Navigation – Plan du site

La reconversion d’un espace productif au cœur d’une métropole : l’exemple de la Friche de la Belle de Mai à Marseille

Boris Grésillon
p. 87-101

Résumés

Depuis une vingtaine d’années, la Friche de la Belle-de-Mai à Marseille fait parler d’elle. Née en 1990 de la volonté d’une poignée d’opérateurs culturels soutenus par le politique, « la Friche », comme on la surnomme, est devenue en 2010 un acteur culturel incontournable de la cité phocéenne. Connue, reconnue au plan international, elle a joué un rôle non négligeable dans l’obtention par Marseille et sa région du label « capitale européenne de la culture en 2013 ». Pour autant, la transformation d’un site productif (l’ancienne manufacture des tabacs de la SEITA) en équipement culturel et artistique n’est pas chose aisée. Aux contraintes physiques et architecturales du lieu s’ajoutent les difficultés d’insertion dans un quartier socialement défavorisé et au tissu urbain dégradé. Vingt ans après sa fondation, à l’heure de sa transformation en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), la friche Belle de Mai semble être à la croisée des chemins.

Haut de page

Texte intégral

1Pour les historiens, une friche industrielle constitue un objet d’études intéressant, car à travers elle, ils peuvent tenter de reconstituer non seulement l’histoire d’un site industriel mais aussi la mémoire ouvrière d’un établissement productif, voire de tout un quartier. Une friche industrielle ou urbaine sera alors perçue comme une sorte de témoin d’une époque révolue.

2Pour les géographes, une friche industrielle représente un formidable objet d’études, surtout quand elle se trouve incluse dans un périmètre urbain complexe comme c’est le cas de la friche de la Belle de Mai à Marseille. En effet, une friche industrielle est un lieu à part, un lieu hybride, à la fois révolu et en devenir pour peu qu’un processus de réhabilitation soit amorcé. C’est un lieu qui a connu une fonction – industrielle –, des acteurs – ouvriers, employés, patrons, etc…, un lieu qui avait des fournisseurs, des sous-traitants et des clients, donc qui générait des flux de marchandises plus ou moins importants ; c’était un pôle économique qui employait de nombreuses personnes ; un lieu, enfin, inséré dans son environnement immédiat, c’est-à-dire son quartier. Or, avec la fermeture d’une usine, c’est tout cela qui disparaît, tout ce réseau de relations fondées sur le travail et l’activité économique. En attendant la reconversion éventuelle du lieu, il y a toujours un temps d’attente problématique où l’ex-usine, abandonnée et qui se dégrade, est connotée négativement, et bien souvent le quartier qui l’entoure avec elle. Puis naît, le cas échéant, un nouveau lieu, qui va développer d’autres fonctions, faire appel à d’autres acteurs et s’insérer dans d’autres types de flux, et c’est une nouvelle aventure qui commence.

3Outre les bouleversements économiques et sociaux provoqués par ce changement d’affectation, c’est le rapport au territoire qui change, rapport que l’on peut analyser à différentes échelles, celle du quartier et de ses habitants bien sûr, mais plus généralement à l’échelle de l’agglomération dans son ensemble. Pour les géographes, c’est cette relation au territoire qui interpelle. Nous essaierons d’en donner une illustration au travers d’un exemple qui est devenu un cas d’école : la réhabilitation de la friche de la Belle de Mai à Marseille.

La fin d’un site industriel majeur : la Seita ou la manufacture des tabacs

  • 1  P. Mioche, « La manufacture de tabac de la Belle-de-Mai » dans Marseille. La manufacture des tabac (...)

4L’histoire de la manufacture des tabacs et des cigarières qui y travaillaient est connue1. Créée en 1868 en tant qu’industrie d’État à Marseille, à proximité directe de la nouvelle gare Saint-Charles, la manufacture occupe d’emblée une place centrale dans le dispositif industriel du quartier et de la ville. À ce titre, le choix de l’emplacement, qui ne doit rien au hasard, est révélateur : la manufacture se situe en effet non seulement juste à côté des voies ferrées de la nouvelle ligne du PLM, mais aussi au sommet du quartier de la Belle-de-Mai, en contact avec les autres industries de première transformation et avec le port de la Joliette, alors en pleine croissance.

5En outre, quand la manufacture ouvre ses portes en 1868, on peut dire que la ville de Marseille, porte de l’Orient et premier port colonial de France, est presque à son apogée économique. Le commerce portuaire est florissant, et l’ouverture du Canal de Suez en 1869 va donner au port marseillais une autre dimension. Par ailleurs, sur le plan démographique, la ville connaît depuis 1850 une très forte expansion. Ainsi, le contexte dans lequel la manufacture s’implante à la Belle de Mai est éminemment favorable

6Très vite, des investissements sont réalisés, la manufacture gagne en importance et devient le premier pôle d’emplois du quartier. Agrandie à deux reprises, l’usine, devenue propriété de la SEITA, produit 1/5e de la consommation française de tabac (brunes et gauloises sans filtre) dans les années 1960. Elle est alors à son zénith, mais elle va ensuite décliner dans les années 1970 et 1980. D’une part, les goûts des consommateurs évoluent, d’autre part, l’usine, de plus en plus vétuste et enclavée dans le quartier, est contrainte de se délocaliser à Vitrolles pour se moderniser. Après la fermeture définitive en 1990, la manufacture devient l’une des plus grandes friches industrielles intra-urbaines de Marseille et même de France.

7Il faut bien comprendre que la fermeture de « la manu », comme disaient les ouvriers qui y travaillaient, a été un véritable coup de tonnerre pour tout le quartier. Car ici plus qu’ailleurs, c’est vraiment l’usine qui structurait le quartier. La grande majorité des ouvriers de la SEITA et une partie de l’encadrement habitait à proximité de l’usine. Les commerçants, les bars et bureaux de tabac dépendaient en partie de la bonne santé de la manufacture. Or, même si elle est annoncée depuis 1985, la fermeture du site le 1er novembre 1990, qui se solde par la perte de près d’un millier d’emplois, fut très mal vécue par les ouvriers. Dès la fin des années 1980, les conflits se multiplient : une grève éclate en 1987, durant laquelle les ouvriers empêchent la sortie des camions de l’usine. En 1990, pour protester contre la fermeture du site, les ouvriers bloquent la distribution de la nouvelle plate-forme de distribution de Vitrolles, il y a des heurts avec la police.

  • 2  Entretien réalisé par B. Grésillon avec M. Joseph Falco, ancien cadre de la SEITA, le 6 juillet 20 (...)

8M. Falco, cadre à la retraite et ancien directeur de la distribution à l’usine de la Belle-de-Mai puis à celle de vitrolles, se souvient très bien de ces années difficiles. Il confirme, qu’ « avec la fermeture, les ouvriers ont souffert. Les commerçants aussi, et finalement, tout le quartier »2. La fermeture est d’autant plus mal vécue que la clientèle des commerçants était constituée pour la plupart des ouvriers de la manufacture, également habitants du quartier. Or, comme le précise M. Falco, « les salariés de la manufacture avaient un pouvoir d’achat légèrement supérieur à celui des autres habitants de la Belle de Mai ».

9La fin peu glorieuse d’une aventure industrielle de plus d’un siècle laissait a priori mal augurer de la suite, et les interrogations étaient légion sur le devenir du site après la fermeture de l’usine.

De l’industrie à la culture : une nouvelle aventure

10Et pourtant, après une « période de veille » assez courte (NB : c’est une expression employée par les géographes spécialistes des friches urbaines, pour qualifier la période d’attente qui succède à la fermeture d’un site et qui précède sa réouverture sous de nouveaux auspices), l’ancienne usine renaît de ses cendres sous la forme inattendue d’un pôle de création artistique alternatif, autrement dit un regroupement d’artistes dont certains s’installent à demeure et d’autres sont accueillis en résidence pour une période déterminée. Philippe Foulquié, le directeur du théâtre de marionnettes Massalia, devient le directeur de cette nouvelle entité qu’on appellera désormais « La Friche de la Belle de Mai » et qui ouvre ses portes en 1992.

11Pour mieux comprendre la naissance de la Friche, il faut dire deux mots du contexte politique de l’époque. Dès la deuxième moitié des années 1980, Gaston Deferre, l’omnipotent maire de Marseille, avait décidé de restructurer la vie culturelle marseillaise et de lui donner une nouvelle impulsion. Hormis ses deux fleurons – le Théâtre de la Criée dirigé par Marcel Maréchal et le Ballet dirigé par Roland Petit –, Marseille disposait en effet de l’un des plus petits budgets culturels de France et n’avait pas de projet. Ville portuaire, ville commerçante, ville populaire, Marseille et ses édiles, tout au long des XIXe et XXe siècles, se sont peu préoccupés de culture, cette fonction étant traditionnellement dévolue à la rivale Aix-en-Provence. Mais l’arrivée du dynamique Jack Lang au ministère de la culture en 1981, suivie en 1982-1983 du vote des lois dites « Deferre » de décentralisation, changent la donne à la fois sur le plan national et sur les plans régional et local. Les communes comme Marseille, jusque-là peu enclines à développer un tissu culturel puissant, comprennent progressivement le parti culturel (en termes de projets, d’événements, de rayonnement et d’image) qu’elles peuvent tirer de leurs nouvelles prérogatives politiques.

12Après la mort de Gaston Deferre en 1986, c’est son successeur Robert Vigouroux qui mettra en acte la volonté politique de son mentor, grâce notamment à l’action de l’adjoint à la culture Christian Poitevin – plus connu sous son nom d’écrivain Julien Blaine. Ainsi, coup sur coup, le Théâtre du Gymnase est rénové et rouvert, le Théâtre des Bernardines et le Théâtre Massalia sont tous deux créés en 1987, le Musée d’art moderne (MAC) est inauguré. Il manque encore à Marseille un vaste lieu de création in situ, une sorte de « pépinière d’artistes et de compagnies » de dimension supra-régionale, à l’image de ces lieux culturels alternatifs qui commencent à fleurir dans certaines capitales européennes, à commencer par la voisine et rivale Barcelone.

13En 1990, Christian Poitevin mandate Philippe Foulquié (directeur du théâtre de marionnettes Massalia) et Alain Fourneau (directeur du Théâtre des Bernardines) pour monter un projet culturel autour des arts du spectacle. Deux ans plus tard, le projet est installé dans l’ancienne usine de la SEITA, dont le terrain est racheté à la SEITA par la ville de Marseille. Autrement dit, d’emblée, il ne s’agit pas d’une friche culturelle spontanée, qui procède à l’origine presque toujours d’un lieu abandonné, squatté, occupé illégalement puis progressivement rénové par des groupes d’artistes. Ici, c’est le politique qui est à l’initiative du projet, et qui mandate des acteurs culturels locaux pour le monter. Du coup, le site industriel n’a été ni fracturé, ni squatté, il n’y a pas eu de descentes de police pour faire évacuer les lieux puisque l’occupation était légale. Cette naissance sans douleur nous donne trois indications pour le futur. Tout d’abord, la Friche de la Belle de Mai n’est pas née d’un mouvement autonome et spontané d’artistes squatteurs. Elle fait partie d’une stratégie de politique culturelle et ainsi, elle sera toujours soutenue et subventionnée par les pouvoirs publics. Ensuite, pour l’animer, la Ville fait appel à deux équipes déjà constituées et instituées, celles du Théâtre Massalia et celle du Théâtre des Bernardines, autour desquelles vont s’agréger d’autres créateurs de divers horizons artistiques, mais qui seront tous regroupés au sein d’une structure unique qui s’intitule Système Friche Théâtre, dirigée jusqu’à aujourd’hui par Philippe Foulquié. Cette structure, gérée par des professionnels, non seulement fédère tous les artistes et toutes les compagnies travaillant à la Friche, mais elle permet de surcroît d’éviter les dissensions internes entre les artistes-squatteurs qui, parfois, dans les friches « spontanées », minent voire condamnent le projet originel. Enfin, l’accent est mis sur le spectacle vivant, c’est-à-dire sur le théâtre sous toutes ses formes, sur la musique (électronique surtout) et sur la danse, genres auxquels viennent s’ajouter les arts plastiques. C’est sous ces auspices que la Friche de la Belle de Mai naît et se développe rapidement dans les années 1990, dans un contexte urbain et architectural particulier.

14Dans l’agglomération marseillaise, le quartier de la Belle de Mai occupe une place à part, à la fois dans la topographie et dans l’imaginaire. Située en zone péricentrale, à la charnière du centre-ville et des quartiers Nord, la Belle de Mai évoque un quartier-village, un quartier populaire et industriel marqué par l’immigration italienne, longtemps forteresse des mouvements ouvriers, aujourd’hui touché de plein fouet par la crise économique et sociale.

15Quant à l’ancienne manufacture des tabacs, elle constitue un patrimoine industriel de tout premier ordre. Tout d’abord par son ampleur : quatre îlots situés rue Guibal (voir carte), le long des voies ferrées menant à la gare Saint-Charles, qui totalisent ensemble 120.000 m2 de terrain. De plus, chaque îlot est le témoin fidèle de l’architecture industrielle en vogue à l’époque de sa construction : la deuxième moitié du XIXe siècle pour l’îlot 1, le plus ancien ; les années 1930 pour l’îlot 2 ; les années 1950 pour l’îlot 3.

La réhabilitation de l'ancienne manufacture des tabacs

La réhabilitation de l'ancienne manufacture des tabacs

Source : ville de Marseille, 2001, 2004

16L’ancienne manufacture, de par la qualité de son patrimoine architectural et par sa situation privilégiée à proximité de la gare Saint-Charles, offre des opportunités de requalification urbaine et économique dont les pouvoirs publics ont saisi l’importance. La Ville de Marseille a progressivement acquis les trois îlots, pour lesquels elle est aujourd’hui maître d’ouvrage. C’est ainsi qu’avec ses partenaires institutionnels et financiers – Région PACA, Département des Bouches-du-Rhône, Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Établissement Public d’Aménagement Euroméditerranée –, elle a attribué à chaque îlot une vocation.

  • - l’îlot 1 (24 000 m2), dont la réhabilitation fut achevée en 2000, est dénommé « îlot du patrimoine » ; il accueille les archives municipales, les réserves des musées de Marseille et le Centre Interrégional de Conservation et de Restauration du Patrimoine.

  • - l’îlot 2 (30 000 m2), achevé en 2004, fait figure d’« hôtel d’entreprises des industries culturelles de l’audiovisuel et de la communication ». Concrètement, il accueille des studios de production audiovisuelle et cinématographique. C’est notamment là qu’est tourné le feuilleton quotidien à succès « Plus belle la vie ».

  • - l’îlot 3 (45 000 m2), en tant que « pôle de la création contemporaine », accueille l’association Système Friche Théâtre et l’ensemble des artistes et compagnies résidents. Il compose à proprement parler « la Friche Belle de Mai ».

  • - enfin, ce qui fut un temps présenté dans les plans d’urbanisme comme l’îlot 4 (30 000 m2), en cours de préfiguration sur les lieux de l’ancienne Maternité de la Belle de Mai, est détaché du reste. Il accueillera des équipements sociaux et un hôtel d’entreprises dédiées aux industries culturelles.

17Ce découpage en recoupe un autre : l’îlot 1 est un pôle public (moqué d’ailleurs par les artistes de la Friche qui en parlent comme « l’îlot des fonctionnaires »), l’îlot 2 un pôle économique tourné vers les industries culturelles (« l’îlot des capitalistes de la culture ») ; l’ilôt 3 un pôle artistique.

  • 3  Source : documents internes et site Internet : www.lafriche.org.

18S’il est encore un peu tôt pour dresser un premier bilan des conséquences de cette vaste opération de réhabilitation urbaine, il est clair, en revanche, qu’elle constitue un facteur de développement local essentiel à l’échelle du 3e arrondissement voire de l’agglomération marseillaise. En termes économiques, 500 salariés travaillent d’ores et déjà sur l’ensemble du site, tandis qu’on prévoit à terme la création de 1000 emplois sur l’îlot 2. La seule Friche Belle de Mai – Système Friche Théâtre gère un budget annuel de deux millions d’Euros, emploie 45 salariés et héberge 350 artistes permanents répartis dans une soixantaine de structures artistiques. Plus de 500 événements y sont proposés chaque année, 180 projets de coopération internationale s’y développent vers 40 pays3. Le rayonnement de la Friche est désormais national voire international. Mais qu’en est-il de son influence locale ?

La friche dans son environnement local : des rapports ambigus

19Paradoxalement, la Friche est plus identifiée et reconnue en tant que pôle culturel et économique à l’échelle métropolitaine d’une part, et à l’échelle nationale voire internationale d’autre part, qu’à l’échelon local.

  • 4  C’est ce que montrent notamment trois étudiantes en géographie, Sophie Gras, Laetitia Lançon, Aman (...)

20La Friche Belle de Mai présente en effet un paradoxe géographique étonnant : il s’agit d’un lieu perçu comme ouvert à l’échelle nationale et internationale et comme relativement fermé à l’échelle du quartier. En effet, aux échelles supérieures, ou plus simplement vu de Paris ou de Bruxelles (l’Union européenne a participé au développement du lieu à travers les fonds du FEDER, et la Friche fait aujourd’hui partie du programme européen « Cities on the Edge »), la Friche est perçue comme un lieu éminemment ouvert : aux expériences artistiques les plus diverses, à l’expérimentation sociale et éducative, aux gens du quartier, bref un lieu a priori ouvert à tous. En revanche, à l’échelle locale, la Friche est vue par certains habitants du quartier comme un lieu fermé sur lui-même. C’est du moins ce qu’a révélé une enquête réalisée auprès des habitants par un groupe d’étudiants à la fin de l’année 20024.

  • 5  Entretien réalisé avec Philippe Foulquié en 2003.

21Cet apparent paradoxe s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord, par la géographie. Même si l’on a vanté précédemment la situation de la Friche à proximité du centre-ville et de la gare Saint-Charles, vu du quartier, le constat est autre. De fait, la Friche apparaît doublement pénalisée par sa localisation excentrée dans le quartier et par l’architecture même du lieu, qui évoque, aux dires mêmes d’un responsable de Système Friche Théâtre, une « forteresse ». Philippe Foulquié a d’ailleurs tout à fait conscience de ce handicap physique. Il parle de l’ancienne manufacture de la SEITA comme d’un « fanal déchu » ou d’un château-fort, situé au sommet du quartier mais qui lui tourne le dos, qui fait face au chemin de fer et auquel on n’accède que par trois tunnels »5. De fait, l’ancienne manufacture, ceinte de hauts murs et dont les accès étaient très limités, n’était évidemment pas destinée à recevoir du public ni à fonctionner comme un lieu ouvert et accessible. Or, il est extrêmement difficile de s’affranchir de telles contraintes physiques pour créer un lien avec le quartier. Ce sera d’ailleurs l’un des défis à relever pour l’équipe de la Friche et pour la Société coopérative qui gère le site (SCIC, cf. plus loin) dans les années à venir.

  • 6  Idem.
  • 7  Voir les nombreux interviews de Bernard Latarjet parus dans la presse locale en novembre et décemb (...)

22Par ailleurs, il ne faut pas minimiser le poids de l’histoire industrielle et sociale du lieu, qui lui conférait de nombreux atouts, notamment en termes d’emplois locaux, et qu’aucun équipement culturel le plus dynamique soit-il ne peut remplacer. Philippe Foulquié évoque aussi ce fardeau de l’histoire lorsqu’il compare la crise de la SEITA et la fermeture du site à « l’explosion du sommet, comme un volcan. C’était l’épicentre de la crise »6. Or, la Friche de la Belle de Mai n’a pas été pensée par les pouvoirs publics et par ses concepteurs comme un projet urbain visant la réhabilitation du quartier ou comme un équipement socio-culturel de quartier, mais comme un projet artistique métropolitain. La Friche est associée à la politique culturelle de Marseille métropole, dont elle constitue, pour reprendre l’expression de Philippe Foulquié, un « fanal » de première importance. Preuve de cette importance : la Friche et son rayonnement constituent aujourd’hui l’un des atouts majeurs du projet de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. Ce n’est pas non plus un hasard si Bernard Latarjet, directeur de l’opération Marseille-Provence 2013, a décidé d’installer ses bureaux à la Friche (jusqu’en 2010). Aujourd’hui, le dynamisme culturel de la Friche et le potentiel économique des îlots 2 et 3 sont ainsi mis en avant à la fois par le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et par Bernard Latarjet7.

  • 8  Le coût global de la réhabilitation des îlots 1, 2 et 3 est estimé en 2001 à 74 millions d’euros d (...)

23De manière plus inattendue et plus précoce, dès 1995, après moins de trois ans d’existence, les trois îlots de la Friche sont intégrés au périmètre d’Euroméditerranée, vaste opération de revalorisation économique et urbaine pilotée par l’Etat, opération d’intérêt national qui n’a pas vocation à faire du social ni du culturel malgré quelques déclarations d’intention. À l’inverse – et c’est un constat cruel –, le reste du 3e arrondissement est intégré, quant à lui, au périmètre du Grand Projet de Ville (GPV) qui concerne les quartiers Nord en difficulté. Autrement dit, sur le plan institutionnel et des politiques urbaines, les trois îlots de la Friche sont traités sur un tout autre mode et selon de tout autres logiques que le quartier auquel ils appartiennent. Une telle distinction ne saurait favoriser les rapprochements ni les convergences d’intérêt. D’ailleurs, lorsqu’on se promène dans les environs de la Friche, le contraste est patent entre les espaces réhabilités des trois îlots et l’habitat en partie taudifié qui le jouxte : il suffit de descendre la rue Clovis Hugues pour le constater. L’injection massive de capitaux publics8 aux portes d’un quartier paupérisé ne peut que poser question à l’observateur et à l’habitant sur les retombées des trois îlots sur leur environnement local.

24Enfin, la Friche de l’îlot 3 n’a pas pour mission d’être un centre social ou un centre d’animation socio-culturelle de quartier. Il s’agit d’un pôle artistique à vocation supra-régionale : ce message est martelé et rappelé sans relâche par Philippe Foulquié, qui rappelle au passage – nous citons ici un extrait d’une interview accordé en 2005 au magazine Les Inrockuptibles – « Cette injonction à nouer des relations avec le quartier est un peu pesante, on ne la pose jamais aux responsables de la Criée ». Autrement dit, l’ilôt 3 n’a pas pour vocation première d’attirer à tout prix les habitants du 3e arrondissement à des manifestations socio-culturelles ou autres fêtes de quartier, organisées par ailleurs par le CIQ par exemple.

25Mais en fait, les choses sont beaucoup plus complexes. Philippe Foulquié lui-même est ambigu lorsqu’il déclare : « Malgré tout, le lien au quartier est privilégié » et qu’il évoque pêle-mêle la création d’un cybercafé destiné aux jeunes du quartier (« l’un des tout premiers en France ») ou encore des jumelages éducatifs entre la Friche et des établissements scolaires de la Belle de Mai. De fait, à la demande des responsables locaux de la Politique de la Ville, la Friche s’est investie dans différents programmes à fort contenu social. Ainsi, les fonds du Développement Social Urbain (DSU) ont financé de nombreux projets, individuels et collectifs, qui tissent des liens entre la Friche et le quartier. Trois projets principaux ont ainsi été développés : le jumelage entre le Réseau d’Education Prioritaire Saint Mauront/Belle de mai et la Friche (qui organise des ateliers artistiques pour des élèves du quartier, de la maternelle au lycée), l’Espace Culture Média (cf. cybercafé, salle d’ordinateurs et plate-forme multimedia qui accueillent les jeunes du quartier en leur dispensant parfois une formation à l’informatique et à Internet) et le projet Médiation, qui prévoyait d’embaucher des jeunes du quartier pour veiller à la sécurité du site ainsi qu’à l’accueil et l’orientation des visiteurs.

Intérieur de la salle du restaurant « les grandes tables » de la Friche de la Belle de Mai

Intérieur de la salle du restaurant « les grandes tables » de la Friche de la Belle de Mai

Cliché de l’auteur

26Par conséquent, de l’intervention culturelle dans le quartier à l’initiation à l’art, en passant par la création, directe ou indirecte, d’emplois pour les habitants, les rôles de la Friche dans le quartier sont multiples. Même si entretemps, certains projets se sont essoufflés et d’autres ont été abandonnés (cf. « le Moulin du Mai », qui avait pour ambition de proposer des ateliers hors temps scolaire, dans ou hors les murs de la Friche), d’autres encore ont vu le jour. Donc, sans être revendiqué ni même mis en avant par ses responsables, le rôle « social » de la Friche, de fait, existe bel et bien.

Cirque occupant le parking arrière de la Friche la Belle de Mai

Cirque occupant le parking arrière de la Friche la Belle de Mai

Cliché de l’auteur

27L’histoire de l’ancienne manufacture de tabacs et de sa reconversion en pôle culturel et économique est riche de rebondissements ; et elle n’est pas terminée. En vingt ans, grâce à la volonté des premiers acteurs de la reconversion (les artistes) et au soutien des pouvoirs publics, un petit collectif d’artistes s’est mué en entreprise culturelle, et aujourd’hui, le nom « Friche Belle de Mai » est devenu un label que la Ville de Marseille aime à mettre en avant. En termes de reconversion ainsi qu’en termes d’image, on peut dire que l’opération est un succès. En termes d’insertion dans l’environnement immédiat ou du moins de retombées positives pour les habitants du quartier, on se doit d’être plus nuancé. Gageons toutefois que la nouvelle aventure de la Friche, transformée récemment en SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) dotée d’un bail emphytéotique de 45 ans, lui permettra de donner corps à son projet initial (« un projet culturel pour un projet urbain ») et d’agir plus directement sur son environnement urbain et social.

28Néanmoins, suite au lancement des projets artistiques et éducatifs qui ont joué un rôle pionnier dans les liens tissés entre la Friche et les habitants du quartier, l’économique semble prendre aujourd’hui le relais du seul potentiel culturel. Non seulement la Friche semble être progressivement acceptée par les habitants du quartier de la Belle-de-Mai car elle fait partie du paysage, mais surtout, avec la montée en puissance de l’îlot 2 dédié aux industries culturelles, les retombées positives en termes d’activités commencent tout doucement à se faire sentir (cf. restaurant, café, hôtel d’entreprises culturelles dans l’ancienne maternité, crèche programmée sur lîlot 3 et terrain de sport en projet).

Préfabriqués abritant les locaux de « Système Friche Théâtre » et de radio Grenouille, le long des voies ferrées de la gare Saint-Charles

Préfabriqués abritant les locaux de « Système Friche Théâtre » et de radio Grenouille, le long des voies ferrées de la gare Saint-Charles

Cliché de l’auteur

  • 9  Sur la problématique de la gentrification, voir la conclusion de l’article de B. GrÉsillon et C. B (...)
  • 10  Cf. B. GrÉsillon, « Les capitales européennes de la culture : des villes ‘créatives’ ? », Urbanism (...)

29Cela dit, ce processus d’acceptation progressif et d’intégration dans le tissu local n’en est qu’à ses débuts. On est encore loin de la formation d’un véritable « cluster culturel » dynamique, rayonnant sur tout le quartier au point d’y attirer de nouvelles couches de population aisées, selon un processus de gentrification en vigueur dans de nombreuses autres métropoles européennes9. Cela dit, lorsqu’on constate l’ampleur des constructions de bureaux et de logements dans le quartier voisin de la Joliette, lorsqu’on observe la mue de la rue de la République en magistrale avenue haussmannienne réhabilitée et accueillant en son centre le tramway flambant neuf, lorsqu’on perçoit la volonté des pouvoirs publics de « requalifier » l’ensemble de ces anciens quartiers populaires (La Joliette, Le Panier, Belzunce, la Belle de Mai autour des trois îlots), lorsque, enfin, on prend en considération l’intensité des transformations à l’œuvre dans les villes ayant reçu le label de « capitale européenne de la culture »10, on peut en conclure que tous les éléments sont volontairement réunis pour qu’un processus de gentrification s’appuyant sur des pôles culturels comme la Friche voie le jour, quitte à créer des tensions entre anciens et nouveaux habitants (cf. photo du graffiti : « Le centre-ville est à tout le monde »). Les prochaines années nous permettront d’affiner cette analyse.

Graffiti à proximité de la gare Saint-Charles

Graffiti à proximité de la gare Saint-Charles

Cliché de l’auteur

Haut de page

Bibliographie

L. Andres, « La ville mutable. Le cas de la Friche de la Belle-de-Mai », Faire Savoirs, n° 8, décembre 2009, p. 111-120.

L. Andres, « La ville mutable. Mutabilité et référentiels urbains : les cas de Bouchayer-Viallet, de la Belle-de-Mai et du Flon », Thèse de doctorat d’urbanisme et d’aménagement, UMR Pacte, Université Pierre Mendès-France (Grenoble), 2008.

J.-F. Augoyard, « L’action artistique dans l’espace urbain » dans J. Métral (dir.), Cultures en ville, ou de l’art et du citadin, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 2000, p. 17-31.

F. Bianchini et M. Parkinson, Cultural Policy and Urban Regeneration: the West European experience, Londres, Manchester University Press, 1993.

C. BÉnit et B. Grésillon, « Des tabacs à l’art contemporain. La réhabilitation de la manufacture de la Belle de Mai et ses conséquences sur le quartier », Industries en Provence, n° 10, décembre 2002, p. 20-24.

A. Donzel, Marseille, l’expérience de la cité, Paris, Anthropos, 1998.

A. Forestier, P. Mioche et alii (2001), Marseille, d’un destin l’autre. La manufacture des tabacs de la Belle-de-Mai, Marseille, Images en manœuvre, 2001.

P. FoulquiÉ, « La Friche de la Belle de Mai et l’international » dans Marseille, La culture dans tous ses états, Marseille, septembre 2007, p. 30-31.

S. Gras S., L. Lançon, A. Roure (2002), « L’impact socio-économique de la Friche sur le quartier Belle de mai Saint-Mauront », mémoire de licence, Université de Provence, juin 2002.

M. Gravari-Barbas, « Les friches culturelles : jeu d’acteurs et inscription spatiale d’un « anti-équipement » culturel » dans C. Siino, F. Laumière et F. Leriche, Métropolisation et grands équipements structurants, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 277-300.

N. Girard et B. GrÉsillon, « Équipements culturels et métropolisation dans la région marseillaise » dans C. Siino, F. Laumière et F. Leriche, Métropolisation et grands équipements structurants, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 217-234.

B. GrÉsillon, « Les capitales européennes de la culture : des villes ‘créatives’ ? », Urbanisme, numéro spécial sur les villes créatives, parution juillet 2010.

Journal de la Friche Belle de Mai, « Bernard Latarjet. Marseille Provence 2013 : mieux produire pour mieux diffuser », novembre 2007.

Le Ravi, « Quand j’entends le mot culture, je sors ma candidature », n° 45, octobre 2007.

F. Lextrait et F. Kahn (dir.), Nouveaux territoires de l’art, Paris, Ed. Sujet-Objet, 2006.

Marseille L’Hebdo, « Marseille 2013 aura ses grands moments populaires », 24 novembre 2007.

P. Mioche, « La manufacture de tabac de la Belle de Mai » dans Marseille. La manufacture des tabacs de la Belle-de-Mai. D’un destin l’autre, Ville de Marseille, Ed. Images en manœuvre, p. 86 et suiv.

F. Raffin, « Du nomadisme urbain aux territoires culturels : la mise en culture des friches industrielles à Poitiers, Genève et Berlin », dans J. Métral (dir.), Cultures en ville, ou de l’art et du citadin, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 2000, p. 51-68.

L. Rouleau-Berger, « Cultures de friches à Marseille », Les Annales de la recherche urbaine, n° 70, 1996, p. 16-25.

SCIC La Friche de la Belle-de-Mai / ARM Architecture (2008), Schéma directeur de l’îlot 3, Jamais deux sans trois, Marseille, La Friche Belle-de-Mai, septembre 2008

M. Vanhamme et P. Loubon, Arts en friches. Usines désaffectées : fabriques d’imaginaires, Paris, Ed. Alternatives, 2001.www.lafriche.org

Haut de page

Notes

1  P. Mioche, « La manufacture de tabac de la Belle-de-Mai » dans Marseille. La manufacture des tabacs de la Belle-de-Mai. D’un destin l’autre, Marseille, Ville de Marseille, Ed. Images en manœuvre, 2001, p. 86 et suivantes.

2  Entretien réalisé par B. Grésillon avec M. Joseph Falco, ancien cadre de la SEITA, le 6 juillet 2005 à Marseille. NB : cet entretien, comme de nombreux autres, a été réalisé pour les besoins d’une vaste enquête, menée dans plusieurs villes de France, sur la « collecte de la mémoire ouvrière dans les anciennes usines de la SEITA ». L’enquête de Marseille a été pilotée par Philippe Mioche, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Provence.

3  Source : documents internes et site Internet : www.lafriche.org.

4  C’est ce que montrent notamment trois étudiantes en géographie, Sophie Gras, Laetitia Lançon, Amanda Roure dans leur mémoire de Licence intitulé L’impact socio-économique de la Friche sur le quartier Belle de mai Saint-Mauront, Université de Provence, juin 2002.

5  Entretien réalisé avec Philippe Foulquié en 2003.

6  Idem.

7  Voir les nombreux interviews de Bernard Latarjet parus dans la presse locale en novembre et décembre 2007. Voir aussi l’interview publié dans le Journal de la Friche Belle de Mai de novembre 2007, intitulé « Bernard Latarjet. Marseille Provence 2013 : mieux produire pour mieux diffuser ». Pour mémoire, Bernard Latarjet fut conseiller de François Mitterrand dans les années 1980 et Président du Parc de la Cité des sciences de la Villette à Paris.

8  Le coût global de la réhabilitation des îlots 1, 2 et 3 est estimé en 2001 à 74 millions d’euros dont 46 % sont financés par la Ville de Marseille, 13 % par l’Etat, 10 % par le FEDER, 10 % par le Département, 8 % par la Région, et 5 % par la Communauté Urbaine.

9  Sur la problématique de la gentrification, voir la conclusion de l’article de B. GrÉsillon et C. BÉnit, « Des tabacs à l’art contemporain. La réhabilitation de la manufacture de la Belle de Mai et ses conséquences sur le quartier », Industries en Provence, n° 10, décembre 2002. Plus récemment, voir les comptes-rendus des séminaires sur « culture et gentrification » organisés à la Friche par Système Friche Théâtre et l’association « Un centre-ville pour tous » depuis l’automne 2009 dans le cadre de la manifestation intitulée « Pensons le matin ».

10  Cf. B. GrÉsillon, « Les capitales européennes de la culture : des villes ‘créatives’ ? », Urbanisme, numéro spécial sur les villes créatives, parution juillet 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La réhabilitation de l'ancienne manufacture des tabacs
Crédits Source : ville de Marseille, 2001, 2004
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Intérieur de la salle du restaurant « les grandes tables » de la Friche de la Belle de Mai
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Cirque occupant le parking arrière de la Friche la Belle de Mai
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3977/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Préfabriqués abritant les locaux de « Système Friche Théâtre » et de radio Grenouille, le long des voies ferrées de la gare Saint-Charles
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3977/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Graffiti à proximité de la gare Saint-Charles
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3977/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Grésillon, « La reconversion d’un espace productif au cœur d’une métropole : l’exemple de la Friche de la Belle de Mai à Marseille », Rives méditerranéennes, 38 | 2011, 87-101.

Référence électronique

Boris Grésillon, « La reconversion d’un espace productif au cœur d’une métropole : l’exemple de la Friche de la Belle de Mai à Marseille », Rives méditerranéennes [En ligne], 38 | 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/3977 ; DOI : 10.4000/rives.3977

Haut de page

Auteur

Boris Grésillon

Boris GRÉSILLON est maître de conférences en géographie, urbanisme et aménagement et chercheur à l’UMR TELEMME. Spécialiste de géographie urbaine et industrielle et de géographie culturelle, ses champs de recherche portent sur l’art et les artistes, les politiques urbaines, les friches culturelles, les capitales européennes de la culture, Marseille-Provence 2013. Il a notamment publié De la terre et des hommes. Histoire de la tuilerie des Milles, 1882-2007, avec O. Lambert et Ph. Mioche, Ed. Ref.2C + Lafarge, Mirabeau, 2007, 176 p., et L’Allemagne vingt ans après…, coll. La Documentation photographique, Paris, La Documentation française, 2009, 64 p.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org