Navigation – Plan du site
2010

Une île de Violence : le traitement médiatique du « Problème corse » (1965-2007)

Lisa d’Orazio
p. 95-108

Résumés

Cette publication revient sur la médiatisation de ce que l’on nomme « le problème corse », à savoir la situation de violence et de revendications nationalistes et régionalistes qui existent en Corse depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui. Cette étude porte sur des magazines et des documentaires de 1965 à nos jours. On verra ainsi comment l’expression « problème corse » est née sous l’œil des caméras en 1965 dans l’émission 5 Colonnes à la Une qui est venue enquêter sur les premiers plasticages dans l’île. Nous étudierons les différents modes de traitement de ce problème dans des émissions nationales et régionales et surtout comment le discours télévisé est passé du « problème corse » à « la dérive corse ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Midi

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Quelques exemples d’ouvrages : Thierry DESJARDINS, La Corse à la dérive, Paris, Plon, 1977, ou enc (...)

1Ile française, située au cœur de la Méditerranée, la Corse a une histoire complexe. Les questions identitaires y sont fortes aussi bien au niveau médiatique que politique ou culturel. On parle à ce propos de « problème corse ». Qu’est ce que le « problème corse » ? C’est un problème d’être, de « nature » aux diverses facettes : problème d’identité, de culture, politique, de société ou d’économie. « Corse des années ardentes », « Corse de la métamorphose », « Corse, la poudrière », « le crépuscule des Corses » : analyser le « problème », « la question », « le malaise » ou « la dérive » corses parait une gageure dans la mesure où la neutralité semble exclue de la terminologie de titres d’ouvrages, de presse ou d’émissions, tous exclusivement consacrés à l’île et réalisés la plupart du temps par des insulaires, universitaires et journalistes1. Celui-ci est donc un sujet traité par les médias, souvent de manière incomplète et surtout au travers de ses manifestations violentes (attentats, assassinats, rassemblements d’hommes en armes). Quelle image du « problème corse » est donnée par la télévision française ?

2Comment cette dernière a-t-elle évolué durant ces 30 dernières années ? Le « problème corse » est-il devenu celui de « la dérive corse » ou bien de la « dérive française » ?

3Dans une île où les revendications identitaires sont fortes, l’image et la création d’un imaginaire revêtent une importance particulière.

Vers une reconnaissance du problème corse à la télévision

  • 2  L’on pourrait se référer à des ouvrages comme Colomba de Prosper Merimée, Les frères Corses d’Alex (...)

4Le thème est ancien. Il apparaît dès les débuts de la IIIe République. Les divers enquêtes et rapports administratifs qui s’interrogent sur les difficultés de la Corse soulignent que la région est restée à l’écart des progrès de la civilisation. On retrouve ces lieux communsdans la littérature également dans laquelle la Corse est figurée comme le conservatoire des coutumes d’un autre temps, le lieu des passions et de la violence exacerbées2.

5La terminologie « problème corse » n’apparaît qu’en 1965 dans un contexte bien défini. En effet, l’île se modernise grâce à un Plan d’Action Régional impulsé par l’État en 1957. De plus, la décolonisation a provoqué l’arrivée de nombreux Pieds-noirs dans l’île (rapatriés d’Afrique du Nord), ce qui génère certaines tensions, comme d’ailleurs dans l’ensemble de la France.

  • 3  Société d’économie mixte pour la mise en valeur de la Corse créée en 1957.
  • 4  Société des Forêts, Terres et Forces du Fiumorbo.
  • 5  F. POMPONI (dir.), Le mémorial des Corses, SARL Albiana, Ajaccio, 1981, p. 271.
  • 6  Société d’Equipement Touristique de la Corse, créée en 1957 par le Plan d’Action Régional.
  • 7  Ibid., p. 100.
  • 8  Diffusé le 10/09/1965.

6Une situation qui conduit, dans le courant de l’été 1965, dans la plaine de Migliacciaro à l’est de la Corse, à de premières explosions dues à des attentats au plastic (pâte explosive de type militaire appelée C4). Les maisons récemment aménagées par la SOMIVAC3 en sont les premières cibles car elles étaient pour la plupart réservées aux rapatriés. L’inscription « La Corse aux Corses » badigeonnée sur les murs des constructions endommagées ne laisse aucun doute sur la signification de l’attentat. Peu de temps après, à Bastia, c’est l’appartement de René Watin, directeur de la SOMIVAC qui subit une explosion. Cette violence est latente depuis deux ans, alors qu’il avait été question des premières attributions portant sur l’ancien domaine de la FORTEF4, acquis par la société d’économie mixte. François Santoni (interrogé dans le reportage de 5 Colonnes à la Une que nous allons évoquer), président de la Chambre d’Agriculture, avait alors explicitement demandé qu’une priorité soit donnée aux agriculteurs du pays. Pendant ce temps, ailleurs dans la plaine, 3000 hectares du périmètre d’Alzitone (lieu‑dit de la plaine orientale) étaient vendus par un syndicat intercommunal pour faire l’objet d’un lotissement et être mis en valeur au lieu d’être attribués à des exploitants. Des agriculteurs du pays se dressèrent contre l’irrégularité de la procédure et réclamèrent une commission d’enquête5. À la même période, la SETCO6 devait construire en 5 ans une centaine d’hôtels de tourisme et des villages de bungalows. Elle devait également encourager l’aménagement de gîtes ruraux dans les villages, en incitant les habitants à utiliser les possibilités de subventions et de prêts. Cependant, les résultats ne furent pas à la hauteur des prévisions : 4 hôtels (300 chambres) ont été construits, La Pietra à Ile-Rousse, Arena Bianca à Propriano, Cala Rossa à Porto-Vecchio et l’hôtel du Cap devenu le Sofitel de Porticcio7. Le Plan d’Action Régional qui avait fait naître tant d’espoir en Corse connaît un coup d’arrêt. C’est dans ce contexte que se déroule le reportage de 5 Colonnes à la Une qui s’interroge sur ces premiers actes violents8 et crée à l’occasion la terminologie « problème corse ».

7La première partie du reportage s’ouvre sur des images, assez choquantes pour le téléspectateur, de maisons détruites par des attentats.

  • 9  www.ina.fr

8À la suite, les journalistes filment des murs tagués aux slogans évocateurs « La Corse aux Corses, la Corse restera corse… »9.

  • 10  Idem.

9Cette impression est appuyée par le commentaire. Des mots forts sont évoqués par la voix-off comme « vives contestations, revendication violente ». Il est établi lors de ces premiers plans qu’une série de plasticages contre la SOMIVAC a eu lieu ces derniers temps »10. L’intervention du journaliste crée ensuite une certaine idée de la violence en mettant en lien ces graffitis avec un contexte particulier corse.

10C’est donc un des reportages les plus complets sur la situation en Corse dans les années 60. En 1965, les tensions en Corse rentrent véritablement dans l’actualité, ce qui provoque dans les médias une nouvelle manière de considérer l’île. Un autre élément contribue à renouveler cette vision, il s’agit du changement de formule de 5 Colonnes à la Une, plus axée sur l’enquête et de format plus long. Ainsi, le reportage rend possible une réflexion plus poussée. En effet, celui-ci permet de démontrer que la Corse est à un tournant et il est possible que ce tournant concerne aussi le traitement de l’actualité de l’île. Pourtant, c’est de manière sporadique jusqu’à la fin des années 70, qu’apparaissent ces tensions. Entre négation des tensions et volonté de comprendre, l’image de l’île à la télévision se complexifie, désormais liée à la notion de « problème corse ».

11Certains évènements des années 70 mobilisent les médias qui cherchent à comprendre ces nouvelles tensions insulaires. Nous pourrions évoquer l’affaire des « boues rouges » et l’émission La France défigurée. Certes, cet évènement est analysé par rapport à la catastrophe écologique qu’il produit mais il prend nettement le parti des Corses désemparés par l’abandon de l’État. L’affaire des « boues rouges », déversées par la Montedison italienne dans le canal de Corse mobilise les médias. L’affaire éclate en avril 1972, dans les colonnes du Provençal-Corse qui révèle qu’une société italienne, la Montedison, installée à Scarlino sur la côte toscane, déverse à 40 milles du Cap Corse les déchets solides et liquides de fabrication de bioxyde de titane. Le Conseil Général demande immédiatement une enquête et une intervention du gouvernement. Les défenseurs de l’environnement et de la nature s’émeuvent, les partis politiques et les mouvements régionalistes prennent parti. Les Corses manifestent à Macinaggio, puis à Bastia. L’émission La France défigurée, qui a pour but de revenir sur des situations qu’elle juge honteuses comme nous l’avons vu précédemment, traite des événements datant déjà de l’année 1972 et dresse un bilan de l’évolution de la catastrophe écologique. L’affaire prend des proportions considérables. Autour d’elle se cristallise un sentiment de frustration : les Corses se sentent abandonnés du pouvoir central, ils regrettent, en attendant de le dénoncer énergiquement, le manque de fermeté de Paris. La vigueur de l’action des insulaires contre cette pollution, colorée de sentiment identitaire nationaliste, s’amplifie au cours des mois qui suivent. Des groupes clandestins se manifestent par des attentats et le malaise continue de s’accroître. À cette époque, le regard posé par la télévision nationale semble bienveillant malgré les violences.

12Un seul numéro des magazines corses, diffusé par la télévision marseillaise en Corse, est consacré au « problème corse ». Il s’agit d’« Une île pour des Corses », numéro de novembre 1973, diffusé suite aux évènements des « Boues Rouges », réalisé par un journaliste de la station marseillaise, Maurice Olivari. Au terme d’une année où plasticages et inscriptions anti-françaises se sont amplifiés, le journaliste a enquêté auprès de divers responsables corses sur les raisons de cette expansion sur l’île des revendications autonomistes.

  • 11  Marianne LEFEVRE, José MARTINETTI, Géopolitique de la Corse, Armand Colin, Paris, 2007, p. 145.
  • 12  En août 1975, des militants de l’ARC (Action pour la Renaissance de la Corse), occupent une cave v (...)
  • 13  Thierry DESJARDINS, La Corse à la dérive, Plon, Paris, 1977, p. 10.

13La télévision évite le « problème corse » mais ne le condamne pas : « Ces attentats bénéficient d’une large bienveillance. L’utilisation de la violence clandestine est rarement condamnée par les élites intellectuelles en Corse et sur le continent »11. À l’antenne régionale le problème est nié. Pourtant, à la veille des évènements d’Aléria12, à la télévision, on n’entend plus parler de « problème corse ». « Constat : personne ne s’intéresse à la Corse. Et pourtant… En 1971, il y a eu 9 attentats dans l’île ; en 1972 : 18 ; en 1973 : 42 ; en 1974 : 111 ; en 1975 : 226 ; en 1976 : 298 ; cette année pratiquement un par jour »13.

  • 14  Pierre DOTTELONDE, Corse la métamorphose, édition Albiana, Levie, 1984, p. 5.

14Dans la presse écrite, on évoque uniquement les tensions qui prennent de l’ampleur. Le 30 juin 1975, l’hebdo Le Point consacrait un article à la situation insulaire au seuil de la saison estivale sous le titre significatif : « Corse, l’été des plastiqueurs »14.

  • 15  Idem.

15Les évènements d’Aléria paraissent être un moyen d’attirer la caméra. Les autonomistes, sentant qu’ils n’ont pas toute la place qu’ils souhaitent à la télévision, pensent que cet acte fort permettrait une médiatisation certaine. Le 21 août 1975, quelques dizaines d’hommes, entraînés par Edmond Simeoni, occupent la ferme d’un viticulteur d’Aléria d’origine pied-noir suspecté d’être mêlé à un scandale financier. Le leader de l’Action régionaliste Corse (ARC) fait connaître les raisons de ce coup de force en ces termes : « Il s’agit de dévoiler le scandale des vins mettant en cause le propriétaire de la cave et plusieurs de ses amis négociants. Après avoir bénéficié de prêts exorbitants, les responsables des caves vinicoles ont mis sur pied une énorme escroquerie de plusieurs milliards d’anciens francs, au préjudice de petits viticulteurs »15. Par la suite, 1 200 gendarmes et CRS sont acheminés afin de donner l’assaut avec l’appui de blindés et d’hélicoptères et vider la cave de ses occupants.

  • 16  Idem.
  • 17  Idem.

16La violence est exposée pour la première fois sous l’œil des caméras. En effet, les médias sont conviés dès les premiers temps, « dès 9 heures, Edmond Simeoni téléphone au journaliste Aimé Pietri, le correspondant bastiais de l’AFP et lui demande de venir sur place. Très vite les médias sont informés. Arrivent alors Philippe Alfonsi, Patrick Pesnot, Tony Graziani (Provençal Corse) et Aimé Pietri »16. De nombreuses interviews sont programmées pour les jours qui suivent. Edmond Simeoni est satisfait que les médias aient rapidement contribué à populariser l’opération d’Aléria. Le soir dans la grande pièce du premier étage, une caméra d’Antenne 2 les filme lors de la veillée17.

  • 18  Idem.

17Mais rapidement le gouvernement empêche tout moyen de communication avec le groupe d’Edmond Simeoni. Dans quelques reportages, notamment la veille de l’intervention, Edmond Simeoni confie à une équipe de la télévision française ne pas croire à la possibilité d’un assaut. Au moment et après l’assaut, Aléria fait la Une. Le soir même, des millions de téléspectateurs voient à la télévision les images de l’assaut et de l’évacuation des deux gendarmes mortellement touchés, ainsi que le départ du commando. Le lendemain, l’ensemble des quotidiens nationaux consacre ses grands titres à l’évènement, le qualifiant le plus souvent de « tragédie » ou de drame « sanglant »18. La presse étrangère aussi. En cette fin d’été 1975, « Aléria » apparaît bien aux yeux de l’opinion internationale et nationale comme l’un des évènements majeurs de l’actualité.

18Aléria est donc un événement fondateur dans l’histoire du nationalisme corse et dans la confirmation de ce que l’on appelle dans les médias le « problème corse ». Ce contexte de violence n’est pas propre à la Corse ; des attentats ont aussi lieu au Pays-Basque ou encore en Bretagne.

Le rôle des médias dans la construction et la diffusion d’un discours régionaliste et nationaliste (années 80-90)

19François Mitterrand favorise au début des années 80 la création d’un espace médiatique régional avec l’établissement de la station de télévision FR3 Corse. Par ailleurs, les actions violentes, loin de diminuer, s’intensifient et se radicalisent, engendrant sur l’île un climat de tension (« de terreur »). Le début des années 80 est ainsi fortement marqué par la violence. Des évènements tragiques surviennent comme l’assassinat d’un commerçant (le coiffeur Schoch).

20En 1987, lors de la première émission consacrée à la violence, le docteur Lafay (président d’une association de victimes d’attentats) est assassiné au sortir de FR3 Corse où il venait de témoigner.

21L’actualité corse demeure donc difficile à traiter et particulière pour les médias locaux et nationaux. La première caractéristique consiste en la prédominance quantitative des émissions concernant diverses formes de violence physique tels les crimes ou les attentats contre des biens publics ou privés. La spécificité la plus visible de l’actualité insulaire, comparée à celle d’autres régions, tient au fait que cette violence fait l’objet de revendications politiques.

  • 19  Nous pouvons faire référence à l’émission de Christophe Dechavanne, Ciel mon mardi, où l’invité ét (...)
  • 20  L’affaire de Tralonca (le 12 janvier 1996, au vu et au su des forces de l’ordre, 600 personnes cag (...)

22Les médias hexagonaux vont alors s’engouffrer dans le créneau peu occupé de l’information corse. De nombreux magazines traitent du contexte insulaire tout au long des années 80, comme par exemple, l’émission Sept sur Sept qui réalise en mars 1983, un reportage sur la Corse qu’il nomme « Violence assez sur les 23 attentats » commis par le FLNC depuis 1982. Sont diffusés aussi un numéro de Sept sur Sept « Réflexions sur la violence », et un autre « Situation en Corse » en 1984. Au milieu des années 90, alors que la presse examinait avec plus ou moins de bienveillance la situation corse, même si celle-ci apparaissait comme « rébellion contre la communauté nationale »19, la condamnation du nationalisme par les médias devient plus unanime. Ce décrochage est dû en partie à une volonté politique de Charles Pasqua mais aussi au mitraillage le 8 mars 1996 d’un appartement d’un journaliste à Orsay, pour que les médias nationaux changent de posture et se posent des questions sur le traitement médiatique du « problème corse ». Beaucoup se mobilisent pour condamner systématiquement le terrorisme en Corse « jamais encore en France, dans la dernière décennie, le terrorisme n’avait osé franchir ce pas. Et c’est pourquoi elle appelle une réplique unanime et solidaire des médias ». (Editorial de Le Monde 12 mars 1993). Mais il faudra attendre la conférence de presse de Tralonca20 et le choc sur l’opinion publique qui a suivi pour que tous les organes de presse télévisés ou écrits dénoncent de concert la « dérive de la Corse ». À la télévision, les affaires et scandales se succèdent : assassinat du préfet Erignac (février 1998), affaire des paillotes (avril 1999), recherche puis arrestation d’Yvan Colonna (juillet 2003), procès des assassins du préfet (2003), ou encore la dérive mafieuse de certains nationalistes, Accords de Matignon (juillet 2000) … Ces thématiques font encore et toujours les unes de magazines comme Pièces à conviction, Envoyé Spécial, Zone interdite

23Le « problème corse », qui peut être un problème « hexagonal », est donc plus que jamais présent à la télévision. Son traitement, qui a permis la création de nouveaux stéréotypes, n’en finit pas de causer des problèmes aux journalistes et aux directions des télévisions. Que faut-il montrer, quelle place faut-il laisser aux nationalistes à l’antenne ? Ces questions font débat.

Création de nouveaux stéréotypes, le mythe du clandestin : création d’un imaginaire

24De nombreux livres, de nombreux articles de journaux et de nombreuses émissions de télévision, depuis 30 ans, reviennent sur « le problème corse », que ce soit sur le mode de l’engagement partisan, du commentaire politique ou minoritairement de l’analyse scientifique. Le terrain médiatique est aussi occupé par la mouvance nationaliste sous forme de communiqués, de rassemblements, de manifestations, de congrès régionaux ou internationaux. Cependant, la question de l’imaginaire de conflit a parfois été négligée. Les ouvrages qui le mentionnent l’expédient en lui sacrifiant quelques lignes, en évoquant un effort de reconstruction identitaire sommairement décrit et résumé, en général implicitement, par les processus d’invention de la tradition.

  • 21  Xavier CRETTIEZ, le terrorisme : violence et politique in « problèmes politiques et sociaux », dos (...)
  • 22  E. HOBSBAWN, « Qu’est-ce qu’un conflit ethnique ? », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n (...)

25Ainsi, le « problème corse » a permis la création d’un imaginaire du conflit dans le cadre d’affrontements communautaires. Afin de transcender la spécificité de luttes tels que le conflit israélo-palestinien ou la question corse, le concept de communauté présente l’avantage de pouvoir être utilisé dans une perspective comparative21. L’une des caractéristiques communes de ces troubles est que la plupart de leurs acteurs se définissent comme membres de communautés spécialisées et perçoivent les situations auxquelles ils sont confrontés au travers de ce prisme communautaire22.

  • 23  Xavier CRETTIEZ, le terrorisme : violence et politique in « problèmes politiques et sociaux », dos (...)
  • 24  Ibid., p. 51.
  • 25  Idem.
  • 26  Idem.

26L’imaginaire, matière première structurante de la société, est incontournable dans la définition propre d’une communauté23. Un large pan de cet effort de définition réside dans l’édification d’une mémoire de groupe, liée à son identité. Nous pouvons parler par exemple d’imaginaires historiques, comme c’est le cas du « problème corse » pour renvoyer à ces représentations nourrissant la mémoire et ainsi, façonnant le fameux destin auquel il faut adhérer quand on est membre de la communauté. Cet imaginaire compose une intrigue conflictuelle grâce à une narration traditionnelle (victimaire)24. La télévision et la presse peuvent être utilisées comme « des appuis de la tactique terroriste » parce que derrière « le journalisme d’information sur l’évènement se glisse continuellement un journalisme de fantasmes »25. « En cela, nous ne parlons nullement de la désinformation, mais de l’utilisation de l’actualité par les journalistes pour fournir au public des aliments, au besoin de penser le monde comme un spectacle imaginaire où les fantasmes les plus beaux, les plus cruels et les plus bas peuvent trouver une scène »26. Des cristallisations identitaires sont à la fois objet de consensus et de conflits. Elles donnent aux débats politiques et aux articles de presse une allure très particulière qui consiste souvent à masquer des oppositions explicites et tranchées derrière la recherche a priori de consensus propres à surmonter les divisions. D’où les stratégies des nationalistes de « non dit », de secret, de compromis, qui cachent la réalité de profondes oppositions au cœur même de ces consensus. On peut décliner l’ambiguïté des discours dans tous les thèmes de la vie politique : la violence que l’on condamne et que l’on comprend. En arrière‑plan de ces jeux de contradictions, on trouve dans les discours politiques d’autres consensus relatifs à ce que l’on peut qualifier de « mythes identitaires » comme, par exemple, celui d’une île vierge, toujours rebelle aux envahisseurs, ou celui d’une fondamentale « fraternité », ou au moins d’une solidarité entre insulaires, entre villageois ; solidarité fondée sur le partage de valeurs communes, telles l’honneur, l’hospitalité et sur le mythe d’un peuple uni.

27La télévision, ces dernières années, a tenté de démystifier cet imaginaire. Il y a une volonté de certains réalisateurs de réaliser des « fresques » historiques et d’expliquer les causes d’une situation qui ne cesse, en cette fin des années 1990 et 2000 d’empirer. Sur Arte, un premier documentaire, « une Corse clandestine », est diffusé le 19 juillet 2002. C’est l’une des premières fois que toutes les figures du nationalisme corse sont réunies. Nous y trouvons entre autres Mathieu Filidori, militant, Edmond Simeoni leader historique, Pierre Poggioli et Alain Orsoni anciens chefs du FLNC. Les uns et les autres ont 30 ans de militantisme derrière eux, dont de longues années passées derrière les barreaux, ou dans le maquis.

28« Leur histoire se confond avec tous les événements souvent dramatiques qui ont agité la Corse dans les années 70 et 80 : l’attentat contre un bateau qui déversait des boues rouges toxiques en Méditerranée, Aléria (deux gardes mobiles tués), l’affaire Bastelica-Fesch (trois morts), l’explosion d’un Boeing d’Air France, la vendetta politique à la Maison d’Arrêt d’Ajaccio… Ils sont aujourd’hui éleveur, ostréiculteur, ébéniste, transporteur, ethnologue… Tous pères de famille, tous toujours nationalistes, mais très critiques vis-à-vis des dérives de ces dernières années ».

29C’est un historique sans parti-pris de la naissance du nationalisme aux assassinats du milieu et de la fin des années 70. Le réalisateur Daniel Peressini donne à comprendre, il ne plaide ni ne requiert, avec lucidité, comme en atteste aussi son autre documentaire, « L’île sur le Feu ». La critique est unanime : « Ceux-ci ont contribué à mieux faire connaître l’âme corse aux « continentaux ». Il révèle ce dessous des cartes qui nous est si soigneusement caché dès qu’il s’agit de « l’Ile de Beauté ». Pour la première fois, le « problème corse » est vu dans sa globalité et dans son évolution historique.

30Deux ans après, Canal + réalise sa grande fresque sur le milieu nationaliste, en deux parties : soit un documentaire qui représente deux ans d’enquête, 130 heures d’entretiens, 70 heures d’archives, 80 personnes rencontrées, 6000 pages de documentation, pour un film de 155 minutes avec plus 30 minutes de séquences inédites. Le film s’articule en deux parties. La première : 1973-1983, les années romantiques de l’écologique « affaire des boues rouges » qui est le premier catalyseur d’un mécontentement populaire, l’émergence de la figure d’Edmond Simeoni, fondateur de l’ARC, la création du Front de Libération National Corse (FLNC) le 5 mai 1976. Les premières actions spectaculaires, plasticage d’un Boeing 747 sur l’aéroport d’Ajaccio en septembre 1976, attaque de la base militaire de Solenzara en janvier 1978 jusqu’à la disparition de Guy Orsoni, le frère d’un des chefs du mouvement nationaliste. La seconde : 1984-1999, les années de plomb caractérisées par la scission du mouvement, le début des assassinats de militants et une certaine dérive mafieuse, période qui s’achève (provisoirement) avec le meurtre du préfet Erignac et l’accord du Fium’orbu qui scelle la réunification d’une partie du FLNC. Ce documentaire chronologique est basé sur les témoignages de nombreux protagonistes : essentiellement des nationalistes, bien sûr, mais également de Michel Rocard, d’une magistrate de la XIVe section anti-terroriste, de policiers (dont le fameux commissaire Broussard), d’hommes politiques ... Lors de ces témoignages, de nombreuses phrases choc sont prononcées, notamment sur les médias : « le préfet décidait de ce qui se disait à la télévision », « les médias actuellement sont pris entre deux violences ». Le film montre des hommes et des femmes volontairement filmés et fait ressortir toutes leurs peurs, leurs doutes, leur intimité, leurs engagements dans cette histoire. De nombreuses images sont inédites, tournées par des amateurs, ce qui signifie l’intérêt des nationalistes pour ce projet. Ils y ont véritablement participé, sûrs de son succès et de son impact. Le documentaire, comme nous le verrons par la suite, se construit autour d’une confrontation de témoignages entrecoupée d’images d’archives. Les militants, à travers ce magazine, écrivent l’histoire, la racontent à leur façon.

31Ce documentaire connaît un véritable succès, contribue à construire « un imaginaire du clandestin » et à écrire l’histoire de ces dernières années.

  • 27  J. MARTINETTI, M. LEFEVRE, Géopolitique de la Corse, op.cit., p. 161.
  • 28  Idem.
  • 29  Xavier CRETTIEZ, « La Corse et l’image du nationalisme affairiste » in La question corse, Complexe (...)

32Ce genre de documentaire relayé par les magazines a permis la création d’un nouveau stéréotype : le clandestin. Cantonnés dans un premier temps aux conférences de presse nocturnes reproduites dans la presse locale et nationale, les clandestins encagoulés, en treillis et armés apparaissent régulièrement sur la voie publique, à la tribune des journées nationalistes annuelles de Corte, dans les lycées et à l’université, dans les médias audiovisuels ou les entreprises27. Le domaine le plus sensible du traitement de l’actualité corse, c’est la médiatisation télévisée de la clandestinité dont les rituels vont évoluer, de fait, grâce à l’audiovisuel insulaire28. Cette médiatisation achèvera de donner corps et existence à une expression politique jusque-là vouée à la marge et à la non-visibilité, le FLNC étant déclaré dissous et ne devant apparaître dans les médias que précédé du préfixe « ex », sous peine de poursuites judiciaires : « Les nationalistes pratiquent une violence clandestine mise en scène, théâtralisée, scénarisée, avant tout destinée à recueillir un assentiment populaire, une identification partisane et une reconnaissance politique. Il existe une ritualisation de la violence et du discours de la violence29. Nous pourrions citer en exemple les conférences clandestines organisées dans le maquis où des hommes cagoulés et armés communiquent avec les médias.

  • 30  Ibid., p. 25.
  • 31  Ibid., p. 58.

33Les médias ont mis à jour ce mythe : « dans un contexte de légitimation de la violence, de nouvelles mentalités se sont forgées, affectant plus particulièrement les générations les plus jeunes. De moins en moins sensibles au message strictement politique de la mouvance nationaliste, elles restent fascinées par le « kit » viril et médiatique du combattant clandestin. Un télescopage culturel s’opère auprès de la jeunesse masculine, entre images, films d’action, jeux électroniques et stéréotypes politiques. Une partie de la jeunesse se nourrit de la médiatisation des hommes en cagoule et adhère à leur héroïsation. Le rebelle, armé d’une Kalachnikov, cagoulé, devient la figure théâtralisée de référence, ayant pris le relais du bandit d’honneur »30. Lorsque la télévision a décidé à un certain moment de « couvrir » ce qu’elle considère comme un évènement, la présence des caméras peut à elle seule façonner un phénomène qui sans cette présence, n’aurait jamais pris la même ampleur, ni même nécessairement la même signification. Les médias modernes possèdent une puissance qui leur permet d’assurer aujourd’hui à tout attentat une « onde de choc » dépassant les effets matériels immédiats31.

  • 32  P. ALFONSI, journaliste à France 2.

34Outre cet attrait du sensationnel par la télévision, une phase de commémoration de la naissance du nationalisme est apparue ces dernières années. En 2000 et 2005, pour les 25 ans et les 30 ans des évènements d’Aléria, de nombreuses émissions reviennent sont diffusées. Le 6 octobre 2000, France 3 Corse diffuse un documentaire de Jean-Vitus Albertini (journaliste de France 3 Corse et ancien militant nationaliste) « Aléria, la fracture ». Le reportage s’ouvre sur des images de la cave où se sont joués les évènements. Le parti pris du réalisateur est de montrer qu’Aléria représente un tournant historique en Corse : « l’ouverture d’une période de lutte et d’affrontement ». Pour l’ensemble des témoins : « Cet évènement est le point de départ du nationalisme en Corse, et de la fin d’une vision continentale non folklorique de la Corse : on passe aux choses sérieuses »32. Le but est de relier cet évènement à une « histoire mythique » de la Corse, lors du débat qui suit le documentaire, Edmond Simeoni affirme que « ces évènements s’inscrivent dans le droit fil de l’aspiration historique de liberté corse. Aléria, c’est un cri de justice, d’équité ». Car ce moment, comme le révèlent les témoins, est resté ancré dans les mémoires. Chacun se souvient de ce qu’il faisait ce jour-là. Pierre Dottelonde, historien évoque ce moment : « Je me rappelle de tout. J’étais en vacances à Marinca. Je suivais les évènements à la radio ».

35Ces dernières années ont donc contribué, grâce à la télévision, à ancrer ce souvenir, à en faire un mythe fondateur au point qu’il n’y ait plus une émission sur le problème corse où l’on n’évoque pas Aléria.

36Plusieurs thèses s’affrontent, donnant même lieu à des débats télévisés. D’un côté, ceux qui pensent que la télévision régionale est manipulée par les nationalistes à l’instar du politologue Xavier Crettiez qui a pu ainsi établir des « éléments de connivence » entre le FLNC et les médias :

  • 33  Xavier CRETTIEZ « La mise en scène de la violence à travers les conférences de presse du FLNC » in (...)

37« La retransmission télévisée sur les chaînes nationales et locales, aux heures de grande écoute, de presque chaque conférence du Front depuis la première, le 5 mai 1976, jusqu’aux plus récentes, montre l’extraordinaire attrait de ce type de manifestation pour les médias […] les journalistes présents sur les lieux offrent aux terroristes une reconnaissance publique télévisuelle. Volontairement ou sous la pression terroriste, ils servent d’organes de diffusion aux différents partis ou mouvements nationalistes légaux et clandestins. Inversement, les syndicats nationaux de la fonction publique ou les représentants des partis politiques traditionnels ont plus de mal à diffuser leurs communiqués dans leur intégralité »33.

  • 34  Idem.
  • 35  M-F. STEFANI, Chronique d’un échec annoncé…ou des pressions politiques sur l’information du servic (...)

38Un ancien journaliste de FR3 Corse s’est ainsi exclamé pour confirmer cette imbrication étroite « On dit souvent FR3, c’est pas FR3, c’est FLN3 ! S’il n’y avait pas les médias, le mouvement nationaliste n’aurait pas l’audience qu’il a aujourd’hui »34. Les avis divergent sur la manière dont l’actualité est traitée dans les journaux de RCFM et FR3. « Une parfumerie plastiquée près d’Ajaccio, un tir de chevrotine contre une maison habitée dans le Cap Corse, un magasin de vêtements endommagé par une charge de dynamite… Non, il ne s’est rien passé en Corse » remarque ironiquement Le Quotidien de Paris, qui trouve que les rédactions corses n’en font pas assez35.

39Cette thèse est partagée par Jean Crozier qui travaille au sein du service public de télévision et a également enseigné les techniques audiovisuelles à l’Université de Corse de 1990 à 1994. Sous une rubrique de libre opinion, parue dans le journal Corse Matin en 1995, il évoque le lien entre les médias et les organisations clandestines. Son article, intitulé « la télé, le clandestin et le sorcier », expose avec une remarquable mise à distance les techniques scéniques utilisées pour mettre en valeur les organisations clandestines :

  • 36  Corse Matin, 20 octobre 1995.

40« À l’échelle régionale, le traitement des communications clandestines dans le journal télévisé obéit à un schéma invariant, d’autant plus efficace qu’il se justifie lui-même en se répétant au fil des années. Dans un premier temps, annoncé par le lancement du présentateur du journal, il s’agit de faire voir ou entendre les données collectées de manière presque brute, des hommes cagoulés, des armements, un rassemblement nocturne, des voix déformées à la limite du compréhensible […]. Un deuxième temps intervient, non explicité celui-là, hors de l’antenne, non dit et cependant déterminant. Le message de la communication clandestine et son support parviennent à quelques journalistes par un canal (historique, habituel ou autre). C’est du coup la relation privilégiée entretenue entre le récepteur (le journaliste) et l’émetteur (le clandestin) qui est discriminante »36.

  • 37  Idem.

41Il poursuit son analyse sur d’autres étapes « Cette relation donne son authenticité au message et son identité à l’émetteur. Cette deuxième étape n’est jamais explicitée, comme si elle relevait d’un secret de fabrication. Troisième temps enfin : après les données brutes de la première étape, succède invariablement dans le scénario du journal télévisé, l’avis d’un second journaliste mis en scène dans un rôle d’expert. Cette dramaturgie simpliste repose sur une logique dont l’efficacité est redoutable, celle-là même qui, en substituant la prestation de l’expert sorcier aux travaux élémentaires des journalistes, remplace le reportage, l’enquête, la recherche, la vérification des faits, leur mise en situation, la collecte d’interviews et les commentaires par une intervention d’ordre purement interprétatif »37.

  • 38  L. MUCCHIELLI, Violences et insécurité, fantasmes et réalités dans le débat français, l’Harmattan, (...)

42De l’autre côté, les journalistes de France 3 Corse et les nationalistes récusent cette idée (Jean Guy Talamoni met en cause les médias après les interpellations de militants, Cuntrastu n° 3, le 30/09/2001). Mais la stigmatisation des personnes et des lieux est aussi en partie inhérente à l’information : il faut bien rendre compte des faits qui font l’actualité38. Le mythe de la violence de l’île en est sorti renforcé et reste profondément d’actualité.

Conclusion

  • 39  E. HOBSBAWN, « Qu’est-ce qu’un conflit ethnique ? », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n (...)

43Certes, les pratiques journalistiques favorisent l’utilisation du sensationnel et sont toujours difficilement perçues par les populations qui ne se reconnaissent pas dans la mise en scène médiatique de leur cadre de vie. La réduction de l’information à la diffusion d’images, réduit dangereusement le débat à une dialectique binaire et à des généralisations abusives, « les Corses », « les jeunes », « les banlieues »39… Pour autant, traiter du « problème corse » reste difficile. L’image de la Corse s’est donc construite grâce à ce contexte de mise en place des télévisions nationales et régionales. Le regard extérieur, interne puis supranational jeté par la Corse et sur la Corse constitue de véritables pistes de réflexions. En effet, ces regards se complètent, se répondent et s’interpellent dans l’analyse d’une image de l’île complexe.

Haut de page

Notes

1  Quelques exemples d’ouvrages : Thierry DESJARDINS, La Corse à la dérive, Paris, Plon, 1977, ou encore Michel LABRO, La question corse, Paris, Entente, 1977, et Paul SILVANI, Corse des années ardentes, Paris, Albatros, 1976.

2  L’on pourrait se référer à des ouvrages comme Colomba de Prosper Merimée, Les frères Corses d’Alexandre Dumas.

3  Société d’économie mixte pour la mise en valeur de la Corse créée en 1957.

4  Société des Forêts, Terres et Forces du Fiumorbo.

5  F. POMPONI (dir.), Le mémorial des Corses, SARL Albiana, Ajaccio, 1981, p. 271.

6  Société d’Equipement Touristique de la Corse, créée en 1957 par le Plan d’Action Régional.

7  Ibid., p. 100.

8  Diffusé le 10/09/1965.

9  www.ina.fr

10  Idem.

11  Marianne LEFEVRE, José MARTINETTI, Géopolitique de la Corse, Armand Colin, Paris, 2007, p. 145.

12  En août 1975, des militants de l’ARC (Action pour la Renaissance de la Corse), occupent une cave viticole de la plaine d’Aléria, qui appartenait à un réfugié pied-noir d’Algérie. Ils exigent que soient mieux pris en considération les intérêts des Corses. Le matin du 22 août, l’assaut est donné par les forces de l’ordre. Deux gendarmes sont tués.

13  Thierry DESJARDINS, La Corse à la dérive, Plon, Paris, 1977, p. 10.

14  Pierre DOTTELONDE, Corse la métamorphose, édition Albiana, Levie, 1984, p. 5.

15  Idem.

16  Idem.

17  Idem.

18  Idem.

19  Nous pouvons faire référence à l’émission de Christophe Dechavanne, Ciel mon mardi, où l’invité était le nationaliste Alain Orsoni, le 30/01/1990.

20  L’affaire de Tralonca (le 12 janvier 1996, au vu et au su des forces de l’ordre, 600 personnes cagoulées et armées se réunissent à l’occasion d’un conférence clandestine au centre de l’île).

21  Xavier CRETTIEZ, le terrorisme : violence et politique in « problèmes politiques et sociaux », dossier d’actualité mondiale n° 859, Documentation française, Paris, 2002, p. 16.

22  E. HOBSBAWN, « Qu’est-ce qu’un conflit ethnique ? », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 100, 1993, pp. 51-57.

23  Xavier CRETTIEZ, le terrorisme : violence et politique in « problèmes politiques et sociaux », dossier d’actualité mondiale n° 859, Documentation française, Paris, 2002, p. 16.

24  Ibid., p. 51.

25  Idem.

26  Idem.

27  J. MARTINETTI, M. LEFEVRE, Géopolitique de la Corse, op.cit., p. 161.

28  Idem.

29  Xavier CRETTIEZ, « La Corse et l’image du nationalisme affairiste » in La question corse, Complexe, Bruxelles, 1999, p. 244-46.

30  Ibid., p. 25.

31  Ibid., p. 58.

32  P. ALFONSI, journaliste à France 2.

33  Xavier CRETTIEZ « La mise en scène de la violence à travers les conférences de presse du FLNC » in Braud Philippe (dir.), La Violence politique dans les démocraties européennes occidentales (ouvrage collectif), Paris, Association française de science politique, l’Harmattan, Paris, 1993.

34  Idem.

35  M-F. STEFANI, Chronique d’un échec annoncé…ou des pressions politiques sur l’information du service public en Corse, Mémoire de 2ème année CTMC, Université Aix-Marseille, mars 1989, p. 22.

36  Corse Matin, 20 octobre 1995.

37  Idem.

38  L. MUCCHIELLI, Violences et insécurité, fantasmes et réalités dans le débat français, l’Harmattan, Paris,2005, p. 20.

39  E. HOBSBAWN, « Qu’est-ce qu’un conflit ethnique ? », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 100, 1993, pp. 51-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa d’Orazio, « Une île de Violence : le traitement médiatique du « Problème corse » (1965-2007) », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/3956 ; DOI : 10.4000/rives.3956

Haut de page

Auteur

Lisa d’Orazio

Post-doctorante UMR 6240 LISA, chercheure associée TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org