Navigation – Plan du site

Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière

Giorgio Tosco
p. 59-71

Résumés

Un sondage des registres douaniers de Gênes offre un aperçu du commerce du poisson en conserve au XVIIIe siècle, plus précisément à la période comprise entre 1730-1780. L’établissement des courbes annuelles de ce commerce révèle que l’activité poissonnière génoise connaît deux pics intenses. Le premier pic, qui est aussi le plus important, se produit en hiver. Il concerne le commerce de la morue et du hareng. Le second pic se produit durant les mois d’été et concerne le commerce du thon et de l’anchois. Le commerce de ces deux variétés de poissons s’est davantage accentué à la moitié du siècle, dans la mesure où le thon est devenu l’un des produits phares du commerce génois. Le poisson qui passe par Gênes est principalement destiné à la ville et à la Lombardie, mais cela n’empêche pas la demande des génois de baisser à la fin du siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Continuité et changements dans le commerce
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Mon propos présente les premiers résultats d’une enquête en cours, conduite aux Archives d’État de Gênes, pouvant contribuer à l’étude du commerce du poisson en conserve durant l’époque moderne. Il est inutile de présenter les raisons qui justifient ce travail, dans la mesure où les produits de la mer sont sans aucun doute largement consommés en Europe à cette période. Toutefois, les quantités et les modalités de cette consommation nous sont encore méconnues et nos connaissances sur ces sujets se révèlent très hétérogènes. Si les grands épisodes de la pêche de la morue sur les bancs de Terre-Neuve et ceux de la pêche hollandaise du hareng – qui nécessitaient d’importants capitaux et une organisation complexe – ont laissé derrière eux une vaste documentation, nous connaissons moins les activités qui se déroulaient à une échelle plus petite, souvent près des côtes et qui étaient destinées à la consommation de poisson frais – ce qui était le cas de la pêche pratiquée en Méd...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Tosco, « Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière », Rives méditerranéennes, 43 | 2012, 59-71.

Référence électronique

Giorgio Tosco, « Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière », Rives méditerranéennes [En ligne], 43 | 2012, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://rives.revues.org/4267

Haut de page

Auteur

Giorgio Tosco

Élève de l’École Normale Supérieure de Pise et étudiant d’histoire à la faculté de Lettre et Philosophie de l’Université de Pise, il s’intéresse depuis deux ans au commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle. Cet article trouve son origine dans un mémoire présenté à l’École pour le passage d’année 2011 et dresse un état des premiers résultats d’une recherche en cours qui vise à reconstituer les réseaux commerciaux du poisson et les aspects sociaux de ce commerce.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org