Navigation – Plan du site

Patrimoine et politiques urbaines en Méditerranée

Le passé recomposé
Nicole Girard
p. 7-10

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Au sein du programme « Villes et Territoires en Méditerranée » de l’UMR Telemme, le groupe de travail pluridisciplinaire « Mutations politiques, mutations urbaines » s’est intéressé durant plusieurs années à l’articulation entre les formes et les modalités d’exercice du pouvoir politique et les transformations des espaces urbains. Des approches successives sur plusieurs villes méditerranéennes ont fait émerger au cours de séminaires préparatoires un questionnement autour de la question du patrimoine et de son instrumentalisation dans les politiques urbaines. Une journée d’études organisée à Aix le 7 juin 20021 sur « Les enjeux de la patrimonialisation dans les politiques urbaines », a concrétisé ce travail en réunissant des chercheurs de différentes disciplines (historiens, géographes, anthropologue) autour de la mise en perspective de différentes situations urbaines : Marseille, Bologne, Naples, Palerme, Barcelone, Istanbul et Casablanca.2

2Les références culturelles et patrimoniales sont omniprésentes dans la plupart des politiques urbaines contemporaines ; elles sont le moteur de nombreux projets urbains emblématiques et comme souvent dans l’analyse des politiques urbaines, il a paru utile de faire un retour sur le passé pour en apprécier le caractère « novateur » ou « moderne », en mobilisant des exemples historiques célèbres, celui d’un passé relativement proche comme les politiques de centre historique à Bologne dans les années 1960 avec leur caractère d’exemplarité, ou celui d’un passé plus éloigné avec les politiques de Barcelone à la fin du xixe siècle et l’affirmation du catalanisme. Dans une thématique déjà largement balisée par la recherche quant aux processus de patrimonialisation, il s’agissait ici davantage d’une mise en perspective comparative sur la manière dont les acteurs en charge des politiques urbaines mobilisent la question du patrimoine et les discours qu’ils produisent à cette occasion. Considérant en effet que le développement récent de ce « culte de la mémoire » dans de multiples interventions urbaines ne constitue pas une fin en soi, il s’agissait de mettre en évidence leurs objectifs, affichés ou supposés, atteints ou ratés, en faisant l’hypothèse que ces actions renvoient à un certain type de rapport au passé, à une certaine idée de la ville et de son avenir et donc à une certaine conception de la modernité.

3Plusieurs contraintes ont été posées en préalable aux contributeurs :

4– entendre le terme de patrimonialisation comme l’ensemble des processus de transformation d’un édifice, d’un lieu ou de pratiques collectives, aboutissant à une valorisation économique et/ou symbolique ; cette valorisation justifiant alors des actions de conservation, de protection, de revitalisation, voire une création de toutes pièces ;

5– se placer résolument du côté des politiques publiques c’est-à-dire sur le terrain de la production des transformations par les acteurs-décideurs, institutionnels ou économiques ; certes, dans le domaine patrimonial, comme dans d’autres aspects des transformations urbaines, l’initiative publique n’est pas seule à l’œuvre car l’initiative privée est largement présente, mais cette restriction a été assumée pour centrer la réflexion et les débats. De même, les contributeurs n’ont pas été sollicités sur l’étude des effets sociaux de ces politiques, sur leur « réception » par les différents publics ou fractions de populations qui ont à vivre, subir, accepter ou refuser ces politiques. Néanmoins cette préoccupation a été abordée fort utilement dans plusieurs interventions ;

6– interroger les lieux de l’espace urbain où s’exercent ces préoccupations ainsi que la construction éventuelle de nouvelles centralités ; en effet les processus de patrimonialisation affectent particulièrement des centres historiques souvent dégradés et engagés dans un processus de « requalification » ou des lieux « dévalorisés » ou « désaffectés » dont la transformation en bien patrimonial vise à produire de nouvelles centralités, pour de nouveaux usages et de nouveaux publics.

7Le présent numéro de Rives présente la plupart des contributions structurées autour de deux thèmes qui ont permis des débats comparatifs :

8– les modalités de mobilisation des questions patrimoniales, ainsi que leurs conceptions en la matière, par les acteurs en charge des politiques urbaines et, ce, aussi bien dans leur expression contemporaine (Naples, Palerme, Istanbul, Casablanca) , que dans celle d’un passé plus ou moins éloigné (Barcelone, Marseille).

9– les enjeux de ces processus souvent exprimés en termes « d’identité », réelle ou reconstruite à partir d’un passé recomposé ou réinterprété, qu’il s’agisse d’actions sur un monument ou un vestige emblématique (Istanbul, Marseille, Palerme), la construction de nouvelles centralités dans une réinterprétation d’espaces publics historiques (Naples) ou l’affirmation d’une identité urbaine et nationale (le catalanisme à Barcelone à la fin du XIXe ou le modèle de la cité musulmane à Casablanca).

10Au-delà des spécificités urbaines, des contextes historiques ou nationaux, les exemples présentés ici s’interrogent et se répondent l’un l’autre. Sur l’évolution du regard, la reconstruction du passé, la recherche d’un consensus social à travers le discours patrimonial, les auteurs apportent des éléments d’analyse qui dépassent les spécificités locales. Ils mettent notamment en évidence, à travers le temps et la diversité des situations, combien ces processus sont normatifs, que ce soit en termes de modèles urbains ou d’usage social.

11Plus que tout, le caractère éminemment politique de cette mobilisation patrimoniale est leur fil conducteur commun. Qu’il s’agisse de légitimer des interventions urbaines au nom du respect du passé, de changer une image de ville (Naples, Palerme), d’asseoir un nouveau développement économique (Naples, Marseille) ou d’exalter un « modèle » national (Barcelone, Istanbul, Casablanca), « l’urbain » ne saurait cacher le « politique ». Les auteurs attirent notre attention sur le fait que ces élaborations autour d’un consensus patrimonial s’effectuent au prix d’une certaine lecture de l’histoire qui amène à des réinterprétations parfois abusives du passé et de l’affirmation d’une identité supposée ou réelle des lieux et des gens autour du thème patrimonial. Dans cet exercice du passé recomposé, ils mettent également en évidence les risques, mesurés ou non, de transformer des objets, des espaces ou des pratiques quant à leurs formes ou leurs expressions et d’en modifier ou déformer les usages.

Haut de page

Notes

#Notes#

1. Etaient présents à cette journée d’études : R. Bertrand (Telemme), D. Puccio (Idemec), R. Cattedra (Montpellier III), S. Michonneau (Poitiers) et F. De Pieri (Politecnico Turin). P. Froment (Telemme) et J.F. Pérouse (IFEA Istanbul), empêchés, ont envoyé leur contribution écrite. Les débats ont été conduits par S. Bordreuil (Lames), responsable du Pôle Villes de la MMSH et R. Courtot (Telemme). Des éléments du débat ont été réintroduits par les auteurs dans leurs contributions présentées ci-après.

2. Cette recherche a bénéficié d’une aide financière du Conseil Régional à travers un programme piloté par le Pôle Villes de la MMSH (2000-2002) « La constitution des territoires urbains. Une approche comparée et sur la longue durée. » L’UMR Telemme a pris en charge la thématique « Mémoire et modernité dans les villes d’Europe du sud : enjeux de représentation des grands projets urbains ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Girard, « Patrimoine et politiques urbaines en Méditerranée », Rives nord-méditerranéennes, 16 | 2003, 7-10.

Référence électronique

Nicole Girard, « Patrimoine et politiques urbaines en Méditerranée », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 25 novembre 2005, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/433 ; DOI : 10.4000/rives.433

Haut de page

Auteur

Nicole Girard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org