Navigation – Plan du site

Inspecteurs des salaisons et marchands de salines : commerce et contrôle du « poisson de conserve » à Marseille au XVIIIe siècle

Daniel Faget
p. 73-85

Résumés

D’origine locale ou atlantique, le poisson constitue à l’époque moderne l’un des produits essentiels du commerce méditerranéen. Organisée de manière complexe, sa distribution alimente les marchés portuaires. Denrée périssable, la vente du poisson suscite toutefois la méfiance des autorités, qui édictent des normes d’hygiène au début du XVIIIe siècle. Les procès-verbaux dressés par les inspecteurs des « salines » à l’issue de leurs visites dans les cales des navires et les entrepôts du port permettent de mieux cerner pratiques délictueuses et organisation de la distribution. Le sort réservé aux marchandises saisies, systématiquement immergées dans des eaux peu profondes, révèle enfin une représentation du milieu marin comme paré de vertus prophylactiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Les experts en salaisons, agents d’un contrôle sanitaire du poisson de conserve
Réseaux commerciaux, géographie du négoce et produits échangés
Lutter contre la corruption, ou les vertus prophylactiques de l’onde

Aperçu du texte

Occupant une place importante dans les échanges commerciaux qui animent les ports méditerranéens, le « poisson de conserve », qu’il soit salé (morue, anchois, sardine, saumon), fumé (hareng saur, anguille), ou mariné (thon, sole) constitue une composante essentielle de l’alimentation méridionale à l’époque moderne. Loin de jouer un rôle marginal, la présence sur les marchés de poissons transformés, d’origine locale (thon, anchois, sardine, anguille, sole) ou plus lointaine (morue, hareng, saumon, sardine), consolide les mesures de sécurité alimentaires mises en œuvre dans le cadre de politiques annonaires. Le fait a été mentionné pour Naples dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il n’est que de lire les traités de médecine ou de sciences naturelles rédigés à Marseille durant les mêmes décennies pour se convaincre du rôle essentiel joué par le commerce des salines dans l’approvisionnement du port provençal. Si le trafic de la morue ou du hareng est mentionné dans tous les travaux ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Faget, « Inspecteurs des salaisons et marchands de salines : commerce et contrôle du « poisson de conserve » à Marseille au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, 43 | 2012, 73-85.

Référence électronique

Daniel Faget, « Inspecteurs des salaisons et marchands de salines : commerce et contrôle du « poisson de conserve » à Marseille au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], 43 | 2012, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://rives.revues.org/4272

Haut de page

Auteur

Daniel Faget

Daniel Faget est membre de l’UMR TELEMME (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme-Aix-en-Provence). Maître de conférences en histoire moderne. Il consacre ses travaux à l’histoire du milieu marin méditerranéen du XVIIIe au XXe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org