Navigation – Plan du site

Identité professionnelle et récit de soi

L’auto-analyse médicale, psychologique et scientifique du Docteur Ricardo Botey (1855-1927). Un témoignage singulier
Isabelle Renaudet
p. 91-104

Résumés

Centré sur l’étude d’un livre autobiographique rédigé en 1904 par le Dr Ricardo Botey (Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y cientifíco) cet article s’interroge sur l’enchevêtrement des récits qui le constituent. Il tente de démêler la part du récit de soi et celle du discours scientifique dans les processus d’écriture. Cette imbrication entre confession intime et témoignage sur la culture professionnelle du groupe auquel l’auteur appartient, est analysée notamment à partir du discours que Botey tient sur son corps.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Espagne

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ricardo Botey, Higiene, desarrollo y conservación de la voz, Barcelone, Imprenta Tipográfica La Aca (...)
  • 2 Ricardo Botey, Tratado de Oto-rino-laringología para médicos y estudiantes, Barcelone, Salvat, 1910 (...)

1L’examen de la bibliographie du docteur Ricardo Botey reflète largement l’importance prise par sa spécialité (l’oto-rhino-laryngologie) dans sa production scientifique. Sur 23 ouvrages publiés entre 1886 et 1925, 15 se rattachent en effet directement à l’ORL. Le plus ancien1, paru en 1886, consacré à l’hygiène de la voix, marque en quelque sorte le début de sa spécialisation médicale. Le plus récent publié en 1925 correspond à la quatrième édition de son traité d’oto-rhino-laryngologie rédigé en 19102. Deux ans avant sa mort, Ricardo Botey semble donc au faîte de sa carrière : son manuel destiné aux étudiants et aux membres du corps médical et réédité à quatre reprises témoigne qu’il est reconnu alors comme un maître dans sa spécialité.

  • 3 Ricardo Botey, Estudios clínicos sobre laringología, otología y rinología : su práctica y enseñanza (...)
  • 4 Ricardo Botey, Trabajos e instrumentos presentados en la sección de laringología del XI Congreso Mé (...)
  • 5 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, Bar (...)

2Se rattachant à une littérature médicale des plus classiques, composée notamment d’études cliniques3 et de communications à des colloques4, l’œuvre de Ricardo Botey comporte pourtant un ouvrage plus atypique. Publié en 1904 et intitulé Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico5, ce livre relève du récit autobiographique, du moins dans sa première partie où l’auteur s’y raconte. Le titre de ce livre est significatif de ses intentions. Centré sur l’étude de la personnalité de Ricardo Botey, l’ouvrage l’envisage successivement sous l’angle physique (du point de vue médical), moral (du point de vue psychologique) et scientifique (à la fois à travers l’évocation de sa carrière mais aussi dans le cadre d’une seconde partie où Botey a rassemblé sa bibliographie).

  • 6 On renverra notamment à François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles (...)

3Relevant du récit de soi, cette source croise les interrogations marquées par les problématiques des historiens travaillant sur les écrits du for privé6. Quel sens octroyer à ce texte ? Doit-il être appréhendé comme un témoignage représentatif des valeurs des élites médicales, groupe auquel appartient l’auteur, ou comme un récit singulier reflétant un parcours de vie ? Que déduire en outre de l’enchevêtrement des récits que l’on y trouve combinant des processus complexes participant autant de la construction de soi que de la construction de la figure savante ? À ces questions fait écho la place du corps dans cette narration, singulière pour l’historien de la médecine et de ses acteurs, plus habitué en général à ce que le médecin parle du corps de ses patients que du sien, comme le fait Botey dans son livre.

4De par sa nature, ce récit se situe donc au cœur d’un faisceau de questionnements inspirés autant de l’histoire des écrits du for privé que de l’histoire de la médecine et du corps.

Parler de soi

  • 7 Borja Riquer (dir), Història. Política, Societat i Cultura dels Països Catalans, Barcelone, Edicion (...)
  • 8 Il y mourra par ailleurs le 27 décembre 1927.
  • 9 Son mariage restera sans descendance.
  • 10 Les éléments biographiques relatifs au père de Ricardo Botey sont extraits de Campmajo A. Tornabell(...)
  • 11 Il fréquente l’Institution Saint-Louis de Gonzague où il effectue son cycle correspondant aux deux (...)
  • 12 Sur la question de la formation des médecins et sur leur place dans la société, on renverra entre a (...)
  • 13 Ricardo Botey, Contribución al estudio de las resecciones patológicas del codo, thèse publiée en 18 (...)

5Plusieurs éléments font de Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico un récit autobiographique : rédigé à la première personne, l’ouvrage met en lumière avant tout la personnalité ainsi que le parcours professionnel du narrateur au détriment des autres individualités qui lui sont proches (son entourage familial en particulier) et de son environnement spatial. L’auteur ne dit presque rien ainsi des transformations qui affectent Barcelone durant la seconde moitié du XIXe siècle. De cette ville qui consolide alors sa puissance industrielle et où se développe une forte identité linguistique trouvant son aboutissement dans le catalanisme7, Botey retient avant tout qu’elle l’a vu naître le 24 septembre 18558. Sur sa famille, Botey reste également relativement discret. Il passe sous silence certains épisodes qui occupent en général une place de choix dans ce genre de récit (l’étape du mariage par exemple9). On ne sait pas de même dans quelles circonstances sa mère, Catherine Decoing, une Française originaire de la région bordelaise, a rencontré son père, artisan, originaire de Tarragone et implanté à Barcelone10. Ayant grandi dans une famille relativement aisée, l’auteur insiste surtout sur les éléments qui ont déterminé sa future carrière. Il met ainsi en avant l’atout qu’a représenté pour lui son bilinguisme et la formation scolaire solide reçue dans divers établissements tant à Perpignan11 qu’à Barcelone. Son choix de faire des études de médecine ne doit rien à son entourage familial, mais à son intérêt pour les disciplines scientifiques. Son cursus est conforme à la position sociale de son milieu : résidant à Barcelone, Botey obtient sa licence de médecine en 1881 dans l’université de la ville où il vit ; appartenant à un milieu relativement aisé, il complète sa formation en soutenant en janvier 1882 une thèse de doctorat à Madrid. Dans la mesure où d’une part la thèse de médecine n’est pas nécessaire à l’exercice de la profession médicale et où d’autre part, seule l’université centrale, située dans la capitale, est apte à délivrer le doctorat, beaucoup d’étudiants n’accèdent pas à ce niveau de qualification supérieur qui implique de se déplacer jusqu’à Madrid12. La thèse que Botey soutient n’annonce en rien sa spécialisation future, phénomène qui est là encore fort banal. Notons toutefois que cette thèse intitulée Contribution à l’étude des résections pathologiques du coude13 sera publiée postérieurement à Barcelone en 1889, alors que Botey essaie de se faire un nom dans le milieu médical.

  • 14 Expression volontairement anachronique employée par commodité, mais qui n’est pas usitée à l’époque
  • 15 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)
  • 16 Mirko Grmek, Histoire de la pensée médicale en Occident, Tome 3 : Du Romantisme à la science modern (...)
  • 17 On pourra se référer sur ce point à Juan José Fernández Sanz, 1885, el año de la vacunación Ferrán  (...)
  • 18 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)
  • 19 Sur ce point, on pourra se reporter à Antoni Roca i Rosell, Història del laboratori municipal de Ba (...)
  • 20 Cette société savante, créée en 1878, témoigne du dynamisme de la médecine catalane. Ses présidents (...)

6Si l’autobiographie de Botey laisse dans l’ombre un certain nombre d’épisodes relatifs à ses jeunes années, son récit est en revanche plus prolixe sur son entrée dans le métier. Dès le mois de février 1882 (rappelons qu’il a soutenu sa thèse en janvier de la même année), il commence à exercer la médecine à titre libéral à Barcelone en tant que médecin qu’on qualifierait aujourd’hui de « généraliste »14. Comme il le précise, il entretient parallèlement une passion pour les études histologiques et pour la bactériologie15 ce qui fait de lui un homme de progrès. Ces disciplines, en plein essor dans les années 1880 en Europe, participent alors pleinement du renouveau des savoirs médicaux. La seconde moitié du XIXe siècle voit en effet un nouveau modèle s’imposer qualifié de médecine de laboratoire, qui vise à fournir une explication scientifique aux maladies grâce aux apports des sciences biologiques, chimiques et physiques16 et aux apports de la théorie cellulaire. Botey se dote ainsi d’un microscope et passe une partie de son temps libre à lire des ouvrages de bactériologie et à cultiver non seulement le « bacille de la tuberculose », mais aussi celui du choléra notamment durant les années 1884 et 1885, à la faveur de l’épidémie qui sévit d’abord en France, puis en Espagne17. Proche d’une des figures de la bactériologie espagnole de l’époque, le docteur Jaime Ferrán, Botey bénéficie en effet de souches porteuses du choléra fournies par son ami. Il participe même ponctuellement aux campagnes de vaccination contre le choléra entreprises par Ferrán à Valence au printemps 1885. Il semble avoir acquis en tout cas une certaine expertise en matière d’analyse bactériologique au point qu’en 1885-1886 il est chargé par diverses municipalités situées dans Barcelone, comme Gracia ou San Martín de Provensals, ou à proximité (comme Manresa), d’analyser les eaux potables desservant ces agglomérations18. Le souci de contrôler la qualité des eaux s’est manifesté à Barcelone plus tôt qu’ailleurs en Espagne. Dès 1886, la ville se dote d’un laboratoire municipal (à la tête duquel le docteur Ferrán sera nommé) créé en un premier temps pour lutter contre la rage, mais dont les missions vont rapidement couvrir tous les domaines de la croisade hygiéniste19. L’activité que Botey déploie dans le domaine bactériologique lui donne d’ailleurs l’occasion de publier ses premiers articles et de faire une communication à l’Academia y Laboratorio de Ciencias médicas de Cataluña20.

7Entre 1882 et 1886, Botey est donc arrivé à étendre son activité au-delà du seul exercice de la médecine générale. Alors qu’il a à peine la trentaine, il jouit déjà d’une certaine notoriété dans les milieux scientifiques barcelonais fondée sur l’expertise acquise en matière d’analyse bactériologique. Parallèlement cependant, il a commencé aussi à s’intéresser à l’oto-rhino-laryngologie. Comment expliquer cette spécialisation progressive dans un champ qui émerge à peine dans l’Espagne de l’époque et éloigné de ses premiers centres d’intérêt ?

  • 21 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)
  • 22 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)
  • 23 Sur les limites des avancées de la médecine espagnole, on pourra se reporter à José María López Piñ (...)

8La réponse à cette question réside, à l’échelle de l’individu, dans l’étude de son parcours de vie. Fervent admirateur de l’art lyrique, Botey est proche à la fois d’artistes travaillant dans ce domaine et de médecins de théâtre au sein desquels il évolue en fréquentant l’un des hauts lieux de la culture barcelonaise, le théâtre du Liceu. Passionné par l’univers lyrique, Botey s’est mis à étudier « à fond le mécanisme de la voix dans les différents registres » et a commencé « à traiter quelques affections laryngées et pharyngées21 ». Sa spécialisation s’est échelonnée sur plusieurs années : elle a concerné d’abord la laryngologie, à partir du milieu de l’année 188422, puis l’otologie deux ans plus tard. Il acquiert progressivement une expertise en ce domaine attestée par la publication d’un premier article dans une revue française La Revue de Laryngologie, d’Otologie et de Rhinologie dirigée par le Docteur Moure, article qu’il a rédigé en français sous le titre « La mort subite dans les maladies graves du larynx ». Cet épisode témoigne de l’itinéraire singulier de Botey : compte tenu du retard de la médecine espagnole par rapport aux avancées de cette discipline dans le nord de l’Europe, rares sont les médecins qui publient dans des revues étrangères ; le bilinguisme de Botey a été un atout en la matière. Précisons d’emblée que l’étranger a joué un rôle essentiel dans sa carrière : en septembre 1889, il entreprend en effet un voyage de formation qui le conduit en France, en Allemagne, en Autriche, en Belgique et en Angleterre. Il réalise dans ces différents pays de courts séjours (de quatre à vingt jours) en fréquentant les principaux services hospitaliers spécialisés en ORL, à Paris, Lyon, Bordeaux, Berlin, Vienne, Prague, Bruxelles et Londres. Cette pratique qui consiste à aller se former à l’étranger appelle deux remarques : elle reflète d’une part les limites des avancées de la médecine espagnole qui ne dispose pas sur place des ressources nécessaires pour assurer la formation de ses propres spécialistes23 ; elle témoigne en outre de la mobilité d’une partie des élites médicales de la péninsule qui n’hésitent pas à sortir des frontières pour acquérir de nouvelles compétences, à leurs frais.

  • 24 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)

9Après ce tour médical européen, en janvier 1890, Botey s’établit à Barcelone, pour la seconde fois en quelque sorte « en se spécialisant totalement », puisqu’il ne soigne plus » à partir de ce moment que des malades de la gorge, du nez et des oreilles24 ».

10L’intérêt que recèlent les récits biographiques pour l’historien de la médecine apparaît ici : ce témoignage d’égo-histoire permet de reconstituer la carrière de son auteur, de suivre les processus par lesquels émergent les spécialités médicales, tout en départageant dans son itinéraire ce qui relève du singulier (l’intérêt personnel porté par Botey à l’art lyrique) et ce qui relève des pratiques professionnelles propres à son groupe (le détour par l’étranger pour s’y former, la publication dans des revues étrangères pour acquérir une visibilité internationale). L’autre centre d’intérêt de cet ouvrage est la part qu’occupe le corps dans la confession du narrateur.

Parler du corps

  • 25 Pour une approche synthétique de la question, on renverra le lecteur à la contribution de Rafael Ma (...)
  • 26 La situation qui prévalait en ce domaine en Espagne est développée notamment par José Luis Peset «  (...)

11En tant que source, le récit de soi offre une illustration saisissante de la tendance à l’émiettement caractérisant l’histoire du corps depuis que ce dernier a émergé en tant qu’objet d’étude à part entière25. Bien qu’occupant rarement une position centrale dans le récit de soi, le corps s’y donne pourtant à voir indirectement, par le biais des fonctions, des affects et des pratiques qui lui sont liées : pratiques alimentaires, pratiques sexuelles, hygiène, douleur, mort, etc…La dispersion des informations relatives au corps se trouve encore aggravée dans le cas des autobiographies rédigées par des médecins. Ce type de témoignage a en effet longtemps justifié la propension de l’histoire de la médecine à considérer ses acteurs comme des héros au service du progrès s’inscrivant dans des généalogies illustres26. Visant à construire la notoriété scientifique de leurs auteurs, les textes autobiographiques rédigés par des médecins font donc souvent écran au discours sur le corps. L’attention portée dans l’ouvrage de Botey au corps et à la personnalité du narrateur en général n’en est que plus frappante : 65 pages sur 115 y sont consacrées, soit plus de 56 % de la surface totale de la première partie du livre.

  • 27 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op (...)

12Intéressant en tant que narration sur le corps, cet ouvrage l’est aussi de par le métier exercé par Botey. De façon évidente, le savoir médical de l’auteur participe en effet de la construction du récit de soi. Au sujet de sa taille par exemple, l’auteur, qui mesure 1 mètre 73 ne se contente pas de souligner qu’elle est supérieure à la moyenne, mais également qu’il paraît plus grand que les hommes de sa stature lorsqu’il est assis du fait de son tronc qui est plus développé et ce alors que ses extrémités inférieures sont proportionnellement un peu plus courtes qu’elles ne le devraient27. Les trois photographies qui accompagnent l’ouvrage sont également significatives. Deux d’entre elles, où l’auteur apparaît respectivement âgé de 37 et 47 ans, sont censées illustrer le portrait qu’il dresse de lui-même reflétant un souci du détail commun aux diaristes. La troisième en revanche où Botey exhibe sa musculature témoigne de l’importance qu’il accorde à son hygiène de vie et à la pratique de la gymnastique. La déformation professionnelle du médecin rompu aux notes cliniques transparaît de façon explicite dans l’extrait suivant :

  • 28 “Mi tórax es ancho, mis espaldas altas y cuadradas ; mis músculos son todavía bastante voluminosos. (...)

« Mon thorax est large, mes épaules hautes et carrées ; mes muscles sont toujours assez volumineux. Je ne suis ni maigre, ni gros, je suis de constitution moyenne ; mon poids se situe depuis environ 10 ans entre 88 et 90 kg, avec de très légères oscillations. Ma peau est blanche, légèrement rosée et sans rides encore. Mes cheveux et ma barbe sont châtain foncé parsemés de rares cheveux blancs. Ma tête est grande, mon visage est un peu étroit dans sa partie inférieure et les traits de ma physionomie légèrement prononcés et durs28 ».

13Plusieurs enseignements se dégagent en fait du récit des caractéristiques physiques de l’auteur. Son auto-description se calque en premier lieu sur une connaissance scientifique de la physiologie. Il passe ainsi successivement en revue les parties de son anatomie, se livrant des pages 77 à 82 à ce qu’il appelle une étude anthropologique : tronc et musculature thoracique, bras et avant-bras, mains, membres inférieurs, pieds. Il poursuit cette introspection par une exploration de ses organes et de leur fonctionnement : appareil cardiaque, appareil respiratoire, appareil digestif, appareil urinaire. Son diagnostic aboutit à mettre en évidence la robustesse de sa constitution anatomique, marquée par l’absence de stigmates de dégénération et de défauts majeurs.

  • 29 Ibidem, p. 79.
  • 30 Gêne localisée dans le centre de l’abdomen supérieur.
  • 31 Ibidem, p. 84.
  • 32 Ibidem, p. 86.

14On le voit à travers le vocabulaire employé, les mots qui servent à élaborer ce récit sur le corps empruntent explicitement au domaine médical. Quand il parle de l’une des articulations de son épaule, qui lie le membre au tronc, il la désigne ainsi par son nom scientifique « articulation scapulo-humérale29 ». Il analyse de même ses fonctions digestives à partir d’un cadre clinique qui l’amène à conclure qu’il ne souffre d’aucune dyspepsie30 d’origine fonctionnelle ou pathologique31. De l’observation de ses urines qui ne sont pas troubles, il déduit de même qu’il n’a ni diabète, ni albumine32.

  • 33 Ibidem, p. 78.
  • 34 Ibidem, p. 82.

15La perception que Botey a de son corps est également placée sous le signe de la mesure. Botey mentionne ainsi son envergure totale (1m 74) lorsque ses bras sont déployés perpendiculairement à son tronc33. Il précise de même que la circonférence de sa poitrine est de 116 centimètres et celle de ses bras de 40. Dans cette introspection de lui-même à laquelle il se livre, il a recours aux moyens d’exploration interne : percussion qui lui permet de conclure que son cœur n’est pas hypertrophié, auscultation qui dénote un rythme cardiaque normal, prise du pouls qui oscille entre 82 et 86 pulsations à la minute ce qui témoigne qu’il ne souffre d’aucune arythmie34.

  • 35 Ibidem, p. 84.

16Cette auto-description de Botey illustre donc la prégnance des savoirs médicaux dans ce récit de soi. L’approche de son propre corps par l’homme de science se fait à l’aune des connaissances anatomiques et médicales qu’il a coutume d’appliquer dans l’exercice de sa profession. Face à lui-même, il met en œuvre les mêmes techniques d’observation et de mesure, les mêmes gestes d’auscultation, et établit les mêmes diagnostics que face à ses patients. Botey en tire une série d’enseignements d’une part sur ses aptitudes physiques (notamment sportives), d’autre part sur les risques qui le guettent. Ayant remarqué qu’il est sujet à des apnées du sommeil et que sous le coup de l’émotion, il est en proie facilement à des oppressions respiratoires, Botey en conclut ainsi qu’il lui faudra sans doute dans l’avenir éviter le surmenage intellectuel et moral35.

17Une des questions posées par ce récit de soi marqué du sceau de l’expertise médicale a trait à son intérêt pour le lecteur. Quel est le public potentiellement visé ? Certainement pas un public indifférencié, mais bien plutôt le monde médical, à qui s’adresse cette autobiographie suivie de la liste des travaux publiés par l’auteur dans le domaine de l’oto-rhino-laryngologie. Cette remarque conduit à examiner en un dernier temps le sens à donner à cette introspection.

Usages individuels, usages collectifs du récit de soi

  • 36 Ibidem, p. 84.
  • 37 “A primera vista es probable causa al lector cierta extrañeza el que me ocupe de mi mismo, y no enc (...)

18En rédigeant cet ouvrage, Botey s’est fixé comme objectif de présenter ce qu’il appelle son « individualité scientifique »36. Cette individualité est celle d’un homme alors âgé de 49 ans et jouissant d’un prestige international dans le domaine de l’oto-rhino-laryngologie. Ce livre remplit donc une fonction précise dans sa carrière : renforcer sa visibilité dans le groupe auquel il appartient tout en lui permettant d’occuper fermement le terrain de sa spécialité. La publication de l’ensemble de ses travaux doit être lue dans ce sens comme une sorte de bilan de son parcours d’ORL attestant du caractère pionnier de son engagement dans cette discipline et de la notoriété acquise. L’association de ces deux genres (étude biographique suivie de la publication des travaux scientifiques) est peu commune dans la littérature médicale, du moins dans le cas où le scripteur se confond avec la personnalité dont le portrait est dressé. La combinaison de ces deux types d’écrit est plus fréquente en revanche quand il s’agit de rendre hommage à un éminent confrère, soit à l’occasion de sa mort, soit pour célébrer un moment fort de sa carrière (son jubilé par exemple). Ces études sont cependant alors rédigées par des tiers et non par l’intéressé lui-même. Botey en prend acte d’ailleurs dès les premières lignes de son livre quand il écrit : « le fait que je m’occupe de moi-même surprendra sans doute le lecteur37 ». Il est conscient en effet qu’il risque d’être taxé d’immodestie, soupçon qui n’aurait pas de raison d’être s’il avait chargé un de ses pairs de cette tâche.

  • 38 Ibidem, p. 65.
  • 39 Ibidem, p. 65.
  • 40 Ibidem, p. 96.
  • 41 Ibidem, p. 96.
  • 42 Ibidem, p. 105.

19Pour autant, le récit de son existence par le narrateur ne tourne pas forcément à son avantage. L’image qu’il donne de lui-même est ainsi loin d’être toujours positive. Il reconnaît avoir été un étudiant moyen, confession qui témoigne d’une certaine honnêteté intellectuelle. Il admet par ailleurs que son caractère franc n’a pas toujours contribué à lui faire des amis38. Ce constat fait écho au jugement qu’il porte sur les conventions sociales reposant selon lui sur l’hypocrisie39. Botey ne cherche donc pas spécialement à se concilier la sympathie de ses lecteurs. Autre détail de sa personnalité mis au jour : sa timidité excessive, réelle au point qu’il redoute de prendre la parole en public40. Il déplore également à plusieurs reprises son émotivité et sa nervosité qui le paralysent et lui font perdre tous ses moyens41. Comme il le déclare, l’intensité de ses émotions a pu parfois entraîner l’inhibition de ses facultés intellectuelles et le priver du sang-froid nécessaire à l’adoption d’une résolution pondérée42.

  • 43 Ibidem, p. 85.
  • 44 Me levanto casi siempre, por no decir siempre, ágil, alegre y dispuesto para todo ejercicio tanto (...)

20L’autoportrait que Botey signe n’est donc pas spécialement flatteur et échappe à la tentation de l’autoglorification. L’auteur se met également volontiers à nu, découvrant la part la plus intime de son existence. Il décrit ainsi avec un luxe particulier l’organisation de son quotidien, réglé minutieusement. Levé très tôt (à 5h), il s’adonne dès 5h30 à ses activités intellectuelles (écriture, lectures) et ce jusqu’à 10h en restant à jeun. Il prend ensuite un petit déjeuner composé de chocolat, d’un verre de lait, et de deux tartines beurrées, régime qu’il alterne en se nourrissant de soupe, d’omelette, de deux œufs ou d’un peu de poisson, car dit-il pris dans la durée, le lait a tendance à provoquer en lui des diarrhées. Or de par sa constitution il est davantage sujet aux diarrhées qu’à la constipation43. Sa journée de travail commence après : il se consacre à ses malades de 10h à 12 h dans le cadre de ses visites, puis de 12 à 14h dans le cadre du service hospitalier où il travaille. A 14h, il déjeune. Son repas se compose de 3 plats dont deux de viande, sans alcool ni café. De 15h à 18h 30 environ, ses visites reprennent. Puis à 21h, il dîne d’un plat de légumes et de deux de poisson, s’abstenant toujours de consommer de l’alcool, auquel il préfère l’eau claire. Son hygiène alimentaire est donc très stricte. Comme il le confesse, il ne mange ni ne boit entre les repas, y compris durant les fortes chaleurs de juillet et août. Il s’interdit de même toute consommation de boisson alcoolisée. Son sommeil est soumis aux mêmes exigences de régularité. Couché à 10h du soir, il dort environ 7 heures par nuit auxquelles s’ajoute une courte sieste de 15 à 20 minutes après le repas. Il accorde au sommeil des vertus réparatrices et attribue sa bonne santé à son rythme de vie paisible. Comme il l’écrit, il se trouve au lever « agile, joyeux, et préparé pour tout exercice physique comme intellectuel44 ».

  • 45 Ibidem, p. 63.
  • 46 Ibidem, p. 82.

21Ces détails très intimes de sa vie livrés par Botey participent d’une double économie du récit. Cette narration de soi remplit tout d’abord une première fonction à l’usage du groupe, c’est-à-dire à l’usage du public médical à qui s’adresse ce livre. L’auteur pose en effet comme postulat que « la vie d’une individualité connue sur le terrain scientifique » est un objet digne de curiosité45. Si Botey étale donc certains aspects de son existence, ce n’est pas pour satisfaire son ego personnel, mais pour que son lecteur puisse en tirer les conséquences sur le plan scientifique46. Autrement dit, la clé de sa réussite professionnelle rendue visible dans la seconde partie de son œuvre par la liste de ses publications est à rechercher à la fois dans sa personnalité, mais aussi dans un mode de vie, quasi monacal, tout entier tourné vers l’étude et l’exercice de son métier. Si sa carrière doit donc à ses qualités individuelles, qui lui appartiennent en propre, elle est aussi le fruit d’un travail acharné qui a été en mesure de compenser les résultats moyens auxquels il était parvenu au temps de ses études. Les efforts constants pour enrichir ses connaissances témoignent de la part de la construction personnelle dans ce parcours professionnel.

  • 47 « (…) se procura prescindir de si mismo tratándose a si propio como si fuese una personalidad habit (...)

22À cet objectif assigné à son autobiographie de lier sa trajectoire professionnelle à son mode de vie, Botey associe une démarche précise, qui vise, dans une sorte de dédoublement de la personnalité quasi schizophrénique, à s’observer de l’extérieur, comme un sujet étranger à soi-même. Les mots qu’il emploie sont significatifs à ce sujet. Il s’agit « d’essayer de faire abstraction de soi-même en traitant de soi comme si l’on était une personnalité habitant à l’étranger47 ». Botey fournit donc une explication rationnelle au récit élaboré sur lui-même : parlant de lui, il s’offre en exemple aux autres, à ses pairs. Si son parcours de vie doit beaucoup à ses qualités propres, il résulte aussi de ses choix (de se spécialiser en ORL), des sacrifices consentis pour acquérir une formation à l’étranger et du travail constant qu’il continue à fournir quotidiennement pour rester à la hauteur de sa discipline.

  • 48 “Vivía solo en mi triste hogar, trabajando noche y día, acumulando conocimientos, estudiando alemán (...)

23Le récit de Botey remplit pourtant une autre fonction qui ne s’exerce plus à l’usage du groupe, mais de lui-même. Ce besoin de parler de soi est en effet analysé à plusieurs reprises dans son ouvrage comme une conséquence de ce qu’il appelle son « fond », sa nature névrotique. L’auteur fait référence ici à une pathologie nerveuse dont il souffre et dont les premières manifestations remontent à 1892. Revenu de son tour des services hospitaliers européens en 1890, Botey s’enferme alors dans une vie casanière et solitaire : « Je vivais seul dans ma maison triste, travaillant nuit et jour, accumulant des connaissances, étudiant l’allemand et l’anglais, ne sortant pas de chez moi ou presque, y compris pour aller au théâtre la nuit48 ». Cette existence coupée du monde le conduit à sombrer dans une véritable neurasthénie assimilée à une névrose d’adaptation, qui le plonge dans un état de tristesse et d’abattement profond. Ayant peur de tout, y compris de mourir subitement au milieu de la rue, il maigrit, fuit le commerce des hommes. L’expression somatique de son angoisse se traduit par un sentiment d’oppression respiratoire, des phases d’anxiété qui débouchent sur un état de prostration nerveuse extraordinaire.

  • 49 « Acostumbrado mi cerebro a una actividad casi constante, esa inactitud (sic) me obligaba a observa (...)

24Botey tirera deux leçons de cette expérience de la maladie. Epuisé, il se trouve dans l’impossibilité de produire intellectuellement. Or cette inactivité le laisse dans une sorte de tête-à-tête avec lui-même qui aggrave son trouble. Comme il l’écrit : cette situation « m’obligeait à m’observer et à m’étudier comme un hypocondriaque. Je pensais continuellement à mon état et cette concentration sur moi-même n’était pas le meilleur chemin pour me rétablir49 ». Au contraire, il découvre que l’activité intellectuelle est indispensable à son équilibre et à son bien-être. Il avoue à ce sujet :

  • 50 “Escribo porque me gusta, por una obsesión si se quiere, porque sucumbo a la excitación de una idea (...)

« J’écris parce que cela me plaît, par obsession, car je succombe à l’excitation d’une idée dominante, presque à l’impulsion d’une idée fixe, et je ne pense trouver souvent d’autre récompense à mon travail que la satisfaction que me procure le travail lui-même, grâce auquel je me porte à merveille50 ».

  • 51 Ibidem, p. 103.

25En même temps, Botey comprend que pour nécessaire qu’elle soit, cette activité intellectuelle doit être contenue. L’origine de sa neurasthénie se situe en effet selon lui dans le surmenage mental dont il a été victime. La seconde leçon tirée de l’expérience de la maladie le conduit donc à lutter contre sa passion du savoir et de l’étude en imposant à sa vie un strict équilibre entre travail intellectuel, professionnel et repos. Les règles d’hygiène qu’il applique à lui-même doivent donc être lues aussi comme une thérapie destinée à combattre les risques du surmenage intellectuel tout autant que son penchant neurasthénique. Devenu « prisonnier51 » de ce mode de vie, comme il le confesse, il en a pourtant un besoin vital.

  • 52 “Un disgusto toma en seguida proporciones desmesuradas, provocando luego un estado de debilidad, de (...)
  • 53 “Esta necesidad mía de escribir, de explicar mi modo de ser, de anotar los menores detalles de mi p (...)
  • 54 Ibidem, p. 62.

26La fragilité nerveuse de Botey et sa labilité émotionnelle restent en effet une réalité en 1904. Toute contrariété prend immédiatement des proportions démesurées chez lui, « provoquant tout de suite un état de faiblesse, de malaise, d’anxiété et d’oppression thoracique » qui le font souffrir grandement52. Or, face à ces épisodes de crise, l’écriture semble l’apaiser. L’auteur reconnaît en effet que « cette nécessité d’écrire, d’expliquer ma façon d’être, de noter les moindres détails de ma personnalité, de la scruter et de la décomposer pièce par pièce, est peut-être fille de ma tendance névrotique53 ». Poussant plus loin la métaphore sur les vertus curatives de l’écriture, il compare la pratique du récit de soi aux bienfaits des auto-observations des hypocondriaques, qu’ils ont coutume de rédiger sur eux-mêmes et que Charcot appelait leurs petits-papiers54. L’écriture de soi a donc continué à jouer un rôle thérapeutique dans la vie de Botey après la crise neurasthénique traversée en 1892. En ce sens, l’auto-analyse à laquelle il se livre a parfois l’accent précurseur d’une psychanalyse.

27Interrogé en tant que document d’égo-histoire, l’ouvrage Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico du docteur Botey peut apparaître comme un récit de soi ordinaire. On y retrouve en effet nombre de motifs propres à ce type de source : l’auteur y confesse ses peurs, ses angoisses, ses manies, ses faiblesses, son émotivité. C’est d’ailleurs là l’un des intérêts de cette œuvre qui va à l’encontre des représentations laissées sur elle-même par la profession médicale à l’issue d’un siècle marqué par un positivisme triomphant : loin de la figure du savant, véritable héros de la modernité médicale, le récit de Botey dit la souffrance de l’homme qui se cache derrière le personnage public, les accommodements avec soi-même, la petitesse de l’existence quotidienne. En ce sens, ce livre constitue un récit singulier reflet d’un parcours de vie unique.

28En même temps, cette autobiographie constitue un témoignage précieux pour l’historien de la médecine permettant d’approcher les valeurs propres aux médecins espagnols à la fin du XIXe siècle. L’initiative de Botey d’aller se former à l’étranger renvoie à des usages courants dans ce groupe. En outre, son obsession de rester une référence dans son domaine explique le travail acharné qu’il fournit pour se tenir au courant de l’évolution de l’ORL en Europe.

29Ce va et vient permanent entre le je et le nous rend compte de la dimension polyphonique du récit : la voix personnelle du narrateur n’est jamais en dissonance avec le chœur auquel il s’identifie et dont il retrouve les accents dès qu’il s’agit d’en évoquer les pratiques et la culture professionnelle. Le discours sur le corps est significatif sur ce point dans cet ouvrage. Le diariste y dépeint sa géographie intime et se montre de façon classique à l’écoute de ses maladies et de ses angoisses. Mais c’est en puisant dans le savoir médical que cette approche de la corporéité est mise en œuvre.

30L’enchevêtrement des récits, personnel et savant, éclaire le double processus dont l’écriture participe pour Botey. Contribuant à la construction de la figure savante légitimée dans cet ouvrage par la publication de la bibliographie de l’auteur, l’écriture relève aussi de la construction de soi. Elle permet en particulier à Botey de lutter contre la névrose dont il avoue souffrir.

Haut de page

Notes

1 Ricardo Botey, Higiene, desarrollo y conservación de la voz, Barcelone, Imprenta Tipográfica La Academia, 1886, 230 pages.

2 Ricardo Botey, Tratado de Oto-rino-laringología para médicos y estudiantes, Barcelone, Salvat, 1910 pour la première édition, 948 pages.

3 Ricardo Botey, Estudios clínicos sobre laringología, otología y rinología : su práctica y enseñanza actuales en Europa, Madrid, Imprenta y Librería Nicolás Moya, 1899, 553 pages.

4 Ricardo Botey, Trabajos e instrumentos presentados en la sección de laringología del XI Congreso Médico Internacional de Roma, Barcelone, Simón Alsina y Clós, 1894, 68 pages.

5 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, Barcelone, La Académica, 1904, 324 pages. Le titre de l’ouvrage peut être traduit par « Quelques traits relatifs à ma personnalité. Auto-analyse médicale, psychologique et scientifique ».

6 On renverra notamment à François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2005 ; Jean-François Courouau et Sylvie Mouysset, Plumes singulières : écrits de soi, XVIe-XVIIIe siècle, Toulouse, Privat, 2010 ; Michel Cassan, (dir.), Écritures de familles, écritures de soi, France-Italie, XVIe-XIXe siècles, PULIM, 2011 ; Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, A. Colin, 2010.

7 Borja Riquer (dir), Història. Política, Societat i Cultura dels Països Catalans, Barcelone, Ediciones 62, 1994-1999, volumes IV à X.

8 Il y mourra par ailleurs le 27 décembre 1927.

9 Son mariage restera sans descendance.

10 Les éléments biographiques relatifs au père de Ricardo Botey sont extraits de Campmajo A. Tornabell, « Nota histórica sobre el Dr Botey Ducoing. Un médico escritor ochocentista », Ia reunión nacional de médicos escritores, Valladolid, 15-17 de junio de 1973, Madrid, Ed. Roche, 1973, p. 255-259.

11 Il fréquente l’Institution Saint-Louis de Gonzague où il effectue son cycle correspondant aux deux premières années du baccalauréat français. Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 72.

12 Sur la question de la formation des médecins et sur leur place dans la société, on renverra entre autres à José María López Piñero, Luis García Ballester, Pilar Faus Sevilla (dir), Medicina y sociedad en la España del siglo XIX, Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1964 ; Enrique Rodríguez-Ocaña, Salud pública en España : Ciencia, profesión, política, siglos XVII-XX, Grenade, Editorial Universidad de Granada, 2005.

13 Ricardo Botey, Contribución al estudio de las resecciones patológicas del codo, thèse publiée en 1889 à Barcelone, Tipog. de los Sucesores de N. Ramírez y Cía.

14 Expression volontairement anachronique employée par commodité, mais qui n’est pas usitée à l’époque.

15 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 5.

16 Mirko Grmek, Histoire de la pensée médicale en Occident, Tome 3 : Du Romantisme à la science moderne, Paris, Editions du Seuil, 1999.

17 On pourra se référer sur ce point à Juan José Fernández Sanz, 1885, el año de la vacunación Ferrán : trasfondo político, médico, sociodemográfico y económico de una epidemia, Madrid, Fundación Areces, 1990.

18 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 5.

19 Sur ce point, on pourra se reporter à Antoni Roca i Rosell, Història del laboratori municipal de Barcelona, de Ferrán a Turró, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 1988.

20 Cette société savante, créée en 1878, témoigne du dynamisme de la médecine catalane. Ses présidents comptent parmi les plus grands noms de la médecine barcelonaise (Bartolomé Robert, Salvador Cardenal, etc.). Botey lui-même occupera cette fonction. Cité dans Josep Lluis Barona Vilar, La doctrina y el laboratorio. Fisiología y experimentación en la sociedad española del siglo XIX, Madrid, CSIC, 1992 , p. 135.

21 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 6.

22 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 7-8.

23 Sur les limites des avancées de la médecine espagnole, on pourra se reporter à José María López Piñero, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX”, dans José María López Piñero (dir), La ciencia en la España del siglo XIX, Madrid, Ayer, n° 7, 1992, p. 193-240 ; Leoncio López-Ocón, Breve historia de la ciencia española, Madrid, Alianza Editorial, 2003.

24 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 8.

25 Pour une approche synthétique de la question, on renverra le lecteur à la contribution de Rafael Mandressi « Le corps et l’histoire. De l’oubli aux représentations » dans Dominique Memmi, Dominique Guillo et Olivier Martin, La tentation du corps, Éditions de l’EHESS, 2009, p. 143-169.

26 La situation qui prévalait en ce domaine en Espagne est développée notamment par José Luis Peset « Historia del cuerpo, historia de la mente » dans Antonio Lafuente et Juan Saldaña (dir.), Historia de las ciencias, Madrid, CSIC, 1987, p. 87-103.

27 Ricardo Botey, Algo referente a mi personalidad. Auto-estudio médico, psicológico y científico, op cit., p. 78.

28 “Mi tórax es ancho, mis espaldas altas y cuadradas ; mis músculos son todavía bastante voluminosos. No estoy ni flaco, ni gordo, soy de medianas carnes ; peso, desde hace unos 10 años, de 88 a 90 kilogramos, con muy ligeras oscilaciones. Mi piel es blanca, algo sonrosada y sin arrugas todavía. Los cabellos y la barba son castaño-oscuro con escasísimas canas. Mi cabeza es grande, la cara algo estrecha en su parte inferior, y los rasgos de mi fisionomía algo pronunciados y duros”.

29 Ibidem, p. 79.

30 Gêne localisée dans le centre de l’abdomen supérieur.

31 Ibidem, p. 84.

32 Ibidem, p. 86.

33 Ibidem, p. 78.

34 Ibidem, p. 82.

35 Ibidem, p. 84.

36 Ibidem, p. 84.

37 “A primera vista es probable causa al lector cierta extrañeza el que me ocupe de mi mismo, y no encargue a cualquier otro colega de esta tarea, con el objetivo de ponerme al abrigo de ser tildado de inmodesto”.

38 Ibidem, p. 65.

39 Ibidem, p. 65.

40 Ibidem, p. 96.

41 Ibidem, p. 96.

42 Ibidem, p. 105.

43 Ibidem, p. 85.

44 Me levanto casi siempre, por no decir siempre, ágil, alegre y dispuesto para todo ejercicio tanto físico como intelectual”. Ibidem, p. 92.

45 Ibidem, p. 63.

46 Ibidem, p. 82.

47 « (…) se procura prescindir de si mismo tratándose a si propio como si fuese una personalidad habitante en el extranjero”. Ibidem, p. 63.

48 “Vivía solo en mi triste hogar, trabajando noche y día, acumulando conocimientos, estudiando alemán e inglés, no saliendo apenas de casa ni aun para ir al teatro, por la noche”. Ibidem, p. 57.

49 « Acostumbrado mi cerebro a una actividad casi constante, esa inactitud (sic) me obligaba a observarme y estudiarme como un hipocondríaco. Pensaba continuamente en mi estado y esta concentración sobre mi mismo no era, a buen seguro, el mejor camino para restablecerme”. Ibidem, p. 58-59.

50 “Escribo porque me gusta, por una obsesión si se quiere, porque sucumbo a la excitación de una idea dominante, casi al impulso de une idea fija, y no pienso muchas veces hallar otra recompensa a mi trabajo que la satisfacción que me proporciona el trabajo mismo, gracias al cual me encuentro a maravilla”. Ibidem, p. 60-61.

51 Ibidem, p. 103.

52 “Un disgusto toma en seguida proporciones desmesuradas, provocando luego un estado de debilidad, de malestar, de ansiedad y de opresión torácica, que me hacen sufrir mucho”. Ibidem, p. 95.

53 “Esta necesidad mía de escribir, de explicar mi modo de ser, de anotar los menores detalles de mi personalidad, de escudriñarla y descomponerla pieza por pieza, es quizás hija de mi neurosismo”. Ibidem, p. 62.

54 Ibidem, p. 62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Renaudet, « Identité professionnelle et récit de soi », Rives méditerranéennes, 44 | 2013, 91-104.

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Identité professionnelle et récit de soi », Rives méditerranéennes [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://rives.revues.org/4390 ; DOI : 10.4000/rives.4390

Haut de page

Auteur

Isabelle Renaudet

Professeur d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille, Isabelle Renaudet co-dirige le groupe Le Corps : expérience, identités, culture du Moyen Age à nos jours au sein de l’UMR Telemme. Ses travaux portent sur l’étude des acteurs et des pratiques de santé dans l’Espagne des XIXe-XXe siècles, sur les transferts de savoirs médicaux, sur le rapport entre guerre et médecine. Ils privilégient une approche anthropologique des questions médicales à partir du corps, notamment du cadavre. Elle travaille actuellement en collaboration avec l’équipe dirigée par Anne Carol à la publication d’une série d’ouvrages liés au programme ANR CoRPS portant sur le corps mort.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org