Navigation – Plan du site

Une opération politique d’urbanisme à Aix-en-Provence

Mutations de l’habitat et de l’habitant au quartier Mazarin (XVIIe-XVIIIe siècles)
Inès Castaldo
p. 97-111

Résumés

À l’image de la capitale, la ville d’Aix-en-Provence connut au XVIIe siècle d’importants développements architecturaux. Avec ses vastes hôtels particuliers aux jardins ombragés et aux fontaines richement ornées, le quartier Mazarin en fait partie. Le nouvel agrandissement de 1646, décidé par l’archevêque Michel Mazarin, est sans conteste le quartier le plus prestigieux de l’ancienne capitale de la Provence, le fleuron d’une architecture luxueuse et variée, l’écrin d’une société choisie, une forme d’urbanisme à part, une ville dans la ville. L’édification du quartier Mazarin mit en scène de nombreux acteurs de la ville, à travers des jeux de pouvoirs essentiellement religieux. Elle entraîna également une véritable mutation de la ville tout entière, tant sur le plan urbain qu’architectural, et donna enfin naissance à d’autres mutations, sociales pour leur part.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Aix-en-Provence

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Mazarin naquit à Rome en 1605. Frère du cardinal Jules Mazarin, né de l’union entre Pietro M (...)
  • 2 Jean-Paul COSTE, La ville d’Aix en 1695, structure urbaine et société, Aix-en-Provence, La Pensée U (...)

1Le quartier Mazarin, neuvième agrandissement de la ville d’Aix, fut décidé dès l’année 1645 par l’archevêque Michel Mazarin, frère du cardinal Mazarin1. Son édification débuta en 1646. Le projet résultait d’un besoin vital de la population, qui augmentait de surcroît, et qui n’avait plus assez de place au sein de la ville pour se loger2. De nombreux habitants vivaient extra muros, notamment ceux du bourg Saint-Jean, situé au sud-est de la ville, et n’étaient pas en sécurité au sein de remparts. Tous ces arguments, invoqués par l’archevêque auprès du Roi, furent les raisons de cette nouvelle augmentation de la ville, qui eut pour conséquence d’agrandir sa superficie de plus d’un tiers. Cette véritable transformation urbaine de la ville d’Aix-en-Provence, au milieu du XVIIe siècle, aura un impact plus que conséquent sur l’histoire provençale, sur l’histoire de l’architecture et surtout sur l’histoire sociale et culturelle de la ville. Renommé et prestigieux, le quartier Mazarin est le seul à avoir gardé sa vocation première : une vocation résidentielle ; on n’y trouve pas de grands magasins et les façades n’ont de façon générale pas été défigurées.

2L’étude des données historiques, économiques et politiques qui accompagnèrent le contexte général de l’édification du quartier Mazarin met en lumière l’une des plus importantes opérations urbaines du XVIIe siècle français. Sa construction mit en scène différents acteurs de la ville, à travers des conflits essentiellement économiques, alimentés par d’importants intérêts financiers, et entraîna dans le même temps une mutation de la ville tout entière, tant sur le plan urbain qu’architectural. Elle donna enfin naissance à d’autres mutations, sociales pour leur part.

Une opération politique : l’archevêché et l’ordre de Malte

3À l’origine cultivé sur la majorité de sa superficie, le quartier Mazarin fut bâti sur un vaste terrain : des propriétés religieuses. Les terres étaient divisées en deux moitiés pas tout à fait égales, qui appartenaient d’une part à l’Archevêché d’Aix-en-Provence, d’autre part à la commanderie de Saint-Jean de Malte, ce qui ne fut pas sans conséquences (ill. n° 1).

Illustration 1. Plan

Illustration 1. Plan

Plan original du quartier Mazarin par Jean Lombard, 1646, Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, Ms 864 (R. A.40).

Cliché de l’auteure

4Ces deux institutions, qui comprirent rapidement les enjeux financiers d’une telle opération urbaine, se prêtèrent au jeu de la spéculation immobilière et menèrent une âpre lutte juridique, longue et argumentée.

  • 3 AM Aix-en-Provence, AA 13.

5Dès l’obtention des lettres patentes du roi, en 16463, une gigantesque spéculation immobilière et financière commença, dans un premier temps sur les terres de l’Archevêché. Les acheteurs se précipitèrent tout d’abord sur l’actuelle place des Quatre Dauphins, puis sur le nouveau cours à carrosses. En réalité, la démolition progressive des anciens remparts empêchait tout achat en bordure de la grande avenue. Les maisons du Cours furent en revanche les premières à être mises en chantier.

  • 4 AM Aix-en-Provence, AA 13, f° 522, « Transaction passée entre les sieurs consuls au nom de la commu (...)
  • 5 AM Aix-en-Provence, BB 103, f° 4, « Procès contre l’entrepreneur de la nouvelle enceinte de la vill (...)
  • 6 AD 13, 1 G 45, « Consultation touchant l’interest de l’Archevesché d’Aix, pour le contract du grand (...)
  • 7 AD 13, 1 G 46.
  • 8 AD 13, 1 G 46.
  • 9 AD 13, 1 G 46.

6Après une quinzaine d’années, les ventes de terrains ralentirent considérablement. Le lotisseur de l’archevêché, Jean-Henri d’Hervart, qui était chargé de les vendre, fut à cette époque à l’origine de manœuvres considérables visant à extorquer le plus possible de fonds. Dès 1655, il fut accusé de malfaçons dans la construction de la nouvelle enceinte4. D’autres actes lui furent reprochés. Ainsi, le 4 juin 1655, suite à la requête de l’archevêque Jérôme de Grimaldi, successeur de Michel Mazarin, les consuls de la ville intentèrent un procès contre lui5. Jean-Henri d’Hervart aurait employé des matériaux peu coûteux et une main d’œuvre sous-qualifiée afin d’augmenter ses bénéfices sur les taxes imposées aux nouveaux habitants. On découvrit également qu’il avait vendu des terrains déjà occupés ou des terrains identiques à plusieurs personnes. Il avait surtout mis peu d’empressement à effectuer les ventes et, selon l’archevêque, les places furent cédées à un prix trop élevé6. Dans une sentence officielle donnée à Jean-Henri d’Hervart le 4 mai 1660, l’archevêque Jérôme de Grimaldi confirma les dommages et intérêts que le lotisseur dut subir et lui imposa d’effectuer la vente des places restantes dans un délai de dix années. Le 5 mai 1660, Jean-Henri d’Hervart fit appel du jugement de l’archevêque auprès du Grand Conseil7. Le 26 janvier 1661, la sentence rendue un an plus tôt contre le lotisseur fut confirmée. Le 20 décembre 1669, les dix années de délai accordées au spéculateur étant pratiquement écoulées, ce dernier n’ayant pas encore vendu toutes les places à bâtir du quartier Mazarin, il requit un délai de trente années supplémentaires8. Une sentence du 18 mars 1670 lui accorda un nouveau délai, mais d’une durée de cinq années seulement9. Le 26 mars 1671, le Grand Conseil se réunit. Alors que les cinq années qui avaient été accordées à Jean-Henri d’Hervart étaient pratiquement écoulées, il restait encore de nombreuses places de maisons à vendre. Le procès, qui prit fin en 1674, ralentit fortement l’édification du nouveau quartier.

7Il eut également de fâcheuses conséquences pour l’ordre de Malte et, de façon plus générale sur l’entente entre les deux institutions religieuses que sont l’Archevêché d’Aix et l’ordre de Malte. Celles-ci étaient d’ailleurs depuis longtemps en conflit, car les prieurs successifs de l’église Saint-Jean avaient par le passé refusé à maintes reprises d’être encloses dans la ville au moyen de nouveaux remparts. Michel Mazarin avait alors réussi là où ses prédécesseurs avaient échoué. L’édification du quartier Mazarin amplifia de façon démesurée la mauvaise entente entre les deux institutions.

  • 10 L’ordre de Malte était composé de neuf Langues qui représentaient les provinces et les pays où étai (...)
  • 11 Bibliothèque Nationale de Malte, 2087, registre des délibérations de la Langue de Provence (1653-16 (...)
  • 12 AD 13, 56 H 4210, « Arrest pour frère Hercules de Berre prieur de Saint-Jean d’Aix contre Bernard O (...)
  • 13 AD 13, 56 H 1204, « Registre du livre de Viany. Nouveaux baux de terrains à bâtir dans l’enclos Sai (...)

8Des documents d’archives jamais exploités, découverts à la Bibliothèque Nationale de Malte, expliquent les faits. En 1653, l’Archevêché ordonna à la Langue de Provence10 de payer la somme de vingt-quatre mille huit cent quarante-deux livres pour contribuer à l’édification du nouvel agrandissement11. Insurgée, la commanderie refusa de payer et le prieur de l’église Saint-Jean, Hercule de Berre, déposa une plainte auprès du roi12. Mais le 2 décembre 1654, l’archevêque obtint un arrêt du conseil d’État qui obligea le prieur à régler sa dette13. C’est à partir de ces évènements que l’ordre de Malte décida aussi de se livrer à la spéculation immobilière. Réunis lors d’un conseil en 1653, les commandeurs de l’ordre de Malte décidèrent, devant le peu de délai qui leur était accordé pour le paiement, de mettre eux aussi des lots de terre en vente. Tous ces évènements coïncidèrent avec les actions frauduleuses du lotisseur de l’archevêché : Jean-Henri d’Hervart aurait voulu s’emparer de l’enclos de la commanderie de Malte afin d’en vendre lui-même les lots à bâtir. Dans les documents de la Bibliothèque de La Valette, il va jusqu’à se déclarer possesseur de leurs terres.

9Le conflit ne sembla pas s’arrêter là. Des documents d’archives annoncent, au milieu du XVIIIe siècle, une éventuelle tentative de récupération totale du quartier par l’ordre de Malte. Mais celle-ci n’est pas clairement explicite. À cette époque, on relève des indices tangibles de la mainmise progressive et peut-être finalement totale de l’ordre de Malte sur le quartier : des emménagements massifs de chevaliers de l’ordre au sein du quartier, le paiement des taxes effectué désormais auprès de la Langue de Provence par des propriétaires qui habitent pourtant sur les terres de l’Archevêché et la présence de la croix de Malte au sommet de l’obélisque de la place des Quatre Dauphins, précédemment décoré d’une fleur de lys.

10Ces conflits entre les deux institutions religieuses, générés par les intérêts de l’opération financière, s’avèrent très intéressants, mais on distingue également, à l’époque de la création du quartier Mazarin, l’apparition d’une dimension sociale tout à fait nouvelle, d’un jeu relationnel très fort entre les habitants du quartier, quelle que soit leur catégorie sociale. Depuis sa construction et au cours des siècles suivants, le quartier Mazarin a toujours formé une sorte de ville dans la ville. Ancrés dans un système de représentations sociales, les habitants y développèrent leur propre capital social, économique et culturel. Les systèmes de sociabilité se matérialisaient par la présence déjà effective de lieux de rencontre : le cours à carrosses, la place des Quatre Dauphins et l’église Saint-Jean de Malte. Les habitants faisaient édifier leurs demeures ensemble : les entrepreneurs œuvraient pour les plus aisés à la construction de leurs hôtels particuliers mais y bâtissaient par la même occasion leurs propres maisons. Les sculpteurs et les peintres qui s’étaient installés dans le nouvel agrandissement décoraient, meublaient et équipaient les demeures des uns et des autres. Les maîtres maçons Jean Jaubert et Laurent Vallon (tout particulièrement actifs dans l’édification des demeures privées du quartier), le graveur et géomètre Louis Cundier et son fils Jean-Claude, le sculpteur Jacques Fossé et son fils Honoré, les peintres Jean Daret et Rodolphe Ziegler, les maîtres gipiers Joseph Jaubert et François Lieutaud ou encore le menuisier Jean Durand, habitaient dans le quartier. Les différents corps de métiers permettaient de tisser un vaste réseau d’échanges entre les résidents. Ils commerçaient et traitaient ensemble de nombreuses affaires. Trésorier du roi et riche marchand, Pierre Maurel de Pontevès avait son comptoir de banquier au rez-de-chaussée de son hôtel du cours à carrosses et consentait de nombreux prêts en faveur des habitants de la ville. Une bonne partie d’entre eux résidait au quartier Mazarin, comme le peintre Jean Daret ou le marchand tapissier Claude Paradis. Pierre Maurel de Pontevès se servait de ces transactions pour faire travailler les artistes et les artisans du quartier. En guise de remboursement, il les engageait pour la décoration de sa demeure : Jean Daret pour les ornements en peinture, Claude Paradis pour la livraison de tapisseries et les ameublements. Grâce à des échanges économiques entre marchands aisés, artisans moins fortunés, artistes et parlementaires, il s’était installé au quartier Mazarin un véritable commerce de proximité. Les artisans qui travaillaient ensemble tissèrent également des liens familiaux. Entre autres exemples, le 23 août 1656, le graveur et géomètre Louis Cundier fut le témoin du sculpteur Jacques Fossé le jour de son mariage. Les maîtres maçons associés Jean Jaubert et Laurent Vallon étaient beaux-frères et le marchand Antoine Poignant était le beau-père de Jacques Fossé. L’édification du quartier Mazarin généra un tissu social qui commerça, échangea et fit du profit.

11Il se produit également au sein du quartier un phénomène d’émulation extraordinaire au cours de son édification. Dans les prix-faits de construction, conservés dans les minutes notariales, nous avons pu relever que les propriétaires faisaient systématiquement référence à la demeure d’un autre, pour la construction de la leur, que ce soit pour le modèle de la façade, de l’escalier, des portes, des cheminées ou des décors intérieurs. On copiait la plupart du temps les plus riches et les plus puissants, comme le Trésorier du Roi Pierre Maurel de Pontevès. Cette émulation témoigne de façon remarquable de la qualité des relations entretenues entre les habitants du quartier, probablement amenés à visiter les chantiers de construction des uns et des autres.

Mutations urbaines : nouvel agrandissement, nouvelle organisation de l’habitat

12L’édification du quartier Mazarin permit une véritable mutation du modèle urbain et architectural aixois. Sa forme orthogonale, quoique déjà utilisée dans les septième et huitième agrandissements (Villeneuve et Villeverte) mais de façon beaucoup plus timide, est ici complètement amplifiée, véritablement assimilée par son concepteur Jean Lombard et comprise en tant que tel : un lotissement, qui inclut tout naturellement l’achat de parcelles par des particuliers, la mise en place d’un cours à carrosses ainsi que d’une place centrale avec fontaine (ill. n° 2).

Illustration 2. Plan de cadastre

Illustration 2. Plan de cadastre

Cadastre actuel du quartier Mazarin

Cliché de l’auteure

  • 14 Leonardo BENEVOLO, Histoire de la ville, Roquevaire, Éditions Parenthèses, 1983 pour la traduction (...)
  • 15 Ce modèle de ville nouvelle fut imposé par les autorités et codifié par Philippe II dans une loi de (...)

13L’organisation urbaine du quartier s’inscrit dans la continuité d’une longue évolution citadine française, voire mondiale. L’époque romaine, marquée par la mise en place massive de plans urbains dits « en échiquiers », fut à l’origine même de l’orthogonalité de la plupart des villes nouvelles ou fortifiées du Moyen-Âge14 ou encore de quartiers conçus en France, de la Renaissance au XVIIIe siècle. Ce modèle urbain consiste en l’élaboration d’une cité compacte, qui concentre les habitations dans une trame strictement rectiligne, définissant une série d’îlots presque toujours carrés et organisés autour d’un espace central vide, une place regroupant les monuments les plus importants. La trame urbaine du quartier Mazarin – même si celui-ci ne s’apparente pas à une ville –, sa surface délimitée de remparts ainsi que sa place centrale, montrent tous les aspects d’une cité nouvelle issue de la tradition du Moyen-Âge15.

  • 16 Antoine de ROUX, Villes neuves. Urbanisme classique, Paris, Rempart, collection Patrimoine vivant, (...)
  • 17 Alexandre GADY, Les hôtels particuliers de Paris. Du Moyen-Âge à la Belle Époque, Paris, Éditions P (...)

14En France, aux XVIe et XVIIe siècles, les places fortes à plan orthogonal se répandirent : Vitry-le-François en 1545, Henrichemont entre 1608 et 1612, ou encore Charleville de 1608 à 1627, parfois augmentées d’enceintes massives de forme polygonale, comme à Nancy dès 1580, Grenoble ou Toulon16. Des villes nouvelles à vocation portuaire se dressèrent également dans l’Ouest de la France, telles Brouage et Le Havre de Grâce au XVIe siècle, Rochefort, Port-Louis ou encore Lorient au XVIIe siècle. Certaines de ces villes neuves, parfois édifiées par des souverains, servirent d’exemple pour la construction de la ville de Richelieu entre 1631 et 163317, ainsi que pour la construction de Versailles en 1671.

  • 18 La première pierre de La Valette fut posée le 28 mars 1566. Elle fut édifiée selon les plans de l’i (...)
  • 19 Jean-Luc MASSOT, Architecture et décoration du XVIe au XIXe siècle, L’art de restaurer en Provence, (...)

15La ville de La Valette à Malte, entièrement édifiée selon la volonté de l’ordre de Malte au XVIe siècle, présente de façon similaire une trame urbaine nettement orthogonale, dans la continuité des villes neuves de la période médiévale18. La forte implication de l’ordre de Malte au cours des spéculations du quartier Mazarin, ainsi que la découverte de documents manuscrits les concernant à la Bibliothèque Nationale de la Valette, incitent à avancer l’hypothèse d’une influence du plan de la capitale de Malte sur la trame urbaine de ce quartier. Dans la mesure où le projet d’agrandissement fut décidé par l’archevêque et ne fut pas une initiative proprement dite de l’ordre de Malte, l’idée peut sembler improbable. D’autant plus que le plan orthogonal semblait être un modèle urbain très prisé des rois, des grands princes, des ministres, ou des proches de la Cour. Certes, il est difficile d’apprécier le rôle effectif que joua la Langue de Provence dans la création du quartier Mazarin. Une chose est sûre, le projet de l’archevêque dut être accepté par l’ordre de Malte, puisque leur église, située à l’époque extra muros, allait être insérée au sein du nouveau parcellaire. Dans ces conditions, la Langue de Provence eut très probablement son mot à dire quant à l’aspect du futur quartier et à sa forme urbaine, mettant en valeur ou non son monument. La trame orthogonale de La Valette à Malte a bien pu avoir quelque influence sur celle de l’agrandissement de 1646, d’autant que sur place, la ressemblance est frappante. Un dernier argument doit être versé à ce dossier : le créateur des plans du quartier Mazarin, Jean Lombard, fit de source sûre un voyage à Malte en 1612. Sa carrière, révélatrice des fonctions diverses qu’il exerça, le porta en effet sur cette île dans le but d’effectuer des observations astronomiques19. Il a pu à cette occasion visiter la capitale de l’île, constater en architecte et urbaniste qu’il était l’organisation rigoureuse de ses rues rectilignes et s’en inspirer pour la conception des plans du quartier Mazarin. Même si ce type de parcellaire avait déjà été mis en œuvre à Aix-en-Provence pour des agrandissements limités, l’ambition d’une adaptation à grande échelle fut certainement confortée par l’ampleur efficace de la trame urbaine de la capitale maltaise.

16Le nouveau lotissement aixois permit la création de demeures d’envergure différente et d’une architecture variée (hôtels particuliers mais aussi demeures plus modestes). Les maisons de la vieille ville, qui avaient conservé leur héritage médiéval, étaient bâties sur des terrains exigus, souvent sans jardin. Le projet de Michel Mazarin permit la naissance d’un nouveau modèle architectural de la demeure privée, d’une organisation nouvelle de l’hôtel particulier, aux antipodes des modèles anciens.

17Les nouveaux propriétaires, disposant d’un parcellaire vaste et régulier, purent alors construire un espace habitable convenable, avec communs, écuries et jardins ornés de magnifiques fontaines. Ils remédièrent aux problèmes de salubrité et d’humidité grâce à l’édification de maisons saines, plaisantes et particulièrement bien éclairées. Ils prirent en compte l’orientation des maisons puisqu’ils placèrent presque systématiquement leurs façades d’entrée au Nord, sur la rue, et leurs façades sur jardin au sud. Ce procédé, grâce également au nouveau principe de la distribution doublée en profondeur, permit de disposer d’appartements chauds en hiver (côté jardin) et d’appartements frais en été (côté rue). Certaines demeures, moins spacieuses et placées dans des rues allant de Nord en Sud, comme la rue du Quatre Septembre, sont orientées à l’Est et à l’Ouest. Dans ce cas, une intelligente stratégie permit l’ensoleillement. La façade principale, orientée à l’Est ou à l’Ouest, fut alors augmentée d’une aile en retour, ce que l’on appelle alors un plan d’édifice en L, donnant ainsi côté Sud sur un jardin ensoleillé (ill. n° 3).

Illustration 3. Plan du quartier

Illustration 3. Plan du quartier

Typologies des hôtels particuliers du quartier Mazarin à partir du cadastre actuel.

Composition et cliché de l’auteure.

  • 20 Ces décors ont aujourd’hui disparu.

18Cette véritable mutation de l’espace architectural privé s’accompagna bien évidemment d’une volonté de démarcation sociale, cela à travers l’ornementation fastueuse des façades, dont le décor égalait le rang des propriétaires : l’hôtel Maurel de Pontevès (38, cours Mirabeau), qui est paré de somptueux atlantes, ou encore l’hôtel particulier de Claude Paradis, marchand tapissier qui fit décorer sa façade par le peintre Jean Daret, qui deviendra plus tard peintre du Roi20. Citons encore l’hôtel de Boisgelin (11, rue du Quatre Septembre), ouvert sur la place des Quatre Dauphins par une cour d’honneur (ill. n° 4).

Illustration 4. Hôtel particulier

Illustration 4. Hôtel particulier

Hôtel de Boisgelin, place des Quatre Dauphins.

Cliché de l’auteure.

19L’espace conséquent mis à disposition des nouveaux acquéreurs permit également l’aménagement de très vastes vestibules et cages d’escaliers, qui annoncent encore une fois, dès l’entrée, le statut du propriétaire. Tel fut le cas dans de nombreuses demeures, notamment dans les hôtels Maurel de Pontevès (38, cours Mirabeau, ill. n° 5) ou Forbin (20, cours Mirabeau).

Illustration 5. Intérieur d’une demeure

Illustration 5. Intérieur d’une demeure

Escalier d’honneur de l’hôtel Maurel de Pontevès (38, cours Mirabeau).

Cliché de l’auteure.

20L’édification tout entière du quartier Mazarin se déroula sur près d’un siècle et demi. Cette vaste chronologie permit aux édifices privés d’évoluer au fil du temps, de se transformer tout en suivant les modes et les goûts de chaque période de l’histoire de l’architecture. Nous pouvons ainsi dresser tout un panel de styles architecturaux, de 1646 à la veille de la Révolution, puisque nous le constatons, les édifices du quartier Mazarin subirent de nombreuses transformations et quelques édifices furent même démolis et reconstruits. Ainsi l’hôtel de Caumont, dès 1715 (rue Joseph Cabassol, ill. n° 6), l’hôtel Villeneuve d’Ansouis, en 1757 (9, rue du Quatre Septembre, ill. n° 7), ou encore le magnifique hôtel Bonnet de la Baume, édifié en 1786 à la place de l’hôtel de la Monnaie tombé en ruine (2, rue Goyrand, ill. n° 8).

Illustration 6. Façade d’un hôtel particulier

Illustration 6. Façade d’un hôtel particulier

Hôtel de Caumont (rue Joseph Cabassol).

Cliché de l’auteure.

Illustration 7. Hôtel Villeneuve d’Ansouis

Illustration 7. Hôtel Villeneuve d’Ansouis

Façade (9, rue du Quatre Septembre).

Cliché de l’auteure.

Illustration 8. Hôtel Bonnet de la Baume

Illustration 8. Hôtel Bonnet de la Baume

Façade (2, rue Goyrand).

Cliché de l’auteure.

Mutations sociales accompagnant ce phénomène

21Toutes ses transformations architecturales ne peuvent être évoquées sans l’analyse des personnes qui bâtirent ces demeures. L’émergence de la noblesse de robe, favorisée par l’achat de charges royales, permit à des personnes roturières, dès le début du XVIIe siècle, d’adopter un mode de vie aristocratique et de faire édifier des maisons de qualité. La capitale de la Provence, siège du Parlement, fut représentative de ce phénomène. Toutefois, en ce qui concerne le quartier Mazarin, l’idée que l’on se fait depuis des décennies de ses habitations, luxueuses et richement ornées, ainsi que de leurs commanditaires, aristocrates, n’émane-t-elle pas d’une tradition orale, d’une vision globale et superficielle du quartier, image tardive des XVIIIe et XIXe siècles ?

  • 21 AD 13, minutes du notaire Jean André, 302 E 1116, toutes années. 56 H 1 204, « Baux de terrains à b (...)

22L’étude de la totalité des actes de vente des parcelles à bâtir du nouvel agrandissement (219 baux)21 permet de répondre à cette interrogation et de mettre en lumière la véritable nature des classes sociales qui occupaient ce quartier à son origine. À savoir de nouvelles classes montantes : notaires, avocats, bourgeois, marchands enrichis ou qui ont acquis une charge royale, mais plus étonnamment architectes, peintres, maîtres d’œuvres, artisans et ouvriers désireux de monter dans la hiérarchie sociale. L’étude de ces documents démontre en outre que la présence effective de la noblesse ne s’éleva qu’à moins de six pour cent des acquéreurs de lots à bâtir.

23Les contrats de vente rédigés par l’Archevêché et l’ordre de Malte révèlent donc une importante variété des origines sociales parmi les acheteurs. Le quartier Mazarin se place en tant que nouvel exemple d’un système social régi par des parvenus, membres des nouvelles élites urbaines du XVIIe siècle, s’étant entourés de corps de métiers artisanaux utiles en temps voulu.

24Les contrats de vente rédigés par l’Archevêché et l’ordre de Malte révèlent donc une importante variété des origines sociales parmi les acheteurs. Le quartier Mazarin se place en tant que nouvel exemple d’un système social régi par des parvenus, membres des nouvelles élites urbaines du XVIIe siècle, s’étant entourés de corps de métiers artisanaux utiles en temps voulu. Aux côtés de marchands enrichis, de parlementaires et de personnes qui exerçaient une charge royale, s’installa une grande quantité d’artisans, qui finalement emporta même la majorité. Parmi les cent dix-neuf acheteurs du quartier Mazarin, cette majorité correspond à soixante-et-une personnes, ce qui équivaut environ à cinquante-deux pour cent des acheteurs.

25On note également une différenciation sociale importante entre les acheteurs des terres de l’Archevêché et ceux de la propriété de Malte. Même si à l’époque le terrain de l’ordre de Malte était moins étendu que celui de l’archevêque, on constate qu’une majorité d’ouvriers, d’artisans et d’entrepreneurs s’y était installée. Parmi les quarante-huit acheteurs de terres de l’ordre de Malte, ils représentaient trente-six bâtisseurs. Sur les terres de l’Archevêché, on comptait vingt-cinq artisans pour un total de soixante-et-onze acheteurs. Les artisans furent plus nombreux à élire demeure sur les terres de l’ordre de Malte que sur celles de l’Archevêché.

  • 22 Michel FIGEAC, « Les significations d’un lieu de vie : l’hôtel parlementaire à Bordeaux et à Toulou (...)
  • 23 Sylvain TURC, « Réflexions sur les modalités de l’inscription spatiale des élites dans une ville de (...)

26Cette étude sociale permit donc de mettre au jour l’identité des bâtisseurs du quartier Mazarin : nouvelle bourgeoisie, parlementaires, artisans et marchands qui souhaitaient s’élever dans la société. Comme à Bordeaux, « les nouveaux quartiers en plein essor attiraient plutôt la communauté négociante ou une noblesse récente en pleine ascension sociale à l’instar des trésoriers de France »22. La noblesse d’épée ne sembla pas non plus attirée par le nouveau quartier : « les nobles de robe ne se mêlaient guère à l’épée » et « les élites roturières témoignaient de peu d’attrait pour les quartiers nobiliaires »23.

27La perception ancienne que l’on se faisait de ce quartier ne s’attachait ainsi qu’à une vision architecturale, non pas à une étude historique. Les plus beaux hôtels particuliers du quartier Mazarin concédèrent à eux seuls l’image noble qu’on leur associa. Ouverte à toutes les classes de la société, l’immense spéculation immobilière permit la création d’un quartier socialement hétéroclite et non pas, au départ, le lotissement d’un quartier riche ou noble. L’acquisition de parcelles de taille variable rendit possible la venue de riches aixois, capables d’acheter plusieurs lots, ou encore de personnes de classe moyenne, qui n’achetaient parfois qu’une seule parcelle. La liberté de choix permit l’édification de maisons d’ampleurs diverses. Depuis des décennies, la qualité et la beauté des demeures du quartier conférèrent une image noble au quartier Mazarin. Toujours tirés vers le haut par une nouvelle classe montante, l’ostentation des uns nourrit la prétention des autres. Et c’est en cela que l’on peut dire que le quartier Mazarin permit l’émergence de nouveaux groupes et de nouvelles élites de la société aixoise.

  • 24 AD 13, 1 G 47, « Répertoire des cens dus à l’archevêque par les propriétaires du nouveau quartier ( (...)

28Pourtant, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, le quartier Mazarin comptait davantage de familles nobles. Un document de 1732 qui dresse la liste de cent-deux habitants du quartier Mazarin24 dénombre quarante-quatre familles nobles, alors que nous n’en comptions que sept à sa création. Cette liste révèle que les artisans ne représentaient plus la majorité des habitants, contrairement à ce que l’on avait constaté dans la seconde moitié du XVIIe siècle. À cette date, nous comptons au quartier Mazarin seulement seize artisans, contre soixante-et-un entre 1646.

29Or, on retrouve de façon tout à fait surprenante les noms des descendants des premiers bâtisseurs du quartier : les marchands Louis Perrin et Prosper Gassendi, le banquier Pierre Maurel, le notaire Henri Colla, le conseiller à la cour des comptes Jean Gastaud ou encore les frères marchands Jean-Antoine et François Lambert. Dans la liste de 1732, les noms de leurs descendants apparaissent avec une particule : « Monsieur de Perrin, écuyer, Monsieur de Gassendy, capitaine de la cavalerie, Monsieur de Maurel, Monsieur de Colla, avocat, Monsieur le conseiller de Gastaud et Monsieur le conseiller de Lambert… ».

  • 25 Monique CUBELLS, Structure de groupe et rapports sociaux au XVIIIe siècle : les parlementaires d’Ai (...)

30Ce phénomène s’explique si l’on prend en considération un usage répandu à l’époque : l’acquisition du titre de noblesse. Parmi ces nouveaux habitants, on dénombre de ce fait une grande quantité de conseillers du roi anoblis grâce à leur charge. En cette première moitié de XVIIIe siècle, ces habitants du quartier Mazarin étaient donc devenus nobles et cette noblesse soudaine doit être attribuée à leurs fonctions. On note également l’importance du mariage d’intérêt. « L’évolution de 1715 à 1789 est donc nette : le Parlement de Provence s’est aristocratisé »25.

31Le neuvième agrandissement de la ville d’Aix-en-Provence est un exemple représentatif d’une opération urbaine à caractère politique, dotée d’enjeux économiques et de profits conséquents, bien compris par les différents protagonistes de l’affaire qui n’hésitèrent pas à se livrer une féroce bataille. Cette transformation de la ville au XVIIe siècle entraîna de nombreuses mutations, qu’elles soient architecturales, avec l’adoption d’un nouveau plan urbain et d’une nouvelle stratégie d’habitat privé, ou bien sociales, avec petit à petit, la conversion d’une population modeste à l’origine, en une nouvelle élite, grâce à une volonté croissante d’anoblissement.

Haut de page

Notes

1 Michel Mazarin naquit à Rome en 1605. Frère du cardinal Jules Mazarin, né de l’union entre Pietro Mazzarino et Hortense Bufalini, il était capable de nouer toutes sortes d’intrigues pour parvenir à ses fins. En 1620, à l’âge de quinze ans, il rejoignit l’institut des frères prêcheurs dans le couvent de la Minerve à Rome. Après des études de théologie à Bologne, il enseigna dans son couvent. On ne tarda pas à lui confier la conduite de la province de la Pouille, puis celle de Rome. Peu de temps après, il obtint la place de maître Sacré du Palais du Pape. En 1642, il fut établi vicaire général de tout l’ordre de Saint Dominique. Il n’occupa ce poste que durant deux années, car la mort de Louis de Bretel, archevêque d’Aix-en-Provence, lui permit de prendre sa place. Michel Mazarin reçut la consécration en juillet 1645. Par la suite, il fut nommé cardinal de Sainte-Cécile, vice-roi de Catalogne et ambassadeur de Louis XIV à la cour de Rome. Révérend Père A. TOURON, Histoire des hommes illustres de l’ordre de Saint Dominique, Paris, Babuty et Quillau, 1748.

2 Jean-Paul COSTE, La ville d’Aix en 1695, structure urbaine et société, Aix-en-Provence, La Pensée Universitaire, 1970. Ses principales sources sont les registres de la capitation de 1696 (AM Aix-en-Provence, CC 10).

3 AM Aix-en-Provence, AA 13.

4 AM Aix-en-Provence, AA 13, f° 522, « Transaction passée entre les sieurs consuls au nom de la communauté de cette ville d’Aix et le sieur d’hervart, touchant la nouvelle enceinte de ladite ville. 14 juin 1655 ». Le même document est conservé dans la liasse BB 145, f° 471. « Sommation pour la communauté d’Aix ; Bien que en suitte et conséquance de lacte de transaction passé le quatorze juillet mil six cens quarante six entre éminentissime seigneur messire Michel de Mazarin Cardinal de Sainte Cecille archevesque daix et lesdits sieurs consuls et communauté de ladite ville icelluy seigneur Cardinal ou autre ayant droict et cause […] ils deubsent avoir faict acomoder les fossés et lisses au dehors ladite ville a lendroict de lagrandissement qui a esté faict, neantmoings ils ont lessé les choses imparfaictes en telle sorte que lesdits sieurs consuls ont receu diverses plaintes de ce que le public souffre un grand dommage […] ».

5 AM Aix-en-Provence, BB 103, f° 4, « Procès contre l’entrepreneur de la nouvelle enceinte de la ville, 4 juin 1655 ».

6 AD 13, 1 G 45, « Consultation touchant l’interest de l’Archevesché d’Aix, pour le contract du grand jardin avec monsieur d’Hervart, 1656 ».

7 AD 13, 1 G 46.

8 AD 13, 1 G 46.

9 AD 13, 1 G 46.

10 L’ordre de Malte était composé de neuf Langues qui représentaient les provinces et les pays où étaient implantées les différentes commanderies religieuses. La Langue de Provence en faisait partie.

11 Bibliothèque Nationale de Malte, 2087, registre des délibérations de la Langue de Provence (1653-1670), f° 38 v° (1653).

12 AD 13, 56 H 4210, « Arrest pour frère Hercules de Berre prieur de Saint-Jean d’Aix contre Bernard Olivier bourgeois, du 4 et 5 août 1654 : « […] ayant fait procéder à une taxe sur les biens dudit prieuré Saint-Jean ledict de Berre avec le seigneur embassadeur dudict ordre en auroient porté lesdites plaintes au roy et à nosseigneurs de son conseil […] ».

13 AD 13, 56 H 1204, « Registre du livre de Viany. Nouveaux baux de terrains à bâtir dans l’enclos Saint-Jean et de terres au quartier de Luynes. Copies de contrats et procès sur la taxe à payer pour l’enclos sis dans l’agrandissement d’Aix (1655-1685, 473 folios). Rapport de collocation du sieur d’Hervart sur les places de l’enclos du prieuré de Saint-Jean. 

14 Leonardo BENEVOLO, Histoire de la ville, Roquevaire, Éditions Parenthèses, 1983 pour la traduction française. Il explique l’influence que la tradition médiévale exerça sur les temps modernes, au travers des villes neuves et des bastides, fondées au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle en France, mais également la prise en compte de l’apport de la culture de la Renaissance, notamment avec les traités de Vitruve et d’Alberti, qui prônèrent cet esprit de régularité géométrique.

15 Ce modèle de ville nouvelle fut imposé par les autorités et codifié par Philippe II dans une loi de 1573, première loi d’urbanisme de l’époque moderne. Leonardo BENEVOLO, Ibid.

16 Antoine de ROUX, Villes neuves. Urbanisme classique, Paris, Rempart, collection Patrimoine vivant, 1997.

17 Alexandre GADY, Les hôtels particuliers de Paris. Du Moyen-Âge à la Belle Époque, Paris, Éditions Parigramme, 2008.

18 La première pierre de La Valette fut posée le 28 mars 1566. Elle fut édifiée selon les plans de l’ingénieur militaire Francesco Laparelli. Antoine BLONDY, « L’ordre de Saint-Jean et l’essor économique de Malte (1530-1798) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 71, 1994, p. 75-90.

19 Jean-Luc MASSOT, Architecture et décoration du XVIe au XIXe siècle, L’art de restaurer en Provence, volume 2, Aix-en-Provence, Édisud, 1992.

20 Ces décors ont aujourd’hui disparu.

21 AD 13, minutes du notaire Jean André, 302 E 1116, toutes années. 56 H 1 204, « Baux de terrains à bâtir dans l’enclos Saint-Jean ».

22 Michel FIGEAC, « Les significations d’un lieu de vie : l’hôtel parlementaire à Bordeaux et à Toulouse dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Clarisse Coulomb (sous la direction de), Habiter les villes de cours souveraines en France (XVIe - XVIIIe siècles), Publications de la MSH-Alpes, Eybens, Imprimerie des Deux-Ponts, 2008, p. 153.

23 Sylvain TURC, « Réflexions sur les modalités de l’inscription spatiale des élites dans une ville de parlement : Grenoble, 1750-1794 », Clarisse Coulomb (sous la direction de), Habiter les villes de cours souveraines en France (XVIe - XVIIIe siècles), Publications de la MSH-Alpes, Eybens, Imprimerie des Deux-Ponts, 2008, p. 87.

24 AD 13, 1 G 47, « Répertoire des cens dus à l’archevêque par les propriétaires du nouveau quartier (1732) ».

25 Monique CUBELLS, Structure de groupe et rapports sociaux au XVIIIe siècle : les parlementaires d’Aix-en-Provence, Université de Lille III, Atelier National de Reproduction des Thèses, 1980, p. 36.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Plan
Légende Plan original du quartier Mazarin par Jean Lombard, 1646, Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, Ms 864 (R. A.40).
Crédits Cliché de l’auteure
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Illustration 2. Plan de cadastre
Légende Cadastre actuel du quartier Mazarin
Crédits Cliché de l’auteure
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 3. Plan du quartier
Légende Typologies des hôtels particuliers du quartier Mazarin à partir du cadastre actuel.
Crédits Composition et cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 4. Hôtel particulier
Légende Hôtel de Boisgelin, place des Quatre Dauphins.
Crédits Cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Illustration 5. Intérieur d’une demeure
Légende Escalier d’honneur de l’hôtel Maurel de Pontevès (38, cours Mirabeau).
Crédits Cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Illustration 6. Façade d’un hôtel particulier
Légende Hôtel de Caumont (rue Joseph Cabassol).
Crédits Cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Illustration 7. Hôtel Villeneuve d’Ansouis
Légende Façade (9, rue du Quatre Septembre).
Crédits Cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Illustration 8. Hôtel Bonnet de la Baume
Légende Façade (2, rue Goyrand).
Crédits Cliché de l’auteure.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/4199/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inès Castaldo, « Une opération politique d’urbanisme à Aix-en-Provence », Rives méditerranéennes, 42 | 2012, 97-111.

Référence électronique

Inès Castaldo, « Une opération politique d’urbanisme à Aix-en-Provence », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/4199 ; DOI : 10.4000/rives.4199

Haut de page

Auteur

Inès Castaldo

Docteur en histoire de l'art moderne, laboratoire FRAMESPA, Université de Toulouse-Le Mirail, Inès Castaldo est actuellement ATER en histoire de l'art moderne à l'Université de Toulouse-Le Mirail. Publication récente : Le quartier Mazarin. Habiter noblement à Aix-en-Provence (XVIIe-XVIIIe siècles), Aix-en-Provence, PUP, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org