Navigation – Plan du site

La pêche ’alla gaetana’ et le marché romain

Les conditions socio-économiques d’une insertion professionnelle (XVIIIe siècle)
Christopher Denis-Delacour
p. 43-57

Résumés

Si la présence des marins de Gaète le long des côtes tyrrhéniennes romaines n’était pas un phénomène nouveau au XVIIIe siècle, elle prit un relief particulier dans le cadre de Ripa Grande. Dans un contexte de création et d’affirmation d’une identité ‘étatique’, l’insertion initiale des Gaetani par l’intermédiaire de l’appareil normatif réglant la pêche pontificale concrétisait la patiente accumulation de savoirs informels et la construction d’un réseau d’intermédiaires stratégiquement positionnés. Des savoirs qui furent un tremplin professionnel et économique mêlant pluriactivité et stratégies d’interprétation institutionnelle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

économie, marché, mer, pêche, ports

Géographie :

Italie, Méditerranée, Rome
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Luigi DAL PANE, Lo Stato pontificio e il movimento riformatore del Settecento, Milan, Giuffrè, 195 (...)
  • 2  Christopher DENIS-DELACOUR, « Consolato del mare, Consoli et Capitani à Civitavecchia (1742-1797). (...)
  • 3  Christopher DENIS-DELACOUR, Entre normes et pratiques, les étrangers des trafics maritimes romains (...)
  • 4  Simona CERUTTI, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, M (...)

1Si la notion de commerce actif devint au cours du XVIIIe siècle prégnante dans les discours relatifs à la politique économique ‘romaine’1, elle fut loin de se traduire sous l’angle d’une donnée institutionnelle et juridique univoque2. La production législative jetait assurément un voile normatif sur la présence d’acteurs étrangers essentiels aux trafics3. Pour autant, la pratique des agents économiques et institutionnels devint-elle fonction d’une appartenance à une zone d’influence économique ou étatique, où l’idée de ‘nationalité’ dresse de nombreuses frontières normatives, sociales et structurelles entre les espaces littoraux ?4 Répondre à ces interrogations demande, outre la reconstruction des stratégies de l’intermédiation marchande des acteurs, de déterminer à quel niveau s’opérait l’interprétation personnelle des règles ainsi que les couches marchandes et institutionnelles favorables à celle-ci. Les acteurs de la pêche romaine n’échappaient pas à cette problématique. Au cœur d’articulations économiques concentrant tout particulièrement tensions politiques et sociales, environnementales même, il s’agit d’évaluer comment les capitaines de pêche sont en mesure de traverser les espaces au-delà des marchés, des institutions, des normes et des agents étatiques qu’ils fréquentent, qu’il s’agisse aussi bien des ports structurés que de modestes plages, ou des cours d’eau connectant les ports fluviaux urbains.

De l’usage d’une norme restrictive

  • 5  Manuel VAQUERO PINEIRO, « Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia tra XVI (...)
  • 6  Pasquale CORBO, « Il porto di Gaeta agli inizi del XV secolo», in Vera LIGUORI, Ludovico GATTO, Br (...)
  • 7  Maria Lucia DE NICOLO, Microcosmi mediterranei : le comunità dei pescatori nell’età moderna, Bolog (...)
  • 8  Ibid., p. 215. Il s’agissait de deux embarcations de conserve naviguant en traînant un filet. La d (...)
  • 9  Ibid., p. 311.
  • 10  Archivio di Stato di Roma (par la suite ASR), Camerale II Commercio e industria, b. 12 fascicolo 1 (...)
  • 11  C’est particulièrement le cas au sud du littoral, notamment à Terracina, espace privilégié des ten (...)

2La présence des marins de Gaète le long de la côte tyrrhénienne romaine n’est pas, au XVIIIe siècle, un phénomène nouveau5. Depuis le XVe siècle, la cité constituait l’un des centres de pêche les plus actifs du littoral tyrrhénien6. À ce titre, les catégories professionnelles liées aux activités halieutiques dominaient le tissu social de Gaète, une spécificité d’ailleurs prise en compte dans les statuts de la cité et source d’un certain engorgement7. Au début du XVIIIe siècle, leur forte présence sur la côte romaine est symbolisée par la promulgation de l’Editto sopra la pesca du 17 juin 1701, mesure visant à protéger les ressources halieutiques du littoral pontifical contre la pêche ‘alla gaetana’ (également nommée pêche aux bœufs et pesca a coppia), spécifique aux marins de Gaète8. Cependant, si l’État pontifical tenta de protéger son ‘capital’ halieutique d’une exploitation étrangère, il manquait cruellement de ‘nationaux’ dans ce domaine. Afin de développer ses activités de pêche, l’administration romaine tenta à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle d’implanter le long de la côte tyrrhénienne des colonies de pêcheurs pontificaux en provenance de l’Adriatique et plus particulièrement de Romagne9. Outre quelques compensations financières, les familles transférées étaient gracieusement installées dans des habitations, notamment à Nettuno. Cependant, la tentative s’avéra infructueuse et, peu de temps après, une grande partie des pêcheurs retournèrent sur la côte adriatique. Une forte diminution des activités de pêche due à un épuisement des ressources, phénomène également évoqué par de nombreux contemporains dont les Pescidenvoli de Rome en 1781, avait motivé l’abandon du rivage tyrrhénien10. L’implantation fut d’ailleurs rendue difficile par les particularités géographiques du littoral romain, notamment la présence de marais insalubres dans la région Pontine peu propices au développement humain11.

  • 12  L’influence de la pensée mercantiliste a, dans une certaine mesure, focalisé l’attention pontifica (...)
  • 13  Manuel VAQUERO PINEIRO, « Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia tra XVI (...)
  • 14  Terme utilisé dans la documentation pontificale afin de désigner les trafics ‘nordiques’.

3L’approvisionnement de la capitale en poisson frais était donc loin d’être une préoccupation mineure du pouvoir romain. Si dans l’exemple précédent l’attention se portait sur le caractère ‘national’ de l’activité12, l’État romain avait conscience que la présence étrangère s’avérait vitale pour l’approvisionnement en poisson. Concrètement, le marché s’articulait en effet selon deux circuits distincts sur lesquels les étrangers exerçaient un contrôle découlant de leur spécialisation. Le premier concernait l’activité d’importation ‘nordique’ mise en place à partir de la fin du XVIe siècle13. Le poisson destiné à Rome faisait d’abord étape à Livourne et Civitavecchia. Il s’agissait essentiellement de morues salées sous forme de barils dont les transporteurs étrangers, notamment anglais et français, assuraient l’acheminement depuis Terre-Neuve et l’Europe du Nord jusqu’aux deux ports tyrrhéniens. Les navires de fort tonnage étaient en effet inadaptés à une navigation sur le Tibre et on ancrait rarement à Fiumicino, mouillage peu sûr impliquant de coûteuses opérations d’allèges. Outre ce marché d’importation ‘d’oltramontane’14, le thon (tonnina et tonno) de Sardaigne, de Sicile et le poisson de Ligurie constituaient également une source d’approvisionnement convergeant vers le port de Civitavecchia.

  • 15  Lione PASCOLI, Testamento politico d’un academico fiorentino in cui con novi, e ben fondati princi (...)
  • 16  À titre d’exemple, si l’édit du 3 octobre 1778 interdisait la pêche pratiquée avec deux ‘barche un (...)

4Le second marché d’approvisionnement avait une portée locale et concernait la pêche sur le littoral pontifical. Les spiaggie romane, abandonnées par les pêcheurs nationaux, devinrent le domaine des capitaines originaires du proche Royaume de Naples. Cette présence, loin d’être entravée par le pouvoir romain, fut paradoxalement encouragée. Face aux réalités du marché, la réflexion économique du Settecento, outre la construction de bâtiments de pêche, préconisait en effet de compenser le manque de pêcheurs romains par des étrangers15. Ces conditions favorables constituèrent en partie la ‘porte d’entrée’ des marins de Gaète au sein de l’économie maritime romaine, phénomène qui atteint son paroxysme lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’interdiction périodique de la pêche a coppia ne constitua pas un frein à l’ascension des capitaines de Gaète au sein des trafics halieutiques romains. Les difficultés d’approvisionnement de la capitale affaiblirent en grande partie les mesures restrictives prises contre l’utilisation d’une telle technique dont les rendements supérieurs étaient indispensables16. Si l’insertion au cadre juridique réglant la pêche pontificale bénéficia de conditions professionnelles favorables, elle ne se concrétisa que par l’intermédiaire d’une patiente accumulation de savoirs pratiques visant à réinterpréter favorablement l’espace institutionnel ; un préalable permettant la construction d’un réseau d’intermédiaires stratégiquement positionnés. Loin de correspondre à une activité ‘rudimentaire’, la pêche recouvrait un haut degré de sophistication technique et financière maitrisée par les capitaines.

L’espace de la construction des pratiques

  • 17  Le marché au poisson se déroulait sur la place publique du marché de S. Angelo in Pescheria.
  • 18  Gonippo MORELLI, Le corporazioni romane...op. cit., p. 236 ; Silvia DIONISI, « Gli statuti dei pes (...)
  • 19  Ibid., p. 289-290. Il existait également un marché illégal se déroulant en dehors des lieux de ven (...)
  • 20  Ces derniers firent partie de l’Université des Pescivendoli jusqu’en janvier 1728 (Silvia DIONISI, (...)
  • 21  Ibid., p. 293.
  • 22  Ibid., p. 294.

5Les Gaetani, outre une interprétation favorable du cadre légal, devait choisir les bons relais afin que l’action des agents ‘à terre’ favorise le dynamisme de leurs activités. Ils devaient en effet tenir compte de la forte institutionnalisation du territoire entourant immédiatement la capitale où chaque agent économique articulait sa médiation sur plusieurs niveaux. À ce titre, les opérations liées à la mise en vente du poisson sur le marché romain mettaient en jeu divers acteurs dont les domaines d’intervention étaient en apparence bien définis17. La vente du poisson était en partie encadrée par l’Université des Pescivendoli qui avaient le privilège d’acheter tout le poisson frais importé à Rome selon un système d’enchère avantageux18. En effet, les vendeurs devaient céder leur produit au plus offrant au cours du cottio, marché de la vente en gros du poisson. À ces fins, les Cottiatori, spécialisés dans la vente du poisson à l’ingrosso, proclamaient à voix haute sur la place publique du marché de San Angelo in Pescheria le prix du poisson et les sommes proposées par les Pescivendoli pour l’achat19. À partir de 1728, les Cottiatori s’émancipèrent de l’Université des Pescivendoli en donnant naissance à leur propre corporation20. Cette séparation faisait suite aux tensions ayant émaillé le XVIIe siècle, les rapports entre les deux corps s’étaient en effet dégradés. Les Pescivendoli reprochaient notamment aux Cottiatori d’abuser de leur privilège qui leur permettait de se réserver le tiers du poisson acheminé au cottio avant sa mise en vente. La formation d’un collège autonome, en 1728, avait donc pour objectif de remédier aux conflits internes. Dans les statuts, il était précisé que les 16 membres de la nouvelle organisation ne pouvaient exercer à la fois le métier de Cottiatori et de Pescivende. Les Pescivendoli pouvaient rejoindre la corporation en renonçant toutefois à exercer la vente au détail21. Tout en s’affranchissant clairement de l’ancienne tutelle, la nouvelle indépendance des Cottiatori s’accompagna d’une redéfinition de leurs attributions. Ils pouvaient désormais négocier et souscrire des contrats en totale autonomie, possédaient un secrétaire et des archives propres et enfin contrôlaient les comptes d’entrée et de sortie. Cependant, l’Université des Pescivendoli gardait le privilège de pouvoir accorder à des personnes ‘extérieures’ le droit d’exercer le cottio. La mesure devait permettre d’assurer l’approvisionnement de Rome, le collège étant restreint à 16 membres, tout en évitant un monopole total de la vente à l’ingrosso22. Cette reconfiguration sociale du marché halieutique romain renforçait le rôle des Cottiatori. Acteurs-clés de la négociation économique in città, la faculté de stipuler et de coordonner les contrats dilata leur réseau d’agents économiques bien au-delà du cottio de San Angelo in Pescheria. En tenant compte de ces éléments, les pêcheurs de Gaète confièrent la négociation institutionnelle de leurs activités aux acteurs les mieux positionnés sur le marché romain.

  • 23  Les travailleurs saisonniers ont pu être qualifiés d’individus laissés aux ‘marges’ de la communau (...)

6Aux aspects ‘formels’ et institutionnels correspondaient en effet une chaîne d’approvisionnement moins encadrée où plusieurs négociants spécialisés dans le recrutement de flottes de pêches et dans l’acheminement du poisson agissaient pour leur propre compte ou celui des Cottiatori. Ces divers intermédiaires s’étaient insérés, à leur échelle, dans l’environnement réglementé et corporatif du marché romain à la faveur de leur association avec les capitaines de Gaète, chacun se nourrissant mutuellement des savoirs de l’autre dans le cadre de circuits connaissant un réel succès économique. Un marché qui se bâtit également à partir d’une gestion de capitaux maitrisée par les capitaines de Gaète. Ces derniers avaient en effet tissé des relations économiques complexes avec leurs intermédiaires basées sur un jeu d’interdépendance dépassant largement le cadre de la pêche. Des liens économiques élargis constituaient le cœur d’un système permettant de s’assurer de la ‘moralité moyenne’ de chacun des acteurs, malgré la migration saisonnière d’une main-d’œuvre maritime exclusivement étrangère23.

La pêche ‘alla gaetana’- Réseaux formalisés et échelle d’intermédiation

  • 24  Rome utilisait deux ports fluviaux permettant le déchargement et la redistribution quotidienne des (...)
  • 25  ASR, Trenta Notai Capitolini, Ufficio 39, Notai Cancelleri del Tribunale delle Ripe curia di Ripa (...)
  • 26  Concernant l’importance de la proximité géographique et sociale dans le choix d’un ‘partenaire’ éc (...)

7Les actes du tribunal de Ripa Grande laisse en effet apparaître toute l’épaisseur sociale des activités de pêche, tout comme la nature des liens unissant les acteurs24. À ce titre, la certification des contrats effectuée par les notaires de Ripa Grande nous permet de reconstruire une partie de l’intermédiation propre à la pêche ainsi que l’articulation des divers circuits d’approvisionnement de la capitale. Entre 1739 et 1797, plus de 70 % des 206 actes relatifs à la pêche, à savoir les Obligatio piscandi, Obligatio vendendi piscem et Recognitio debiti (reconnaissance de dette), concernaient des marins et capitaines originaires du Borgo di Gaeta25. Le reste des contrats étaient établis au profit de pêcheurs originaires de Naples, Torre del Greco, Sperlonga et Massa Lubrense. Formalisés au plus près des acteurs-clés du marché romain, ces documents reflétaient le haut degré d’insertion des capitaines recrutés, malgré leur origine étrangère. Derrière l’établissement des contrats et l’engagement financier entre chaque partie, se cachait en effet la nature complexe des rapports liant chaque opérateur économique. Les rapports étroits entretenus quotidiennement dans le cadre du marché halieutique étaient producteurs de réputation, de réseaux et permettaient l’assurance mutuelle de l’exécution des contrats26.

  • 27  Renata AGO, Economia barocca-Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, Donzelli, 1998, (...)
  • 28  Ibid., XIX et p. 59-60.
  • 29  La caparra correspondait à la somme versée au capitaine servant de garantie ou de caution pour l’e (...)
  • 30  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 6 avril 1771 établi entre Donato Ramacci (...)
  • 31  Entre autres, les Di Palma étaient une famille de pêcheurs présents tout au long de la période étu (...)
  • 32  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), recognitio debiti du 18 octobre 1771 entre Donato Ramacci et G (...)
  • 33  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 6 avril 1771 établi entre Donato Ramacci (...)
  • 34  L’utilisation de l’hypothèque ne sous-entendait pas forcément une quelconque notion de ‘confiance’ (...)
  • 35  Au cours de la période, Onorati versa des caparra comprises entre 50 à 102 écus, contre près de 60 (...)

8Loin d’être une invention des pêcheurs de Gaète, le mode de gestion du capital engagé s’inspirait largement des pratiques locales. La garantie des investissements dans le contexte social, légal et économique romain du XVIIIe siècle, restait sensiblement équivalente aux pratiques du XVIIe siècle27. La faible circulation monétaire, tout comme la faible demande, était en effet encore compensée par la dilatation des remboursements28. La pratique liait ainsi une infinité d’acteurs et créait les conditions d’une assurance réciproque du capital investi par l’intermédiaire du type de relations entretenues. Dans le cadre étroit des activités maritimes romaines, le phénomène s’en trouvait renforcé et fut largement assimilé puis exploité par les capitaines de Gaète. Concernant les contrats propres au négoce du poisson, leur contenu traduisait à la fois les déterminants sociaux et économiques des échanges maritimes romains. L’utilisation de la caparra en constituait un exemple29. Au cours de la période, peu de capitaines rendirent un compte équilibré des pêches contractées. Les commanditaires se retrouvaient ainsi la plupart du temps créditeurs de sommes importantes. Toutefois, loin d’en réclamer le paiement immédiat, les dettes issues des mauvaises campagnes de pêche étaient réinvesties sous la forme de nouvelle caparra30. La pratique concernait surtout les capitaines liés depuis de longues années aux commanditaires31. Généralement, ces derniers précisaient que les sommes pouvaient être réclamées sur simple requête et selon diverses modalités parfois volontairement passées sous silence32. Si Donato Ramacci, le plus important d’entre eux, formalisait cette dilatation des paiements sans contraintes particulières33, d’autres s’appuyaient toutefois sur l’hypothèque des embarcations afin de s’assurer d’une restitution future. C’est le cas du commanditaire Raimo Onorati. Ce négociant se retrouva par exemple créditeur du Giovanni Della Cammera, capitaine de Gaète, pour un montant de 267 écus suite à diverses campagnes de pêches sur les plages de Palo en 1773, 1775 et 1776. Plus qu’une notion de ‘confiance’34, la diversité des pratiques provenait de l’environnement socioéconomique dans lequel évoluaient chacun des acteurs et des relations qu’ils entretenaient. Alors que Donato Ramacci, le commanditaire le plus solide économiquement, pouvait se permettre une gestion lâche des capitaines débiteurs, l’envergure des contrats et des types de caparra versées par Raimo Onorati évoquait plutôt un marchand de poisson évoluant sur une échelle largement inférieure et, à ce titre, disposant d’une marge financière moins importante35.

9La proximité économique participait également à la manière dont les dettes étaient gérées, et ce malgré la présence de partenaires provenant de l’étranger. En effet, les capitaines de Gaète constituaient une main-d’œuvre entièrement importée, posant le problème de la gestion d’une relation commerciale ‘à distance’. La plupart des contrats prenaient en compte les spécificités liées à la migration saisonnière des embarcations de Gaète. Au cours de la période, une formule propre aux obligatio piscandi en précisa clairement les enjeux. Stipulé à la fin de l’acte, elle constituait un engagement du capitaine, mais aussi ‘suoi beni ed eredi, e beni di suoi eredi nella più ampla forma della Reveranda Camera Apostolica e Reggia Vicaria di Napoli’. Le commanditaire pouvait ainsi se prémunir d’un éventuel manquement du capitaine en pouvant faire valoir ses droits dans les tribunaux du Regno. Cette formule juridique était loin d’être anodine. Une affaire permet d’évoquer à la fois les moyens dont disposaient les négociants afin de contraindre un capitaine étranger à rembourser, les réseaux de ces derniers avec leur cité d’origine et enfin la proximité économique entre les patrons d’embarcations et les marchands de poisson romains.

  • 36  Il était également précisé qu’Erasmo possédait une tartane et qu’il renonçait aux ‘privilèges de f (...)

10 Erasmo Di Cocco, originaire de Gaète, ainsi que son père Francesco, reconnurent le 23 avril 1767 être débiteurs de Donato Ramacci suite à la non-exécution d’un contrat. L’acte précisait que les deux parties avaient décidé de formaliser les faits devant notaire, montrant l’importance de la certification concernant les relations économiques36. Les suites de l’affaire nous sont connues par l’intermédiaire d’un acte de recognitio debiti datant du 16 août 1774. Il indiquait que Francesco Vanolo de Gaète, alias Di Cocco, avait dû céder à titre de remboursement un quart de sa tartane et le tiers d’une autre tartane commandée par Francesco et son fils Erasmo, selon les actes stipulés devant notaire à Gaète en 1765 et 1767. Même si Ramacci n’avait pu recouvrir la totalité de la dette, l’affaire témoignait de la capacité du négociant à faire valoir ses droits devant le tribunal de Gaète pour un contrat stipulé à l’office du notaire de Ripa Grande. Les relations commerciales tumultueuses entre le commanditaire et le capitaine n’en restèrent toutefois pas là.

  • 37  ASR, Notai RG, vol. 64 (1774-1777), societas tartanas du 27 septembre 1777.

11Erasmo Di Cocco se trouva à nouveau au centre d’une polémique l’opposant à Donato Ramacci ; une affaire mettant en évidence l’importance de la réputation dans les relations marchandes. En août 1776, le patron Simeoni stipula à Gaète un acte de vente auprès du notaire Giuseppe Gionti. Il cédait au capitaine Di Cocco 16 carats de la tartane construite en association avec Ramacci37. Ce dernier, portionnaire d’un tiers de la tartane, ne voulut pas poursuivre l’entreprise avec le patron Erasmo di Cocco et fit estimer par des periti (experts) la valeur de sa part et les équipements lui appartenant afin de se dégager de la nouvelle société. Il était compréhensible que suite aux affaires de 1767 et 1774, Ramacci jugeait Di Cocco comme un partenaire économiquement peu fiable. Ce dernier était cependant dans l’incapacité de payer en une seule fois de telles sommes et craignait les dépenses liées à un possible litige l’opposant à Ramacci. Loin de se terminer par la faillite du capitaine, la discorde trouva une solution sans qu’une procédure de justice soit engagée. Ce fut l’intervention d’un médiateur pour le moins surprenant qui mit fin au conflit, une présence qui révélait l’importance des liens unissant Rome et Gaète sur le plan des activités de la pêche. En effet, par l’intermédiaire et ‘l’interposition’ du consul du Royaume de Naples à Rome, Don Innocenzo Pancieri, les deux parties s’entendirent pour la constitution d’une nouvelle société où Erasmo Di Cocco reprenait sa place selon les termes précédents et ‘per perpetuta’.

12Outre les divers aspects normatifs, l’affaire mettait en évidence la portée du réseau économique qui liait les acteurs de la pêche romaine alla gaetana. L’activité se matérialisait dans ce cas précis au travers de relais institutionnels s’affranchissant d’une quelconque distinction entre stranieri et sudditi. En acceptant une telle médiation, Ramacci avait bien plus à gagner qu’à perdre en termes de réseaux et d’appuis ultérieurs plutôt qu’en s’obstinant à un refus catégorique dans une affaire où, finalement, la réputation dépassait les enjeux financiers. Surtout, il obtint par l’intermédiaire de l’intervention du consul une forme de garantie sociale supranationale adaptée à la situation et qui permettait de compenser la piètre réputation du capitaine.

13À ce titre, si la proximité géographique permettait d’acquérir des informations sur la solidité des acteurs et rentrait en compte dans les pratiques du crédit, les facteurs ayant favorisé la forte présence des capitaines de Gaète étaient multiples, laissant entrevoir un enchevêtrement complexe de relations basées sur les capacités techniques. Une construction marchande qui s’articulait sur plusieurs espaces mêlant acteurs et pratiques au-delà des frontières normatives et individuelles. À partir de l’intégration puis de la réélaboration des savoirs ‘romains’ liés au marché halieutique, d’ailleurs communs à d’autres secteurs économiques, les réseaux des pêcheurs de Gaète se diffusèrent bien au-delà de l’activité. Car si la pêche fut certainement le marché ayant permis à ces capitaines d’intégrer l’économie romaine, les activités des Gaetani s’implantèrent dans le port de Ripa Grande en revêtant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle la forme d’une pluriactivité proche d’un quasi-monopole. Surtout, la technicité acquise représentait une passerelle professionnelle protégeant d’un éventuel revers de fortune. Difficile toutefois, dans un contexte de diminution générale des ressources halieutiques, d’évaluer la temporalité propre au déclin de la pêche romaine. Le phénomène, loin d’être soudain et de condamner les divers acteurs à une réaction immédiate, sembla plutôt erratique et latent. Plus certainement, l’exploitation des savoirs acquis grâce à la pêche laissa aux capitaines de Gaète la possibilité d’un choix ‘situationnel’ garant d’une survie économique.

De la pêche au commerce

14Dans le cas des Gaetani, s’insérer à l’économie romaine par l’intermédiaire de la pêche correspondait à la construction d’une position par rapport à un choix qui n’était pas rationnel mais plutôt contextuel. Dans le cadre de la pêche, l’accumulation d’habitudes et de savoirs déterminant un positionnement favorable du point de vue économique et institutionnel mettait en jeu un ensemble de pratiques interagissant entre elles et qui fut source d’un élargissement du cadre situationnel.

  • 38  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), acte sans intitulé du 22 juin 1764, f. 66 à 71. Chaque investi (...)
  • 39  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), affictus tertis partis cimbe, f. 116, 117 et 138.
  • 40  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), acte sans intitulé du 19 mai 1766.
  • 41  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 2 mars 1773.
  • 42  Sur 146 contrats de nolis souscrits devant le notaire de Ripa, 78 concernaient des capitaines de G (...)

15Si les fortes connexions entre la pêche et le transport maritime ne constituaient pas une surprise, elles prenaient dans le cas des Gaetani un relief particulier. Le phénomène consacrait en effet une présence qui irriguait vigoureusement les différents domaines associés. Surtout, fort de leurs compétences, les Gaetani devenaient des partenaires incontournables pour quiconque sur la place de Ripa souhaitait se mêler à l’entreprise maritime romaine. Ainsi, outre l’investissement dans la construction navale à Gaète, l’arsenal de Rome était le siège d’une grande partie de leurs activités. La plupart des tartanes fabriquées à l’ombre de la Porta Portese, ‘tanto alla navigazione che alla pesca’, rentraient dans le cadre d’associations économiques impliquant capitaines de Gaète et marchands locaux. C’est le cas d’une embarcation construite en 1764 dont le commandement fut confiée au capitaine Candeloro Biferale, lui-même pêcheur et caboteur38. Ce dernier reçut la propriété du tiers de la tartane tandis que les autres portionnaires donnèrent la faculté de ‘reggere e governare’ leurs parts à Candeloro Biferale. Le capitaine avait toute latitude pour accepter des contrats le menant dans tous les ports de Méditerranée, en particulier des transports entre Rome et Livourne, Gênes, Marseille, Naples, la Sicile et la Catalogne, à l’exception des ‘mari dell’ infedeli’. Par la suite, Candeloro Biferale acquit rapidement plus d’autonomie au sein de l’association économique. Quelques mois plus tard, le 19 septembre 1764, ses partenaires décidèrent en effet de lui donner en affitto leurs portions de la tartane39. Cette envergure personnelle était source de garantie dans les rapports économiques. Donato Ramacci, qui fit plusieurs fois appel à ses services, ne pouvait en effet ignorer l’étendue des activités du capitaine tout comme la portée de son réseau romain. La dilatation des remboursements pouvait alors être concédée sans risque à un partenaire aux multiples activités économiques. D’ailleurs, les contrats de pêche laissaient entrevoir les ressources dont disposait Candeloro Biferale. Il possédait en effet plusieurs tartanes et venait régulièrement pêcher sur les plages romaines pour le compte de divers négociants de Rome40 tandis que son fils, Cristofaro, se chargeait d’effectuer quelques nolis depuis et à destination de la côte romaine41. La ‘technicité’ économique acquise dans le cadre des activités de pêche était réutilisée dans l’activité de cabotage et inversement. Or, le cas de ces capitaines était loin d’être isolé. La majorité des nolis et contrats de construction conclus devant le notaire de Ripa Grande avaient en effet pour protagonistes des capitaines de Gaète dont la famille était également impliquée dans la pêche romaine42. Surtout, l’expérience nautique fut largement exploitée à la faveur de l’abandon relatif de certains secteurs économiques clés.

  • 43  L’arsenal pontifical a été peu étudié et n’est cité qu’au détour d’études urbanistiques (Emma MARC (...)
  • 44  Les navicelli étaient des embarcations à fond plat de diverses portées adaptées à la navigation fl (...)

16C’est le cas de la construction navale quise rapportait presque exclusivement aux activités de maestri d’ascia et calfati originaires de Gaète. Une implantation sur le long terme faisant de l’arsenal de Ripa Grande la vitrine d’un savoir-faire importé43. Le cadre dans lequel les charpentiers et calfats évoluaient était très organisé, miroir des systèmes corporatifs urbains. Dès le 18 juillet 1758, plusieurs maestri d’ascia et calafati originaires de Gaète fondèrent à Rome une société de construction navale pour neuf années autour des capi maestri Marco Ranucci et Giuseppe Accetta. Le contrat stipulait que les sociétaires devaient accepter à l’unanimité les contrats, tout comme les autres calafati voulant éventuellement rejoindre la société. Les chantiers se déroulaient à l’arsenal de Rome, fuori porta Portese, non loin des quais de Ripa. On fabriquait essentiellement de petites embarcations de cabotage tels les navicelli di fiume44 ou encore des tartanes.

  • 45  ‘L’arrestation’ du caboteur et de son embarcation (c’est-à-dire le blocage à quai) représentait l’ (...)
  • 46  ASR, Notai RG, vol. 56 (1758-1760), obligatio piscandi du 15 juillet 1760, f. 443 à 445 et 453.
  • 47  ASR, Notai RG, vol. 61 (1767-1769), obligatio du 18 juillet 1767.
  • 48  ASR, Notai RG, vol. 64 (1774-1777), cambium maritimum du 13 avril 1774, f. 48.
  • 49  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), obligatio trasportandi lignamina du 4 juin 1772 ; ASR, Notai R (...)
  • 50  ASR, Notai RG, vol. 67 (1780), nauleggia frumenti du 7 janvier 1780, f. 1. Le choix de la RCA tout (...)
  • 51  ASR, Notai RG, vol. 56 (1758-1760), obligatio piscandi du 15 juillet 1760, f. 453.
  • 52  Notamment Diego Della Monaca (ASR, Notai RG, vol. 54 (1755-1757), recognitio debiti du 22 août 175 (...)
  • 53  ASR, Notai RG, vol. 54 (1755-1757), obligatio du 2 avril 1755 et obligatio piscandi du 17 avril 17 (...)

17L’activité de sensale di noleggio (courtier de nolis) exercée par une partiedes Gaetani fut également l’une des clés de leur succès. À Ripa Grande, le réseau implanté possédant capitaux et relations soutenait clairement l’activité des capitaines ‘saisonniers’ ; des intermédiaires chargés de régler les nolis tout comme les problèmes commerciaux. Ils utilisaient les ressources de la communauté pour obtenir les marchés et surtout éviter un arresto de l’embarcation dommageable aux affaires45. À ce titre, l’activité d’Erasmo symbolisait le degré d’intégration et de mobilité professionnelle des Gaetani au sein des activités maritimes romaines. Procuratore de la famille Di Palma afin de stipuler en leur nom divers contrats de pêche à Rome en faveur de Donato Ramacci46, il était également Esattore del pesce et se rendait quotidiennement à la Pescaria afin d’effectuer les comptes des ventes avec l’assistance des Cottiatori47. On le retrouvait également, à des degrés divers, impliqué dans des contrats de nolis ; notamment concernant des aspects financiers, comme par exemple chargé d’un change maritime entre Damiano Parminiello et Giacinto Di Campo, tous deux de Gaète48. Erasmo Bonomo pouvait à la fois faire office d’intermédiaire, comme ce fut le cas avec le capitaine Francesco di Marco, ou bien effectuer lui-même quelques transports. Entre autres des acheminements de grains entre Montalto et Fiumicino49. Il fut également le fideiubente de Giacinto Di Campo pour un nolis de blé à effectuer entre Corneto et Ripa pour le compte de la Chambre apostolique50. Sa fonction se trouvait par ailleurs renforcée grâce aux liens qu’il entretenait avec Domenico Salemme, lui-même originaire de Gaète et appartenant à la puissante corporation des mercanti ripali. En effet, Erasmo Bonomo déclarait dans les divers actes le concernant qu’en cas de controverse on pouvait le trouver au domicile de ce dernier, située dans le Trastevere51. Ce marchand était lui-même impliqué dans les activités de pêches, de construction et de cabotage. Il possédait plusieurs tartanes ‘ad uso di pesca’, toutes commandées par des capitaines de Gaète52, qu’il mit au service de Donato Ramacci53.

18Le positionnement d’Erasmo Bonomo s’incarnait au sein d’une chaîne économique d’une densité sous-estimée. Si ce parcours permettait d’appréhender le mode d’insertion économique d’une entreprise familiale restreinte, d’autres capitaines de Gaète s’implantèrent par l’intermédiaire d’alliances matrimoniales élargies. En effet l’aspect social, s’il représentait également une garantie, pouvait renforcer sur diverses échelles la stratégie mise en place. Un gendre, un cousin ou un bien permettait ainsi de s’assurer d’une réputation et de la bonne exécution du contrat dans l’intérêt d’un groupe aux ramifications étendues. Les capitaines de Gaète mélangeaient ainsi les modèles, se basant à la fois sur un système de relations endogamiques et exogamiques et leur spécialisation maritime, atout essentiel qu’ils surent faire fructifier.

19En s’appuyant sur trois activités essentielles, à savoir la pêche, le cabotage et la construction navale, les Gaetani assimilèrent puis modelèrent une partie du cadre institutionnel et social du commerce maritime romain. Des savoirs acquis par l’intermédiaire de la gestion quotidienne d’intermédiaires et de capitaux qui, associés à une interprétation favorable des aspects normatifs, furent décisifs pour la survie des Gaetani issus de la pêche. Seuls les individus ayant élargi de près ou de loin l’horizon de leurs activités perdurèrent au cours de la période.

Conclusion

20Dans un contexte de création et d’affirmation d’une identité ‘étatique’, l’insertion initiale des Gaetani par l’intermédiaire de l’appareil normatif réglant la pêche pontificale concrétisait la patiente accumulation de savoirs informels et la construction d’un réseau d’intermédiaires stratégiquement positionnés ; des savoirs qui furent un tremplin professionnel et économique mêlant pluriactivité et stratégies d’interprétation institutionnelle. Jouant en effet sur leur condition de stranieri ayant la capacité d’agir comme sudditi pontifici, ces capitaines et marins devinrent par la suite des opérateurs marchands économiquement profitables et incontournables. Une ‘réussite’ issue d’une interprétation favorable et quotidienne des aspects juridiques, sociaux et professionnels caractéristiques d’un espace d’intermédiation aux marges du territoire. Si l’acquisition de ces savoirs pratiques nécessaires à l’échelle des trafics romains fut le socle de l’interposition économique de groupes plus ou moins étendu, l’évaluation de la part du choix individuel au sein des parcours collectifs, et inversement, complexifiait l’interprétation de la diversité des situations. Sans présupposer d’une typologie des stratégies qui serait propre aux Gaetani de Ripa Grande, et en tenant compte de l’ensemble des éléments précédemment cités, le concept de ‘choix’ devait être raisonné en termes de variations d’échelles. À ce titre, acteurs économiques et institutions étaient à même d’interpréter les normes avec un haut niveau de flexibilité. Ainsi, l’aspect social était loin d’être le résidu de l’explication économique et la segmentation des échanges et des niveaux de pouvoir sont à prendre en compte. Ils laissent entrevoir la diversité des interstices marchands dans lesquels les échanges économiques s’insèrent tout comme les savoirs nécessaires à l’échelle du trafic romain. Cette grille de lecture ouverte s’adaptait au contexte dans lequel les individus évoluaient. Les Gaetani de Ripa, comme les autres opérateurs, devaient en permanence raisonner et agir en fonction d’une variété de niveaux de pouvoir économique et institutionnel déterminés qu’ils appréciaient à partir de leur propre positionnement.

Haut de page

Notes

1  Luigi DAL PANE, Lo Stato pontificio e il movimento riformatore del Settecento, Milan, Giuffrè, 1959, 798 p.

2  Christopher DENIS-DELACOUR, « Consolato del mare, Consoli et Capitani à Civitavecchia (1742-1797). L’expression institutionnelle du positionnement économique des acteurs», Rives méditerranéennes n° 41, 2012, p. 161-182.

3  Christopher DENIS-DELACOUR, Entre normes et pratiques, les étrangers des trafics maritimes romains (1742-1797), thèse de doctorat soutenue sous la direction de Gilbert Buti et Biagio Salvemini à la MMSH, Aix-en-Provence, 2012.

4  Simona CERUTTI, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Montrouge, Bayard, 2012.

5  Manuel VAQUERO PINEIRO, « Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia tra XVI e XVIII secolo», in Giuseppe DONEDDU et Alessandro FIORI (dir.), La pesca in Italia tra età moderna e contemporanea : produzione, mercato, consumo, Sassari, EDES, 2003, p. 304. La cité de Gaète appartenait au XVIIIe siècle au Royaume de Naples, et ce jusqu’à l’Unité italienne.

6  Pasquale CORBO, « Il porto di Gaeta agli inizi del XV secolo», in Vera LIGUORI, Ludovico GATTO, Bruno DINI, Elena CECCHI et Pasquale CORBO (dir.), Gaeta agli inizi del Quattrocento. Economia e società, Gaète, Comune di Gaeta, 1999, p. 143-147.

7  Maria Lucia DE NICOLO, Microcosmi mediterranei : le comunità dei pescatori nell’età moderna, Bologne, CLUEB, 2004, p. 211.

8  Ibid., p. 215. Il s’agissait de deux embarcations de conserve naviguant en traînant un filet. La diffusion de cette technique, augmentant fortement les prises mais accusée d’endommager les fonds marins, fut également à l’origine de bouleversements sociaux sur la côte adriatique et plus particulièrement dans les Pouilles (Biagio SALVEMINI, « Comunità separate e trasformazioni strutturali. I pescatori pugliesi fra metà Settecento e gli anni Trenta del Novecento», Mélanges de l’École française de Rome, 97, 1985, p. 443-445).

9  Ibid., p. 311.

10  Archivio di Stato di Roma (par la suite ASR), Camerale II Commercio e industria, b. 12 fascicolo 14. Le phénomène se constate également sur les côtes provençales à la même période : Daniel FAGET, « Une histoire du milieu marin méditerranéen. Le cas du golfe de Marseille (XVIIIe-XIXe siècles). Sources et approches pluridisciplinaires », Rives méditerranéennes n° 35, 2010, p. 146.

11  C’est particulièrement le cas au sud du littoral, notamment à Terracina, espace privilégié des tentatives politiques visant à stabiliser des populations de pêcheurs sur le territoire (Luciano PALERMO, « La pesca nella palude. Le peschiere del territorio pontino e la bonifica del XVIII secolo», in Giuseppe DONEDDO et Alessandro FIORI (dir.), La pesca in Italia...op. cit., p. 335-376).

12  L’influence de la pensée mercantiliste a, dans une certaine mesure, focalisé l’attention pontificale sur les trafics ‘étrangers’ désignés comme responsables du déséquilibre de la balance commerciale, sans que l’on se penche sur les modalités du phénomène (Luigi DAL PANE, Lo Stato pontificio…op. cit.).

13  Manuel VAQUERO PINEIRO, « Sull’importazione di pesce nei porti di Roma e di Civitavecchia tra XVI e XVIII secolo», in Giuseppe DONEDDU et Alessandro FIORI (dir.), La pesca in Italia...op. cit., p. 295-311.

14  Terme utilisé dans la documentation pontificale afin de désigner les trafics ‘nordiques’.

15  Lione PASCOLI, Testamento politico d’un academico fiorentino in cui con novi, e ben fondati principi, si fanno vari, e diversi progetti per istabilire un ben regolato commercio nello Stato della Chiesa, e per aumentare notabilmente le rendite della Camera, Colonia (i. e. Perugia), Per gli eredi di Cornelio d’Egmond, 1733, p. 109-110.

16  À titre d’exemple, si l’édit du 3 octobre 1778 interdisait la pêche pratiquée avec deux ‘barche unite con maglia cieca’, il l’autorisait de septembre à Pâques mais en utilisant une ‘maglia chiara’ à ‘30 passi di lidi’ (ASR, Biblioteca Collezioni Bandi, b. 376, Camerlengo, 1776-1785).

17  Le marché au poisson se déroulait sur la place publique du marché de S. Angelo in Pescheria.

18  Gonippo MORELLI, Le corporazioni romane...op. cit., p. 236 ; Silvia DIONISI, « Gli statuti dei pescivendoli di Roma in età moderna (Spazi, modi e tempi della vendita del pesce)» in Giuseppe DONEDDU et Alessandro FIORI (dir.), La pesca in Italia...op. cit., p. 283-284.

19  Ibid., p. 289-290. Il existait également un marché illégal se déroulant en dehors des lieux de vente officiels et s’affranchissant de la tutelle de l’Université et des droits dus à la Dogana di Pescaria. La répétition des édits concernant l’introduction frauduleuse de poisson traduisait les difficultés à contrôler le phénomène (ASR, Biblioteca Collezioni Bandi, b. 394 Tesoriere, 1761-1770 : ‘Bando per il buon governo della Dogana di Pescaria’ du 2 janvier 1767, art. 19).

20  Ces derniers firent partie de l’Université des Pescivendoli jusqu’en janvier 1728 (Silvia DIONISI, « Gli statuti dei pescivendoli di Roma in età moderna (Spazi, modi e tempi della vendita del pesce)» in Giuseppe DONEDDU et Alessandro FIORI (dir.), La pesca in Italia...op. cit., p. 292-294).

21  Ibid., p. 293.

22  Ibid., p. 294.

23  Les travailleurs saisonniers ont pu être qualifiés d’individus laissés aux ‘marges’ de la communauté urbaine (Eleonora CANEPARI, « Mestiere e spazio urbano nella costruzione dei legami sociali degli immigrati a Roma in età moderna», in Angiolina ARRU et Franco RAMELLA (dir.), L’Italia delle migrazioni interne, Rome, Donzelli, 2003, p. 36). Dans le cas des marins de Gaète, l’intégration à la communauté ne constituait pas une fin en soi. La projection marchande et la mobilité étaient en effet consubstantielles aux activités maritimes de Ripa Grande.

24  Rome utilisait deux ports fluviaux permettant le déchargement et la redistribution quotidienne des marchandises au sein de la cité. Les cargaisons en provenance de la mer aboutissaient à Ripa Grande, près de Porta portese. Le port de Ripetta, dont les quais se situaient près de l’église San Girolamo degli Schiavoni et du Palazzo Borghese, concentrait en revanche les échanges en provenance de l’amont du fleuve, notamment avec les régions de l’Ombrie et de la Sabine. Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les marchandises débarquées dans les deux ports consistaient principalement en des cargaisons de combustibles – bois et charbon – et des denrées alimentaires tels les grains, le vin et l’huile. Ces derniers produits représentaient une large part du trafic à destination du port de Ripetta. Bien que la documentation concernant les deux ports fluviaux soit parcellaire, la forte présence du bois dans les cargaisons des embarcations rejoignant la capitale au XVIIIe siècle était une constante (Paolo Marconi (dir.), Roma versus Tevere, Rome, Carocci, 2006 et Carla NARDI, La presidenza delle Ripe (Secc. XVI-XIX) nell’Archivio di Stato di Roma, Rome, Archivio di Stato, 1979).

25  ASR, Trenta Notai Capitolini, Ufficio 39, Notai Cancelleri del Tribunale delle Ripe curia di Ripa grande (par la suite Notai RG), vol. 49 à 97 (1739-1800). Les foglio seront indiqués en notes de la manière suivante : f., ils ne sont pas toujours présents dans les registres du notaire de Ripa. Outre la conflictualité commerciale, les actes notariés du tribunal de Ripa Grande concernent également les affaires privées des gens de mer, marchands et autres acteurs économiques de Ripa et sont présents pour tout le XVIIIe et XIXe siècle.

26  Concernant l’importance de la proximité géographique et sociale dans le choix d’un ‘partenaire’ économique. Timothy W. GUINNANE, « Les économistes, le crédit et la confiance », Genèses, 79, 2010, p. 17-18.

27  Renata AGO, Economia barocca-Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, Donzelli, 1998, 232 p.

28  Ibid., XIX et p. 59-60.

29  La caparra correspondait à la somme versée au capitaine servant de garantie ou de caution pour l’exécution du contrat.

30  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 6 avril 1771 établi entre Donato Ramacci et Giuseppe Di Palma de Gaète pour un débit de 319 écus.

31  Entre autres, les Di Palma étaient une famille de pêcheurs présents tout au long de la période étudiée.

32  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), recognitio debiti du 18 octobre 1771 entre Donato Ramacci et Giuseppe Albani de Gaète et du 1er octobre 1771 avec Nicola Leboffe de Gaète.

33  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 6 avril 1771 établi entre Donato Ramacci et Giuseppe Di Palma de Gaète pour un débit de 319 écus.

34  L’utilisation de l’hypothèque ne sous-entendait pas forcément une quelconque notion de ‘confiance’ entre les acteurs (Timothy W. Guinnane, « Les économistes… », art. cit.).

35  Au cours de la période, Onorati versa des caparra comprises entre 50 à 102 écus, contre près de 600 en moyenne pour Ramacci.

36  Il était également précisé qu’Erasmo possédait une tartane et qu’il renonçait aux ‘privilèges de fils de famille’, à savoir une possible absolution des débits (Renata Ago, Economia barocca…op. cit., p. 96).

37  ASR, Notai RG, vol. 64 (1774-1777), societas tartanas du 27 septembre 1777.

38  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), acte sans intitulé du 22 juin 1764, f. 66 à 71. Chaque investisseur reçut une portion de l’embarcation : un premier tiers pour les romains Francesco Barazzi et Giovanni Francesco Pavolini d’une valeur de 365 écus, un autre tiers à Francesco Lazzarini et Francesco Giovannini, également romains, pour une somme de 365 écus, et enfin le dernier tiers pour le capitaine Candeloro Biferale (ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), giuramento du 14 juin 1766).

39  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), affictus tertis partis cimbe, f. 116, 117 et 138.

40  ASR, Notai RG, vol. 59 (1764-1766), acte sans intitulé du 19 mai 1766.

41  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), acte sans intitulé du 2 mars 1773.

42  Sur 146 contrats de nolis souscrits devant le notaire de Ripa, 78 concernaient des capitaines de Gaète contre 24 ‘romains’ et 13 ‘procedani’. Le reste des transports étaient effectués par d’autres caboteurs napolitains (notamment d’Ischia), des Génois de la rivière du Levant et des Toscans.

43  L’arsenal pontifical a été peu étudié et n’est cité qu’au détour d’études urbanistiques (Emma MARCONCINI, L’arsenale pontificio a Ripa Grande, Rome, Palombi, 1991, 28 p.) et descriptives (Carlo Pietrangelli, « Ripa Grande e il suo arsenale», Strenna dei romanisti, 27, 1966, p. 373-377).

44  Les navicelli étaient des embarcations à fond plat de diverses portées adaptées à la navigation fluviale (en moyenne 10 tonneaux). Ils pouvaient être couverts d’une natte pour protéger les marchandises. Leur activité était également importante en Toscane et sur l’Arno. Ils assuraient un intense cabotage le long des rivages toscans, mais aussi vers Gênes, Marseille et Rome (Jean-Pierre Filippini, Il porto di Livorno e la Toscana (1676-1814). vol. Secondo, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1998, p. 46-48).

45  ‘L’arrestation’ du caboteur et de son embarcation (c’est-à-dire le blocage à quai) représentait l’une des préoccupations majeures des entrepreneurs maritimes eu égard la perte de temps et d’argent occasionnée par la procédure. Le rythme des nolis déjà prévus pouvait en effet être perturbé, augmentant dangereusement les débits et remboursements envers les divers intermédiaires.

46  ASR, Notai RG, vol. 56 (1758-1760), obligatio piscandi du 15 juillet 1760, f. 443 à 445 et 453.

47  ASR, Notai RG, vol. 61 (1767-1769), obligatio du 18 juillet 1767.

48  ASR, Notai RG, vol. 64 (1774-1777), cambium maritimum du 13 avril 1774, f. 48.

49  ASR, Notai RG, vol. 62 (1770-1773), obligatio trasportandi lignamina du 4 juin 1772 ; ASR, Notai RG, vol. 67 (1780), nauleggia frumenti du 7 janvier 1780.

50  ASR, Notai RG, vol. 67 (1780), nauleggia frumenti du 7 janvier 1780, f. 1. Le choix de la RCA tout comme le fait qu’Erasmo se portait garant donne une idée de la position économique de ce dernier et des capitaines de Gaète.

51  ASR, Notai RG, vol. 56 (1758-1760), obligatio piscandi du 15 juillet 1760, f. 453.

52  Notamment Diego Della Monaca (ASR, Notai RG, vol. 54 (1755-1757), recognitio debiti du 22 août 1755.

53  ASR, Notai RG, vol. 54 (1755-1757), obligatio du 2 avril 1755 et obligatio piscandi du 17 avril 1756.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Denis-Delacour, « La pêche ’alla gaetana’ et le marché romain », Rives méditerranéennes, 43 | 2012, 43-57.

Référence électronique

Christopher Denis-Delacour, « La pêche ’alla gaetana’ et le marché romain », Rives méditerranéennes [En ligne], 43 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2016. URL : http://rives.revues.org/4261 ; DOI : 10.4000/rives.4261

Haut de page

Auteur

Christopher Denis-Delacour

Christopher Denis-Delacour est depuis le 1er septembre 2012 post-doctorant à Paris 1 Panthéon-Sorbonne au sein du programme ERC (European Research Council) ConfigMed et chercheur-résident à l’École française de Rome. Ses principaux domaines de recherche concernent la circulation des savoirs maritimes sur les plans juridique, économique et social dans une perspective institutionnelle et interculturelle, du XVIIIe au XIXe siècle. Publications récentes : « Consolato del mare, Consoli et Capitani à Civitavecchia (1742-1797). L’expression institutionnelle du positionnement économique des acteurs », Rives méditerranéennes, 41, 2012, p. 161-182, « I Gaetani di Ripa Grande-Tra le città e lo Stato, essere sudditi pontifici sul mare nel Settecento », Quaderni Storici, 138, 2011, p. 729-764.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org