Navigation – Plan du site

Marseille, ville méditerranéenne ?

Enjeux de pouvoir dans la construction des identités urbaines
Claire Bullen
p. 157-171

Résumé

À partir de données recueillies pendant neuf mois de recherche ethnographique à Marseille, cet article s’interroge sur les enjeux identitaires et spatiaux associés au qualificatif « méditerranéen » à Marseille. Il s’intéresse aux différentes perceptions des identités socio-spatiales liées à Marseille, ville « méditerranéenne » en voie de se repositionner à l’échelle mondiale. Le discours officiel émanant de deux grands projets urbains (Euroméditerranée et Marseille-Provence 2013), ainsi que les points de vues de différents acteurs (décideurs locaux, urbanistes, opérateurs culturels, habitants, etc.) sont utilisés pour démontrer les enjeux de pouvoir sous-jacents à la construction des identités urbaines dans cette ville en transformation.

Drawing from data gathered during nine months ethnographic fieldwork in Marseilles, this article explores questions of identity and space associated with the term “Mediterranean” in Marseilles. The article examines official discourse emanating from two major urban projects (Euro-Mediterranean and Marseille-Provence 2013), as well as the perspectives of different actors (local decision makers, urban planners, cultural operators, local residents etc.) to demonstrate the relations of power that underlie the different and contested understandings of spatial identities circulating in this city undergoing urban regeneration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Entretien avec Lisette Narducci, 14 juin 2011.
  • 2 Entretien avec représentante de la Ville de Marseille, Service urbanisme et habitat, 20 avril 201 (...)
  • 3 Entretien avec un représentant politique de la ville, chargé de mission pour le Groupement d’Inté (...)

1Marseille est-elle une « ville méditerranéenne » ? Et tout d’abord, que signifie le qualitatif de « ville méditerranéenne » accolé à Marseille dans le discours officiel, pour les habitants et pour les usagers de la ville ? Voici deux questions que je me suis posées lors d’une période de recherche ethnographique à Marseille (de septembre 2010 à juin 2011), au cours de laquelle diverses conceptions de la « Méditerranée » – parfois de façon contradictoire – sont ressorties. Par exemple, lors d’un entretien en juin 2011, Lisette Narducci, maire du 2e et 3e arrondissement de Marseille, a décrit Marseille comme « la deuxième ville en France avec une position géographique absolument unique en Méditerranée » voulant souligner l’importance de son rôle comme premier port de la France1. La femme chez qui je logeais pendant l’enquête, née en Tunisie de parents italiens et vivant dans un quartier à forte population issue d’Afrique du Nord, se considérait française, voire marseillaise. Pour elle, l’idée d’être « méditerranéenne » n’avait pas de sens. Une urbaniste de la municipalité trouvait que la ville n’était pas du tout « méditerranéenne » parce qu’il n’y avait pas cette habitude de flâner dans les espaces publics en famille, à l’inverse de ce que l’on peut voir en Italie ou en Espagne2. Un chargé de mission dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale (Cucs) trouvait que les Marseillais étaient « méditerranéens » par rapport au « non respect » et à « l’incivilité »3. Souvent, le terme « méditerranéen » était « racialisé », c’est-à-dire utilisé comme une sorte d’euphémisme pour faire référence aux immigrés venus du sud du bassin méditerranéen vivant pour la plupart dans les quartiers dits « défavorisés ».

2Dans ma recherche, j’étudie les notions d’identité, d’espace et de culture dans les villes subissant des restructurations urbaines face aux changements de l’économie politique mondiale, puisant dans les données des neuf mois d’enquête ethnographique que j’ai menée à Marseille, plus particulièrement dans le quartier de Saint‑Mauront dans le troisième arrondissement. Là, j’ai participé à la vie quotidienne et aux projets culturels de ce quartier pluriethnique et « pauvre », cible de nombreux programmes de rénovation urbaine et culturelle. L’enquête sur le terrain a été complétée par des entretiens auprès d’une série de responsables politiques, d’urbanistes, de représentant culturels et associatifs marseillais. Après une vue d’ensemble de la production et construction de l’espace social et l’apparition de la notion d’identité « méditerranéenne », cet article s’appuie sur des données recueillies sur le terrain afin d’explorer comment des significations diverses de Marseille « ville méditerranéenne » sont mobilisées, appropriées et vécues par différents acteurs. L’intérêt est d’analyser la manière dont ces significations pourraient refléter les enjeux de pouvoir dans un territoire urbain en voie de transformation.

La construction et la production de l’espace

3En géographie, le terme « espace » fait normalement référence à un territoire délimité, souvent lié à la possession et l’utilisation du sol, par exemple une ville, une région ou un État. L’espace est classiquement considéré comme un cadre fixe dans lequel se tissent les relations sociales, par exemple, les relations entre citoyens dans l’État-nation (Brenner 1999). Néanmoins, nous traitons ici des identités d’un objet socio-spatial – une ville – telles qu’elles sont construites et produites dans des cadres politiques, technologiques, économiques, sociaux et idéologiques (Gupta et Ferguson 1992 : 11, Low 1996). Ces processus – complexes et contestés – comprennent la transformation de la matérialité de l’espace ainsi que la manière dont il est perçu (Low ibid.). Dans la conjoncture économique actuelle, l’enjeu de la construction des identités socio-spatiales au niveau urbain est impitoyable (Brenner et Theodore 2002). En ces temps de réduction des financements de l’État vers les collectivités locales, la mise en valeur d’un territoire par le marketing (place marketing) est considérée comme l’un des seuls moyens restant aux mains des décideurs locaux pour attirer des capitaux. Ces derniers l’utilisent pour repositionner leur ville dans une sorte de hiérarchie territoriale. Cette lutte est un processus de construction matérielle et identitaire continuelle. Elle reflète l’esprit de concurrence inhérent au modèle de restructuration de l’économie politique mondiale, dit « néolibéral » (Brenner 1997). Tandis que l’identité spatiale est construite par des acteurs sociaux, c’est dans l’espace social qu’ont lieu les relations sociales et que se forment les identités des individus et des groupes. Comme en atteste Smith (1992 : 64) : « la production d’espace est de plus en plus le moyen par lequel la différence sociale est construite et reconstruite ». En mettant en avant une certaine identité « officielle » de la ville, on projette des représentations de ses habitants « idéaux ». Les villes valoriseraient ainsi le caractère « cosmopolite » de leurs diverses populations afin d’attirer les touristes et les investisseurs cherchant de la couleur exotique (Kosnick 2009, Bertoncello et Rodrigues-Malta 2003 : 424), une tendance évidente depuis les années 1970 (Harvey 1989 : 89-92). En d’autres occasions, elles feraient plutôt la promotion d’« une internationalité “white and clean” » (Tarrius 1992 : 13). En conséquence, ces processus définissent des identités sociales comme « désirables », « indésirables » ou « à problèmes », influant sur la possibilité pour certains individus ou groupes d’être partie prenante dans la vie de la ville. Les relations sociales ont lieu dans l’espace, mais elles génèrent également, et ce de façon permanente, de nouvelles perceptions d’une organisation spatiale complexe. Il n’y aurait donc pas une seule identité spatiale – celle des images abstraites évoquées par les campagnes de publicité des acteurs institutionnels – mais un éventail de formes spatiales, construites dans les allées et venues entre le discours officiel, les conversations quotidiennes et les interactions sociales à tous niveaux de la ville (Brenner ibid.). Évidemment, certaines de ces constructions et de ces productions de l’espace social ont plus ou moins de poids en fonction des situations sociales et du pouvoir relatif des différents acteurs. Cela n’empêche pas que, dans les pratiques ordinaires, l’espace soit l’objet d’appropriations non conformes aux stratégies des décideurs (De Certeau 1984 : xvii).

L’invention de « la Méditerranée »

4L’invention de l’idée de la région méditerranéenne comme objet de recherche scientifique est en soi un bel exemple de la façon dont l’espace social est construit et des enjeux de pouvoir sous-jacents. Pendant que l’idée de « la Méditerranée » continue d’exercer une force sur l’imaginaire populaire en Europe, à travers les sciences sociales, la « Méditerranée » en tant que région est actuellement considérée comme une création géographique et culturelle du XIXe siècle reflétant les ambitions des élites de l’Europe du nord (Horden 2005), un « mythe », ou une « forme malléable » créé par les acteurs européens afin d’atteindre les objectifs politiques (Schmid 2003), avec plusieurs types de représentations géographiques qui « coexistent parfois en s’ignorant l’un l’autre, voire en se contredisant » (Deprest 2002 : 88). Dans certains domaines, par exemple les sciences politiques, ce n’est que depuis peu que le terme est utilisé, plutôt définit jusqu’ici comme « l’Europe du sud » ou « L’Afrique du Nord » (Sant Cassia et Schäfer 2005 : 13).

5Ainsi, la pertinence de la notion d’identité méditerranéenne comme cadre de recherche est remis en question (cf. Albera 2006, Deprest 2002, Fabre et Ilbert 2000). Par exemple, en 2005 a eu lieu une conférence universitaire pluridisciplinaire, intitulée « Mediterranean Conundrums-Pluridisciplinary Perspectives for Research in the Social Sciences » (Sant Cassia et Schäfer 2005) afin d’explorer l’utilité de ce qualificatif. Plutôt que de contester l’existence d’une région ou d’une identité méditerranéenne en tant que telle, suivant le conseil de l’anthropologue Herzfeld (2005), on devrait prendre ici « la Méditerranée » comme un champ d’analyse pour mieux observer comment cette catégorie spatio-culturelle est mobilisée sur le terrain. La construction d’une identité méditerranéenne en France est bien instructive à cet égard.

  • 4 Traduction de l’auteur.
  • 5 Wolf Lepenies, « Une politique de l’esprit », séminaire organisé dans le cadre des « mardis du Mu (...)

6Bien que la France soit dotée d’une longue côte méditerranéenne, elle est rarement incluse dans les anthologies classiques d’ethnographie des pays méditerranéens, à l’inverse d’autres pays comme la Grèce ou l’Espagne. En fait, les gouvernements français successifs ont plutôt revendiqué sa place en Europe soulignant son appartenance à « une autre catégorie de pays, impérial, nordique, universaliste et rationaliste4 » (Herzfeld ibid. : 60). Néanmoins, dans les années 1990, une nouvelle orientation de la politique française a émergé, faisant écho à une refocalisation de l’Union européenne (UE) sur la Méditerranée après la chute du mur de Berlin (Schmid ibid. : 25), notamment par le développement d’un partenariat euro-méditerranéen. La nouvelle politique géographique et conceptuelle était conçue afin d’élaborer une réponse européenne à des soi-disant menaces du côté de la frontière sud et, également afin de mieux définir une identité européenne. Ainsi, en 1995, le processus de Barcelone a été lancé par les ministres des Affaires étrangères des quinze États membres de l’Union européenne et des quatorze pays « méditerranéens », les objectifs déclarés étant la création d’un espace de paix, de sécurité et de prospérité partagée dans la région méditerranéenne, se déclinant sur trois volets : sécuritaire, économique et dans le domaine « social, culturel et humain », ce dernier comprenant le dialogue interculturel. Le nouveau partenariat euro-méditerranéen divise les pays entre les États membres de l’Union européenne (UE) et les non-membres « méditerranéens ». Cette division reflétait les jeux de pouvoir politiques dans les constructions socio-spatiales. Par exemple, Malte et Chypre étaient au début catégorisés comme « méditerranéens » mais allaient devenir « européens » avec l’élargissement de l’UE en 2004 ; la Libye n’était pas incluse dans les pays de l’Afrique du Nord, et la Jordanie, bien que n’ayant pas de côte méditerranéenne faisait partie des pays du Proche‑Orient concernés (Schmid ibid.). Le gouvernement français à l’époque avait un fort intérêt dans le partenariat euro-méditerranéen, le voyant comme une manière de rétablir l’équilibre du pouvoir dans l’Union européenne qui se déplaçait vers l’est et le nord suite à son élargissement et ainsi maintenir son rôle central à côté de l’Allemagne5. Depuis le début des années 1990, la France a investit dans des projets matériels et immatériels considérables sur son littoral méditerranéen (discours sur des valeurs communes, échanges économiques et culturels, construction de bâtiments symboliques), notamment à Marseille, par exemple avec le projet d’un nouveau Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, et l’organisation en 2008 de la réunion ministérielle à Marseille de l’Union pour la Méditerranée, à l’initiative du Président Sarkozy dans le cadre de la présidence française de l’UE. Pourtant, en dépit d’investissements lourd de l’État et de quelques décideurs locaux pour renforcer une identité « méditerranéenne », quinze ans après cette stratégie de « méditerranéisation », la question : « Marseille est-elle au sud du Nord ou au nord du Sud ? » reste toujours dans l’air (Ronai 2009 : 136), aussi bien pour les décideurs urbains que pour les citadins.

La construction d’une Marseille « méditerranéenne » ?

7Une vigoureuse politique de changement de l’image de Marseille a été mise en œuvre ces dernières années par les décideurs clés de la ville (notamment par la Ville de Marseille et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille‑Provence (CCIMP)) afin de palier à la mauvaise réputation qu’elle avait en France. Durant la seconde moitié du XXe siècle, elle était considérée dans l’imaginaire français comme une ville rongée par des crises sociales, politiques et économiques – et en proie à des problèmes liés à la corruption et à l’intégration des populations « issues de l’immigration » (Peraldi et Samson 2005 : 9-10). Une des « solutions » à ces problèmes multiples a été le lancement d’Euroméditerranée, la « plus grande opération de rénovation urbaine d’Europe du sud6 », démarrée au début des années 1990 et visant à aménager 480 hectares du territoire de la ville entre la Gare Saint-Charles, les quartiers populaires du centre‑ville et s’étendant jusqu’aux friches industrielles qui longent les docks. Le lancement d’Euroméditerranée reflétait un consensus grandissant des décideurs locaux sur le besoin pour Marseille de récupérer sa place de métropole internationale en se concentrant sur la restructuration du centre‑ville. Par exemple, Claude Vallette, membre de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), conseiller municipal délégué à l’Urbanisme et président de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM) affirme : « À partir du moment où on s’adapte à la mondialisation, il faut changer d’échelle. » Pour atteindre ce but, « Marseille devait faire une mutation complète, […] développer ses capacités économiques7 ». Lisette Narducci, maire d’arrondissement, membre du Parti socialiste et vice-présidente du Conseil général des Bouches-du-Rhône, souscrit aux mêmes idées. Elle constate que « le but [d’Euroméditerranée] était de […] trouver une ville qui soit demain la plate-forme économique de l’Europe8 ».Dès le début, Euroméditerranée n’est pas qu’un projet de restructuration locale. Sur le site internet de cette opération nationale financée par l’État, l’Union européenne ainsi que les collectivités locales, les liens avec les politiques nationales et européennes vers la Méditerranée de 1995 sont rendus bien explicites :

« En novembre 1995, est lancé le processus de Barcelone. Il définit un cadre et des projets de coopération entre les pays du pourtour méditerranéen […] C’est dans ce contexte qu’est né à Marseille [le projet] Euroméditerranée, opération d’aménagement et de développement économique9. »

Comme l’expliquent Bertoncello et Rodrigues-Malta (ibid. : 428-429) : « Plus qu’un “projet de forme” ou qu’un “projet de ville”, Euroméditerranée est déclinée avant tout en projet de positionnement territorial.” »

  • 10 Entretien avec Frédéric Roustan, chef de projet, Projets Urbains, AGAM, 15 mai 2011.

8Cependant, en dépit des liens sémantiques avec des politiques européennes, l’identité et l’avenir « euro-méditerranéenne » de Marseille n’étaient pas prédéterminés. Plusieurs décideurs locaux ne partageaient pas cette vision ou croyaient que l’association avec le terme, « la Méditerranée faisait peur …notamment aux [investisseurs] Américains et Asiatiques ». Même si l’identité euro-méditerranéenne aurait pu être liée aux notions de dialogue interculturel et porteuse de « valeurs de contacts, de contrastes, de multiculturalisme, etc. » (Tiano 2010 : 6), une sorte de « practical Mediterraneanism » avec une valeur pragmatique servant à brouiller les frontières entre « nous » et « eux » et à faciliter l’acceptation des populations d’origine d’Afrique du Nord dans la ville (Sant Cassia et Schäfer op. cit. : 10), le projet n’était guère plus qu’un projet de développement métropolitain servant à attirer de nouveaux emplois ou de nouvelles entreprises dans ce nouveau pôle économique d’Europe de Sud. Les orientations des politiques privilégiaient la spéculation immobilière et l’aménagement d’un centre-ville « anglo-saxon »10 tendant à s’écarter des réseaux commerciaux maghrébins et de la population issue des rives sud de la Méditerranée déjà présente à Marseille (Tarrius 1992 : 7). Ce manque de vision de la construction d’une identité socio-spatiale « euro-méditerranéenne » parmi les élites a créé un décalage entre une identité symbolique et l’interprétation de telle ou telle identité par des groupes ou des individus sur le terrain. Je me réfère ici à quelques extraits de mes notes pour l’illustrer :

9Le 25 janvier 2011, je suis allée au centre-ville avec une partenaire de recherche qui vit dans un des quartiers les plus pluri-ethniques du 3e arrondissement de Marseille qui jouxte le territoire de restructuration Euroméditerranée. Née d’une mère néerlandaise et d’un père espagnol, elle est très fière d’être marseillaise. Elle voulait me montrer le « vrai Marseille ». Nous sommes montées dans le petit train touristique où des commentaires enregistrés nous indiquaient les sites à ne pas manquer. Alors que nous descendions la colline de Notre-Dame, la célèbre basilique qui domine la ville, la voix du narrateur a fait allusion à Euroméditerranée. Ma partenaire de recherche a réagi tout de suite. Elle m’a affirmé que, pour elle, Euroméditerranée n’avait rien à voir avec l’Europe parce que là-bas (se référant aux quartiers de la restructuration urbaine), « c’est que des Arabes».

10Dans ces propos, faisant écho aux vues exprimées par les décideurs locaux, Euroméditerranée était mis en opposition à l’Europe, et la Méditerranée réduite aux personnes d’origine d’Afrique du Nord, dites » arabes ». Quelques mois plus tard, je faisais un entretien avec la même interlocutrice. Parmi d’autres, je lui ai posé une question sur la signification du terme ‘méditerranéen’. Elle m’a expliqué que ça voulait dire :

  • 11 Entretien 7 avril 2011.

« Quelqu’un qui est né à (en) Marseille, dans le(s) sud, on est les méditerranéens11 ».

11Cette fois-ci, elle s’associait avec l’identité de « méditerranéenne ». Répondant à la question : « que signifie Marseille Euroméditerranée pour vous ? » elle a dit :

« C’est une grosse bêtise, il y a un tas des bâtiments qui seront abandonnés...Il n’y a pas d’argent, un tas d’appartements à louer, mais il n’y a pas de travail...Ils ont fait une grande chose pour pas grand chose. Pour nous, ça veut dire rien du tout, ça nous fait payer des impôts en plus, c’est tout. »

12Cette opération lourde d’urbanisme se perdait dans un enchevêtrement d’idées liées à ces deux faces de la « mondialisation » de la ville ; d’un côté, les gratte-ciels étincelants qui n’avaient rien à voir avec son image de la « vraie Marseille », d’un autre, l’augmentation de la présence des immigrants de l’Afrique du Nord. Parallèlement, dans d’autres entretiens et notes de terrains, Euroméditerranée n’était pas considérée comme une partie de Marseille ni comme un espace du quotidien des gens « ordinaires ». Étant « moderne », « propre » et bien desservi par les transports en commun, ce quartier de la ville était parfois considéré plus « lyonnais » que marseillais, méditerranéen ou maghrébin. Ou, parfois, il était vu comme l’épicentre des contestations des populations les plus pauvres et les plus fragiles – souvent d’origine maghrébine – contre la spéculation immobilière12. Ces avis sont en forte opposition avec la vue officielle, exprimée par Guy Teissier, Président d’Euroméditerranée et Député des Bouches-du-Rhône, qui constate que :

« Euroméditerranée est une promesse qui s’étend sur la ville : Une promesse tenue quand Marseille accède au rang de grande métropole européenne13 ».

13Ces différentes perceptions d’Euroméditerranée démontrent le mélange complexe des conceptions spatiales et identitaires qui se forgent entre l’invention d’une identité spatiale et abstraite, telle que le partenariat euro-méditerranéen, et les interprétations multiples des usagers et habitants de l’espace urbain. Dans le projet Marseille-Provence Capitale européenne de la culture, on voit un autre projet urbain qui vise à créer et imposer une nouvelle image de la ville.

La « méditerranéisation » des projets culturels marseillais

14Comme dans une myriade d’autres villes essayant de faire face aux remaniements économiques et politiques mondiaux de la seconde moitié du dernier siècle, il est apparu vers la fin des années 1990 que pour séduire les touristes et les investisseurs étrangers, Marseille avait besoin de plus qu’un simple réaménagement de la ville (Grésillon 2011, Pinson 2002). Elle cherchait un « capital symbolique » pour faire rayonner son image (Monnet 1998). Après une tentative avortée en 2003 visant à accueillir la Coupe de l’America 2007, les décideurs locaux (notamment la Ville de Marseille et la CCIMP) ont décidé de parier sur la candidature de la ville comme Capitale européenne de la culture 2013. Dans le dossier envoyé à Bruxelles, l’identité spécifiquement méditerranéenne de la ville est évoquée partout. B. Latarjet, ancien directeur du projet Marseille-Provence 2013 (MP2013), écrivait en effet dans le prologue : « Marseille, comme l’Europe, est née de la Méditerranée14 ». Mais le concept oscille beaucoup. Dans certains cas, Marseille est dotée d’un avenir « méditerranéen » grâce à sa position géographique sur l’arc latin entre Barcelone et Gênes ; son identité méditerranéenne est liée aux pays du sud de l’Union européenne. Dans d’autres cas le dossier joue sur les liens économiques, culturels et sociaux dans le bassin méditerranéen. Parfois les cultures d’Europe et celles du Sud sont mises en opposition ; parfois la diversité de cette ville, dite « la plus cosmopolite du bassin méditerranéen », est mise en avant. Cependant, dans ce dossier ainsi que dans d’autres interventions des acteurs de MP2013, on insiste principalement sur les « enjeux d’une “méditerranéisation” », que sont « l’immigration, les rapports entre les cultures, les rapports entre les religions, les rapports entre les sexes, etc. » (Latarjet 2010 : 28), une approche qui semblerait refléter les principales préoccupations des politiques extérieures euro-méditerranéennes nationales et européennes (Schmid op. cit.) Les différents usages de ce terme fourre-tout démontrent les luttes sur l’identité marseillaise dans la ville et circonscrivent aussi la possibilité pour les acteurs d’y participer.Dans le programme MP2013, des projets dont l’ambition est la facilitation des liens transnationaux dans le cadre d’Euroméditerranée sont mis en valeur – par exemple, les Ateliers d’Euroméditerranée, qui visent à faciliter les échanges artistiques entre l’Europe et la Méditerranée. Pourtant, selon certains opérateurs culturels qui travaillent depuis des années dans tout le bassin méditerranéen et avec les populations d’origine maghrébine de Marseille, cette rhétorique des élus locaux et des responsables de MP2013 ne change pas les enjeux d’une vraie démarche interculturelle et transfrontalière. Ces artistes déplorent des politiques locales, nationales et européennes qui brandissent le spectre de l’éclatement de la cohésion nationale, et une politique nationale qui ferme ses frontières aux immigrants, empêchant en conséquence les collaborations artistiques interculturelles et durables.15 En examinant quelques exemples des projets culturels sur le terrain, il est possible d’en soutirer certains des autres enjeux identitaires et socio-spatiaux. Prenons l’exemple de l’Association culturelle d’espaces de lecture et d’écriture en Méditerranée (ACELEM), une association qui pourrait sembler au cœur des politiques identitaires de la ville. Lancée comme une initiative de la ville dans les années 1990 avec pour but de lutter contre « l’analphabétisme » et d’aider à « l’intégration » dans les quartiers pauvres à forte population d’origine étrangère par les créations des « Espace Lectures ». En 2011, après une dizaine d’années de discussion, un Espace Lecture s’est enfin ouvert à Saint‑Mauront. Son directeur, Ousmane Diémé, avait participé à des ateliers de réflexion mis en place en vue de la préparation de la candidature de MP2013 et était fier de la mixité de la ville et ses diversités de cultures. Malgré son investissement, il a fait part de son inquiétude quant à la participation dans le programme 2013 des personnes avec lesquels il travaille. Pour lui, le véritable défi est le manque d’équipements et de financements dans les quartiers pauvres – ce qui empêche une incorporation significative des personnes d’origine immigrée dans les structures économiques, sociales et culturelles de la ville – et non l’enjeu « méditerranéen » au sens où on l’entend généralement, c’est‑à‑dire, ce qui concerne les rapports entre les cultures et les religions. Selon d’autres témoignages, l’objectif prétendu de mise en valeur de la diversité culturelle de la ville ne s’est pas traduit sur le terrain par une considération des personnes d’origine immigrée comme producteurs ou consommateurs de culture. Comme Keletigui Coulibaly, directeur du théâtre Afriki Djigui Theatri, affirmait lors d’un entretien, il semble y avoir un décalage entre la notion d’uneculture « artistique » et la diversité des cultures ethniques en France16. Pour preuve, après m’avoir fait part de son affection pour la ville qu’il considère la plus cosmopolite de l’Europe, un représentant de MP2013 évoquant un éventuel projet culturel dans le ferry qui traverse la Méditerranée entre Marseille et Alger, a constaté que « Là, on touche…un public qui n’est normalement pas très culturel ». Pour Coulibaly, une telle notion hiérarchique de la culture restreint les opportunités de participation à la scène culturelle et artistique de la ville. M’expliquant que son théâtre ne recevait que des subventions pour des projets de cohésion sociale ou inter-générationnels dans les quartiers qu’il décrit comme « les zones urbaines entre guillemets  »sensibles" », il regrette que ses projets qui visent à propager des expressions artistiques africaines ne soient pas soutenus par les fonds culturels. Remarquons que la programmation de MP2013 est validée par un Comité de Pilotage qui, comme l’interlocuteur de cette opération l’a confirmé, « n’est certainement pas représentatif de la [diversité culturelle de la] ville de Marseille ».

  • 17 La Ville de Marseille contre un Festival du cinéma arabe en 2013, La Provence, 5 mai 2011. http:/ (...)
  • 18 « Marseille-Provence 2013 », Supplément gratuit au quotidien La Marseillaise du 23 décembre 2010.

15Le cas de l’Association pour la diffusion des cinémas arabes (Aflam) et son projet de Festival International du Cinéma Arabe (Fica) dans le cadre de MP2013 illustre également les effets des différentes visions identitaires circulant dans la ville. Le but de ce projet est de mieux faire connaître les cultures arabes à travers le cinéma, il est soutenu par l’association Marseille-Provence 2013, en tant que moteur économique dans la région, et par le Conseil régional PACA comme un reflet de l’identité « arabe » de la ville.17 Mais le projet divise les décideurs locaux. La Ville s’est mise en opposition à cette initiative, anticipant sur les éventuels « problèmes » et privilégiant plutôt un festival « méditerranéen », car un festival du film arabe « stigmatise une communauté », et on imagine, par association, la ville. Au jour d’aujourd’hui, le projet n’est toujours pas financé. Tout cela étant dit, il faut noter que la représentation de Marseille ville méditerranéenne n’était pas très répandue dans le discours officiel pendant mes trois premiers mois sur le terrain (de septembre à décembre 2010). Cette identité est ressortie le 23 décembre 2010, suite au retrait de la ville de Toulon du projet MP2013. Il devenait alors nécessaire de re-souligner l’importance géopolitique du projet pour la région voire pour l’Europe. Dans un hors-série du journal local La Marseillaise18 commandé par MP2013, plusieurs articles associaient le projet de MP2013 à la Méditerranée et présentaient la Méditerranée comme une « terre d’enjeux dans tous les domaines », comme le titre d’un de ces articles le démontre d’une façon colorée :

« On est bien dans la même Méd (sic) : Marseille-Provence 2013 est une chance pour le territoire, la Méditerranée. »

16En janvier 2011 avec les soulèvements en Afrique du nord et Moyen‑Orient, nous voyons une forte réorientation vers le bassin méditerranéen de quelques-uns des acteurs impliqués dans MP2013. Par exemple, à la conférence de presse de MP2013 le 24 février 2011, Michel Vauzelle, Président du Conseil régional, impliqué depuis longtemps dans les projets méditerranéens, a plaidé pour « une capitale euro-méditerranéenne de la culture ». Julie Chenot, responsable des relations internationales à MP2013, a été citée dans La Marseillaise :

  • 19 Schaller, A. « Euro-Méditerranée, enfin ! », La Marseillaise, 4 avril 2011.

« Marseille Provence 2013 n’est ni un programme, ni un projet européen [...] Les dernières actualités ont évidemment changé la donne et nous espérons bien, en 2013, pouvoir nous faire l’écho des évolutions de ces dernières années dans la création artistique19. »

17Bien qu’il y ait une émergence d’une identité euro-méditerranéenne, pour plusieurs décideurs locaux (par exemple au sein de la CCIMP et du projet Euroméditerranée), les vrais enjeux sont une métropolisation de l’agglomération plutôt qu’une politique de la « méditerranéisation ». La question d’identité socio-spatiale de cette ville joue encore une fois un rôle. Pour preuve, Maryse Joissains-Masini, maire d’Aix-en-Provence, a rejeté toute idée d’un projet de « Grand Marseille » qui pourrait éventuellement englober sa ville, entre autre, parce que : « Marseille est ouverte à toutes les cultures. Ce n’est pas notre cas, nous, nous représentons l’intérieur et nous voulons construire le Grand Aix en nous tournant vers la Durance » (cité in Ronai 2009).

Conclusion

18Ensemble ces deux projets, Euroméditerranée et Marseille-Provence 2013, illustrent bien les nouvelles tendances de restructuration urbaine face aux changements économiques et politiques mondiaux. Ils ont l’ambition explicite d’influer sur la réorganisation symbolique, matérielle et spatiale de Marseille. Ces énormes opérations sont mises en place par des « élites » à divers niveaux (supranational, national, régional et municipal) et puisent dans le « capital » des diversités culturelles de la ville ainsi que dans son positionnement au « carrefour de l’Europe et de la Méditerranée ». En observant les discours qui émanent de ces deux institutions pendant mes neuf mois de recherche, je constate cependant ce que Ronai (ibid.) a appelé une « hésitation identitaire » par rapport à la place de la ville en Méditerranée et en Europe. Les décideurs locaux sont tiraillés entre une politique internationale et euro-méditerranéenne, une politique de métropolitanisation régionale et des politiques identitaires et culturelles locales.Ainsi, pour revenir aux questions posées au début de cet article : Marseille, est-elle une « ville méditerranéenne », et que cela veut‑il dire ? Après une analyse des données, il se trouve qu’à Marseille la signification du qualitatif « méditerranéen » dépend du contexte d’énonciation et de l’acteur interrogé. C’est un qualitatif qui se construit et se transforme à l’intersection des variations des discours institutionnels (allocutions présidentielles, dossier de candidature MP2013, dénomination d’un grand projet d’urbanisme), des processus matériels (démolition et reconstruction de la ville, subventions des projet culturels, contrôles de frontières nationales), autant que par les interactions quotidiennes (conversations banales, achat chez le commerçant du coin, participation aux projets culturels). Ces interactions entraînent des représentations urbaines qui s’enchevêtrent, se contredisent et coexistent avec de multiples logiques d’appartenances et dans des matrices de pouvoir. C’est un sujet d’analyse primordial, étant donné que ces identités socio-spatiales – contestées, transitoires, contradictoires – attestent des enjeux de pouvoir sous-jacents et inhérents à la construction des « nous » et des « eux », dans l’identification des populations urbaines « désirée » et des formes d’expression culturelles légitimes et qui, finalement, influent sur les opportunités pour des groupes et des individus de participer à, et bénéficier de, la transformation urbaine et culturelle de la ville.

Haut de page

Bibliographie

Dionigi ALBERA, Anthropology of the Mediterranean: Between Crisis and Renewal, History and Anthropology, 2006, 17:2, p. 109-133

Brigitte BERTONCELLO et Rachel RODRIGUES-MALTA, Marseille versus Euroméditerranée, Annales de Géographie. 2003, t. 112, n° 632. p. 424-436

Neil BRENNER, Global, Fragmented, Hierarchical : Henri Lefebvre’s Geographies of Globalization, Public Culture, 1997, 1, n° 10 p. 135-167

Neil BRENNER, Beyond state-centricism ? Space, territoriality, and geographical scale in globalization studies, Theory and Society, 1999, 1, n° 28

Neil BRENNER et Nik THEODORE, Cities and the Geographies of “Actually Existing Neoliberalism », Antipode, 2002, p. 349-379

Michel DE CERTEAU, The practice of everyday life. Volume 1, Berkeley et Los Angeles University of California Press, 1988, 229 p.

Florence DEPREST, L’invention géographique de la Méditerranée : Éléments de réflexion, L'Espace géographique, 2002/1 tome 31, p. 73-92

Thierry FABRE et Robert ILBERT (eds), Les représentations de la Méditerranée, Maisonneuve et Larose, Paris, 2000

Boris GRÉSILLON, Un enjeu « capitale » : Marseille-Provence 2013, Aube, 171 p.

Anita GUPTA et James FERGUSON, Beyond “Culture”: Space, Identity, and the Politics of Difference, Cultural Anthropology, 1992, 1, n° 7 p. 6-23

David HARVEY, The Condition of Postmodernity, Oxford, Blackwell Publishers, 1989, 378 p.

Michael HERZFELD, Practical Mediterraneanisms: Excuses for everything, from epistemology to eating, in Harris, W.V. (ed.), Rethinking the Mediterranean, 2005, Oxford, Oxford University Press, 414 p.

Peregrine HORDEN, Mediterranean Excuses: Historical Writing on the Mediterranean since Braudel, History and Anthropology, 2005, 1, n° 16, p. 25–30

Kira KOSNICK, Cosmopolitan Capital or Multicultural Community? Reflections on the Production and Management of Different Mobilities in Germany’s Capital City in Cosmopolitanism in Practice. M. Nowicka and M. Rovisco. Farnham, Ashgate, 2009, 204 p, p. 161-180

Bernard LATARJET, Marseille-Provence 2013 : genèse, objectifs et enjeux d’un projet culturel métropolitain, Méditerranée, 2010, 1, n° 114

Setha M LOW, Spatializing Culture: The Social Production and Social Construction of Public Space in Costa Rica, American Ethnologist, 1996, 4, n° 23, p. 861-879

Jérôme MONNET, « La symbolique des lieux : pour une géographie des relations entre espace, pouvoir et identité », Cybergeo : European Journal of Geography, Politique, Culture, Représentations, 1998

Michel PERALDI et Michel SAMSON, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La Découverte, 2005, 300 p

Gilles PINSON, Projets et pouvoirs dans les villes européennes. Une comparaison de Marseille, Venise, Nantes et Turin. Rennes, CNRS, Université de Rennes I, Institut d’Études Politiques de Rennes. École doctorale « Droit, science politique et philosophie », 2002. www.afsp.msh-paris.fr/activite/salontez3/txt03/rtpinson.pdf

Simon RONAI, Marseille : une métropole en mutation, Hérodote, 2009, 4, n° 135, p. 128-147

Dorothée SCHMID, La Méditerranée dans les politiques extérieures de l’Union européenne : quel avenir pour une bonne idée ?, Revue internationale et stratégique, 2003 n° 49, p. 23-32.

Neil SMITH, Georgraphy, Difference and the Politics of Scale in: Postmodernism and the Social Sciences. J. Doherty, E. Graham and M. Malek, Basingstoke and London, Macmillan, 1992 p 57-79

Paul SANT CASSIA et Isabel SCHÄFER, Mediterranean Conundrums: Pluridisciplinary perspectives for research in the social sciences, History and Anthropology, 2005, 16:1, p. 1-23

Alain TARRIUS, Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992, 207 p.

Camille TIANO, Quelles valeurs pour revaloriser les territoires urbains ?, Cybergeo : European Journal of Geography, Débats, Les valeurs de la ville, mis en ligne le 3 mai 2010

Guy TEISSIER, Édito, Le Journal d’Euroméditerranée, novembre 2010, p. 2 <www.euromediterranee.fr/fileadmin/downloads/BAT %20journal.pdf>, téléchargé le 6 décembre 2011

Bernard LATARJET, Prologue, <http://www.mp2013.fr/presentation-2/prologue>, téléchargé le 6 décembre 2011

La Ville de Marseille contre un Festival du cinéma arabe en 2013, La Provence, 5 mai 2011. <http://www.laprovence.com/article/marseille-10979>

« Marseille-Provence 2013 », Supplément gratuit au quotidien La Marseillaise du 23 décembre 2010

Angélique SCHALLER, « Euro-Méditerranée, enfin ! », La Marseillaise, 4 avril 2011

Wolf LEPENIES, « Une politique de l’esprit », séminaire organisé dans le cadre des « mardis du MuCEM », 12 avril 2011

Euroméditerranée, http://www.euromediterranee.fr

Pensons le matin, http://www.pensonslematin.org

Un Centre Ville pour Tous, http://www.centrevillepourtous.asso.fr

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Lisette Narducci, 14 juin 2011.

2 Entretien avec représentante de la Ville de Marseille, Service urbanisme et habitat, 20 avril 2011.

3 Entretien avec un représentant politique de la ville, chargé de mission pour le Groupement d’Intérêt Public pour la Gestion de la Politique de la Ville, dans le cadre Contrat Urbain de Cohésion Sociale, 18 mai 2011.

4 Traduction de l’auteur.

5 Wolf Lepenies, « Une politique de l’esprit », séminaire organisé dans le cadre des « mardis du MuCEM », 12 avril 2011.

6 http://www.euromediterranee.fr,novembre 2011.

7 Entretien avec Claude Vallette, 21 juin 2011.

8 Entretien avec Lisette Narducci, op. cit.

9 http://www.euromediterranee.fr,novembre 2011.

10 Entretien avec Frédéric Roustan, chef de projet, Projets Urbains, AGAM, 15 mai 2011.

11 Entretien 7 avril 2011.

12 Cf. Un centre-ville pour Tous, http://www.centrevillepourtous.asso.fr

13 Guy Teissier, Édito, <Le Journal d’Euroméditerranée, novembre 2010, pg. 2 www.euromediterranee.fr/fileadmin/downloads/BAT %20journal.pdf,téléchargé le 6 décembre 2011.

14 Bernard Latarjet, Prologue, http://www.mp2013.fr/presentation-2/prologue,téléchargé le 6 décembre 2011.

15 Notes de la réunion de « Pensons le matin », 19 mars 2011. Pensons le matin est « Une initiative d’artistes, de structures culturelles, de chercheurs en sciences humaines et sociales et de militants du “droit à la ville” pour réfléchir aux impacts urbains de Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture et participer aux conditions de sa réussite. »

16 Entretien, 7 mai 2011.

17 La Ville de Marseille contre un Festival du cinéma arabe en 2013, La Provence, 5 mai 2011. http://www.laprovence.com/article/marseille-10979.

18 « Marseille-Provence 2013 », Supplément gratuit au quotidien La Marseillaise du 23 décembre 2010.

19 Schaller, A. « Euro-Méditerranée, enfin ! », La Marseillaise, 4 avril 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bullen, « Marseille, ville méditerranéenne ? », Rives méditerranéennes, 42 | 2012, 157-171.

Référence électronique

Claire Bullen, « Marseille, ville méditerranéenne ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4211 ; DOI : 10.4000/rives.4211

Haut de page

Auteur

Claire Bullen

Doctorante en anthropologie sociale au « Research Institute of Cosmopolitan Cultures » à l'Université de Manchester, Claire Bullen travaille sur un cadre de recherche pour comparer les politiques culturelles, les processus de restructuration urbaine et les relations sociales dans les villes européennes. Elle a reçu en 2010 de l’European Cultural Foundation et du Riksbankens Jubileumsfond un prix de recherche dans le domaine des politiques culturelles pour un projet intitulé : « European Capitals of Culture and everyday cultural diversity : Comparing social relations and cultural policies in Liverpool (UK) and Marseilles (France) ». En 2012 elle est boursière de l'association « UACES » (University Association for Contemporary European Studies) pour entreprendre une enquête de terrain de trois mois sur les processus d'évaluation du projet « Marseille-Provence 2013 ». Ses intérêts de recherche incluent les restructurations urbaines, les politiques culturelles, les politiques d'identité et d'intégration et les relations sociales quotidiennes. Elle s'intéresse également à la circulation des idées, de discours et des politiques entre les villes d'Europe. Publication récente: Bullen, Claire: « European Capital of Culture as a regional development tool? The case of Marseille-Provence 2013», Tafter, 2011, http://www.tafterjournal.it.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org