Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Gérard Chastagnaret, « Espaces et pouvoirs : de la fausse découverte à de vrais problèmes » dans E (...)

« L’espace n’est pas neutre parce que les individus ou les groupes sociaux en font l’outil ou le support de leurs multiples stratégies »1.

1La nouvelle livraison de Rives méditerranéennes rassemble une partie des résultats d’une recherche collective développée par le groupe d’histoire sociale de l’UMR TELEMME « Acteurs sociaux, acteurs économiques et organisation des espaces » au cours de trois journées d’études consacrées à « La conversion des espaces, produits des rapports sociaux » en mai 2005, juin 2006 et mai 2007 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

2Entre 2004 et 2007, ce groupe de recherche s’était donné pour objectif général l’étude du rôle des relations sociales dans la construction et l’organisation des espaces. Ce dernier terme était entendu dans une acception large, incluant les domaines urbains et ruraux. De même, la dimension culturelle et psychologique de l’objet de recherche impliquait la prise en compte des espaces « immatériels », qu’ils soient perçus ou projetés. Prises dans la pluralité de leurs natures, les organisations et les constructions spatiales ont été étudiées comme des moyens de mettre en évidence les ressorts et les logiques des rapports sociaux et leurs évolutions en Méditerranée, des Lumières à nos jours. Qu’il s’agisse des acteurs ou des espaces, l’approche méthodologique reposait sur la confrontation de plusieurs niveaux d’analyse. Pour les acteurs, les réseaux de personnes, les groupes et les individus ont été étudiés pour eux-mêmes et dans leurs interrelations. Il en allait de même pour l’espace, traité du quartier urbain à l’espace national. Des travaux portant aussi bien sur la construction du lien social que sur l’étude des tensions, en milieu urbain comme dans le monde rural, dans l’entreprise comme dans le cadre associatif, ont permis de questionner les relations entre les acteurs économiques et sociaux et la structuration des espaces. Cette diversité des niveaux d’analyse ne devait en rien constituer une segmentation de la recherche mais offrir au contraire un moyen d’aborder l’objet d’étude sous différents angles. Au final, il s’agissait de combiner approches micro et macro historiques, dans le cadre d’une comparaison Euro-méditerranéenne et dans une perspective diachronique de plus de trois siècles.

3Le choix d’une interrogation spécifique sur la reconversion et la mutation des espaces de production comme laboratoire d’analyse pertinent pour l’étude des rapports sociaux en Europe méridionale est venu du constat suivant : en Méditerranée comme ailleurs, les territoires industriels et agricoles ont été affectés par de nombreux changements et par plusieurs moments de reconversion d’activités. A ce titre, c’était une vision sur le temps long qui s’offrait pour l’enquête, en même temps qu’une possibilité de travailler sur l’impact de l’événement court et de la durée du changement dans le processus de construction ou de reconstruction des rapports sociaux et de l’identité sociale. La grammaire des temporalités des mutations et des reconversions territoriales s’étale en effet des lents processus d’industrialisation ou de modernisation agricole aux moments de crises soudaines et violentes, souvent porteuses de changements radicaux en termes d’activités et génératrices d’imaginaires instrumentalisés par les acteurs sociaux. L’espace de production permettait également de réfléchir à partir d’échelles variées, allant du quartier industriel à la région, en passant par le territoire urbain.

4Comment lire les enjeux sociaux qui s’exercent lorsqu’un lieu change de fonction, de vocation, d’usage, de représentation ? La conversion de l’espace peut être le fruit d’une planification mais elle peut aussi être spontanée. De même, les transformations peuvent se faire harmonieusement ou susciter le conflit ; elles peuvent être spectaculaires ou insidieuses, accompagner ou heurter les représentations en cours. L’étude des enjeux de ces conversions d’espaces devait alors être affinée, afin de mieux percevoir les stratégies en termes de profit économique mais aussi d’affirmation et d’encadrement social. Par la confrontation d’études de cas, du XVIIIe siècle à nos jours, il devait être possible de préciser des temps forts chronologiques, en relation avec les rythmes de l’histoire urbaine, ceux de l’histoire rurale, de l’histoire des techniques, de l’histoire du droit, ce qui permettait de mieux saisir une histoire sociale des usages des espaces de logement, de production, de loisirs.

5Ce numéro de six contributions mêlant recherche pluridisciplinaire (histoire moderne et contemporaine, géographie humaine et histoire de l’art), analyse sur la longue durée et terrains d’enquête variés en Espagne, en France et en Italie, nous offre finalement une lecture ambivalente de l’objet d’études. D’un côté, les mutations et les conversions qui affectent les espaces de production permettent de faire ressortir la prégnance des attachements du quotidien, des cadres techniques et scientifiques, et la contrainte des héritages dans la structuration des rapports sociaux et la construction du lien social pour l’Europe méditerranéenne. Les contributions de Corinne Marache sur la timide régénérescence de la forêt de la Doube dans le Périgord du XIXe siècle, et de Roland Courtot sur la « littoralisation » progressive de l’économie et de la population contemporaines du Bas-Languedoc illustrent parfaitement ces divers éléments. D’un autre côté, et dans le même temps, les autres contributions révèlent également certaines caractéristiques, bien différentes, et liées aux répercussions sociales de transformations soudaines et profondes. La puissance du lien entre identité sociale et identité spatiale se dégage très nettement de toutes les contributions mais elle se combine avec une perception forte des ruptures, mettant en évidence le caractère finalement fragile et donc éminemment historique de ce lien. La brutalité d’un changement met toujours à mal l’identité sociale d’un espace et les rapports sociaux qui sont à l’œuvre sur celui-ci. Il peut générer des conflits lourds et entraîner une difficile reconstruction du vivre et du travailler ensemble. Le temps de la désindustrialisation évoqué pour la Catalogne des colonies industrielles par Gracia Dorel-Ferré, pour la manufacture des tabacs de la Belle-de-Mai à Marseille par Boris Grésillon et pour les zones industrialo-portuaires napolitaines par Roberto Parisi démontre d’une manière significative cet état de situations. Dans la construction et l’évolution des rapports sociaux, la recherche sur les conversions des espaces de production permet de redonner son importance au temps.

6Au final, quand l’usage économique d’un espace change, que reste-t-il de l’identité sociale et des rapports sociaux qui l’ont fait fonctionner ? Cela dépend aussi bien des conditions et des conséquences du changement que des niveaux d’acceptation de ce dernier par les acteurs qui composent le territoire et, comme le montre le travail de Jean-Michel Minovez sur le Midi industriel dans le temps long, de leurs interrelations dans la genèse et la conduite des processus de reconversion ou de transformation des activités.

Haut de page

Notes

1  Gérard Chastagnaret, « Espaces et pouvoirs : de la fausse découverte à de vrais problèmes » dans Espaces et pouvoirs locaux, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1994, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Américi et Olivier Raveux, « Avant-propos », Rives méditerranéennes, 38 | 2011, 7-9.

Référence électronique

Laurence Américi et Olivier Raveux, « Avant-propos », Rives méditerranéennes [En ligne], 38 | 2011, mis en ligne le 15 février 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/3969

Haut de page

Auteurs

Laurence Américi

Laurence Américi est maître de conférences à l'Université de Provence où elle enseigne l'histoire. Elle mène ses recherches au sein de l'UMR TELEMME qui portent principalement sur l'histoire du XIXe siècle, l'histoire sociale, l'histoire du travail. En 2010, en collaboration avec Xavier Daumalin, elle a publié Les dynasties marseillaises de la Révolution à nos jours, Éditions Perrin, Paris, 515 pages.

Articles du même auteur

Olivier Raveux

Olivier Raveux est chargé de recherche  au CNRS et spécialiste d’histoire économique et sociale de la Méditerranée moderne et contemporaine à l’UMR TELEMME. Ses recherches portent sur les transferts de technologie en Méditerranée (XVIIe-XIXe siècle) et le commerce eurasiatique (XVIIe-XVIIIe siècles). En 2010, il a notamment co-dirigé l'ouvrage Los niveles de vida en España y en Francia (siglos XVIII-XX),avec Chastagnaret Gérard, Daumas Jean-Claude et Escudero Antonio, Publicaciones de la Universidad de Alicante, Alicante, 390 pages. 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org