Navigation – Plan du site

Réformes de police et pratiques gouvernementales à Palerme

sous les Bourbons dans la première moitié du XIXe siècle
Filippo Fiorito

Résumés

À l’époque moderne, à Palerme, l’aristocratie conforte les formes de patronage la liant au peuple par une active médiation sociale. Cet élément détermine une opposition entre les élites locales et les Bourbons. Avec les réformes des Lumières, puis avec l’institution du Royaume des Deux-Siciles, lors de la Restauration, et la naissance d’une police d’État, la monarchie bourbonienne met en œuvre une politique de centralisation étatique et entend réduire la légitimité de l’aristocratie. L’exclusion des Siciliens des choix concernant leur gouvernement conduit à de nombreuses révolutions, durant lesquelles on observe la persistance d’anciennes formes de maintien de l’ordre. L’opposition entre une modernisation administrative et policière envisagée par Naples et la résistance des Palermitains s’achève avec la chute de la Monarchie en 1860.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la mise au point de Paolo NAPOLI, Naissance de la police moderne. Pouvoirs, normes, société, P (...)

1L’étude des réformes de police sous les Bourbons de Naples, dynastie régnante de 1735 à 1860, éclaire la formation en Sicile d’un premier appareil de police d’État en 1799. L’analyse des réformes introduites à partir de la Restauration, suivies par le remodelage de la géographie administrative de la ville, amène à poursuivre trois axes de réflexion. Premièrement, il s’agit d’étudier, entre l’arrivée des Bourbons dans l’île en 1734 et le début du Risorgimento, le rôle joué par les acteurs de la police ainsi que les liens entre les pratiques de maintien de l’ordre public et le découpage de l’espace urbain. Cela nous permet d’observer la naissance et les étapes de la formation d’une police royale, aux ordres du vice-roi plutôt qu’aux mains des magistratures citadines1. Ensuite, l’analyse entend se porter sur les fractures politiques intervenues à partir de la Révolution française et des guerres napoléoniennes pour s’interroger sur l’institutionnalisation d’un appareil de haute police. Enfin, dans un dernier temps, l’attention se focalise sur les réformes conduites à partir des années 1816-1819, afin de mettre en lumière de nouveaux dispositifs de contrôle du territoire et de mesurer leur efficacité lors de la révolution sicilienne de 1848, épisode de crise sur lequel s’achève cet article.

  • 2 Malgré la riche production historiographique relative aux corporations siciliennes, aucune étude n’ (...)

2Notre objectif est de mettre en lumière la naissance d’une police « moderne », c’est-à-dire de saisir les étapes de transformation des polices d’Ancien Régime à Palerme et la mise en place d’un premier appareil de police étatique en Sicile. L’étude de ces dispositifs intègre à la fois une réflexion sur les réformes administratives et policières, et une description des pratiques de contrôle du territoire. Les découpages urbains sont en effet un observatoire privilégié pour interroger les pratiques effectivement exercées par les acteurs intervenant avant, durant et après les réformes. Cela permet d’envisager les réussites, les compromis, les échecs, les forces mobilisées et, parfois, de mieux repérer des éléments historiques restés dans l’ombre2.

  • 3 Des sources anglaises pourraient ouvrir de nouvelles voies de recherche. Nous pensons plus précisém (...)
  • 4 Il s’agit de deux mémoires manuscrits repérés dans les archives d’État de Naples (désormais ASNa) d (...)

3Les sources utilisées sont conservées dans les archives municipales et les Archives d’État ainsi que dans les bibliothèques des villes de Palerme et de Naples3. Cette documentation est à la fois hétérogène et fragmentée : il s’agit le plus souvent de règlements administratifs, de procédures judiciaires, d’actes notariés, de suppliques envoyées au vice-roi, de mémoires manuscrits adressés au roi, parfois écrits afin d’améliorer les polices palermitaines. Ces derniers, les « mémoires de police », ont été particulièrement précieux pour réaliser cette étude4.

Réformes administratives et policières : acteurs et périodisation

  • 5 Voir Claire DOLAN (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de justice du Moyen Âge a (...)

4Sous l’Ancien Régime, les fonctions de police sont exercées par une pluralité d’institutions, parmi lesquelles se trouvent les cours de justice laïques. Une première piste de réflexion nous est offerte par le bras fort de la justice, souvent exercé par un personnel peu qualifié5.

  • 6 Grâce à la legislazione premiale des bandits délateurs pouvaient être employés comme « policiers » (...)
  • 7 DOLAN, op. cit., p. 15 et, pour nous placer sur le long terme, Francesco BENIGNO, Favoriti e ribell (...)
  • 8 Voir Jean-Luc LAFFONT, « La municipalité toulousaine et sa “main forte” policière sous l’Ancien Rég (...)
  • 9 Voir Brigitte MARIN, « “Vivere insieme concordemente” : le projet d’un département de police pour l (...)

5Durant toute l’époque moderne et jusqu’au milieu du XIXe siècle, ces forces de police étaient l’objet de nombreuses critiques à Palerme du fait de leur corruption et de leur grande proximité avec l’univers de la criminalité dont elles provenaient parfois6. Ces auxiliaires de justice étaient rarement dotés des signes permettant de les distinguer, même s’ils étaient obligés en théorie de se doter (à leur frais) de manteaux et de bâtons. Ils « se situent à la jonction entre l’État et les populations, soutenant l’un ou l’autre selon des circonstances et des critères » fluides7. En effet, il s’agit d’une police omniprésente dans la vie des citadins8 : elle n’est peut-être pas la plus importante pour l’administration de la cité mais, comme cela a été observé, elle exerce des fonctions essentielles à la fois pour vivre ensemble dans la concorde et pour gouverner les hommes9.

Des polices citadines à la naissance de la Haute police

  • 10 ASPa, Corte Pretoriana, série “Affari criminali” (désormais C.P., A.c.), cartons 2834-2892 (1675-18 (...)

6La juridiction de premier degré, la Capitania di giustizia (dénommée désormais Capitania), couvrait Palerme, son territoire extra-urbain et ses fiefs10. Son président, le Capitaine de justice, était chargé du maintien de l’ordre public urbain et, comme les membres les plus importants de l’administration citadine (Prétoire et Sénateurs), il devait être citoyen palermitain et provenir de la grande aristocratie du Royaume. Le président de la Capitania n’était ni un juge ni un officier achetant sa charge et son mandat ne durait qu’une année. L’annualité de la charge limitait fortement la dotation policière de la cour puisque cette dernière dépendait des clients des capitaines.

  • 11 En effet les pratiques gouvernementales de la Municipalité permettaient au baronnage de recouvrir l (...)

7En effet, jusqu’en 1781, la Capitania ne disposait pas d’un personnel stable et le renouvellement de ses auxiliaires se fondait sur l’alternance du capitaine. Durant l’année de sa présidence, chaque capitaine pouvait placer ses hommes à la cour pour exercer les fonctions de main forte policière. Au niveau financier, par exemple pour recruter et pour employer les auxiliaires, la Capitania s’appuyait entièrement sur le baronnage. La noblesse contrôlait les charges municipales, dont la présidence de la Capitania, et mobilisait ses ressources pour assurer l’ordre social et pour en tirer profit11.

8La formation de l’appareil de police de cette cour reposait de fait sur les milices privées des capitaines : ces derniers employaient chaque année à cette fin leurs hommes, leurs finances, leurs réseaux et même leurs biens familiaux. Ainsi, par exemple, les caves des palais nobiliaires servaient à l’incarcération des malfaiteurs. Il paraît donc nécessaire de s’interroger sur le rôle joué dans la cité par ces auxiliaires de justice, hommes enracinés dans des relations de forte dépendance personnelle.

  • 12 ASPa, R.S. – Dispacci (désormais R.S. – D.), registre 1500, fol. 206 et suiv., Caracciolo au marqui (...)
  • 13 Les « alabardieri » sont les forces de police de la Capitania tandis que celles de la Magna Regia C (...)
  • 14 Voir Giuseppe GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », in Id. et Vincenzo D’ALESSAN (...)

9De retour de Paris où il était ambassadeur du Royaume de Naples (1771-1781), le marquis Domenico Caracciolo, vice-roi de Sicile de 1781 à 1786, ordonna en 1781 la réforme de la Capitania12. Jusque-là, le capitaine pouvait octroyer des charges d’auxiliaires de la cour à ses clients, parmi lesquels se trouvaient des artisans, particulièrement importants et nombreux13. Cette mesure fut l’une des premières intentées par ce vice-roi. Caractérisé par de nombreuses initiatives, le mandat de Caracciolo se proposait d’impulser, le plus souvent sans succès, un important élan réformateur. Il s’agissait – comme il l’écrivit peu de temps après son arrivée à Palerme – « de procurer le bien public sur les arides bords de la sauvage Sicile »14.

  • 15 Sur la “Réforme des tribunaux“ (1569) voir Orazio CANCILA, « Filippo II e la Sicilia », in Id., La (...)
  • 16 Les prammatiche sont les lois fondamentales du Royaume de Sicile sur lesquelles voir l’étude d’Adel (...)
  • 17 Pragmaticarum Regni Siciliae. Novissima Collectio. Tomus II, Panormi 1637, p. 1-7 ; tomus III, De P (...)

10La juridiction de deuxième degré, la Magna Regia Curia, couvrait le royaume entier et jugeait les délits les plus graves. Itinérante jusqu’à la fin du XVIe siècle, elle s’installa alors définitivement à Palerme15. Cet enracinement d’un pouvoir fort dans la ville avait accentué au fil des ans son influence sur la société citadine. Son président n’était pas forcément palermitain mais conservait sa charge à vie. Ainsi, son pouvoir se développait dans la société tout en étant autonome de celui du vice-roi. Les auxiliaires de cette cour dépendaient étroitement du président qui adoptait des critères de recrutement respectant les prammatiche siciliennes16. Le plus souvent, il s’agissait de prescriptions concernant la réputation des individus, le métier, le parcours d’apprentissage à suivre pendant des années avant d’obtenir officiellement un emploi dans cette cour17.

  • 18 Le terme Tedeschi était normalement utilisé pour distinguer les gardes du vice-roi bien que ce corp (...)

11Le vice-roi avait quant à lui une milice personnelle appelée les Allemands, bénéficiant des privilèges du fors de la guerre18. Ces soldats participaient partiellement au maintien de l’ordre et entraient en concurrence avec les polices des tribunaux citadins. La multiplicité des polices, des juridictions particulières, chacune avec leur bras armé et leur personnel auxiliaire de police, et des fors privilégiés, comme les tribunaux ecclésiastiques et municipaux, représentait l’obstacle majeur à la concentration des fonctions de police dans une seule magistrature royale. En théorie, il s’agissait dans la plupart des cas de polices directement assujetties à la juridiction du roi, mais dans la pratique elles dépendaient plutôt des présidents de leurs cours et non du pouvoir royal représenté à Palerme par le vice-roi. Durant le gouvernement du vice-roi Caracciolo, une situation croissante de troubles favorisa l’institutionnalisation d’un corps d’auxiliaires stables auprès de la Capitania, une police de la cour en théorie soustraite de la dépendance personnelle des capitaines et, donc, de la noblesse.

  • 19 Jean-Marc BERLIÈRE, Catherine DENYS, Dominique KALIFA et Vincent MILLIOT (dir.), Métiers de police. (...)
  • 20 Malheureusement, on ne peut guère être précis sur ce point. Ces commissaires devaient être alphabét (...)
  • 21 GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op. cit., particulièrement p. 615 passim ; (...)

12Ainsi, l’éclaircissement des fonctions policières dans la société amenait progressivement à une première forme de « professionnalisation » des polices de cette cour, bien que les indices de la naissance à Palerme d’un véritable « métier de police »19 ne fussent apparents qu’après 1784. C’est à partir de ce moment qu’on observe les effets de la réforme de 1781, grâce à laquelle des auxiliaires, les commissarji di ronda, devinrent propriétaires de leur charge qu’ils purent transmettre en héritage à leurs fils. Ces derniers commencèrent sans doute à bénéficier d’un certain apprentissage de père en fils20. Ils devaient provenir de la classe des avocats et ils étaient donc théoriquement alphabétisés. Le schéma reste bel et bien celui des polices juridictionnelles d’Ancien Régime exécutant des mesures ordonnées par la Capitania et intervenant seulement à la suite des délits constatés, sans intérêt pour leur prévention. Le passage d’une police de maintien de l’ordre urbain à une police surveillant les classes dangereuses se situa autour du tournant décisif de 1789, quand le danger des Jacobins amena la monarchie à se doter d’une force de police d’État en 179921.

Les acteurs à l’épreuve

  • 22 ASPa, Notai defunti, Stanza I, registre 17621 (1626), f. 514v. suiv. ; f. 523v. suiv. ; f. 530v. ; (...)

13Les actes notariés permettent d’observer quelques modifications des pratiques de recrutement au sein de la Capitania. Jusqu’au milieu du XVIIe siècle, chaque capitaine de justice assignait la surveillance annuelle des quartiers à des artisans appelés commissarji di ronda, qui employaient d’autres membres de la même corporation pour effectuer les patrouilles sous leurs ordres22. Au sein des institutions corporatives, les artisans mettaient en place des pratiques de contrôle des espaces urbains qui n’étaient pas limitées par l’annualité des charges. Excepté lorsqu’ils travaillaient pour la cour, les artisans ne représentaient pas une police officielle mais des acteurs constamment enracinés dans le territoire urbain. Théoriquement, leurs tâches d’auxiliaires cessaient à la fin du mandat du capitaine qui les recrutait pour servir la Capitania. Cependant, les artisans poursuivaient dans l’exercice des fonctions de réglementation de l’ordre public et social bien au-delà du mandat lié au capitaine de justice.

  • 23 Brigitte MARIN, « Découpage de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police (...)
  • 24 Ces policiers sont appelés Inquisitori di Alta polizia, Inquisiteurs de la Haute police.

14La réforme de la Capitania de 1781 prévoyait quant à elle que la cour eût des commissaires de police et visait ainsi à affaiblir les relations de patronage entre l’aristocratie et ses familles armées. En effet, l’un des premiers objectifs de cette réforme fut la limitation de l’accès aux fonctions de police des clients du baronnage, dont les artisans faisaient partie. Dorénavant, ces commissaires seraient titulaires de leur charge, stablement enracinés dans le territoire sans l’intermédiation des corporations et, en théorie, alphabétisés, mais pas encore dotés d’uniformes ni rémunérés. S’inspirant vraisemblablement de la loi de police de Naples de 1779, sans rompre avec le modèle de la police juridictionnelle, cette réforme introduisait ainsi le principe d’enracinement territorial des agents de police, en la personne des commissaires23. Néanmoins, la réforme ne remettait pas en question l’exercice d’une police juridictionnelle et encore traditionnelle, à la différence de la haute police créée en 1799 au sein de la Magna Regia Curia par la Secrétairerie d’État. L’objectif des Bourbons était cette fois la constitution d’un appareil policier étatique doté d’un personnel spécialisé24.

  • 25 ASPa, C.P., A.c., 2860, (1786-1787), Informations contra Gaetano Marsala, Palerme, 1er octobre 1787
  • 26 Costituzioni della Compagnia di Santa Maria della Consolatione, detta della Pace della Città di Pal (...)

15L’étude des polices des cours de justice nous a clairement montré que les premiers agents du contrôle du territoire à Palerme étaient des artisans. Les archives permettent d’identifier d’autres acteurs, parmi lesquels la Compagnia della Pace, confrérie remontant au début du XVIe siècle dont les membres, les pacieri, avaient le droit d’être armés dans la cité. Ils réglaient les inimitiés privées à la suite des délits de sang pour rétablir la paix parmi les citadins25. Ces confrères, les « promoteurs de la paix », notamment des nobles, développaient donc d’autres pratiques de régulation sociale. Les textes constitutifs de la confrérie, sur laquelle nous n’avons malheureusement que peu de documentation, ne nous permettent de comprendre que partiellement ces pratiques exercées par la noblesse26.

  • 27 Voir les récentes contributions, Filippo FIORITO, « "La prepotenza di cosiffatte combriccole". Arti (...)

16En revanche, l’historiographie a pu analyser attentivement les liens entre l’aristocratie et les artisans, intégrés dans des réseaux privilégiés de relations avec le baronnage27. Parfois, les artisans étaient enracinés depuis des siècles dans le quartier, tout en ayant sur le territoire des relations de patronage verticales avec la noblesse, et horizontales avec le peuple. De plus, en tant qu’auxiliaires, ils exerçaient des fonctions de police pour la Capitania qui les recrutait afin d’exécuter des rondes dans les quartiers. En ce qui concerne le service pour la cour, les artisans ne restaient en charge que pour un temps limité, tandis qu’au sein des corporations ils surveillaient constamment les espaces urbains dans lesquels ils habitaient et travaillaient.

  • 28 Stephen KAPLAN, « Notes sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue historique 261/1 (197 (...)
  • 29 Manuscrit de la Biblioteca Comunale di Palermo, Girolamo DE FRANCHIS, Memorie istorico-diplomatiche (...)

17Donc, en temps de paix, les artisans représentaient le bras fort de la justice pour la Capitania : ils effectuaient les rondes dans les quartiers et exerçaient les fonctions de police du travail au sein des corporations28. En outre, durant les effervescences révolutionnaires ou d’autres situations de crise (guerres, invasions), ils défendaient les édifices du pouvoir, municipaux et royaux ainsi que les murs et bastions de la cité. À cet effet, ils constituaient la milice urbaine et ils exerçaient des fonctions de police militaire et de force armée royale29.

  • 30 DE FRANCHIS, op. cit. « La milizia urbana è composta dai suoi cittadini e nel più alto corpo di ess (...)

18« La milice urbaine est composée par les citoyens de Palerme, et notamment par sa partie la plus importante, les artisans, la défense et la garde de la cité, qui dans d’autres villes fut confiée à un nombre déterminé d’hommes, fut reconnue comme bien assurée entre les mains des Palermitains. […] Tous ses habitants étaient et avaient toujours été Soldats Citoyens et garants de leur patrie ».30

19Bien que rares, ces troubles conduisaient à la rédaction de nombreux mémoires éclairant à la fois le rôle et l’importance des artisans et la différence avec les pratiques corporatives policières du quotidien. Cela nous a permis de distinguer une police stricto sensu, les artisans employés dans les cours de justice, d’une police lato sensu, les « métiers incorporés » s’occupant de divers aspects de l’administration citadine et se trouvant impliqués dans le gouvernement de la ville.

  • 31 Simona LAUDANI, « Rivolte, conflitti politici e sistema annonario nella Palermo del ’700 », Mélange (...)
  • 32 Pour une analyse de ces termes complexes d’un point de vue administratif, voir Christian TOPALOV, L (...)

20Au sein des corporations, les artisans assuraient l’approvisionnement de la cité et la distribution des ressources alimentaires dans la ville31. Ils administraient donc des aspects fondamentaux de la vie urbaine, à savoir, en plus de la garde permanente de la ville et de ses quartiers, le maintien du consensus des citadins envers le gouvernement. Donc, les artisans participaient partiellement au gouvernement de la ville et leurs liens avec les magistratures citadines les plus importantes, le Prétoire, le Capitaine de justice et le Sénat, leur permettaient de bénéficier d’important privilèges, parmi lesquels celui d’être employés dans la Capitania. Ils constituaient le dispositif le plus important et le plus efficace pour la surveillance de la cité aux échelles spatiales les plus réduites, des quartiers jusqu’aux rues et ruelles32.

  • 33 Simona LAUDANI, « Le corporazioni in età moderna : reti associative o principi d’identità ? », Stor (...)

21La réforme de 1781, dont nous avons parlé plus haut, visait l’affaiblissement de leur rôle dans la société. Lors d’une large réforme du monde du travail, Caracciolo réussit à atteindre ses objectifs : interdire les fonctions de police aux artisans, réduire le nombre des corporations et couper leurs liens avec les magistratures urbaines et le baronnage33. Le 29 mars 1786, le vice-roi ordonna l’abolition de dix-sept corporations. Les autres furent reparties entre corporations annonaires et mécaniques (arti annonarie e arti meccaniche). Les premières continuaient à être assujetties à la juridiction municipale tandis que les secondes étaient soustraites aux magistratures citadines. Ces dernières perdaient ainsi leurs liens d’interdépendance avec la municipalité, composée par la noblesse qui occupait les charges sénatoriales annuelles. Elles relevaient désormais d’un collège royal dans lequel siégeaient les plus importants juges des tribunaux du Royaume.

22Néanmoins, en 1799, l’avènement de la République napolitaine intégrée dans le système des républiques sœurs créées par la France dans la péninsule italienne, ainsi que la faiblesse de la monarchie refugiée à Palerme, entraînèrent une première réhabilitation des corporations. Quelques années après, en 1806, les Bourbons furent contraints à un deuxième exil prolongé dans l’île, causé par l’occupation française du Royaume de Naples. Pour la Sicile, cette période (1806-1815) fut marquée par une concurrence de souveraineté car, alors que les Français étaient à Naples, elle était passée sous protectorat anglais. Durant les guerres napoléoniennes, donc, de nombreux acteurs et souverainetés se confrontèrent dans l’île. Tel est le contexte pendant lequel, en 1812, les institutions corporatives obtinrent une entière réhabilitation alors que leur rôle et pouvoir avaient été sensiblement limités par les réformes de Caracciolo.

Centralisation étatique et nouveaux découpages urbains

  • 34 L’histoire de la Sicile est souvent interprétée par rapport à l’absence de certains événements hist (...)
  • 35 D’après une série des inventaires des ASPa, R.S. – I., l’institution de la haute police remonte à 1 (...)

23À partir de 1806 et avec la présence de la famille royale dans l’île, la formation d’un appareil de police devint le premier instrument de la centralisation étatique du pouvoir monarchique. En Sicile comme ailleurs, l’une des conséquences de la Révolution française fut la naissance de la haute police34. Il s’agissait d’une police pensée pour écouter et suivre les rumeurs de la ville, consacrée au contrôle de la société et dédiée à la surveillance des Jacobins. Avec sa création en 1794 au sein de la Magna Regia Curia sous les ordres du procureur de la Secrétairerie d’État, pour la première fois à Palerme une magistrature royale se dotait d’une police dépendant exclusivement du vice-roi, puis du roi. En effet, lorsque les Bourbons trouvèrent refuge à Palerme durant l’occupation de Naples en 1799 et la Décennie française (1806-1815), la haute police fut placée directement sous l’autorité du souverain lui-même35.

24L’examen prosopographique des agents subalternes du Capitaine et l’étude des pratiques policières des acteurs exerçant les fonctions de maintien de l’ordre ont ouvert la voie à d’autres questions. Après les réformes de Caracciolo, la formation de la haute police à Palerme avait-elle modifié les polices prérévolutionnaires de l’île ? Cette nouvelle police avait-elle renouvelé l’organisation des administrations policières et leur hiérarchie interne ? Les modalités de contrôle du territoire avaient-elles été réformées ou bien se maintenaient-elles plus longuement ?

  • 36 « Per la pubblica sicurezza, e per il buon servizio del Re, nelle presenti circostanze, Egli è di a (...)

25La naissance de la haute police aux ordres du roi renvoie à des contextes de guerre qui soustraient une part de l’exercice de la police aux juridictions municipales en faveur d’une première politique de centralisation étatique. Il s’agissait d’une force de police pensée et créée pour s’occuper spécifiquement des Jacobins et des conspirations contre l’État. Ferdinand de Bourbon, le futur Ferdinand Ier souverain du Royaume des Deux-Siciles, précisa son service en utilisant pour ce nouveau dispositif un personnel napolitain provenant de la cour. À partir de 1806, il étendait les Députations de la haute police aux ports les plus importants, en s’inspirant de la Députation de police de Palerme36. Dans les années qui suivent, cette dernière devient la Haute police pour l’extérieur, visant la surveillance de tout ce qui entrait en Sicile (hommes, idées et marchandises). Ensuite, en 1810, la cour institue, toujours à Palerme, la Haute police pour l’intérieur, un Conseil général de police, aux ordres du prince héritier Francesco Ier. La première réaction de la cour à l’occupation anglaise, couronnée par la convocation d’un parlement général en 1812, se concentre donc sur l’édification et le renforcement des appareils de police. En 1810, la réponse des Bourbons à la véritable fragmentation de souveraineté et à la prise directe du pouvoir par les Anglais dans l’île fut de s’appuyer sur ces nouveaux dispositifs de police, qui sont à nouveau réformés dès la Restauration en 1816.

26La Décennie française et la Restauration ouvraient donc la voie à la naissance d’une police d’État. Sous la Restauration, une branche de la haute police fut ensuite utilisée par la cour pour marquer le contrôle territorial. Quatre nouveaux commissariats de police, enracinés dans quatre mandamenti ou circondarji, devaient garantir la sûreté de l’État et surveiller les classes dangereuses.

  • 37 « Quatre parties égales », sans d’autres spécifications de type administratif, est par ailleurs la (...)

27Lors des réformes de la géographie administrative de la ville en 1817, les quatre quartiers avaient été dédoublés en huit circonscriptions administratives. Pour ce qui concerne les espaces urbains policiers, ce découpage ne les modifia pas puisque la ville était toujours partagée en quatre mandamenti comme sous l’Ancien Régime, lorsqu’était en vigueur une division en quatre « parties »37.

  • 38 Brigitte MARIN, « Découpage de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police (...)

28Des commissariats de police étaient installés dans les quatre circondarj : leur enracinement dans ces territoires permettait une surveillance fondée sur la délation par des espions, pratique ancienne, plutôt que sur une connaissance précise des individus. L’identification des classes dangereuses et la prévention des émeutes devenaient prépondérantes dans les fonctions de police. Néanmoins, l’implantation des bureaux de police ne refondait pas la géographie administrative de la ville. À la différence d’autres contextes, il n’existait à Palerme sous l’Ancien Régime et la Restauration aucune partition administrative expressément dénommée « quartiers de police »38.

Révolutions, gouvernements, guerres

  • 39 Anna Maria RAO, « Charles de Bourbon à Naples », in Gérard CHASTAGNARET et Gérard DUFOUR (dir.), Le (...)
  • 40 Créé en 1130 par les Normands, le Regnum Siciliae comprenait une très large partie du Midi italien (...)

29Tirant profit de la Guerre de Succession de Pologne, Charles de Bourbon avait conquis le Royaume de Sicile en 1735. Il avait ainsi unifié le Midi de l’Italie car, l’année précédente, il s’était ceint de la couronne du Royaume de Naples39. Naples et Palerme étaient donc à la tête de royaumes différents, deux capitales d’États séparées ayant des constitutions, des privilèges et des lois distinctes40. Dès son arrivée, Charles de Bourbon installa sa résidence à Naples, tandis qu’un vice-roi représentait la Couronne à Palerme. L’architecture institutionnelle du Royaume de Sicile ne fut guère sensiblement modifiée qu’en 1815. C’est à partir de la Restauration que la domination de Naples commença à être jugée illégitime.

  • 41 Ce choix, dont l’interprète majeur fut Luigi de’ Medici, avait profondément frappé les élites sicil (...)

30Lors du congrès de Vienne, les Bourbons décidèrent l’unification des deux royaumes dans le Royaume des Deux-Siciles41. Palerme perdit sa condition de ville capitale et, sous la Restauration, l’île fut gouvernée par un Lieutenant général auquel répondait une Direction générale de police pour la Sicile placée à Palerme. Cette police d’État devint donc un instrument de centralisation étatique sur lequel s’appuyèrent les efforts destinés à établir une monarchie administrative encore inconnue dans l’île.

Les années anglaises

  • 42 Le récent renouvellement des travaux sur le Risorgimento a permis de reprendre les études sur la ré (...)

31Le 15 mai 1849, les Bourbons de Naples achevaient la reconquête de la Sicile, restée quinze mois indépendante après la révolution de 184842. Les élites révolutionnaires s’étaient soulevées pour la reconstitution du Royaume de Sicile et la réouverture du parlement, dont l'origine remonte à la période de domination normande à la fin du XIe siècle.

  • 43 Eric J. E. HOBSBAWM et Terence RANGER (dir.), L’Invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterda (...)
  • 44 Giovanbattista SIRAGUSA, « Michele Amari », in Centenario della nascita di Michele Amari, Palermo, (...)

32Ainsi, les Siciliens ravivaient leur glorieux passé en commençant à l’inventer43. Les Siciliens n’imaginaient pas d’autre nation que la leur : comme l’a affirmé Michele Amari, élève d’Ernest Renan et l’un des plus grands historiens siciliens du XIXe siècle, à cette époque « en Sicile personne ne s’intéressait à l’Italie au-delà du Garigliano »44. Au début du XIXe siècle, lorsque l’Europe se déchirait dans les guerres napoléoniennes, la Sicile était protégée et occupée par la marine britannique. Pendant les années d’exil des Bourbons à Palerme (1799 et 1806-1815), la séparation prolongée des territoires bourboniens en deux entités eut d’importantes répercussions politiques.

  • 45 Enrico IACHELLO, « Appunti sull’amministrazione locale in Sicilia tra la costituzione del 1812 e la (...)

33Ainsi, à partir de l’occupation de Naples, l’île s’éloigna du reste du royaume, à cause de l’occupation militaire des Français à Naples et des Anglais en Sicile. Palerme accueillit de nouveau la famille royale mais la présence de la cour dans l’île, où les tentatives réformatrices avaient échoué, contribua à élargir l’opposition militaro-commerciale entre la France napoléonienne et l’Angleterre. La fracture entre le royaume continental de la « Décennie française » et la Sicile de la « Décennie anglaise » détermina dans ces territoires un éloignement encore plus marqué, en termes de traditions et de pratiques gouvernementales45.

  • 46 Voir Giuseppe GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op. cit., p. 611-650.

34Ayant vécu des expériences différentes, ces royaumes allaient construire leurs structures politiques, économiques et sociales sur des bases différentes. La présence des Anglais dans l’île – il faut souligner la célèbre anglophilie de ses classes dominantes jusqu’alors – et l’introduction de modèles politiques alternatifs constituèrent le catalyseur de problèmes restés sans solution46. Il s’agissait notamment d’un conflit latent entre la monarchie et l’aristocratie, opposition ancienne et déjà radicalisée à la fin du XVIIIe siècle lors des réformes de Caracciolo. Ce conflit, désormais ravivé par la présence de la cour à Palerme, parvint ainsi à son paroxysme.

35Les relations entre la cour et les alliés anglais étaient marquées par l’alternance de moments de mépris et de confiance réciproque. Le différend relevait de la stratégie politique à adopter : les Bourbons voulaient se concentrer sur la reconquête de Naples tandis que les Anglais privilégiaient la résolution de la question sicilienne, à savoir sa modernisation juridique. De plus, les Anglais revendiquaient le droit d’intervention dans les affaires internes du pays, afin de ne pas perdre le fruit de leur collaboration. Les Bourbons, quant à eux, ne toléraient pas cette ingérence. Néanmoins, l’occupation révélait un système archaïque de privilèges féodaux ayant survécu aux projets et aux tentatives réformatrices. De plus en plus, l’ingérence anglaise contribuait à l’isolement de la cour et au renforcement de l’opposition entre la monarchie et le baronnage.

  • 47 Francesco RENDA, La Sicilia nel 1812, Caltanissetta-Roma, Salvatore Sciascia Editore, 1963.
  • 48 Voir sur la question la parution prochaine de Sicile et Cadix en 1812, Actes du colloque, Palerme-M (...)

36Dans ce contexte, la révolution parlementaire de 1812 marqua la volonté des élites siciliennes de se rapprocher de la tradition constitutionnelle anglaise, en refusant en même temps la tradition française, trop démocratique à leur goût. Ce fut un moment de conflit ouvert entre le baronnage, soutenu par les Anglais, et la monarchie, pendant lequel l’aristocratie accepta de perdre ses privilèges féodaux afin d’édifier la nation. Ce souhait finit par se concrétiser grâce à la formation d’un « parti anglais ». Ce regroupement politique mena au Parlement de 1812, la plus importante expérience constitutionnelle sicilienne du XIXe siècle, qui rédigea une charte dont le texte s’inspirait de celle de Cadix47. À la différence de cette dernière, qui avait été octroyée, la constitution sicilienne de 1812 fut votée par le Parlement48.

  • 49 Lors de son voyage dans l’île en 1804, « Coleridge exprimait ainsi son rêve, “ Oh si la Sicile deve (...)

37Malgré l’opposition bourbonienne et l’imminent désengagement anglais, l’utopie d’une Sicile anglaise, déjà souhaitée par Samuel Taylor Coleridge et plusieurs fois sollicitée par les Anglais dans l’île, avait vaguement pris consistance grâce au parlement national49. D’une certaine façon, la Sicile sortait de l’Ancien Régime en s’appropriant des mots d’ordre qui traversaient l’Europe : abolition de la féodalité et édification de la Nation. Envoyé en Sicile en 1811 pour gérer l’occupation militaire, lord William Bentinck fut nommé par le Parlement sicilien Ministre des affaires étrangères du Gouvernement en 1812. Le 6 février 1814, il écrivit au Ministre des Affaires étrangères à Londres, Robert Steward Castlereagh :

  • 50 John ROSSELLI, op. cit., « La Sicilia nelle mani della Gran Bretagna, in pochissimi anni diventerà (...)

« La Sicile, entre les mains de la Grande-Bretagne, deviendra en très peu d’années une source de richesse et de force et, après l’Irlande, le bijou le plus lumineux de la Couronne britannique. Les capacités de l’île sont supérieures à toutes les attentes. Il suffit de la voir tout entière pour croire à tous les hauts faits racontés par l’histoire sur sa gloire passée. Mais j’attribue plus d’importance à la grandeur que la Grande-Bretagne pourra acquérir en introduisant la liberté en Sicile qu’à la valeur de la Sicile comme possession britannique. Je désire que la Sicile soit un exemple éternel des fruits positifs de notre amitié, contrairement aux relations avec la France ; et, dans le cas où il y aurait une nouvelle guerre, certaine si Bonaparte vit, je voudrais que la Sicile devienne non seulement le modèle, mais encore l’instrument de l’indépendance italienne ».50

38Sans le savoir, ce rêve exprimait une prophétie : l’indépendance de l’île comme instrument de l’indépendance italienne. Ce n’est qu’avec l’expédition de Garibaldi en 1860 que la prophétie se réalisa car, en 1812, le Parlement général défendait plutôt l’idée de la singularité de la Sicile et de son autonomie face à Naples.

Pratiques gouvernementales en Sicile : la formation de la monarchie administrative

  • 51 ASPa, Ministero Luotenenziale – Polizia, (désormais M.L. – P.), registre 1 (1819-1820), f. 89 ; M.L (...)

39À Palerme, le Conseil général de la police créé en 1810 devint en 1819 la Direction générale de la police pour la Sicile qui répondait directement au Lieutenant général. Dans son ministère, il y avait deux administrations policières, chacune assignée à un secrétaire, qui renvoyaient à la précédente répartition entre haute police pour l’intérieur et pour l’extérieur. La police pour l’extérieur était issue des Députations de la haute police tandis que la police pour l’intérieur cooptait les polices du dernier Capitaine de justice, Pietro Ugo marquis de Favara, avant la suppression de la Capitania en 1815. Il fut nommé en 1819 Directeur général de police à Palerme et ensuite, en 1824, Lieutenant général de Sicile. Pour doter la Direction de Palerme de commissaires, Favara demanda au Lieutenant d’employer les agents de sa cour dont le personnel se retrouvait au cœur du dispositif de surveillance et de répression mis en place à Palerme51. Néanmoins, ce premier directeur et ses commissaires n’allaient pas être prêts à contrecarrer, à partir de 1820, les troubles des années révolutionnaires.

  • 52 Anonyme, Breve racconto della Rivoluzione di Palermo scritta da un testimone oculare. Con un append (...)

40En effet, il s’agissait encore d’une police reconnue par les citadins comme proche du peuple et composée dans sa plus grande partie de Palermitains. Certes, en 1820, les policiers ne subirent pas le même destin que ceux qui allaient être cruellement massacrés en 1848. Certains mémoires de la révolution de 1820 ne mentionnent pas le rôle joué par les policiers durant ces journées-là. D’autres n’évoquent même pas cette police, qui semble s’être éclipsée face aux révolutionnaires52. La formation de la police d’État à Palerme se déroula donc en deux moments : la naissance d’un premier appareil (1816-1820) qui s’éteint face à la révolution de 1820 et la constitution d’un deuxième appareil (1822-1848) qui allait entièrement se dissoudre pendant la révolution de 1848. La révolution de 1820 a joué un rôle déterminant comme moment charnière entre ces deux périodes.

41Quand Ferdinand Ier des Deux-Siciles reprit le pouvoir en 1822, il ordonna tout d’abord la suppression des corporations reconstituées en 1812 grâce au Parlement général sicilien dont nous parlerons plus loin. En 1820, les corporations avaient directement inspiré la révolution et géré l’ordre public. La réorganisation de la Direction de police, reconstituée après la répression de 1822, ne pouvait plus sous-évaluer leur rôle. Leur pouvoir encore réel et, surtout, leur large engagement dans la révolution amenèrent à leur abolition définitive, décidée par le décret royal du 15 mai 1822.

  • 53 Sur le renforcement de l’opposition entre Naples et Palerme voir Salvatore LUPO, L’unificazione ita (...)
  • 54 Antonino RECUPERO, « La Sicilia all’opposizione (1848-1874) », in Maurice AYMARD et Giuseppe GIARRI (...)

42Avant 1848, des révolutions, émeutes et révoltes se succédèrent en Sicile : Palerme en 1820, puis Messine et Catane en 183053. Le choléra de 1837 fut un moment particulièrement aigu dans les relations conflictuelles entre la Sicile et la monarchie. L’île se souleva en accusant ouvertement la cour d’avoir favorisé la propagation de l’épidémie afin de la mettre à genoux et de se venger ainsi de l’état de tension produit. Dans le débat politique contemporain, la Sicile fut bientôt appelée la « poudrière d’Italie »54.

43L’abolition des corporations était, à première vue, la solution la plus aisée pour la cour. Néanmoins, cette décision n’empêchait pas les artisans de conserver une certaine efficacité pratique de maintien de l’ordre et de contrôle du territoire, opposée aux polices dépendant de la Direction de Palerme. Ces pratiques avaient en effet perduré bien au-delà des réformes administratives introduites dès 1815, des nouveaux découpages urbains et de l’abolition des corporations. Ainsi, lors des effervescences révolutionnaires, le contrôle des rues était toujours aux mains des artisans. Ces corps étaient prêts à réagir avec toute leur capacité d’influence. Ils allaient l’être encore durant les révolutions suivantes, en 1848, en 1860 et en 1866, pendant lesquelles nous observons à l’œuvre les mêmes dynamiques. Cela montre la persistance à Palerme d’anciennes pratiques de surveillance territoriale et la capacité des groupes sociaux à maîtriser ces formes de contrôle de l’espace limitant fortement les effets des découpages territoriaux et des réformes administratives et policières.

Polices en révolution : le rôle des artisans en 1848

44Le 25 mars 1848, le Parlement général de la Sicile fut solennellement convoqué pour la première fois depuis son abolition en 1813. L’introduction d’une législation centralisatrice de type « française » à partir de 1817 avait conduit à la naissance d’une monarchie administrative dans l’île. L’objectif était le bouleversement de l’architecture institutionnelle de l’ancien royaume et la disparition de son parlement. La Sicile devint donc ingouvernable. En effet, la désillusion des élites qui demandaient de participer aux décisions sur la forme de leur gouvernement à adopter, tandis que la cour répondait par le démantèlement de ses institutions, créait une situation de conflit toujours plus aiguë entre Naples et Palerme.

  • 55 Le cas le plus célèbre est celui de Ruggero Settimo, amiral de la Marine bourbonienne jusqu’en 1820 (...)
  • 56 Antonino BLANDO et Paolo VIOLA (dir.), Quando crollano i regimi, Palermo, Palumbo, 2004 ; Paolo MAC (...)

45Ceux qui prirent part à la révolution de 1848 gardaient le souvenir de celles de 1812 et 1820 : nombre d’entre eux y avaient participé et avaient écrit des mémoires contenant les réflexions que cette révolution leur avait inspirées55. L’objectif des révolutionnaires était une nouvelle division des royaumes menant à la renaissance de l’ancien Royaume de Sicile. La classe dirigeante sicilienne demandait en outre la concession à la fois d’un texte constitutionnel, remodelé sur la base de celui de 1812, et d’une large autonomie au Parlement sicilien représentant la Nation. Ces « requêtes de liberté » étaient considérées comme illégitimes par Naples, et la cour n’était pas disposée à les négocier. Ainsi, avec l’effondrement des magistratures bourboniennes en 1848, y compris les corps de maintien de l’ordre public, la révolution assuma rapidement des revendications indépendantistes très poussées56.

  • 57 Voir Rosario ROMEO, Il Risorgimento in Sicilia, Bari, Laterza, 1970 (éd. or. 1948), p. 247 passim : (...)
  • 58 C’est l’interprétation de FIUME, Le bande armate in Sicilia, op. cit., de laquelle voir aussi, Le r (...)
  • 59 Rhétorique constante, aisément lisible dans les discussions parlementaires des députés et des sénat (...)

46Commencée à Palerme le 12 janvier, jour anniversaire de Ferdinand II, la révolution a été marquée par un état de violence endémique, une violence strictement politique et étroitement liée à l’effondrement de l’ensemble des structures de l’administration bourbonienne57. En effet, l’absence de pouvoir réel, induite par la disparition du gouvernement, projeta sur la scène politique des sujets habiles à gérer, à titre privé, des formes de violence organisée58. À la différence d’autres exemples italiens de la même période, l’effondrement de l’État bourbonien – la monarchie administrative introduite à partir de 1815 – obligea les révolutionnaires à repenser et à réédifier une administration, de manière à créer une rupture nette avec le passé59.

47La police était composée principalement par des Siciliens considérés comme des traîtres et fut l’objet d’une méticuleuse chasse à l’homme. Contrairement aux soldats napolitains, les policiers payèrent le prix fort car ils étaient accusés de collaborer à la défense du régime bourbonien. Dès sa chute, des bandes armées populaires et paysannes, qui bénéficiaient du patronage aristocratique, parfois des milices privées des barons, commencèrent à faire irruption dans les commissariats. Les policiers de la seconde Direction de police subirent donc les conséquences de leur engagement en faveur de Naples. Les premiers jours de révolution à Palerme furent parmi les plus tragiques : lynchages, exécutions sommaires, tortures et supplices. Les agents étaient sortis de leurs prisons et fusillés. Il ne s’agissait pas de vengeance ou d’exactions révolutionnaires et, encore moins, d’actes destinés à promouvoir la justice sociale, mais d’une violence politique exercée par des groupes capables de la maîtriser et de l’utiliser à leur guise.

  • 60 Peter LASLETT, Un monde que nous avons perdu : les structures sociales pré-industrielles, Paris, Fl (...)

48C’était aussi le résultat des pratiques consolidées par l’aristocratie qui, malgré l’abolition de la féodalité en 1812, avait maintenu des formes d’agrégation politique traditionnelles et son habileté à mobiliser des milices privées. Pour les Siciliens, le retour à « un monde qu’ils avaient perdu »60 était la réouverture du Parlement et l’approbation de la charte de 1812. Renouer l’union dynastique des royaumes de Naples et de Sicile sous la monarchie bourbonienne aurait permis la renaissance du royaume de Sicile avec une constitution octroyée. La réforme de l’État conduisait donc les révolutionnaires d’une part à reprendre des institutions de l’Ancien Régime sicilien, perçues comme proches de la tradition de l’île, par exemple le capitaine de justice et, d’autre part, à mettre en place des magistratures nouvelles pour renouveler les anciennes. Ainsi pour la première fois en Sicile, une garde nationale était instituée.

  • 61 Sur la garde nationale, voir George CARROT, La Garde nationale (1789-1871) : une force publique amb (...)
  • 62 ASPa, Archivio Riso, Guardia nazionale, série I, cartons 1-24, et ivi, 48, ce dernier particulièrem (...)

49À la fois milice patriotique et symbole de modernité, la garde nationale se prêtait parfaitement à ces deux objectifs61. Celle-ci était chargée de préserver l’ordre et de représenter la nation définie en 1812. Pendant la révolution, la garde nationale maintenait l’ordre public grâce au service des volontaires62. Il s’agissait de la totalité des employés publics, obligés à y prêter service à la fois pour témoigner leur fidélité au nouveau régime et pour continuer à recevoir leurs salaires. Elle était également composée d’une partie de la bourgeoisie et de l’aristocratie de la ville, ainsi que de nombreuses personnes appartenant au petit peuple qui y adhéraient par patriotisme et pour s’élever dans leur statut social et politique.

50Toujours plus puissante au cours de la révolution, lors de la reconquête bourbonienne, à l’aube des violents affrontements de mai, la garde nationale s’opposa au peuple palermitain qui voulait se battre contre l’armée napolitaine. Grâce au service des artisans, cette garde eut la force nécessaire pour contrôler le peuple et pour assurer le retour de la paix lorsqu’elle prit la tête de la dernière phase de la révolution. Le résultat fut la capitulation de la ville presque sans combat. D’abord milice patriotique, ensuite police, enfin armée, la garde nationale n’avait plus la même composition sociale qu’au début de la révolution, étant désormais marquée par une forte présence d’artisans dans ses rangs. La stratégie de son état-major, à savoir l’intégration d’artisans dans la milice, permit à l’armée bourbonienne d’entrer à Palerme sans se battre contre le peuple. Ce fait souligne encore l’efficacité d’anciennes pratiques de maintien de l’ordre public ainsi que leur persistance au sein même de pratiques « modernes » de contrôle de l’ordre, maitrisées par une police révolutionnaire comme l’était la garde nationale.

51En conclusion, nous pouvons nous demander pourquoi le service des artisans fut décisif pour garantir l’efficacité de la garde nationale devant le danger d’une guerre contre les Napolitains à Palerme. La réponse doit être recherchée dans la permanence des pratiques policières et de contrôle du territoire que la formation des mandamenti ne modifia pas car, à première vue, l’exercice de ces pratiques paraît plutôt se reconsolider. En effet, ce furent encore les corporations et leurs rondes qui marquèrent les espaces urbains, tandis que les commissariats et leurs agents de police échouèrent de fait au moment d’assurer et de maintenir l’ordre public.

52Si, sous l’Ancien Régime, la Capitania n’avait pas de siège propre, le palais personnel du capitaine en faisant office, c’étaient les polices des commissaires des rondes qui découpaient matériellement le territoire en différentes parties. La nouvelle répartition administrative de la ville introduite par la Restauration, avec l’institution des commissariats et leur enracinement dans le tissu urbain, ne se matérialisa pas, semble-t-il, à Palerme, par la formation de nouveaux découpages territoriaux et policiers car le rôle de ces policiers et les nouvelles pratiques qu’ils devaient mettre en place étaient rapidement entrées en concurrence avec le contrôle du territoire exercé par les artisans.

53Encore en 1848, en outre, les pratiques gouvernementales liant la noblesse à sa clientèle montraient toute leur efficacité. Sous l’Ancien Régime, le système de gouvernement assurait aux classes dominantes une véritable flexibilité pour consolider leur alliance avec les classes subalternes et le petit peuple. La révolution de 1812 avait tenté d’appliquer la tradition d’autogouvernement de l’île à la formation d’un État « anglais », afin de chercher à maintenir ces pratiques de gouvernement. Cela n’aurait pas remis en cause la fonction des magistratures de l’ancien royaume de Sicile et de son parlement, garant des libertés traditionnelles. Encore aujourd’hui dans le discours public, le parlement est représenté comme la source de la légitimation des droits et « libertés » de la Sicile. Cette aspiration vers l’autonomie est à l’origine du Statut autonome spécial signé le 15 mai 1946 et anticipe d’un an et demi la constitution italienne du 1er janvier 1948.

  • 63 La Sicilia “sicilienne“ (1811-1814), in GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op (...)

54En 1812, les classes dominantes siciliennes avaient finalement saisi l’opportunité de mettre en œuvre ce qu’elles pensaient être concrètement la tradition politique anglaise. Elles y voyaient une stabilité institutionnelle susceptible de garantir le maintien de leurs privilèges. Tel était le contexte dont elles profitaient pour essayer de se rendre autonomes de Naples et telle était leur représentation du système politique anglais63. Elles étaient donc convaincues que le modèle politique anglais pouvait servir au maintien de leur pouvoir mais aussi à reformer l’État tout en conservant leurs privilèges. La rapide différenciation des formes des gouvernements entre Palerme et Naples à partir de la Décennie française amenait donc les élites siciliennes à préserver des formes anciennes de contrôle du territoire et de réglementation de la société, qui restèrent à l’œuvre bien au-delà des tentatives d’abolition menées par les Bourbons avec les réformes administratives et policières.

Haut de page

Notes

1 Voir la mise au point de Paolo NAPOLI, Naissance de la police moderne. Pouvoirs, normes, société, Paris, La Découverte, 2003, et du même auteur « Misure di polizia. Un approccio storico-concettuale in età moderna », Quaderni Storici, 2 (2009), p. 523-548, dont il existe une traduction française par Arnaud FOSSIER, Tracés, 20 (2011), p. 151-173.

2 Malgré la riche production historiographique relative aux corporations siciliennes, aucune étude n’a approfondi la question des relations entre artisans, métiers incorporés, découpage de l’espace et contrôle du territoire à Palerme.

3 Des sources anglaises pourraient ouvrir de nouvelles voies de recherche. Nous pensons plus précisément aux archives officielles et personnelles concernant lord William Bentinck, notamment les lettres envoyées depuis Londres par Paolo Balsamo, rédacteur de la constitution sicilienne de 1812, et les archives de Bentinck à Glasgow (ville qu’il représentait pour la House of Commons). Il se peut également qu’à Londres soient conservés des rapports de la Couronne britannique évoquant la politique des Bourbons en Sicile pendant les guerres napoléoniennes.

4 Il s’agit de deux mémoires manuscrits repérés dans les archives d’État de Naples (désormais ASNa) dont l’étude a confirmé les réflexions présentées dans cet article, Ministero della Polizia Generale. Seconda numerazione, carton 4584, Francesco Saluto, Cenni sulla polizia in Sicilia fino al 1841, s.l.n.d. (mais Termini, 1841) et ASNa, Archivio Borbone, cartons 244, Anonyme, Intorno alla polizia del Regno di Sicilia, s. l. n. d. (mais Palerme 1800). Sur les mémoires de police voir Vincent MILLIOT (dir.), Les Mémoires policiers 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR, 2006 ; Catherine DENYS, Brigitte MARIN et Vincent MILLIOT (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009 ; et Brigitte MARIN, « Riflessioni intorno ai “Principj del codice di pulizia generale” di Felice Stavolone (1807) » in Simona LAUDANI (dir.), « L’ordine pubblico nell’Italia preunitaria tra periodo francese e restaurazione. Napoli, Palermo, Roma », Polosud, 2 (2012), sous presse.

5 Voir Claire DOLAN (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de justice du Moyen Âge au XXe siècle, Québec, Les Presses de l’université, Laval, 2005.

6 Grâce à la legislazione premiale des bandits délateurs pouvaient être employés comme « policiers » en échange de leur collaboration avec la justice. Voir Giovanna FIUME, Le bande armate in Sicilia. Violenza e organizzazione del consenso (1819-1849), Palermo, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Palermo, 1984 : « Il suo scopo [della polizia] costitutivo generale è il mantenimento dell’ordine publico, e dunque la sua contiguità con il crimine è strettissima », p. 112.

7 DOLAN, op. cit., p. 15 et, pour nous placer sur le long terme, Francesco BENIGNO, Favoriti e ribelli. Stili della politica barocca, Roma, Bulzoni Editore, 2011, p. 167-209, précisément p. 180 et n. En 1647 les agents ne portaient aucun signe distinctif, alors que cela était prévu par les lois du Royaume ; encore en 1782, le vice-roi de Sicile s’étonnait de découvrir que les « policiers » étaient habillés sans uniforme à Palerme et qu’ils n’avaient aucun signe distinctif, Archivio di Stato di Palermo, Real Segreteria – Incartamenti (désormais, ASPa, R.S. – I.), carton 3050, s.l.n.d. (le vice-roi au capitaine de justice de Palerme, Palerme, juillet 1782).

8 Voir Jean-Luc LAFFONT, « La municipalité toulousaine et sa “main forte” policière sous l’Ancien Régime », Droit Écrit, 1 (2001), p. 77-104 et « La police de voisinage à la base de l’organisation policière des villes de l’ancienne France », Annales de la recherche urbaine, 83-84 (1999), p. 23-30.

9 Voir Brigitte MARIN, « “Vivere insieme concordemente” : le projet d’un département de police pour la ville de Naples de Giuseppe Franci (1785) », in Catherine DENYS et alii (dir.), op. cit. ; et Vincent MILLIOT, « Gouverner les hommes et leur faire du bien ». La police de Paris au Siècle des Lumières (conceptions, acteurs, pratiques), dossier pour l’HDR, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2002.

10 ASPa, Corte Pretoriana, série “Affari criminali” (désormais C.P., A.c.), cartons 2834-2892 (1675-1813), dont nous parlerons par la suite et ASPa, Magna Regia Curia, dont les archives ne sont plus consultables depuis la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’une grave perte car les superpositions et les conflits de juridiction aident à comprendre le fonctionnement effectif des administrations : Brigitte MARIN, Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales à Naples et à Madrid dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dossier pour l’HDR, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2005, à paraître dans la BEFAR, École française de Rome.

11 En effet les pratiques gouvernementales de la Municipalité permettaient au baronnage de recouvrir les charges du Sénat et de les utiliser en redistribuant des ressources économiques qui en découlaient. Cela assurait à la noblesse une véritable légitimité envers les autres classes sociales, les artisans et le petit peuple.

12 ASPa, R.S. – Dispacci (désormais R.S. – D.), registre 1500, fol. 206 et suiv., Caracciolo au marquis de Santa Croce, « Capitano di giustizia di questa Capitale d’ordine in voce del Regio segreto », Palerme, 18 décembre 1781. Né en 1715, cadet du marquis de Villamaina, vice-roi éclairé ami de d’Holbach, d’Alembert, Diderot, de mesdames Necker et d’Épinay. Depuis Naples, le 3 février 1781, Galiani écrivait à cette dernière pour qu’elle sollicite le vice-roi de quitter Paris où il était depuis 1771 : « Pressez Caracciolo de partir, puisqu’il doit franchir le pas une fois ; faites-le résoudre à s’y déterminer au plus vite. Guai e maccheroni si mangiano caldi : est le proverbe napolitain. Les Siciliens se trouvent offensés et humiliés de voir un homme marcher à reculons pour aller être leur souverain », Correspondance inédite de l’abbé Galiani, chez Truettel et Würtz, Paris, 1818, t. II, p. 507. Sur Domenico Caracciolo, voir Antonello SCIBILIA, Dizionario Biografico degli Italiani, XIX, Roma, Enciclopedia Italiana Treccani, 1976, p. 468-472 ; Francesco RENDA, La grande impresa. Domenico Caracciolo viceré e primo ministro tra Palermo e Napoli, Palermo, Sellerio, 2010 ; Mauro BONANNO, Il rivoluzionario. Domenico Caracciolo e il riformismo borbonico in Sicilia (1781-1786), Acireale, Bonanno, 1997. Si l’on exclut une anthologie d’écrits sélectionnés par Giuseppe GIARRIZZO, in Id., Gianfranco TORCELLAN et Franco VENTURI (dir.), Illuministi Italiani, VII, Riformatori delle antiche repubbliche, dei ducati, dello Stato pontificio e delle isole, Milano, Ricciardi, 1965, p. 1021-1037 et des lettres recueillies par Ernesto PONTIERI, Lettere del marchese Caracciolo, viceré di Sicilia, al Ministro Acton (1782-1786) [con Appendice], Napoli, Cooperativa Tipografia Sanitaria, 1932, la correspondance de Caracciolo n’a pas été publiée.

13 Les « alabardieri » sont les forces de police de la Capitania tandis que celles de la Magna Regia Curia s’appellent « Algozini o Algoziri. Agenti di polizia, guardie carcerarie » : voir Francesco Luigi ODDO, Dizionario di antiche istituzioni siciliane, Palermo, Flaccovio, 1983, ad vocem.

14 Voir Giuseppe GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », in Id. et Vincenzo D’ALESSANDRO, Storia d’Italia, 16, Torino, Utet, 1989, p. 99-784, Caracciolo à Galiani, Palerme, 21 décembre 1781, p. 662.

15 Sur la “Réforme des tribunaux“ (1569) voir Orazio CANCILA, « Filippo II e la Sicilia », in Id., La terra di Cerere, Caltanissetta-Roma, Sciascia, 2001, p. 281-302, p. 291 passim, et surtout Vittorio SCIUTI RUSSI, Astrea in Sicilia. Il ministero togato nella società siciliana dei secoli XVI - XVII, Napoli, Jovene, 1983.

16 Les prammatiche sont les lois fondamentales du Royaume de Sicile sur lesquelles voir l’étude d’Adelaide BAVIERA ALBANESE, Diritto pubblico e istituzioni amministrative in Sicilia. Le fonti, Roma, Il Centro di Ricerca, 1981, p. 87.

17 Pragmaticarum Regni Siciliae. Novissima Collectio. Tomus II, Panormi 1637, p. 1-7 ; tomus III, De Provisionatorum Numero ac Qualite et quod Arma deferre possint, Panormi 1678, p. 188-190, et tomus IV, Qui circa Commissarios, Apparitorres, & Algozirios abusus increverant, frequenti lege reformantur, Panormi 1773, p. 102-109.

18 Le terme Tedeschi était normalement utilisé pour distinguer les gardes du vice-roi bien que ce corps fût composé par le peuple de Palerme. L'appellation Tedeschi provient du nom de la milice de l’époque médiévale qui protégeait les rois de Sicile, empereurs du Saint Empire romain germanique. Voir Francesco Luigi ODDO, Dizionario di antiche istituzioni siciliane, op. cit., ad vocem.

19 Jean-Marc BERLIÈRE, Catherine DENYS, Dominique KALIFA et Vincent MILLIOT (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe - XXe siècle, Rennes, PUR, 2008.

20 Malheureusement, on ne peut guère être précis sur ce point. Ces commissaires devaient être alphabétisés et au nombre de soixante, quinze pour chacun des quatre quartiers de la ville. Les archives révèlent néanmoins que certains ne savent pas signer et qu’ils n’étaient sans doute pas aussi nombreux.

21 GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op. cit., particulièrement p. 615 passim ; pour une comparaison avec le cas de Naples voir Giorgia ALESSI, Giustizia e polizia. I. Il controllo di una capitale. Napoli (1779-1803), Napoli, Jovene, 1993.

22 ASPa, Notai defunti, Stanza I, registre 17621 (1626), f. 514v. suiv. ; f. 523v. suiv. ; f. 530v. ; f. 532r. suiv. ; f. 567r. ; f. 1351v. suiv. ; 17622, (1627), c. 22r. ; f. 164r. suiv. ; ivi, 17624, (1632), f. 1141v. suiv.. ; et ASPa, Notai defunti, Stanza II, 1089 (1625), f. 362v. suiv.

23 Brigitte MARIN, « Découpage de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police à Naples (1779-1815) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 105/II (1993), p. 349-374.

24 Ces policiers sont appelés Inquisitori di Alta polizia, Inquisiteurs de la Haute police.

25 ASPa, C.P., A.c., 2860, (1786-1787), Informations contra Gaetano Marsala, Palerme, 1er octobre 1787.

26 Costituzioni della Compagnia di Santa Maria della Consolatione, detta della Pace della Città di Palermo, Palermo 1640, sur lesquelles voir Isidoro LA LUMIA, Ottavio d’Aragona e il duca d’Ossuna : 1565-1623, Palermo, Tipografia Galileiana, 1863 et Bruno POMARA SAVERINO, « “Sicilia no consente medianía en el que gobierna“. La dura prova di Osuna come viceré di un’isola », in EncarnaciÓn Sánchez GARCÍA et Caterina RUTA (dir.), Cultura della guerra e arti della pace : I governi del III Duca di Osuna in Sicilia e a Napoli, Napoli, Pironti, 2011, sous presse.

27 Voir les récentes contributions, Filippo FIORITO, « "La prepotenza di cosiffatte combriccole". Arti, artisti, maestranze a Palermo sotto i Borboni », in L. Antonielli (dir.), Controllare il territorio. Norme, corpi e conflitti tra medioevo e prima guerra mondiale, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore, 2012, sous presse ; Daniela NOVARESE, « Il controllo del territorio nella Sicilia dell’età medievale e moderna, fra legislazione regia e consuetudini citadine » et Vittoria CALABRÒ, « Controllo del territorio e corporazioni artigiane nella Sicilia dell’età moderna », in Livio ANTONIELLI (dir.), Le Polizie informali, Soveria Mannelli, Rubbettino 2010, respectivement p. 121-132 et p. 133-142.

28 Stephen KAPLAN, « Notes sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue historique 261/1 (1979), p. 17-77.

29 Manuscrit de la Biblioteca Comunale di Palermo, Girolamo DE FRANCHIS, Memorie istorico-diplomatiche della milizia urbana di Palermo scritta da Don Gerolamo de Franchis maestro di cerimonie dell’Eccellentissimo Senato l’anno 1796, Palermo, 1796.

30 DE FRANCHIS, op. cit. « La milizia urbana è composta dai suoi cittadini e nel più alto corpo di essi che sono l’Artisti, la difesa, e custodia, che nelle altre Città fu d’uopo affidarsi ad un determinato numero di persone fu riconosciuta ben sicura nelle mani dei Palermitani. […] Tutti li singoli erano e sono stati sempremai Soldati Civici e garanti della propria patria. », p. 351.

31 Simona LAUDANI, « Rivolte, conflitti politici e sistema annonario nella Palermo del ’700 », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 112/II (2000) p. 669-686 et « Pane politica e consenso nella Palermo del ‘700 », in Brigitte MARIN et Catherine VIRLOUVET (dir.), Nourrir les cités de la Méditerranée (Antiquité-Temps modernes), Paris, Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 2004, p. 419-442.

32 Pour une analyse de ces termes complexes d’un point de vue administratif, voir Christian TOPALOV, Laurent COUDROY DE LILLE, Jean-Charles DEPAULE et Brigitte MARIN (dir.), L'aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, 2010 ; et Brigitte MARIN, « Lexiques et découpages territoriaux dans quelques villes italiennes (XVIe-XIXe siècle) » in Christian TOPALOV (dir.), Les division de la ville, Paris, Éditions UNESCO Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

33 Simona LAUDANI, « Le corporazioni in età moderna : reti associative o principi d’identità ? », Storica , 8 (1997), p. 125-145 ; « Le corporazioni siciliane in età moderna : ruoli istituzionali e conflitti politici », Siculorum Gymnasium, 1-2 (1998), p. 481-501 ; « Maestranze, istituzioni e conflitti nella Palermo settecentesca », Nuove effemeridi, 45/I (1999), p. 24-36 et « Il sistema delle arti e il governo della città : Palermo nella tarda età moderna », in Alberto GUENZI, Paola MASSA, Angelo MOJOLI (dir.), Corporazioni e gruppi professionali nell’Italia moderna, Roma, Franco Angeli, 1999, p. 217-240.

34 L’histoire de la Sicile est souvent interprétée par rapport à l’absence de certains événements historiques particulièrement importants ailleurs (Réforme protestante ; Résistance). Sur cette approche, qui souligne les différences avec d’autres contextes, voir Marta PETRUSEWICZ, Come il Meridione divenne una questione : rappresentazioni del Sud prima e dopo il Quarantotto, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1998. En ce qui concerne la haute police, dans les registres du gouvernement bourbonien de la Sicile, à partir de 1799 on trouve l’intitulé : Affaires de la Haute police, ASPa, R.S. – D., 1964-1967 (1799-1800) et R.S. – I., 4675 (1799). Dès avant sa nomination à la régence en 1812, le prince héritier Francesco Ier était à la tête de la haute police en Sicile, ASPa, R.S., I., 4678.

35 D’après une série des inventaires des ASPa, R.S. – I., l’institution de la haute police remonte à 1794. Si l’on s’en tient aux témoignages des sources, les premiers Inquisitori di Alta polizia sont attestés à partir de 1799, c’est-à-dire au moment de la présence de la cour à Palerme. Il pourrait s’agir d’une tentative de mise en place de la haute police, avortée en 1794, et réalisée enfin grâce à l’arrivée du roi dans l’île, cinq années plus tard.

36 « Per la pubblica sicurezza, e per il buon servizio del Re, nelle presenti circostanze, Egli è di assoluta necessità di stabilire ne’ diversi punti i più interessanti di questo Regno una Deputazione di Polizia ; cioè in Messina, Catania, Augusta, Siracusa, Licata, ed in Trapani. » ASPa, R.S., I., 5337, Primo progetto d’istituzione delle deputazioni di polizia, s. l. n. d. (mais Palerme 1806).

37 « Quatre parties égales », sans d’autres spécifications de type administratif, est par ailleurs la définition utilisée dans le texte de la réforme de 1781 pour dénommer les quartiers : « E veggendo che la città medesima trovasi divisa in quattro eguali parti », ASPa, R.S. D., 1500, cit. Sur les réformes de 1817 voir Enrico IACHELLO, « Centralisation étatique et pouvoir local en Sicile. La réforme administrative du 1817 », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1 (1994), p. 241-266 et « La riforma amministrativa del 1817 », in Francesco BENIGNO et Claudio TORRISI (dir.), Élites e potere in Sicilia dal medioevo ad oggi, Roma, Donzelli, 1995, p. 94-115.

38 Brigitte MARIN, « Découpage de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police à Naples (1779-1815) », art. cit. ; et « Les polices royales de Madrid et de Naples et les divisions du territoire urbain », in Catherine DENYS et Vincent MILLIOT (dir.), Espaces policiers, XVIIe-XVIIIe siècles, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 50/I (2003) p. 81-103 ; pour les quartiers de police à Paris, voir Nicolas VIDONI, « La Lieutenance de police et l’espace urbain parisien (1667-1789). Expériences, pratiques et savoirs », Thèse de doctorat d’Histoire, Université de Provence, 2011.

39 Anna Maria RAO, « Charles de Bourbon à Naples », in Gérard CHASTAGNARET et Gérard DUFOUR (dir.), Le Règne de Charles III : le despotisme éclairé en Espagne. Actes de la Table ronde d’Aix-en-Provence, 6-7 janvier 1989, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1989, p. 29-57 ; voir également Brigitte MARIN (dir.), Naples, Paris, Citadelles et Mazenod, 2010 et « Naples : Capital of the Enlightenment », in Peter CLARK, Bernard LEPETIT (dir.), Capital Cities and their Hinterlands in Early Modern Europe, Aldershot, Brookfield, Scolar Press, 1996, p. 143-167.

40 Créé en 1130 par les Normands, le Regnum Siciliae comprenait une très large partie du Midi italien y compris Naples. Après l’arrivée des Angevins (1266), Charles d’Anjou déplaça sa capitale de Palerme à Naples mais leur expulsion de l’île causée par les Vêpres siciliennes (1282), détermina la division en deux royaumes : les Aragonais en Sicile et les Angevins dans le Midi. Ces deux royaumes furent réunis par Alphonse d’Aragon qui conquît Naples en 1442. Ensuite, durant l’époque moderne, les royaumes maintinrent des institutions différentes sous la domination des Habsbourg.

41 Ce choix, dont l’interprète majeur fut Luigi de’ Medici, avait profondément frappé les élites siciliennes, même les plus favorables à la restauration des Bourbons. Les mémoires de de’ Medici permetent de suivre de près cette question : voir Francesco RENDA, Maria Carolina e Lord Bentinck nel diario di Luigi de’ Medici, Palermo, Sellerio, 2010.

42 Le récent renouvellement des travaux sur le Risorgimento a permis de reprendre les études sur la révolution sicilienne de 1848, sujet peu traité par l’historiographie du second XXe siècle, sur lequel le dernier ouvrage d’ensemble remonte à Giovanna FIUME, La crisi sociale del 1848 in Sicilia, Messina, EDAS, 1982. Voir Alessia FACINEROSO, « Pasquale Calvi e la rivoluzione », Polosud, 1 (2012), sous presse et sa bibliographie.

43 Eric J. E. HOBSBAWM et Terence RANGER (dir.), L’Invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 2006 (éd. or., London 1983).

44 Giovanbattista SIRAGUSA, « Michele Amari », in Centenario della nascita di Michele Amari, Palermo, Virzì, 1910, p. IX-XLIV : « L’Italia di là del Garigliano a quei tempi di Sicilia non si vedeva », p. XIII. Le Garigliano était le fleuve qui traçait la frontière entre le Royaume de Naples et les États de l’Église.

45 Enrico IACHELLO, « Appunti sull’amministrazione locale in Sicilia tra la costituzione del 1812 e la riforma amministrativa del 1817 », Rivista italiana di Studi Napoleonici, 1-2 (1991), p. 125-166.

46 Voir Giuseppe GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op. cit., p. 611-650.

47 Francesco RENDA, La Sicilia nel 1812, Caltanissetta-Roma, Salvatore Sciascia Editore, 1963.

48 Voir sur la question la parution prochaine de Sicile et Cadix en 1812, Actes du colloque, Palerme-Messine, 5-10 décembre 2005, sous la direction d’Andrea ROMANO et Francesco VERGARA CAFFARELLI.

49 Lors de son voyage dans l’île en 1804, « Coleridge exprimait ainsi son rêve, “ Oh si la Sicile devenait une île britannique, comme tous les habitants le désirent intensément ! Quelle joie ce serait pour nous tous ! ” [Oh, se la Sicilia diventasse un’isola britannica, come tutti gli abitanti intensamente desiderano ! Che sogno di felicità sarebbe per noi !], en anticipant un vœu qui serait devenu une requête pressante et explicite de la part de nombre d’Anglais (et de Siciliens) au cour de la décennie (1806-1815), quand d’intenses relations d’alliance politique unissaient la Sicile et la Grande-Bretagne dans la lutte contre Napoléon », Michela D’ANGELO, Tra Sicilia e Gran Bretagna, introduction à John ROSSELLI, Lord William Bentinck e l’occupazione britannica in Sicilia 1811-1814, Palermo, Sellerio, 2001 (éd. or. Cambridge 1956), p. 14-15.

50 John ROSSELLI, op. cit., « La Sicilia nelle mani della Gran Bretagna, in pochissimi anni diventerà una fonte di ricchezza e di forza, e, dopo l’Irlanda, il gioiello più luminoso della corona britannica. Le capacità dell’isola sono superiori a qualsiasi prospettiva. Basta vederla per intero per credere a tutti i racconti tramandati dalla storia della sua gloria passata. Ma io annetto maggiore importanza alla grandezza che la Gran Bretagna acquisirà introducendo libertà in Sicilia piuttosto che al valore della Sicilia come possedimento britannico. Desidero che la Sicilia sia un sempiterno esempio dei frutti positivi della nostra amicizia, contrapposti a quelli della Francia ; e, nel caso dovesse esserci una nuova guerra, cosa che, se Buonaparte vivrà, accadrà presto, vorrei che la Sicilia diventasse non solo il modello, ma lo strumento dell’indipendenza italiana. », p. 221. Il s’agit du rêve de Bentinck ainsi appelé par Bentinck lui-même : » Ora, Signore, Vi descriverò i sogni di un viaggiatore ». C’est l’intitulé d’une lettre envoyée au prince héritier depuis Catane : « Signore, ecco dunque il mio sogno. Lasciate che sia l’Inghilterra a preoccuparsi per la Sicilia. Solo essa, oserei dire, può governarla proficuamente, e per la Sicilia, e per il Regno di Napoli. », Bentinck à Francesco Ier, Catane, 3 décembre 1813, annexe B, p. 269.

51 ASPa, Ministero Luotenenziale – Polizia, (désormais M.L. – P.), registre 1 (1819-1820), f. 89 ; M.L. – P. carton 5, fascicule 11, doc. 593, Favara au Lieutenant général prince de Cutò, Palerme 29 août 1819.

52 Anonyme, Breve racconto della Rivoluzione di Palermo scritta da un testimone oculare. Con un appendice sullo stabilimento de’ Comitati, Palermo, 1820 (il s’agit de la première édition de Lelio DE PAULA, Cenno su i principali avvenimenti della rivolta di Palermo, Napoli, Tipografia di Luigi Nobile, 1820).

53 Sur le renforcement de l’opposition entre Naples et Palerme voir Salvatore LUPO, L’unificazione italiana. Mezzogiorno, rivoluzione, guerra civile, Roma, Donzelli, 2011, p. 30-36 et Giuseppe BARONE, « Quando crolla lo Stato e non nasce la nazione. Il Mezzogiorno nel Risorgimento italiano », Polosud, 1 (2012), sous presse.

54 Antonino RECUPERO, « La Sicilia all’opposizione (1848-1874) », in Maurice AYMARD et Giuseppe GIARRIZZO (dir.), Storia d’Italia, V, La Sicilia, Torino, Einaudi, 1987, p. 40-85.

55 Le cas le plus célèbre est celui de Ruggero Settimo, amiral de la Marine bourbonienne jusqu’en 1820, membre du Conseil militaire en 1820 et Président du gouvernement en 1848.

56 Antonino BLANDO et Paolo VIOLA (dir.), Quando crollano i regimi, Palermo, Palumbo, 2004 ; Paolo MACRY, Quando crolla lo Stato. Studi sull’Italia preunitaria, Napoli, Liguori, 2003.

57 Voir Rosario ROMEO, Il Risorgimento in Sicilia, Bari, Laterza, 1970 (éd. or. 1948), p. 247 passim : « Nel giro di poche settimane l’apparato amministrativo, giudiziario, militare e di polizia dello Stato venne travolto, e con esso scomparve ogni garanzia dell’ordine costituito. In tal modo, mentre in Piemonte, Toscana, Roma, Napoli, anche dopo la concessione degli Statuti, resterà tuttavia in piedi il vecchio organismo statale, come complesso di poteri valevole a infrenare i moti provenienti dal basso, e a garantire un largo margine di stabilità sociale ; in Sicilia si determina subito una situazione politica rivoluzionaria – quale apparirà altrove solo dopo i rivolgimenti della seconda metà del ’48 – dove le sole forze effettive sono rappresentate dalle squadre », p. 289.

58 C’est l’interprétation de FIUME, Le bande armate in Sicilia, op. cit., de laquelle voir aussi, Le regole del gioco. Liste degli eleggibili e lotta politica a Marineo (1819-1859), Palermo, Adamo, 2011 ; de Salvatore LUPO, Storia della mafia. Dalle origini ai giorni nostri, Roma, Donzelli, 2004 (éd. or. 1993) ; et de Rosario MANGIAMELI, « Dalle bande alle cosche. La rappresentazione della criminalità in provincia di Caltanissetta », in Giuseppe BARONE et Claudio TORRISI (dir.), Economia e società nell’area dello zolfo, Caltanissetta-Roma, Sciascia Editore, 1989, p. 178-212, qui proposent une nouvelle lecture de ce phénomène en tant qu’anticipation des réseaux politiques de la mafia ; interprétation soutenue aussi par Vincenzo D’ALESSANDRO, Brigantaggio e mafia in Sicilia, Messina, D’Anna, 1959 ; mais voir les réflexions toujours très actuelles d’Antonino RECUPERO, « La Sicilia all’opposizione (1848-1874) », art. cit.

59 Rhétorique constante, aisément lisible dans les discussions parlementaires des députés et des sénateurs siciliens : voir Le Assemblee del Risorgimento. Sicilia, vv. XII-XIV, Roma, Pubblicazioni della Camera dei Deputati, 1911.

60 Peter LASLETT, Un monde que nous avons perdu : les structures sociales pré-industrielles, Paris, Flammarion, 1969 (éd. or. London 1965).

61 Sur la garde nationale, voir George CARROT, La Garde nationale (1789-1871) : une force publique ambiguë, avant-propos de Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Serge BIANCHI et ROGER DUPUY (dir.) La garde nationale entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités (1789-1871), Rennes, PUR, 2006 ; et, pour l’Italie, Enrico FRANCIA, Le baionette intelligenti. La guardia nazionale nell’Italia liberale (1848-1876), Bologna, Il Mulino, 1999 ; ainsi que « Polizia e ordine pubblico nel Quarantotto italiano », in Livio ANTONIELLI (dir.), La polizia in Italia e in Europa : punto sugli studi e prospettive di ricerca, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2006, p. 141-160.

62 ASPa, Archivio Riso, Guardia nazionale, série I, cartons 1-24, et ivi, 48, ce dernier particulièrement pour la composition sociale de la garde nationale de Palerme en juin 1849.

63 La Sicilia “sicilienne“ (1811-1814), in GIARRIZZO, « La Sicilia dal Vespro all’unità d’Italia », op. cit., p. 651-666. Quelques années après, le chargé d'affaires français à Palerme Billing écrivit au Ministre des Affaires étrangères comte de Rigny : « On sait que la Sicile songe à imiter la Belgique », Palerme 10 juillet 1834, dans Armando SAITTA (dir.), Le relazioni diplomatiche tra la Francia e il Regno delle Due Sicilie : II serie : 1830-1848, v. I, Roma, Istituto storico italiano per l'età moderna e contemporanea, 1954.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filippo Fiorito, « Réformes de police et pratiques gouvernementales à Palerme  », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rives.revues.org/4167 ; DOI : 10.4000/rives.4167

Haut de page

Auteur

Filippo Fiorito

Inscrit en doctorat d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille (UMR TELEMME) et à l’Université de Catane (laboratoire DAPPSI), Filippo Fiorito poursuit une thèse, en co-tutelle internationale dirigée par Brigitte Marin et Simona Laudani, portant sur les réformes de police en Sicile sous les Bourbons (1735-1860). Ses recherches s’intéressent aux systèmes de maintien de l’ordre public et aux pratiques gouvernementales à Palerme entre XVIIIe et XIXe siècle. Il a travaillé sur l’histoire des gardes nationaux en Sicile au XIXe siècle et plus précisément sur la formation des élites du gouvernement dans le Royaume des Deux-Siciles (1815-1860). Il a mené ses recherches dans de nombreux centres d’archives en Italie (Naples ; Palerme ; Rome ; Turin) et en Europe (Londres ; Nottingham ; Vienne). Les documents les plus utilisés pour ses recherches sont les actes judiciaires et administratifs, les registres notariés et les mémoires réformateurs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org