Navigation – Plan du site

Se délivrer soi-même de la vie

Confession d’un suicidé marseillais au siècle des Lumières
Christophe Regina
p. 107-123

Résumés

Tout un chacun est un jour conduit à faire l’expérience d’une souffrance ou de la douleur. Les façons d’y faire face peuvent emprunter différentes manières, de la plus simple à la plus radicale. Le suicide peut-être à ce titre perçu comme l’expression paroxystique d’une souffrance inexpiable qui ne trouve de fin que dans la mort salvatrice. Cette expérience de l’extrême peut parfois être partagée avec ceux et celles qui restent par le biais d’une ultime lettre laissée pour s’excuser ou pour expliquer le choix de la mort et du silence plutôt que celui de la vie. L’article propose d’étudier la pratique du suicide à Marseille au XVIIIe siècle en focalisant son attention sur la lettre laissée par Simon Gasc à ses proches pour tenter de donner du sens à son geste, ultime récit du soi souffrant. Cette lettre est éclairée et contextualisée à la lumière d’autres affaires de suicides, permettant de saisir les enjeux d’une pratique officiellement frappée par la plus grande sévérité judiciaire mais, officieusement, objet de compréhension voire d’indifférence, laissant le masque de la folie parer le visage du suicide.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

femmes, violences, justice

Géographie :

Provence, Marseille

Chronologie :

Ancien Régime
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matthias Claudius (1740-1815), poème cité dans Pierre SOREL, Jacques VEDRINNE, Didier WEBER, Le ges (...)

Sur un suicidé Il croyait être quitte de lui-même Et de sa misère en mourant. Comme il s’est mépris ! Ici, il se cachait derrière son arbre ; Là bas, il est à nu et à découvert, Et tout ce qui ici l’effrayait, Il l’a emmené avec lui. Comme il s’est mépris !1

1Il existe mille et une façons d’exorciser ses peines et d’établir une mise à distance salvatrice avec les souffrances personnelles qui jalonnent notre existence. Parmi elles, l’écriture, constitue par excellence le temps de verbalisation des craintes et des douleurs. L’analyse attentive de ces écrits expiatoires et à valeurs cathartiques, sont non seulement édifiantes d’un point de vue cognitif mais également d’un point de vue beaucoup plus général, en ce que le récit des souffrances permet d’appréhender la société qui les alimentent et les exacerbent. Ce raccourci volontairement caricatural entre écriture, introspection de soi et souffrance est cependant bien commode, tant il est vrai que par le biais de l’écriture s’établit un rapport immédiat entre le sensible, la sociabilité qui le nourrit et la société en tant que telle.

2Dans la diversité des écrits exprimant ou trahissant une souffrance ou une douleur, notons les journaux intimes, les livres de raisons, les mémoires et autres lettres qui tous constituent des temps de confidences et d’échanges. Échanges qui se font tout d’abord vis-à-vis de soi, mais aussi vis-à-vis des proches qui peuvent être amenés, à un moment ou à un autre, à faire la lecture de ces écrits du for-privés qui dès lors change d’état. On écrit pour soi, mais surtout et probablement plus encore pour se faire comprendre des autres.

  • 2 Dominique GODINEAU, S’abréger les jours : le suicide en France au XVIIIe siècle, Paris, Armand Coli (...)
  • 3 Pierre Jacques BRILLON, Dictionnaire des arrêts ou jurisprudence universelle des Parlements de Fran (...)
  • 4 Pour une approche plus complète du suicide au XVIIIe siècle, nous renvoyons aux travaux de Dominiqu (...)

3C’est à un type de lettre quelque peu particulier que nous nous proposons de nous intéresser. Nous n’employons pas le terme de correspondance pour la désigner, car c’est une lettre d’adieu à la vie dont il s’agit, celle d’un suicidé, laissée à son épouse avant l’accomplissement du geste ultime. Il est extrêmement rare pour l’Ancien Régime de disposer de pareil document2. Il ne s’agit pas ici d’une correspondance au sens d’échange épistolaire, mais de correspondance entre souffrance et parcours personnel, entre individualité et sociabilité, entre soi et société. Nous n’étudierons pas dans ce présent travail le suicide sous l’Ancien Régime en tant que tel, d’un point de vue strictement moral ou bien encore juridique3. Nous nous intéresserons davantage au récit d’une souffrance et d’une trajectoire, d’une lassitude de vivre et d’un désir de mort qu’il nous importera de réinscrire au sein de la société qui l’engendre4.

4C’est à partir de ces bribes de vie, de ce récit d’une souffrance personnelle d’abord et familiale ensuite, que nous nous proposons d’envisager l’itinéraire de Simon Gasque, maçon, retrouvé pendu un matin de printemps 1781, tout en cherchant à réinscrire son acte dans le cadre plus général des suicides enregistrés à Marseille au XVIIIe siècle. En effet, pour tenter de comprendre le geste de Simon Gasque nous mettrons en perspective son geste grâce aux 19 autres affaires de suicide jugées par la Sénéchaussée de Marseille au criminel. En regard des 14 000 procédures que comportent les fonds au criminel, le suicide apparaît comme ponctuel, et n’allant pas de soi.

5Dans un premier temps, l’analyse de la lettre constituera le fil d’Ariane que nous suivrons dans le labyrinthe de la souffrance du suicidé. Dans un second temps, nous nous intéresserons plus particulièrement à la réception et à la perception de ce geste éminemment personnel qui induit malgré lui des conséquences qui le dépasse, tout autant qu’il dépasse le cadre de la cellule familiale, pour venir impliquer et concerner la vaste communauté formée par l’ensemble des voisins. Nous élargirons au travers des témoignages des voisins la notion « d’écriture de la souffrance ». L’individualité est une notion étrangère à l’Ancien Régime, l’homicide de soi-même, ainsi que l’on désignait alors le suicidé, appartient y compris dans la mort, à ce groupe dont la voix se fait entendre en justice. Au fond, nous nous proposons par le prisme de cette lettre, de questionner la société d’Ancien Régime dans son rapport à la souffrance au travers du cas de Simon Gasque.

La souffrance comme itinéraire vers la fin de soi

  • 5 Isabelle LUCIANI, Valérie PIÉTRI (dir.), Écriture, récit, trouble(s) de soi. Perspectives historiqu (...)
  • 6 Sylvie MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France XVe –XVIIe(...)

6Les archives judiciaires de la sénéchaussée de Marseille que nous étudions, sont peuplées de témoignages de désarroi, relayés par le biais des plaintes à charge de rationaliser de façon rhétorique ces récits des souffrances. La recherche du soi dans les archives judiciaires est possible. Les procédures judiciaires ne sauraient se résumer toutefois qu’aux seules plaintes, qui, si elles constituent un temps fort de l’action judiciaire, ne sont pas les seules à permettre d’approcher au plus près des comportements et l’intimité des plaignants. Sont parfois versés aux pièces du procès des documents personnels, n’ayant pas pour vocation initiale de servir la cause des plaignants sur la scène judiciaire, ni d’influencer l’arbitraire du juge dans son travail de sanction. Ces pièces intimes, que sont les correspondances, les mémoires et autres livres de raisons5, constituent des sources fondamentales et permettent à l’historien une intrusion bien plus grande dans les imaginaires collectifs et les sensibilités qui ne sont que rarement en justice, fruits de spontanéité6. Parmi les correspondances versées au procès, notons des lettres d’amour, des promesses de mariage, toutes ces pièces de l’intime et rédigées dans un élan passionné. Il est dès lors intéressant d’apprécier l’éventuelle distance entre la plainte et une lettre d’amour, ou bien au contraire, la proximité frappante qui les lie, preuve que la plainte en justice peut être le miroir d’une souffrance sincère, perceptible au-delà du travail normalisateur du greffier qui en codifiant les faits, se laisse souvent dépasser par l’intensité émotionnelle des évènements qu’on le charge de retranscrire. L’ouverture des guillemets qui signalent l’intention de rapporter un discours direct, atteste aussi de la volonté du greffier de compléter sa restitution du discours en le parant de la vivacité de la parole, bref de la voix. La lettre de Simon Gasque, ultime contact avec la vie, présente une structure intéressante sur laquelle il nous semble important de nous arrêter.

  • 7 Alain JOBLIN, « Le Suicide à l’époque moderne : un exemple dans la France du Nord-Ouest à Boulogne- (...)
  • 8 Le châtiment qui était réservé au cadavre du suicidé était un châtiment essentiellement didactique, (...)

7Si, de façon générale, les crimes sont considérés comme une atteinte à la sacralité de l’autorité monarchique, le suicide allie, quant à lui, dans un même élan une double contestation qui le rend d’autant plus criminel, celle de Dieu et celle du roi. Le suicide est un blasphème universel, puisqu’il contredit le souverain et l’Église, dépositaires de l’autorité divine sur terre. Le suicidé est perçu par la loi comme un hérétique, un apostat et un criminel7. La sévérité de la punition est proportionnelle à l’incompréhension du geste. Celui qui supprime volontairement sa vie en son âme et conscience, reconnu sain de corps et d’esprit, est voué au châtiment le plus exemplaire. Celui qui sacrifie en revanche sa vie par folie ou par faiblesse est considéré avec moins de rigueur. La sanction exemplaire est la punition d’une expression déplacée de liberté qui ne plaît ni au roi ni à Dieu8.

La souffrance verbalisée par l’écriture : étude de la lettre d’un suicidé

8Le corps de Simon Gasque est retrouvé au matin du 26 mars 1781 en même temps que la lettre que ce dernier avait écrit la veille, découverte sur la table de nuit, près du corps. La lettre s’ouvre par les mots suivants :

  • 9 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

Ma chère épouse, Lassé de tant souffrir dans se monde j’ai prit la résolution d’abréger mes jours. Ce que je regrete le plus dans ce monde c’est ma chère épouse que j’aime et que j’ai aimé un million de fois malgré touts les outrages que j’ai eut le malheur de vous faire, je vous en demande mille pardon. Je regrete aussi vos chers enfants, ayez en bien soin9

  • 10 Bronislaw MALINOWSKI, Crime and custom in savage society, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1926, (...)

9La première phrase de cette lettre est particulièrement forte. En effet, Simon exprime très clairement et de façon immédiate le motif de son geste, à savoir la lassitude de la vie, tout en refusant toutefois d’indiquer les motifs de cette lassitude. Le récit de la souffrance que l’on serait alors en droit d’attendre pour comprendre les raisons de ce geste est avorté ici même par la revendication d’une démarche et d’une décision personnelles. La lettre de Simon aurait pu s’arrêter là, tout est dit, les motivations de son acte ne regardant que lui. Mais afin de ne pas accroître la souffrance des siens qu’il laisse derrière lui, pour ne pas charger sa conscience d’égoïsme, Simon entreprend non pas de se justifier mais de veiller à sa façon au devenir de sa famille. La justification de la souffrance qui suit cette phrase liminaire n’appartient déjà plus au suicidé mais relève de la justification sociale10.

  • 11 Robert FAVRE, La mort au Siècle des Lumières, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1978 ; Philippe (...)

10L’acte de mort volontaire étant strictement personnel, la justification apparaît comme une réponse à une demande tacite des proches et par extension du groupe, afin de pouvoir verbaliser à leur tour la mort qui ne doit rien au destin ni à la fatalité, mais uniquement au libre arbitre de Simon qui s’arroge, en son âme et conscience, le pouvoir de disposer de son existence. Au terme d’une existence vécue comme entièrement subie, puisque peuplée de souffrances (« lassé de tant souffrir ») et ponctuée de mauvais gestes commis sur d’autres mais dont il se perçoit lui-même comme une victime (« les outrages que j’ai eu le malheur de vous faire »), la suppression de sa vie apparaît comme l’ultime acte de volonté susceptible de permettre le retour vers la maîtrise de soi. Cette posture libère l’écriture qui, en dépit de sa brièveté, fait preuve d’invention stylistique (« que j’ai aimé un million de fois »). Cette prise de liberté se fait au détriment de l’autorité royale et divine, en droit d’exiger réparation de cet acte qui prive le corps monarchique de l’un de ses membres. Au XVIIIe siècle, si le suicide est toujours un crime puni par la loi, il est avant tout une mort qui peut se comprendre11. L’acte résolu de se donner la mort s’accompagne inéluctablement d’un sentiment de culpabilité, évident sous la plume de Simon, conscient des périls qui menacent une épouse et une mère qui devient veuve. Cette culpabilité trahit dans un même élan la souffrance des comportements passés qui contribuent à pousser Simon à mettre un terme à ses jours. Il s’excuse des mauvais traitements infligés à son épouse. Culpabilité, regret, repentance, constituent les piliers émotionnels qui soutiennent la souffrance de Simon. La suite de la lettre peut de prime abord surprendre et trancher avec ce que nous pourrions qualifier d’incipit au chagrin de Simon. Suivent effectivement, une longue litanie de recommandations et de conseils avisés dispensés à son épouse, afin de la seconder au-delà de la mort, dans sa vie de veuve, mais avant tout de mère. Ainsi, peut-on lire :

faites donner un métier à votre fils, et je vous conseille de faire vendre votre maison auparavant pour placer l’argent, pour vous faire une pension avec celle que vous avez pour vous mettre dans un couvent vous et votre chère fille, et la vous y travaillerez tranquillement en servant dieu, et je vous prie de prier dieu pour moi, vos mains et celle de votre chère fille ont d’assez belles vertus pour gagner quelque chose pour votre fils afin qu’il soit plus heureux et plus aide.

  • 12 Lucien FAGGION, Laure VERDON, Le Don et le contre don. Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropo (...)

11On le voit, il s’agit tout d’abord de veiller au bien-être de sa famille en la mettant à l’abri du besoin. Simon communique à son épouse les clés nécessaires à son salut ainsi qu’à celui de sa famille, famille de laquelle la mort ne le soustrait que physiquement. Par les prières de sa femme et de sa fille, on se trouve à nouveau dans un système classique de don et de contre-don typique sous l’Ancien Régime12. La réciprocité est de mise entre les deux époux chacun devant soutenir l’autre à sa manière par-delà la mort, pour le meilleur et pour le pire, comme ils se l’étaient jurés devant l’autel. Le fils, qui devient par la mort de son père l’autorité masculine du foyer est l’objet de toutes les attentions et les bouleversements familiaux et économiques doivent contribuer à l’établir le plus dignement possible, afin d’éviter à ce dernier la souffrance paternelle et une issue similaire. L’idée d’un droit au bonheur, n’est pas absente de cette lettre, qui place dans le fils les désirs d’accomplissement déçus du père. Simon exhorte sa femme à s’acquitter de ses dettes pour ne pas ajouter à son geste des reproches voire des crimes supplémentaires. Ainsi, peut-on lire, comme dans un démembrement de lui-même au travers du parcours d’objets achetés, reçus, et donnés :

  • 13 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

je dois quatre louis à Mademoiselle Aniele ou a son mari que vous aurez la bonté de lui payer quand vous le pourrez, vous retirerez une paire de manchette que j’avais donné à cette femme qui vend des fusils à côté de la loge, ces manchettes sont d’ancien point d’argenton que j’ai acquise de Mr le Marquis de Crochans, les petites nappes que je vous donna et le petit couvre pied je les ai acheté de Mademoiselle Prudant et les toiles je les ai achetées et les serviettes chez Mr Giraud aux deux juments à Aix, vous vendrez ce qui me reste dans ma chambre pour payer Aniele ou son mari s’il put retirer un louis que j’ai donné hier à une personne qu’il conoit, alors vous ne lui donnerez que trois louis, vous en trouverez un sur ma table, vous trouverez aussi un sou dans ma chambre que vous en tirerez au moins un louis, vous trouverez mon parasol, vous payerez aussi a Aniele 6 repas que je lui doit à 10 sous par repas, sa fait trois livres que vous lui payerez.13

12Les dettes acquittées, le fils dignement établi, son épouse et sa fille en sécurité, Simon minore son geste, sa souffrance bientôt éteinte et l’égoïsme dont on pourrait l’accuser. Il achève sa lettre en indiquant

Adieu ma chère épouse je vous embrasse de tout mon cœur, je suis ennuyé de vivre, tout le monde me sui, je suis sur le point de tourner la tête, je n’ai volé, ni violer personne, ni tué personne, ni battu que ma chère épouse que je lui en demande mille pardon, je dois 4 livres 10 sous de nourriture à une personne qui est morte, je vous prie de les donner pour moy, je prie dieu qui veuille bien recevoir mon âme retirer le congé que Mr Basset m’avait fait et vous les garderez avec mes autre papier.

  • 14 Roger BASTIDE, Sociologie des maladies mentales, Paris, Flammarion, 1963.
  • 15 Michel VOVELLE, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Éd. du CTH (...)

13Il revient une fois encore sur la souffrance que lui inspire son existence et sur le besoin de s’y soustraire par la mort14. La conclusion de sa lettre insiste sur le fait qu’il était homme de bien et que sa vie n’eut rien de celle d’un criminel ou d’un repris de justice. Ce qui est intéressant ici, c’est la revendication d’intégrité qui doit absolument primer sur la pendaison. Il a bien battu sa femme il est vrai, mais s’en excuse. Malgré un net recul de la crainte de l’enfer et en dépit de la déchristianisation en marche dans les dernières décennies du XVIIIe siècle étudiée par Michel Vovelle15, Simon est conscient de l’aspect transgressif et subversif de son acte, et par le biais de la prière, il implore la miséricorde divine, celle de son épouse, de sa famille et de la société. La liberté de l’acte se trouve alors ici quelque peu édulcorée par la crainte de la sanction tant juridique - et par extension politique - que spirituelle. Si le sacrifice de soi est d’abord et avant tout d’ordre sacré, le suicide apparaît comme marqué du lien profondément juridique qui unit les hommes entre eux. Ce lien juridique est un lien d’honneur puisqu’il articule le désir de chacun au désir des autres. Aussitôt le suicide nous apparaît comme la conduite de celui qui ne peut plus attendre de vivre honnêtement, soit que le cours de sa vie lui en ait fait perdre l’espérance, soit que ses forfaits lui en aient fait perdre le droit. De ces tensions du moi naissent le désir de détruire ce qui suscite le désespoir, le dégoût de la vie.

Simon Gasque et les autres suicidés, profils de la souffrance

Les causes de la souffrance livrées confiées à la plume (mélancolie, folie, pression sociale)

Tableau n°1 – Répartition par classes d’âge des suicidés (1737-1788)

Tableau n°1 – Répartition par classes d’âge des suicidés (1737-1788)

La production de pourcentages sur un nombre réduit de procès permet essentiellement d’apprécier des tendances, la matière archivistique disponible étant limitée il ne s’agit pas de tirer de conclusions.

Tableau élaboré par l'auteur.

14Les conduites suicidaires ne sont pas réductibles à une simple maladie ou bien même à un symptôme.

15Le tableau qui précède montre que le suicide touche aussi bien les hommes que les femmes, et que si les façons de mettre un terme à sa vie varient en fonctions des sexes, il n’y a pas de primauté en la matière en regard des 20 procédures étudiées, hommes et femmes se suicident apparemment tout autant.

16La lettre de Simon Gasque ne dit mot sur les causes profondes de cette souffrance et sur le désir de mourir. Il faut donc se tourner vers les témoignages et la mémoire collective du voisinage pour reconstituer de façon prudente les causes éventuelles du mal-être mortifère. Pour se faire nous avons mis en contribution et à titre comparatif les autres affaires de suicide jugées par la sénéchaussée de Marseille entre 1737 et 1788. En ce qui concerne Simon Gasque, les témoignages nous apprennent que son état de souffrance était non seulement psychique mais encore physique. L’une de ses voisines, Marguerite Bremond qui lui louait un appartement meublé depuis environ deux an et demi, s’était aperçue que « depuis quelques tems que ledit Gasque paraissoit avoir l’esprit aliéné, tenant des propos sans suite, ayant l’air égaré ». En ce qui concerne Simon Gasque, nous n’en saurons pas plus. L’exploitation des registres notariés permettrait peut-être de nous en apprendre un peu plus sur Simon Gasque. Le cas de Louis André Aubert, trésorier général, est en revanche bien plus explicite. C’est grâce au témoignage d’Elizabeth Chalvet que des pistes sur les motifs du suicide d’Aubert deviennent possibles. Cette dernière, fille d’un avocat général, indique en effet qu’« André Aubert étoit fort lié avec [ses] parents (…) et les fréquentoient assidument ». Elizabeth est donc une intime d’André et c’est cette proximité qui aux yeux de la justice autorise et légitime la déposition et les justifications d’Elizabeth. Cette dernière indique

  • 16 A.D. B.D.R. 2 B 1259 N° 22, 1777.

qu’ayant eu le malheur d’éprouver du dérangement dans ses affaires de commerce, il y avoit été tellement sensible que depuis il avoit donné des marques non équivoques de folie, qu’ayant ensuite vendu l’office de trésorier général de France dont étoit pourvu feu son père, cette dernière époque excita davantage sa folie16

17C’est visiblement la banqueroute à venir et la faillite annoncée qui sont en grande partie responsable selon Elizabeth du geste désespéré d’André Aubert. L’accumulation des soucis, la conjoncture des pressions et des dettes placent André Aubert dans une position de faiblesse psychologique, renforcée par la pression sociale qui veille d’un œil jaloux à la fama publica de tout un chacun. La faillite portée à la connaissance des voisins marginaliserait automatiquement Aubert, non seulement parce qu’il perdrait la confiance du groupe mais encore les moyens d’y appartenir. Elizabeth poursuit en précisant que

  • 17 Ibid.

le jour d’hier il se transporta chez l’exposante, la pria de l’accompagner à sa campagne, elle saisit avec empressement cette occasion pour tacher de le dissiper, à peine fut elle arrivée à sa campagne que ledit Aubert s’étendit sur la terre la face sur l’herbe et il resta très longtemps dans cette attitude et sans proférer un mot, ce ne fut qu’après les plus grandes insistances qu’elle fit que ledit Aubert se releva et partit tout seul, l’exposante qui le suivit le trouva arrêté dans le chemin il luy dit qu’il perdoit l’esprit et engagea l’exposante de se rendre ce jourd’huy à neuf heures du matin dans la présente maison, de ne pas y manquer. L’exposante s’y est rendue à huit heures et a appris que ledit Aubert avoit été trouvé à côté de son lit ayant la gorge coupée ce qui ne peut être que l’effet de quelque renfort de folie qui l’aura porté à s’en faire luy même17

  • 18 Georges MINOIS, Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayar (...)
  • 19 Lieven VANDECKERCKHOVE, La punition mise à nu. Pénalisation et criminalisation du suicide dans l’Eu (...)

18Louis de Peyssonnel, autre témoin ajoute encore que André Aubret disait qu’il avait « un orage sur luy qu’il avoit l’amirauté contre luy, qu’il étoit perdû, parlant sans suite et souvent en fureur ». Comme l’ont très bien montré Georges Minois18 ou bien encore Lieven Vandekerckhove19, et comme le confirment nos archives, la folie est l’argument utilisé par les proches et de fait également par les témoins, pour justifier l’acte du suicidé. En effet, la folie rend irresponsable celui qui pratique un crime, ce qui interdit toute velléité criminelle, mais bien au contraire, autorise un geste déraisonnable guidée par une faiblesse d’esprit. L’argument de la folie permet surtout d’empêcher la justice de s’emparer des biens du défunt en cas de reconnaissance de culpabilité. Même dans le cas de Simon Gasque, et bien que sa lettre démontrait le contraire et que c’est en conséquence de cause qu’il décida de mettre un terme à sa vie, les témoins invoquent la folie, les « discours sans suite », pour justifier le geste et ainsi préserver les intérêts familiaux. Dans plus de 61 % des procédures étudiées, la folie est mise en avant pour expliquer la mort. Sont également évoquées les souffrances physiques qui travaillent le corps et l’esprit, et qui poussent celui ou celle qui les subit aux extrémités les plus abouties. Dans 17 % des cas, des maladies de longues dates sont mises en avant. Ainsi, le cas d’Antoine Bérard, maçon, qui en 1787, met un terme à ses jours par pendaison car

  • 20 A.D. B.D.R. 2 B 1397 N° 12, 1787. On retrouve les mêmes motifs de suicide dans l’affaire d’Antoine (...)

étoit attaqué depuis 24 ans de plusieurs ulcères au pied de la jambe gauche que ces ulcères étoient si violentée qu’elles avoient détruit les doigts du pied à l’exception du pouce, les os du pied étoient cariés, ce qui causoit audit Bravet des douleurs évidentes et le mettoit hors de luy même.20

  • 21 Voire l’article de Michelle MOREAU-RICAUD, « Souffrance psychique (écriture, analyse, délire) : Sou (...)
  • 22 Robert BURTON, Anatomie de la mélancolie, Paris, Corti, 2004.
  • 23 A.D. B.D.R. 2 B 2057 N° 15, 1737.

19La douleur physique insupportable favorise la folie et le désir d’abréger les souffrances21. Etienne Gros, infirmier, indique au sujet de ce patient qu’ « il luy a reconnue un esprit de colère étant tourmenté par des douleurs violentes ce qui le mettoit quelques fois dans des convulsions terribles », le seuil de résistance à la souffrance sous l’Ancien Régime étant alors bien plus prononcé que de nos jours, on peut imaginer l’intensité de la douleur. Enfin, notons encore ceux et celles qui souffrent d’« une espèce de mélancolie » ou de « mélancolie noire »22. L’exemple de Roland Julien est à ce titre éclairant. La mort de son épouse le fait sombrer peu à peu dans la folie. Son neveu indique qu’il « est tombé dans la démence depuis la mort de son épouse, il crie toute la nuit, veut se jeter par la fenêtre »23. Un témoin et voisin, Jean-Baptiste Tardieu, dit l’Ange, rapporte à propos de Julien Roland que

  • 24 Ibid.

restoit a son voisinage et que luy déposant a remarqué dans ce tems et en icelluy un entier dérangement d’esprit donnant des marques certaines de folies, et des scènes publiques disant toujours qu’il étoit damné, qu’il vouloit se pendre, se noyer, appelant jour et nuit les diables a son secours, et faisant jour et nuit des carillons épouvantables en tenant des discours affreux24

20Là encore, nous sommes en présence d’un désir manifeste de mort. Julien Roland n’en était pas à son premier coup d’essai comme le souligne Laurent Audibert « qu’il aurait souvent voulu se jeter de la fenêtre et que même le déposant et le nommé Rolland Jullien son neveu, furent le retenir dans un tems qu’il avoit déjà passé une jambe pour se jeter de la fenêtre ». L’ensemble des témoins insiste sur la folie évidente de Roland Julien, d’ailleurs ce dernier tenta dans une crise de délire d’assassiner avec un couteau un voisin. Le refus d’accepter la mort de son épouse, le pousse à vivre dans le déni, érigeant ses proches comme des menteurs-conspirateurs. Roland engage régulièrement ses voisins à aller vérifier si sa femme n’est pas à tel ou tel endroit, se sentant persécuté et observé, il se dissimule souvent derrière un rideau ou une porte. Ce que nous qualifions aujourd’hui de dépression est alors désigné sous l’Ancien Régime par la mélancolie, bien que dans le cas de Roland Julien il serait plus juste de parler de paranoïa. Dans l’ensemble des exégèses des Écritures, ou bien encore de la grande ordonnance criminelle, la mélancolie est tantôt acceptée comme motif pouvant rendre acceptable la mort, tantôt considérée comme l’œuvre du malin devant donc nécessité châtiment. L’ensemble de nos suicidés échappe à l’outrage de leur mémoire et à leur corps que la justice est en théorie censée faire subir à ces derniers. À la fin du siècle des Lumières le supplice des cadavres devient extrêmement rare. Comment les suicidés mettent-ils un terme à leur souffrance ?

Les façons d’abréger ses jours

  • 25 Louis ANTOINE, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence, dans lequel on étab (...)

21Le nombre apparemment peu important des suicides est à relativiser. En effet, il faut ajouter aux dossiers des suicidés les procédures pour meurtre, les procédures qui concernent la découverte de cadavres, et se demander si des meurtres n’ont pas été maquillés en suicides et inversement ; distinction qu’il n’est pas possible à l’historien d’établir tant sont sommaires les rapports des chirurgiens, qui décrivent pourtant avec précision les corps, mais dont l’interprétation des signes de violences est parfois discutable25. Ne disposant pas d’éléments autres que les interprétations des décès faites par les chirurgiens, nous nous fierons à leurs conclusions ainsi qu’aux témoignages qui complètent leurs discours.

Tableau n° 2

Tableau n° 2

Type de mort constaté chez les suicidés (1737-1788)

Tableau élaboré par l'auteur.

  • 26 Jean-Claude SCHMITT, « Le suicide au Moyen-âge », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 31, (...)
  • 27 A.D. B.D.R. 2B 1468 N° 4, 1774.

22Au regard des chiffres, il apparaît que les hommes se pendent plus que les femmes qui elles préfèrent se défenestrer26. L’utilisation d’une arme à feu pour se suicider est typiquement masculine puisque les femmes ne sont pas en théorie autorisées à manier les armes. Quel que soit le mode utilisé pour mettre un terme à ses jours, c’est toujours avec une extrême violence que le geste de mort est accompli. Notons encore que le suicide est un acte très majoritairement solitaire. Sur l’ensemble des procédures étudiées, seul un suicide se fait en présence de témoins, c’est le cas de Jeanne Forguier qui se défenestre en 1751 sous les yeux impuissants d’Elizabeth Trouche qui la veillait, qui vit Jeanne « sauter du lit ouvrir la fenêtre et se précipiter sans avoir le temps de pouvoir l’en empêcher elle tomba par la fenêtre qui est au 3e étage de la présente maison et ayant accourû pour la secourir ils la trouvèrent morte »27. Autre cas de figure, celui d’Elizabeth Tuve qui après s’être tranchée la gorge, trouve encore le moyen de se lever pour aller ouvrir la porte à son mari, de retourner s’asseoir sur sa chaise où elle expire, la carotide ayant été sectionnée. Elle avait déjà fait une tentative quelques jours auparavant, juste après son remariage, elle s’était déjà tranchée la gorge mais visiblement avec pas assez de conviction puisque la blessure superficielle n’entraîna pas la mort. Là encore, preuve évidente d’un désir de mourir, et grande souplesse des autorités qui permettent l’inhumation du corps. Mise à part ces deux cas, les corps des suicidés sont retrouvés dans leurs chambres, fermées à clef de l’intérieur, ou bien dans des lieux reculés, où ils ne sont pas déranger pour mourir.

Partager le récit des souffrances de soi

  • 28 Christophe REGINA, « Voisinage, violence et féminité : contrôle et régulation des mœurs au siècle d (...)
  • 29 Voir les très intéressants travaux du sociologue Riaz HASSAN, A way of dying, Suicide in Singapore, (...)
  • 30 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781. Pierre Duroure écuyer conseiller du roy lieutenant particulier cri (...)
  • 31 A.D. B.D.R. 2B 1259 N° 22, 1777.

23La lettre de Simon Gasque ne dit pas grand-chose des causes de son geste, lassitude de la vie et problèmes qui l’oppressent mis à part. Nous avons pu malgré tout grâce aux croisements d’autres procès pallier à cette absence de soi. Dans le cadre d’un article consacré au rôle régulateur du voisinage, j’ai essayé de montrer à quel point la sociabilité produite par le voisinage était complexe et de quelle manière la sensibilité et l’individualité devaient se plier à la norme tacite édictée par le groupe des voisins, la vie en autarcie étant impensable28. On vit avec sa famille mais surtout et peut être d’avantage encore avec cet autre informe et omniprésent qu’est le voisinage. Lorsque le suicide intervient, il est rarement objet de surprise, ou du moins feint-on de ne jamais le percevoir comme un évènement extraordinaire. Il y a dans la souffrance connivence. L’étroit contrôle social qu’impose le voisinage s’accompagne d’une contrepartie forte, à savoir la solidarité. Cette solidarité se laisse voir dans les témoignages des voisins qui dans leurs dépositions ne mettent jamais l’accent sur une liberté de conscience du suicidé, mais bien au contraire préfèrent appuyer l’idée d’une faiblesse d’esprit. La lettre de Simon Gasque ne présente aucune ambigüité, quant à la volonté de mettre un terme à ses jours. C’est pourtant les témoignages des voisins qui priment sur la lettre de Simon Gasque alors que dans l’ancien droit, la preuve écrite ou littérale est la preuve par excellence. Déclarer comme fou par la communauté, la justice se range derrière ce jugement29. Puisque faible d’esprit, tout ce qu’il a pu dire ou écrire n’a que peu de valeur, ce qui est d’autant plus évident au regard de l’intérêt qui est prêté à sa lettre, intérêt à peu près nul30. En effet, la lettre est signalée par la procédure au même titre que la corde de chanvre qui a servi à Simon pour se pendre ou bien encore des objets présents dans la chambre. La verbalisation de la souffrance par l’écriture est rendue caduque par l’action des témoignages qui imposent leur vérité, mais également les différentes perceptions de la souffrance de l’autre. Sur l’ensemble des procès étudiés, c’est le corps social qui justifie non seulement le corps moral mais encore le corps charnel du suicidé qui devient l’incarnation physique et symbolique de la souffrance confisquée par le groupe des voisins qui analyse la douleur, bref la verbalise. Pour illustrer cette idée, il suffit de prendre une procédure et un témoignage dans notre corpus. Ainsi, Thérèse Sicard explique qu’elle « avoit depuis long tems reconnu que le sieur Aubert fils étoit atteint de folie »31, ce à quoi Louis de Peysonnel ajoute que « parlant sans suite et souvent en fureur » il avait remarqué son « dérangement ». Le témoignage de Joseph Fauchier, dans le cadre de l’affaire du suicide d’une blanchisseuse nommée Jeanne souligne encore la part du voisinage puisqu’il indique

  • 32 A.D. B.D.R. 2B 1738 N° 19, 1768.

qu’il disait toujours à sa femme de se débarrasser d’elle « qu’elle ne sortiroit jamais de chez eux qu’avec les pieds les premiers qu’elle vouloit se jetter de la fenêtre et que pendant l’espace de trente ans ladite Jeanne a toujours donné au déposant des marques de folie32

24La formalisation des expressions utilisées dans les témoignages achève de montrer comment le voisinage rationnalise la souffrance sous le masque de la folie, doublement rassurant, non seulement pour la communauté qui explique un acte irrationnel, mais encore pour les autorités qui n’ont pas à instruire un procès contre le cadavre.

Tableau n°3 - Projections, réceptions et interprétations de la souffrance faites

par les voisins (1737-1788)

par les voisins (1737-1788)

Nous avons relevé de façon systématique les expressions et leur fréquence dans les procès étudiés.

Tableau élaboré par l'auteur.

25Ce qui est intéressant de voir ici, c’est le souci d’établir les fondements de la folie jusqu’à ses expressions les plus évidentes, afin de montrer qu’il ne s’agit pas d’une folie simulée, mais d’une folie fruit de souffrance dont il est possible d’établir une réinscription dans le temps long. Il est intéressant aussi de souligner la convergence entre les deux formes d’autorités, formelle, celle du roi, et informelle, celle des voisins, qui s’associent et s’utilisent réciproquement. Le cas d’Elizabeth Tuve, déjà évoqué, montre cette étroite collaboration en la matière. Jean Laurent Julien indique dans son témoignage que suite à la première tentative de suicide d’Elizabeth « les voisins qui en avoient été instruits furent à la police aviser de ce premier attentat ». Qu’il s’agisse de la souffrance de Simon Gasque ou bien encore de n’importe quel autre suicidé, il y a partage et connaissance de la souffrance, que les voisins explicitent soit de façon rationnelle par la narration des motifs dont ils ont la connaissance ou croient avoir la connaissance, soit en insistant sur la place de la folie.

  • 33 Michel HANUS, Le deuil après suicide, Paris, Maloine, 2004.

26Le geste suicidaire est ainsi l’expression agie d’une difficulté à vivre, l’agir remplaçant une parole impossible ou impuissante à signifier son message. La lettre de Simon Gasque est la seule trace écrite que nous ayons retrouvée à ce jour de la main d’un suicidé. Mais, comme nous l’avons montré, si la souffrance est évidente dans l’expression des regrets et de façon indirecte par le biais de toutes les recommandations faites à son épouse, cette lettre n’est pas une tentative de justification de soi ni de l’acte mortifère, mais bel et bien une lettre abandonnée à la communauté et dont la finalité est de déculpabiliser le geste en montrant non pas un criminel ou un lâche, mais tout au contraire un homme soucieux des siens mais dont le désir de vivre s’est éteint33. Cette lettre en apparence très personnelle et très intime a une vocation publique.

  • 34 Christian BAUDELOT et Roger ESTABLET, Suicide, l’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006, p. 9-15

27La mise par écrit des regrets, des recommandations et des prières peut être lue comme une demande de pardon, comme la preuve d’être honnête homme, mais aussi la preuve d’être un bon chrétien. Les liens qui lient le voisinage et le suicidé sont remarquables. L’acte de mort est un acte personnel, solitaire et pourtant éminemment publique. Christian Baudelot et Roger Establet, dans leur ouvrage consacré au suicide, indiquent que « ce n’est pas la société qui éclaire sur le suicide, c’est le suicide qui éclaire la société »34.

28Le suicide est en effet un entre-deux social. C’est la société qui le génère, qui conduit à l’acte de mort, acte qui a un impact sur la société qui réagit à ce qu’elle a elle-même engendré. Le suicide, catalyseur des souffrances et du mal-être marque à la fois un temps de rupture du lien social, mais aussi et surtout un temps de renforcement de ce même lien que la sociabilité par son action testimoniale et justificatrice tente de panser. La lettre de Simon Gasque et la verbalisation de ses souffrances profondes est un miroir tendu à la société pour y contempler ses propres contradictions, et c’est en ce sens qu’il convient de réinscrire le suicide comme un acte a priori personnel mais réellement public.

Haut de page

Notes

1 Matthias Claudius (1740-1815), poème cité dans Pierre SOREL, Jacques VEDRINNE, Didier WEBER, Le geste ultime, essai sur l’énigme du suicide, Lyon, PUL, 2003, p 8.

2 Dominique GODINEAU, S’abréger les jours : le suicide en France au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2012. Voir également Maria Pia DI BELLA, Essai sur les supplices : l’état de victime, Paris, Hermann, 2011 ; Félix BOURQUELOT, « Recherches sur les opinions et la législation en matière de mort volontaire pendant le Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des Chartes, III, 1841-1842, p. 539-560, IV, 1842-1843, p. 242-266 et 456-475.

3 Pierre Jacques BRILLON, Dictionnaire des arrêts ou jurisprudence universelle des Parlements de France et autres tribunaux, Paris, G. Cavelier, 1711, 3 vol. Tome II p. 370 : « Celuy qui se tüe soy-mesme, commet double homicide & de son corps & de son âme : pour ces raisons par Arrêt du Parlement de Paris, des homicides d’eux-mêmes ont été condamnez à être traînez sur une claye & conduits à la voirie, & puis pendus par les pieds ». Voire aussi Jean DUMAS, Traité du suicide ou Du meurtre volontaire de soi-même, Amsterdam, D. J. Changuion, 1773. Le problème moral induit par le suicide s’est posé très tôtà la chrétienté qui, dans une certaine mesure, reprit à son compte l’héritage de l’Antiquité sur la question, ainsi que ses réflexions, pour tenter d’y apporter une réponse conforme aux Écritures. Dès l’an 348, le concile de Carthage condamne sans appel la volonté de se supprimer volontairement. La condamnation se fait notamment par celle des donatistes qui revendiquaient le droit à la mort sainte. Saint Augustin les dénonça comme des hérétiques inspirés par le Diable. Voir Patric RANSON, Saint Augustin, Lausanne, Paris, Les dossiers H, 1988, p. 129. D’autres conciles renforcèrent l’interdit qui pesait sur le suicide. Les conciles de Braga en 563 et celui d’Auxerre en 578, par exemple, condamnent toutes les formes de suicide et interdisent les oblations et services commémoratifs. Au Moyen Âge est exclue la possibilité de recourir à ce que le XVIIIe siècle appela « le suicide philosophique ». Il était alors inconcevable qu’un être sain d’esprit puisse considérer de sang-froid que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Au Moyen Âge, comme sous l’Ancien Régime, la communauté faisait souvent corps pour soutenir la thèse de la folie, afin de soustraire le suicidé de la peine exemplaire à laquelle il était condamné. Il s’agit surtout de préserver l’honneur de la famille et de la prémunir de la confiscation des biens du suicidé qui pouvait être ordonnée par la justice. Dès le XVe siècle, les premières voix contre la rigueur des lois canoniques commencèrent à s’élever peu à peu. La folie évoquée devait suffire à innocenter celui ou celle qui attentait à ses jours, parce qu’il n’avait pas conscience de son acte. Cette « débilité » avait pour finalité de renvoyer les suicidés au rang des victimes, et non des coupables. La sépulture chrétienne se devait d’être accordée dans ce cas de figure, puisque c’est sans malice que l’homicide de soi intervenait. La Renaissance relance le débat des Anciens sur la question du suicide. Les redécouvertes de Plutarque, Tite-Live, Tacite, Pline et d’autres auteurs classiques font que la liberté ou la criminalité du comportement suicidaire se pose à nouveau.

4 Pour une approche plus complète du suicide au XVIIIe siècle, nous renvoyons aux travaux de Dominique Godineau, et notamment à l’article « Pratiques du suicide à Paris pendant la Révolution Française », French History and Civilization, Actes du 14e colloque Georges Rudé, Melbourne, 14-17 juill. 2004, p. 126-140.

5 Isabelle LUCIANI, Valérie PIÉTRI (dir.), Écriture, récit, trouble(s) de soi. Perspectives historiques. France, XVIe-XXIe siècle, PUP, Aix-en-Provence, 2012 ; Isabelle LUCIANI, « De l’inventaire comptable à la souffrance intime : la perte de l’enfant dans les livres de raison provençaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle) », in Charles Zaremba (dir.), La mort de l’enfant, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2011, p. 19-30.

6 Sylvie MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France XVe –XVIIe siècle), Rennes, PUR, 2008.

7 Alain JOBLIN, « Le Suicide à l’époque moderne : un exemple dans la France du Nord-Ouest à Boulogne-sur-Mer », Revue historique, n° 589, janvier-mars 1994, p. 85-119.

8 Le châtiment qui était réservé au cadavre du suicidé était un châtiment essentiellement didactique, comme le souligne Du Rousseaud de La Combe : « les peines qui se prononcent dans ces sortes de crimes, ne s’exécutant sur le cadavre que pour l’exemple, à fin de détourner de commettre de pareils crimes par l’horreur du spectacle ». La peine ordinaire qui était pratiquée sur le cadavre des suicidés, lorsqu’ils étaient reconnus coupables d’avoir agi consciemment et en tout état de cause, était d’être « traîné sur la claie face contre terre ; l’autre, est celle de la condamnation de la Mémoire ». C’est davantage à la mémoire du défunt que la justice s’en prenait, dans une société où la place de l’honneur était si importante. Guy DU ROUSSEAU DE LA COMBE, Traité des matières criminelles suivant l’ordonnance du mois d’août 1670... par Me Guy Du Rousseaud de La Combe, Paris, chez les Libraires Associés, 1788, 7e édition, p. 729. François MUYART DE VOUGLANS, Les loix criminelles de France, Paris, 1781, t. I, p. 166. On trouve la même chose chez Charles-Clément François de L’AVERDY, dans son Code Pénal, ou Recueil des principales ordonnances, édits et déclarations sur les crimes et délits, Paris, Desaint & Saillant, 1755, 2e édition, p. 56.

9 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

10 Bronislaw MALINOWSKI, Crime and custom in savage society, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1926, rééd. 1966. Cet ethnologue qui a étudié les Mélanésiens et plus particulièrement le cas des suicides féminins a montré que les deux motifs principaux qui justifiaient le geste suicidaire étaient d’une part le désir d’expier une faute, mais aussi et surtout le désir de se venger de ceux et de celles qui insulté publiquement le suicidé. Pour l’Ancien Régime, on peut transposer de façon prudente cette grille interprétative en soulignant le désir de vengeance contre la société et partant son injustice, que Simon Gasque affirme dans son geste.

11 Robert FAVRE, La mort au Siècle des Lumières, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1978 ; Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975 ; Edgar MORIN, L’Homme et la mort dans l’histoire, Paris, Corrêa, 1951 ; Louis-Vincent THOMAS, Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1988 ; Michel VOVELLE, Mourir autrefois : Attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Folio « Histoire », 1990.

12 Lucien FAGGION, Laure VERDON, Le Don et le contre don. Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropologique à l’époque médiévale et moderne, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2010.

13 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

14 Roger BASTIDE, Sociologie des maladies mentales, Paris, Flammarion, 1963.

15 Michel VOVELLE, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Éd. du CTHS, 1997.

16 A.D. B.D.R. 2 B 1259 N° 22, 1777.

17 Ibid.

18 Georges MINOIS, Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard, 1995.

19 Lieven VANDECKERCKHOVE, La punition mise à nu. Pénalisation et criminalisation du suicide dans l’Europe médiévale et d’Ancien Régime, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2000.

20 A.D. B.D.R. 2 B 1397 N° 12, 1787. On retrouve les mêmes motifs de suicide dans l’affaire d’Antoine Berard, maçon (A.D. B.D.R. 2 B 1333 N° 1, 1787).

21 Voire l’article de Michelle MOREAU-RICAUD, « Souffrance psychique (écriture, analyse, délire) : Souffrance d’écriture, souffrance analytique, souffrance psychique. À propos d’un extrait du Journal de Géza Csáth et d’un cas clinique de démence », Topique, Le Bouscat, Editions l’esprit du temps, 1997, vol. 62, p. 96-99.

22 Robert BURTON, Anatomie de la mélancolie, Paris, Corti, 2004.

23 A.D. B.D.R. 2 B 2057 N° 15, 1737.

24 Ibid.

25 Louis ANTOINE, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence, dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, P. G. Cavelier, 1763.

26 Jean-Claude SCHMITT, « Le suicide au Moyen-âge », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 31, 1 (1976), p. 3-28. Dès le Moyen Age, la pendaison est le moyen le plus utilisé pour mettre fin à sa vie.

27 A.D. B.D.R. 2B 1468 N° 4, 1774.

28 Christophe REGINA, « Voisinage, violence et féminité : contrôle et régulation des mœurs au siècle des Lumières à Marseille », à paraître aux Presses Universitaires de Rennes en 2010 (ouvrage consacré à la sociabilité de voisinage sous la direction de Judith Rainhorm).

29 Voir les très intéressants travaux du sociologue Riaz HASSAN, A way of dying, Suicide in Singapore, Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1983. Dans son ouvrage, l’auteur étudie les répercussions morales et culturelles du suicide sur la communauté.

30 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781. Pierre Duroure écuyer conseiller du roy lieutenant particulier criminel au siège de la Sénéchaussée de cette ville de Marseille : « ayant fait appeler le nommé Arnie Me serrurier lequel serrurier nous luy aurions ordonné de faire l’ouverture de laditte porte ce qu’il auroit exécuté, ladite porte ouverte serions entrés dans ledit apartement qui est éclairé par deux fenêtres dont l’une donne sur la place des 13 coins de la major et l’autre à la rüe du panier que nous avons trouvé fermée, aurions aperçu un corps et cadavre pendu à une colonne du lit qui se trouve dans ledit appartement au moyen d’une corde de chanvre qui luy serroit le col et étoit attachée à la partie inférieure de la cuisse droite et ayant fait couper ladite corde, aurions observé que ledit corps et cadavre étoit celuy d’un homme paroissant être âgé d’environ quarante cinq ans étant en chemise ayant un bonnet de cotton blanc sur sa tête, et ayant fait visiter ledit corps et cadavre en notre présence et celle dudit Me Grosson avocat du roy par ledit Audric chirurgien à notre suite nous aurions observé que ledit corps et cadavre n’avoit aucune blessure sur son corps se ce n’est une équimose au col et à la partie inférieure de la cuisse produites par le resserrement de la corde à laquelle ledit cadavre étoit suspendu ; aurions aperçu sur une table une lettre écrite sans datte ni signature commencent par ces mots : ma chère épouse lassé de tant souffrir dans ce monde j’ay pris la résolution d’abréger mes jours et finissant par ces mots et vous les garderez avec les autres papiers, laquelle lettre nous avons paraphé ».

31 A.D. B.D.R. 2B 1259 N° 22, 1777.

32 A.D. B.D.R. 2B 1738 N° 19, 1768.

33 Michel HANUS, Le deuil après suicide, Paris, Maloine, 2004.

34 Christian BAUDELOT et Roger ESTABLET, Suicide, l’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006, p. 9-15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n°1 – Répartition par classes d’âge des suicidés (1737-1788)
Légende La production de pourcentages sur un nombre réduit de procès permet essentiellement d’apprécier des tendances, la matière archivistique disponible étant limitée il ne s’agit pas de tirer de conclusions.
Crédits Tableau élaboré par l'auteur.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4395/img-1.png
Fichier image/png, 4,2k
Titre Tableau n° 2
Légende Type de mort constaté chez les suicidés (1737-1788)
Crédits Tableau élaboré par l'auteur.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4395/img-2.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre par les voisins (1737-1788)
Légende Nous avons relevé de façon systématique les expressions et leur fréquence dans les procès étudiés.
Crédits Tableau élaboré par l'auteur.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4395/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Regina, « Se délivrer soi-même de la vie  », Rives méditerranéennes, 44 | 2013, 107-123.

Référence électronique

Christophe Regina, « Se délivrer soi-même de la vie  », Rives méditerranéennes [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4395 ; DOI : 10.4000/rives.4395

Haut de page

Auteur

Christophe Regina

Christophe Regina a soutenu une thèse sur les expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières à l'Université d'Aix Marseille (dir. Martine Lapied). Ses travaux portent sur le rapport des femmes à la violence au XVIIIe siècle, sur la criminalité, sur les liens entre littérature et droit et sur les gens de justice. Il est co-auteur de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières, avec Philippe Gardy (CNRS-LAHIC, 2009). Il a co-dirigé avec Lucien Faggion : La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle (CNRS Éditions, 2010). Il a publié un essai sur La violence des femmes. Histoire d'un tabou social (Max Milo, 2011). Il prépare actuellement plusieurs ouvrages sur la justice et un dictionnaire de la méchanceté.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org