Navigation – Plan du site

1348, Marseille s’unifie, son assemblée s’affirme

François Otchakovsky-Laurens
p. 13-28

Résumés

En 1348, la reine Jeanne unifie les deux parties de Marseille – l’une sous contrôle ecclésiastique, l’autre gouvernée par l’oligarchie du port. Ce faisant, Jeanne cherche à s’assurer le soutien de la ville marchande, dominante. Le contexte de crise – déstabilisation du pouvoir royal, peste – révèle l’assemblée urbaine comme un centre du pouvoir dans la ville. Les pratiques du conseil de ville montrent son renforcement au cours des années 1348-1349, alors que les officiers de tutelle – viguier, juges – se trouvent relativement effacés par l’instauration d’un dialogue direct avec le souverain. Les dissensions internes existent, mais rarement liées à l’unification, qui n’est qu’un aspect du choix stratégique d’alliance entre Jeanne et Marseille.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Les enjeux de la réunification marseillaise
Une cérémonie hautement signifiante : les serments du 29 janvier 1348
Pratiques et fonctionnement de l’assemblée délibérante
Dissensions internes et difficultés de l’unification

Aperçu du texte

Le 3 janvier 1348, par lettres royales, la ville de Marseille ne fait plus qu’une. Divisée depuis des siècles entre trois puis deux pouvoirs qui se partageaient le territoire urbain, ainsi que la fiscalité et la justice sur ses habitants, elle se trouve unifiée en une entité politique, l’universitas Massilie, « l’université de Marseille », au sens de personne morale juridique représentant la ville tout entière – ou de commune, de municipalité.

Désormais, elle est administrée par un seul viguier – officier représentant le comte de Provence –, ses juges ont pouvoir sur toute la cité, et surtout, pour ce qui intéresse cette étude, le conseil des habitants de la ville et leurs délibérations concernent Marseille tout entière.

Nous examinerons ici le cas de Marseille, en tant que ville qui s’unifie, au cœur d’une situation plus large, et précisément en tant que communauté d’environ 20 000 habitants au plus, représentée par une assemblée, le conseil de Marseille. En quoi le contexte de la ré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Otchakovsky-Laurens, « 1348, Marseille s’unifie, son assemblée s’affirme », Rives méditerranéennes, 42 | 2012, 13-28.

Référence électronique

François Otchakovsky-Laurens, « 1348, Marseille s’unifie, son assemblée s’affirme », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://rives.revues.org/4155

Haut de page

Auteur

François Otchakovsky-Laurens

Doctorant d’histoire médiévale, enseignant agrégé, François Otchakovsky-Laurens prépare une thèse sur le thème « les assemblées urbaines à Marseille au XIVe siècle et le jeu des pouvoirs dans la ville », s’appuyant notamment sur les délibérations municipales. Ses axes de recherche concernent la mise en forme des registres, les pratiques de l’assemblée, la délégation de pouvoir, le rôle des conjonctures de crise, la construction de l’espace du politique, ou encore les identités urbaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org