Navigation – Plan du site

Les espaces publics dans les politiques patrimoniales à Naples

Place du Plébiscite et Place Dante
Pascale Froment
p. 99-118

Résumés

Après des années de laisser-faire et de dégradation du centre historique, la «renaissance» de Naples depuis dix ans s’est dès le départ appuyée sur la mise en valeur du patrimoine architectural, privilégiant les espaces publics du centre en tant que lieux porteurs d’une identité collective et d’une nouvelle image de la ville. Le réaménagement des deux places – Plébiscite et Dante – symbolise à huit ans d’intervalle deux stratégies différentes de valorisation du patrimoine mais témoigne aussi d’un processus inégal de ré-appropriation de ces espaces par les citadins et de la fragilité des politiques patrimoniales impulsées d’en haut, souvent plus attachées au décor qu’à une véritable mobilisation des habitants.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe méridionale, Italie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Au regard des politiques de sauvegarde du patrimoine urbain, Naples occupe une place pour le moins paradoxale. D’une part, elle possède un centre historique parmi les plus riches et les plus vastes d’Europe, doté d’un grand nombre d’objets patrimoniaux qui ont fait d’elle au xviiie et xixe siècles l’une des principales étapes du Grand tour; d’autre part, elle est longtemps restée à l’écart des flux touristiques et des politiques de valorisation du patrimoine qui ont caractérisé les villes des pays industrialisés. Porteuse d’une identité urbaine complexe et d’une image résolument négative, elle fait ainsi figure d’exception par rapport aux grandes cités touristiques italiennes, en particulier Venise ou Florence, et à ses voisines européennes qui pour relancer leur base économique, ont pointé sur l’identité urbaine, sur le modèle du tourisme culturel et de la ville d’art.

2En même temps, le retard accumulé dans la mise en valeur de son héritage architectural et la rapidité des transformations dont elle est le théâtre depuis le début des années 1990 en font un observatoire privilégié des processus de patrimonialisation en Europe, un laboratoire un peu particulier de la mondialisation urbanistique1. Le paradoxe vient aussi de ce que les politiques récentes de valorisation à Naples ont repris en partie les modèles et «clichés» de la ville d’art, souvent considérés ailleurs comme déjà dépassés, tout en alimentant l’idée qu’un souffle nouveau balayait enfin la vieille capitale, que celle-ci longtemps snobée et évitée, devenait à nouveau fréquentable, crédible, désirable… Naples serait alors un condensé des enjeux et rôles nouveaux dévolus au patrimoine dans les politiques actuelles de renouvellement urbain des pays occidentaux; elle se trouve à la croisée des chemins entre la réplique de modèles – voire de recettes – et la possibilité de s’en démarquer, d’éviter certains pièges, de tirer parti des expériences menées ailleurs, de prendre de la distance pour inventer d’autres formes: comment sauvegarder sans muséifier ou paralyser? Comment moderniser les tissus anciens sans détruire leur spécificité, sans les figer ou les banaliser? Comment allier modernité et patrimoine?

3Ce renouvellement s’inscrit dans le contexte actuel particulier d’une complexification de la notion de patrimoine et d’une accélération du processus de patrimonialisation, associée à une forte diversification de son contenu2. Diversification des enjeux tout d’abord: le patrimoine n’est plus seulement considéré comme facteur producteur d’une identité collective mais il acquiert avec la croissance du tourisme international une valeur marchande et devient un outil de développement. Diversi­fication des destinataires dans la mesure où les objets patrimoniaux revêtent des valeurs différentes selon qu’ils sont «adressés» aux touristes de passage ou aux citadins: la vocation touristique des espaces est-elle alors compatible avec la vocation citadine? Comment sont prises en compte les pratiques sociales et les représentations dans ces processus? Enfin, diversification typologique des lieux patrimoniaux depuis un demi-siècle dépassant l’échelle du simple objet, du monument isolé, pour englober des espaces de plus en plus vastes et disparates: des édifices aux espaces non bâtis, de l’itinéraire au quartier, du musée à l’animation urbaine…

4Nous avons choisi pour décrypter l’expression des tensions et des enjeux de la patrimonialisation à Naples, de nous intéresser à deux espaces, les places du Plébiscite et Dante. D’une part, il s’agit d’espaces publics, perçus dans la tradition européenne comme fondements de la ville, qui ont focalisé d’emblée l’attention des pouvoirs locaux en tant que lieux privilégiés de la mise en scène de la société civile et outils stratégiques de la patrimonialisation… D’autre part, le réaménagement de ces deux places symbolise à huit ans d’intervalle – entre 1994 et 2002– deux logiques différentes de valorisation du patrimoine qui ont connu de fait un succès inégal. Ces mutations peuvent alors être lues comme emblématiques de la capacité ou des difficultés de la ville à se transformer réellement tout en gardant sa spécificité, à se réinventer de façon créative et dynamique pour s’inscrire dans l’avenir.

Un patrimoine longuement négligé et récemment redécouvert

5Le patrimoine bâti de Naples, couvrant plus de deux millénaires d’histoire et largement concentré dans le centre ancien, est resté en friche jusqu’au début des années 1990; à la fois privé d’entretien, non valorisé et non médiatisé, ce capital a connu une forte dégradation aggravée par plusieurs phénomènes. L’absence d’entretien et de valorisation des musées et des monuments, édifices publics ou religieux, les a rendus pour la plupart impraticables en raison de l’état de délabrement, ou inaccessibles (horaires d’ouverture limités ou fantaisistes), au mieux peu intelligibles (éclairage et signalétique déficients). La détérioration des bâtiments privés, souvent de grande valeur architecturale, s’explique en partie par les bas revenus des locataires et l’incurie des propriétaires en raison du faible rapport locatif. En effet, le centre historique, longtemps délaissé par les catégories moyennes et aisées qui ont émigré vers les quartiers limitrophes, est largement occupé par les couches populaires, disposant de peu de moyens pour entretenir les appartements et les parties communes des constructions3. De plus, l’absence de politiques dissuasives contre les abus a conduit à des atteintes répétées contre le patrimoine bâti, à un non-respect généralisé des règlements urbanistiques sous différentes formes: surélévation des immeubles par l’édification d’étages supplémentaires, percement de portes ou de balcons, au mépris de l’harmonie des façades… Enfin, le tremblement de terre de 1980 a largement contribué à fragiliser le bâti et à accentuer le délabrement des quartiers du centre.

6Parallèlement, les espaces publics ont été progressivement dépouillés de leurs attributs car asservis aux exigences de la circulation automobile et en partie annexés par la sphère domestique – extension des bassi par des terrasses mordant sur les ruelles déjà très étroites et sans trottoirs – ou marchande: extension abusive des tables des cafés et restaurants… Autant d’abus traduisant un net recul du public par rapport au privé et dont les espaces publics sont aujourd’hui le reflet: leur dégradation symbolise alors le «mal gouvernement» urbain et un déficit d’engagement citoyen.

7Ces différents facteurs associés à une micro-délinquance croissante dans les années 1970-1980, ont eu raison de la fréquentation de cet espace central considéré comme dangereux et devenu franchement répulsif pour la majorité des Napolitains comme pour les touristes qui l’évitent au profit du patrimoine archéologique antique de Pompéi ou des Champs Phlégréens… S’est ainsi opéré un processus de reconnaissance très sélectif au détriment de pans entiers de l’espace urbain et oublieux d’un passé architectural pourtant très diversifié depuis les palais de la Renaissance jusqu’à l’audacieux bâtiment de la Poste centrale hérité de la période fasciste et a fortiori aux friches industrielles de Bagnoli ou de la zone Orientale.

8Alors que dans les autres villes italiennes le processus de patrimonialisation est allé s’intensifiant, Naples s’est trouvée résolument à contre-courant; dans ce contexte d’abandon, on pourrait presque parler d’une dépatrimonialisation dans la mesure où la majeure partie des biens artistiques et culturels de la ville est tombée dans un oubli prolongé et a cessé de faire sens pour les Napolitains qui s’en sont détournés. Le centre traditionnel abandonné aux catégories moins favorisées a été doublement marginalisé en termes de résidence, de pratiques économiques et sociales citadines et déserté par les touristes.

9Il a fallu en revanche moins d’une décennie – 1993-2003 – pour que soit «activé» ce considérable patrimoine dormant, même si ce réveil ne s’est pas opéré ex-nihilo4. Sa reconnaissance à l’échelle nationale et internationale est désormais associée à un événement, la réunion du G7 en juillet 1994 qui constitue en quelque sorte l’acte fondateur de la «renaissance napolitaine» ainsi qu’à la figure charismatique d’Antonio Bassolino, maire de 1993 à 2000, à la tête d’une nouvelle équipe municipale de gauche, et officialisée avec l’inscription du centre historique au patrimoine mondial de l’Humanité en 1995.

10La valorisation du patrimoine a donc été, dès le début, l’un des pivots de la politique municipale dans la «reprise en main» de la ville. Plutôt que d’investir lourdement dans de nouvelles architectures et dans des stratégies de marketing coûteuses, comme à Glasgow ou Bilbao également touchées par la désindustrialisation et qui ont joué la carte de la ville d’art, les édiles napolitains ont privilégié dans un premier temps la récupération de ce qui existait déjà, en misant pour la valorisation sur l’art de rue, le spectacle, l’advertising… Cette stratégie a été facilitée par la situation particulière de Naples, dotée dès le départ d’un énorme patrimoine, en mauvais état certes, mais qu’il suffisait de repêcher dans son passé de capitale pour le mettre en valeur. Cette politique pragmatique est d’emblée soucieuse d’articuler le court et le moyen terme, de redorer les façades tout en préparant les mutations à plus long terme. Ainsi la campagne des 100 jours précédant le G7 a permis de rendre la ville présentable et attrayante, d’en changer l’image et de gagner la confiance d’investisseurs potentiels, pour mettre en route les chantiers de longue haleine: élaboration des variantes du schéma directeur, modernisation, allongement et mise en réseau des lignes de métro, etc. Les opérations de mise en valeur et de sauvegarde des sites, inaugurées en 1994, s’affirment tout autant comme actions d’éclat et de séduction qu’elles s’inscrivent dans des projets urbains plus vastes et complexes de régénération ou de renouvellement. Elles répondent à des logiques croisées à la fois économiques, politiques, sociales et spatiales pas toujours compatibles entre elles. Engagées le plus souvent sous un angle économique et touristique dans le but de positionner la ville à l’échelle mondiale, d’en faire un écrin pour accueillir touristes et manifestations de portée internationale5, ces opérations répondent en même temps à des visées socio-politique; le patrimoine et l’espace du centre historique, biens culturels collectifs, doivent fonctionner comme déclencheurs d’une dynamique identitaire et collective et deviennent l’enjeu d’une cohésion sociale perdue, un moyen aussi de resserrer les liens distendus entre pouvoir public et citadins, de sceller un nouveau pacte de respect mutuel à travers le respect de la chose publique. Il s’agit de recréer ou de renforcer une centralité à la fois sociale et touristique très affaiblie.

11Vitrine et «cœur vivant» de la ville, le centre historique devient le théâtre des enjeux de la patrimonialisation. Il regroupe l’essentiel du patrimoine urbain et cristallise en même temps les contradictions de la cité. Malgré les vicissitudes, il est resté l’objet de toutes les convoitises si l’on considère les nombreux projets de rénovation et de réhabilitation partielle qui se sont succédés au cours des années 19806 générant de vives polémiques. Par les choix opérés, la révision du Schéma directeur (PRG)7 de 1972 se démarque nettement des précédents scenarii concernant le centre historique. La redéfinition des limites de celui-ci a été dès le départ une étape décisive quant au choix des secteurs à sauvegarder8. «Il faut tirer au clair un vieil artifice napolitain derrière lequel se sont cachés trop de projets de spéculation (…). Il n’y a pas d’un côté un Centre antique à sauvegarder et de l’autre un centre historique sur lequel intervenir hors des règles, il y a un seul grand centre historique de la ville de Naples qui constitue une ressource extraordinaire à protéger, valoriser, requalifier, sous tous ses aspects»9. Le nouveau schéma entérine l’extension de la surface du centre qui passe ainsi de 720 ha à 1.750 ha par l’élargissement des critères d’appartenance: on inclut le bâti jusqu’en 1943 au lieu de 1900 dans le scénario précédent. La variante propose une approche conservatoire du centre ville basée sur un inventaire et une typologie très précise du bâti architectural qui définit les différents modes d’intervention ainsi que sur des normes urbanistiques faites pour protéger le tissu urbain existant. «Pour le centre nous visons la requalification sans ajouter un seul mètre carré de bâti ex novo. Comme principe de base nous misons sur la réhabilitation physique, sur la gestion et la reprise du Centre, qui doit devenir le plus grand musée ouvert du monde tout en gardant sa complexité sociale, c’est à dire sans en expulser les couches populaires»10. Enfin, les procédures retenues privilégient une intervention directe, c’est-à-dire immédiate, ne nécessitant pas de recours à d’autres documents urbanistiques comme dans le cas du PRG de 1972, ce qui doit faciliter le lancement rapide des opérations de restauration et de requalification du patrimoine historique.

12Pourtant, malgré ces avantages, la variante ne va pas sans poser problème ne serait-ce que par la vastitude de l’espace à protéger et à valoriser ainsi que par les délais requis pour son approbation définitive: celle-ci est actuellement en cours, soit sept ans après la publication de la variante! Compte tenu de ces contraintes, la transformation du centre a donc obéi à des rythmes différents: ce n’est pas un hasard si le réaménagement des places constitue le premier maillon ainsi que l’un des pivots principaux de la «renaissance napolitaine».

D’une place à l’autre: évolution des processus de patrimonialisation

La Place du Plébiscite, point de départ et symbole du renouveau napolitain

13La valorisation de la Place du Plébiscite, constitue à la fois le point de départ et l’un des traits les plus marquants de la logique de patrimonialisation qui a prévalu à Naples au cours du premier mandat de Bassolino; elle reflète tout d’abord la décision d’agir sur les espaces les plus emblématiques du centre; à cet égard, la place est tout à la fois le symbole de la magnificence de l’ancienne capitale et celui de sa déchéance, de la dégradation des lieux publics, en raison de son usage comme immense dépôt de bus et vaste parking abusif, bref un non-lieu de l’espace urbain. Elle témoigne également de l’extension et de la diversification typologique du concept de patrimoine au xxe siècle qui s’élargit à l’espace non bâti, en particulier les places et la voirie. La place du Plébiscite, vaste espace en creux entre les façades en vis-à-vis du Palais Royal et de l’église néo-classique S. Francesco di Paola, est doublement ouverte par une vaste esplanade sur la ville et sur le golfe, sorte de trait d’union entre les deux. Plus que les deux édifices, c’est l’espace même de la place qui est devenu l’objet de toutes les attentions urbanistiques.

14La transformation de celle-ci s’inscrit à un double niveau, esthétique et fonctionnel: le repavement avec des pierres de lave (réouverture de vieilles carrières pour l’occasion), la nouvelle illumination sont allés de pair avec la transformation de sa fonction. Restaurée en 1994, la place a été définitivement interdite à la circulation et rendue à son rôle d’espace public, à disposition des citadins pour la promenade, les rencontres… Dès le départ, elle a accueilli les grandes manifestations sociales et culturelles, redevenant ainsi un lieu rassembleur de la vie citadine.

15Les tout premiers changements ont donc privilégié les espaces publics pour une double raison matérielle et symbolique.

16– Il s’agit d’espaces gérés directement par la municipalité permettant des transformations sans complications administratives, rapides et à coût modéré, permettant au pouvoir municipal d’imprimer sa marque dans de courts délais: ravalement, entretien, nettoyage des façades ­s’accompagnent d’un renouvellement de la signalétique, de l’éclairage et du mobilier urbain, de restrictions de circulation et de stationnement. Ces interventions «d’urgence» ont pour objectif de faire la preuve d’un changement radical dans le gouvernement urbain qui rompt ainsi avec la réputation d’inertie et de gaspillage des ressources qui pesait sur la cité; elles sont le gage de l’efficacité des nouveaux édiles, de leur capacité à tenir les engagements et donc de leur crédibilité et contribuent à produire une nouvelle image de la ville à l’échelle nationale et internationale ainsi qu’à l’échelle locale.

17– Porteurs de plus-value, les espaces publics ont aussi une forte valeur symbolique. Leur transformation matérielle – toilettage, lisibilité et accessibilité – entraîne celle de leur usage, double mutation qui métamorphose l’image de la ville et se répercute directement dans la pratique et la perception de l’espace urbain11. Le pari est de rendre ces lieux à un usage identitaire, convivial et récréatif longtemps oublié qui passe par la redécouverte de la pratique piétonne dans une ville où l’automobile fait loi, et d’engendrer un véritable processus de reconnaissance et de ré-appropriation de l’espace et du patrimoine urbains par les citadins eux-mêmes.

18Cette restauration a fonctionné aussi comme modèle de réaménagement pour d’autres espaces du centre et comme point de départ à un processus de requalification qui s’est propagé vers les zones voisines tout d’abord – via Toledo et Borgo Santa Lucia – puis vers la zone du centre antique. C’est sur le même principe de piétonisation et de restauration des façades qu’ont été réaménagées les grandes places (Trieste et Trento, du Gesù et San Domenico Maggiore) et les artères proches. La mise en place d’itinéraires thématiques (le Vie dell’Arte), balisés par une signalétique renouvelée ont aussi contribué à donner une lisibilité accrue du patrimoine dont ont bénéficié notamment les palais aristocratiques des artères principales comme Via Toledo ou les trois decumani du centre antique.

La place Dante, dialectique heureuse de l’ancien et du moderne?

19La métamorphose de l’espace urbain central à partir des places, entre 1994 et 2003, a dépassé le cadre initial du toilettage pour faire place progressivement à des transformations profondes de la forme et de l’usage du patrimoine architectural et culturel. Les nouvelles stations de métro ont été le vecteur le plus spectaculaire de cette valorisation et d’une étroite conjugaison entre patrimoine et modernité dont la Place Dante fournit le meilleur exemple; elles ont été l’occasion d’un véritable remodelage voire d’une création de nouveaux espaces publics.

20Après des années de chantier, l’ouverture de la station de métro Place Dante, inaugurée en 2002, a été associée à une «réinvention» de la place homonyme. A bien des égards, ce réaménagement présente des points communs avec celui de la Place Plébiscite dont il reprend une partie des principes: il concerne un espace stratégique, par sa taille et sa position de passage (Porte Alba) entre le centre antique et l’artère de Via Toledo percée au xvie s.; il est conçu comme un point de contact entre des ambiances urbaines différentes et agit sur un espace lui aussi dégradé et peu amène en raison de l’intense trafic qui le caractérisait. Là encore, on a privilégié un paysage minéral associant restauration de la façade en hémicycle du Convitto Nazionale, repavement et installation d’un nouveau mobilier urbain permettant d’accueillir les flâneurs. L’automobile n’est pas entièrement bannie, mais le nouveau schéma de circulation en contient le flot sur les deux voies de via Toledo, laissant tout l’espace aux piétons du côté de l’esplanade.

21Toutefois, la création de la station de métro marque une politique en apparence plus audacieuse témoignant d’une logique patrimoniale sensiblement différente; le projet de cette station est en effet signé par une architecte de renommée mondiale, Gae Aulenti, connue en France pour le Musée d’Orsay. Il associe design contemporain du métro et architecture vanvitellienne du Convitto qui se font écho autour de la haute silhouette de pierre de Dante Alighieri, emblème de la place et symbole de l’unité italienne12!

22La réalisation du projet est significative d’un changement dans les démarches d’intervention menées sur le centre historique: il s’agit d’adapter les trames anciennes aux exigences de la vie moderne sans détruire leur morphologie et leurs perspectives. Au-delà, on décèle une véritable volonté d’intégrer le neuf dans l’ancien, de permettre aux architectes de marquer leur siècle par des réalisations inscrites au cœur même de la ville et vouées à entrer à leur tour dans le patrimoine urbain.

23La construction du métro est devenue de fait une importante occasion de requalification des points névralgiques de la ville. Cette association entre art et modernité des infrastructures a été différemment déclinée pour les nouvelles stations de métro: les stations Quattro giornate, Museo, Dante, Salvatore Rosa ont été confiées à des architectes vedettes – Aulenti, Alessandro Mendini, Domenico Orlacchio – alors que celles de Duomo et Municipio intègrent dans leur facture des fragments archéologiques, mémoire cachée de la ville aujourd’hui exhumée…

24Elle s’est accompagnée d’une volonté d’impliquer les citadins dans la création de ces nouveaux espaces en jouant implicitement sur l’instauration d’une complicité et d’une familiarité avec des œuvres d’art à vivre au quotidien. «La proposition des architectes de compléter les stations par des œuvres d’art contemporain significatives de la culture napolitaine a progressivement transformé les espaces de transit des stations en lieux de rencontre entre les citadins qui chaque jour utilisent la ligne et l’art contemporain»13. En outre, l’espace de la place est conçu pour devenir un lieu de promenade, une halte bienvenue dans la partie haute de la via Toledo agrémentée par les commerces et les terrasses des cafés et restaurants.

25Cette expérience novatrice s’avère être aussi un remarquable outil de communication et de promotion de la ville et de ses édiles qui s’exerce à plusieurs niveaux.

26La création des nouvelles stations a fait l’objet d’une vaste campagne de marketing urbain adressée en priorité aux Napolitains et qui s’étale sur les murs de la ville depuis 1999 pour scander les différentes étapes d’avancement des travaux du métro. L’ouverture de la station Dante constitue le joyau de cette campagne qui décline à travers ses différentes affiches le couplage «art et transport», patrimoine et modernité, maîtres-mots du discours politique en vigueur. La valorisation du système de transport a été un moyen pour la Municipalité, via la société mixte Metropolitana di Napoli, de véhiculer une autre image auprès des Napolitains mais également à l’extérieur, avec un affichage dans les principales gares italiennes (cf. fig. 2). Les transports peuvent en effet devenir de solides vecteurs d’identité de la ville, si l’on pense notamment aux entrées du métro parisien ou aux autobus londoniens. La mise en scène autour du métro permet de diffuser l’idée d’une ville en mouvement, d’une ville qui change tout en tenant compte de son patrimoine culturel et artistique; c’est enfin une façon de déjouer et de gommer les images négatives accolées à Naples en raison de son trafic chaotique devenu légendaire.

27Un article du quotidien The Times paru en juillet 2002 ainsi que l’exposition des projets de stations à la Biennale de Venise de 2002 témoignent de ce retournement d’image… «Naples a récemment ouvert une nouvelle extension du métro au cœur de l’ancienne capitale du royaume des Bourbons qui doit faire pâlir de jalousie toute ville moderne sur le continent. (…) Le vieux Sud pouvait prouver au reste de l’Italie qu’il n’était pas un simple musée du passé classique. Quelque chose pouvait être fait pour relancer l’économie. Quelque chose, surtout, pouvait être fait à propos du pire des problèmes – la congestion des transports»14.

28Non seulement Naples se hisse au rang des villes européennes mais mieux encore la création des nouvelles stations et le remodelage des espaces environnants permet à la ville de se singulariser voire même de faire école. «Une situation unique qui a suscité la curiosité au niveau international. De nombreuses villes européennes s’engageront sur la même voie dans les années à venir»15. De ville en retard de valorisation et de développement Naples serait elle devenue en quelques années ville d’avant-garde? Certaines interventions semblent en effet renouer avec la fonction première du patrimoine telle qu’elle se forge à la Renaissance à savoir que l’objet patrimonial acquiert une fonction nouvelle, originale et subversive: aider à penser et à produire le futur. Le retour aux sources, la prise en compte du capital artistique existant, fonctionnent ainsi comme modèle et aide à la création en permettant de construire des formes nouvelles. «Le métro – c’est en cela que consiste la véritable nouveauté, n’a pas été conçu seulement comme un instrument à caractère fonctionnel. (…) Les stations sont devenues les salles d’un musée idéal dénué de frontières à l’intérieur duquel ont été intégrées des œuvres réalisées à cet effet par de nombreux artistes italiens qui ont brisé le cadre traditionnel de l’œuvre pour rivaliser avec les séductions de la ville et donner une identité à des espaces souvent considérés comme non-lieux.»

29Naples se serait elle progressivement émancipée du modèle italien de muséification qui a figé nombre de quartiers et de centres historiques de la péninsule? Les politiques mises en place ont-elles permis par ailleurs à ces espaces conservés et valorisés de faire sens, d’être à nouveau producteurs d’une identité collective? Si les objets patrimoniaux peuvent aider les hommes à se fédérer socialement, qui sont en fin de compte les destinataires de ce patrimoine remis à l’honneur en ses plus belles places? La fonction dévolue aux objets et espaces urbains à Naples rend compte d’un glissement dans les logiques de transformation et de patrimonialisation: sur le plan des espaces physiques, la place Plébiscite rendue à son aspect d’autrefois relèverait plus de la sauvegarde stricto-sensu alors que la Place Dante et les autres places-stations s’inscriraient davantage dans une perspective dynamique associant sauvegarde et usages modernes de l’espace urbain. Pourtant les pratiques actuelles, différenciées, de ces deux lieux par les Napolitains montrent que ce n’est pas si simple et témoignent davantage d’un décalage entre les attentes des aménageurs et la réappropriation effective de ces espaces, de leur inégale reconnaissance comme figures patrimoniales.

Des logiques compatibles ou concurrentes? Un processus de patrimonialisation impulsé par le haut

Deux espaces, deux logiques de transformation

30La plupart des observateurs tombent d’accord sur le caractère positif des interventions réalisées sur le centre historique et notamment sur ses places. La transformation de la place du Plébiscite est lue comme une véritable réussite car elle a su créer enfin un espace «vide» au sein de la ville, une sorte de parc urbain où les citadins peuvent librement se promener. En renouant avec sa fonction d’espace public, elle est devenue un nouveau symbole de la pacification urbaine par sa vertu à agréger des éléments hétérogènes et à refléter un certain idéal du «vivre ensemble» dans des entités urbaines de plus en plus pluriculturelles et ethniques16. Compte tenu de sa position stratégique sur le plan géographique et social17, la place du Plébiscite semble avoir rempli ce rôle de ciment. Elle a été de fait rapidement conquise par les touristes, mais aussi par différentes catégories de Napolitains, classes moyennes venues de quartiers plus éloignés pour une promenade dominicale, ou couches populaires issues des Quartiers espagnols ou du Pallonetto de Santa Lucia tout proches. «Plus qu’une opération de séduction pour les touristes, dit Antonio Bassolino, cela a été vécu comme une véritable révolution culturelle. De vieux Napolitains se sont fait transporter sur la place du Plébiscite, qu’ils n’avaient jamais connue sans voitures.»18.

31Par contiguïté d’autres espaces ont été, après de longues années de déshérence, ré-appropriés et re-territorialisés de façon ponctuelle ou plus durable: places du Gesù, San Domenico Maggiore, Riviera di Chiaia; certains sont aussi devenus des lieux de rencontre pour les immigrés comme Place Dante où se côtoient le dimanche matchs de «calcetto» et de cricket, jeunes napolitains et sri lankais… Touristes et classes moyennes s’y croisent pour visiter un monument ou une exposition, faire du lèche-vitrine, flâner ou écouter un concert; mais ils y côtoient aussi les étudiants et d’autres catégories moins favorisées comme les vendeurs ambulants, des gardiens de parkings abusifs, de petits artisans ou encore les jeunes des quartiers périphériques «rapprochés» du centre par la connexion récente entre les deux lignes de métro. Ainsi, les espaces publics semblent avoir renoué avec l’une de leurs fonctions essentielles comme lieux de rencontre et d’apprentissage de l’altérité. Et, au-delà des aspects strictement institutionnels de la «mise en patrimoine», certains espaces ont réellement produit une valeur patrimoniale pour les citadins ou plus exactement pour les classes moyennes qui ont joué un rôle moteur dans la réappropriation du centre historique19.

32Pourtant, malgré des points communs, les deux places ne semblent pas promises au même destin: l’effet tabula rasa, la minéralité des lieux sont dans le cas de la place du Plébiscite, associés à une vertu symbolique encore puissante dans l’imaginaire collectif: il s’agit de l’acte de naissance du renouveau de Naples, sous les feux mondiaux de la rampe à savoir le G7, exprimant l’opiniâtreté de l’équipe municipale et l’orgueil retrouvé des Napolitains. Alors que, parallèlement, ni l’architecture à la mode d’Aulenti, ni les campagnes publicitaires consacrées à la Place Dante n’ont réussi à construire, sinon de façon très partielle, un sentiment d’appartenance et de fierté et à emporter l’adhésion des Napolitains, plus prompts à en critiquer l’aménagement qu’à se l’approprier.

33Les deux places peuvent être finalement, et contrairement à ce que l’on pouvait attendre, lues comme le reflet spatial de la coexistence dans le centre de deux dynamiques correspondant à deux moments de la vie de la cité. Le degré différent d’implication des citadins dans l’appropriation symbolique de ces deux espaces correspondrait au passage d’un processus de normalisation advenu dans les premiers temps de l’administration Bassolino – état de grâce marqué par la créativité et le foisonnement de cette renaissance napolitaine – à la gestion politique de la normalité et du quotidien, plus statique, qui caractérise davantage la période postérieure à 1998: «_le modèle de régénération parthénopéen perdra de son unicité pour se conformer à des modalités d’intervention plus homologuées»20. Un peu brouillées par les échos positifs issus de regards souvent extérieurs à la ville, les critiques adressées au nouveau modèle de transformation ont pris des tours quelquefois virulents: «Chassées les voitures de Place du Plébiscite: parfait! Chassés les palmiers et les bancs de Place Dante: pire qu’à Trévise avec le gouvernement de la Ligue! Pour la place du Plébiscite, Bassolino s’est fié à son intuition et bien lui en a pris; pour la place Dante il s’en est remis au mild-cult dominant de la pire gauche (et droite) italique et médiatique, il y a adhéré dévoilant ainsi la fragilité de son inspiration, la banalité de son idée de progrès, conforme à celle de tous les puissants du monde.»21. Les mutations récentes s’inspireraient alors davantage de standards internationaux, des recettes à la mode expérimentées depuis vingt ans dans d’autres villes européennes, plus qu’elles ne s’appuieraient sur les ressources offertes par cette métropole originale et sur une véritable mobilisation des citadins, pour se renouveler durablement.

Frictions et nouvelles lignes de clivage

34Les changements dans les pratiques et les temporalités de la ville depuis dix ans ne vont pas sans entraîner des frictions entre les intérêts d’usagers de plus en plus diversifiés qui se croisent, alternent en quelques lieux rassembleurs de la ville. Le processus de récupération des espaces centraux n’a pas manqué de rencontrer quelques problèmes au fil des années, répercutés dans la presse locale: traversée interdite, souvent de nuit, de l’espace piéton de la place Plébiscite par des scooters lancés à toute vitesse, recrudescence du nombre de vols à la tire contre les touristes, conflits d’appropriation sur l’espace entre groupes d’adolescents, occupation croissante des trottoirs de la via Toledo par les vendeurs ambulants… des indices qui sans être vraiment alarmants pourraient dénoter un début de dégradation dans les pratiques des habitants, ce qui pose le problème des modes d’implication de la population dans les processus de transformation.

35Certaines initiatives des pouvoirs locaux témoignent d’une volonté d’impliquer les Napolitains dans les mutations; c’est le cas par exemple des établissements scolaires acteurs de la manifestation annuelle «Mai des Monuments» ou encore des efforts d’information pour faire participer les habitants des quartiers populaires à la mise en place du programme «Urban» dans les Quartiers espagnols et à la Sanità. Toutefois, ces quelques tentatives sont demeurées ponctuelles, voire même superficielles et la volonté de transformer rapidement la ville l’a emporté sur le dialogue avec les habitants des quartiers pourtant susceptible de bâtir un meilleur consensus sur le devenir de ces espaces. «Les problèmes rencontrés Place Plébiscite sont typiques de toutes les transformations impulsées d’en haut sans se colleter avec la culture et les désirs (..) des personnes ni soigner la “construction” du consensus»22. Ainsi, face à un message et à des décisions trop souvent ambivalentes quant aux destinataires de cette politique de patrimonialisation échafaudée par le haut, les manifestations qui se développent sur les places conservent un caractère quelque peu institutionnel. Si beaucoup redécouvrent avec une certaine fierté ces espaces emblématiques du patrimoine urbain, peut-on en conclure que ceux-ci sont pour autant vecteurs d’une identité collective? La requalification peut être tout autant fédératrice que porteuse de divisions…

36Le renouvellement qui a concerné le centre s’avère éminemment sélectif, dessinant de nouvelles lignes de clivages spatiaux.

37Césure tout d’abord entre un centre-vitrine qui a concentré toutes les attentions urbanistiques depuis dix ans et des périphéries très dégradées, et que reflète là encore l’aménagement des stations de métro. La station Rione Alto au Vomero, coincée entre des murs de béton d’un quartier dortoir, aux prises avec les embouteillages et l’insécurité, fait figure de double négatif de la rutilante Place Dante23

38Nouveaux clivages à l’intérieur même du centre historique entre les espaces directement touchés par les opérations de requalification et ceux, pourtant tout proches, qui en restent à l’écart. Le marché de l’immobilier entérine les effets secondaires de la valorisation de certains quartiers centraux. En deux ans (2001-2002), les loyers ont augmenté en moyenne de 40 % avec une augmentation plus soutenue dans les zones du centre revalorisées par le tourisme (+43%) – Santa Chiara, San Domenico voire Montesanto et Via Foria – alors que la zone de via Duomo, en attente de l’ouverture du métro, stagne24. Sans aller trop vite en besogne, peut-on y voir les premiers signes avant-coureurs d’une gentrification du centre, bien qu’à peine amorcée et très inégale?

39Enfin le processus de différenciation-sélection touche aussi les activités. Le développement touristique a suscité des vocations et des transformations dans le «paysage» commercial du centre-ville: avec les aides de la Municipalité, les façades, vitrines et enseignes se transforment pour respecter davantage l’harmonie architecturale du centre ville et les activités ont tôt fait de s’adapter à une nouvelle demande entraînant de profondes modifications du tissu artisanal et commercial qui se standardise. La revitalisation par le tourisme de certaines zones entraîne un recul des activités traditionnelles ou destinées aux résidents au profit des fast-food, des commerces de souvenirs offrant des produits moins élaborés mais qui se veulent plus «pittoresques». Les locaux des grands cafés ou chocolatiers, appartenant au patrimoine napolitain depuis plus d’un siècle disparaissent au profit du «franchising en plein essor»: «Via Chaia a perdu toute sa classe, les magasins importants ont disparu, aujourd’hui c’est seulement un supermarché sans identité»25. L’écla­tement des mesures adoptées à l’égard des activités à maintenir dans le centre a des effets quelquefois contradictoires et rend compte des ambiguïtés de ces politiques26. Ce processus s’opère donc au risque d’une forte banalisation de ces espaces centraux restés populaires et industrieux qui font de Naples une ville devenue atypique en Europe sur le plan social et économique.

40Naples se trouve actuellement sur le fil du rasoir. La première période de changement urbain (1993-1998) est avant tout une période d’ouverture, marquée par la confluence entre une volonté politique de réaffirmer la valeur de la chose publique et une forte participation civique des citadins autour de quelques lieux vecteurs d’une construction identitaire, confluence symbolisée par l’appropriation de certains espaces; la place Plébiscite serait ainsi l’expression au présent d’un lien retrouvé entre le passé de capitale culturelle et l’inscription de la cité dans l’avenir. Les opérations plus récentes témoignent en revanche d’une transition souvent imperceptible et insidieuse vers un modèle de ville objet de consommation. Le parti pris retenu, privilégiant la sauvegarde et l’esthétique urbaine, magnifie la configuration des lieux et la beauté du décor au détriment d’une véritable mobilisation des acteurs non institutionnels et des habitants. Il contribue à maintenir le consensus d’une partie des citadins et à rassurer les acteurs économiques sur le développement touristique de la ville. On peut y voir aussi une habile stratégie permettant de d’atténuer et de maquiller les problèmes non résolus de la métropole…

41Ces choix urbanistiques portent les germes d’une muséification et d’une banalisation des modalités de régénération voire à terme d’une certaine sclérose de la ville. La voie de la sauvegarde se révèle être «celle des apparences plus que du contenu. Durant ce temps la ville se vide et elle se momifie.»27 Le prix à payer pourrait bien être une dénaturation du cœur de la ville transformé en décor touristique, le modelage d’une citadinité plus conforme au modèle dominant, débouchant sur une fragmentation et un cloisonnement accrus des pratiques citadines au détriment d’une participation plurielle et innovante. Mais dans le cas de Naples, les mutations, récentes et rapides, doivent être aussi appréciées à l’aune d’un temps plus long, d’un avenir encore ouvert dont il est difficile d’esquisser aujourd’hui précisément les contours; il faut alors compter également sur une inscription plus lente de ces processus dans l’épaisseur de la durée, conjuguant souvent résistances et ajustements progressifs.

Campagne pour l’inauguration de la station Dante, Mars 2002

A Naples, un métro dans les règles de l’art

42Une autre station-musée du nouveau métro, Piazza Dante, vient de s’ouvrir.

43En un an, 4 nouvelles stations de la ligne 1, projetées par des architectes de renom ont été ouvertes au public.

44Les stations musées abritent de façon permanente des œuvres d’art contemporaines de grande valeur.

45A plein régime la ligne 1 transportera 200.000 personnes par jour, contribuant de façon déterminante à décongestionner le trafic urbain.

Métro après métro l’art rencontre Dante

46 «Le 27 mars, ouverture de la station de place Dante.

47La station Dante du nouveau métro de Naples, signée par l’architecte Gae Aulenti, ouvre en rendant à cette place historique sa beauté originelle et offrant à la ville un véritable musée d’art contemporain. Une vision nouvelle du développement urbain qui met au centre et, sur le même plan, culture et services, pour assurer une meilleure qualité de la vie.»

Haut de page

Notes

1#notes#

A. Maria Montenegro, Dominique Rivière, «Naples, Rio: Renouveler la ville, Quels enjeux pour l’identité urbaine? », in Renouveler la ville, les enjeux de la régénération urbaine, Fréville, 2001, p 272-286.

2Alain Sinou, Cours Institut français d’Urbanisme, 2000.
3En 1991, au niveau de la commune, 55 % des logements sont détenus en location contre une moyenne de 38 % pour les autres grandes villes du pays. Ce taux atteint 59,7 % pour le périmètre du centre historique, voire davantage dans certains quartiers comme San Lorenzo (68 %) où se trouve le cœur du centre antique.
4Pascale Froment, «La renaissance de Naples; réussites et ambiguités», in Tourisme urbain, Les Cahiers espaces, n° 78, juillet 2003, p. 36-46.
5Parmi les plus importantes: en 1995, conférence de l’ONU sur la criminalité organisée; en 2005, la ville doit accueillir la Conférence des présidents des parlements de la Méditerranée occidentale
6Parmi les principaux projets: Il Regno del Possibile, Polis 2000, Neapolis
7Plan régulateur général
8Voir Ugo Rossi, thèse de spécialisation non publiée, Naples, 2003.
9Antonio Bassolino 1994, Un accord de programme pour le centre historique de Naples.
10Antonio Bassolino, 1997.
11Philippe Graff, «Le rôle de l’espace public dans la nouvelle politique urbaine de Naples». In Politiques urbaines à Naples et à Marseille: regards croisés, Revue Méditerranée, n° 1-2 2001.
12Sur le socle de la statue est inscrit: «À l’unité d’Italie représentée par Dante Alighieri»
13G. Silva, Président de la Metropolitana di Napoli.
14Michael Binyon, The Times, 16 juillet 2002.
15Il MattinoLes stations de l’art du Métro de Naples à la Biennale de Venise, 3 août 2002.
16Cyntia Ghorra-Gobin, «L’utopie de la ville au xxie siècle entre nouvelle donne politique et mythes fondateurs», Rencontres sur l’utopie. Peut-il y avoir une utopie de la ville? Mai 2000.
17Elle est en effet à la frontière entre les quartiers populaires du Pallonetto Santa Lucia et des Quartiers espagnols et des quartiers chics qui débutent à via Chiaia en direction de l’Ouest et le long du bord de mer.
18Le Monde, 8 juillet 1995.
19Raffaele Cattedra, Maurizio Memoli, «La réappropriation du patrimoine symbolique du centre historique de Naples», in Bidou-Zachariasen C. (dir.) Retours en ville, Ed. Descartes & Cie, 2003, p 157-173.
20M. Federica Palestino Mira Napoli La costruzione dell’immagine urbana negli anni ’90, Clean Edizioni, 2003.
21G. Fofi, repris dans Il Corriere del Mezzogiorno, 15 septembre 2002.
22F. Ceci, D. Lepore, Arcipelago vesuviano. Percorsi e ragionamenti intorno a Napoli, Lecce, Argo, 1997.
23Il Mattino, 30 mars 2002. Toutefois les faibles vertus esthétiques de cette station ne sauraient faire oublier qu’elle est aussi le résultat de la jonction entre le métro collinaire et la ligne n° 1 qui permet enfin de relier les quartiers périphériques très défavorisés du Nord de la ville avec ceux du centre. Or la reprise des travaux du métro et leur aboutissement progressif est à mettre à l’actif de la Municipalité Bassolino après des années de blocage.
24Source SICET, syndicat des locataires du CISL, données rapportées dans La Repubblica, 20 février 2003.
25Témoignage d’un commerçant, Il Mattino, 6 février 2002.
26Pascale Froment «Le centre historique de Naples: un espace productif menacé ou valorisé par les politiques urbaines? ». Politiques urbaines à Naples et à Marseille: regards croisés in Revue Méditerranée n° spécial 1-2. 2001.
27F. Loyer, «Patrimoine urbain», in La ville et l’urbain – l’état des savoirs Paquot T., Lussault M., Body-Gendrot S. (dir.), La Découverte, 2000, p. 301-312.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Froment, « Les espaces publics dans les politiques patrimoniales à Naples », Rives nord-méditerranéennes, 16 | 2003, 99-118.

Référence électronique

Pascale Froment, « Les espaces publics dans les politiques patrimoniales à Naples », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 25 novembre 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/rives.440

Haut de page

Auteur

Pascale Froment

Pascale Froment est géographe à l’UMR Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org