne puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle, Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, n° 16, 2000.

8 Deux exemples dans une liste très abondante : Gérard Chastagnaret, Olivier Raveux, « Espaces et stratégies industrielles aux XVIIIe et XIXe siècles : exploiter le laboratoire méditerranéen », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, n° 2/3, 2001, p. 11-24 et « La minería como apuesta. Les logiques du pari : le cas des fièvres minières espagnoles du milieu du XIXe siècle », in Gérard Chastagnaret, Brigitte Marin, Olivier Raveux et Carlo Travaglini (dir.), Les sociétés méditerranéennes face au risque. Économies, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 2012, p. 291-311.

9 Gérard Chastagnaret, « La Méditerranée au temps de l’industrialisation », in Thierry Fabre (éd.), Rencontres d’Averroès. La Méditerranée, frontières et passages, Arles, Actes Sud, 1999, p. 127-152 ; « La Méditerranée ou l’industrialisation masquée », Alliages, n° 24-25, 1995, p. 296-306 ; « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », Méditerranée, n° 3-4, 1997, p. 5-22 et “A Mediterranean Nineteenth Century. Economic Dynamics of the Mediterranean Area During the First Two Thirds of the Century”, in John Consiglio, Juan Carlos Martinez Oliva, Gabriel Tortella (ed.), Banking and Finance in the Mediterranean : an Historical Perspective, London, Ashgate, 2012, p. 241-254.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Américi, Xavier Daumalin, Olivier Raveux, Céline Regnard et Isabelle Renaudet, « Avant-Propos », Rives méditerranéennes, 45 | 2013, 5-7.

Référence électronique

Laurence Américi, Xavier Daumalin, Olivier Raveux, Céline Regnard et Isabelle Renaudet, « Avant-Propos », Rives méditerranéennes [En ligne], 45 | 2013, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/4403 ; DOI : 10.4000/rives.4403

Haut de page

Auteurs

Laurence Américi

Laurence Américi est maître de conférences en histoire moderne à l'université d'Aix-Marseille et mène ses recherches dans le cadre de l'UMR TELEMME. http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Laurence_Américi

Articles du même auteur

Xavier Daumalin

professeur d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université-UMR TELEMME, Xavier Daumalin est spécialiste d’histoire économique du Midi méditerranéen. Ses travaux portent plus particulièrement sur l’industrie des XIXe et XXIe siècles dans toutes ses dimensions (économique, sociétale, technique, patrimoniale). Ses recherches actuelles le conduisent à accorder une importance particulière à la question des ouvriers immigrés, des risques et du patrimoine industriel. Publications : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Xavier_Daumalin

Articles du même auteur

Olivier Raveux

Olivier Raveux est chargé de recherche CNRS et membre de l'UMR TELEMME. Ses spécialités de recherche : industrie de la Provence et de la Méditerranée (XVIIe-XIXe siècle) ; réseaux commerciaux et produits eurasiatiques au XVIIe siècle ; transferts de technologies. Publications : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Olivier_Raveux

Articles du même auteur

Céline Regnard

Céline Regnard est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université d'Aix-Marseille, elle est membre de l'UMR TELEMME : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Céline_Regnard

Articles du même auteur

Isabelle Renaudet

Isabelle Renaudet est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Aix-Marseille et mène ses recherches dans le cadre de l'UMR TELEMME : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Isabelle_Renaudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org