Navigation – Plan du site

Société et territoire : une approche qualitative

Elena Belgrano et Daniela Rimondi
p. 67-74

Résumés

La perception sociale est l’influence du contexte social sur la construction personnelle et collective d’un environnement naturel ou construit. Pour analyser la perception sociale de l’environnement, il est donc nécessaire de mettre en relation perception sociale – communication – environnement naturel et construit. Cet article décrit l’approche multidisciplinaire de la perception sociale de l’environnement appliquée aux recherches développées par le Laboratoire CRAFTS et par le Centre de Documentation Géosites du département POLIS de la Faculté d’Architecture de Gênes en Ligurie. Il aborde la valorisation des émergences paysagères et géologiques en tant que moyens capables de véhiculer des éléments porteurs d’une plus large valorisation de l’environnement. Ils complètent la perception empathique et émotionnelle qui, à elle seule, ne peut pas offrir une véritable connaissance des dynamiques environnementales.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

environnement, territoire

Géographie :

Italie

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

La perception sociale de l’environnement naturel et construit

1La perception sociale de l’environnement naturel et construit passe par l’ensemble des fonctions cognitives et des processus d’appropriation de l’espace. Elle est fortement influencée par le contexte culturel et le système de communications. Elle relie donc trois aspects: la perception sociale – la communication – l’environnement naturel et l’environnement construit.

2Perception, représentation et intelligence constituent l’ensemble des fonctions cognitives à travers lesquelles nous interagissons avec les autres et l’environnement qui nous entoure. La perception est l’ensemble des fonctions psychologiques permettant à l’individu d’acquérir les informations qui concernent les mutations de l’environnement. Elles passent par les cinq sens et sont influencées par la composante comportementale et éducative construite, en chaque individu, par l’action conjointe de la famille, de l’école, des associations, des agents de socialisation en général et des mass media. (Gazzola - Longoni, 2001). La représentation est la mémoire qui nous permet de retenir les situations et les objets que nous avons perçus un jour, même s’ils ne sont plus présents. L’intelligence est l’ensemble des capacités permettant de décoder les stimulations extérieures à travers les opérations de sémiotique, de classification, de quantification et d’abstraction.

3Si notre perception d’un territoire est toujours influencée par nos représentations et notre intelligence, elle est aussi fonction des points de vue que sa conformation nous offre. La morphologie spécifique de la Ligurie et son système d’infrastructures nous obligent à la parcourir en suivant l’axe côtier de l’autoroute et du chemin de fer ou en remontant les étroites vallées perpendiculaires et plus rarement parallèles à la côte. L’exceptionnelle succession de tunnels et de viaducs pour enjamber les vallées font de la Ligurie un paysage perçu à travers des vues qui apparaissent comme des flashs entre des contrastes d’ombres et de lumières, de mer et de montagnes. Les perspectives changent aussi rapidement, guidées par une gamme de points de fuite, des plus proches (comme les terrasses) aux plus lointains (les panoramas qui apparaissent derrière un virage, un promontoire, un bâtiment) jusqu’à l’infini avec la mer. Mais ce ne sont pas seulement les distances qui changent, l’altitude aussi varie continuellement. L’habitant et/ou le spectateur a donc la possibilité d’expérimenter la relativité des facultés perceptives. La Ligurie est donc un territoire caractérisé par la richesse de points d’observation qui sont, en même temps, multiples et limités parce qu’ils permettent de voir jusqu’à l’horizon certaines choses tout en cachant celles qui se trouvent derrière l’arête la plus proche. Mais il s’agit aussi d’un territoire de terrasses abandonnées, d’éboulements et de torrents imprévisibles, qu’il est facile de percevoir comme dangereux.

4En tenant compte de la relativité de la perception, de l’influence des processus communicatifs et du contexte culturel, nous abordons une réflexion sur la valorisation des paysages en tant qu’instruments susceptibles de véhiculer des éléments porteurs d’une plus large valorisation de l’environnement global comme la perception du risque environnemental. Enfin, dans le cadre des recherches développées par le laboratoire CRAFTS et le laboratoire de Géomorphologie Appliquée du Département POLIS, nous présentons une approche multidisciplinaire de la perception sociale de l’environnement qui trouve son application dans des projets actuellement en cours.

Géosites et émergences paysagères: point de départ pour une nouvelle construction sociale de l’environnement naturel

5Nous formulons l’hypothèse que la culture et la communication ne sont pas seules à influencer de façon importante la construction sociale de notre environnement naturel. Il y a aussi l’autoperception de l’homme et l’autoréflexivité – plus ou moins répandue et partagée – des groupes sociaux par rapport à l’environnement. (Gazzola - Longoni, 2001). Les paysages jouent un rôle fondamental par les réactions émotionnelles fortes qu’ils suscitent chez la plupart des gens. Ils peuvent être capables d’éveiller une curiosité scientifique.

6Les Géosites, « monuments géologiques », témoins de la géodiversité et du travail du temps, témoignent de la longue histoire de la construction du paysage (Brancucci - Gazzola, 2002). La fonction didactique du « monument géologique » ou paysager dépasse sa valeur propre en procurant une ouverture vers une vision plus globale du système naturel. Si on ne dépasse pas une vision limitée, on risque d’encourager une perception fragmentaire du paysage. Par exemple, les zonages, comme les réserves naturelles, les parcs, au lieu d’avoir une valeur didactique, risquent de transmettre l’idée qu’il existe des zones qui valent la peine d’être protégées et d’autres qui ne revêtent qu’une valeur très relative. Arriver à valoriser un géosite ou une émergence paysagère est un défi car il faut les voir non pas comme des éléments isolés mais comme des témoins privilégiés d’un ensemble important constitué par des lieux généralement perçus comme anonymes ou de valeur limitée.

La perception du risque, entre alarmisme et inconscience

7La conscience et la connaissance plus ou moins profonde des processus de formation ou de transformation de notre planète ont une influence considérable sur la perception sociale de l’environnement et contribuent à la construction de l’attitude de chaque société dans ses interactions avec ce dernier. L’intérêt pour les géosites progresse et la diffusion des connaissances relatives à l’Histoire de la Terre s’accroît en mettant de côté le catastrophisme qui trop souvent marque les réflexions notamment quand le sujet est traité par les médias (Brancucci - Gazzola, 2002).

8L’élément géologique est le plus souvent perçu comme un simple support pour tout ce qui est construit, aménagé au mépris du savoir accumulé depuis des siècles. Le construit tend à nier la nature et empêche de percevoir cette dernière comme un système complexe d’éléments en relation entre eux. La difficulté est due surtout au fait que notre représentation est fondée essentiellement sur la mémoire humaine alors que les transformations géologiques s’évaluent selon des mesures de temps qui la dépassent largement.

9C’est à partir d’événements violents (tremblements de terre, glissements de terrain, inondations…) que l’on retrouve les traces d’une perception globale de l’environnement. Les interactions de l’homme avec le milieu sont alors évoquées dans leurs aspects négatifs susceptibles d’intensifier la violence de tels événements. La géologie n’est pas suffisamment perçue comme une science susceptible de favoriser une plus grande harmonie entre l’homme et l’environnement qui l’accueille. On parle de « lutte contre » les inondations, l’érosion etc., mais on cherche peu à comprendre où et comment, l’être humain, avec ses nécessités d’amélioration du cadre de vie, peut s’insérer dans une optique de développement durable. Les catastrophes sont généralement perçues comme des faits extraordinaires et uniques. Notre capacité limitée pour relier les effets à leurs causes et la difficulté de lire les événements comme des processus orientent vers une perception simpliste des causes et vers des solutions partielles. La différence entre danger et risque est difficilement perçue comme la différence entre risque direct et indirect (Brancucci - Gazzola, 2002). Le risque est perçu comme un fait ponctuel, détaché du contexte des équilibres géologiques, car les habitants voient leur sécurité menacée sur la base de l’expérience des conséquences subies et non sur la base des causes.

10Chacun élabore sa perception sur la base des informations scientifiques qu’il possède déjà, de celles acquises dans les échanges avec des personnes plus ou moins compétentes et des informations qu’il reçoit quotidiennement par les médias. La superposition de ces informations risque de construire un imaginaire collectif qui a peu de chances de dialoguer avec le savoir scientifique.

11Les « savoirs experts » s’occupent encore trop peu des progrès faits par le développement des nouveaux moyens de communication. L’environnement est un sujet qui nous concerne tous et qui nous implique personnellement. L’évolution du savoir scientifique devrait inclure l’affinement des capacités de transmission de l’information, non pas pour alarmer mais pour savoir comment se comporter pour que notre « habiter » soit soutenable.

Une approche multidisciplinaire de l’analyse de la perception sociale de l’environnement naturel et construit

12Parmi les centres d’intérêt du laboratoire CRAFTS1, il y a la qualité de la vie sociale urbaine, les conditions de vie, les politiques urbaines, le développement local, le rapport entre société et projet d’urbanisme, la communication du projet, l’organisation socio-spatiale. Dans ce cadre, l’analyse de la perception sociale de l’environnement naturel et construit recouvre une importance particulière. Elle a été abordée par le laboratoire CRAFTS, avec le Centre de Documentation Géosites2, à l’occasion de la participation au projet de recherche financée par le MIUR (Ministero dell’Istruzione, dell’Università e della Ricerca) qui a pour titre Géosites dans le paysage italien: recherche, évaluation et valorisation. La recherche analyse les aspects liés à la perception sociale et aux modalités à travers lesquelles elle influence les relations anthropo-paysagères en devenir. L’élément le plus complexe est celui lié aux transformations des représentations mentales, des attitudes et des modes d’utilisation qui, inévitablement, se reflètent sur la façon dont les interventions pour la gestion du territoire sont assimilées et métabolisées par la collectivité. Le premier pas a été de réaliser une récolte raisonnée et une analyse critique de la bibliographie existante sur ce sujet avec une attention particulière pour les travaux expérimentaux. La plupart des textes concernent la sociologie de l’environnement dans ses relations transversales avec les autres disciplines et leurs domaines d’application. Un autre secteur fondamental est celui de la perception sociale de l’environnement et du territoire. Nous avons choisi un terrain d’études dans la province de Savone_: la vallée Bormida, la zone côtière et le Finalese. On a aussi retenu l’étude d’un cas au Québec (Canada) avec les rapports environnement naturel/identité de la population, populations autochtones/populations d’autres origines, tradition/innovation, dans un but comparatif sur la perception sociale de l’environnement.

13Pour l’exploration des perceptions sociales et des attitudes des individus par rapport à l’environnement dans les zones d’études, on a choisi d’utiliser des méthodes qualitatives comme l’interview non directive. Les premiers résultats mettent en évidence une profonde redéfinition du rapport avec le territoire par rapport à ses dimensions environnementales, économiques et sociales dans le vécu des populations avec le désir de conserver un lien avec la nature_; dans ce cadre, la persistance des systèmes sociaux de type « communautaire » est généralement vécue comme un facteur positif. Le cas de la province de Savone confirme la survalorisation et la concentration de la fonction socio-économique de la zone côtière par opposition à l’arrière-pays. Néanmoins on relève une lente reprise des activités agricoles ainsi qu’une timide réappropriation des zones internes, surtout de la part de jeunes couples qui ont choisi de s’y installer. Le tourisme n’y est pas perçu comme ressource sauf s’il s’agit d’un tourisme de qualité très sélectif. L’environnement semble jouer un rôle important pour l’utilisation du temps libre mais on manque d’informations sur ce plan avec d’un côté les potentialités effectives et de l’autre les risques que le territoire peut présenter. Généralement on n’observe aucune capacité à établir des liaisons de cause à effet pour les risques environnementaux. Un des principaux moyens d’information sur l’environnement est certainement le « bouche à oreille » et l’école_; le rôle des moyens de communication traditionnels (télévision, radio, journaux), sauf ceux à diffusion régionale, est faible. L’attention à l’environnement semble plus liée aux perceptions empathiques et émotionnelles qu’à une réelle connaissance. L’image mentale des potentialités du territoire et de la valeur des géosites est insuffisante.

14En conclusion le paysage, et plus encore l’élément géologique, sont perçus à l’échelle de la mémoire humaine comme immobiles dans l’espace et dans le temps. Cette fixité est mise en cause seulement au moment d’événements plus ou moins violents (éboulements, tremblements de terre, éruptions…). Fournir les outils susceptibles de faire interagir et dialoguer la « mémoire humaine » avec la « mémoire du système Terre » est un des défis qui se pose au savoir scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Brancucci G., Gazzola A., « Geositi e percezione sociale degli elementi naturali », in Geologia dell’Ambiente - periodico trimestrale della Società Italiana di Geologia Ambientale, Anno X, n. 2/2002.

Chatwin B, The songlines, Picador Paperback Edition, 1987, ed. it. La via dei canti, Adelphi, 1995.

Gazzola A., « Percezione partecipazione e diffusione della conoscenza dei rischi naturali », communication présentée à la journée d’études Piani di protezione civile per il rischio alluvionale: Metodologie ed esperienze basate su tecnologia GIS, Genova, 15 dicembre 2000.

Gazzola A., Longoni L., « Percepció social de l’espai, la seguretat i la qualitat de vida e la ciutat d’Alessandria », Revista Catalana de Seguretat Pública, n° 9, Dic. 2001.

Giddens A., The Consequences of Modernity, Polity Press, Cambridge, 1990.

Haut de page

Note de fin

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Belgrano et Daniela Rimondi, « Société et territoire : une approche qualitative », Rives nord-méditerranéennes, 15 | 2003, 67-74.

Référence électronique

Elena Belgrano et Daniela Rimondi, « Société et territoire : une approche qualitative », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 15 | 2003, mis en ligne le 25 novembre 2005, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/421 ; DOI : 10.4000/rives.421

Haut de page

Auteurs

Elena Belgrano

Elena Belgrano, Ecole polytechnique de Turin. Membre du laboratoire CRAFTS (Centre de Recherche Appliquée et de Formation sur les Dynamiques Territoriales et Sociales) du département POLIS (Département d’Histoire et Projet de l’Architecture, du Territoire et du Paysage) de la faculté d’architecture de Gênes.

Daniela Rimondi

Elena Belgrano, Ecole polytechnique de Turin. Membre du laboratoire CRAFTS (Centre de Recherche Appliquée et de Formation sur les Dynamiques Territoriales et Sociales) du département POLIS (Département d’Histoire et Projet de l’Architecture, du Territoire et du Paysage) de la faculté d’architecture de Gênes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org