Navigation – Plan du site

Texte intégral

Ogni città riceve la sua forma dal deserto a cui si oppone ; e così il camelliere e il marinaio vedono Despina, città di confine tra due deserti.

Italo Calvino, Le città invisibili, 1972

Voir les villes portuaires autrement

  • 1 Voir le bel hommage que lui rend Jean-Pierre Frey dans le numéro 111 de la revue Méditerranée 2008, (...)
  • 2 Ce numéro de Rives méditerranéennes fait suite à la journée d’études TELEMME qui s’est tenue le 12  (...)

1Ce que Rachel Rodrigues-Malta1 nous a amenés à regarder, d’une autre façon, au cours de presque vingt années de recherches et d’itinéraires en villes-ports, c’est d’abord un espace, au contact entre l’eau et la terre ferme, entre le port et la ville. Un double horizon aussi, à la fois ouvert sur le large, sur les circulations maritimes accrues, et borné, côté ville, par la silhouette changeante des fronts de mer. Une ligne symbolique et un peu magique, autrefois lieu de rencontre, devenue de plus en plus étanche au fur et à mesure qu’équipements et fonctionnement portuaires s’émancipaient du tissu urbain, se fermant comme à Naples, en une frontière close privant le cœur de la ville de ce fil d’horizon, ou s’éloignant comme à Marseille, vers des lieux plus propices à l’accueil de navires et d’infrastructures marqués par le gigantisme. Interroger des espaces portuaires délaissés, stigmatisés par des dynamiques socio-économiques négatives, à partir de l’étude des grandes opérations urbanistiques visant à les requalifier : tel fut dès le départ, le fil conducteur à suivre2.

  • 3 Rachel Rodrigues-Malta (2005) HDR. Je remercie Ivan Di Pol d’avoir mis à ma disposition les volumes (...)

2C’est à partir de cet objet d’ancrage pour lequel son intérêt ne sera jamais démenti, que Rachel Rodrigues-Malta questionne d’autres notions, celles de régénération, de renouvellement urbain, de friche, de patrimoine industriel et portuaire, de centralité. Attentive aux échelles du temps, – rythmes lents ou cadences accélérées des transformations –, et à celles de l’espace de ces villes-ports, à géométrie variable, elle s’est attachée à guider notre observation depuis ces « vides urbano-portuaires » que constituent les friches portuaires, jusqu’à la compréhension des nouveaux modes de production de la ville. Cette évolution, elle l’a analysée dans une double perspective liant l’étude des stratégies d’intervention et de partenariat à celle des dynamiques spatiales et des retombées – économiques, sociales, paysagères – espérées à l’issue des opérations de requalification. Au seuil des années 1990, l’avenir des villes portuaires ne repose plus désormais sur la manne de l’État-providence et sur les seules innovations techniques et matérielles, mais bien dans les stratégies de développement impulsées par les acteurs locaux, dans leur aptitude à proposer des projets porteurs d’une vision partagée. Il s’agit d’un tournant majeur dont Rachel Rodrigues-Malta prend acte au début de son parcours et dont elle explorera par la suite les implications. C’est ce qui la conduit à décrypter les modalités de représentations de ces espaces, leur inscription dans des projets urbains et la complexité du jeu d’acteurs, plus nombreux et plus diversifiés, entre conflits et compromis. Lus au départ comme signes d’un déclin socio-économique et de dysfonctionnements, d’une déshérence vue comme inéluctable, ces territoires sont aujourd’hui enjeux de projets ambitieux et « signalent désormais au seuil du XXIe siècle, cet instant précieux où toutes les modalités semblent être réunies pour un nouvel épanouissement de la ville port »3.

  • 4 idem p. 146 fin du mémoire inédit. La citation suivante est issue du même document.

3Ainsi, bien au-delà de l’interface ville-port, et dans un souffle plus ample, c’est à un questionnement des mutations et du sens même de la ville contemporaine que ce regard nous convie : une invitation à se défaire des mythes urbanistiques dépassés pour s’intéresser aux manières de Refaire la ville au temps présent4, une invitation à lire les villes dont l’avenir serait suspendu au regard esthético-touristique, « un regard qui hiérarchisera les choix des lieux à exalter et qui présidera les décisions en matière de créations architecturales et urbanistiques ».

Mise en regard et pluralité des points de vue

  • 5 Laboratoire d’Étude du Développement de l’Aménagement LOcal et Régional, IUP-Paris XII. Claude CHAL (...)
  • 6 Groupe de Recherche sur l’Architecture et les Infrastructures, École d’Architecture de Versailles.

4L’un des apports les plus décisifs de cette réflexion relève sans aucun doute du choix premier, fondateur, de la mise en regard des villes-ports, un parti pris dont témoignent les travaux liminaires sur la comparaison de systèmes portuaires mondiaux, dans le cadre du LEDALOR5 avec Claude Chaline et du GRAI avec Claude Prelorenzo6. D’emblée, ces expériences collectives associées à la fréquentation de terrains variés, allant du Sud des États-Unis à l’Europe, ont permis d’inscrire sa prédilection pour les ports de « l’arc méditerranéen », alors peu explorés par la recherche en sciences sociales, dans une approche à la fois qualitative et comparatiste visant, loin de l’inventaire, la compréhension des processus de production urbaine et la « validation de l’hypothèse d’un modèle de redéveloppement caractéristique des villes de l’Europe du Sud ». La démarche comparatiste poursuivie, toujours soucieuse de la diversité des contextes, permet de voir en quoi les dynamiques urbaines actuelles sont redevables aux modèles urbanistiques qui se diffusent depuis les systèmes portuaires anglo-saxons vers l’Europe pour s’infléchir aux abords du Mare nostrum, dans un climat économique bousculé par la mondialisation.

  • 7 IRSIT (2004), URBACT 1 (2005-2007) et II (2007-2013).
  • 8 Agence d’architecture et d’urbanisme de Jean-Paul Viguier, Concept development Plan de la ville nou (...)

5À la mise en regard des terrains répondent le croisement et la pluralité des points de vue, et la conviction qu’en matière d’urbanisme et de recherches urbaines, les cloisons de tous ordres – institutionnel, disciplinaire et autres –, ne peuvent guère tenir et en appellent à la perméabilité : une conviction aiguisée dans l’expérience personnelle qui articule la recherche théorique et l’expertise7, voire ponctuellement la dimension de la pratique8, dans des contextes nationaux et internationaux variés. Cette démarche revendique également, d’emblée, le métissage des regards disciplinaires, comme en témoigne ici la diversité d’appartenance des auteurs, issus de la géographie, de l’architecture, de l’économie, des sciences politiques, de l’archéologie industrielle ou de la sociologie de la ville. C’est à la croisée de ces regards que se forgent l’originalité du point de vue, son acuité aussi. En cela, Rachel Rodrigues-Malta, avec d’autres certes, impose le sien, celui du passeur, dans la Babel confuse des codes et langages des professionnels, chercheurs de tous horizons, acteurs politiques, et celui de la distance critique, gage de rigueur.

6Ce recul peut se teinter alors de scepticisme à l’égard de certaines démarches et méthodes expérimentées lors d’expertises, et plus encore vis-à-vis des partis pris urbanistiques et du contenu des projets urbains de renouvellement, dont l’analyse vigilante occupe une place centrale dans la réflexion et les publications. Déjouant le risque de se trouver à son insu, à la fois expert et ‘promoteur’ des opérations, le regard critique, sans atermoiement, se traduit dans une déconstruction stimulante des trompe-l’œil promotionnels et des discours incantatoires des édiles. Un élégant pied de nez renvoyant sans détour, par métaphores interposées, à la vacuité et à la standardisation des nouvelles formules ‘strass et paillettes’ promptes à relooker des blasons ternis, et dénonçant les dangers d’une ville souvent vouée à l’esthétique sophistiquée, au fun shopping comme ersatz de culture et dernier avatar des modes urbanistiques, d’une ville façonnée et mise en scène pour le regard des autres, d’une ville à vendre…

Horizons partagés

7Face à la richesse et à la densité de ce parcours, il serait vain de prétendre en présenter la multiplicité des facettes. Aussi, notre regard ne peut-il être que partiel, partial également, c’est un choix assumé : Naples comme fil d’Ariane plutôt que ses voisines ibériques ou phocéenne, peut être parce que, point de départ d’un itinéraire de chercheure, aux côtés de Gênes et de Trieste, cette ville accueillit quelques années plus tard l’experte alors reconnue par la communauté scientifique internationale dans le cadre du PIC URBACT 1 et 2.

  • 9 La première rassemble les publications de Rachel Rodrigues-Malta, livrant en filigrane, la trame vi (...)

8La démarche qui a guidé la réalisation du numéro, au gré il est vrai des réseaux personnels et institutionnels – car la recherche est aussi une question d’affinités –, a pour objectif de présenter un éclairage, parmi d’autres possibles, de cet itinéraire scientifique. Les neuf contributions, accompagnées de deux bibliographies distinctes9, associent recherche et expertise pour s’intéresser aux mutations récentes et aux projets de renouvellement urbain. Si certains empruntent les voies de la monographie, c’est pour appréhender en quoi les projets actuels reflètent, en dépit des singularités du lieu, les grandes tendances de l’urbanisme contemporain. D’autres, en s’inscrivant dans une démarche résolument comparative interrogent la pertinence de modèles régionaux à l’échelle de la Méditerranée et de l’Europe.

9D’une valeur particulière, le texte inédit et écrit à deux mains en 1998 par Rachel Rodrigues-Malta et Claude Prelorenzo, ouvre en quelque sorte la voie aux principaux questionnements : le découplage ville-port et la transformation de l’activité portuaire, l’évolution du regard sur la mer et la ligne de côte, au cœur même de la question du front d’eau, ligne de contemplation aujourd’hui investie par les loisirs d’une société de consommation.

10Les textes qui suivent déclinent certaines de ces thématiques, livrent des expériences professionnelles partagées et, déroulant les fils ainsi tissés, ils esquissent des prolongements issus d’interrogations communes et de débats laissés en suspens, ouverts...

11Partant de l’expérience napolitaine et de la notion de patrimoine industriel, Roberto Parisi évoque la nécessité d’une médiation entre la préservation de la mémoire historique et le renouvellement économique et social pour la valorisation des espaces portuaires délaissés. Avec un regard d’historienne sur les transformations de la via Marina, Brigitte Marin rappelle le lien ancien, redevenu d’une grande actualité, entre embellissements urbains et équipements portuaires. Gregorio Rubino, à propos de la Place Municipio, l’un des lieux névralgiques à Naples du contact ville-port, interroge le sens des projets en cours de réalisation – le métro et le front d’eau – privilégiant tous deux la quête d’une reconnaissance internationale au détriment de la concertation et de la singularité des lieux. Arnaud Le Marchand, dans une perspective économique plus large, considère la pertinence de la comparaison entre villes du Nord et du Sud de l’Europe et l’avenir de ces villes, tributaires des contextes mondiaux et régionaux ainsi que des choix des acteurs locaux. Adoptant également une démarche comparative, Raffaele Cattedra, met en parallèle les villes portuaires de la rive Nord et de la rive Sud de la Méditerranée, sur le plan de la méthode et du contenu des projets de restructuration des interfaces urbano-portuaires. Il ébauche, à partir des questions de gouvernance et d’image, les tendances actuelles en matière de choix urbanistiques sur la scène urbaine méditerranéenne.

12Dominique Rivière, en mesurant la rencontre feutrée, et peut-être éphémère, des politiques de cohésion européenne et du renouvellement urbain, invite à partir de Naples et Saint-Denis à réfléchir sur la façon dont l’Union européenne s’intéresse aux villes dans ses politiques de rééquilibrage du territoire communautaire. L’échelle européenne, en tant qu’instance et nouvel espace de projection des politiques urbaines, apparaît à cet égard comme acteur incontournable et comme destinataire choyé de la plupart des opérations de requalification comme le souligne Gaetano Mollura, à propos des expériences d’URBACT 1 et 2. Revenant sur le précieux travail d’expertise de Rachel Rodrigues-Malta, pour livrer ensuite son point de vue d’expert et d’acteur local sur l’évolution des pratiques dans les projets urbains européens, dans le sens d’une approche intégrée et d’une meilleure gouvernance.

13Enfin, Remi Baudouï et Manel Kabouche, re-parcourant sur un mode sensible les points forts d’un brillant itinéraire intellectuel et professionnel, libèrent toute la valeur d’une réflexion originale, loin des académismes, qui se situe à la croisée des exigences personnelles et des profondes mutations de la pensée urbanistique, fournissant un legs précieux pour les chercheurs dans le domaine de la recherche urbaine.

14Le choix de réaliser ce numéro, à l’issue de la journée d’études du 12 juin 2008, est pour nous, une façon de rendre hommage, chacun à notre manière et dans la différence de nos parcours, à la liberté et à l’intelligence non-conformiste de notre collègue, de témoigner aussi de ces liens d’amitié, de complicité, qu’elle a noués au fil des rencontres. Il participe d’un désir de poursuivre, autrement, un dialogue brutalement interrompu et, peut-être bien, de retrouver entre les lignes, dans les silences du texte, le sourire espiègle et enchanteur de Rachel.

Haut de page

Notes

1 Voir le bel hommage que lui rend Jean-Pierre Frey dans le numéro 111 de la revue Méditerranée 2008, qui retrace le riche parcours professionnel de Rachel Rodrigues-Malta.

2 Ce numéro de Rives méditerranéennes fait suite à la journée d’études TELEMME qui s’est tenue le 12 juin 2009 et reprend quatre des communications inscrites au programme de la journée.

3 Rachel Rodrigues-Malta (2005) HDR. Je remercie Ivan Di Pol d’avoir mis à ma disposition les volumes de cette Habilitation à Diriger les Recherches.

4 idem p. 146 fin du mémoire inédit. La citation suivante est issue du même document.

5 Laboratoire d’Étude du Développement de l’Aménagement LOcal et Régional, IUP-Paris XII. Claude CHALINE a été le directeur de sa thèse soutenue en 1996 et faisait partie du jury de l’HDR en 2005.

6 Groupe de Recherche sur l’Architecture et les Infrastructures, École d’Architecture de Versailles.

7 IRSIT (2004), URBACT 1 (2005-2007) et II (2007-2013).

8 Agence d’architecture et d’urbanisme de Jean-Paul Viguier, Concept development Plan de la ville nouvelle de Bandar Nusajaya, Malaisie.

9 La première rassemble les publications de Rachel Rodrigues-Malta, livrant en filigrane, la trame visible de son cheminement ; la seconde regroupe les références bibliographiques des différents articles présentés dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Froment, « Introduction », Rives méditerranéennes [En ligne], 39 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/4035 ; DOI : 10.4000/rives.4035

Haut de page

Auteur

Pascale Froment

Pascale Froment, géographe, est maître de conférences à l’Université de Provence-IUFM d’Aix-en-Provence et membre de l’UMR TELEMME. Elle a été Chargée de coopération universitaire à Naples. Ses recherches portent sur les territoires de l’industrie de la mode et l’économie souterraine ainsi que sur le renouvellement urbain en Méditerranée, plus particulièrement à Naples et Tanger. Elle a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont La ville sans bornes, Paris, Nolin, 2006 et Histoires de territoires, Alphil, Neuchâtel, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org