Navigation – Plan du site

Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière

Giorgio Tosco
p. 59-71

Résumés

Un sondage des registres douaniers de Gênes offre un aperçu du commerce du poisson en conserve au XVIIIe siècle, plus précisément à la période comprise entre 1730-1780. L’établissement des courbes annuelles de ce commerce révèle que l’activité poissonnière génoise connaît deux pics intenses. Le premier pic, qui est aussi le plus important, se produit en hiver. Il concerne le commerce de la morue et du hareng. Le second pic se produit durant les mois d’été et concerne le commerce du thon et de l’anchois. Le commerce de ces deux variétés de poissons s’est davantage accentué à la moitié du siècle, dans la mesure où le thon est devenu l’un des produits phares du commerce génois. Le poisson qui passe par Gênes est principalement destiné à la ville et à la Lombardie, mais cela n’empêche pas la demande des génois de baisser à la fin du siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  A. R. MICHELL, “The European Fisheries in Early Modern History”, The Cambridge Economic History of (...)

1Mon propos présente les premiers résultats d’une enquête en cours, conduite aux Archives d’État de Gênes, pouvant contribuer à l’étude du commerce du poisson en conserve durant l’époque moderne. Il est inutile de présenter les raisons qui justifient ce travail, dans la mesure où les produits de la mer sont sans aucun doute largement consommés en Europe à cette période. Toutefois, les quantités et les modalités de cette consommation nous sont encore méconnues et nos connaissances sur ces sujets se révèlent très hétérogènes. Si les grands épisodes de la pêche de la morue sur les bancs de Terre-Neuve et ceux de la pêche hollandaise du hareng – qui nécessitaient d’importants capitaux et une organisation complexe – ont laissé derrière eux une vaste documentation, nous connaissons moins les activités qui se déroulaient à une échelle plus petite, souvent près des côtes et qui étaient destinées à la consommation de poisson frais – ce qui était le cas de la pêche pratiquée en Méditerranée1.

  • 2  Jusqu’à aujourd’hui, elle a seulement été utilisée, de façon sporadique, par Nicola CALLERI, L’art (...)

2Nos recherches (de nature historique) se concentrent sur l’analyse du commerce du poisson en conserve à travers l’étude de sources fragmentaires et difficiles à exploiter, en raison de leur nature différente : registres douaniers, relations gouvernementales, ou documents privés. La variété et la dispersion de ces sources rendent difficiles la confrontation de leurs informations à l’intérieur d’un cadre général. C’est pourquoi, les informations relevées dans un fond qui n’a jamais fait l’objet d’une étude analytique2 ne peuvent que renforcer nos connaissances. Il s’agit d’un fond constitué de registres dédiés à la perception d’un impôt génois appelé Introitus piscium salsorum et saluminum.

  • 3  Archives Historiques de Gênes (abréviation utilisée dans cet article : ASG), manuscrits de la bibl (...)
  • 4  Cf. la description de la gabelle sur le site des Archives de la Banco di San Giorgio, entrée de M. (...)

3Cet impôt est calculé à partir de la valeur commerciale et le poids des marchandises, selon une proportion que nous connaissons d’après un règlement fiscal de 15423 et qui ne change pas jusqu’à la fin de la République de Gênes (1797). L’impôt est exigé pour le poisson en conserve (appelé « salume ») et il est perçu au moment où ce dernier entre dans la ville afin d’être vendu sur la place du marché ou exporté. Cependant, certaines marchandises peuvent être exonérées de cette gabelle et doivent pour cela répondre à trois conditions : elles doivent arriver par mer, être destinées à l’exportation et être la propriété d’un seul nom4. Cette recherche s’intéresse à une partie du fonctionnement de la redistribution du poisson du port de Gênes. Cependant, elle n’offre pas un cadre complet des importations dans la mesure où les registres ne s’y intéressent pas. Chaque chargement taxé était renseigné dans ces resgistres. La quantité, la variété et la destination de la marchandise (dont la ville de Gênes) sont reportées à côté des montants à régler. Le nom du marchand est aussi indiqué. Une partie de ces registres nous est parvenue et elle est conservée aux Archives d’État de Gênes dans les fonds de la Maison de San Giorgio. Ces fonds comprennent quelques livres du XVIe siècle et des registres datés de 1725 à 1797. Parmi les registres de cette période, seuls ceux de 1731 et de 1783 sont dans un état satisfaisant pour mener une enquête sur plusieurs années ininterrompues. Toutefois, la manière dont ces registres ont été remplis constitue une difficulté pour ma recherche. En effet, les percepteurs de l’impôt n’attendent pas d’achever un registre pour en commencer un autre si bien que plusieurs registres peuvent concerner une même période.

  • 5  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, Industria e commercio in Liguria nell’età del Risorgimento (...)

4Cette étude analyse trois années comprises entre 1731 et 1783. Elle considère d’abord les années marquées par des évènements ayant influencé la demande et l’offre de poisson. Elle tente d’éviter dans la mesure du possible les années marquées par de grandes difficultés, comme l’année sous l’occupation autrichienne (1746) ou les époques de disette (1762-1764 et 1783). De plus, elle confronte les informations disponibles sur l’évolution du commerce général de Gênes avec celles des transactions poissonnières, qu’il est possible d’obtenir grâce à un examen sommaire des registres de la gabelle. L’évolution du commerce du poisson semble suivre celle de l’ensemble du commerce génois, en particulier pour la dernière phase de la période considérée. Après une phase de dépression à la moitié du siècle, le commerce du poisson croît à partir des années 60 jusqu’à atteindre ensuite un pic à la période se situant autour de l’année 1770, au moment même où le port de Gênes connaît une phase d’expansion, grâce essentiellement aux activités de stockage et de réexportation des marchandises étrangères5.

  • 6  Archives Historiques de Gênes, San Giorgio, pesci salati e salumi (poissons salés et salaisons mar (...)

5D’après ces indications, cette enquête considère une année au début, une autre à la moitié et une dernière à la fin de la période. Ces dates ont été choisies de manière à ce qu’un même nombre d’années les sépare et qu’elles suivent normalement le trend de la période. Par conséquent, cette enquête analyse les années 1734, 1758 (en incorporant le mois de janvier 1759 pour remplacer celui de l’année 1758, absent du registre), et l’année 1782. Vingt-quatre années s’écoulent à chaque fois entre ces trois dates. Pour chacune d’elle, la variété, la quantité et la destination du poisson sont analysées6.

Continuité et changements dans le commerce

6Une première lecture des registres montre de manière très nette que le commerce du poisson est caractérisé par plusieurs éléments qui se répètent systématiquement chaque année. L’analyse du registre confirme par la suite l’existence d’un véritable « cycle annuel du poisson ».

  • 7  Les registres distinguent le « merluzzo » (qui, en italien, est le terme générique) et le « stocca (...)
  • 8  La salacca (alose) est un poisson proche du hareng qui vit en Méditerranée et surtout dans la part (...)
  • 9  Jean-François BRIÈRE, Le commerce morutier français entre Terre-Neuve et Marseille au XVIIIe siècl (...)

7L’année s’ouvre toujours par un intense commerce de poisson pêché en l’Atlantique et en Mer du Nord. La variété la plus vendue est la morue, surtout lorsqu’elle est salée7. Le hareng et les aloses suivent8. L’activité augmente avec le temps. Février est le seul mois de l’année où plus d’une page des registres est remplie quotidiennement. Cette abondance est, sans aucun doute, le signe manifeste du ravitaillement que l’Europe catholique se doit de faire avant le jeûne du Carême. Elle s’explique, aussi, par le rythme intense de la pêche de la morue sur les bancs de Terre-Neuve9.

  • 10  Habituellement à partir de la mi-avril. Cf. Corrado PARONA, Il tonno e la sua pesca, Venise, Ferra (...)

8À partir du mois de mars, les quantités indiquées dans les registres diminuent. Cette baisse se produit au moment où le poids relatif de la morue salée et du hareng s’amoindrit. Nous voyons le commerce d’un poisson en particulier devenir progressivement de plus en plus important : celui de l’anchois. Les ventes de ce poisson ne sont pas nouvelles, mais auparavant elles passaient après celles des poissons provenant de l’océan Atlantique. Après le mois de mai, le thon apparaît en très grandes quantités. Durant la période de la pêche dans les madragues10 ce poisson monopolise le marché. Vendu durant tout l’été sous des formes différentes, le thon se partage le marché avec l’anchois. L’été connaît le second grand pic de ce cycle.

9L’hégémonie du thon et de l’anchois prend seulement fin à l’arrivée de l’automne, lorsque les poissons hivernaux font leur réapparition en très grandes quantités. L’arrivée de ces marchandises est parfois lente et graduelle, mais les changements rapides de l’aspect des pages des registres montrent que les arrivages de ces variétés de poissons peuvent être imprévus et conséquents. Il arrive que ces changements se produisent d’un jour à l’autre, comme lorsque les envois de morue salée s’alternent avec ceux du thon et d’anchois qui tendent à se raréfier. Il faut remarquer que le commerce de poissons hivernaux ne disparaît pas complètement en été. Les ventes de ce genre de marchandises diminuent fortement en pourcentage et en valeur absolue mais elles se réalisent. Un phénomène identique se produit pour le commerce de poissons estivaux en hiver. Nous constatons, en effet, que de maigres envois de thon et d’anchois sont effectués en hiver. La physionomie du marché en automne évolue graduellement jusqu’à atteindre l’année suivante un nouveau pic hivernal. Le cycle n’a plus qu’à recommencer.

10Est-il possible de connaître l’évolution du commerce à partir de ces informations ? Apporter des réponses à cette interrogation est hasardeux, cependant quelques considérations peuvent immédiatement être apportées.

  • 11  Les registres fournissent des informations surtout en livres génoises grand poids. Une livre génoi (...)
  • 12  Cf. note 5.

11Tout d’abord, les chiffres de 1734 (2,8 millions de livres gênoises en grands poids11 complexif) sont nettement supérieurs à ceux des années suivantes (1,5 millions en 1758 et 1,8 millons en 1782). Ce constat serait compatible avec la dynamique générale du commerce génois de la période qui est caractérisée, comme nous l’avons vu, par un mouvement de crise et de récupération12.

12Si nous découpons cette évolution en considérant le commerce de chaque variété de poissons, nous constatons que la diminution concerne surtout les échanges de poissons hivernaux. Ces derniers se divisent en deux catégories : ceux pour lesquels la baisse est continue comme celui du hareng ou de la morue séchée, et ceux pour lesquels les valeurs de 1782 sont supérieures à celles de 1758, comme la morue salée et l’alose. En revanche, les échanges de poissons estivaux augmentent en valeur relative et en valeur absolue en 1758, alors qu’ils reculent faiblement en 1782. En résumé, la dialectique entre le commerce de poissons estivaux et hivernaux change au cours de la période, avec un rythme irrégulier. La part des ventes des poissons estivaux sur le total complexif augmente de 15 % à 26 % (en atteignant jusqu’à 40 % en 1758), alors que les courbes des poissons hivernaux est complètement opposé. Toutefois, ce dernier ne descend jamais au-dessous de la moitié de leur total.

  • 13  Ce terme n’est pas mieux défini et il n’est guère aisé de comprendre s’il s’agit de la Lombardie a (...)
  • 14  Manuel VAQUERO PIÑEIRO Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia, in Giusepp (...)

13Examinons ce qui se déroule à la même période sur les marchés auxquels ce poisson est destiné. En 1734, le premier consommateur de poissons distribués à partir du port génois est la Lombardie13. Le marché de Gênes, qui absorbe un quatrième du total, représente lui aussi un important débouché des ventes poissonnières. Les marchés d’autres destinations jouent un rôle mineur pour le commerce auquel nous nous intéressons. Le troisième client du port de Gênes est le Latium (dont la consommation est stimulée par la présence des ecclésiastiques14) qui réalise 5 % des ventes poissonnières de la ville de Ligurie. La consommation piémontaise est, quant à elle, dérisoire.

14Parmi les principaux marchés, celui de Gênes se caractérise par sa grande variété. L’offre se compose essentiellement de morue séchée (29 % du total). Mais la morue salée, le thon, l’anchois et le hareng représentent en pourcentage une quantité considérable des denrées poissonnières en conserve arrivant sur les marchés. Poissons hivernaux et poissons estivaux sont donc tour à tour écoulés et aucune variété particulière ne détient une suprématie absolue. La situation des marchés lombards et romains est complètement différente. Les ventes de morue salée constituent la moitié ou presque de ces marchés. Celles des aloses et des harengs suivent. La vente de ces trois poissons à destination de ces territoires de ventes constitue les neuf dixièmes des exportations du port de Gênes. L’afflux des poissons estivaux n’y est que secondaire.

15En 1758, année caractérisée par une réduction du commerce et des changements structurels de ce dernier, les exportations vers la Lombardie connaissent une baisse d’un million de livres. Mais, la réduction du total des exportations de la ville de la Lanterna est tellement importante que la réduction des ventes de poissons destinées à la Lombardie ne voit pas son pourcentage baisser significativement. Les marchés de Gênes et même de la Ligurie entière se comportent de manière analogue. Pour l’ensemble de ces marchés, les valeurs absolues augmentent très peu, tandis que les pourcentages doublent quasiment. Les autres destinations du commerce poissonnier génois n’apparaissent presque plus dans les registres. C’est le cas du Latium dont la situation est une des plus critiques. Les marchés romains s’effondrent, passant de 138 000 à 5 000 livres. De manière générale, tous les marchés connaissent une baisse plus ou moins sensible. Qu’il s’agisse des poissons destinés à l’exportation ou les importations de produits de la mer (où la part des poissons de la Méditerranée augmente au détriment des poissons des eaux nordiques), le commerce génois semble se rétracter.

  • 15  Giulio GIACCHERO, Economia e società del Settecento genovese, Gênes, Sagep, 1973, p. 142.

16Les deux seules exceptions sont Nice et Livourne qui ne représentent pas un poids important, en valeur relative ou absolue (il s’agit, respectivement, de 11 000 et 22 000 livres). De plus, la situation de ces deux villes est particulière. Bien qu’il s’agisse de deux ports qui se consacrent au commerce international, chacun possède un profil différent. Les exportations de poissons génois vers Nice et Livourne continuent durant les décennies suivantes, puisque les chiffres relevés pour l’année 1782 augmentent par rapport à ceux de 1758. Une des causes principales de cette hausse atypique est à rechercher du côté de l’instauration à Gênes d’un nouveau règlement du port franc remontant à 1751. Ce règlement est destiné à faciliter les échanges avec les ports étrangers, ce qui n’était pas le cas dans le passé15.

17En 1758, le marché génois confirme sa tendance à proposer une offre variée. Les quantités de thon et d’anchois augmentent – cela n’est pas une surprise – aux dépens de celles des poissons hivernaux et nordiques tels la morue salée, le hareng ou les aloses (dont les poids complexifs étaient cependant déjà marginaux en 1734). Du reste, le produit dont la présence est la plus forte n’est plus la morue séchée, mais l’anchois. Le marché lombard connaît des changements plus importants, tout en restant en phase avec l’évolution générale décrite précédemment. Les exportations de poissons hivernaux diminuent de manière conséquente : la morue salée, principal poisson exporté, passe de 705 000 livres à un peu moins de 300 000. Si en termes relatifs, la morue salée comme d’ailleurs l’alose, connaissent une baisse assez faible, les parts des harengs et des morues séchées reculent véritablement (elles passent respectivement à 50 % et à 75 %). Les ventes des poissons estivaux augmentent de manière évidente. Leur poids en pourcentage est multiplié par six. C’est le cas notamment du thon qui est vendu sous des formes différentes. Les ventes de cette denrée passent de 70 000 livres à un peu plus de 200 000 livres et finissent par occuper 28 % du marché, soit la deuxième place des ventes poissonnières de Gênes dans la mesure où les ventes de morue salée arrivent en tête.

181782, dernière année considérée par cette enquête, est marquée par un retour partiel à la situation initiale. Les exportations vers la Lombardie augmentent légèrement mais elles ne parviennent pas à regagner leur niveau de 1734. En pourcentage, la part destinée au marché lombard ne change pas. L’ensemble des exportations de Gênes ayant augmenté, un pourcentage compris entre 45 % et 50 % est manifestement à considérer comme structurel pour toute la durée de la période analysée. La situation du marché de la Ligurie est nettement différente, car il est touché par une crise profonde. En valeur absolue, les ventes s’écroulent par rapport à leurs niveaux de 1734. À Gênes, ces ventes diminuent même en pourcentage.

19Le marché génois est indiscutablement dominé par le thon, qui en occupe plus d’un tiers. Mais cette augmentation n’est que relative. En valeur absolue, le thon comme les autres poissons, à l’exception des harengs et des aloses, baisse considérablement par rapport à 1758. Les anchois arrivent en deuxième position après le thon (les poissons estivaux représentent plus de la moitié de l’ensemble des poissons écoulés), suivi par la morue séchée, la morue salée et le hareng. En ville, les ventes de morue salée n’atteignent que 10 % du total des ventes des marchandises poissonnières alors qu’il s’agit d’un produit phare du commerce du poisson conservé transitant par le port de la Ligurie.

20En ce qui concerne le marché lombard, le poids relatif de la morue salée et du thon ne connaît pas de grands changements. La quantité d’alose double plus ou moins en valeurs relative et absolue. Les quantités des autres variétés de poissons sont nettement inférieures par rapport à celles de ces trois espèces. Elles n’atteignent pas 10 % du total des importations de poisson. La situation rappelle celle de 1734, lorsque la morue salée, l’alose et le hareng occupent quasiment 90 % du marché. La place du hareng (diminuée en valeur absolue de 200 000 livres, et en valeur relative de 75 %) est prise par le thon dont l’importance sur le marché lombard apparaît désormais structurelle.

21La plus grande particularité de 1782 est la place importante des exportations vers des destinations secondaires. Le changement est considérable, surtout si nous le comparons avec les données de 1758 (nous passons de 5 % à 38 %, et de 76 000 livres à 697 000). Même si en valeur absolue, la différence avec 1734 n’est pas aussi flagrante que nous l’attendions (697 000 livres et 680 000), elle est cependant immédiatement perceptible en valeur relative (38 % contre 25 %). Les marchés secondaires des années 1780 sont très différents de ceux des années 1730.

22Certaines places commerciales ne sont plus liées aux exportations génoises. Le marché sarde qui absorbe plus de 60 000 livres en 1734, n’en reçoit qu’un millier cinquante ans après. La situation du marché du Latium s’inverse : en 1758, il n’existe presque plus et en 1782, il dépasse ses niveaux initiaux en valeur absolue et relative. Ce commerce se reconstitue et la morue salée et les aloses représentent la majorité des exportations. Le Piémont possède lui aussi ses caractéristiques. En 1734, 24 000 livres de poisson sont envoyées dans cette région du Nord de la Péninsule tandis qu’en 1758 moins de la moitié y est expédiée et 177 000 livres en 1782. Cette enquête montre aussi qu’en 1782 les exportations sont indiscutablement dominées par la morue salée, et que celles des autres poissons à l’exception de l’anchois, sont marginales. Les niveaux des exportations poissonnières de 1782 ne sont plus ceux des deux premières années de la période considérée où les exportation de hareng arrivent en tête, suivies de celles de la morue salée, des aloses et du thon.

23Si les informations concernant cette année sont révélatrices de la tendance générale, le Piémont est devenu un nouveau marché dans les vingt-quatre années comprises entre 1758 et 1782. Ce marché présente des caractéristiques particulièrement significatives pour l’ensemble du commerce gênois du poisson en conserve.

Conclusion

24En résumé, cette enquête montre que les phénomènes les plus importants révélés par les registres sont : la diminution de la quantité totale de poissons en conserve, l’augmentation de la quantité de thon au détriment de celles des poissons hivernaux et la fluctuation des différents marchés où ces marchandises sont écoulées. 1758 est l’ année qui présente le plus d’irrégularités par rapport aux autres ; ce qui suggérerait que ces phénomènes se produisent de manière irrégulière. Les registres n’expliquent évidemment pas les causes de ces irrégularités qu’un travail de recherche permettrait de connaître. Il s’agirait d’un travail qui consisterait en une étude de longue haleine et complexe faite d’analyses de souces de première main. Je viens à peine de débuter ce travail. Afin de mieux comprendre quel a été la tendancedu commerce, il est nécessaire d’essayer d’avancer quelques explications plausibles à partir des informations exposées dans cet article qui, me semble-t-il, suffisent pour formuler quelques hypothèses de travail.

25Les causes des phénomènes analysés pourraient s’expliquer aussi bien par des facteurs qui influencent l’offre qu’à des facteurs qui conditionnent la demande (ces deux domaines jouant un rôle concomitant). L’analyse des premiers facteurs est entravée par le fait que ces registres ne rapportent pas la provenance des cargaisons annotées dans les registres. Cela est particulièrement significatif pour ce qui concerne les poissons les plus importants, c’est-à-dire la morue et le thon.

26L’arrivée à Gênes de la morue salée soulève, tout d’abord, une interrogation sur les origines de ce poisson. Est-il de provenance européenne (zone de pêche comprise entre la Mer du Nord et l’Islande) ou américaine (bancs de pêche compris entre le Labrador et la Nouvelle-Angleterre) ? Nous pouvons, en outre, nous demander quelle flotte achemine la morue salée jusqu’à Gênes et quelles voies de navigations elle emprunte.

  • 16  Le cas du Règne de Naples est à considérer. Cf. Eugenio LO SARDO, Baccalà e stoccafissi sulle mens (...)
  • 17  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 162-181.
  • 18  Laurier TURGEON, Les temps des pêches lointaines : permanences et transformations (vers 1500 – ver (...)
  • 19  A. R. MICHELL, op. cit., p. 160-166.
  • 20  Trattato di commercio concluso dalla Serenissima Repubblica con Sua Maestà il re di Danimarca etc. (...)

27L’hypothèse d’une provenance de Nouvelle-Angleterre est contestable d’après l’information suivante : contrairement à ce qui se passe sur d’autres marchés italiens16, la présence de colons américains à Gênes semble avoir été numériquement peu importante17. Si la morue salée débarquée à Gênes vient d’Amérique, une provenance de la Terre-Neuve est nettement plus probable. Cette hypothèse expliquerait la diminution de l’afflux de ce poisson en 1758 et 1782, années où la pêche dans la région se complique en raison de la guerre18. La piste européenne reste, toutefois, possible. Toutefois, A. R. Michell signale que le poisson du nord du continent est surtout consommé dans sa région d’origine19. Son importance, en particulier, aurait été facilitée après 1756, grâce à la ratification d’un traité de libre commerce entre la République de Gênes et le Danemark20.

  • 21  Paola MASSA PIERGIOVANNI, Lineamenti di organizzazione economica in uno stato preindustriale : la (...)

28La baisse de la morue salée est suivie par une importante augmentation d’arrivages de thon. En l’absence de données précises sur la provenance de ce poisson, je suppose qu’il provient des zones se trouvant au large des côtes tyrrhéniennes où la présence commerciale génoise est encore importante. Sur le territoire de la République de Gênes (Ligurie et Corse), quelques madragues sont présentes, mais leur production est limitée. D’ailleurs, il s’agit de structures non permanentes21. La situation est complètement différente en Sicile et en Sardaigne.

  • 22  Giuseppe DONEDDU, Ibidem, p. 174-188. Les déclarations fiscales sont – pour des raisons évidentes  (...)
  • 23  Ibidem, p. 179 et Orazio CANCILA, Aspetti di un mercato siciliano : Trapani nei secoli XVII – XIX, (...)
  • 24  Orazio CANCILA, Commercio estero, p. 154 et Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 1 (...)

29Dans la première moitié du XVIIIe siècle, la production de thon des deux grandes îles de la Péninsule connaît une baisse générale. Cependant, dès les années 1750, une forte augmentation de la pêche se produit en Sardaigne ; ce que confirment des témoignages contemporains et les hausses vertigineuses des loyers des madragues (jusqu’à 40 fois leurs prix initiaux). Ces augmentations ne découragent toutefois pas les entrepreneurs locaux22. L’augmentation du thon sarde correspond à une stagnation de cette variété de poisson originaire de la Sicile23, qui constitue un autre territoire où le commerce et les entrepreneurs de Ligurie sont fortement implantés24.

30Cela mène à identifier les changements qualitatifs du poisson plus à une hausse des importations du thon de la Sardaigne et moins à une éventuelle baisse de l’arrivée de la morue salée qui pourrait être aussi conjoncturelle. Ce thon se serait, ensuite, déversé à partir de Gênes sur les marchés où il était auparavant moins présent, comme la Lombardie.

  • 25  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 159.
  • 26  Ibidem, p. 160-161.
  • 27  Ibidem, p. 145-146 et Giulio GIACCHERO, Origini e sviluppo del portofranco genovese, Gênes, Sagep, (...)

31Au sujet de l’évolution complexive du commerce du poisson, les informations concordent avec le cadre du commerce général de Gênes, caractérisé par une crise et une expansion successive. Il y a aussi d’autres coïncidences significatives : en 1758, à un moment où le commerce maritime25 stagne. Même les réexportations de poisson par la mer déclinent par rapport à 1734 et de façon plus importante que celles vers la Lombardie. De la même manière, dans les années 80 le développement généralisé du commerce génois, fondé essentiellement sur les réexportations de marchandises étrangères26 (la plupart des cargaisons de poissons provient sans aucun doute de l’étranger) peut sans doute lui aussi expliquer la reprise suggérée par ces informations. Une compréhension correcte de l’évolution du marché le plus important, c’est-à-dire celui de la Lombardie, ne peut cependant se passer d’une comparaison avec les ports concurrents. Il est possible (mais cette hypothèse reste à vérifier) que l’entrée de la Toscane dans le système habsbourgeois ait encouragé Livourne à exporter une plus grande quantité de poissons27, dans la mesure où le système autrichien associa les intérêts de ce port et ceux de la Lombardie.

  • 28  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 79.
  • 29  Giulio GIACCHERO, op. cit., p. 386.
  • 30  Paola MASSA PIERGIOVANNI, op. cit., p. 106 et Giulio GIACCHERO, Ibidem, p. 388-391. Pour Giacchero (...)
  • 31  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, Ibidem, p. 215-219.
  • 32  Cf. Paolo MALANIMA, L’economia italiana : dalla crescita medievale alla crescita contemporanea, Bo (...)
  • 33  Laurier Turgeon formule des considérations similaires afin d’expliquer la baisse de la consommatio (...)

32Un autre aspect significatif de 1782 est le déclin des marchés génois et de la Ligurie. Au XVIIIe siècle, les conditions de vie de la population génoise sont difficiles, même pour l’époque28. Elles s’aggravent notamment après les années 1770 avec la crise des anciennes manufactures et la baisse des salaires réels29. Ces facteurs ont peut-être influencé la consommation de poisson en conserve ; denrée que les classes populaires apprécient fortement et consomment volontiers malgré son prix relativement élevé30. Pour ce qui concerne le reste du territoire de la République génoise, nous savons qu’une forte émigration vers l’étranger qui dure le siècle entier annule les effets de l’accroissement démographique naturel. Dans la deuxième moitié du siècle, en raison d’une stagnation économique générale et d’une excessive pression humaine sur l’agriculture, l’émigration s’intensifie et les conditions de vie à la campagne connaissent la même dynamique31 que celles de la ville. Une évolution similaire est observée dans toute l’Italie32 ; ce qui amènerait à mettre en évidence l’importance de la demande dans l’étude de la dynamique du commerce du poisson33. Évidemment, l’évolution dans les zones considérées doit être différente, mais il est fort plausible que des raisons économiques limitent la consommation de poisson en conserve en général, et en particulier en Ligurie. Le consommateur qui réduit son régime alimentaire en renonçant au poisson et le commerçant qui diminue l’importation de cette marchandise ont tous les deux été des victimes ignorantes d’un processus d’appauvrissement qui s’est étendu sur une longue période.

Graphique 1. Évolution du commerce du poisson

Graphique 1. Évolution du commerce du poisson

Réalisation : G. Tosco.

Graphique 2. Cycle annuel du poisson, 1734

Graphique 2. Cycle annuel du poisson, 1734

Réalisation : G. Tosco.

Graphique 3. Cycle annuel du poisson, 1758-1759

Graphique 3. Cycle annuel du poisson, 1758-1759

Réalisation : G. Tosco.

Graphique 4. Cycle annuel du poisson, 1782

Graphique 4. Cycle annuel du poisson, 1782

Réalisation : G. Tosco.

Haut de page

Notes

1  A. R. MICHELL, “The European Fisheries in Early Modern History”, The Cambridge Economic History of Europe, The Economic Organization of Early Modern Europe, Cambridge, University Press, 1977, vol. V, p. 134-142. Cf. Aussi Sergio ANSELMI, Adriatico, Studi di Storia, secoli XIV-XIX, Ancona, CLUA, 1991, p. 453 et Maria Lucia DE NICOLÒ, Mangiar pesce nell’età moderna : diritti di pesca, produzione, conservazione, consumo, Fano, Edizioni Grapho 5, 2004, p. 85.

2  Jusqu’à aujourd’hui, elle a seulement été utilisée, de façon sporadique, par Nicola CALLERI, L’arte dei formaggiai a Genova tra Quattro e Cinquecento, Gênes, Università di Genova – dipartimento di storia moderna e contemporanea, Quaderni di Storia Economica, 1996, p. 71-76 et Nicola CALLERI, Un’impresa mediterranea di pesca : i Pallavicini e le tonnare delle Egadi nei secoli XVII-XIX, Gênes, Unioncamere Liguria, 2006, p. 61 et 82.

3  Archives Historiques de Gênes (abréviation utilisée dans cet article : ASG), manuscrits de la bibliothèque : n. 135 (désormais 411,00135), 1628. Cabellarum institutionum, cc. 395 (r. e v.) et 529 (r. e v.).

4  Cf. la description de la gabelle sur le site des Archives de la Banco di San Giorgio, entrée de M. le Prof. Giuseppe FELLONI, qui a ordonné les archives : http://www.lacasadisangiorgio.it/main.php?do=node&tag=5_109. Je souhaiterais remercier le M. le Prof. Felloni qui m’a indiqué cette source ainsi que des informations précieuses pour cette étude.

5  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, Industria e commercio in Liguria nell’età del Risorgimento (1700-1861), Milan, Banca Commerciale Italiana, 1966, p. 160-163 et Giorgio DORIA, La gestione del porto di Genova dal 1550 al 1797, in Giorgio DORIA e Paola MASSA PIERGIOVANNI, Il sistema portuale della Repubblica di Genova : profili organizzativi e politica gestionale (secc. XII – XVIII), Gênes, Università degli Studi di Genova – Istituto di Storia Economica, 1988, p. 138-139.

6  Archives Historiques de Gênes, San Giorgio, pesci salati e salumi (poissons salés et salaisons maritimes), livres de caisse, nn. : 183, 01371 ; 183,0172I ; 183,01732II ; 183,01405 ; 183,01406 ; 183,01407 ; 183,01438 ; 183,01439 ; 183,01440 ; 183,01441 ; 183,01442 ; 183,01443.

7  Les registres distinguent le « merluzzo » (qui, en italien, est le terme générique) et le « stoccafisso »(en génois « stocchefisce » ou aussi « stochefix », qui désigne la morue séchée). J’ai rapporté cette terminologie dans ces pages. Évidemment, le « merluzzo » indique la morue salée, également aujourd’hui appelé « baccalà ».

8  La salacca (alose) est un poisson proche du hareng qui vit en Méditerranée et surtout dans la partie Est de l’océan Atlantique. Mais, le terme salacca indique souvent d’autres poissons ressemblant à l’alose, bien que ces derniers soient conservés dans le sel. Dans le dialecte génois, les salacche semblent indiquer précisément l’alose atlantique, cf. Giuseppe OLIVIERI, Dizionario genovese-italiano, Gênes, G. Ferrando, 1851, p. 403 et P. Angelo PAGANINI, Vocabolario domestico genovese-italiano con tavole illustrate, Gênes, De Ferrari, 2000 (réedition anastatique de l’édition Gênes, Schenone, 1857), p. 70.

9  Jean-François BRIÈRE, Le commerce morutier français entre Terre-Neuve et Marseille au XVIIIe siècle in Klaus FRIEDLAND (a cura di), Maritime food transport, Köln – Weimar –Wien, Böhlau Verlag, 1994, p. 276-280.

10  Habituellement à partir de la mi-avril. Cf. Corrado PARONA, Il tonno e la sua pesca, Venise, Ferrari, 1919, p. 228.

11  Les registres fournissent des informations surtout en livres génoises grand poids. Une livre génoise grand poids correspond à 0,317664 kilogramme. Par conséquent, 2,8 millions de livres sont environ 889,500 kilogrammes. Cf. Angelo MARTINI, Manuale di metrologia, ossia misure, pesi e monete in uso attualmente e anticamente presso tutti i popoli, Turin, Loescher, 1883, p. 224.

12  Cf. note 5.

13  Ce terme n’est pas mieux défini et il n’est guère aisé de comprendre s’il s’agit de la Lombardie autrichienne, c’est-à-dire du territoire appartenant au Duché de Milan ou si l’auteur entend de manière générale les régions du centre ouest de la Plaine du Pô.

14  Manuel VAQUERO PIÑEIRO Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia, in Giuseppe DONEDDU et Alessandro FIORI (a cura di), La pesca in Italia tra età moderna e contemporanea. Produzione, mercato, consumo, Sassari, EDES, 2003, p. 296-298.

15  Giulio GIACCHERO, Economia e società del Settecento genovese, Gênes, Sagep, 1973, p. 142.

16  Le cas du Règne de Naples est à considérer. Cf. Eugenio LO SARDO, Baccalà e stoccafissi sulle mense dei poveri, in Archivi per la storia dell’alimentazione, atti del convegno Potenza-Matera, 5-8 settembre 1988, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, Ufficio centrale per i beni archivistici, 1995, II volume. À partir de 1765, les colons américains ont obtenu le droit de pratiquer le commercer de manière autonome avec les territoires européens situés au sud du Cap du Finistère (Ibidem, p. 1047).

17  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 162-181.

18  Laurier TURGEON, Les temps des pêches lointaines : permanences et transformations (vers 1500 – vers 1850), in Michel MOLLAT (sotto la direzione di), Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Éditions Privat, 1987, p. 144, Mark KURLANSKY, Cod : a biography of the fish that changed the world, New York, Walker Publishing Company, 1997, p. 97-98 et Inês AMORIM, Between the Atlantic and the Mediterranean. Fisheries and Salt Communities at the Turn of the 18th Century/In the Late 1700s – Early 1800s, compris à l’intérieur de Valdo D’ARIENZO et Biagio DI SALVIA (édition de), Pesci, barche e pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all’età contemporanea, atti del convegno Fisciano-Vietri sul Mare-Cetara, 3-6 ottobre 2007, Milan, FrancoAngeli, 2010, p. 28 et p. 35.

19  A. R. MICHELL, op. cit., p. 160-166.

20  Trattato di commercio concluso dalla Serenissima Repubblica con Sua Maestà il re di Danimarca etc. etc., Gênes, chez Bernardo Tarigo in Canneto, 1756, conservé aux ASG, Archives Secrètes, matières politiques, n. 2737. Au jour d’aujourd’hui, l’étude la plus complète sur ce traité est de Nilo CALVINI, Commercio genovese in Danimarca nel ‘700, Bollettino Ligustico per la storia e la cultura regionale, 1952, p. 14-16.

21  Paola MASSA PIERGIOVANNI, Lineamenti di organizzazione economica in uno stato preindustriale : la repubblica di Genova, Gênes, CIEG, 1995, p. 114 et Giuseppe DONEDDU, La pesca nelle acque del Tirreno, Sassari, Editrice Democratica Sarda, 2002, p. 137-144. Sur le territoire de la Ligurie appartenant à la République de Gênes, seules trois madragues étaient continuellement en fonctionnement. Il s’agit des thonaires de Camogli, de Santa Margherita et de Monterosso.

22  Giuseppe DONEDDU, Ibidem, p. 174-188. Les déclarations fiscales sont – pour des raisons évidentes – des sources moins fiables pour renseigner sur la production.

23  Ibidem, p. 179 et Orazio CANCILA, Aspetti di un mercato siciliano : Trapani nei secoli XVII – XIX, Caltanissetta-Rome, Salvatore Sciascia Editore, 1972, p. 144. Cf. Orazio CANCILA, Commercio estero in Rosario ROMEO (sous la direction de) Storia della Sicilia, Naples, Società Editrice di Napoli e della Sicilia, 1979, vol. 7, p. 158.

24  Orazio CANCILA, Commercio estero, p. 154 et Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 172-173. Cf. aussi Nicola CALLERI, Un’impresa mediterranea di pesca, op. cit. Cet ouvrage est entièrement dédié aux deux madragues siciliennes les plus importantes qui appartenaient comme d’autres thonnaires à une famille génoise.

25  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 159.

26  Ibidem, p. 160-161.

27  Ibidem, p. 145-146 et Giulio GIACCHERO, Origini e sviluppo del portofranco genovese, Gênes, Sagep, 1972, p. 206-208.

28  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, op. cit., p. 79.

29  Giulio GIACCHERO, op. cit., p. 386.

30  Paola MASSA PIERGIOVANNI, op. cit., p. 106 et Giulio GIACCHERO, Ibidem, p. 388-391. Pour Giacchero, en 1782 la morue séchée et salée comme la morue séchée coûtent plus que la viande de vache.

31  Luigi BULFERETTI et Claudio COSTANTINI, Ibidem, p. 215-219.

32  Cf. Paolo MALANIMA, L’economia italiana : dalla crescita medievale alla crescita contemporanea, Bologne, Il Mulino, 2002, p. 342-349.

33  Laurier Turgeon formule des considérations similaires afin d’expliquer la baisse de la consommation de morue dans la France du XVIIIe siècle, cf. Laurier TURGEON, De la production à la consommation : les structures du marché de la Morue en France au XVIIIe siècle, in Klaus FRIEDLAND op. cit., p. 308.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du commerce du poisson
Crédits Réalisation : G. Tosco.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4267/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Titre Graphique 2. Cycle annuel du poisson, 1734
Crédits Réalisation : G. Tosco.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4267/img-2.png
Fichier image/png, 251k
Titre Graphique 3. Cycle annuel du poisson, 1758-1759
Crédits Réalisation : G. Tosco.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4267/img-3.png
Fichier image/png, 264k
Titre Graphique 4. Cycle annuel du poisson, 1782
Crédits Réalisation : G. Tosco.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4267/img-4.png
Fichier image/png, 204k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Tosco, « Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière », Rives méditerranéennes, 43 | 2012, 59-71.

Référence électronique

Giorgio Tosco, « Le commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle, d’après une source douanière », Rives méditerranéennes [En ligne], 43 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 24 mai 2016. URL : http://rives.revues.org/4267

Haut de page

Auteur

Giorgio Tosco

Élève de l’École Normale Supérieure de Pise et étudiant d’histoire à la faculté de Lettre et Philosophie de l’Université de Pise, il s’intéresse depuis deux ans au commerce du poisson en conserve à Gênes au XVIIIe siècle. Cet article trouve son origine dans un mémoire présenté à l’École pour le passage d’année 2011 et dresse un état des premiers résultats d’une recherche en cours qui vise à reconstituer les réseaux commerciaux du poisson et les aspects sociaux de ce commerce.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org