Navigation – Plan du site

Entre l’œuvre de l’homme et l’œuvre de la nature : les cabanes ligures de bord de mer

Elena Rosa
p. 75-80

Entrées d’index

Géographie :

Italie

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Les espaces marginaux du paysage côtier ligure donnent l’occasion de s’interroger sur les relations entre les transformations récentes de la morphologie du paysage et les styles de vie individuels et collectifs. Parcourant la côte ligure, on distingue parfois, entre la route et la mer, des espaces remplis d’objets divers et de constructions basses hétéroclites. Lieux du paysage côtier, le regard ne s’y arrête pas et les associe à des espaces vides. Là, aux limites de la ville et imbriquée à la morphologie du littoral, la route serpente, bordée de broussailles et d’arbustes, entre les glissières de sécurité. On peut y voir les gens, avec des équipements de pêche, des glacières, des sacs, des outils de travail, franchir cette bordure inhospitalière en laissant vélos, motos et voitures dans d’improbables parkings desservis par l’autobus. Après une brève marche vers la mer, de petits escaliers irréguliers conduisent aux cabanons, vers les portes entrouvertes ou cadenassées et les terrasses. Des mosaïques, des moules et des cailloux polis décorent seuils et murs en rappelant la date des dernières retouches. Il est difficile de distinguer s’il s’agit de lieux de travail ou de lieux de loisir. En fait, les deux se superposent pour des raisons morphologiques et socio-culturelles.

2Les taches de graisse, les étaux, les tables de travail circonscrivent des espaces où des gens travaillent. Dans un coin abrité sont empilés les débris apportés par les tempêtes et disponibles pour toutes sortes de réinventions. Sous les tonnelles et abris, les tables recouvertes de toiles cirées sont entourées de bancs improvisés et de chaises dépareillées. Avec les robinets et les barbecues de fortune, elles racontent les moments libres et les vacances passées en ces lieux. Il s’agit d’espaces peu connus, légaux ou illégaux et rarement représentés. La pêche, les petits travaux de menuiserie et d’entretien, le temps libre et le repos sont leur raison d’être. Il y a cohabitation des activités liées à la mer et des activités terrestres.

3Le long des 23 km de côte, gérés par l’Autorité du port de Savona Vado, on compte 18 groupes de cabanes pour un total de 380 concessions (1997). Il ne s’agit pas d’une particularité ligurienne. On retrouve des structures semblables sur tous les littoraux urbanisés, en particulier à proximité des zones industrialo-portuaires, en général à l’abri de leurs infrastructures. Leur présence est tolérée voire légitimée par l’Autorité du port et l’Autorité maritime tant qu’elle n’entre pas en conflit avec les activités diverses d’intérêt général, c’est-à-dire les activités commerciales ou militaires. Comme la granulométrie de la plage, les objets les plus lourds, les plus volumineux et durables sont installés à l’écart du rivage. Tous les moyens et toutes les techniques sont mis en œuvre pour ces constructions en fonction des capacités de chacun. Les matériaux utilisés proviennent le plus souvent du milieu industrialo-portuaire. Ainsi, il ne s’agit pas d’argile, de pierres ou de branchages, mais de matériel semi-fini des industries navales, militaires ou mécaniques. La majorité des cabanes de bord de mer sont construites avec des éléments empruntés puis adaptés et remaniés dans le but d’être associés les uns aux autres selon une logique autoréférentielle. Les cabanes de bord de mer, installées à même la plage ou sur de fragiles pilotis contredisent en apparence les règles de la construction. La crainte des autorités compétentes et le risque de tempêtes renforcent leur précarité. Mais si leurs fondations sont fragiles, elles contrastent avec les fortes relations sociales, les grandes solidarités et les liens communautaires qui sont tissés et renforcés par la précarité de leur existence et de leur maintien.

4Le rapport entre les transformations du paysage côtier et celles du mode de vie individuel est suggéré par l’observation de chaque objet architectonique. L’apparente complexité de la composition des groupes de constructions spontanées est probablement due à la grande simplicité de la genèse et du développement de ces installations. Spontanéité, apparence éphémère, les cabanes de bord de mer sont le résultat d’un art qui fait du provisoire l’essentiel et des solutions immédiates une capacité à durer. Débordements de Pescara, cabanes de Chiogga et de Ligurie peuvent être observés comme la déclinaison d’un rapport inexploré entre la ville et la mer et un rapport de réciproque dépendance et/ou complémentarité.

5Face à l’opinion la plus largement répandue qui tient ces cabanes comme des constructions abusives, qui transgressent les règles et permettent de tirer un avantage personnel au détriment de la collectivité, nous préférons essayer de comprendre les raisons de cette situation. Opérer des distinctions entre domaine public et domaine privé, entre légitime et illégitime, entre productif et loisir signifie porter une attention aux divers éléments non pas tant pour leur attribuer, a priori, une valeur différente, mais pour retrouver des relations possibles pour reconstruire et imaginer des paysages nouveaux. Entre ville et port, entre nature et infrastructure, entre mémoire et rêve, ceux qui jouissent de ces territoires s’adaptent à des paysages fortement anthropisés en les inventant de nouveau comme des pionniers qui ne se préoccupent ni du danger ni des conventions.

6« Habiter » temporairement un espace de surcroît précaire conduit à des comportements spécifiques de l’habiter, différents de l’habiter pour posséder et dominer. Ils diminuent la qualité de l’habitation telle qu’on la conçoit aujourd’hui. La cabane de bord de mer constitue une dépendance de l’habitation au même titre que le box, la cave, le débarras, le garage, la véranda, la coursive ou la cour. Conserver, démolir, réaménager les cabanes de bord de mer, les transformer en villages touristiques ou développer des projets pour un nombre plus important de bénéficiaires constitue quelques-uns des choix possibles pour l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Barone P., Marino L. e Pignatelli O., I trabocchi. Macchine da pesca della costa adriatica, Cierre Edizioni, 1999.

Boyer M.F., Le génie des cabanes, Singapour, Thames & hudson, 1995.

Boursier J.C., « Les pêcheries de l’estuaire », in 303 - Arts, recherches et créations – La revue des pays de la Loire, XLIX, Western Press Ltd, Nantes, 1996.

Cao G., La città estiva. Il Poetto a Cagliari, 1913-1986, VerbaVolant, 1998.

Chiambretto B., Le Corbusier à Cap-Martin, Parenthèses, 1987.

Consales J.N., « Les jardins familiaux marseillais_: laboratoires territoriaux d’une agriculture urbaine en Méditerranée », in Méditerranée. Revue géographique des pays méditerranéens, n° 95, avril 2000, pp. 81/88.

Chamsaur J.L. e Parisis J.L., Beauduc, Les Éditions Générales Institut Français d’Architecture, 1996.

de Robertis R. e Soletti A.,De vulgari architectura. Indagine sui luoghi urbani irrisolti, a cura di, Officina Edizioni, 2000.

Dorfles G. e Cao G., « La città estiva. Il Poetto a Cagliari, 1913-1986 », in Ottagono, n° 132, maggio-giugno 1999, pp. 73/79.

Rosa E., « Baracche marine », in Altrochemestre. Documentazione del tempo presente, primavera 1998, pp. 21-22.

Rosa E., « Un parcours matériel et mental », in Mutations, Actar, Barcelone, 2000, p. 401.

Rosa E., « “Tra” l’opera dell’uomo e l’opera della natura », in Anfione Zeto, dicembre 2002.

Rosa E., Baracche marine ai margini di un porto, neos.e, Genova, 2002.

Tixier J.M., Le cabanon, Editions Jeanne Laffitte, Vérone, 1994.

Misino P., Trasi N.,Resistenti leggerezze, i capanni da pesca della costa abruzzese, a cura di, Ossimori DAU - Pescara, n° 5, Pescara, 1995.

Monteys X. e de Lecea J. M., Architettura sulla diga foranea, in Il centro altrove. Periferie e nuove centralità nelle aree metropolitane, Electa, Milano, 1995.

Walker L.,Keine Häuser. Geschichten, Skizzen, Baupläne, Könemann, Köln, 2000 [titolo orignale_: Walker Lester, Tiny houses or how to get away from it all, The Overlook Press, New York, 1987].

Augé M., « Ma cabane au Canada et ailleurs », in L’architecture d’aujourd’hui. Micro-architectures, n° 328, juin 2000.

Bru J., « L’arbre-cabane et autres refuges dans le conte populaire », in L’architecture d’aujourd’hui. Micro-architectures, n° 328, juin 2000.

Papillault R., « Le Corbusier, le “bon sauvage” en son cabanon », in L’architecture d’aujourd’hui. Micro-architectures, n° 328, juin 2000.

Sebbag G., « La cabane à ciel ouvert », in L’architecture d’aujourd’hui. Micro-architectures, n° 328, juin 2000.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Rosa, « Entre l’œuvre de l’homme et l’œuvre de la nature : les cabanes ligures de bord de mer », Rives nord-méditerranéennes, 15 | 2003, 75-80.

Référence électronique

Elena Rosa, « Entre l’œuvre de l’homme et l’œuvre de la nature : les cabanes ligures de bord de mer », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 15 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/rives.422

Haut de page

Auteur

Elena Rosa

Au moment de la parution du numéro en 2003, Elena ROSA est architecte, doctorante de l’Institut universitaire d’architecture de Venise (IUAV), membre du Centre Appliqué et de Formation sur les Dynamiques Territoriales et Sociales (CRAFTS) de Gênes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org