Navigation – Plan du site

Les programmes européens et les villes : politiques intégrées de requalification urbaine et "gouvernance"

Gaetano Mollura
p. 113-123

Résumés

Cette contribution veut illustrer, plus particulièrement à travers les projets de la Municipalité de Naples dans le cadre du Programme URBACT I – projet SUDEST (Sustanable Development of Sea Towns) et du Programme URBACT II - projet CTUR (Cruise Traffic and Urban Regeneration), quelques aspects de l’évolution des pratiques des politiques urbaines dans le sens d’une approche intégrée et d’une meilleure gouvernance. Rachel Rodrigues-Malta, en qualité d’expert thématique et de coordinatrice des experts, a apporté son empreinte scientifique à ces projets, de 2005 jusqu’à sa brutale disparition en 2008, se faisant apprécier de tous les partenaires des réseaux concernés pour son professionnalisme, sa disponibilité, son amitié, et contribuant de façon déterminante aux résultats obtenus.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin des années 80, l’Europe à travers la promotion de plusieurs programmes novateurs de requalification urbaine, influence les thématiques urbaines des pays membres qui les considèrent comme point de départ pour d’importantes opérations de relance et de développement dans l’ensemble de la zone communautaire.

2En même temps que se mettent en place ces « projets novateurs » visant la régénération d’aires urbaines dégradées, l’Europe s’emploie également à construire une nouvelle culture, partagée, de gouvernance des villes poussant les administrations locales et les différents appareils technico-politiques à expérimenter une gestion nouvelle des initiatives pour obtenir des résultats positifs en termes de développement durable des villes.

3Les programmes URBACT I et II, évoqués ici s’inscrivent dans une expérience plus ample de Programmes d’Initiative Communautaire, débutée à Naples avec le programme URBAN 1. Ce dernier constitue une expérience de référence dans la mesure où il a permis de mesurer sur le terrain l’efficacité des politiques urbaines intégrées et aussi en ce qu’il a été un laboratoire européen de formation pour les équipes des administrations locales. De plus, URBAN 1 a démarré à Naples en 1994, c’est-à-dire à un moment de grande effervescence positive de la ville à la suite de l’élection directe du maire dont le programme poursuivait deux objectifs principaux : d’une part, le renouvellement de l’image de Naples vis-à-vis de l’extérieur à travers des politiques et des actes fortement symboliques et d’autre part, le rétablissement de la « normalité », re-donnant un rôle central à la Municipalité dans le gouvernement des transformations urbaines. Or, le Programme URBAN 1 a contribué à renforcer cet objectif fixé par la Municipalité.

4Créé en 2003, URBACT avait pour ambition première de partager et faire connaître les expériences des villes bénéficiant du programme URBAN. Très rapidement, de nombreuses villes ont voulu échanger dans les réseaux thématiques et les groupes de travail créés par URBACT qui proposait un cadre de travail fructueux : une ville chef de file, un programme de travail, un budget cofinancé à 50 %, l’assistance d’experts choisis par les villes elles-mêmes.

à propos d’URBACT : expertise et coordination

5La ville de Naples, en qualité de chef de file du groupe de travail SUDEST/URBACT, a sollicité plusieurs experts pour approfondir le thème du rapport entre les villes de la mer et leurs ports. Rachel Rodrigues-Malta fut choisie pour son expérience acquise à la fois dans le milieu universitaire et dans le cadre de sa collaboration avec l’AIVP (Association Internationale Villes et Ports), mais également parce qu’elle nourrissait pour la ville de Naples et pour son port, un intérêt particulier qui s’était concrétisé à travers une série d’études et de publications. Dès le départ, Rachel est apparue comme la personne adéquate pour l’aventure de SUDEST/URBACT. Elle était enthousiaste à l’idée de pouvoir connaître les différents contextes portuaires européens de SUDEST (acronyme de SUstainable DEvelopment of Sea Towns soit Développement durable des villes de la mer) et discuter avec les représentants des différentes villes de façon à confronter sa propre expérience scientifique et académique avec la réalité.

6Ainsi, comme de juste, SUDEST/URBACT a été pour Rachel, comme pour tous, une occasion d’apporter des outils de connaissance de la thématique mais aussi d’enrichir sa propre expérience de chercheur universitaire. En outre, elle s’est avérée être la personne idéale pour coordonner le travail des autres experts de manière à obtenir un apport équilibré entre toutes les compétences mobilisées. Elle a mené ce travail de main de maître, notamment grâce à sa grande capacité à gérer les relations tant avec les autres experts qu’avec tous les partenaires du groupe de travail.

7L’essentiel du travail fourni dans le cadre du groupe de travail SUDEST/URBACT a été l’échange d’expériences et de connaissances entre les différents partenaires, à travers également la présentation d’études de cas et de visites sur site. Pour optimiser les clefs de lecture et les analyses des projets de régénération de l’interface ville-port et permettre autant que possible une comparaison, il a fallu avant tout mettre au point avec Rachel Rodrigues-Malta la méthodologie de travail qui a été structurée autour de trois paramètres identifiés collectivement par les partenaires et les experts thématiques :

8A – Les aspects physiques et urbanistiques des projets

9B – Les aspects socio-économiques et environnementaux de la régénération

10C - La gouvernance et les modalités de leur mise en œuvre

11Trois dimensions qui, bien évidemment, se recoupent entre elles et qu’il n’est pas toujours facile d’individualiser clairement. Chaque thème a été toutefois abordé en partant d’une grille spécifique construite de façon suffisamment large et ouverte pour pouvoir être appliquée à une grande variété de situations. Elle constitue en quelque sorte un fil conducteur, un guide pour la présentation des projets de régénération urbaine de chaque ville portuaire selon les objectifs prioritaires suivants : la connaissance des situations ; l’identification des pratiques innovatrices ; l’exploitation des analyses transversales.

12Les données et les résultats de l’analyse comparative constituent la matière première du document « rapport final du développement durable des villes » [http://urbact.eu/​fileadmin/​Projects/​CTUR/​outputs_media/​Rapport_finale_SUDEST_FR.pdf] qui présente les résultats du travail réalisé au cours du projet SUDEST, sur la base de la coordination assurée par Rachel mais aussi des contributions de tous les partenaires et experts impliqués.

13Au moment de conclure le projet SUDEST, s’est dégagée fortement la volonté – partagée par les différentes villes – de pouvoir explorer et connaître mieux le tourisme de croisière caractérisé par une croissance constante et par un chiffre d’affaire mesuré en milliards de dollars : comment les villes doivent alors s’équiper pour capter ces nouvelles opportunités ? Tout cela avait convaincu Rachel, comme lead expert et moi-même come lead partner pour la ville de Naples, d’envisager un nouveau projet dans le cadre du programme URBACT II sur le thème du trafic de croisière et son impact sur la régénération urbaine (Thematic Network CTUR Cruise Traffic and Urban Regeneration). C’est ainsi qu’est née l’idée de proposer le projet CTUR dans le cadre d’URBACT II, lequel exigeait la formation d’un partenariat réduit pour la première phase du projet (durée de 6 mois) dans le but de l’élargir par la suite et de définir mieux le projet sur la base d’un véritable partage du thème et des objectifs entre tous les partenaires, qu’ils aient ou non participé aux projets précédents. Une fois obtenue la première approbation, a débuté la phase de travail pour préparer le projet définitif ; celui-ci devait être présenté en octobre 2008 pour examen et acceptation afin d’accéder à la deuxième phase d’une durée de 30 mois. Aussi le mois de septembre a t-il été une période clef au cours de laquelle Rachel et moi-même avons travaillé beaucoup ensemble, voyageant souvent pour rencontrer les nouveaux partenaires désireux de faire partie du réseau et partager avec eux objectifs et thèmes du projet.

14J’ai eu ainsi le privilège d’être proche de Rachel durant les derniers mois de sa vie, qui resteront dans ma mémoire en raison de la gaieté, de la curiosité et de la passion avec lesquelles Rachel rencontrait des personnes de cultures différentes et visitait des contextes portuaires européens très variés : elle aimait beaucoup ce type de travail et je crois qu’elle a pris plaisir à s’y consacrer au cours de ce dernier été. Rachel a donc terminé sa contribution pour le projet CTUR qui fut présenté en octobre 2008 et approuvé par la suite. Sur la base de ce projet, nous avons continué notre travail dans le cadre du programme qui s’achèvera en juillet prochain. Les résultats et les succès que nous avons obtenus, nous les dédions à Rachel, la « Reine des ports » comme nous l’avions surnommée affectueusement et en plaisantant, lorsqu’elle avait commencé à faire partie de la famille URBACT.

le programme d’initiative communautaire URBACT I (2002-2007)

15En avril 2000, la Commission européenne, tenant compte des résultats positifs obtenus dans toute l’Europe par le programme URBAN I, a promu une nouvelle initiative communautaire appelée URBAN II, plus réduite que la précédente, concernant les interventions de requalification urbaine intégrée, et financée directement par l’Europe et les administrations locales, sans passer par les Régions.

16Toutes les villes européennes attendaient un nouveau programme URBAN I, mais la Commission a dû se plier à la volonté des Régions qui ont tenu à maintenir les systèmes de financement traditionnels – c’est-à-dire passant par l’intermédiaire des Régions en Italie – et éviter de nouveaux financements directs, bien que limités, de l’Europe à destination des villes pour des interventions de requalification urbaine. Si bien que par la suite, le programme URBAN II sera supprimé.

17URBAN II a toutefois permis à la Commission européenne de promouvoir une nouvelle initiative appelée URBACT ayant pour principal objectif de continuer à faire connaître les politiques urbaines intégrées dans les divers États membres à travers un rapport direct avec les villes, considérées comme des aires stratégiques pour le développement d’ensemble de l’Europe.

18Le programme URBACT a été approuvé avec pour principaux objectifs :

19- le développement entre villes d’un échange de bonnes pratiques et d’expériences structurées grâce à la création de réseaux thématiques et de groupes de travail ;

20- la capitalisation et la diffusion des enseignements issus des programmes URBAN ;

21- l’amélioration des capacités d’action des acteurs concernés, donc des villes, dans les différents domaines qui caractérisent les politiques de requalification intégrée ;

22Ont participé à URBACT I les villes qui ont bénéficié des programmes URBAN I et URBAN II et des Projets Pilotes Urbains ainsi que, depuis le 1er mai 2004, les villes des nouveaux États membres ayant une population supérieure à 20000 habitants. Les représentants des villes des pays candidats à l’adhésion à l’UE et des pays relevant de la politique de voisinage avec l’Europe, ont pu accéder aux informations et être invités à participer aux travaux. Par conséquent, URBACT a aussi été l’occasion de favoriser les comparaisons entre différentes cultures et de renforcer les liens entre pays européens et non européens.

23Le programme URBACT a mobilisé 20 réseaux thématiques, 8 groupes de travail, 3 groupes d’étude, et d’autres initiatives visant à aider principalement les nouveaux États Membres (“ Knowledge Transfer Kit”, “Support for Cities”) et à tester le nouveau programme URBACT II (deux projets pilotes “Fast Track Network”). Six thématiques ont été choisies car elles présentaient un intérêt majeur pour les villes : les activités économiques (PME, innovation…) et l’insertion professionnelle ; l’approche intégrée et la régénération urbaine ; la participation des habitants ; la population d’origine étrangère ; la sécurité urbaine ; les jeunes : de l’exclusion à l’insertion.

24La municipalité de Naples a participé activement au programme URBACT, en tant que chef de file du groupe de travail SUDEST et comme ville partenaire de quatre réseaux thématiques :

25PARTECIPANDO (Participation des citadins aux programmes intégrés de requalification urbaine comme clé pour la cohésion sociale)

26CULTURE (Activités culturelles et industries créatives comme pivots de la régénération urbaine)

27C.H.O.R.U.S. (Régénération des centres urbains à travers la valorisation du patrimoine culturel)

28REGENERANDO (Activité économique et insertion professionnelle)

  • 1 Il s’agit de SUDEST auquel s’ajoutent quatre projets précédemment cités : PARTECIPANDO, CULTURE, C. (...)

29Bonnes pratiques et « gouvernance » – La participation de la Municipalité de Naples au programme URBACT, à travers cinq projets1 – a rendu nécessaire la mise en place d’une organisation du travail ad hoc. L’unité de projet interdirectionnelle à travers la constitution de comités techniques opérationnels – un pour chaque réseau – s’est avérée un instrument efficace pour travailler aux projets de façon transversale, conformément à ce qui était requis par les réseaux thématiques URBACT nés d’une approche intégrée de la politique urbaine. En effet, la possibilité de convoquer des réunions de comité tecnico-opérationnel composé de différentes directions, départements et services, a permis d’aborder les thématiques et les projets sous différents angles : des compétences qui normalement fonctionnent dans l’administration municipale de façon sectorielle ont pu être échangées sur des projets pour les analyser et les évaluer de manière plus globale, intersectorielle, faisant ainsi émerger des aspects qui avaient été sous-estimés dans un premier temps simplement car ils ne concernaient pas le secteur de compétence du projet. C’est le cas par exemple du « projet Nisida Città dei ragazzi » (www.urbact.eu/regenerando), promu par l’adjoint aux Politiques sociales, qui a révélé, par cette approche, des aspects importants sur le plan économique et de l’emploi, qui n’avaient pas été correctement mis en lumière au départ car ne relevant pas d’une compétence sociale.

Points forts

30En synthèse, la méthodologie de travail a été d’identifier les différents projets relatifs au thème abordé par le réseau URBACT pour les analyser à partir de la réalité urbanistique et des dynamiques socio-économiques du contexte de référence et en mesurer l’impact sur le territoire et sur les bénéficiaires escomptés, c’est-à-dire les citadins. En ce sens, cette démarche a été l’occasion de faire l’expérience d’une gouvernance réussie dans la mesure où elle a eu des effets positifs aussi bien en termes de participation qu’en termes de résultats. En effet, les réunions interdirectionnelles ont eu le mérite d’habituer les différents secteurs à travailler ensemble et de permettre aux différents départements de l’administration d’analyser les projets de façon globale selon une vision intersectorielle, d’en contrôler l‘impact relatif – qu’il soit positif, négatif ou nul – depuis le début et au cours des phases intermédiaires, en ayant toujours présent le résultat à atteindre. Enfin, l’évaluation du projet une fois réalisé permet d’en vérifier l’efficacité et de ne pas répéter des erreurs qui écarteraient des résultats escomptés.

31Du point de vue politique, le Conseil municipal, reprenant le modèle d’organisation du Programme URBAN, a décidé que, pour les projets URBACT, un assesseur soit délégué, selon le thème spécifique de chaque réseau, pour la coordination intersectorielle des activités. Il s’agit ainsi d’une coordination transversale de la responsabilité politique qui se reflète dans une organisation transversale de l’action technico-scientifique à travers l’Unité interdirectionnelle URBACT.

32En outre, les activités au niveau international (workshop) ont permis aux différents représentants de l’administration qui y ont participé en qualité de responsables d’un projet d’étude, de capitaliser les expériences de l’ensemble du réseau.

33Tout cela répond pleinement aux intentions de la Commission d’avoir, avec URBACT, un impact sur les administrations européennes dans le but d’améliorer la capacité d’action des villes dans les politiques de requalification urbaine intégrée. URBACT s’avère être ainsi un parcours important dans la formation des administrateurs publics contribuant au renforcement d’une identité européenne par le bas.

Points faibles

34La diffusion des résultats, requise avec emphase par le Programme URBACT, s’est révélée partielle car limitée seulement à ceux qui connaissent les langues anglaise ou française. On peut aisément comprendre les difficultés rencontrées par les administrateurs locaux des divers pays européens pour prendre connaissance des résultats.

35L’autre point faible vient de ce que les représentants politiques italiens sous-estiment l’importance de la participation des administrateurs locaux – techniques mais également politiques – à des programmes européens tels URBACT, contrairement à ce que l’on peut observer dans d’autres pays européens. L’Espagne, par exemple, a construit l’efficacité de l’utilisation des fonds structurels justement sur la prise en compte de la progression professionnelle de ses propres administrateurs grâce à la participation à des projets européens. De plus, dans le cadre des projets auxquels elles participent, les villes italiennes ne bénéficient pas toujours du soutien politique nécessaire. Ce constat implique une faible représentativité de nos villes et de l’Italie en général dans les réunions internationales auxquelles en revanche participent souvent les représentants politiques étrangers qui ont ainsi l’opportunité de côtoyer directement la Commission européenne.

Les mots clés

36Comme dit précédemment, il existe des mots-clés au niveau européen qui, à travers les Programmes URBAN et URBACT, ont fait l’objet de comparaisons entre les villes, devenant ainsi un patrimoine commun dans le langage des administrateurs locaux : approche intégrée, transversalité, travail sur projet, gouvernance, partenariat, concertation réelle avec les habitants, logique bottom-up, ancrage dans le territoire, participation, des habitants, capitalisation et diffusion des résultats, ex ante, in itinere, ex post ; mais également à propos de mots-clés qui rapprochent les administrations locales de l’Europe telles que : commission européenne, gestion des fonds européens.

le programme de coopération territoriale urbact II (2007-2013)

37URBACT II représente une nouvelle opportunité de croissance pour les villes en termes de connaissances et d’échange d’expériences et d’amélioration de l’efficacité des politiques de développement urbain intégré et de développement durable en Europe dans le contexte de la stratégie définie à Lisbonne et Göteborg : compétitivité, croissance économique et emploi.

38De plus, URBACT II se veut un laboratoire pour l’expérimentation, la construction et la gestion de plans / projets de développement urbain à travers l’implication des différents « stakeholders » intéressés. C’est pourquoi, les grandes nouveautés sont que :

39- le plan d’action locale devra être élaboré dans le cadre du thème défini (à l’avance) ;

40- le groupe de soutien local devra être impliqué dans les activités du réseau et en particulier dans l’élaboration des plans.

41Suite au succès d’URBACT I, la Commission continue avec URBACT II d’encourager les villes à expérimenter des gouvernances adaptées pour rendre plus efficaces les projets intégrés de requalification à travers les « groupes de soutien local » cités précédemment mais également par l’implication et une meilleure synergie des différents niveaux verticaux – régional, national et européen – auxquels le niveau local doit s’articuler. Cela afin d’optimiser l’utilisation des Fonds Structurels pour des projets « partagés » et « efficaces » devant être mis en place dans le cadre des politiques de développement urbain intégré. C’est dans cette optique que le Programme recommande la participation des Autorités de gestion des fonds structurels (représentées par les régions en Italie), en particulier pour l’élaboration du plan d’action locale dont la réalisation pourrait être financée par les fonds européens.

42Les domaines d’intervention sont les suivants :

43Axe prioritaire 1Cities, Engines of Growth and Jobs (les villes, moteurs de croissance et d’emplois) comme sous-thèmes : la promotion de l’esprit d’entreprise ; l’amélioration de l’innovation et de l’économie de la connaissance ; emploi et capital humain.

44Axe prioritaire 2Attractive and Cohesive Cities (les villes attractives et moteurs de cohésion sociale) avec comme sous-thèmes : développement intégré des zones urbaines en difficulté ou susceptibles de le devenir ; inclusion sociale ; environnement ; gouvernance et planification urbaine.

45Les instruments pour l’échange d’expériences et l’apprentissage sont les réseaux thématiques et les groupes de travail.

46L’autre nouveauté vient de l’initiative de la Commission européenne de choisir certains projets appelés « Fast Track Label », pour suivre directement toutes les activités du réseau.

47Toutes les villes des États membres peuvent être partenaires du Programme tout comme les Régions, les États membres, les Universités et les Centres de Recherche qui agissent dans le cadre du développement urbain durable. D’autres villes peuvent y participer à leurs propres frais.

48La Commune de Naples est devenue partenaire du Programme à travers deux projets qui ont été approuvés :

49- en tant que chef de file du réseau thématique CTUR (Cruise Traffic & Urban Regeneration of City – Port Heritage as a key for the sustainable economic, social and urban development / Tourisme de Croisière et Régénération urbaine du patrimoine portuaire urbaine en tant que moteurs du développement économique et social). Le projet qui s’étend sur une durée de 36 mois et se termine en juillet 2011, entend étudier les intéractions entre le trafic du tourisme de croisière et la régénération du patrimoine urbain et portuaire comme opportunité pour le développement durable des villes du point de vue économique, social et urbain. Outre la ville de Naples, les autres villes participant à ce réseau thématique sont : Varna (Bulgarie), Alicante (Espagne), Rhodes (Grèce), Matosinhos (Portugal), Rostock (Allemagne), Helsinki (Finlande), Dublin (Irlande) Trieste, Les autorités portuaires de Naples et Matosinhos-Porto (Portugal) et la Région de Valence (Espagne, Communauté valencienne) ;

50- en tant que partenaire pour le réseau thématique HerO (Heritage as Opportunity Sustainable Management-Strategies for Vital Historic Urban Landscapes/ Le Patrimoine comme opportunité-Stratégies de gestion durable pour la vivabilité des centres historiques). Les partenaires de ce projet, d’une durée de 36 mois qui se termine en avril 2011 sont, outre Naples, la ville chef de file de Regensburg (Allemagne), les villes de Graz (Autriche), Vilnius (Lituanie), Sighisoara (Roumanie), La Vallette (Malte), Lublin (Pologne), Poitiers (France) et Liverpool (Angleterre). Le projet entend développer des systèmes intégrés de gestion des centres historiques urbains et diffuser les bonnes pratiques innovantes visant à trouver le juste équilibre entre la conservation du patrimoine historique urbain et le développement durable pour l’attractivité et la vitalité des zones concernées afin de favoriser le progrès socio économique de la population résidente. Le projet a été labellisé « Fast Track Label ».

51Au total, on peut dire que URBACT II représente une grande opportunité pour :

52- une réelle diffusion des résultats au niveau local (URBACT National Dissemination Points) ;

53- une meilleure communication entre Région, État et Union Européenne concernant les activités menées par les villes dans le cadre du Programme pour améliorer l’utilisation des Fonds Structurels destinés à des projets partagés dès la phase de proposition ;

54- la construction, en termes de ressources humaines, d’un réseau stable de dialogue entre Commision Européenne et Municipalité : pour fournir des informations mises à jour et directes “bottom-up” sur l’état des villes européennes ainsi que pour aider les administrations locales à se transformer en termes de gouvernance ;

55- favoriser le dialogue entre Commission Européenne et élus politiques locaux ;

56- finaliser l’échange de connaissances et de bonnes pratiques par la mise en oeuvre concrète de plans/projets d’action locale ;

57URBACT II a, selon nous, permis de favoriser la mise en place de bonnes pratiques de gouvernance et la diffusion d’une certaine culture européenne des politiques de développement urbain intégré, partagée par des acteurs institutionnels de plus en plus nombreux, ce qui devrait permettre d’améliorer l’efficacité des projets.

Les politiques de développement urbain intégré de l’Union Européenne dans les différents États membres :

58Belgique  « Big Cities Policy » (1999), « Contrats de Quartiers »

59Danemark  « Urban Committee » (1994), « Kvaerterloft »

60(Neighbourhood development projects)

61France  « Politique de la ville » (1991)

62Allemagne  « The Social City » ( 1999)

63Italie  « Contratti di quartiere » (1997)

64Pays-Bas  « Big Cities Policy » (1994)

65Royaume-Uni « Single Regeneration Budget » (1993),

66« Neighbourhood Renewal Fund » (2003-present)

De plus amples informations sur le thème du développement urbain intégré :
URBAN :
http://ec.europa.eu/​regional_policy/​urban2/​index_en.htm

67UGIS STUDY « How to make a successful urban development programme? »: http://ec.europa.eu/​research/​enviroment/​projects.cfm

68World Bank (City Development Strategy): http://web.worldbank.org

69United Nations Development Programmes: http://www.undp.org/​

70Eurocities-Liveable cities project (Sustainable development programme) :

71http://www.eurocities.org/​liveablecities/​site/​article.php

De plus amples informations sur les programmes européens URBACT I, URBACT II et sur les projets de la Commune de Naples (comme chef de file et partenaire)

72www.urbact.eu

73www.urbact.eu/sudest ; www.urbact.eu/culture ; www.urbact.eu/chorus ;

74www.urbact.eu/partecipando ; www.urbact.eu/regenerando

75www.urbact.eu/ctur ; www.urbact.eu/hero

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de SUDEST auquel s’ajoutent quatre projets précédemment cités : PARTECIPANDO, CULTURE, C.H.O.R.U.S, REGENERANDO.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaetano Mollura, « Les programmes européens et les villes : politiques intégrées de requalification urbaine et "gouvernance" », Rives méditerranéennes, 39 | 2011, 113-123.

Référence électronique

Gaetano Mollura, « Les programmes européens et les villes : politiques intégrées de requalification urbaine et "gouvernance" », Rives méditerranéennes [En ligne], 39 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4046 ; DOI : 10.4000/rives.4046

Haut de page

Auteur

Gaetano Mollura

Gaetano Mollura, architecte, est expert auprès de l’U.E. pour les politiques urbaines intégrées. En tant que chef de projet du Département Conseil de Planification Urbaine de la Municipalité de Naples, il est responsable depuis 1994 de programmes soutenus par la Commission Européenne dans le cadre des politiques de développement d’une approche urbaine intégrée : URBAN I et URBACT I et II. En tant qu’expert, pour URBACT I/SUDEST, il est intervenu auprès des villes des nouveaux états membres afin d’aider les autorités locales à mettre en place des projets ou stratégies de développement urbain intégré dans leur programme opérationnel. Actuellement, il est expert thématique pour URBACT II, et dirige comme partenaire leader le réseau thématique CTUR (Cruise Traffic and Urban Regeneration) et comme partenaire le réseau thématique HerO (Heritage as Opportunity) dans le cadre du programme territorial européen URBACT II 2007 – 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org