Navigation – Plan du site

Agency : un mot, un engagement

Caroline Mackenzie
p. 35-37

Entrées d’index

Mots-clés :

agency, genre

Keywords :

gender

Géographie :

Global

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans le langage anglais courant, agency signifie « agence », telle qu’une agence de voyages ou d’a (...)

1Traduire une idée d’une culture à une autre n’a rien de si difficile, par contre trouver le mot juste pour un concept précis est une tout autre question, car certains mots sont tellement imprégnés de références culturelles qu’ils deviennent impossibles à rendre dans une autre langue. Agency en est un très bon exemple – dans le sens où il est utilisé dans la recherche sur le genre,1 il n’existe pas de « mot juste » pour exprimer l’interprétation qu’un chercheur anglophone lui donnerait.

2Alors, il faut retourner aux bases linguistiques, c’est-à-dire aux origines latines du mot agency : le verbe « ago, agire » . La définition offerte par le Gaffiot est : « mettre en mouvement, faire avancer », ce qui nous donne agir en français, ainsi que les mots «agent, agence, action »et leurs dérivatifs. Nous savons donc qu’il s’agit d’une action, et surtout d’une action entreprise par une personne qui agit, non pas d’une réaction aux événements ni aux circonstances.

  • 2  Concept lié à l’agency, il signifie la capacité de l’individu de s’approprier le pouvoir et de s’e (...)

3Dans la recherche en sciences sociales, le concept d’agency est beaucoup utilisé en sociologie et se réfère à la capacité indépendante d’agir selon sa propre volonté et il est employé en opposition au concept de structure, qui se réfère aux modèles de comportement qui influencent les choix des individus. L’agency désigne non pas un comportement influencé, mais l’action qui émane de la volonté de l’individu. Aucun mot français ne parvient à évoquer ce concept et, pour cette raison, ce mot anglais, tout comme le mot empowerment2, sert la recherche sur le genre.

Le sens de l’agency

4En réfléchissant à ce concept en tant que traductrice, j’ai voulu comprendre ce qu’il veut dire dans la vie. Il me semble évident qu’il ne s’agit pas d’un comportement « privé », mais qu’il s’applique notamment aux engagements publics, voire civiques ou politiques, des individus.

5Pour expliquer cette notion aux collègues et aux invités de notre journée d’études, je me trouve devant une nouvelle difficulté : comment devient-on agent ? Quelles sont les qualités nécessaires ? Mes réflexions se résument à trois éléments essentiels pour qualifier une personne qui est engagée dans un comportement d’agency :

  • Être capable d’agir ;

  • Pouvoir agir ;

  • Vouloir agir.

6Et, il est important de le souligner, ces trois éléments sont obligatoirement présents en tout acte d’agency. Pourquoi ?

7Comme il s’agit d’un acte de volonté personnelle, les trois doivent être présents pour que l’« agency » entre en jeu. On peut :

  • être capable d’agir (avoir les compétences) et vouloir agir, mais ne pas pouvoir agir (par exemple être handicapé pour une raison quelconque) ; ou

  • avoir le pouvoir d’agir (se trouver dans un milieu militant, syndical, associatif…) et en être capable (avoir l’éducation politique et les idées à transmettre), mais ne pas vouloir (manque de confiance pour se mettre en avant) ; ou

  • avoir la volonté et le pouvoir d’agir mais, sans les connaissances ou les opportunités, se sentir démuni, impuissant devant la situation.

8Donc, ces trois aspects doivent être réunis pour que l’agency ait lieu.

9Les activités décrites dans ce volume, et surtout la manière dont les femmes se sont engagées dans ces activités, nous donnent la démonstration de l’agency sur le terrain et nous permettent de construire une grille de lecture pour une meilleure compréhension de ce terme.

10Nous avons vu comment l’agency permet une analyse de l’action sur la place publique, que ce soit dans le domaine de l’action militante, politique, sociale, associative… voire spirituelle. Il ouvre également toutes sortes de possibilités de développer des analyses plus complexes des relations femmes/hommes et des différences dans leur positionnement sur la place publique.

11Pour étudier l’agency et la présence (ou non) des femmes et des hommes dans les milieux économiques, politiques, ou sociaux, nous sommes obligés aussi de prendre en compte les contraintes privées qui pèsent sur leurs vies. Pour les femmes, nous pouvons pointer du doigt la pauvreté qui oblige la femme à travailler au noir ou à se prostituer, les mœurs qui les cantonnent derrière les portes de leur foyer mais leur permettent de tenir une correspondance, ou l’absence du mari (veuvage, travail itinérant, déplacements internationaux, engagement militaire, désertion…) qui les obligent à prendre en charge une entreprise au nom de leurs enfants. Chez les hommes, il existe des contraintes similaires : la mort des jeunes femmes en couches, les familles nombreuses à nourrir, l’obligation de maintenir un certain train de vie pour conforter leur place sociale, l’absence en voyage avec les dangers implicites de perte de vie ou de moyens, la gestion des terres, les impondérables du monde agricole ou des investissements commerciaux, la maladie, l’accès aux connaissances…

12La comparaison donc de ces contraintes sur la « capacité d’agir », sans oublier la volonté et le pouvoir d’agir, offre des perspectives fort intéressantes pour les recherches futures en histoire sociale dans son ensemble. Dans le même temps, elle fait que ces analyses peuvent être articulées à l’infini de communauté en communauté et appliquées à toute forme d’action publique dans une large gamme de disciplines : nous sommes en train de voir le placard s’ouvrir et le genre devenir une discipline sociale à part entière.

Haut de page

Notes

1  Dans le langage anglais courant, agency signifie « agence », telle qu’une agence de voyages ou d’assurances, ce qui est loin de l’utilisation de ce terme dans la recherche.

2  Concept lié à l’agency, il signifie la capacité de l’individu de s’approprier le pouvoir et de s’en servir pour faire valoir ses droits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Mackenzie, « Agency : un mot, un engagement », Rives méditerranéennes, 41 | 2012, 35-37.

Référence électronique

Caroline Mackenzie, « Agency : un mot, un engagement », Rives méditerranéennes [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le , consulté le 17 août 2017. URL : http://rives.revues.org/4139 ; DOI : 10.4000/rives.4139

Haut de page

Auteur

Caroline Mackenzie

Caroline Mackenzie est chercheuse associée et membre du Groupe de recherche Genre, Femmes, Méditerranée (GeFeM) à la Maison de la Méditerranéenne des Sciences  de l’Homme, Aix-en-Provence, depuis 12 ans.  Elle est traductrice professionnelle.  Historienne médiéviste, elle a mené des recherches universitaires sur le Royaume normand de Sicile (XIIe siècle) tandis que ses activités associatives sont concentrées sur la place des minorités (femmes, migrants) dans l’Europe d’aujourd’hui.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org