Navigation – Plan du site

Chemins et itinéraires

Écriture de soi dans les récits d’exploration du Maroc (1880-1910)
Aurélia Dusserre
p. 69-89

Résumés

L’écriture de soi est une des normes du récit d’exploration : le narrateur fait part de son expérience, pleinement constitutive de l’entreprise d’exploration. L’usage du « je » revêt des valeurs différentes en fonction des contraintes du terrain et des contextes, comme le montre l’exemple du Maroc précolonial. Les nouvelles exigences scientifiques tendent à demander au narrateur de s’effacer derrière une description attendue comme objective. L’explorateur est encouragé à s’adapter au terrain, notamment pour faire face à des situations dangereuses. Il peut faire le choix du déguisement, qui, paradoxalement, révèle le mieux sa subjectivité. La mise en scène des pratiques de l’enquête se diversifie au tournant du XXe siècle, le langage photographique permettant au voyageur d’endosser de nouveaux costumes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Maroc

Chronologie :

période coloniale
Haut de page

Texte intégral

1Le récit de voyage, qu’il soit littéraire ou à prétention plus scientifique, joue volontiers sur l’imaginaire et engage profondément son auteur, dont l’expérience personnelle est placée au centre du récit. Il est un genre à part entière, dans lequel la subjectivité de l’auteur ne fait aucun doute : le « je » est omniprésent, mais peut revêtir des valeurs et des usages différents.

  • 1 Dominique PESTRE, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, no (...)
  • 2 Id., p. 510.
  • 3 Felix DRIVER, Geography militant: Cultures of Exploration and Empire, Oxford, Blackwell, 2001.
  • 4 Isabelle SURUN, « L’exploration de l’Afrique au XIXe siècle : une histoire précoloniale au regard d (...)
  • 5 Id., p. 3. Toutes les traductions sont de l’auteur.
  • 6 Isabelle SURUN, « Du texte au terrain : reconstituer les pratiques des voyageurs (Afrique occidenta (...)

2 L’historiographie de l’histoire des sciences montre bien la place qu’occupe le locuteur dans les récits scientifiques. Le texte scientifique est, comme le récit littéraire, une mise en scène dans laquelle l’auteur occupe une place particulière : Dominique Pestre emploie ainsi le terme de « technologies littéraires1 », pour désigner l’ensemble des « codes argumentaires2 » utilisés par les savants pour convaincre leur lectorat. L’histoire des sciences a également mis en avant le fait que le savant, terme générique, est un praticien des sciences : il engage dans ses travaux une culture, une formation, mais, au-delà, un milieu spécifique et une communauté. Le savant prend aussi place dans un contexte politique et idéologique précis : à la fin du XIXe siècle, l’expansion coloniale a façonné dans les métropoles une « culture de l’exploration3 » qui utilise les productions savantes, parfois à l’insu de leurs auteurs, en transforme le contenu et les diffuse via de nouveaux médias à destination du grand public4. Dans cette culture impériale, l’explorateur est ainsi vu comme le « fantassin de l’empire de la géographie, un pionnier de la géographie militante5 ». Le contexte politique a pu ainsi exercer une influence sur l’évolution des pratiques du voyage au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Cela ne doit pas faire oublier, enfin, que le corps du savant est partie prenante de l’expérience scientifique. Le savoir produit n’est en aucun cas désincarné et répond avant tout à la subjectivité de son auteur. Pour le cas des savoirs géographiques, les récits et les représentations produits restituent ou reconstruisent l’expérience perceptive qui en a été à l’origine, qu’il s’agisse de l’observation ou du déplacement. L’exploration engage donc le corps de l’observateur et sa restitution renvoie à cette expérience corporelle et sensorielle de l’espace, et dans l’espace6. Mettre l’accent sur cette dimension implique de voir comment cette expérience du terrain apparaît dans les divers récits qui en sont issus : même si elle est reconstruite et transformée par et pour l’écriture, les déplacements du voyageur ordonnent l’organisation de cette expérience au moyen de la figure de l’itinéraire.

3Cette dernière notion est polysémique et particulièrement intéressante dans le cadre de notre réflexion. La première acception du mot « itinéraire » renvoie à son sens premier, à savoir le chemin suivi pour aller d’un lieu à l’autre : c’est la route, le trajet, ce qui nécessite de s’interroger sur les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’exploration, saisie dans ses aspects les plus concrets. La seconde acception renvoie à la forme du récit d’exploration : l’itinéraire est la forme la plus généralement suivie pour rendre compte du voyage. Le découpage en chapitres équivaut la plupart du temps aux tronçons d’itinéraires – sont ainsi mentionnés les lieux de départ, de passage, d’arrivée. L’itinéraire est aussi un moyen de rendre compte sur le papier des déplacements du voyageur, de restituer l’expérience du voyage dans l’écriture afin de faire voyager le lecteur – le récit d’exploration joue alors volontiers sur les métaphores issues de cette expérience. À cette fonction scientifique et littéraire de l’itinéraire s’ajoute une dimension plus personnelle pour le voyageur même : l’itinéraire doit aussi s’entendre comme un chemin personnel, voire un cheminement. Le voyage est l’occasion d’une construction de soi, de la fabrication d’une identité de voyageur. Dans ce cas, le « je » prend une valeur éminemment intime et permet de se construire soi-même en chemin.

  • 7 Isabelle SURUN, « Le carnet de route, archive du voyage. Notes manuscrites et récit du voyage de Re (...)
  • 8 L’auteur du catalogue de 439 autographes de Charles de Foucauld exprime cette difficulté : « commen (...)
  • 9 « On y décèle bien souvent, en effet, les traces d’une pratique discursive qui est celle du récit, (...)
  • 10 Il est ainsi très difficile de saisir les pratiques concrètes sur le terrain et les modalités du vo (...)
  • 11 Gerhard Rohlfs (1831-1896) s’est rendu en 1862 puis en 1864 dans la région du Drâa et du Tafilalt, (...)
  • 12 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc. 1883-1884, Paris, Challamel, 1888, 2 vol. , atlas. L’ (...)
  • 13 Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba. Exploration au Maroc. Mission de Segonzac, Paris, Masson, 1906.
  • 14 Abel BRIVES, Voyages au Maroc (1901-1907), Alger, Jourdan, 1909.

4Dès lors, quelle place les récits d’exploration du Maroc produits entre les années 1880 et la veille de la colonisation du pays font-ils à la subjectivité ? Comment le « je » de l’observateur peut-il exister dans un jeu de contraintes, dont les règles sont fixées à la fois par le terrain mais aussi par l’ensemble de la communauté dans laquelle le savant est intégré ? Ces questions conduisent à celle des sources disponibles. Il faut à ce propos souligner les lacunes de la documentation. En effet, peu d’éléments subsistent qui nous permettent d’envisager les coulisses de l’exploration, l’« archive du voyage »7. Il existe en effet plusieurs étapes qui conduisent du terrain au texte publié en métropole, ou prononcé lors de conférences8. Ce cheminement du savoir en train de se construire est difficile à saisir et à reconstituer. Les carnets de notes sont souvent perdus ; ceux que l’on retrouve au détour d’un carton d’archives ne contiennent que peu de ces archives de l’intime et ne permettent pas de saisir les pratiques de terrain9. Or ces papiers préparatoires sont le seul media nous permettant de saisir cette part personnelle : au moment de la rédaction, les récits sont en effet expurgés de ce qui constitue l’intime du terrain, le vécu de l’auteur, nous le verrons, et le « je » se dissimule souvent derrière le propos d’ordre général, à valeur collective, destiné à faire progresser la connaissance géographique10. Il convient ensuite de définir un corpus signifiant parmi les nombreux récits à prétention géographique produits à l’époque. Nous avons choisi de nous appuyer principalement sur quatre auteurs représentatifs du mouvement d’exploration au Maroc : l’Allemand Gerhard Rohlfs, qui voyage par deux fois dans le pays11, le Français Charles de Foucauld, dont la Reconnaissance au Maroc est une étape cruciale12, le géologue Louis Gentil13 et enfin Abel Brives, engagé à partir de 1893 au Service de la carte géologique de l’Algérie et qui voyage au Maroc au début du XXe siècle14.

5Ces divers récits permettront de voir tout d’abord les tensions qui existent dans le discours scientifique à propos de la validation et de la légitimité des savoirs. La subjectivité des observateurs, si elle a valeur de preuve, doit souvent s’effacer au profit d’une observation considérée comme pure. Cependant, l’exploration engage profondément l’explorateur, et elle est l’occasion pour lui de se construire une identité nouvelle, particulièrement lorsqu’il choisit de voyager déguisé. Enfin, au tournant du XXe siècle, l’apparition de la photographie est l’occasion de nouvelles mises en scène.

Les tensions du discours scientifique

6Le texte scientifique est un objet construit selon des règles qui varient dans le temps et l’espace social. Les récits d’exploration du Maroc au XIXe siècle montrent ainsi une tension à propos de l’usage du « je » par leurs auteurs : celui-ci a d’abord en effet assumé la valeur de preuve, avant de s’effacer derrière les prétentions scientifiques et universalistes d’une connaissance qui se voulait impersonnelle et collective.

7La subjectivité des auteurs a tout d’abord été considérée comme une validation du discours scientifique produit sur l’espace marocain. La connaissance du pays est restée longtemps indirecte, limitée aux zones côtières et aux villes impériales, seules autorisées aux Européens. Au début du XIXe siècle, cette documentation ne suffit plus : face aux nouveaux rapports de force et à l’enjeu stratégique que représente désormais le Maroc, elle se révèle trop incomplète. Surtout, elle n’est plus adaptée aux évolutions de la géographie européenne, au moment où celle-ci se dote d’une méthode et d’un champ d’action renouvelés.

  • 15 Numa BROC, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Gap, O (...)

8Peu nombreux jusqu’alors sur le sol chérifien, les Européens commencent à prendre de l’importance. Les diplomates figurent parmi les auteurs des meilleurs ouvrages de l’époque : dans leurs récits, la distance entre le terrain et le texte s’est raccourcie, simplifiée et surtout personnalisée. Des pratiques inédites de collecte d’information apparaissent, soutenues par de nouveaux discours qui valorisent l’expérience personnelle du pays. À la fin du XVIIIe siècle, l’essor des sciences naturelles a contribué à institutionnaliser cette pratique de l’observation systématique. Sous l’impulsion des philosophes, et en particulier de Rousseau, une plus grande attention est portée à l’expérience et à l’observation directes, sur le terrain : on pose alors de « nouveaux regards sur le monde »15. La discipline géographique en construction se montre particulièrement réceptive à ces nouvelles exigences, et on assiste, quelques années plus tard, à une réhabilitation de l’expérience du terrain que les géographes avaient eue tendance à négliger. Concrètement, les récits de voyage se personnalisent : l’implication de l’auteur assume la valeur de preuve et donne de la légitimité à son discours.

  • 16 James GREY JACKSON, An account of the Empire of Marroco and the Districts of Suse and Tafilelt Comp (...)
  • 17 On ne connaît pas précisément le statut de Jackson, qui ne dit pas grand-chose de ses motivations. (...)
  • 18 « The following sheets have been compiled from various notes and observations made during a residen (...)

9James Grey Jackson en est la parfaite illustration, comme l’indique le titre même de son livre16. Sa posture est celle de l’homme de terrain : il annonce dans la préface avoir passé plus de seize ans en résidence au Maroc17. Il rapporte ensuite sa connaissance de l’arabe et insiste sur le fait qu’elle est, avec son long séjour sur place, la seule garante de la qualité de son ouvrage. Celui-ci a été rédigé à partir de notes destinées à son usage personnel18 ; Jackson semble ainsi penser que sa seule expérience de terrain suffit à garantir la qualité de ses écrits. Il en est de même pour la carte qui accompagne l’ouvrage : celle-ci fait figurer, dans sa partie occidentale, les propres itinéraires de l’auteur. Tracés de façon longitudinale sur l’espace de la carte, ils mettent en avant l’expérience de terrain, désormais matérialisée. L’expérience directe fait donc l’objet d’une double exploitation. Son parcours du pays donne à l’auteur une nouvelle légitimité, celle de pouvoir fournir des informations inédites. Jackson peut ainsi compléter sa carte avec des éléments nouveaux, toponymes de villes ou de districts – ce qu’il ne se prive pas de faire savoir, comme en témoigne le titre choisi pour sa carte, sensée contenir « several Towns & Districts never inserted in any former map ». Il ne faut toutefois pas surestimer cette démarche : cette réévaluation, ou plutôt cette dévaluation, des travaux des auteurs antérieurs n’est pas un exemple original et isolé ; elle a même, à cette époque, un caractère obligatoire.

  • 19 Soit « avec un portrait de l’auteur et une carte de l’Afrique du Nord ». Gerhard ROHLFS, Reise durc (...)
  • 20 G. ROHLFS, Mein erster Aufenthalt in Marokko und Reise südlich vom Atlas durch die Oasen Draa und T (...)

10S’il n’empêche pas le maintien d’approximations ou d’erreurs, le récit circonstancié et authentifié est un des régimes de validation des connaissances, une des manières de « faire preuve ». Cette pratique existe encore dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors même que les savoirs et les pratiques de terrain ont évolué. Le « je » du « j’y étais » est mis en avant par les auteurs et par les éditeurs, et constitue une preuve irréfutable au même titre que la carte. L’itinéraire en est lui-même la meilleure illustration : il a la forme d’un récit personnel qui implique le locuteur. Ainsi, le premier ouvrage publié par Gerhard Rohlfs précise sur la couverture : « mit dem Portrait des Verfassers und einer Karte von Nord-Afrika19 ». Son second livre, qu’il publie alors qu’il est désormais un explorateur connu et reconnu, est intitulé « mon premier séjour au Maroc20 ».

11Cependant, les changements formels des voyages, et ceux des cadres institutionnels et académiques dans lesquels ils prennent place, engendrent des transformations importantes qui mettent désormais en avant l’objectivité du savoir produit. Dans ce contexte, la question de l’éventuelle disqualification de l’explorateur en tant que subjectivité peut se poser.

  • 21 On pense ici à l’African Association, créée en 1788 et spécialement dédiée à l’exploration du Niger (...)

12Le XIXe siècle est du point de vue de la géographie et de l’exploration le siècle de la nouveauté : l’Europe se dote d’institutions destinées à faire avancer la connaissance géographique, qui déterminent des cadres relativement stricts à cette activité21. Ces sociétés, participant du mouvement général de découverte et d’exploration des terres inconnues, encouragent un contact direct avec le terrain, dans lequel l’observateur n’est plus pensé comme central : l’espace prime, plutôt que son contenu. L’intérêt premier des récits d’exploration n’est alors plus de rendre compte d’observations personnelles, même s’ils restent parfois émaillés de scories littéraires, mais bien de réaliser des enquêtes topographiques et descriptives dont l’objectif principal est le renseignement. L’explorateur devient l’auxiliaire du géographe resté dans les capitales européennes, afin de produire collectivement une connaissance incontestable.

  • 22 Sur la question des instruments, voir notamment Marie-Noëlle BOURGUET, Christian LICOPPE et Otto SI (...)
  • 23 CHAN, 289 AP/125.

13Il est ainsi réduit à un rôle d’outil, au même titre que ses instruments de mesure, qui font désormais partie de sa panoplie : boussoles, baromètres et autres théodolites sont considérés comme le prolongement indispensable du bras de l’observateur, ou de leurs auxiliaires autochtones, et placés au centre de l’attention22. Les archives du voyage d’Henry de Castries dressent avant son départ la liste exhaustive des instruments de mesure qu’il emporte avec lui pour son voyage au Maroc de 188623. De la même manière, le livre de Louis Gentil contient des photographies de ses instruments, comme garantie du sérieux de son étude.

  • 24 « Mes instruments étaient une boussole, une montre et un baromètre de poche, pour relever la route  (...)
  • 25 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc…, op.cit., p. 245.
  • 26 « Le jour, j’épiais le moment où personne n’était sur la terrasse de la maison ; j’y transportais m (...)

14Charles de Foucauld, formé aux levés topographiques et astronomiques, part avec des instruments cachés dans une besace de fabrication locale : pour des raisons de sécurité, il doit dissimuler son identité d’Européen24. Il rapportera de son voyage des indications très précieuses, sa Reconnaissance au Maroc constituant un apport décisif et quantifiable sur le plan strictement géographique : il établit près de 3000 km d’itinéraires, dont 2250 nouveaux, 3000 altitudes et 85 positions astronomiques, avec un degré de précision qui étonnera les officiers topographes chargés de l’établissement de la carte de reconnaissance du Maroc, une trentaine d’années plus tard. Dans le récit, ses instruments occupent une place importante – inversement proportionnelle à leur taille et à leur visibilité. Éléments essentiels de la réussite de l’entreprise, ils sont ce que le voyageur a de plus précieux : « on me laissa comme sans valeur les seuls choses auxquelles je tinsse : mes notes et mes instruments25 »rapporte Foucauld, volé dans la vallée de la Moulouya. L’énumération des instruments devient ainsi un passage obligé du récit d’exploration, tout comme la mention de leur utilisation – parfois prétexte à des anecdotes26.

15La valeur et la qualité des informations rapportées se mesurent désormais à l’exactitude et la rigueur des levés. Les sociétés de géographie donnent des instructions en ce sens aux voyageurs. Parmi ces recommandations, les explorateurs sont encouragés à se fondre dans le pays afin de réduire au maximum la médiation entre le terrain et les informations rapportées. Ils sont tenus de connaître la langue, les coutumes, voire de se déguiser, afin de passer inaperçus et d’établir un contact direct avec l’espace. La subjectivité de l’explorateur semble ainsi s’effacer, réduite à la seule description. Cependant, le « je » n’en disparaît pas pour autant : d’une façon paradoxale, ce jeu sur l’apparence qui nécessite de faire disparaître l’explorateur montre sa totale implication sur le terrain. Le déguisement est en effet un moyen d’interagir avec l’espace et les populations environnants.

Les usages du « je » : l’exploration comme pratique

16Selon les normes de l’écriture savante que nous venons de décrire, l’usage de la première personne est peu utilisé pour dire les expériences personnelles et les sensations des explorateurs. Il est toutefois possible de les saisir : le récit de voyage, même à caractère savant, fait la part belle au vécu quotidien. De nombreuses sensations sont ainsi décrites : au Maroc, les voyageurs disent la chaleur ou la fatigue, évoquent la nourriture. Les émotions sont plus rares, mais elles ne sont pas absentes : la peur, le doute, les mauvaises rencontres, mais aussi l’émerveillement devant un paysage, jalonnent les récits. Parmi ces expériences individuelles constitutives de l’exploration, l’allure du voyageur et son apparence sont les plus faciles à saisir.

17Le choix du déguisement s’impose la plupart du temps aux explorateurs ; en outre, quand il est utilisé, il fait toujours l’objet d’une restitution. La solution du déguisement est préconisée dès la fondation de l’African Association ; elle n’est donc pas née loin du terrain, d’un désir d’exotisme mais a été imposée par les conditions effectives du voyage, pour des raisons autant politiques et sécuritaires que scientifiques. Pratique généralisée jusqu’au début du XIXe siècle, le Maroc n’échappe pas à la règle : en effet, jusqu’à la fin du siècle, la circulation des Européens y est interdite, à moins d’une escorte sultanienne, et leur présence est simplement tolérée dans les grandes villes ; en outre, comme nous le verrons, une grande partie du territoire n’est pas soumise au pouvoir du souverain chérifien et se révèle dangereuse pour tous les voyageurs.

  • 27 Les explorateurs sacrifient leurs moustaches pour adopter la barbe, ou optent pour le visage glabre (...)
  • 28 Rares sont les voyageurs qui utilisent une identité d’emprunt pendant tout leur trajet ; seul René (...)

18Il s’agit alors pour eux de se dissimuler sous un costume qui ne trahisse pas leur origine européenne. Trois pièces sont reprises par la plupart d’entre eux (la djellaba, le haïk et les babouches), tandis qu’ils adoptent une physionomie différente de la leur27 et tentent d’adopter les rites, les coutumes et les modes de vie des populations rencontrées. Jusqu’au début du XXe siècle, il est nécessaire pour les voyageurs de s’adapter au terrain en accommodant leur allure et leur comportement. La question de la langue est notamment cruciale : ainsi, avant son deuxième voyage, Rohlfs a séjourné à Ouezzane, où il a appris à parler arabe ; en choisissant de voyager sous le costume juif, Foucauld élude tout simplement la question. Parfois, les explorateurs choisissent de travestir leur identité : ils changent de nom, de profession, voire de religion, se forgeant une identité d’emprunt le temps du voyage – ou plutôt le temps d’une portion de l’itinéraire, en fonction des situations et de leurs interlocuteurs28. Ainsi, Rohlfs voyage sous l’identité d’un médecin, profession fréquemment choisie par les voyageurs pour une question de vraisemblance : le sultan fait souvent appel à des médecins étrangers. Lors de son premier voyage, il change aussi d’identité, se faisant appeler Mustapha.

  • 29 Jean-Didier URBAIN, Secrets de voyage. Menteurs, imposteurs et autres voyageurs impossibles, Paris, (...)
  • 30 « Pourrait-on voyager comme Européen ? Faudrait-il se servir d’un déguisement ? (…) Je m’arrêtai au (...)
  • 31 Voir Aurélia DUSSERRE, « Pratique de l’espace et invention du territoire : la Reconnaissance au Mar (...)

19L’examen de ces « voyages secrets29 » montre que le déguisement, qui fait du « je » un autre, est le moment où la subjectivité du voyageur se révèle le mieux. Les stratégies des voyageurs déguisés au Maroc les aident en effet à mieux comprendre le territoire traversé : il existe une dialectique particulière entre le déguisement et le terrain, qui permet de faire émerger des éléments qui touchent au statut même des espaces traversés et qui révèlent la complexité des jeux d’influence locaux. Le déguisement européen et sa restitution dans le récit peuvent être considérés comme des marqueurs de l’espace et, plus largement, comme des critères de scientificité. L’exemple emblématique est ici le voyage de Charles de Foucauld, qui choisit de voyager déguisé sous le costume d’un rabbin30. Cette stratégie lui a permis de comprendre et de mettre en mot la distinction fondamentale qui existe au Maroc entre deux types d’espace, le blad el makhzen et le blad es sība31. Le Maroc est en effet marqué par la coexistence de deux types de territoires, qui ne sont pas soumis aux mêmes règles : les plaines sont le lieu du blad el makhzen, c’est-à-dire un espace soumis au sultan dans lequel vivent des populations majoritairement arabes et nomades ; à l’inverse, les montagnes et les zones les plus éloignées du pouvoir central sont celles du blad es sība, littéralement pays de la dissidence, où vivent des populations berbérophones et sédentaires dans le cadre politique de la tribu. Cette réalité essentielle pour la compréhension du pays a été mise en mots par Foucauld, grâce à l’indicateur du déguisement :

  • 32 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc…, op.cit., p. XI.

Il y a une portion du Maroc où l’on peut voyager sans déguisement, mais elle est petite. Le pays se divise en deux parties : l’une soumise au sultan de manière effective (blad el makhzen), où les Européens circulent ouvertement et en toute sécurité ; l’autre, quatre ou cinq fois plus vaste, peuplée de tribus insoumises ou indépendantes (blad es sība), où personne ne voyage en sécurité et où les Européens ne sauraient pénétrer que travestis32.

20L’adoption du déguisement et « l’expérience géographique » vécue par Foucauld font partie de la description et de la restitution du voyage ; elles disent le rapport du voyageur à l’espace, mais, au-delà, l’espace lui-même.

  • 33 « Il était déplaisant de s’asseoir par terre et de manger avec une main dans un plat commun, avec d (...)
  • 34 « Bien que bon marcheur, je trouvai difficile de marcher pieds nus dans de lâches pantoufles jaunes (...)
  • 35 « J’avais coupé mon pantalon au niveau du genou, conformément à la coutume du pays ; mes jambes rou (...)
  • 36 « …vivre constamment avec les Juifs marocains, gens méprisables et répugnants entre tous, sauf de r (...)
  • 37 L’explorateur est en partie une construction médiatique. Isabelle Surun montre ainsi comment, à par (...)

21Ce jeu sur le « je » révèle aussi le rapport entretenu avec l’autre et avec soi-même ; il pose la question de l’identité de l’explorateur : jusqu’à quel point le « moi » disparaît sous le costume ? Il n’existe pas, sauf cas exceptionnel, de plaisir au travestissement, généralement vécu comme une nécessité, voire comme une contrainte. Ainsi, Rohlfs souligne à plusieurs reprises combien manger avec les doigts dans le plat commun est toujours une épreuve33. Il se plaint également du costume, notamment des babouches avec lesquelles il a du mal à marcher34, mais aussi de la longueur du pantalon, qui lui vaut de prendre de vilains coups de soleil35. Foucauld fait également part de ses réticences, notamment lorsqu’il doit passer l’Atlas en hiver, chaussé de simples babouches ; il exprime même le « dégoût » qu’il a éprouvé à devoir porter le costume du rabbin36. La fin du voyage marque généralement celle de la mystification. L’adoption du déguisement ne pose pas de problème lors du retour en Europe : la pratique est rentrée dans les mœurs des voyageurs et l’image en est largement diffusée dans le cadre de la « culture de l’exploration » qui se met en place dans la seconde moitié du XIXe siècle37.

Figure 1

Figure 1

Rohlfs pose en « costume musulman »

Source : G. Rohlfs, Reise durch Marokko…, op.cit., Brême, 1868.

  • 38 Isabelle SURUN, Géographies de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale (...)
  • 39 D’autant plus que le déguisement se voit petit à petit attribuer une dimension plus religieuse qu’e (...)
  • 40 « Il me prend la main et me demande de répondre aux paroles de Lah illaha, il allah par : Mohamet r (...)
  • 41 « Malgré tant de précautions, je ne prétends pas que mon déguisement ait été impénétrable. Dans les (...)

22Les explorateurs eux-mêmes ne justifient pas auprès de leurs lecteurs les choix qu’ils ont faits, mais tiennent cependant à montrer qu’ils n’ont pas perdu leur identité, malgré les mensonges et les dissimulations du voyage. Le voyage étant devenu « une accommodation permanente à des mensonges mineurs38 », l’« hypocrisie », pour reprendre le terme de Foucauld, est souvent dénoncée au retour, preuve du recul dont sait faire preuve l’explorateur vis-à-vis de son déguisement. Dans les récits, il veille à redevenir lui-même chaque fois qu’il le peut, c’est-à-dire quand il est seul ou bien en confiance, et particulièrement pour les questions de religion : la plupart des voyageurs ont le souci de préciser à leur retour qu’ils sont bien restés chrétiens sous le déguisement musulman ou juif, et qu’ils ne sont en aucun cas des renégats39. Rohlfs affirme ainsi à plusieurs reprises qu’il ne s’est jamais converti, malgré les multiples professions de foi qu’il a prononcées40. Le travestissement du moi n’apparaît donc être qu’un jeu – le plus souvent un jeu de dupes si l’on prend en compte les nombreuses fois où les explorateurs ont été démasqués par leurs interlocuteurs41.

  • 42 Au départ de Ouarzazate, Foucauld dit ainsi la difficulté du terrain et la beauté du paysage, retra (...)

23Déguisé, le voyageur tient donc à être un autre le temps du voyage, même si, parfois, la subjectivité affleure et montre les interactions constantes qui se produisent entre l’observateur et son terrain. En effet, le « je », même déguisé et dissimulé sous les contraintes de l’écriture, est présent : l’explorateur est toujours en interaction avec le terrain et les populations qu’il rencontre. Si cette subjectivité est rarement mise en avant dans l’écriture, elle donne cependant des indices sur les conditions du terrain et la façon dont se construit le récit ; elle permet également de voir comment le voyageur se façonne. L’émotion éprouvée devant un paysage permet ainsi de sortir des contraintes formelles de la description scientifique : de nombreux exemples montrent que la première personne utilisée pour décrire l’itinéraire devient parfois un « je » plus subjectif. Ainsi, la Reconnaissance de Foucauld laisse parfois entrevoir un goût certain pour le paysage et la construction d’une sensibilité, d’un rapport esthétique au Maroc – et, plus largement dans le cas de Foucauld, au désert42.

24La personnalité de l’explorateur se lit aussi dans les rapports qu’il entretient avec les autres, et dans les dialogues qu’il construit avec eux. Les guides ne sont généralement pas l’objet d’une grande attention. La relation de Foucauld avec Mardochée reste superficielle et les deux hommes se séparent dès la frontière algérienne franchie, le Français recueillant seul la gloire du voyage – dont la réussite n’aurait pourtant pas été possible sans son guide. Pour désigner ses accompagnateurs, Foucauld utilise des pronoms possessifs (« mon guide », « mon zettat »), soulignant une relation moins personnelle qu’utilitaire. Cependant, les liens peuvent parfois être très forts, comme pour Louis Gentil, qui mentionne souvent son compagnon Moulaï Ibrahim, également photographié à plusieurs reprises.

  • 43 Isabelle SURUN, « Le terrain de l’exploration reconsidéré : les explorateurs européens en Afrique a (...)
  • 44 « L’un d’entre eux, le Hadj Biou Rhim ould Bou Rzaq, devint par la suite pour moi un véritable ami, (...)

25Partie intégrante de l’entreprise d’exploration, les relations à l’autre sont souvent sincères, et le « je » se révèle dans la relation humaine. Le voyageur adapte la façon dont il se présente en fonction de la qualité de son interlocuteur, les élites politiques ou religieuses étant privilégiées43. La maison du caïd, celle mise à disposition du voyageur, ou bien la zaouïa sont les lieux privilégiés de l’établissement du dialogue : les hauts personnages sont en effet souvent informés des intentions et des itinéraires des voyageurs, afin de pouvoir les recommander. Un rapport personnel s’établit, d’autant plus important dans une société tribale où dominent les relations d’homme à homme. Foucauld rapporte ainsi la naissance de véritables amitiés, teintées de respect et de reconnaissance44, et l’espace privé est parfois celui du dévoilement de leur identité.

  • 45 Felix DRIVER, Geography militant…, op.cit.

26Ces moments partagés et ces contacts, rarement montrés, sont le signe de l’expression d’une subjectivité non feinte. Parfois, l’écriture scientifique s’affranchit alors de ses normes et de ses codes pour dévoiler une part de l’intime et de la personnalité du voyageur, même si ces impressions sont souvent fugaces : le moi « dissimulé » transparaît sous le moi « construit ». À la fin du XIXe siècle, cette subjectivité est d’ailleurs valorisée par les usages sociaux qui sont faits des récits d’exploration. Le développement des voyages, la généralisation des sociétés et des périodiques géographiques, et l’expansion coloniale suscitent une réelle curiosité pour les explorateurs45. Nouveaux héros, leurs aventures sont mises en avant : l’anecdotique occupe alors une place majeure. À son retour, Charles de Foucauld devient ainsi un modèle, célébré et reconnu, incarnant la figure héroïque de l’explorateur, rôle dans lequel il ne s’est pourtant jamais présenté. Héros de la geste coloniale, l’explorateur en est aussi le héraut par les valeurs dont il est porteur – courage, esprit d’aventure et d’initiative… Les usages et les critères de validation du récit d’exploration ont changé : l’explorateur entre dans l’imaginaire collectif, au moment où la figure du découvreur ne peut plus exister sur le terrain, de mieux en mieux connu, et où les conditions de retranscription des récits changent.

Le jeu de la photographie

  • 46 Daniel RIVET, « Exotisme et « pénétration scientifique » : l’effort de découverte du Maroc par les (...)
  • 47 Jacques BERQUE, « Cent vingt ans de sociologie maghrébine », Annales ESC, 1956, 3, p. 304.
  • 48 La géographie vidalienne est conçue comme un art de voir et de faire comprendre. De plus, la géogra (...)

27À partir des années 1890, politiques, hommes d’affaires, banquiers s’intéressent à ce pays qui semble offrir tant de potentialités : il se développe en France « un succès de curiosité autour du Maroc, qui se mue à l’orée du siècle nouveau en engouement, en une sorte de Moroccomania46 ». Durant le premier quart du XXe siècle, les missions se multiplient, tout comme leur diffusion en France par le biais des périodiques scientifiques : si le moment de l’exploration bénéficie d’une large audience et incarne la découverte du Maroc, il « ne saurait faire oublier toutefois l’énorme effort d’enquête qui (…) s’acharne [alors] au déchiffrement de contrées jusque-là presque inconnues47 ». À l’itinéraire se substitue l’inventaire, tandis que du point de vue du récit scientifique, un nouveau moyen du discours se diffuse : la photographie. La photographie devient systématique à partir du début du XXe siècle dans la restitution des voyages. Elle correspond au projet général qui prétend faire de la géographie moderne une « description explicative », selon la géographie vidalienne48. Aux côtés des panoramas, des vues de villes ou des curiosités remarquables rencontrées le long du chemin figurent les observateurs européens, dans des mises en scène qui leur permettent de tenir un nouveau discours sur eux-mêmes et ainsi de créer des figures aux usages complémentaires, entre héritages et nouvelles attentes.

Figure 2

Figure 2

Voyager en bled es- sība accompagné de guides et de zettats selon les pratiques héritées de l’exploration.

Source : Louis GENTIL, Dans le Bledes-Siba…, op.cit.

Figure 3

Figure 3

Rendre compte des conditions de l’exploration en montrant les difficultés du terrain.

Source : Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba…, op.cit.

28Alors même que le temps n’est plus à la découverte du Maroc en ce début du XXe siècle, la figure de l’explorateur persiste dans la littérature de voyage. Les voyageurs continuent de parcourir le terrain accompagnés de leurs guides, au sein d’une caravane, ou, comme Gentil, en tant que simple voyageur arabe. Les pratiques du voyage précédemment à l’œuvre sont toujours valides en sība : les explorateurs voyagent déguisés, sous une fausse identité et en cachant leurs instruments. Ils bénéficient de la complicité de leurs guides pour garantir leur sécurité et leurs récits sont rythmés par le recrutement des zettats qui leur permettront de franchir les contrées dissidentes. Les photographies donnent alors à voir comme jamais auparavant les pratiques de l’explorateur : l’expérience du terrain des explorateurs du siècle précédent se cristallise en même temps qu’elle se fige.

29Cette mise en scène de soi par le voyageur l’inscrit en effet dans une tradition héroïque. Le déguisement, toujours utilisé, est désormais le plus souvent moins un moyen d’assurer la sécurité de l’observateur qu’une façon de s’affirmer en héritier, particulièrement de Foucauld. Il participe également à la création de l’image d’un Maroc immuable et dangereux : sur le plan des représentations, le Maroc est obscurci, conformément à la vulgate marocaine qui se diffuse en France à partir de 1905 à la suite de l’échec de la politique de pénétration pacifique. Les espaces de la sība sont censés traduire la fragilité du pouvoir sultanien. L’usage de la photographie participe à la diffusion de cette image : le déguisement est plus que jamais une panoplie, et l’explorateur n’hésite pas à se faire représenter sous le costume arabe, équipé de tous les accessoires indispensables.

Figure 4

Figure 4

La panoplie de l’explorateur au début du XXe siècle.

Source : Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba…, op.cit.

  • 49 « Le berbère de l’Atlas et du Sous est peut-être d’un abord farouche, mais il hait la dissimulation (...)

30Une figure concurrente à celle de l’explorateur voit également le jour : celle du savant. Son émergence s’explique par les nouvelles attentes : le temps de l’inventaire par des savants spécialisés a commencé, et aux longs parcours de l’espace se substituent des sondages par nappes et les études régionales. Contrairement à l’explorateur, le savant est habillé à l’européenne. Ainsi Abel Brives, géologue spécialisé dans l’étude de l’Algérie, est « toujours vêtu à l’européenne » et il refuse le déguisement : il le considère comme « odieux » et surtout dangereux49. Le savant est montré en situation : il parcourt le terrain, il est sur un chantier archéologique, il s’interroge sur ce qu’il voit, il prend des notes et des mesures, preuve de sa compétence. Ainsi, Brives est souvent représenté le carnet à la main : la mise en scène des pratiques d’enquête devient systématique et largement représentée dans l’iconographie. Cette posture permet aussi de donner aux observateurs une légitimité vis-à-vis de leurs interlocuteurs autochtones : elle est un moyen de montrer la supériorité de la France, dont les représentants sont porteurs de science et de progrès, et dont les outils ont déjà permis l’appropriation scientifique d’une partie du pays. Comme le souligne Brives, les cartes réalisées par les Européens ont permis aux scientifiques de pouvoir se repérer sur le terrain sans l’aide des intermédiaires locaux, favorisant ainsi une observation directe plus fiable, sans le truchement d’un guide ou d’un traducteur dont dépend le voyageur :

  • 50 A. BRIVES, « Conférence sur le Maroc occidental », Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 19 (...)

Le meilleur guide est certainement une bonne carte, et j’ajouterai que c’est peut-être la meilleure sauvegarde. Les indigènes en effet (…) sont très étonnés de voir des étrangers parcourant pour la première fois leur pays connaître parfaitement les chemins, les noms des douars, des marabouts. Il en résulte immédiatement pour eux un sentiment de crainte qui rend impossible toute velléité de révolte de leur part50.

  • 51 Charles de FOUCAULD, « Compte-rendu des séances de la Société de géographie, 20 juin 1884 », Bullet (...)
  • 52 Edmund BURKE III, « La Mission scientifique au Maroc. Science sociale et politique dans l’âge de l’ (...)

31Cette remarque rappelle celle de Foucauld, qui raconte à son retour comment il a fait impression sur les habitants du sud du Maroc grâce à sa connaissance préalable du pays acquise par la lecture des cartes établies par de Castries51. L’image du savant se comprend en dernier lieu dans un contexte franco-français : elle renvoie à la rivalité qui a existé, à propos de la connaissance et de la conquête du Maroc, entre la métropole et les Français d’Algérie52. Dans cette lutte d’influence, Brives représente les autorités d’Algérie, qui prétendent à un rôle au Maroc en raison de leur expérience acquise en terrain colonial. Au travers de la subjectivité de leurs auteurs, les récits scientifiques mettent donc aussi en scène des identités de groupe.

Figure 5

Figure 5

Une nouvelle représentation du savant.

Source : A. BRIVES, Voyages au Maroc…, op.cit.

32L’absence de déguisement du voyageur au Maroc au début du XXe siècle ne signifie cependant pas qu’il se débarrasse de tout costume : à l’image de Brives, les observateurs endossent celui du colonial. Ainsi, les clichés qui accompagnent son récit le représentent au milieu des populations, dans une mise en scène qui insiste sur la proximité. Il permet ainsi aux enfants du Goundafi d’essayer ses jumelles sur un cliché intitulé « Scène de tous les jours » et des photographies le montrent en train de donner des consultations médicales. Sa position n’est pas celle d’un égal, comme lorsqu’il prend la pose de l’enseignant, montrant à un groupe de la vallée de Tamghat quelque chose dans le lointain.

  • 53 A. BRIVES, « Voyages en zig-zag dans l’Atlas marocain », Bulletin de la Société de géographie d’Alg (...)

33Malgré l’absence de déguisement, Brives joue bien un rôle : il se met en scène et incarne un personnage de savant aux caractéristiques pensées comme conformes avec le projet politique en partie à l’origine de l’inventaire du Maroc. Le discours sur l’inconnu a ici disparu et le fait que Brives voyage au grand jour avec sa femme le confirme. Enfin, si Brives reprend la figure du médecin utilisée par les explorateurs du XIXe siècle, celle-ci change aussi de sens : elle n’est plus un moyen de justifier sa présence sur le terrain, ou le vecteur permettant d’assumer un rôle social au sein d’une société inconnue. Brives ne ment pas sur sa profession : refusant la mystification, il ne prétend pas être médecin. Ses « consultations » sont un moyen d’affirmer la supériorité de l’Européen, capable de soigner et de guérir ; elles sont aussi l’occasion d’éduquer les indigènes, tâche dévolue à sa femme qui s’occupe « de donner aux femmes du pays les premières notions de propreté53 » pendant que son mari se livre à ses explorations de terrain.

Figure 6

Figure 6

Jouer un nouveau rôle : l’exemple de Madame Brives donnant une consultation médicale.

Source : A. BRIVES, Voyages au Maroc…, op.cit.

  • 54 D. RIVET, « Exotisme et "pénétration scientifique" … », art.cit., p. 96.

34Ainsi, le voyage de Brives est caractéristique du nouveau discours formulé par la France à propos du Maroc et il constitue une véritable rupture, revendiquée par le voyageur lui-même notamment au travers de la représentation qu’il donne de lui-même. Il tend à incarner le slogan de la « conquête morale » des Marocains, gagnés à la civilisation grâce, notamment, aux savants, « hussards coloniaux d’une République bienfaitrice du genre humain54 ». La photographie renforce ce discours tout en assumant plusieurs fonctions : descriptive, illustrative, éducative, elle participe pleinement à la mise en scène du voyage, révélant la subjectivité des observateurs.

Conclusion

35Le récit d’exploration fait la part belle au « je ». Plus qu’une convention littéraire, celui-ci dit bien la subjectivité de l’homme de terrain, et il est un des moyens du discours géographique. Le « moi » est utilisé à l’extrême, jusque dans sa négation, du moins sa transformation par le déguisement. Ainsi, les itinéraires parcourus et rapportés par les explorateurs jouent le rôle de chemins : ils ouvrent la voie à la connaissance du Maroc, mais ils sont aussi des parcours personnels et collectifs. Ils participent à la construction d’un ethos du voyageur, au service d’objectifs qui dépassent parfois la sphère scientifique. L’enrichissement du langage par l’utilisation de la photographie participe à la création de figures savantes reconnaissables. Les pratiques scientifiques et les discours qui les accompagnent évoluent donc au gré des contextes : le terrain marocain n’imposant plus les mêmes contraintes à la fin du XIXe siècle qu’au début du siècle suivant, les modalités de l’enquête et sa restitution se transforment, passant de la dissimulation à l’affirmation de soi.

Haut de page

Notes

1 Dominique PESTRE, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales HSS, mai-juin 1995, n° 3, p. 507.

2 Id., p. 510.

3 Felix DRIVER, Geography militant: Cultures of Exploration and Empire, Oxford, Blackwell, 2001.

4 Isabelle SURUN, « L’exploration de l’Afrique au XIXe siècle : une histoire précoloniale au regard des postcolonial studies », Revue d’histoire du XIXe siècle, 32, 2006, p. 11-17.

5 Id., p. 3. Toutes les traductions sont de l’auteur.

6 Isabelle SURUN, « Du texte au terrain : reconstituer les pratiques des voyageurs (Afrique occidentale, 1790-1880) », Sociétés & Représentations, 21, 1/2006, p. 213-223.

7 Isabelle SURUN, « Le carnet de route, archive du voyage. Notes manuscrites et récit du voyage de René Caillié à Tombouctou », Revue de la BNF, n° 22, 2006, p. 31-37.

8 L’auteur du catalogue de 439 autographes de Charles de Foucauld exprime cette difficulté : « comment évaluer la distance entre les manuscrits et les imprimés où rien ne laisse supposer des pratiques vivantes ? ». cf. Maria Letizia CRAVETTO, « Alchimie d’un catalogue (439 autographes de Charles de Foucauld) », Revue d’Histoire de la Spiritualité. Revue d’Ascétique et de Mystique, 53, 1977, p. 200.

9 « On y décèle bien souvent, en effet, les traces d’une pratique discursive qui est celle du récit, écrit au passé, donc a posteriori et loin des lieux décrits, dans un écart chronologique et spatial au terrain souvent difficile à déterminer », Isabelle SURUN, « Du texte au terrain… », art.cit., p. 11.

10 Il est ainsi très difficile de saisir les pratiques concrètes sur le terrain et les modalités du voyage : pour le cas du Maroc, et pour le corpus constitué, des angles morts subsistent dans la documentation : la question du financement des expéditions n’a pu être résolue, tout comme celle des modalités des déplacements sur l’ensemble des parcours. Ainsi, en fonction du terrain et notamment de la sécurité, les voyageurs étaient amenés, comme nous le verrons, à adapter leurs pratiques.

11 Gerhard Rohlfs (1831-1896) s’est rendu en 1862 puis en 1864 dans la région du Drâa et du Tafilalt, traversant l’Atlas par des passages nouveaux, avant de se consacrer à l’exploration saharienne. Il en ramène plusieurs récits, dont un seul est publié en français, sous la forme d’extraits : voir Voyages et explorations au Sahara, t. 1 : Drâa- Tafilalet- Sud-Oranais-Touat-Tidikelt-Rhadamès 1861-1864, trad. et éd. J. Debetz, Pris, Karthala, 2001.

12 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc. 1883-1884, Paris, Challamel, 1888, 2 vol. , atlas. L’édition consultée est le fac-similé de l’édition originale, Paris, L’Harmattan, coll. « les Introuvables », 1998.

13 Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba. Exploration au Maroc. Mission de Segonzac, Paris, Masson, 1906.

14 Abel BRIVES, Voyages au Maroc (1901-1907), Alger, Jourdan, 1909.

15 Numa BROC, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Gap, Ophrys, 1974, p. 379.

16 James GREY JACKSON, An account of the Empire of Marroco and the Districts of Suse and Tafilelt Compiled from Miscellaneous Observations Made during a Long Residence in, and Various Journeys through the Countries, Londres, 1814.

17 On ne connaît pas précisément le statut de Jackson, qui ne dit pas grand-chose de ses motivations. Selon des sources anglaises, le plus vraisemblable semble qu’il ait été commerçant.

18 « The following sheets have been compiled from various notes and observations made during a residence of sixteen years in different parts of the Empire of Morocco (…) and which were originally intended merely as memoranda for my own use (…) I first determined to submit to the public such information as a long intercourse with the natives of Barbary (…) and a thorough knowledge of the languages of North Africa had enabled me to obtain », J.G. JACKSON, An account…, op.cit., p. V.

19 Soit « avec un portrait de l’auteur et une carte de l’Afrique du Nord ». Gerhard ROHLFS, Reise durch Marokko. Übersteigung des Großen Atlas, Exploration der Oasen von Tafilelt, Tuat und Tidikelt, und Reise durch die große Wüste über Rhadames nach Tripoli, Brême, J. Kuhtmann’s Buchhandlung, 1868.

20 G. ROHLFS, Mein erster Aufenthalt in Marokko und Reise südlich vom Atlas durch die Oasen Draa und Tafilalet, Brême, J. Kuhtmann’s Buchhandlung, 1873. C’est nous qui soulignons.

21 On pense ici à l’African Association, créée en 1788 et spécialement dédiée à l’exploration du Niger, ou bien à la création de la Société de géographie de Paris en 1821.

22 Sur la question des instruments, voir notamment Marie-Noëlle BOURGUET, Christian LICOPPE et Otto SIBUM, Instruments, TRavel and Science. Itineraries of Precision from the Seventeenth to the Twentieth Century, Londres/New York, Routledge, 2002 et Ch. LICOPPE, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre. 1630-1820, Paris, La Découverte, 1996.

23 CHAN, 289 AP/125.

24 « Mes instruments étaient une boussole, une montre et un baromètre de poche, pour relever la route ; un sextant, un chronomètre et un horizon à huile, pour les observations de longitude et de latitude ; deux autres baromètres holostériques, des thermomètres fronde et des thermomètres à minima, pour les observations météorologiques », Charles de FOUCAULD, « Itinéraires au Maroc », Bulletin de la Société de géographie, 1887, p. 121. En raison de la clandestinité dans laquelle il est contraint de faire ses mesures, il doit les dissimuler soigneusement.

25 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc…, op.cit., p. 245.

26 « Le jour, j’épiais le moment où personne n’était sur la terrasse de la maison ; j’y transportais mes instruments enveloppés de vêtements que je disais vouloir mettre à l’air. Le rabbin Mardochée Abi Serour, Israélite authentique qui m’accompagne dans mon voyage, restait en faction dans l’escalier, avec mission d’arrêter par des histoires interminables quiconque essayerait de me rejoindre », Charles de FOUCAULD, « Itinéraires », art.cit., p. 123.

27 Les explorateurs sacrifient leurs moustaches pour adopter la barbe, ou optent pour le visage glabre comme Rohlfs ou Gentil : « Il est inutile enfin d’ajouter que j’apportai tous mes soins à me composer une physionomie marocaine en me faisant raser la tête, tailler la moustache et la barbe suivant l’usage », écrit Gentil (Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba…, op.cit., p. 80).

28 Rares sont les voyageurs qui utilisent une identité d’emprunt pendant tout leur trajet ; seul René Caillié fait de cette pratique un « système de voyage » (I. SURUN, « L’exploration de l’Afrique au XIXe siècle… », art.cit., p. 31) ; d’une façon générale, l’identité n’est cachée que dans une situation jugée dangereuse. Sur les stratégies de dévoilement, voir infra.

29 Jean-Didier URBAIN, Secrets de voyage. Menteurs, imposteurs et autres voyageurs impossibles, Paris, Payot, 2003, p. 15.

30 « Pourrait-on voyager comme Européen ? Faudrait-il se servir d’un déguisement ? (…) Je m’arrêtai au parti suivant : je partirais déguisé ; une fois en route, si je sentais mon travestissement nécessaire, je le conserverais ; sinon, je n’aurais qu’à le jeter aux orties. (…) Serait-on Musulman ou Juif ? Coifferait-on le bonnet ou le turban ? (…) je jetai les yeux sur le costume israélite. Il me semblait que ce dernier, en m’abaissant, me ferait passer plus inaperçu, me donnerait plus de liberté. Je ne me trompai pas. Durant tout mon voyage, je gardai ce déguisement et je n’eus lieu que de m’en féliciter. », C. de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc…, op.cit., p. IX-X.

31 Voir Aurélia DUSSERRE, « Pratique de l’espace et invention du territoire : la Reconnaissance au Maroc (1883-1884) de Charles de Foucauld », Rives méditerranéennes, n° 34, 2009, p. 55-86.

32 Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc…, op.cit., p. XI.

33 « Il était déplaisant de s’asseoir par terre et de manger avec une main dans un plat commun, avec des convives dont les mains n’étaient qu’à moitié lavées, voire pas lavées du tout », G. ROHLFS, Adventures in Morocco and Journeys through the oases of Draa and Tafilet, Londres, Sampson Low, Marstoin, Low et Searle, 1874, p. 128.

34 « Bien que bon marcheur, je trouvai difficile de marcher pieds nus dans de lâches pantoufles jaunes », G. ROHLFS, id., p. 18.

35 « J’avais coupé mon pantalon au niveau du genou, conformément à la coutume du pays ; mes jambes rougies pelaient sous l’effet des brûlures du soleil », ibid.

36 « …vivre constamment avec les Juifs marocains, gens méprisables et répugnants entre tous, sauf de rares exceptions, était un supplice intolérable. (…) Que de fois n’ai-je regretté l’hypocrisie ! Tant d’ennuis et de dégoûts étaient compensés par la facilité de travail que me donnait mon travestissement », C. de FOUCAULD, « Itinéraires », art. cit., p. 121.

37 L’explorateur est en partie une construction médiatique. Isabelle Surun montre ainsi comment, à partir des années 1860, des périodiques comme Le Tour du Monde participent à la création d’images qui deviennent des stéréotypes destinés à illustrer les épisodes de la conquête coloniale. Cf. Isabelle SURUN, « Les figures de l’explorateur dans la presse du XIXe siècle », Le Temps des médias, 8, 1/2007, p. 57-74.

38 Isabelle SURUN, Géographies de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale. 1780-1880), thèse d’histoire sous la dir. de Daniel NORDMAN, Paris, 2003, p. 376.

39 D’autant plus que le déguisement se voit petit à petit attribuer une dimension plus religieuse qu’ethnique : à la fin du XIXe siècle, la mention de « costume indigène » disparaît pour être remplacée par celle de « costume musulman ».

40 « Il me prend la main et me demande de répondre aux paroles de Lah illaha, il allah par : Mohamet ressoul oul Lah (…), et il dit la phrase trois fois de suite. J’ai déjà accompli cette formalité lorsque j’ai adopté extérieurement les croyances mahométanes, et d’ailleurs un chrétien n’a rien à objecter à cette phrase », G. ROHLFS, Le Tafilelt, Paris, Comité du Maroc (tiré à part de Renseignements Coloniaux. Bulletin du Comité de l’Afrique Française), 1910, p. 15.

41 « Malgré tant de précautions, je ne prétends pas que mon déguisement ait été impénétrable. Dans les quatre à cinq points où ni mon bonnet noir, ni mes nouaders, ni les serments de Mardochée ne servirent de rien : la population juive s’aperçut tôt ou tard que j’étais un faux frère », C. de FOUCAULD, Reconnaissance…, op.cit., p. XI. Foucauld est également reconnu par certains musulmans, notamment par Sidi Edris à Boujad et par des notables de Tisint, où il séjourne longuement, dont le Hadj Bou Rhim. Voir p. 137, 158, 164.

42 Au départ de Ouarzazate, Foucauld dit ainsi la difficulté du terrain et la beauté du paysage, retranscrivant toutes les émotions du voyageur : « Ce sont des passages extrêmement difficiles, les plus difficiles que j’aie jamais trouvés. Ils se franchissent pourtant trop vite au gré du voyageur. L’œil ne se laisse pas de contempler ce large cours d’eau roulant ses flots torrentueux entre d’immenses murailles de pierre, au pied de ces montagnes sombres, dans cette région sauvage où le seul vestige humain est quelque tirremt suspendue à un rocher », Id, p. 72.

43 Isabelle SURUN, « Le terrain de l’exploration reconsidéré : les explorateurs européens en Afrique au XIXe siècle », in Pierre SINGARAVÉLOU (dir.), L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation, Paris, Belin, 2008, p. 66-67.

44 « L’un d’entre eux, le Hadj Biou Rhim ould Bou Rzaq, devint par la suite pour moi un véritable ami, me rendit les services les plus signalés et me sauva des plus grands périls », Charles de FOUCAULD, Reconnaissance…, op.cit., p. 137.

45 Felix DRIVER, Geography militant…, op.cit.

46 Daniel RIVET, « Exotisme et « pénétration scientifique » : l’effort de découverte du Maroc par les français au début du XIXe siècle », in J.C. VATIN (dir.), Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisation, Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 95.

47 Jacques BERQUE, « Cent vingt ans de sociologie maghrébine », Annales ESC, 1956, 3, p. 304.

48 La géographie vidalienne est conçue comme un art de voir et de faire comprendre. De plus, la géographie de l’époque ne se comprend plus sans la dimension de l’enseignement. Les premiers laboratoires de géographie créés dans les facultés dans les années 1900 possèdent parmi leur matériel des cartes, des instruments, des échantillons et des collections photographiques. Voir Marie-Claire ROBIC, « La géographie dans le mouvement scientifique », in Autour du monde : Jean Brunhes, regards d’un géographe, regards de la géographie, catalogue d’exposition du Musée Albert Kahn, Paris, Ed. Vilo, 1993, p. 122-136.

49 « Le berbère de l’Atlas et du Sous est peut-être d’un abord farouche, mais il hait la dissimulation et le fait d’arriver dans ces régions sous notre costume et en proclamant bien haut notre qualité de « français et d’algérien » n’eut pour nous que d’heureuses conséquences. Un de nos guides les plus fidèles ne nous conta-t-il pas un jour, qu’il fut l’instigateur de l’arrestation de M. Zenagui, le compagnon du marquis de Segonzac, et cela parce qu’il soupçonnait ce musulman de n’être qu’un chrétien déguisé. (…) N’est-ce pas là la meilleure preuve que le déguisement est odieux et qu’au lieu d’être un ennui, le costume européen est plutôt une sauvegarde. », A. BRIVES, Voyages au Maroc…, op.cit., p. VII-VIII.

50 A. BRIVES, « Conférence sur le Maroc occidental », Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 1902, 3e trimestre, p. 336-337.

51 Charles de FOUCAULD, « Compte-rendu des séances de la Société de géographie, 20 juin 1884 », Bulletin de la Société de géographie, 1884, p. 372-375. La lettre est conservée à la BNF, département des cartes et plans, Archives de la Société de géographie, colis 15, 2629.

52 Edmund BURKE III, « La Mission scientifique au Maroc. Science sociale et politique dans l’âge de l’impérialisme », Bulletin économique et social du Maroc, 1978, 138-139, p. 37-56.

53 A. BRIVES, « Voyages en zig-zag dans l’Atlas marocain », Bulletin de la Société de géographie d’Alger et d’Afrique du Nord, 1904, 4e trimestre, p. 537.

54 D. RIVET, « Exotisme et "pénétration scientifique" … », art.cit., p. 96.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Rohlfs pose en « costume musulman »
Crédits Source : G. Rohlfs, Reise durch Marokko…, op.cit., Brême, 1868.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Titre Figure 2
Légende Voyager en bled es- sība accompagné de guides et de zettats selon les pratiques héritées de l’exploration.
Crédits Source : Louis GENTIL, Dans le Bledes-Siba…, op.cit.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Figure 3
Légende Rendre compte des conditions de l’exploration en montrant les difficultés du terrain.
Crédits Source : Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba…, op.cit.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Figure 4
Légende La panoplie de l’explorateur au début du XXe siècle.
Crédits Source : Louis GENTIL, Dans le Bled es-Siba…, op.cit.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5
Légende Une nouvelle représentation du savant.
Crédits Source : A. BRIVES, Voyages au Maroc…, op.cit.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 6
Légende Jouer un nouveau rôle : l’exemple de Madame Brives donnant une consultation médicale.
Crédits Source : A. BRIVES, Voyages au Maroc…, op.cit.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4385/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Dusserre, « Chemins et itinéraires  », Rives méditerranéennes, 44 | 2013, 69-89.

Référence électronique

Aurélia Dusserre, « Chemins et itinéraires  », Rives méditerranéennes [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/4385 ; DOI : 10.4000/rives.4385

Haut de page

Auteur

Aurélia Dusserre

Aurélia Dusserre, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégée et docteur en histoire, est professeur agrégé à l’université d’Aix-Marseille et chercheur au sein de l’UMR 7303 Telemme à la MMSH d’Aix-en-Provence. Elle a soutenu une thèse sur la reconnaissance géographique du Maroc des années 1840 aux années 1930. Elle poursuit actuellement ses recherches sur le terrain maghrébin, notamment autour de la question de la frontière algéro-marocaine et des politiques coloniales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org