Skip to navigation – Site map

Une « police des Lumières » ?

La « violence » des agents de police à Paris au milieu du XVIIIe siècle
Nicolas Vidoni
p. 43-65

Abstracts

The “civilization process” was for many years seen as the heavy hand of the State with a monopoly on physical violence. However, studies of this historical development have never taken into account the role of the police as a structure for regulating disorder and controlling society. This article therefore takes a new approach to the history of police forces. Were police officers sufficiently ‘civilized’ to understand the importance of their acts and of “policing the police”? The Parisian police regularly used violence as part of their operations, generating hostile reactions from the city’s population that undermined its image as the elite of a wise and pacified people.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

histoire, régulation, violence

Géographie :

Paris

Chronologie :

Époque moderne
Top of page

Full text

  • 1  Norbert Élias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 2009 (1ère éd. 1969), 328 p.
  • 2  Pour un panorama récent de l’utilisation du concept de civilisation et de l’oeuvre de Norbert Élia (...)
  • 3  Vincent Milliot, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », RHMC, avril (...)
  • 4  Citons, parmi une floraison d’études, Paolo Piasenza, Polizia e città. Strategie d’ordine, conflit (...)
  • 5  Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, 1989, 258 p., c (...)
  • 6  Michel Foucault, Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 364 p., coll (...)
  • 7  Sur l’importance pour saisir ce que put être le processus de « civilisation » de comprendre qu’il (...)

1La violence est souvent abordée par les sciences sociales à partir des schémas évolutifs proposés par Norbert Élias1 et Max Weber, lesquels ont montré une captation progressive de la violence par l’État, ce dernier « légitimant » la possession et l’usage monopolistiques de la violence ; pour ensuite normer les usages de la violence par le « procès de civilisation ». Ces grandes théories ont été complétées depuis par une floraison d’études venues de toutes les sciences sociales. Pour ce qui regarde les études historiques2, il nous paraît utile d’apporter une touche minime à l’édifice en investissant ce thème de la violence et de la civilisation par un champ de recherche en plein renouvellement depuis une dizaine d’années, qui est celui de l’histoire de la police3. Loin de se cantonner à une étude institutionnelle, l’histoire de la police s’attache désormais aux pratiques et aux actes plus qu’aux règles et aux aspects formels4. Cette démarche permet de saisir, au ras de l’archive, ce que pouvait être – concrètement – la violence. Les archives de la police ont été utilisées pour entrevoir la violence du quotidien5. Mais les études n’ont pas suffisamment questionné, pour l’époque moderne, la violence policière dans ses formes, dans ses gestes, si ce n’est pour une justice exceptionnelle, majestueuse, lors des exécutions publiques6. Il nous paraît donc utile de questionner cette violence policière que l’on peut qualifier elle aussi de quotidienne, et voir en quoi sa « normalité » n’allait pas de soi, et a suscité des réactions, de l’hostilité, de l’approbation, sentiments et manifestations sociales qui ont conduit, en retour, à questionner généralement les pratiques policières et l’usage de la violence en particulier. Ces usages et réflexions s’insèrent dans et rythment un processus qui est celui de la construction, heurtée et phasique7, faite d’avancées et de reculs, d’une violence légitime de l’État.

  • 8  Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants. Paris 175 (...)
  • 9  Les papiers de l’inspecteur Poussot sont conservés de manière continue pour la période 1739-1751, (...)
  • 10  Pour une synthèse commode, Jean-Yves Grenier, Histoire de la pensée économique et politique de la (...)

2Pour appréhender cet ensemble de phénomènes, nous concentrerons notre propos sur le midi du XVIIIe siècle à Paris (environ 1740-1760). Pourquoi étudier ce moment ? Une révolte violente et brusque se produit en mai 1750, après qu’une rumeur d’enlèvements d’enfants par la police (pour peupler les terres américaines) a couru dans la ville8. Elle se manifeste par des atteintes physiques contre le personnel policier, en particulier les inspecteurs de police, agents d’un nouveau type de police et qui semblent honnis par la population. Or, si l’on regarde plus avant la pratique de ces inspecteurs, on peut comprendre que la population leur reprochait bien plus que des enlèvements d’enfants. Un trésor d’archives permet de connaître ces pratiques policières. Ce sont les archives de l’inspecteur Poussot, chargé dans les années 1740-1760 de la sûreté de la ville, en particulier de la répression des vols et recels9. Cette spécialisation l’amène à parcourir la ville, et à « connaître » l’ensemble de la population. Ce savoir policier, individuel, se combine à des pratiques de terrain qui mobilisent un « monde » (c’est son terme) d’agents policiers qui ne sont pas des officiers. Or, tous usent de violence, et la réaction de la population les oblige, ainsi que le Lieutenant général de police, à réfléchir, puis amender leurs pratiques. Cette adaptation par le conflit pose plus généralement la question de l’arbitraire, et des modes de « faire » la police, au moment même où les attaques parlementaires et jansénistes contre la monarchie utilisent la dénonciation de l’arbitraire et de l’autoritarisme10. C’est donc une résonnance entre « peuple » et « élites » qui apparaît, et cette concordance de griefs et de révolte, outre qu’elle incite les acteurs policiers à réfléchir à leurs pratiques sous l’influence de l’opinion publique et des Lumières, d’où le terme parfois employé de « police des Lumières », mérite de s’intéresser au thème de la violence. Pour cela, nous aborderons dans un premier temps les liens entre police et « civilisation », en accordant une bonne part à l’aspect procédural de la pratique policière, qui s’infléchit et se codifie ; ce qui nous permettra de plonger ensuite dans les pratiques de régulation et de contrôle social policières, là où se loge la violence, après avoir présenté – préalable nécessaire – le personnel policier subalterne, acteur et agent premier de cette violence.

Police, civilisation et procédure policière

Police et civilisation

  • 11  Jacques Peuchet, Encyclopédie Méthodique, Jurisprudence, t. IX, La Police et les Municipalités, Pa (...)
  • 12  Les assemblées des pays d’États sont notamment les instigatrices de nombreux ouvrages vantant les (...)
  • 13  Sur Peuchet et ses ouvrages, Fanny Siam, « Le dictionnaire de Police et Municipalités (1789-1791)  (...)

3À la fin du XVIIIe siècle, une idée diffusée en Europe veut que vivre à Paris constitue le summum de la douceur de vivre, parce qu’on y trouve la plus grande tranquillité. Cette idée est défendue par Hume, Gibbon, et par Jacques Peuchet, qui fait paraître, en 1789, le tome IX de la série « Jurisprudence » de l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke ; opus intitulé La Police et les Municipalités11. Au-delà de l’aspect polémique de l’ouvrage, qui tend, comme bon nombre au même moment12, à replacer la police dans le champ de compétence des municipalités qui connaissent une nouvelle jeunesse avec l’ébullition révolutionnaire, l’auteur (qui a lui-même exercé diverses responsabilités administratives, dont des fonctions de police à Paris au début de la Révolution13) traduit un lieu commun qui veut que la tranquillité soit établie à Paris. Quelle est-elle ?

  • 14  Dictionnaire européen des Lumières, sous la direction de Michel Delon, Paris, PUF, 2003, notice «  (...)
  • 15  Vincent Milliot, Gouverner les hommes et leur faire du bien. La police de Paris au siècle des Lumi (...)
  • 16  J. Peuchet, op. cit., p. ii.
  • 17  Nicolas Delamare, Traité de la police, où l’on trouvera l’histoire de son établissement..., Paris- (...)
  • 18  Ibid., p. 26.
  • 19  Ibid., p. 6
  • 20  Sur les « mémoires » de Jean-Charles-Pierre Lenoir, Vincent Milliot, « L’œil et la mémoire : réfle (...)
  • 21  Lenoir, « Mémoires », Bibliothèque d’Orléans, Ms 1421, p. 49.
  • 22  « L’esprit de système n’a jamais fait que des erreurs [...]. C’est à la marche lente et soutenuë d (...)
  • 23  Gabriel de Sartine, La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de G. de Sartine (...)

4On peut y voir un double sens, de tranquillité individuelle, mais encore collective. En effet, la douceur de vivre est un sentiment que les individus éprouvent dans la capitale française, et elle est due, pour une large part, à la tranquillité collective qui règne dans la cité. C’est la raison pour laquelle Peuchet défend l’idée – d’une partie des Lumières14 – que cet état de tranquillité est l’aboutissement du processus de civilisation que l’Europe a connu depuis les âges grec et romain, en se détachant de la barbarie par un moyen : la police. Mêlant phénomène collectif et dimension individuelle du bonheur, il exprime, de manière archétypale, la volonté des gouvernants du XVIIIe siècle (ou du moins d’une partie) de procurer le bien-être, le bonheur et la tranquillité aux populations15. Et cet accomplissement de la civilisation est le fait, exclusivement, de la police, celle-ci étant, selon Peuchet, une partie du « gouvernement civil16. » Il y a là un trait de continuité avec la conception de Nicolas Delamare, le commissaire parisien qui, au début du siècle, avait composé un Traité de la police qui allait faire autorité, et selon lequel la police était une partie du « droit public17 », mais surtout une « portion de notre droit public [qui] consiste beaucoup plus en Gouvernement qu’en Jurisdiction contentieuse18. » Les publicistes de la fin du siècle insistent davantage sur les pratiques (le « gouvernement ») que sur l’essence de la police (est-elle seulement une juridiction, ou dépasse-t-elle cette fonction ?). Mais tous les auteurs du siècle s’accordent à dire, pour reprendre le mot de Delamare, que la police produit « le bel ordre duquel dépend le bonheur des Estats19. » On retrouve cette idée dans les écrits du Lieutenant général Lenoir (actif de 1774 à 1785) qui rédige, en exil à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, des « Mémoires » visant à justifier son action, mais encore à dévoiler les mécanismes de fonctionnement de la police20. Reprenant l’antienne qui veut que la police ait pour objectif de « faire du bien » et de procurer le bonheur au peuple, il réfléchit aux manières de faire de la police, et estime que celle-ci est avant tout une pratique qui ne saurait s’embarasser d’un « esprit de système21. » Il oppose dans l’ordre des priorités réflexion et action policières, la seconde primant selon lui sur la première pour parvenir à réaliser le bon ordre22. On voit poindre ici l’argument de la « nécessité » qui justifierait de passer outre les procédures formelles pour parvenir à ses fins (policières). Il ne s’agit pas là d’une vaine question, puisque ce débat à propos des procédures a été engagé depuis longtemps. Lenoir revient sur ce sujet dans son passage consacré à la « sûreté. » La notion de sûreté coiffe toutes les branches de la police, laquelle est appliquée par un grand nombre d’institutions (Hôtel-de-Ville, seigneuries, maréchaussée, etc.). Or, cette sûreté, qui doit produire la tranquillité publique, est aussi ce qui permet la liberté selon Lenoir. Se référant au mémoire rédigé par le commissaire Lemaire sous la houlette de Sartine à la fin de la décennie 1760-1770, intitulé par la suite La police de Paris en 177023, Lenoir justifie les pratiques policières de surveillance de l’espace et des populations qui sont vivement attaquées depuis 1789. Selon lui, l’opinion publique s’est emparée de ces questions pour soulever les esprits en 1788 et 1789. Elle a focalisé le débat sur les lettres de cachet et sur les « ordres du roi » de manière abusive, dénonçant un arbitraire qui, selon Lenoir, est quasiment imaginaire. À le lire, le système des ordres du roi (cet ordre mentionne une personne à arrêter, tâche que les inspecteurs de police doivent accomplir, mais bien souvent il s’agit d’un document vierge auquel le nom d’un suspect est ajouté après l’arrestation) permet une rapidité d’action pour mettre fin à un danger représenté par un individu ou un groupe d’individus. Dans le même ordre d’idée, la surveillance de la population parisienne par des espions, des « mouches », dénoncée par l’opinion publique, est utile selon Lenoir. L’emploi de ces

  • 24  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 22. Le mémoire de Lemaire parlait à propos des mouches et des espions d (...)

hommes vils et cependant nécessaires [...] ne sert qu’au maintien de la sûreté. La Police devoit bien s’appliquer à faire croire qu’elle en employoit beaucoup : elle entretenoit l’opinion que rien de ce qui se faisoit à Paris n’étoit ignoré du Lieutenant de Police24

5La méthode de surveillance plus ou moins cachée permet une régulation des comportements, dans la mesure où la population, se sachant surveillée, va elle-même adapter son comportement aux normes policières, et de la sorte se « civiliser » (on retrouve cette idée d’auto-contrainte pour les bonnes manières et les moeurs chez Norbert Élias, et pour les pulsions sexuelles chez Robert Muchembled, qui en est venu par ce biais à étudier la police). Ce que l’opinion condamne à propos des espions, c’est qu’ils ne sont pas connus, et qu’ils peuvent dénoncer à tout-va et sans motif réel. C’est une dénonciation de l’arbitraire et de l’injustice de la police, mais également de l’opacité de son fonctionnement. Or, selon Lenoir, rien n’est plus faux, puisque les mécanismes des ordres du roi et de la surveillance ont été formalisés depuis longtemps.

Procédures et codification des pratiques

  • 25  Le propos de Lenoir concorde avec le mémoire de Lemaire, La police de Paris en 1770, op. cit., qui (...)
  • 26  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 21.
  • 27  La police de Paris en 1770, op. cit., 2e partie, section 5, « La sûreté », p. 73-74.
  • 28  Bnf, Arsenal, Ms 10140, Registre et table alphabétique des personnes arrêtées par Poussot de 1738 (...)
  • 29  Vincent Denis, « Que sait la police ? », introduction au n° 19 de Revue d’Histoire des Sciences Hu (...)
  • 30  Guillaute, Mémoire pour la réformation de la police de France, Soumis au roi par M. Guillaute offi (...)

6Lenoir écrit que l’utilisation des ordres du roi a débuté quarante avant la rédaction de ses « mémoires », soit environ dans la décennie 1745-175525. Leur utilité tient dans le fait qu’ils permettent d’arrêter des suspects puis de régulariser l’arrestation par une autorisation a posteriori, ce que la procédure judiciaire classique ne permet pas à cause du caractère « tardif » des ordres (ex-ante) des tribunaux26. Le système repose sur une connaissance de la population, fruit de la surveillance continuelle de cette population par les agents de police, officiers et mouches ou espions. Selon le mémoire de Lemaire, les espions rapportent aux trois inspecteurs chargés de la sûreté les faits et gestes, et les dires, des personnes suspectes27. Cette connaissance est formalisée par des « notes » transmises au Lieutenant général de police, lequel peut, en connaissance de cause, prononcer une arrestation puis la régulariser judiciairement par la suite. On retrouve ce type de fichier dans les archives de l’inspecteur Poussot, qui compile des notes sur les individus dans de gros registres organisés par ordre alphabétique pour permettre une recherche plus efficace du pedigree d’un suspect28. Or, cette pratique d’une surveillance omnisciente29 et d’un enregistrement complet de l’ensemble de l’espace urbain et de la population, est un rêve que nombre de policiers du milieu du siècle partagent, et que certains formalisent dans des écrits. Ainsi en va-t-il de l’exempt de maréchaussée Guillaute qui, dans son Mémoire pour une réformation de la police de 1749, pense une territorialisation de l’identité des individus, chacun se voyant assigner une identité définie par le lieu où il réside30. Ce système implique des transformations de la matérialité urbaine passant par un numérotage des quartiers, des rues, des maisons et des logements, le tout devant être enregistré pour produire une connaissance d’ensemble de la population, mais surtout la production de certificats attestant de l’identité (socio-spatiale) des individus pour contrôler les mouvements de population. Selon Guillaute, le but de ce dispositif policier de contrôle et de mise en ordre de l’espace urbain se résume ainsi :

  • 31  Ibid., p. 18.

C’est à l’aide des divisions et subdivisions que l’autorité est immédiatement appliquée, qu’un Magistrat est aussi exactement instruit de ce qui se passe dans la ville que de ce qui se fait dans sa propre maison ; que, quoiqu’il n’y ait aucun instant où la face des choses soit la même, elle lui reste cependant également présente ; qu’on fait évanouir la distance qu’il y a entre le méchant et la loi, entre le châtiment et la faute, distance énorme si l’on compare l’étendue d’un Royaume avec la sphère étroite d’un particulier ; que le bras du Magistrat se tient perpétuellement suspendu sur les malfaiteurs ; qu’ils sont sans cesse dans sa main ; que son œil suit partout ces atomes imperceptibles et dangereux qui n’osent faire le mal que parce qu’ils s’en promettent l’impunité, et qui ne s’en promettent l’impunité que parce qu’ils espèrent échapper par leur petitesse entre les doigts du Magistrat31.

7La combinaison d’échelles, grande et petite, parallèle à la hiérarchie sociale qui va de l’individu au Gouvernement, au magistrat, noue ensemble les questions de surveillance, de contrôle et de régulation des comportements. On retrouve une nouvelle fois l’idée que la population, se sachant surveillée, infléchira son comportement pour respecter l’ordre. C’est cet ensemble de dispositions psychologiques policières, combinée à l’argument de la nécessité, qui justifient depuis longtemps, aux yeux de Lenoir, le fait d’utiliser des ordres du roi en blanc. Il reconnaît cette pratique, et la justifie d’une manière qui mérite citation :

  • 32  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 21.

Les Officiers de Police chargés de la sureté de la capitale n’étoient pas toujours, il est vrai, porteurs d’ordres signés de l’un des Secrétaires d’État à qui seuls il appartenoit de les expédier ; mais ils étoient en droit de se dire agissants en vertu d’ordres à eux adressés. D’ailleurs, les prévenus arrêtés étoient, avant d’être emprisonnés, conduits et interrogés devant les Commissaires de Police faisant office de Juges ; de sorte qu’on ne pouvoit que difficilement abuser de l’usage d’un pouvoir de cette espèce lequel ne portoit d’ordinaire que sur des vagabonds et gens de basse condition et rarement sur des domiciliés32.

8L’argumentaire de Lenoir, outre qu’il justifie par la nécessité d’agir le non-respect des procédures, le légitime en le couvrant d’un vernis judiciaire, puisque l’intentionnalité des actions policières (assurer la sûreté) combinée à une procédure de justification a posteriori et par un personnel – les commissaires – pourtant non-habilité à délivrer les ordres du roi, mais considéré comme officiant pour la justice, limite l’abus de ce type de procédure. L’aporie de l’argumentation de Lenoir rend plus éclatant encore l’embarras dans lequel il se trouve face aux accusations de l’opinion publique. Pourtant, il montre une réelle réflexion sur les procédures policières qui s’est poursuivie depuis plus de soixante ans au moment où il rédige ses « mémoires ».

9En effet, on trouve, dans le journal de l’avocat parisien Barbier, en août 1731, la mention d’un conflit entre le Lieutenant général de police de l’époque, Hérault (1729-1739) et le Parlement, à propos des arrestations de certains suspects ou condamnés. Barbier, bien au fait des bruits et des affaires du Palais, rapporte que le président de la Tournelle, M. Portail fils, a mis fin à un « abus » introduit par le Lieutenant général :

  • 33  Barbier, Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763), ou Journal de Barbier, Paris (...)

Il faisoit arrêter un homme de l’ordre du Roi ; on le mettoit en prison, et il ne faisoit signer l’ordre par le secrétaire d’État que 3 ou 4 jours après. [...] Il est sans difficulté que la manutention de la police générale appartient au Parlement, et si cela n’étoit pas ainsi, il se commettroit tous les jours de nouveaux abus ; l’autorité d’un lieutenant de police, prévenu, surpris ou injuste lui-même, deviendroit une inquisition33.

  • 34  On peut remarquer que les termes de ce débat sont encore de mise dans nos sociétés.

10Sans forcément mettre en cause la bonne foi du Lieutenant général, Barbier montrait que l’institution policière, par son personnel subalterne, pouvait connaître des dérives coupables à ses yeux de produire le pire système répressif qui soit : l’inquisition, ici visée comme cherchant et trouvant elle-même les suspects, et les transformant par sa propre action en coupables, tout en justifiant juridiquement ce processus. Il y a, aux yeux de l’avocat parisien, un dévoiement complet de l’autorité et une mise à bas des règles de droit en matière de procédure policière (considérée comme une justice, alors que les agents agissaient pour une police active et administrative). Lenoir, dans ses « mémoires », insiste sur le fait que la police est devenue, à son époque (mais le constat est valable depuis Berryer, 1747-1759) une pratique administrative avant d’être une justice, telle qu’elle était entendue à la fin du XVIIe siècle. Ce caractère administratif de la police lui confère un rôle de prévention, et justifie l’immédiateté de l’action policière, déliée des « entraves » que la justice peut représenter par la formalisation poussée de ses procédures34. C’est ce qui permet de comprendre pourquoi on constate, dans les archives de la Lieutenance, que les inspecteurs ne respectent toujours pas cette procédure dans les années 1750-1760. Ainsi, un mot rédigé le 15 juillet 1754 par l’inspecteur Dadvenel, bras-droit de Poussot pendant de longues années, demande :

Monsieur Rossignol [secrétaire du Lieutenant général Berryer] est prié d’adresser une lettre du magistrat au Sr Commissaire de machurin a l’effet de se transporter avec le Sr Dadvenel dans le cours de la patrouille du 12 de ce mois en une maison rue du nois ( ?) faubourg St marceau appartenante a M le président d’Anéé ou se retirent differentes personnes suspectes. Il a été fait visite de ladite maison chez marie catherine mouret fille [...].              [Signé] Dadvenel

  • 35  Bnf, Arsenal, Ms 10131, fol. 98 r°.

M. rossignol se souviendra que led Sr Commissaire n’a point recu l’ordre du roy pour la perquisition et interrogatoire des n[omm]és durand pere et fils arrestés le 3 de ce mois.35

11On constate donc que les demandes d’autorisation de perquisition sont formulées après les « visites », mais que le délai entre une perquisition / arrestation et une demande peut aller jusqu’à deux semaines. C’est donc une police active qui prime ici sur une forme judiciaire des procédures, et ce afin de conclure correctement et rapidement les affaires suivies par les inspecteurs. Ce mode de faire policier était connu de la population, et parfois ressenti comme par trop intrusif et trop arbitraire.

12C’est ce qui doit nous conduire à tenter de comprendre ce que faisait, concrètement, la police, et surtout par qui elle était administrée.

Qui fait et que fait la police ?

13L’occupation de l’espace urbain que met en place la Lieutenance de police dans la première moitié du XVIIIe siècle se traduit par un renforcement de la surveillance, en particulier par les patrouilles menées par les inspecteurs, officiers dont les tâches ont été rationalisées et amplifiées par la réforme de leur corps en 1740 (réduction de leur nombre de 40 à 20). On peut analyser cette occupation de l’espace et la méthode de l’inspecteur Poussot grâce à ses archives.

Les inspecteurs, l’espace urbain et la méthode policière

  • 36  Lors des séances du Conseil de réformation de la police en 1666-1667, Colbert affirmait (séance du (...)
  • 37  Alain Cabantous, Une histoire de la nuit, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2009, 391 p.
  • 38  Le 13 avril 1752, après qu’un voleur avec des fausses clés a été arrêté par des voisins et conduit (...)

14Entre 1747 et 1753, l’inspecteur Poussot a conduit 1022 patrouilles nocturnes (encore manque-t-il certains mois, tels que novembre et décembre 1753), oscillant entre 60 patrouilles en 1747 et 300 patrouilles en 1751. La moyenne est d’environ un peu plus de 13 patrouilles par mois, soit une tous les trois jours, montant à plus d’une patrouille tous les deux jours pour l’année 1751, année particulière nous y reviendrons. Les mois les plus chargés sont ceux de l’hiver, période de plus grande criminalité pour les autorités de police36, en particulier parce que le jour y est le plus court. En effet, on considère généralement au XVIIIe siècle la nuit comme le moment le plus criminogène37, et la police équipe en conséquence la ville de lanternes puis de réverbères, et complète ce dispositif par un renforcement du contrôle physique de l’espace urbain par une police active. Les patrouilles sont ordonnées par le Lieutenant général, et sont conduites par l’inspecteur, assisté d’un commissaire du Châtelet, seul dépositaire de l’autorité judiciaire et seul habilité à dresser des procès-verbaux. C’est véritablement l’inspecteur qui conduit la patrouille, puisque c’est lui qui requiert les commissaires de le suivre. Cette répartition des rôles explique que l’inspecteur recourt à un petit nombre de commissaires au cours de l’année. Outre les affinités personnelles, il y a semble-t-il une recherche de concordance de vues entre ces deux officiers de la police38, dont les corps respectifs restent, encore au milieu du siècle, sur une opposition qui dure depuis la création des inspecteurs en 1708.

  • 39  En particulier les tavernes et autres lieux de débit de boisson. Dans son rapport du 6 mars 1752, (...)
  • 40  Dans ce cas, outre les taxinomies policières qui voient dans les gens du peuple un danger, et plus (...)
  • 41  Lors de la patrouille du 17 décembre 1751, Poussot mentionne que « sur les onze heures nous avons (...)
  • 42  Le 13 janvier 1751, en « visite de nuit » pour arrêter un homme suspecté de vol rue du Cherche-Mid (...)
  • 43  Les rapports des inspecteurs sont calqués sur les PV, mais rentrent plus dans les détails. Ils ten (...)
  • 44  Le 22 mars 1753, des habitants du quai Conti qui se sont plaint de rôdeurs ont déclaré à Poussot q (...)

15La patrouille emprunte un chemin fixé par l’inspecteur (et le commissaire ?), en suivant deux méthodes. La première consiste, pour l’inspecteur, à arrêter les suspects sur ordre du roi au cours de la nuit. Pour cela, il part à la recherche des personnes à arrêter, et, au gré de la déambulation, en profite pour contrôler l’espace urbain39, les pratiques de cet espace et les populations rencontrées, en particulier les populations « dangereuses40 ». L’autre voie est de parcourir les rues pour vérifier le bon ordre, et ainsi prévenir les contraventions, ou intervenir le plus rapidement possible lorsque survient un incident. Dans ces trois cas, l’inspecteur et le commissaire ne parcourent pas les rues à pied. Ils sont placés dans un carosse, en retrait des agents de l’inspecteur, et n’interviennent que ponctuellement41. Parfois même, le commissaire reste dans sa maison, et la patrouille fait appel à lui pour appréhender une personne, ou conduit la personne arrêtée chez lui pour l’interroger et dresser le procès-verbal. Ces patrouilles donnent lieu à deux rapports : un procès-verbal dressé par le commissaire, et un rapport établi par Poussot, plus informel42 quoique normé43, transmis directement au Lieutenant général de police. Il y donc deux moyens de connaissance pour le Lieutenant général de ce que font les agents de police sur le terrain. Sur la période envisagée, Poussot parcourt tous les quartiers, avec une prédilection pour les quartiers centraux de Paris, les plus densément peuplés, mais également pour les quartiers plus riches de Saint-Germain-des-Prés et Saint-Honoré. Le but des patrouilles est en effet de prévenir et de dissuader les éventuels voleurs, ce que Poussot affirme efficace à plusieurs reprises44. Or, comment se déroule la patrouille si Poussot et le commissaire restent dans un carrosse ? Ce sont, en réalité, les agents de Poussot, son « monde », qui effectuent physiquement la patrouille.

Le « monde » des inspecteurs

  • 45  Bnf, Arsenal, Ms 10136.
  • 46  Voici comment est rapportée la création d’une indicatrice par Rouillé, inspecteur officiant avec P (...)
  • 47  Outre les « gratifications » fréquentes demandées par les inspecteurs pour leur « monde », on trou (...)
  • 48  Le 9 juillet 1751, une exécution a lieu en place de Grève. Cette « cérémonie » attire généralement (...)
  • 49  Le 4 juin 1748, Poussot rapporte qu’un de ses hommes, rejoignant la patrouille « en son chemin il (...)
  • 50  Nous avons pu relever les noms suivants : Parisien qui revient à de nombreuses reprises, et duquel (...)
  • 51  Le rapport du 16 septembre 1749 mentionne la visite des prisons que Poussot a effectuée accompagné (...)

16Le 23 juin 1751, une « femme du monde » (donc suspecte) est arrêtée par Poussot car elle est soupçonnée de vol. Il s’avère qu’elle n’est pas l’auteur du larcin, mais qu’elle est une évadée de Bicêtre, lieu d’enferment célèbre pour les prostituées. C’est un des membres du « monde » de Poussot qui l’a reconnue – et dénoncée45. Ce « monde » rassemble les hommes et les femmes au service de Poussot, recrutés plus ou moins sous la contrainte46, très souvent en échange d’une rétribution qui peut prendre différentes formes47, qui jouent différents rôles. Une large partie est cantonnée aux tâches d’information et de délation (les « avis » donnés à l’inspecteur sur telle ou telle contravention). D’autres, moins nombreux, parcourent les rues avec l’inspecteur et sont ceux qui contrôlent les personnes lors des patrouilles, inspectent les lieux suspects, voire surveillent des maisons dans l’attente d’une arrestation sur ordre du roi et, plus généralement, parcourent les rues pour surveiller48. Dans certains cas, ils procèdent eux-mêmes à des arrestations pour conduire les suspects chez l’inspecteur ou du moins tentent de le faire49. Le statut de ces personnages, connus par la population pour certains d’entre eux, reste difficile à saisir, en particulier dans les rapports sociaux qu’il induit50. Ces personnes ne sont pas des officiers de police. Souvent d’anciens malfrats, ils sont utilisés par Poussot pour leur connaissance des populations suspectes (les personnes enfermées ou anciennement enfermées51, les recéleurs, les voleurs, etc.). De plus, ils sont utilisés par l’inspecteur pour leur connaissance de l’espace urbain, de ses méandres, de ses possibilités. Cette insertion socio-spatiale induit un type de comportement différent de celui de l’inspecteur dans le rapport aux individus croisées dans la rue. Quel est-il ? Il semble qu’il soit empreint de violence, physique et verbale, ce dont il nous faut dire quelques mots, pour saisir l’action policière et l’usage qu’elle pouvait faire de la violence.

Violence et police

17Les études sociales à partir des archives policières ont caractérisé la société d’Ancien Régime comme un monde violent, dont le quotidien était marqué, en particulier pour le peuple, par la violence. Outre le fait que les archives de la police n’enregistrent que cette violence (on ne peut donc se fier à ces seules sources), il faut relever qu’elles contiennent, parfois, des mentions de la violence policière, ce qui signifie que la violence était un mode de relation partagé entre la population et les agents de la police.

Une violence partagée

  • 52  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 295.
  • 53  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 512-513.

18Les agents de Poussot sont ceux qui sont au contact premier de la population. Ils sont armés d’une canne lors des patrouilles, ce qui est officiel, et disposent parfois d’autres armes personnelles. Ils interviennent physiquement sur les individus, parfois sans ménagement. Ainsi, des arrestations peuvent être de leur fait, mais ils sont souvent dans l’obligation de recourir à la garde pour assurer leur protection et amener la personne arrêtée chez le commissaire. Parfois, leur intervention tourne mal, et peut conduire à la mort d’un suspect. Le 31 janvier 1749, Poussot doit procéder à l’arrestation de trois hommes à la Courtille (un quartier connu pour ses débits de boisson). Il estime que, pour plus de précaution, elle doit être effectué au cours d’une patrouille. Celle du soir sert donc de moment, mais tourne court quand un des hommes qui accompagnent la patrouille (lequel ? il est intéressant de constater que le rapport ne le nomme pas !) porte un coup d’épée à un des trois suspects qui meurt de ses blessures à son arrivée au Châtelet. La violence n’est pas l’apanage des agents de Poussot, puisque les inspecteurs eux-mêmes sont parfois obligés de mettre la main à la pâte. Le 16 septembre 1749, Poussot voit un attroupement (4 à 500 personnes !) dans lequel il arrête un homme violent : « cet homme est des plus violens et tres insolent il a fallu meme que je sois aussi hardi et aussi vigoureux que je le suis pour etre venu a bout de cet homme la et parvenir a le mener chez » le commissaire Langlois52. Au-delà de l’évocation des qualités personneles de Poussot, il apparaît que l’implication physique des inspecteurs, au fil des pages, est beaucoup plus rare que celle de ses agents. Au vu des louanges qu’il s’adresse, on peut supposer qu’il n’était pas dans l’usage que l’inspecteur procède lui-même aux arrestations. D’ailleurs, l’intervention physique des inspecteurs (et des commissaires) au milieu des tumultes et des échauffourées, doit produire, à la lecture des rapports, un calme découlant de l’autorité dégagée par les officiers de police, et ne survient qu’en réponse à une violence préalable. Le 18 août 1750, lors d’une rébellion à l’Hôpital-Général, à la « Grande force », où des femmes se sont barricadées, Poussot intervient après avoir laissé mûrir la situation. Il écrit que « lorsqu’elles nous ont aperçus elles se sont un peu calmées les unes demandoient a etres pendues, les autres quon les tüe et autres discours de cette nature, mais quelles vouloient absolument quil y eut une fin.53 » La dureté des propos des femmes enfermées laisse augurer des conditions d’enfermement des femmes délinquantes, et montre qu’elles étaient prêtes, pour sortir de ces lieux, à user des dernières violences au cours de mutineries. Cela n’impressione pas le moins du monde Poussot qui, pour tranférer les meneuses à l’isolement, doit

passer au travers du grand commun ou elles etoient au moins 5 ou 600 et ou il y avoit aussi un esprit de Rebellion depuis le matin lorsquelles nous ont apperceus quelqu’unes dentrelles ont exciter les autres a faire rebellion, on s’est presenté d’une façon vis a vis delles en leur donnant quelques coups d’oussine et de cannes.

19L’usage de la violence et de la contrainte physique est ici automatique pour casser une révolte et mater tout esprit de rébellion. Cette action a lieu à l’été 1750, moment particulier d’intenses violences dans la capitale, et qui donne un autre relief aux faits et gestes des femmes rébellionnaires et à la répression de Poussot. Il faut nous y arrêter quelques instants, pour entrevoir les rapports de violence entre la population et les inspecteurs de police.

L’effusion de 1750

  • 54  Christian Romon, « Mendiants et policiers à Paris au XVIIIe siècle », Histoire économique et socia (...)
  • 55  Le 28 décembre 1747, l’arrestation de deux prostituées à Vaugirard provoque quelques mouvements d’ (...)
  • 56  Lemaire rappelait, dans son mémoire sur la police en 1770, que la nuit est le moment propice pour (...)

20Malgré les écrits de Poussot, qui laissent transparaître une autorité des inspecteurs et un respect mêlé de crainte de leur personne, la population manifestait fréquemment une mauvaise disposition à l’endroit du personnel policier. Elle se traduisait par des insultes, des gestes visant à impressioner, voire même des atteintes physiques. Ces rébellions sont connues pour les forces de police chargées des mendiants, en particulier les archers des pauvres54. Elles impliquent également la population d’une rue quand les prostituées qui y travaillent sont arrêtées, mettant en branle des mécanismes de solidarité « professionnelle » et micro-locale ou stradale. De la sorte, Poussot en vient à demander au Lieutenant général des agents armés pour procéder à ces arrestations le jour55, la nuit étant un moment plus calme pour le faire et nécessitant moins ce soutien56. Le recours à la force armée est le signe que les arrestations ne se passaient pas calmement dans tous les cas. Cette violence pouvait viser les inspecteurs et, plus généralement, la police. Le 9 octobre 1748, Poussot arrête une « fille » qu’il qualifie de « racoleuse » sur le Pont-au-Change et qui a insulté la patrouille. Elle se met à hurler et à appeler au Guet, et à ces cris,

  • 57  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 166.

quelques Bourgeois dudit Pont ont aussi crié, ce qui a fait mettre tout le pont en alarme ; nous leur avons dit que nous etions des officiers de police et meme j’étois en ordonnance, à l’instant ils ont commencé à jetter par les fenetres des bouteilles, pots de chambre, d’autres ce qui etoit dedans, terrines et marmittes et autres ingredients de pareille nature [...]57

  • 58  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 312.
  • 59  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 326.
  • 60  Le 25 août 1751, deux hommes qui aperçoivent Parisien aux Invalides s’enfuient.
  • 61  Arlette Farge et Jacques Revel, op. cit., « Paysage avec révolte. »
  • 62  Paolo Piasenza, « Rapimenti, polizia e rivolta : un conflitto sull’ordine pubblico a Parigi nel 17 (...)

21C’est bien la mention de la police, justifiée par la tenue de Poussot (« en ordonnance ») qui suscite le jet d’objets et de matières sur la patrouille. On ne peut donc retenir l’idée que la police s’est exercée sans hostilité de la population. Mais cette hostilité semble avoir été focalisée sur les « gens du monde » de Poussot. Ainsi, le 8 septembre 1749, lors d’une patrouille à la foire de Saint-Cloud, Parisien, l’informateur et exécutant favori de Poussot, attire l’acrimonie de suspects qualifiés d’anciens voleurs, et qui semblent le connaître et lui tenir grief de ses nouvelles activités58. Ce Parisien suscite fréquemment l’hostilité, voir même des atteintes physiques, puisqu’au cours de la patrouille du 2 octobre suivant, il est blessé d’un coup d’épée, ce qui lui vaut plusieurs saignées59. Il est assuré que ce Parisien est connu60, puisque outre la mauvaise humeur qu’on manifeste à son endroit, on l’empêche parfois d’arrêter une personne, comme en ce 31 août 1750 en place de Grève où, vers la fin d’après-midi et au cours d’une exécution, il s’apprêtait à arrêter un « filoux. » Sa position lui vaut même des tentatives d’assassinat, du moins est-ce ce que Poussot mentionne lors de l’arrestation d’un voleur rue de Condé le 2 février 1751. Ce désir de meurtre est attesté lors de la fameuse révolte de mai 1750 dite des « enlèvements d’enfants », étudiée par Arlette Farge et Jacques Revel, qui notent que la « foule », le 23 mai, tue Labbé, homme de Poussot61. Paolo Piasenza précise que ce Labbé a été tué parce qu’on l’a confondu avec Parisien, et estime que ce sont bien les méthodes de la police, la « logique policière », que dénonce la foule des émeutiers, prête à pourchasser par la ville le personnel policier subalterne62. Il apparaît clairement que la police, par les nouvelles méthodes impulsées par Berryer (décrit comme brutal, insolent et dur), est une source de désordre plus que d’ordre, et les tensions nées de la hausse des prix depuis 1748 et de la politique répressive et intrusive menée par les inspecteurs sont une réponse de la population. Nous pensons qu’il ne faut pas oublier, dans les causes de ces émeutes, la violence physique et psychologique exercée par ces agents policiers d’un style nouveau. Pour ce qui est de Parisien, il est attesté qu’il est craint, puisque lors de l’épisode du 8 septembre 1749 à la foire de Saint-Cloud déjà évoqué, il oblige les suspects à « boire » avec lui et à lui donner des informations. Il use également de la force, parfois de manière disproportionnée, ce qui lui vaut des menaces d’assassinat.

  • 63  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 752.

22Il faut préciser que les violences à l’endroit des inspecteurs et de leur bande ne cessent pas après l’été 1750. Elles ont même obligé Poussot à cesser ses patrouilles durant les mois de juin et juillet 1750, et il les reprend de manière plus feutrée et discrète, pour ne pas souffler sur les braises encore chaudes de la révolte. En effet, le 18 juillet 1751, à la foire Saint-Clerc, ce sont des soldats qui insultent la patrouille, et particulièrement Parisien. Poussot note même que ce type d’incident tend à « interrompre nôtre service [ce] qui meme pouroit empecher la decouverte de quelques voleurs dans ces cantons.63 » Ces faits sont contrebalancés par des appréciations positives dans les rapports de Poussot, qui marque fréquemment que ses patrouilles sont appréciées par la population (les bourgeois en particulier) de par leur effet dissuasif. Ainsi, au sortir des mois de juin et juillet 1750, il écrit dans son rapport du 6 août :

  • 64  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 505.

Nous avons observé que les habitans de ces quartiers étoient surpris et disoient entr’eux, voilà les Patrouïlles qui recommencent, il va faire chaud, terme qui veut dire parmi les Libertins que lon va recommencer a arreter dans Paris [...]64

  • 65  A. Farge et J. Revel, op. cit., « Le désordre policier »

23Derrière l’auto-légitimation, on peut lire que la surprise des habitants traduit la rudesse du coup porté au système policier en mai 1750, qui a été remis profondément en cause, tant par la « foule » que par l’enqûete du Parlement qui a suivi, dans laquelle Poussot a été mis en cause sévèrement, ainsi que son « monde65. » Ce sont ces contestations et ces mises en cause, ainsi que l’hostilité d’une partie du Parlement et des autorités urbaines qu’elles ont suscitée, qui ont produit chez les praticiens de la police une réflexion sur la manière de faire la police et en particulier sur l’usage de la violence, alors que cette dernière ne semble pas avoir été soumise à examen auparavant. Cette réflexion s’est traduite par des tentatives d’apprivoisement et de codification de l’usage de la violence, bref, par un apprentissage.

Des tentatives pour apprivoiser la violence par la codification des pratiques

  • 66  Bnf, Arsenal, Ms 10139, fol. 132 r°.
  • 67  Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 19 (...)
  • 68  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 322. C’est nous qui soulignons.

24Notons tout d’abord que les violences policières ne cessent pas après les émeutes de 1750. Ainsi, en septembre 1752, à la foire de Saint-Cloud, Poussot passe la journée à cheval pour se « transport[er] partout [et a] meme chassé une demi douzaine de filoux à coups de fouet66. » Cet usage de la violence tend à calquer un modèle militaire, étant reconnu à cette époque que le Guet à cheval est plus efficace que le Guet à pied67. D’ailleurs, Poussot et la patrouille ont « travaillé de concert avec les Srs Rhullière, Marion, Chantepy, Gantois et le Breton et le Sr Flechemanne qui commandoit le détachement des Suisses », ce qui montre que la patrouille tisse des liens avec les forces armées qui, traditionnellement, contrôlaient les espaces des foires. Les émeutes de 1750 ont même été suivies d’une intensification des patrouilles (l’année 1751 en compte plus de 300 !), ce qui signifie que les nouvelles « logiques policières » (Paolo Piasenza) n’ont pas cessé face à la révolte. Mais elles ont, indéniablement, été amendées. C’est le signe d’une réflexion sur la violence durant la Lieutenance de Berryer. Dans ses rapports, Poussot aborde parfois ce sujet, sans jamais révéler de sa part un usage inadéquat de la violence ou remettre en cause ses pratiques. C’est plutôt l’action d’autres agents de police qui suscite chez lui des réflexions à ce sujet. Le 26 septembre 1749, la patrouille conduite par Poussot intervient rue des Vieux-Augustins, où une fille entretenue refuse l’entrée de sa maison à un lieutenant de régiment et quatre soldats, ce qui provoque du scandale. Un cavalier du guet qui habite là s’en mêle, et c’est l’émeute... Les cinq protagonistes sont relâchés après qu’un capitaine se soit porté caution pour eux. Poussot, qui souhaitait les emprisonner tous les cinq, commente ainsi : « je conviendray aussi que la cavalier [du guet] auroit pu éviter cette scene car la premiere force de notre métier est d’employer la raison et de tacher que dans les maisons ou on demeure il n’y ait personne de suspect68. » Il semble donc que l’esprit raisonnable de prévention policière doit prévaloir dans les actions quotidiennes des agents dépositaires de l’autorité. Cette réflexion se précise après les émeutes de mai 1750. Le 30 octobre de la même année, vers 22h30 dans la rue des Boucheries des cris et une bousculade à la sortie d’un café attirent le sieur Ferry (agent de Poussot). Ce dernier est pris à partie quand il intervient, parce qu’il donne un soufflet à un homme. On voit donc que l’usage du geste (symbolique par le soufflet) reste de mise, mais cela entraîne la réaction d’une poignée de femmes. Le sieur Ferry est pris au « collet », geste qui recèle également une dimension symbolique forte. Poussot intervient alors par la parole et s’adresse à tout le monde : il fait « beaucoup de peur et point de mal » à certains, il apaise les autres par ses propos. Ce qui vaut cette réflexion sur ses agents :

  • 69  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 575.

Le Sr Roullier et Bouton se sont comportés avec toute la sagesse et la prudence possible je puis vous asseurer M. que je suis extremement sensible a de pareille scenes quoi que personne de nous n’eut tort sinon trop de vivacité de la part de M. Ferry, mais il s’est trouvé fort embarassé car l’homme qu’il tenoit, la pris pareillement par le Colet [...] moi qui crioit a tout le monde Mrs ne frappés pas, j’ay grondé le Sr Ferry un peu aigrement en lui disant qu’il faloit éviter de pareilles scenes et que la première force que nous devions employer étoit la douceur et la raison, il ma repondu quil n’étoit pas aisé à un honnete homme de se voir insulté69.

  • 70  La tentative, ou la volonté, d’apprendre à ses subordonnées la maîtrise de la « force » se retrouv (...)
  • 71  Pierre Bourdieu a analysé ce processus et le décrit ainsi : on aboutit à « une dénégation [...] de (...)

25On remarque donc que l’usage de la violence physique se veut réflechi et contrôlé dans le propos de Poussot, ce qui ne signifie nullement qu’il interroge la légitimité du recours à la violence, qui reste pleine et entière. Il reproche en revanche l’excès de violence à son subordonné, non pas tant à cause de sa réaction face à la résistance physique du suspect (il justifie la réaction de Ferry par le geste du suspect mais également par son honnêté, une reconnaissance sociale de son intégrité qui l’oppose audit suspect), mais plutôt par la « scène » que cette succession de violences entraîne, ce qui suscite une réaction d’hostilité de la part de la population présente. Fort de son expérience du printemps, Poussot fait preuve de modération dans l’usage de la « force », et incite ses agents à en user de même. On trouve un écho dans les « papiers » de Poussot des réflexions des membres du Parlement lors de l’enquête sur l’émeute de mai 1750, qui avaient insisté sur l’emploi de la force (souvent exagérée) par les inspecteurs et leur « monde. » De plus, on est face à un apprentissage de la violence par les forces de police, dans la mesure où Poussot insiste pour que les coups soient rares (l’injonction « ne frappés pas »), et que les agents de police fassent preuve de « douceur », dans le but de ne pas faire « de mal. » C’est donc un emploi de la force raisonnable que Poussot essaie d’instiller chez ses subordonnés70, et qui se fonde désormais sur la peur ressentie par la population. On retrouve ici l’idée que cette violence est maîtrisée, dans la mesure où, sans être montrée réellement, elle est toutefois connue des administrés qui, de ce fait, vont adapter leurs comportements pour ne pas susciter cette violence. De la sorte, intégrée et – de gré ou de force – acceptée, elle en est légitimée71. On retrouve ce thème quelques temps plus tard.

  • 72  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 839.
  • 73  Paolo Piasenza, Polizia e città, op. cit., et article cité.

26Le 18 octobre 1751, Poussot procède à une visite de nuit et une perquisition chez un homme accusé de vol par un limonadier de ses voisins de la rue Saint-Honoré. Le suspect, selon le rapport de Poussot, fait montre d’une certaine agressivité verbale et semble proche d’en venir à une violence physique. Poussot tente alors de le raisonner en lui montrant la légitimité de l’intervention policière, et recourt à ce qu’il appelle la « force de la raison72. » Cette démarche de dialogue et de légitimation par la parole de l’action policière semble, à la lecture du rapport, porter ses fruits. Cette pratique du dialogue adoucit l’impression de rudesse laissée par les inspecteurs de police dans la population, en opposition au style des commissaires, que Paolo Piasenza rattache à celui du Parlement73. Ces derniers, insérés dans la population, jouissent d’une confiance (ou d’une moindre défiance, c’est selon) de la part des personnes qui les connaissent, et qui recourent à eux dans le cadre de médiations infra-judiciaires ou de conflits familiaux. Cette vision univoque des commissaires est à nuancer, certains adoptant les logiques policières de Berryer, d’autres s’y opposant, d’autres encore, à l’instar du commissaire de Rochebrune, semblant suivre une voie médiane (il est celui auquel Poussot recourt le plus, mais également celui qui, au début de l’émeute de mai 1750, abrite le guet attaqué par la foule et parvient à la calmer). Or, on remarque que l’inspecteur Poussot est chargé par Berryer, à la suite de mai 1750, de missions ne relevant pas seulement de la répression ou d’une police inquisitoriale, mais s’apparentant à un rôle de médiation. Ainsi, le 26 juin 1752, et sur ordre de Berryer, il s’adresse au sieur Risteau

  • 74  Bnf, Ms 10139, fol. 107 r°.

a qui [il] fait sentir le tort qu’il a d’inquiéter sa femme et d’avoir écrit une lettre insultante à Madame de Sarlauben et [le] prev[ient] que si il ne se contient vous le feriez punir une seconde fois il m’a repondu dans des termes assés doux qu’il se renderoit aux ordres que vous voudrez luy imposer quil est vrai quil a été chez sa femme depuis sa sortie de Bicestre chez laquelle il s’est emporté a cassé une armoire et y a pris de l’argent, mais qu’au reste il se comporteroit à l’avenir de façon qu’il n’y auroit plus de sujet de se plaindre contre luy led. Risteau s’occupe actuellement a ecrire chez un écrivain pres le Palais Royal et couche chez un logeur a 4 s par nuit Il est toujours yvrogne et ce n’est que dans ce temps quil fait des sottises Il ma remis depuis que je luy ai parlé un mémoire pour se justifier que j’ai l’honneur de vous addresser74.

  • 75  Jean Chagniot, Paris et l’armée, op. cit., p. 28.

27Poussot joue ici, sur instruction de Berryer, le rôle de médiateur entre le Lieutenant général et un homme qui a déjà été condamné. Le but est de prévenir les comportements violents de ce mari éconduit, en lui faisant savoir que la police sait ce qu’il fait, et qu’elle peut le punir à tout moment. Il s’agit bien ici d’un dialogue, puisque l’homme répond par un mémoire qu’il remet par l’intermédiaire de l’inspecteur. Or, il s’agit là du rôle joué auparavant par les commissaires du Châtelet qui, chacun dans son quartier, tenaient le rôle de médiateur des conflits et d’intermédiaire avec le « Magistrat » et par qui transitaient les mémoires ou placets adressés au Lieutenant général, les commissaires ayant pour tâche de commenter ces mémoires à la lumière de leur connaissance du quartier et de rendre un écho favorable ou non aux demandes formulées. Il apparaît ainsi que les inspecteurs, type d’agent de police vivement contesté en 1750, se voient investis d’un nouveau rôle après ces émeutes. Leurs nouvelles tâches ne relèvent plus seulement de l’occupation de l’espace et de la surveillance physique de la ville. Elles tendent vers un travail social qui participe du dialogue que la Lieutenance entretient avec la population, au détriment des agents traditionnels de ce dialogue : les commissaires. Est-ce à dire que le Lieutenant général a voulu compenser l’image des inspecteurs (vus comme des éléments intrusifs dans le corps social) par un rôle leur permettant de se réinsérer plus favorablement, et ne nécessitant pas de recours à la violence physique (bien que la violence ne soit pas absente du message transmis par Poussot à Risteau) ? Il est difficile de se prononcer, mais on ne peut pas dire que le métier d’inspecteur n’a pas été amendé, dans la pratique, après les émeutes de 1750, en particulier pour ce qui regardait la question de l’emploi de la violence. On trouve ici un signe de la tendance observée par Jean Chagniot, qui constatait que la police se révélait incapable de répondre aux remises en cause qui l’assaillaient quant à sa légitimité, ne pouvant user de violence et de répression, alors qu’elle était efficace pour ramener l’ordre quand il s’agissait d’émeutes pour le pain ou de contestations corporatives.75 Peut-on voir dans ce nouveau rôle des inspecteurs un signe d’un apprivoisement de la violence et d’un enrichissement de leurs tâches pour se déprendre de l’image brutale qui les caractérisait ?  

Conclusion

  • 76  Jean Nicolas réfute l’idée d’un processus de réduction de la violence au XVIIIe siècle, en particu (...)
  • 77  Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, 1782, rééd., Genève, Slaktine Reprints, 1979, t. 1, cha (...)
  • 78  « Le Noir [a] changé [...] en un ministère de compassion & d’indulgence un ministère de justice et (...)
  • 79  Archives Nationales (A.N.) Y 9490 à 9492.
  • 80  Cette vision est bien celle de ceux qui ont produit les documents permettant les études historique (...)

28Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, avant la Révolution, Paris est vue comme une ville calme, laborieuse, dont le peuple est pacifié76 et « civilisé. » Louis-Sébastien Mercier le répète, en montrant l’ordre qui règne dans la capitale, en particulier par l’action de la police. Mais cette action conserve une part négative que Mercier ne tait pas. Il s’agit principalement de la surveillance cachée omniprésente du fait des mouches et des espions. Cette surveillance est portée à un tel degré que les espions en viennent à s’espionner mutuellement, et que les habitants sont pris dans les rets de la dénonciation automatique en participant eux-mêmes à ce système. Le résultat en est une peur partagée par toute la population : l’ordre règne mais a transformé « les citoyens en ennemis qui tremblent de s’ouvrir l’un à l’autre77. » Cette idée de crainte est à nouveau exprimée par Mercier quand il évoque le Lieutenant général de police, mais il note que la sévérité de ce magistrat s’est adoucie depuis l’époque de d’Argenson (1697-1718)78. De plus, le système de surveillance et de contrôle de l’espace policier sous une forme militaire, par le moyen des patrouilles d’inspecteurs et du Guet, a rendu les rues sûres, et a éteint toute injure envers l’autorité (chapitre 62, « Le Guet »). Fort de ce constat d’un personnage (Mercier) considéré comme un bon observateur de la réalité parisienne de la fin de l’Ancien Régime, comment expliquer que le corps des inspecteurs a été supprimé dès le début de la Révolution, alors que celui des commissaires a été conservé ? Une plongée dans les archives nous permettra d’entrevoir quelques éléments d’éclaircissement. Dans les deux années immédiates qui précèdent la Révolution (1787- juillet 1789), les minutes des audiences de la Chambre de police, compétente pour prononcer les amendes des contraventions aux règles de police, révèlent que la surveillance porte principalement sur deux domaines : le respect de la propreté des rues et le respect des règles de sûreté79. Concrètement, le plus grand nombre des condamnations est prononcé pour des défauts de balayage devant les maisons (chaque habitant d’une maison donnant sur la rue est tenu de balayer la longueur de sa façade) et, pour ce qui est de la sûreté, des portes non fermées (est-ce un oubli ou un refus ? rien ne l’indique dans les archives) et le non-respect des horaires de fermeture des débits de boisson. C’est donc un contrôle (et non pas seulement une régulation) des formes sociales d’occupation et d’usages de l’espace qui est pratiqué par la police, en particulier à partir des dénonciations des inspecteurs, qui sont désormais spécialisés par « matières » et qui parcourent les rues pour trouver les contraventions à l’ordre social. Cette pratique policière repose donc sur une peur inspirée à la population, qui ressortit à une violence symbolique puissante, mais également sur une surveillance du quotidien, mal perçue par les administrés puisque les refus d’ouverture de porte dans les cabarets (pour contrôler le nombre de buveurs aux heures « indues ») sont très fréquents dans les condamnations de la Chambre de police. On ne peut donc retenir ce constat d’une population docile, et donc sans voix80 (la Révolution interdisant par elle-même de dresser ce constat sommaire). Outre le fait que Mercier fait preuve de mépris (et de méprise) pour le « peuple », et que les autorités de police aient dressé des constats en complet décalage avec la réalité, les manifestations du quotidien prouvent que les réactions violentes perduraient à l’encontre des agents de police. Mais il est vrai qu’elles apparaissent moins fréquemment dans les papiers des inspecteurs (moins bien conservés que ceux de Poussot). Parallèlement, le nombre de violences policières semble avoir régressé (mais comment en dresser une statistique ?). On aurait donc assisté, au cours du XVIIIe siècle, à un apprentissage et un apprivoisement de la violence physique par les policiers, pratiquant désormais avec « raison » et modération cette violence, ce qui peut apparenter la police à une police des Lumières, étant entendu que les agents de police n’étaient pas étanches aux idées de leur temps, et que l’opinion publique s’est emparée des questions policières dans la deuxième moitié du siècle. Ce processus d’apprivoisement de la violence semble être allé de pair avec des violences physiques moins nombreuses à l’endroit de la police. Cela ne signifie pas que les comportements violents du quotidien, dans la population, ont cessé. Pour autant, on ne peut pas dire que la violence policière s’est éteinte. Elle s’est transformée en une peur principalement symbolique et psychologique, jouant sur un effet réflexif de savoir, la population intégrant que la police sait (ou peut savoir à tout moment) ce qui se passe, ce qui a produit une normalisation des comportements, appelée dès l’époque « civilisation. » Ce thème du processus de civilisation n’implique donc pas seulement un transfert de la violence vers l’État. Il implique une transformation même de cette violence, en particulier pour la police, transformation faite de heurts, de phases de maîtrise plus ou moins grande, et qui prendra un tour nouveau quand la police sera confrontée aux exigences de la démocratie, régime politique qui questionnera à nouveaux frais la légitimité de l’institution policière, mais encore et plus profondément ses pratiques.

Top of page

Notes

1  Norbert Élias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 2009 (1ère éd. 1969), 328 p.

2  Pour un panorama récent de l’utilisation du concept de civilisation et de l’oeuvre de Norbert Élias par les historiens, « Norbert Élias et le 20e siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », dossier coordonné par Quentin Deluermoz, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 106, avril-juin 2010.

3  Vincent Milliot, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », RHMC, avril-juin 2007, n° 54-2, p. 162-177.

4  Citons, parmi une floraison d’études, Paolo Piasenza, Polizia e città. Strategie d’ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra sei e settecento, Bologne, Il Mulino, 1990, 418 p. ; Catherine Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002, 432 p., coll. « Sécurité et Société » ; Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonnet et Vincent Milliot (textes réunis par), Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, PUR, 2002, 427 p. ; Paolo Napoli, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003, 312 p. ; Vincent Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850, Ecritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR, 2005, 416 p. ; Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa, Vincent Milliot (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2008, 560 p. ; Bernard Garnot (dir.), Juges, notaires et policiers délinquants, XIVe-XXe siècle, Dijon, EUD, 1997.

5  Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, 1989, 258 p., coll. « Folio histoire ».

6  Michel Foucault, Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 364 p., coll. « Tel » ; Pascal Bastien, L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Paris, Champ Vallon, 2006, 285 p., coll. « Époques ».

7  Sur l’importance pour saisir ce que put être le processus de « civilisation » de comprendre qu’il ne fut pas un long fleuve tranquille, mais que des phases le scandèrent qui ne marquent pas pour autant des stades d’évolution, Céline Regnard, « La société marseillaise au XIXe siècle : un contre-temps dans le processus de civilisation », in Lucien Faggion et Christophe Regina, La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle, Paris, éd. du CNRS, 2010, 653 p., p. 155-172.

8  Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants. Paris 1750, Paris, Hachette, 1988, 157 p.

9  Les papiers de l’inspecteur Poussot sont conservés de manière continue pour la période 1739-1751, tant pour les rapports de patrouille qu’il adresse au Lieutenant général Berryer que pour les états des personnes qu’il a arrêtées, et les fichiers individuels qu’il constitue. Bibliothèque Nationale de France (désormais Bnf), Arsenal, Ms 10136 à 10140. Sur Poussot, on peut consulter Kaplan, Laurence-Steven, Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, 703 pp. , chap. I et XIV.

10  Pour une synthèse commode, Jean-Yves Grenier, Histoire de la pensée économique et politique de la France d’Ancien Régime, Hachette, 2007, 288 p., coll. « Carré Histoire », p. 179 et suivantes.

11  Jacques Peuchet, Encyclopédie Méthodique, Jurisprudence, t. IX, La Police et les Municipalités, Paris, Panckoucke, 1789.

12  Les assemblées des pays d’États sont notamment les instigatrices de nombreux ouvrages vantant les privilèges municipaux et provinciaux en matières de finance, de justice mais encore de police dans la décennie 1780-1790.

13  Sur Peuchet et ses ouvrages, Fanny Siam, « Le dictionnaire de Police et Municipalités (1789-1791) : la philosophie politico-juridique de Jacques Peuchet au service de l’administration », in Claude Blanckaert et Michel Porret (dir.), L’Encyclopédie méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006, 832 p., p. 341-360.

14  Dictionnaire européen des Lumières, sous la direction de Michel Delon, Paris, PUF, 2003, notice « Civilisation, civilité », par Georges Benrekassa, p. 219-224.

15  Vincent Milliot, Gouverner les hommes et leur faire du bien. La police de Paris au siècle des Lumières (conceptions, acteurs, pratiques), HDR, Paris I, 2002. Ce thème de rendre les hommes heureux est un thème très fréquent dans les écrits policiers, que Peuchet reprend et systématise pour expliquer les rapports entre les citoyens et le gouvernement : les premiers sont heureux pour une bonne part par l’action du gouvernement qui doit tendre, principalement, à rendre les hommes heureux, à faire leur « bonheur ». J. Peuchet, La Police et les Municipalités, op. cit. Peuchet s’inscrit ici dans le sillon de la pensée de Burlamaqui, lequel appelait à dépasser la seule « raison d’État » comme moteur de l’action du souverain, en s’intéressant au « bien commun », ce qui impliquait pour le souverain de faire le bonheur de ses sujets. Ce thème du « bien commun » est un des topoi policiers, dont la dimension structurante mériterait une étude poussée. Jean-Jacques Burlamaqui, Principes du droit naturel, II, V, § 4 (1717), cité par Catherine Larrère, L’invention de l’économie au XVIIIe siècle. Du droit naturel à la physiocratie, Paris, PUF, 1992, 328 pp. , coll. « Léviathan ». 

16  J. Peuchet, op. cit., p. ii.

17  Nicolas Delamare, Traité de la police, où l’on trouvera l’histoire de son établissement..., Paris-Amsterdam, 1708-1731, 4 vol. , t. 1, p. 4

18  Ibid., p. 26.

19  Ibid., p. 6

20  Sur les « mémoires » de Jean-Charles-Pierre Lenoir, Vincent Milliot, « L’œil et la mémoire : réflexions sur les compétences et les savoirs policiers à la fin du XVIIIe siècle, d’après les « papiers » du lieutenent général Lenoir », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2008, n° 19, p. 51-73.

21  Lenoir, « Mémoires », Bibliothèque d’Orléans, Ms 1421, p. 49.

22  « L’esprit de système n’a jamais fait que des erreurs [...]. C’est à la marche lente et soutenuë d’une sage expérience, et non aux travers d’une philosophie immodérée et sans pratique, que la police a toujours dû et devra toujours ses succès », ibid.

23  Gabriel de Sartine, La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de G. de Sartine sur la demande de Marie-Thérèse, introduction et notes de A. Gazier, Mémoires de la Société d’histoire de Paris, t. V, Paris, Champion, 1879.

24  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 22. Le mémoire de Lemaire parlait à propos des mouches et des espions de la « lie du peuple », La Police de Paris en 1770, op. cit., p. 80.

25  Le propos de Lenoir concorde avec le mémoire de Lemaire, La police de Paris en 1770, op. cit., qui évoque cette chronologie p. 82.

26  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 21.

27  La police de Paris en 1770, op. cit., 2e partie, section 5, « La sûreté », p. 73-74.

28  Bnf, Arsenal, Ms 10140, Registre et table alphabétique des personnes arrêtées par Poussot de 1738 à 1754 dans le quartier des Halles, 448 fol. La description des individus contient leur signalement physique, leur passé judiciaire, leurs fréquentations, etc., le tout organisé par fiches individuelles.

29  Vincent Denis, « Que sait la police ? », introduction au n° 19 de Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2008.

30  Guillaute, Mémoire pour la réformation de la police de France, Soumis au roi par M. Guillaute officier de Maréchaussée de l’Ile-de-France, éd. par J. Seznec, illustré de 28 dessins de Gabriel de Saint-Aubin, Paris, Hermann, 1974, 117 p.

31  Ibid., p. 18.

32  Bibl. Orléans, Ms 1422, p. 21.

33  Barbier, Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763), ou Journal de Barbier, Paris, Charpentier, 6 t., t. 2., p. 329.

34  On peut remarquer que les termes de ce débat sont encore de mise dans nos sociétés.

35  Bnf, Arsenal, Ms 10131, fol. 98 r°.

36  Lors des séances du Conseil de réformation de la police en 1666-1667, Colbert affirmait (séance du 2 décembre 1666) « quil seroit aporté un si bon ordre qu’il se promettoit que l’hyver il ne seroit fait aucun vol », Bnf, Ms fr 16847, fol. 32 r°. Cette idée perdure tout au long du XVIIIe siècle, puisqu’un « Plan de travail pour la sureté de Paris » de novembre 1778, rédigé sous la houlette de Lenoir, indique qu’il « est necessaire de prendre des a present des mesures a l’effet de prevenir, autant qu’il est possible, les desordres plus communs dans l’hyver qu’en toute autre saison », Bnf, Naf 3247, fol. 129 r°.

37  Alain Cabantous, Une histoire de la nuit, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2009, 391 p.

38  Le 13 avril 1752, après qu’un voleur avec des fausses clés a été arrêté par des voisins et conduit chez le commissaire L’Espinay, Poussot regrette que « Led Sr Comre L’Epinay ayant pris le travers dans cette affaire quoy que nous fussions chez luy n’a adhéré a aucune de nos propositions a refusé de nous charger des clefs ce qui auroit pû nous servir beaucoup [...] Il n’y a point de doute a faire que ce ne soit un fameux voleur et si on eut eté chez un autre Com[issai]re cette affaire auroit eté mieux suivie et auroit pû nous procurer de grandes découvertes nous espargnerons ny soins ny peines ny soins [sic] pour tascher de la reparer [...] ». Il aurait préféré que le voleur soit conduit chez le commissaire de Rochebrune, que Poussot sollicite le plus fréquemment pour ses patrouilles. Bnf, Ms 10139, fol. 83 v°.

39  En particulier les tavernes et autres lieux de débit de boisson. Dans son rapport du 6 mars 1752, Poussot écrit que lors de la patrouille, « nous avons tenus une partie des rues de ces quartiers nous avons entrés dans tous les cabarets et caffés et interrogés et fouillés tous ceux qui nous ont parut etre suspects ce qui a donné satisfaction a ceux qui nous ont vû faire », Bnf, Arsenal, Ms 10139, fol. 62 v°.

40  Dans ce cas, outre les taxinomies policières qui voient dans les gens du peuple un danger, et plus encore dans les populations mobiles socialement et spatialement (soldats et migrants), l’oeil de l’inspecteur joue beaucoup pour détailler l’apparence des individus rencontrés et y débusquer des signes révélant une dangerosité : tenue vestimentaire, marques corporelles, attitude physique (démarche, handicap...). Ces signes distinctifs se retrouvent dans les dossiers de fiches individuelles de Poussot.

41  Lors de la patrouille du 17 décembre 1751, Poussot mentionne que « sur les onze heures nous avons rencontré un fiacre dans lequel il y avoit une femme qui crioit au guet nous sommes dessendu de notre carosse et avons arreté deux particuliers... », Bnf, Arsenal, Ms 10139, fol. 26 r°.

42  Le 13 janvier 1751, en « visite de nuit » pour arrêter un homme suspecté de vol rue du Cherche-Midi, Poussot constate qu’il y a beaucoup de prostituées dans le quartier, et estime qu’il « seroit a propos lors qu’on en trouvera après minuit de les arreter et de les remettre entre les mains du guet pour les conduire à St Martin », Bnf, Ms 10136, p. 655.

43  Les rapports des inspecteurs sont calqués sur les PV, mais rentrent plus dans les détails. Ils tendent, au fil du siècle, à mentionner les mêmes informations : noms de l’inspecteur, du commissaire, heure de départ, quartiers traversés, événements survenus (avec mention du lieu précis), impressions et heure de fin de patrouille.

44  Le 22 mars 1753, des habitants du quai Conti qui se sont plaint de rôdeurs ont déclaré à Poussot que « [sa] patrouille leur a fait plaisir », Bnf, Arsenal, Ms 10139, fol. 196 r°. Il écrivait la même chose le 26 juillet 1751 : « les dernières patrouille que nous avons fait dans les quartiers du marais ont efarouché plusieurs libertins qui y alloient journellement », Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 756.

45  Bnf, Arsenal, Ms 10136.

46  Voici comment est rapportée la création d’une indicatrice par Rouillé, inspecteur officiant avec Poussot dans son rapport du 18 novembre 1750 : « Sur les minuit sur les recherches et perquisitions que nous avons fait faire sur lavis qui nous a eté donné par la nommée Joseph Barbier dite Courtaubois qui a eté arretée par les Gardes des quays de l’Ecoles conduite chez le feu Sr Com[missai]re Parant au commencement d’avril d[ernie]r et envoyée à St-Martin, transférée à l’hopital par sentence de police elle etoit dans ce tems maitresse du Sr de la Barthe dit le Ch[evali]er de Langallery lad. Courtaubois a dit a la Le Roy maitresse du nommé Chantilly qui nous a fait faire quelques captures essentielles quune femme nouvellement arrivée a l’hopital que le nommé Pied ferme dont le Sr Poussot faisoit des recherches se retiroit au Gros Caillou, quelle la prioit de se donner des mouvemens de verifier ce fait et que dans le cas qu’il se trouve vray de demander la liberté, comme laffaire a reussi sur lavis de ladite Courtaubois et par les soins dudit Chantilly qui a suivi cette affaire pendant 8 jours avec Parisien je Crois M quon peut accorder la liberté a ladite Joseph Barbier dite Coutaubois, dautant plus quelle est ennemie des voleurs, et quelle na rien sur son compte que la Galanterie », Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 595.

47  Outre les « gratifications » fréquentes demandées par les inspecteurs pour leur « monde », on trouve des rétributions autres. Par exemple, le le 31 août 1751 Poussot écrit que « le nommé Belsin [l’] a fort bien servi dans cette affaire ainsy que dans beaucoup d’autres et ce avec beaucoup de zele il demande par Grace que vous luy accordiés Monsieur la liberté de la nommée Marie Joinin arretée de police le 16 aoust dernier par les Sr Com Lepincy ( ?) et Doublot et conduite a saint martin ou elle est detenue. Il merite cette grace dautant que depuis dix jours il s’est employé avec zele a meme passé presque toute la nuit avec nous et s’est rendu utile a tout ce que l’on a eu de besoin », Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 788.

48  Le 9 juillet 1751, une exécution a lieu en place de Grève. Cette « cérémonie » attire généralement beaucoup de monde, et donc des « filoux » et autres « coupeurs de bourse », occasion pour Poussot de les arrêter. En ce jour, après être « monté à la ville » écouter les aveux du condamné (et l’inciter à donner le nom de ses complices), Poussot décide « de dessendre avec notre monde [sur la place] voir hors deux [deux agents à lui] a quy jay dit de rester pour observer ce qui se passeroit nos gens ont eté se promené dans la place et nous avons été dans un caffé avec lesd. Sr Roullier et Boutton et le Sr Contailloux quy sy est trouvé » pour contrôler les personnes présentes, Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 745.

49  Le 4 juin 1748, Poussot rapporte qu’un de ses hommes, rejoignant la patrouille « en son chemin il vu [sic] deux joueurs de violon qui se battaient l’épée a la main et se sont blessés tous deux, un soldat aux gardes qui passoit par la a pris aux deux hommes blessés un chapeau une épee et un violon, notre homme s’est mis en devoir de sopposer a ce vol mais le soldat aux gardes luy a fait face luy presentant l’épee, comme l’homme navoit aucune arme de deffense il na pu larreter », Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 129.

50  Nous avons pu relever les noms suivants : Parisien qui revient à de nombreuses reprises, et duquel nous reparlerons ; Marie Lambert dite Gogo (arrêtée par Poussot) ; Piget ; Tenday ; Marie Anne 40 coups ; Marie Anne Lapierre (libérée par le Lieutenant en échange de sa collaboration) ; Belsin ; Duval qui sert Poussot et la police depuis 30 ans !

51  Le rapport du 16 septembre 1749 mentionne la visite des prisons que Poussot a effectuée accompagné de Parisien, lequel était chargé de reconnaître les voleurs parmi les soldats enfermés, Bnf, Arsenal, Ms 10136.

52  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 295.

53  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 512-513.

54  Christian Romon, « Mendiants et policiers à Paris au XVIIIe siècle », Histoire économique et sociale, 1982-2, p. 259-295.

55  Le 28 décembre 1747, l’arrestation de deux prostituées à Vaugirard provoque quelques mouvements d’hostilité, en particulier de soldats, ce qui amène Poussot à écrire : « La première fois que nous ferons une patrouille de jour nous prendrons la precaution demmener un sergent avec nous pour eviter les rebellions qu’il pourroit y avoir et emmener les putains qui s’y trouveront », Bnf, Ms 10136, p. 88.

56  Lemaire rappelait, dans son mémoire sur la police en 1770, que la nuit est le moment propice pour arrêter les suspects, La police de Paris en 1770, op. cit., p. 79.

57  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 166.

58  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 312.

59  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 326.

60  Le 25 août 1751, deux hommes qui aperçoivent Parisien aux Invalides s’enfuient.

61  Arlette Farge et Jacques Revel, op. cit., « Paysage avec révolte. »

62  Paolo Piasenza, « Rapimenti, polizia e rivolta : un conflitto sull’ordine pubblico a Parigi nel 1750 », Quaderni Storici, 64-1, 1987, p. 129-150.

63  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 752.

64  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 505.

65  A. Farge et J. Revel, op. cit., « Le désordre policier »

66  Bnf, Arsenal, Ms 10139, fol. 132 r°.

67  Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985, chapitre 1-2.

68  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 322. C’est nous qui soulignons.

69  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 575.

70  La tentative, ou la volonté, d’apprendre à ses subordonnées la maîtrise de la « force » se retrouve quelques années plus tard dans les rapports de Federici, gardien des Champs-Élysées, Arlette Farge (éd.), Flagrants délits sur les Champs-Élysées. Les dossiers de police du gardien Federici (1777-1791), Paris, Mercure de France, 2008, 450 p.

71  Pierre Bourdieu a analysé ce processus et le décrit ainsi : on aboutit à « une dénégation [...] de la force, une affirmation de la force qui est inséparablement une négation de la force, cela même qui définit une force de police policée, capable de se faire oublier en tant que force et ainsi convertie en force légitime, méconnue et reconnue, en violence symbolique », Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 116. Le milieu du XVIIIe siècle peut être vu comme une phase ou un moment de ce processus, encore incertain et inaccompli aujourd’hui, dans la mesure où la force n’est pas encore complètement « niée » par tous les agents de police.  

72  Bnf, Arsenal, Ms 10136, p. 839.

73  Paolo Piasenza, Polizia e città, op. cit., et article cité.

74  Bnf, Ms 10139, fol. 107 r°.

75  Jean Chagniot, Paris et l’armée, op. cit., p. 28.

76  Jean Nicolas réfute l’idée d’un processus de réduction de la violence au XVIIIe siècle, en particulier après l’étude du mouvement rébellionnaire en France. Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, réed. Gallimard, 2008, 1083 pp. , coll. « Folio Histoire », chapitre II : « Un monde de passeurs. »

77  Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, 1782, rééd., Genève, Slaktine Reprints, 1979, t. 1, chapitre 61, « Les hommes de la Police », p. 194.

78  « Le Noir [a] changé [...] en un ministère de compassion & d’indulgence un ministère de justice et de rigueur, & l’ordre public n’en a pas souffert », ibid., t. VIII, chapitre 632, « D’Argenson », p. 175.

79  Archives Nationales (A.N.) Y 9490 à 9492.

80  Cette vision est bien celle de ceux qui ont produit les documents permettant les études historiques, ce qu’ont depuis longtemps montré les travaux d’Arlette Farge, mais encore de Jacques Rancière, La Mésentente, Paris, Galilée, 1995, 199 p. et dernièrement de Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Champ Vallon, 2010, 291 p., coll. « La chose publique ».

Top of page

References

Bibliographical reference

Nicolas Vidoni, « Une « police des Lumières » ? », Rives méditerranéennes, 40 | 2011, 43-65.

Electronic reference

Nicolas Vidoni, « Une « police des Lumières » ? », Rives méditerranéennes [Online], 40 | 2011, Online since 15 October 2012, connection on 21 October 2017. URL : http://rives.revues.org/4068 ; DOI : 10.4000/rives.4068

Top of page

About the author

Nicolas Vidoni

Nicolas Vidoni vient d’achever une thèse intitulée « La Lieutenance générale de police de Paris et l’espace urbain (1667-1789). Expériences, pratiques et savoirs ». Ce travail analyse l’appréhension policière de l’espace urbain et les conséquences qui en découlent en vue de créer un ordre public urbain, tant matériel que social.
Il travaille également sur les rapports entre population et forces chargées du maintien de l’ordre, ce qui englobe la question de la violence, de ses usages et de sa régulation.

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org