Navigation – Plan du site

Zones et couloirs industriels de la Région de Valence (Espagne)

Évolution et nouvelles localisations industrielles
Antonio Martinez Puche
p. 81-98

Résumés

Les modèles actuels de la croissance industrielle dans la région de Valence sont assez différents de ceux qui ont eu lieu pendant les années 1960 et 1970. La spécialisation productive des petites régions et la consolidation de « couloirs » industriels dans le territoire valencien répondent à des paramètres variés : la qualité des communications, la disponibilité foncière, une culture patronale basée sur des systèmes productifs locaux ou sur des secteurs industriels récents, une main d’œuvre qualifiée et bon marché, une dynamique entreprenariale basée sur les investissements et la création de postes de travail qualifiés, et une volonté politique dans tous les domaines de l’administration publique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Valence, Espagne

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Un « couloir industriel » est une organisation de l’espace industriel de portée intra-régionale, caractérisée par une localisation des entreprises le long des axes de commmunication. Dans la région de Valence, les couloirs industriels identifiés se caractérisent par leur spécialisation dans une branche productive endogène, leur participation à une même « culture d’entreprise » et à des réseaux intraterritoriaux. Actuellement, ce tissu productif industriel continue à engendrer, notamment dans les petites et moyennes entreprises, une organisation de type « système productif local » ; ce dernier étant caractérisé par le « surpasssement » d’une branche productive, une main d’œuvre qualifiée et un réel dynamisme patronal (Climent, 1977).

2Les premiers couloirs industriels se localisent au nord de la zone métropolitaine de Valence. Ils gagnent du terrain et s’étendent depuis la plaine de Castellón (Castellón, Vila-real, Nules, Onda) et l’Alcalaten (Alcora). Ce dernier secteur est mis en relation par l’autoroute A-7 avec les municipalités de Sagonte, la Pobla de Vallbona et avec la zone métropolitaine de Valence, particulièrement avec les municipalités de l’Horta (fig. 1).

3Dans les régions centrales, il s’agit des couloirs industriels du textile, Onteniente et Alcoy, et de la vallée industrielle du jouet (Biar), dans les chaînons montagneux à cheval sur les provinces de Valence et d’Alicante.

4Enfin le couloir industriel du Vinalopo est un espace sous-régional situé à l’extrêmité nord-ouest de la province d’Alicante. Il est structuré par l’autoroute de la Méditerranée, par l’ancienne nationale N-330 et par d’autres voies de communication comme la ligne de chemin de fer Alicante-Madrid ou encore les routes intérieures comme la N-325 (Elche, Aspe, Novelda), la route 835 (Monovar et Novelda), la route 830 (Sax et Salinas) et la route 81 (Villena, La Canyada et Beniexama). Ces axes départementaux ont articulé une série de flux patronaux et favorisé l’installation d’industries dans les communes proches des noyaux industriels traditionnels. De plus, l’autoroute de la Méditerranée, qui met en communication le couloir méditerranéen avec l’Andalousie, est un axe vital pour les deux villes les plus importantes de la province (Alicante et Elche, fig. 1).

5Parallèlement, les relations entre institutions et patronat se sont renforcées depuis 1984 avec la création de l’IMPIVA (Institut des PME de la région de Valence) et depuis 1986 avec l’incorporation des Instituts technologiques sectoriels. En effet ces instituts, exceptés ceux du parc technologique de Paterna, se localisent dans les villes où ont émergé les principaux systèmes productifs locaux. Par exemple, dans le textile, on peut citer l’AITEX (Institut technologique du textile) d’Alcoy (tissu et confection), celui d’Onteniente (couvertures) et celui de Crevillente (tapis). Citons aussi l’INESCOP (Institut technologique espagnol de la chaussure et industries auxiliaires) d’Elda (chaussures pour femmes), d’Elche (chaussures pour hommes et baskets) et de Villena (chaussures pour enfants). Dans le cas valencien, ces instituts sont aussi importants, sinon plus, que les universités. Cette coopération est basée sur une demande de services technologiques (essais, analyses de laboratoire, normalisations, élaboration d’études et de rapports techniques, information et documentation, ressources humaines…).

Les couloirs mono-industriels

Les couloirs de la céramique

6Les entreprises espagnoles de la céramique se concentrent dans les régions valenciennes de l’Alcalaten, la Plana baja et la Plana alta, ce qui a conféré une forte spécialisation à cet espace. L’indice municipal de localisation industriel (fig. 1) y est supérieur à 1,5 dans certaines municipalités (L’Alcora, Figueroles, Lucena du Cid, Alcalaten, San Juan del Moro, Ribesalbes, Tales, Onda Alfafar et Vila-real). Par ailleurs, sept communes concentrent plus de 40 % du sol industriel (San Juan del Moro, Ribesalbes, Alcora, Onda, Figueroles, Vila-real et Puebla Tornesa) (fig. 2).

7Dans les années 90, la province de Castellón comptait plus des trois quarts des entreprises espagnoles productrices de carrelage et de revêtements céramiques et représentait 90 % de leur production et de leur exportation en Espagne (Tomas et alii, 1999).

8Le processus de concentration industrielle, comme stratégie patronale, a débuté à la fin des années 1970 et s’est développé jusqu’à aujourd’hui. L’agglomération industrielle favorise en effet l’information et la coopération entre les unités de production. En outre, le processus a créé les conditions nécessaires à l’installation d’entreprises situées à l’amont : productrices de biens intermédiaires (vernis, couleurs céramiques, argiles atomisées) et de biens d’équipements (fabrication, maintenance et commerce des machines-outils spécifiques).

9Enfin, la concentration industrielle a permis la formation d’une main-d’œuvre qualifiée par de nombreux établissements, privés ou publics, de recherche et de formation : Association pour la promotion du design céramique (ALICER), Institut de technologie céramique (ITC), Institut de promotion céramique (IPC).

Les couloirs du textile

10La distribution géographique du secteur textile-confection dans les communes de l’Alcoia, du Comtat, dans la vallée d’Albaida et la Costera, auxquelles il faut ajouter le couloir de Navarres et Enguera (fig. 3) s’explique par la présence intense et ancienne de l’industrie, en particulier du textile dont les origines remontent au xviiie siècle. Le processus d’industrialisation proprement dit a commencé dans la ville d’Alcoy. À la différence d’autres modèles européens d’industrialisation, le fait que le travail à domicile (putting out system) se soit limité au cardage et à la filature de laine a entravé l’industrialisation rurale, reléguant les communes les plus proches à la fonction de simples réservoirs de main-d’œuvre. Néanmoins, les bases du développement industriel futur étaient là. La mécanisation, la centralisation de la manufacture et son orientation vers la production manufacturière dans la deuxième moitié du xixe siècle développent une structure industrielle spécialisée dans les produits de moyenne et de faible qualité. C’est en effet une stratégie pour lutter contre la concurrence des autres régions textiles expagnoles (principalement la Catalogne) et étrangères. Grâce à l’utilisation d’une main-d’œuvre bon marché, cette industrie parviendra à se maintenir et à survivre à plusieurs crises. Elle arrivera même à se développer pendant la période d’autarcie franquiste (1940-1956). En revanche, vers les années 60, le développement du pays a provoqué des changements significatifs dans la production textile, au plan quantitatif et qualitatif. L’introduction de fibres synthétiques et les changements de la mode ont entraîné une restructuration du secteur et ses conséquences socio-économiques (fermeture d’entreprises, chômage, problèmes environnementaux, dégradation du cadre de vie urbain).

11Depuis l’après-guerre, mais plus spécialement depuis les années 60, de nouveaux établissements industriels sont apparus dans les municipalités proches d’Alcoi, surtout dans celles qui avaient une certaine tradition dans cette industrie. Le phénomène prit une dimension spéciale dans les municipalités de Cocentaina et de Muro et entraîna la création d’un axe urbano-industriel, véritable conurbation par le nombre d’habitants et d’entreprises, surtout si l’on tient compte de son insertion régionale. Dans ce processus, l’influence du noyau d’Alcoi de façon directe (via capital et ressources techniques) ou indirecte (effets de démonstration) a été décisive et, dans certains cas, elle a été accompagnée d’une industrialisation endogène. Un des facteurs principaux de cette diffusion a été la concentration excessive d’activités qui a conduit le noyau industriel d’Alcoi à la congestion.

12Dans la vallée d’Albaida, l’industrie d’Ontinyent s’est développée plus tardivement, surtout à partir de la deuxième décade du xxe siècle, et grâce à l’accumulation d’un capital agricole important dans une région plus fertile que celle d’Alcoi, mais toujours avec une tradition importante dans l’industrie textile (Bocairent et Ontinyent).

13Au total, les entreprises du secteur textile-confection (habillement), localisées dans les couloirs industriels de la zone Alcoi-Ontinyent représentent 30 % de l’emploi et 29 % du nombre des entreprises de ce secteur dans la région valencienne. Ces communes représentent 12 % de l’investissement total du pays de Valence en 2000 et plus de 14 % pour ce qui est du nombre d’établissements industriels et d’emplois créés.

14La forte concurrence américaine et asiatique a obligé à réformer la structure productive du secteur. Celui-ci est très atomisé et caractérisé par des petites entreprises qui ont pour la plupart moins de 50 travailleurs. À partir des années 90, cette situation s’est aggravée puisque les petites entreprises (moins de 20 employés) ont représenté 91 % de la croissance du nombre d’entreprises et 76 % de celle du nombre d’employés. Ce comportement a favorisé un meilleur dynamisme patronal et d’investissement, qui a intensifié les flux et les relations inter-entreprises, entraînant un recul des sous-secteurs de la préparation (filature et tissu), et augmentant les niveaux de productivité dans le finissage et le tricot.

15En dernier lieu, il faut souligner l’implication directe des ressources humaines du territoire à travers ses institutions, organismes patronaux, syndicats et Instituts technologiques (AITEX). Ces derniers se sont occupés d’actions formatives et d’assistance, facteur stratégique pour encourager l’innovation et la compétitivité. En outre, l’Institut technologique réalise des activités de recherche appliquée, d’assistance technologique, d’essais de qualité, de normalisation et certification, d’assistance dans le design et la mode, d’information et de documentation. À cela il faut ajouter l’École Universitaire de Génie civil, située à Alcoi et qui donne la possibilité d’étudier la spécialité d’ingénieur technique industriel, le centre européen d’entreprise et d’innovation (CEEI) et le centre de formation et d’insertion professionnelle d’Ontinyent.

Le couloir du jouet

16Dans les municipalités de Biar, Ibi, Onil et Castalla (fig. 4) la fabrication de jouets et de poupées trouve son origine dans le commerce de la neige, car pour le transport et sa commercialisation postérieure on utilisait des boîtes en fer-blanc ; celles-ci servirent de matière première pour la fabrication des premiers jouets et des premières poupées. Cette industrie entretient aujourd’hui des liens importants avec des entreprises pourvoyeuses de matières premières, des industries auxiliaires, des ateliers spécialisés dans le processus de fabrication, des entreprises de services et même des travailleurs autonomes qui réalisent des travaux moins mécanisés. Beaucoup d’entreprises ont clairement rationalisé l’externalisation d’un ou de plusieurs processus productifs et considèrent que cette possibilité constitue pour elles un des principaux avantanges comparatifs vis-à-vis des autres zones productrices. Ainsi la fabrication de matrices et de moules pour les jouets, qui au début était réalisée à l’intérieur de l’entreprise, a été déplacée à partir des années 50 vers des ateliers indépendants. De même, l’injection et le soufflage de plastique ont connu le même passage : des fabriques traditionnelles aux unités indépendantes, qui constituent un sous-secteur à forte demande.

17L’industrie du jouet est donc en cours de diversification et, en plus des entreprises de montage de jouets ou de confection de robes, apparaissent dans le même couloir des ateliers de peinture et d’emballage. Loin de rester exclusivement liés à l’industrie du jouet, ces établissement essaient de pénétrer d’autres secteurs industriels (papeterie, produits métallurgiques, etc.) afin de ne plus être handicapés par son caractère saisonnier.

18Les efforts pour surmonter les difficultés à travers de nouvelles formules qui évitent les risques de la concurrence, à partir d’une amélioration de la qualité et du design ou à travers l’innovation de produits qui diversifient la base économique de chaque municipalité, ont été moindres. Le travail de l’agence PROMOIBI (développement local pour la promotion socioéconomique d’Ibi) avec la bourse de commerce pour l’embauche (chercher des clients et commercialiser les produits) et la gestion des polygones industriels y a contribué ; l’Institut technologique du jouet (AIJU) a été impliqué dans la gestion de la qualité technologique et de l’innovation. Certaines branches manufacturières ont connu le succès en orientant leur production vers l’élaboration de nouveaux produits, finaux ou intermédiaires dans le plastique et le métal, qui dérivent aujourd’hui vers l’élaboration de viroles, de moules industriels, de lames, de meubles de bureaux et des composants plastiques de divers articles.

Le couloir du Vinalopó

19De 1991 à 2000, le taux d’investissement industriel dans la vallée du Vinalopó a été plus élevé que dans la région d’Alicante, représentant 36 % du total de la province (fig. 4). À cela il faut ajouter la baisse du chômage (40 %) et un tissu d’entreprises très diversifié puisqu’il inclut une agriculture commerciale industrialisée (raisin, vins, conserves de carottes et de courgettes, engrais et infrastructures pour l’arrosage). Mais surtout l’industrie de la chaussure représente 60 % de la production industrielle de la province, à laquelle il faut ajouter la production manufacturière, la production de tapis à Crevillente, l’exploitation de la pierre naturelle. En 1998, cela représente 2 238 entreprises pour le secteur de la chaussure, 523 dans la transformation de métaux, 384 dans celui du textile et de la confection, 314 dans celui du bois, du liège et des meubles, et 301 dans la fabrication de produits minéraux non métalliques.

20Le passage d’une économie rurale à une économie industrialisée s’est fait dans les communes centrales de l’axe du Vinalopó, là où l’importance traditionnelle des noyaux urbains avait permis la présence de corporations artisanales pour couvrir les demandes locales, et de professions transformant les produits agricoles, confirmant ainsi l’existence d’une tradition artisanale. Cependant, l’apparition de l’industrie de la chaussure fut le vrai détonateur dans le processus d’industrialisation des quatre dernières décennies.

21L’agriculture sèche créa, dans cette région, un excédent permanent de main d’œuvre, qui a engendré une tendance continue à l’émigration, depuis au moins le milieu du siècle dernier. Dans les années 1960, le développement de la production de la chaussure acquiert un vrai niveau industriel, poussé par le progrès général du sous-secteur à Elda et à Elche. Dans les années 80, cette activité s’est étendue aux communes rurales de tout le Vinalopó. Ce processus est dû à une expansion spectaculaire des ateliers depuis les noyaux d’Elche et d’Elda, pionniers grâce à leur meilleure communication avec le reste du territoire et grâce aux espaces ruraux proches; on assiste ainsi à une tendance centrifuge remarquable de la production de la chaussure, toujours en quête d’une main-d’œuvre meilleur marché. L’émigration des travailleurs du milieu rural périphérique vers les villes industrielles de la vallée est remplacé par le transfert de la production de la chaussure des noyaux pionniers vers le domaine rural: le flux économique s’est inversé et ce sont maintenant les noyaux ruraux qui bénéficient de la croissance industrielle et donc démographique grâce au retour d’anciens émigrants; ceux-ci ont perdu peu à peu leur emploi dans les villes à cause de la crise structurelle du secteur depuis 1975: ils retournent donc à leur lieu d’origine où ils créent parfois eux-mêmes de nouveaux ateliers. Il ne faut pas exagérer, néanmoins, les succès industriels de ces communes, ni par le nombre d’entreprises ni par l’emploi, en comparaison des grandes villes voisines, mais ils ont servi de déclancheurs dans des économies faibles et ankylosées.

22L’industrie de la chaussure est donc un des principaux éléments de cet espace sous-régional. Bernabé Maestre s’appuie sur un modèle évolutif pour expliquer sa genèse dans la vallée, à partir de l’analyse des facteurs physiques et humains favorables, parmi lesquels il souligne l’existence d’une situation socioéconommique conjoncturelle favorable à l’apparition d’une nouvelle activité : crise agricole qui entraîne le sous-emploi, et présence de petits commerçants entreprenants et d’artisans. La chaussure apparaît alors comme une possibilité de survie pour les petits propriétaires agricoles dans les moments de crises, grâce à la connaissance des marchés et à l’initiative des petits commerçants qui ont investi leur capital étroit dans cette nouvelle activité (Bernabé, 1975).

23En effet, l’existence de bonnes infrastructures de transport, l’accroissement conjoncturel de la consommation et des rentes ainsi que la présence d’une population rurale excédentaire qui n’est pas affectée outre mesure par les conséquences négatives de l’émigration favoriseront le développement de l’industrie de la chaussure lors passage du xixe au xxe siècle. A cela s’ajoute le fait que la fabrication de chaussures est une activité caractérisée dans ses débuts par un faible besoin de capitaux. C’est l’effort humain, l’habilité de la main-d’œuvre qui accomplissent de façon manuelle toutes les phases du processus productif, avec des instruments élémentaires.

24À partir des années 1960 et 1970, les avantages comparatifs de la chaussure espagnole sont progressivement réduits par l’augmentation des coûts du travail, l’entrée dans le Marché commun et l’apparition sur le marché de pays producteurs à faibles coûts, comme la Chine et le sud-est asiatique: l’efficacité du modèle de développement entreprenarial s’en trouve diminuée.

25Actuellement, les entreprises de la chaussure dans le couloir du Vinalopó ont une taille moyenne très réduite (14 travailleurs par entreprise), et celles de moins de 20 employés représentent 77 % du total. Cette taille moyenne n’a cessé de diminuer dans les années 80 et 90 comme conséquence de l’augmentation du nombre d’entreprises et de la réduction du nombre total d’employés (Chambre de Commerce, 1999). L’activité discontinue, la concurrence des pays à faibles coûts de main-d’œuvre, des marchés où dominent le facteur “mode”, la variété des modèles et l’instabilité de la demande, tout cela oblige à une grande flexibilité des structures productives que seules les petites et moyennes entreprises possèdent. Cela s’est traduit par une spécialisation par zones des créneaux de fabrication : tandis qu’à Elda plus de 94 % de la production est une production de chaussure de qualité moyenne-haute pour femmes, à Elche la production est plus diversifiée (femmes, chaussure de sport pour jeunes et pour hommes). A Villena, plus de 90 % de la production est consacrée aux enfants, de qualité moyenne-haute, avec d’importantes entreprises spécialisées dans les semelles (orthopédiques) aussi bien pour enfants que pour jeunes et adultes.

26D’autre part, en fonction de la structure et de la dynamique de l’industrie de la chaussure dans la vallée du Vinalopó, d’autres recherches identifient une série d’éléments qui font de cet espace « un milieu innovateur » (Vazquez et Saez, 1995). Cela correspond à l’existence d’un tissu de PME compétitif et dynamique et à leur capacité d’innover dans leur activité d’organisation avec l’existence de petites entreprises et d’industries auxiliaires, fournisseuses de machines et de matières premières ; cela correspond à l’existence de ressources humaines qualifiées, à la spécialisation productive, aux échanges de productions et au transfert d’information et d’idées au niveau local ; cela correspond à l’interaction, à la coopération entre les entreprises locales, les associations patronales et les institutions publiques comme l’INESCOP (trois délégations : Elche, Elda, Villena) et un CEEI (centre européen d’entreprises innovatrices) à Elche. Les administrations publiques et les patrons encouragent la promotion et la production de services aux entreprises (diffusion technologique, contrôle de qualité, formation) à travers l’INESCOP et la CEE. L’activité réalisée par L’INESCOP a été fondamentale : elle englobe une gamme ample de services tels que le contrôle de qualité, la normalisation et la certification, la recherche appliquée, l’assistance technique, le design industriel et les innovations technologiques. L’existence d’autres collectifs sociaux et économiques comme les Associations locales et régionales des Industries de la chaussure, réunies dans trois associations de fabricants (haut, moyen et bas Vinalopó) sous la tutelle de la FICE (Fédération des industries de la chaussure espagnole) et les associations d’exportation, contribue à l’offre de services en donnant des informations technologiques, commerciales et juridiques, et en organisant des foires.

27L’existence et la consolidation actuelle du sous-secteur de la chaussure dans la vallée du Vinalopó trouve sa justification dans le processus de globalisation du développement du capitalisme et ses stratégies à échelle mondiale, les industries manufacturières se dispersant en quête de « gisements » de main-d’œuvre bon marché. Cette relation entre capital et espace se traduit par la diffusion spatiale de l’industrie à la recherche de conditions économiques plus avantageuses.

Le nouveau « couloir » Alicante-Elche

28La reconversion industrielle vers l’innovation, le design et le marketing se reflètent dans les projets concernant l’aire urbaine d’Alicante. Une initiative privée, la Fondation du Triangle Alicante-Elche-Santa Pola, entre autres propositions qui n’ont pas abouti, développait le concept d’une Ville Linéaire de L’Industrie, établie sur le couloir de communication entre Alicante – la ville de services – et Elche – la ville industrielle. De tels projets constituaient eux-mêmes des maillons isolés d’une stratégie plus large destinée à organiser la croissance, jusqu’alors spontanée, de la zone métropolitaine autour des deux grands pôles d’Alicante et Elche, centres de municipalités périphériques étroitement liées fonctionnellement et organiquement : en 1998 le triangle totalisait 587.721 habitants. Avec la mise en œuvre de la Loi de 1991, le Gouver­nement autonome présenta en 1996 une proposition de Plan D’actions Territoriale de l’environnement d’Alicante qui contenait les mêmes propositions. Contestées politiquement, certaines de ces propositions ont été adoptées unilatéralement par les différentes mairies et développées, une fois de plus, sans concertation (comme l’emplacement du Bureau Européen d’Harmo­nisation du Marché Intérieur ou la Ville de la Lumière non définie à Alicante, mais dans le domaine du Triangle). De la même façon, le nouveau Plan Général d’Elche (1998) intègre les concepts d’Elche-Ville linéaire et de Ville Parc Industriel, tandis que la mairie d’Alicante travaille pour concrétiser La Ville de la Lumière, qui devra être un complexe destiné à l’industrie du cinéma.

29En revanche, l’administration du gouvernement autonome insiste sur la mise en œuvre d’un espace métropolitain avec des critères supramunicipaux et présente un nouveau projet de Plan d’Action Territoriale de l’Ensemble Métropolitain d’Alicante (PATEMA) ou de la Métropole Alicante-Elche (PATEMAE). Les objectifs de ce Plan d’action territoriale, en dehors des déséquilibres territoriaux qu’ils créent dans la situation actuelle, proposent ainsi :

301) ‑la projection de la zone urbaine vers un contexte national et européen,

312) ‑le développement d’un réseau de voies et de chemin de fer métropolitains,

323) ‑la préparation du territoire pour de nouvelles activités émergentes,

334) ‑l’encouragement à l’utilisation (durable) des espaces urbains, des ressources naturelles et culturelles.

34Cette proposition définit les objectifs d’intégration urbaine d’Alicante et d’Elche ainsi que l’unification du marché de travail à travers un programme urbain complexe qui inclut des parcs industriels et commerciaux, des hypermarchés, des marchés de gros, des centres de formation professionnelle et d’enseignement secondaire, des équipements administratifs, de protection civile, des équipements sportifs et des services aux entreprises, tout cela encadré par d’excellentes infrastructures. Les activités proposées devraient se concrétiser en un ensemble très soigné, aussi bien au niveau du concept urbain et du design architectural, pour créer une nouvelle image du tissu industriel qui serait, en lui-même, stimulant et révulsif pour la requalification de l’appareil productif. En même temps, la Ville Linéaire de l’Industrie donnerait l’occasion de décongestionner les vieux centres urbains en les libérant des fonctions incompatibles avec la nouvelle image urbaine souhaitée.

35Pendant ce temps, la mairie d’Elche a décidé d’augmenter l’offre de sol industriel en accaparant l’idée du parc d’entreprises. La société municipale « Promotions et Initiatives Municipales d’Elche, SA » (PIMESA) a développé le projet à partir de 1990 en trois phases, exécutées entre 1993 et 1998, pour une superficie totale de 1,2 km2 et un investissement final (terrains et constructions) de 30,1 millions d’euros ; 250 entreprises ont acquis des lots, et plus d’une centaine y développent déjà leur activité. La qualité du design, des infrastructures et des services, surtout à partir de 1997, a fait qu’il y a actuellement 450 demandes en attente de l’agrandissement du parc, prévu sur près de 0,8 km2 (fig. 5).

Haut de page

Bibliographie

Bernabé Maestre, J.M. (1975): Industria i subdesenvolupament al País Valencià, ed. Moll, Palma de Mallorca.

Climent López, E., (1997) « Sistemas productivos locales y distritos industriales: el caso de España » en Méndez Gutiérrez del Valle, R. (Coord.), Transformaciones económicas y reorganización espacial, Boletín de la Asociación Geógrafos Españoles (AGE), Madrid, núm. 24, p. 91-106.

Gozálvez Perez, V. (Edit.) (2000), Industria y Medio Ambiente, VII Jornadas de Geografía de la Industria (AGE), Fundació Bancaixa y Universidad de Alicante. Alicante.

Pérez Pérez, D. (1997), Reestructuració dels espais industrials de l’eix Alcoi-Cocentaina-Muro, Alicante, I.C. Gil-Albert.

Tomas Carpi, J. A (Dir.) (1999), Dinámica industrial e innovación en la Comunidad Valenciana, IMPIVA Generalitat Valenciana, Valencia.

Vázquez Barquero, A. y Sáez Cala, A. (1995), « La dinámica de los Sistemas Productivos Locales. El caso de la Industria del Calzado en España » en Desarrollo Económico Local en Europa, Colegio de Economistas de Madrid, p. 189-214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Martinez Puche, « Zones et couloirs industriels de la Région de Valence (Espagne) », Rives nord-méditerranéennes, 15 | 2003, 81-98.

Référence électronique

Antonio Martinez Puche, « Zones et couloirs industriels de la Région de Valence (Espagne) », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 15 | 2003, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/426 ; DOI : 10.4000/rives.426

Haut de page

Auteur

Antonio Martinez Puche

Antonio Martinez Puche est enseignant-chercheur à l’Université d’Alicante. L’article a été réalisé dans le cadre du projet de recherche : Cambios Organizativos y Tecnológicos en los Sistemas Productivos Locales de España. Análisis Regional Comparativo de los procesos de Innovación en el Territorio; sous-projet «Cambios Organizativos y Tecnológicos en los Sistemas Productivos Locales en la provincia de Alicante» BSO2000-1422-CO9-02, financé par le Ministère des Sciences et Technologies.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org