Navigation – Plan du site

Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée

De nouveaux regards sur des objets complexes
Antoine Grandclement et Julien Saint-Roman
p. 7-11

Entrées d’index

Mots-clés :

politique, pouvoir, ville

Keywords :

city, politics, power, town

Géographie :

Méditerranée
Haut de page

Texte intégral

1Le présent numéro de la revue Rives méditerranéennes rassemble les travaux d’une journée d’études organisée par l’UMR TELEMME le 4 mai 2011 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

2Il interroge les relations croisées entre les transformations de toute nature que connaissent les villes et les jeux de pouvoir dont elles sont le cadre et l’enjeu en Méditerranée. Il s’agit également, en rassemblant des jeunes chercheurs, de proposer un panorama des questionnements et des travaux les plus récents et de la façon dont ils renouvellent les approches de la ville par les sciences sociales. La large ouverture chronologique, thématique et disciplinaire de cette publication a ainsi pour ambition de mettre en lumière les formes variées de ces jeux de pouvoir et de ne pas se limiter à la sphère du pouvoir politique et des institutions. De la même manière, si les transformations urbaines peuvent avoir pour origine de grands projets d’aménagement ou d’urbanisme qui modifient le cadre physique et architectural de la ville, les processus démographiques ou sociaux qui les accompagnent sont tout aussi importants. Dès lors, et même si cette opposition est parfois galvaudée dans les sciences sociales comme dans les discours politiques, il convenait de mettre en perspective ces dynamiques descendantes, parfois subies, pour interroger la place et le rôle des populations et des différents groupes sociaux ou politiques face à ces changements.

3Les articles qui composent ce numéro illustrent cette diversité :

- diversité des disciplines représentées, de l’histoire à la géographie en passant par l’anthropologie, l’architecture, l’histoire de l’art ;

- diversité des périodes, du Moyen Age jusqu’aux projets urbains et aux événements politiques les plus récents ;

- diversité des terrains du Liban jusqu’à Marseille.

  • 1 Nicole GIRARD et Brigitte MARIN, « La journée d’études du 8 avril 1998 », Rives nord-méditerranéenn (...)
  • 2 « Le séminaire « Mutations politiques et mutations urbaines », Rives nord-méditerranéennes [En lign (...)

4L’intérêt des chercheurs de TELEMME pour ces objets complexes que sont la ville et le pouvoir n’est pas nouveau. Le numéro 2 de la revue Rives dirigé par Brigitte Marin et Nicole Girard en 1999 intitulé « Mutations politiques, mutations urbaines »1 rassemblait déjà les travaux d’un séminaire et d’une journée d’études sur ce même thème. Ses auteurs s’étaient attachés à construire une grille commune d’analyse grâce à l’observation comparée des villes tout autour de la Méditerranée, affirmant déjà la nécessité d’une lecture comparative et plurielle de la ville. Au travers des questions sur les modèles urbains, les institutions qui gèrent la ville et leurs relations avec les populations ou encore les formes de gestion et de découpage de l’espace, il s’agissait d’inscrire l’étude des espaces urbains dans une perspective dynamique. B. Marin et N. Girard identifiaient ainsi deux approches : « celle qui consiste à partir des acteurs publics, des pouvoirs, à analyser leurs rôles dans la transformation des espaces urbains ; celle qui privilégie l’espace en étudiant de grands projets urbains, révélateurs d’enjeux de pouvoir dans la ville »2.

5Même si la continuité des thèmes est remarquable, les contributions de ce numéro proposent des approches et des angles d’attaque sensiblement différents à trois niveaux, en interrogeant notamment les jeux d’échelles et les temporalités des mutations politiques et urbaines.

De l’échelle métropolitaine à l’échelle du quartier

6Inès Castaldo se penche ainsi sur la création du quartier Mazarin pour saisir les transformations urbaines et sociales à Aix-en-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le quartier Mazarin prend forme en un siècle et demi et, à travers l’analyse des lots à bâtir et des baux pourvus, on découvre l’ascension de « nouvelles classes sociales » (marchands, avocats, officiers royaux) ou l’effacement d’autres, telles que les artisans. L’étude de la production architecturale de ce quartier met en évidence les ambitions certes immobilières mais aussi politiques et sociales, des différents groupes sociaux et acteurs politiques. Les relations entre riches propriétaires et artisans ou les jeux de pouvoir entre l’archevêché et la Commanderie de Malte illustrent ces enjeux.

7Konstantin Kastrissianakis propose quant à lui une analyse des jeux de pouvoir à Beyrouth par le prisme des espaces publics. La ville est à la fois cadre et objet des luttes de pouvoir qui se traduisent dans des processus de marquage et d’appropriation des espaces urbains, à l’échelle métropolitaine mais aussi à échelle fine. Les centres du pouvoir dans la ville sont multiples et dispersés et ce sont les forces politiques issues de la guerre civile plus que l’État central qui se partagent le pouvoir. Beyrouth s’étend par cercles concentriques puis éclate à partir d’un Est chrétien et d’un Ouest musulman. La communautarisation de l’espace public est bien présente, mais ne doit pas masquer la fluidité des pratiques et des liens de clientélisme qui passent notamment par l’immobilier. L’urbanisme devient un outil pour une nouvelle élite qui cherche à se construire une légitimité politique.

8Filippo Fiorito étudie la naissance d’une police d’État à Palerme et en Sicile à la fin du XVIIIe siècle et au début XIXe, et le découpage urbain et le contrôle du territoire qui y sont corrélés. Cette question le conduit à analyser les pratiques d’ordre public et la perte de proximité dans les relations avec les citadins. L’identification des polices et des magistratures dans des mouvements d’autonomisation de la police par rapport au pouvoir municipal ou/et à l’État.

Des grands projets urbains aux mutations sociales et spatiales silencieuses

9Les grands projets et grands événements urbains sont très présents dans les contributions de ce numéro, l’actualité marseillaise l’expliquant en grande partie. On doit toutefois souligner la grande diversité des prismes choisis et le souci de révéler les évolutions silencieuses et plus progressives qui sont à l’œuvre derrière les transformations accélérées et parfois spectaculaires des projets.

10Gwenaëlle Audren s’intéresse ainsi aux territoires et aux stratégies scolaires pour saisir les transformations marseillaises. Ces derniers constituent un révélateur original de disparités de revenus croissantes entre les différents secteurs de la ville de Marseille et du processus avancé de fragmentation socio-spatiale. Les jeux d’acteurs, qu’il s’agisse des stratégies des familles ou des institutions, pour contourner la carte scolaire, mettent en lumière une accentuation de l’entre-soi.

11Guilhem Boulay décrit ces mêmes transformations par le prisme de la formation des prix immobiliers. La hausse spectaculaire des prix de l’immobilier dans la cité phocéenne ne peut être analysée comme la seule résultante d’un jeu de l’offre et de la demande et fait de l’immobilier une question sociale et politique. G. Boulay propose ainsi une grille d’analyse renouvelée autour du concept de rente en faisant une large place à la fabrication sociale de la valeur immobilière. Les mutations urbaines deviennent, par le biais de dispositifs sociaux largement spatiaux, une assurance contre la dévalorisation de l’immobilier.

12Claire Bullen s’intéresse quant à elle aux politiques culturelles et aux constructions identitaires plurielles à Marseille. Pour comprendre les interactions quotidiennes dans les cités et les quartiers défavorisés confrontés à la mondialisation, elle tente d’identifier, par des entretiens et l’observation participante, le rôle que jouent les acteurs ordinaires dans leurs quartiers, et les met en perspective avec la façon dont les dirigeants marseillais tentent d’attirer les investisseurs et les touristes. Elle offre ainsi une lecture innovante des projets urbains et notamment de la future Capitale Européenne de la Culture 2013.

Crises et temporalités des transformations urbaines

13Plusieurs articles proposent enfin une réflexion sur les temporalités des transformations urbaines et des mutations politiques. Les périodes de crise constituent notamment un révélateur privilégié de ces dynamiques. Au-delà de son intérêt intrinsèque, le fonctionnement extraordinaire qui caractérise ces périodes met en perspective les jeux de pouvoir dans la ville et l’ensemble des questionnements déjà évoqués. Si François Otchakovsky-Laurens étudie le temps long de la crise de l’Occident chrétien du XIVe siècle, Fleur Beauvieux s’intéresse quant à elle au temps plus court de l’épidémie de peste à Marseille en 1720.

14F. Otchakovsky-Laurens propose une analyse du fonctionnement des assemblées communales à Marseille au XIVe siècle et décrit le mouvement d’unification politique de la ville autour de sa gestion quotidienne et de sa défense. Les enjeux de la communication et de la diffusion de l’information dans la ville, voire de la propagande, interroge la constitution d’une opinion urbaine dans ce contexte de crise.

15L’épidémie de peste de 1720 étudiée par F. Beauvieux modifie le rapport à l’espace et les formes de contrôle de la population. Aux « ordres de papier » des premiers temps de l’épidémie succède, sous l’impulsion du pouvoir royal, un règlement de peste opératoire grâce à une police de peste composée de commissaires et d’hommes de confiance. Cette « police de peste » quadrille l’espace marseillais, contrôle les circulations intra-muros, interdit la fréquentation des espaces publics et interdit les échanges avec l’extérieur. L’espace vécu s’en trouve modifié : l’espace privé se referme sur lui-même alors qu’en temps ordinaire les relations de voisinage sont intenses.

16L’article de F. Fiorito, enfin, situe les réformes policières de Naples et de Palerme sur un temps long traversé de nombreuses ruptures : la Révolution française, les guerres napoléoniennes et les mouvements révolutionnaires du Risorgimento.

17Malgré la diversité des disciplines représentées, les questionnements, les choix méthodologiques ou les sources mobilisées sont souvent convergents. L’intérêt pour les stratégies des acteurs, qu’il s’agisse des parcours scolaires dans le cas de G. Audren, ou des enquêtes biographiques utilisées par C. Bullen en est un exemple marquant. Inès Castaldo pour le quartier Mazarin à Aix-en-Provence et Guilhem Boulay pour le marché de l’immobilier à Marseille s’appuient de même tous deux sur les actes de vente des parcelles et des fichiers notariaux des transactions immobilières à trois siècles d’intervalle.

18Ce numéro de Rives méditerranéennes sur « Jeux de pouvoir et transformations de la ville » propose donc un point de vue actualisé sur la recherche urbaine, un point de vue pluridisciplinaire qui ne cherche pas à effacer les frontières entre les disciplines mais à promouvoir leur complémentarité afin de mieux connaître les villes et les enjeux de pouvoir qui les traversent.

Haut de page

Notes

1 Nicole GIRARD et Brigitte MARIN, « La journée d’études du 8 avril 1998 », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004, Consulté le 29 octobre 2011. URL : http://rives.revues.org/147

2 « Le séminaire « Mutations politiques et mutations urbaines », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 16 décembre 2010, Consulté le 29 octobre 2011. URL : http://rives.revues.org/146

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Grandclement et Julien Saint-Roman, « Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée », Rives méditerranéennes, 42 | 2012, 7-11.

Référence électronique

Antoine Grandclement et Julien Saint-Roman, « Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4149

Haut de page

Auteurs

Antoine Grandclement

Doctorant à l'UMR TELEMME

Julien Saint-Roman

Doctorant à l'UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org