Navigation – Plan du site

La guerre des lettres au Portugal

Un épisode du combat de la propagande pendant les Invasions Françaises
Sofia Mendes Geraldes
p. 43-57

Résumés

Le dessein de cette étude est de décrire les procédés et thèmes abordés par la propagande organisée par les partis français et portugais pendant la première invasion napoléonienne au Portugal. Au travers d’un document rare, les vestiges de propagande française étant peu nombreux, l’état d’esprit des Français se dévoile. De plus, recoupé avec des informations provenant d’autres sources, il est possible de décrypter ce travail de manipulation qui ne dupe pas ses contemporains. Ainsi, la riposte portugaise, organisée mot à mot, est une preuve de l’atmosphère politique et mentale de la période, de même que des façons de penser la résistance à la manipulation et à l’invasion, fondée sur la consommation avide de nouvelles.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Portugal

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

  • 1  José Acúrsio das NEVES, História Geral da Invasão dos Franceses em Portugal e da Restauração deste (...)

1Le mois de mai a toujours été un mois délicat pour toute la Péninsule. C’est le mois de la faim, et cette seule circonstance suffit pour lui faire baisser la tête ; mais celui de 1808 a été d’autant plus mémorable, en raison d’événements de toute sorte. Il a été cruel pour les Portugais et les Espagnols ; mais il a également frappé les Français d’un funeste augure1. »

  • 2  Service Historique de la Défense, Vincennes, (la traduction est de nous, il en est de même pour to (...)

2Bien que José Acúrsio das Neves présente le mois de mai comme une période troublée dans l’histoire de la Guerre Péninsulaire, le Portugal, à ce moment, n’est pas encore entré dans le conflit armé. L’opposition à l’invasion française demeure sourde et latente, donnant ainsi une fausse impression de sérénité. Cette tranquillité, bien qu’apparente, est constamment mentionnée dans les rapports envoyés à partir des différentes provinces du pays à l’adresse de l’Intendant Général de la Police à Lisbonne. Mais, les lettres transmises à Murat et Napoléon par Junot révèlent que ce dernier ne paraît pas si soucieux de la menace d’une révolte portugaise. Persuadé que les Lusitaniens sont, au mieux, favorables à l’invasion française et au pire, disposés à souffrir la présence ennemie, sa méfiance se tourne vers les Anglais dont la flotte est stationnée près des côtes portugaises. Ces Anglais représentent une menace et par conséquent, la responsabilité de la mutinerie du 13 décembre est attribuée par le Général en Chef de l’armée française à des agitateurs isolés et aux Anglais, coupables d’avoir fomenté une telle situation par le biais d’une habile propagande. Les conclusions du Duc d’Abrantès représentent les Lisboètes comme des victimes, à qui le jour suivant il adresse le message suivant : « Habitants de Lisbonne, vous vous êtes laissés entraîner hier par quelques mauvais sujets qui pour vous compromettre ont osé du milieu de vous tirer sur mes troupes. Je les connais, ils payeront de leur tête l’insulte qu’ils ont osé faire au Pavillon Français2. » En réponse à cette menace d’influence exercée par les Anglais, le gouvernement français instaure de sévères mesures de protection. Ainsi de rigoureuses interdictions d’entrer en contact avec les Anglais sont mises en oeuvre, ce qui inclut une soigneuse surveillance du littoral.

  • 3  Les contacts entre les navires anglais et les habitants semblent fréquents, et les proclamations d (...)
  • 4  António FERRÃO, A 1ª Invasão Francesa : a Invasão de Junot vista através dos Documentos da Intendê (...)
  • 5  Cf. Rapport n° 7 du 11/05/1808 adressé à Junot par l’Intendant Général de la Police, Lagarde. FERR (...)

3En dépit de cette mesure prise à la fin de l’année 1807, la population continue à communiquer avec les vaisseaux anglais, en établissant des contacts directs, sur mer ou sur terre, ou indirects, par l’intermédiaire de documents qui échouent sur les côtes comme les proclamations de l’Amiral Cotton3 en provenance du navire Hibernia. À ce propos, le rapport du 11 mai 1808 que reçoit l’Intendant Général de la Police, Lagarde, illustre ces pratiques de communication clandestine : « Il y a été trouvé [à Faro], sur les bords de la mer vers Albufeira, quelques caisses contenant des papiers appartenant au gouvernement de la Havane. Ces caisses paraissent être restées plusieurs jours dans la mer. […] Parmi ces papiers, il en est quelques-uns relatifs à des intelligences du Prince de la Paix [Godoy] avec l’Angleterre ; d’où l’on peut conjecturer, dans l’état actuel des choses, que des pièces arrivant si à propos, ne viennent peut-être pas d’Amérique ; mais qu’elles auraient été jetées à la mer en Espagne, en s’assurant qu’elles aborderaient la côte de Portugal ; et qu’elles iraient de là, à leur adresse4. » Par ailleurs, la communication terrestre s’organise à la frontière espagnole avec la transmission de lettres, de gazettes et de proclamations dont le sujet principal est la révolte du 2 mai. Il arrive que certains de ces papiers soient parfois interceptés comme le signale le Corregidor de Ourique qui dit avoir en sa possession « une liasse [qui] était un manifeste que les Espagnols voulaient faire circuler dans la Province de l’Alentejo, pour convaincre leurs compatriotes à s’armer contre les Français et à s’unir aux rebelles de Madrid5. » Ainsi, nonobstant sa position géographique, le Portugal n’est pas complètement tenu à l’écart des événements se déroulant à l’échelle européenne.

  • 6  « Lisboa », Gazeta de Lisboa, 17 mai 1808.
  • 7  Pendant ce mois, Junot se plaint auprès du Grand Duc de Berg, Murat, dont il n’a pas encore reçu l (...)
  • 8  Cf. Arquivo particular dos Senhores D. António e D. Manuel de Almada e Lencastre. Cf. FERRÃO, A 1ª (...)

4Pour que le soulèvement ne gagne pas le reste du pays, le gouvernement français pratique la désinformation de manière à faire pencher le rapport de force en sa faveur. C’est pourquoi, les nouvelles officielles en provenance de l’Espagne voisine sont filtrées et atténuées comme cela peut se vérifier dans la Gazette de Lisbonne du 17 mai 1808 : « les nouvelles qui nous arrivent d’Espagne continuent à être satisfaisantes6. » Ces renseignements apaisants sont réitérés dans la correspondance échangée entre les membres du gouvernement portugais (comme par exemple dans les lettres que l’Intendant Général de la Police envoie aux Corregidors) mais également entre le Portugal et l’Espagne (dans la correspondance établie entre Junot et son homologue Murat). Cependant, ces papiers officiels doivent être considérés avec circonspection, car le ton de ces missives est dicté par la prudence en raison d’une distribution du courrier incertaine7. Cette réserve à l’égard de cette correspondance nous paraît d’autant plus impérative que des lettres officieuses dénoncent une lucidité alarmée concernant le cas espagnol. Ces plis ne transitent pas par l’intermédiaire du courrier postal normal mais sont confiés à la responsabilité d’estafettes diligentées à ces occasions ; de plus les mentions qui précèdent le texte (« pour lui seul » ; « pour vous-même et secrète ») ne laissent subsister aucun doute quant à leur confidentialité et l’importance des révélations qu’ils renferment. La plupart de ces documents sont de la main de Lagarde qui, de par sa fonction, est informé de tous les troubles de l’ordre public et qui, de ce fait, a une connaissance précise de la situation. Ces lettres secrètes majoritairement adressées à Pépin de Belle Isle, corregidor en chef de la province de l’Estrémadure, de qui il est très proche, apportent une nuance au ton serein et à l’impression de contrôle qu’il affecte dans ses bulletins et rapports officiels. À diverses reprises, Lagarde avoue à son ami que la situation est plus grave qu’il n’y paraît, tout du moins en Espagne. Puis, il sollicite le concours de son ami pour étayer cette désinformation, répandue au travers de la Gazette de Lisbonne et du discours officiel, par le truchement d’une mise en scène visant à diffuser un document de propagande créé par ses soins. La tâche consiste à faire « répandre sous main, comme un ouvrage piquant, mais sans l’avouer en rien » un feuillet dont il « importe surtout qu’il parvienne sans affectation jusqu’aux officiers espagnols que vous auriez dans votre province et même à leur troupe », bien sûr ces derniers doivent « ignorer entièrement la source et la main d’où part cette brochure qui n’a en effet rien d’authentique8. » Cette lettre du 7 mai 1808 apporte un éclairage essentiel dans la compréhension et dans le décryptage des documents présents dans les archives dans la mesure où il nous invite à remettre en question l’authenticité des informations qu’ils nous offrent.

  • 9  Pour de plus amples informations sur la notion de propagande noire, cf. Guy DURANDIN, L’Informatio (...)

5Ce cas illustre le travail de propagande pro-français et met en évidence les techniques employées dans ce cadre qui consistent à cibler le public et à mettre en scène le mode de circulation. Le document n’accompagne pas cette missive, cependant il existe un autre exemple de propagande noire française qui a survécu à l’épuration menée à bien par la police portugaise après la première invasion9.Outre cette brochure, il faut en compter une deuxième avec laquelle elle forme une paire qu’il faut lire conjointement afin d’avoir une lecture complète de ces discours. Ceux-ci se concrétisent sous la forme de lettres qui constituent une brève correspondance épistolaire dans laquelle la réponse est l’expression de la contestation portugaise et de l’organisation d’une contre-propagande qui se partage en deux périodes.

  • 10  Lucas Seabra da Silva a été nommé par le prince régent D. Jean VI au poste d’Intendant Général de (...)
  • 11  Rapport du 20/12/1807 adressé à Junot par l’Intendant Général de la Police, Lucas Seabra da Silva. (...)
  • 12  Des documents étaient imprimés en Angleterre pour être ensuite divulgués au Portugal. Ainsi Lucas (...)
  • 13  Le « Desembargo do Paço » était un tribunal royal qui, entre autres tâches, avait la responsabilit (...)

6En premier lieu, apparaissent pendant la présence des Français des papiers manuscrits mentionnés dans des rapports et des témoignages qui décrivent la façon dont ils étaient placardés au coin des rues comme le relate Lucas Seabra da Silva10 : « Aujourd’hui vers sept heures du matin est apparu placardé à un des coins de l’Eglise de S. Roque [un] papier. L’orthographe indique que son auteur n’est pas portugais11. » Sous la forme manuscrite circulent également des gazettes comme la Gazeta de Almada dont le premier numéro date du mois de Juillet. Parallèlement, il existe des documents imprimés qui proviennent d’Espagne et d’Angleterre12. En deuxième lieu, lorsque la révolte gagne l’ensemble du pays, c’est à Porto et à Coimbra (à l’imprimerie de l’Université) que sont imprimés tous les documents qui peuvent informer la population et l’inciter à prendre les armes, puis peu après la défaite et l’embarquement des Français, un déluge d’écrits sur cette période troublée s’abat sur le « Desembargo do Paço »13 qui est dépassé par cette situation. Parmi cette intense activité éditoriale, la propagande française précédemment publiée est contrée par quelques documents au ton véhément qui cherchent à discréditer l’ennemi battu comme dans le cas de la réponse déjà citée qui constitue le second volume d’un échange épistolaire débuté au mois de mai.

  • 14  Anonyme, Carta escrita por um Amigo de Lisboa a outro da Província (Lisbonne, Impressão imperial e (...)
  • 15  « Sur l’ordre du Gouvernement ».
  • 16  La Gazeta de Lisboa est un des éléments qui nous informe concrètement sur l’avancée progressive de (...)
  • 17  « Avec la permission du Gouvernement ».
  • 18  Hipólito José da COSTA, Correio Brasiliense ou Armazém Literário, vol. I (Londres, W. Lewis, 1808)

7Le 26 mai 1808, une lettre est écrite d’un ami à un autre ce qui donne lieu à l’impression d’un document in-4° dont le titre, Lettre écrite par un ami à un autre ami de la province14, suppose un ton informel sur lequel sont évoqués les rumeurs qui parcourent le territoire portugais aiguisant la curiosité de la population avide de nouvelles. En soi, cette missive n’a rien d’insolite, si ce n’est l’indication de l’imprimerie qui a produit ce feuillet : « A l’imprimerie impériale et royale ». Rares sont les papiers qui portent cette mention et parmi ceux-là se trouvent les décrets promulgués par le gouvernement de Junot. On peut dès lors naturellement en déduire que la plume à l’origine de ce texte est française et qu’elle favorise les intérêts napoléoniens bien que le titre n’engage pas à de telles conclusions. Ensuite, l’identification de l’entité à l’origine de cette permission d’imprimer nommée par le biais de la mention « Por ordem do Governo15 » rappelle aussi celles d’autres publications se trouvant sous tutelle française, telles que la Gazette de Lisbonne16. Il faut bien sûr ajouter que cette indication n’est pas seulement utilisée pour représenter une entité française, elle renvoie aussi au gouvernement de Coimbra (par exemple à la Minerva Lusitana qui emploie également la formule : « Com licença do Governo17. ») Cette expression sert à reconnaître l’administration qui vise le document, traduit les étapes de l’histoire de la censure mais soulève également bien des interrogations même pour les contemporains. Ainsi, dans le premier numéro du Correio Brasiliense18, on peut lire une mise en garde concernant ce point : « le gouvernement français, pour donner à cette publication un certain air d’autorité, qui en imposerait à la nation portugaise, a fait mettre sur son Frontispice, ‘imprimé avec la permission du Desembargo do Paço’ alors que tout ce qui s’imprime à Lisbonne, après le départ du Prince, porte cette déclaration, ‘Imprimé avec la permission du Gouvernement’. » Voyons à présent comment s’organise la réplique.

  • 19  Anonyme, Carta da Província escrita a um Amigo de Lisboa, em que lhe mandava Notícias da Corte (Li (...)

8La réponse est apportée plus tard le 19 septembre 1808, c’est-à-dire après la défaite française et l’embarquement de l’armée qui se retire. L’habitant de la province, destinataire du premier écrit, est originaire de Coimbra et répond en détail à chacun des thèmes préalablement développés. Il s’agit aussi d’un in-4° et son titre, Lettre de la province écrite à un ami de Lisbonne, dans laquelle il lui envoyait des nouvelles de la Cour19, est parallèle à celui de la première lettre, si ce n’est le changement d’expéditeur et de destinataire, ainsi que la deuxième partie qui complète la référence au texte du mois de mai. En revanche, l’atelier typographique responsable de la mise en œuvre de l’impression de ce feuillet est celui de João Evangelista Garcês qui a produit peu d’ouvrages tout au long de l’année 1808.

  • 20  Roger CHARTIER, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés traditionnelles, XVIIe-XIXe siècle », (...)

9La comparaison entre ces deux objets acquis, feuilletés et lus s’achève ici pour céder sa place au rapport dialogique qui s’installe entre les deux textes. Il convient, tout d’abord, de tirer des leçons sur les éléments recueillis pendant l’analyse précédente puis, de prendre en considération l’importance du choix de la forme éditoriale du document dont dépend le protocole de lecture qui repose sur des instructions « adressées clairement ou imposées à son insu au lecteur » qui « visent à définir ce que doit être la juste relation au texte et à constituer son sens20. »

10Les rédacteurs restent tous deux dans l’ombre de l’anonymat et la seule information disponible sur le destinataire est qu’il écrit de Lisbonne où il semble vivre ou vit de fait, étant donné qu’il a une connaissance approfondie de la situation de cette ville. De l’ami à qui il écrit, on apprend seulement qu’il est de la province et il faut attendre la deuxième lettre pour constater que ce dernier est de Coimbra. Cela donne lieu à un effet de polarisation spatiale, qui nous situe, dans un premier temps, dans la capitale où se trouvent les membres du gouvernement français et ensuite à Coimbra qui est un des foyers de résistance les plus actifs dans la lutte menée, épée ou plume en main.

  • 21  Alain VIALA, « La genèse des formes épistolaires en français (XVIe-XVIIIe siècles), Revue de Litté (...)

11L’auteur, qui représente le parti français, justifie son texte en le présentant dès le début comme une réponse apportée à un hypothétique premier envoi dont on ne sait rien, si ce n’est au travers des thèmes que le rédacteur développe. Cette missive, ainsi légitimée, est une source d’informations sur la capitale, tout comme une banale correspondance, à la différence que les renseignements et les avis distillés entre les lignes de ce texte ont pour but de modifier l’opinion du lecteur, voire de l’influencer de manière à le rasséréner. Le choix d’un genre jugé neutre permet la dissémination d’informations contraires, sans pour autant effaroucher le public et éventuellement attirer ce dernier afin de l’amener à prendre connaissance du message véhiculé qui peut ainsi pratiquer ses effets persuasifs. Ainsi, sous le prétexte d’une « communication fictive (scripteurs et récepteurs des lettres) » est instaurée « une communication réelle et pertinente (auteur-public)21. »

  • 22  En 1808, le genre épistolaire de langue portugaise relatif à l’occupation et à la défaite français (...)

12Sous couvert d’une correspondance amicale22, le Lisboète joue la carte de la banalité ce qui tend à réduire l’écart entre le rédacteur et le public de la lettre de sorte que ce dernier se sente proche du scripteur et de ce fait enclin à adhérer à ses idées. De son côté, en renvoyant une réponse et en revêtant les habits du provincial destinataire du courrier, l’habitant de Coimbra admet le « code de conduite lectorale » sous-entendu dans la scénographie de la lettre privée. Il signifie ouvertement qu’il a assimilé les conventions de lecture et qu’il s’est approprié les stratégies d’écriture de la forme épistolaire proposée de prime abord : la symétrie des deux textes en est une preuve formelle. En revanche, cela signifie tout autant que le premier texte a rempli sa fonction puisque l’horizon d’attente de son lecteur a été mobilisé.

13Le déroulement du courrier est un exemple parlant de ce parallélisme des deux structures qui développent les mêmes thèmes, de telle sorte que la deuxième lettre paraît un travail de glose opéré sur le calque provenant des presses impériales et royales. Dès le début, les deux documents commencent par l’appellatif « Ami » qui impose d’une certaine façon, dans le cas du courrier écrit en mai, un rapport amical que le ressortissant de Coimbra décide de poursuivre, acceptant de cette manière les règles imposées par son interlocuteur, mais établissant de la même façon un rapport d’égalité. Par la suite, l’usage de la deuxième personne du singulier s’impose de lui-même, mais elle n’est pas employée de la même façon par les deux correspondants. Dans le premier cas, le recours à ce pronom est plus rare parce que l’intention de l’auteur est surtout de commenter les événements extérieurs et de se rapporter à des tiers, pour imposer sa vision sur la situation. Alors que dans le second texte, cet usage du tutoiement, inscrit dans une perspective dialogique qui pourrait être la manifestation de l’acceptation d’un ton cordial, manifeste en réalité une familiarité qui révèle, à terme, le peu de considération du rédacteur à l’égard de son allocutaire. Cette attitude de mépris traduit finalement le désir de détruire le contradicteur et ses affirmations.

  • 23  Anonyme, Carta […] de Lisboa…
  • 24  Anonyme, Carta da Província…

14Voyons à présent comment se présente l’incipit de la lette envoyée de Lisbonne : « Cher ami, l’empressement avec lequel tu me demandes des nouvelles de cette ville, me fait comprendre les idées de terreur qui par ici se répandent, se répètent partout telles l’écho ; et plus loin elles résonnent, plus de stupeur elles causent23. » Quelques mots-clefs regroupés dans cette phrase donnent le ton du discours et captivent l’attention des lecteurs assoiffés de nouvelles. Le scripteur, conscient de cette soif de nouvelles, en joue et en tire profit au travers de l’usage du champ sémantique de l’information (« nouvelles » ; « écho » ; « se répandent »). Ce filon est par ailleurs abondamment exploité et se manifeste dans les fonctions de la parole (d’où la prépondérance de verbes déclaratifs comme « demandes », « j’entends », « se répètent », « résonnent ») et de l’écoute qui sont omniprésentes et sont déclinées sous diverses tonalités telles que la crédulité, la manipulation et la divulgation. Cette circulation de l’information est censurée par l’auteur qui voit là une façon de créer et d’amplifier un sentiment de panique grandissant. Or, cette terreur n’est pas, à son avis, causée par les envahisseurs mais plutôt par la diffusion de nouvelles et de rumeurs. Face à la sollicitude manifestée par le Lisboète qui informe son correspondant, trois mois plus tard, la réponse de Coimbra résonne de la manière suivante : « Cher ami, j’ai encore présente à l’esprit ta lettre du 26 mai dernier, à laquelle je n’avais pas encore répondu jusqu’à ce jour à cause de l’interruption du courrier, mais je le fais à présent, en te remerciant pour toutes les nouvelles de la Cour, pour lesquelles tu mériterais bien un autre salaire. Sans doute, quelqu’un te l’administrera24. » Ainsi, par le truchement de cette « narration polyphonique », menée sur un fond thématique de rumeurs et de renseignements qui agitent la ville de Lisbonne et plus généralement, le pays tout entier alors sous la tutelle de l’administration française, les sujets les plus débattus sont abordés.

  • 25  Par ailleurs, le récit d’un incident relatif au sébastianisme est, dans presque tous les détails, (...)

15Ces textes se développent dans un double espace consacré au thème sébastianiste, mentionné dans les deux interventions mais développé de façon divergente. Mais avant de considérer sa récupération par le parti français et par le polémiste, voyons dans quel contexte s’inscrit cette croyance ancrée dans l’âme des Portugais, désireux d’obtenir un soutien, quel qu’il soit, dans une situation de plus en plus difficile à supporter. Le cas sébastianiste, qui plus tard donne naissance à une querelle polémique, est l’expression de mouvements populaires qui ébranlent le pays et qui ont été narrés par l’homme de lettres et l’économiste, José Acúrsio das Neves, dans son Histoire Générale de l’Invasion des Français en Portugal et de la Restauration de ce Royaume, et notamment par les autorités françaises. Un des récits spécifie qu’un homme aurait trouvé dans les entrailles d’un poisson une lettre du roi caché lui demandant de l’attendre sur les rives du Tage. Un lieu très fréquenté du fait qu’une rumeur courait selon laquelle l’escadre russe accueillait à son bord le roi sauveur. Selon d’autres échos, le roi caché se trouvait sur une île mystérieuse d’où il viendrait, suivi d’une puissante armée, pour terrasser Napoléon. Ces bruits anecdotiques ne recueillent pas seulement l’attention des Portugais, le gouvernement français est lui aussi informé de ces manifestations qui font l’objet de rapports, ce qui met en évidence son inquiétude à l’égard de cet enthousiasme sébastianiste25. Rapidement, la rumeur s’ébruite et requiert des renforts pour contrôler la foule et rétablir l’ordre public. L’agitation causée par la ferveur populaire traduit la constance du lien indissociable existant entre les sujets portugais et leur souverain, père du peuple. L’indéfectible lien filial est scellé par une dévotion religieuse rejetée par la France, accusée d’être sacrilège parce qu’elle est régicide et qu’elle pille les temples portugais.

16Face à cette conjoncture, le texte, majoritairement ancré dans le temps présent, celui de l’action napoléonienne, se déplace sur l’axe du temps pour faire référence à l’engouement sébastianiste comme s’il s’était agi d’un événement du passé récent mais révolu. C’est dans ce contexte que la première lettre affirme :

  • 26  Anonyme, Carta […] de Lisboa… Bandarra est un célebre cordonnier qui dans des prophéties à succès (...)

« J’ai cru que j’en éclaterai [des éclats de rire], lorsque j’ai vu la confusion que pendant un certain temps ont ici suscité les rêves sébastianistes, et quant aux hommes, qui paraissaient sensés, cherchaient par mille moyens de soutenir la possibilité de cette affaire. Cette manie fait partie du passé. Tous les Oracles se sont tus après avoir vu que les fêtes de Pâques n’ont pas apporté ce que promettait Bandarra26. »

  • 27  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

17Le déni de la réalité, révélé au travers des accusations de tromperie, résonne également dans les éclats de rire dont l’auteur accueille les thèmes abordés. En confinant dans le domaine du grotesque les éléments gênants, ceux-ci sont rabaissés à des absurdités et de ce fait réduits à néant. L’énoncé performatif, appuyé par la référence au philosophe qui rit, symbole de l’héritage culturel classique de l’auteur, ne se restreint pas à l’acte qui coïncide avec son énonciation, mais il détermine aussi, ou tout du moins c’est ainsi que le veut l’auteur, la destruction de l’objet de sa moquerie, lorsqu’il affirme : « tel un autre Démocrite, je ne fais qu’en rire » ou « je rirai de bon cœur27. » Au-delà des effets voulus pas le scripteur de la lettre, la construction du texte de même que les sujets abordés sont en réalité, bien plus qu’une description des événements en cours, le reflet des craintes, des projets et des espoirs du gouvernement français.

  • 28  Cf. Jacqueline HERMANN, « D.Sebastião contra Napoleão. A guerra sebástica contra as tropas frances (...)

18Face à la moquerie qui fustige les sébastianistes, le polémiste, dans sa réponse, défend la prédiction : « ces Prophéties au moins sont vraies, et toi tu ne dis que des mensonges ». Si la défense de la thèse de l’apparition miraculeuse du roi désiré n’est pas une évidence pour tous au Portugal28, le désir de restauration de la souveraineté lusitanienne, véhiculée par la prophétie, est une vérité incontestable. C’est pourquoi, la critique est rejetée dans la mise en évidence de la moindre faille dans le discours de son allocutaire. Aussi, la contradiction présente au cœur du discours du premier rédacteur est-elle décelée de même que le dénonciateur de prophéties est pris en flagrant délit de vaticination expansionniste :

  • 29  Anonyme, Carta da Província…

« C’est moi qui rit vraiment […] de tes Prophéties, qui sont encore plus extravagantes. Je n’aurais jamais cru que tu jouerais les Prophètes, mais je constate que tu veux passer pour un nouveau Bandarra29. »

19Après les pronostics messianiques si controversés et débattus, les événements récents de l’actualité sont commentés, c’est-à-dire l’insurrection madrilène du 2 mai et l’imminent débarquement des Anglais. Les nations espagnole et anglaise représentent deux périls qui se sont révélés dramatiques pour les Français présents sur les terres lusitaniennes, si la situation est observée de leur point de vue, comme cela est énoncé par le Général Thiébault lorsqu’il déclare :

  • 30  Paul THIÉBAULT, Relation de l’Expédition du Portugal faite en 1807 et 1808, par le 1erCorps d’Obse (...)

« Réduit à lui-même, il est donc certain que le Portugal serait resté tranquille ; mais quatre causes étrangères changèrent sa situation, et amenèrent les événements auxquels il servit de théâtre. La première de ces causes fut la communication continuelle des Anglais avec tout le pays, […]. La seconde, le soulèvement de l’Espagne, qui, en nous isolant, nous laissait sans communications avec la France, […]. La troisième, la présence d’une armée espagnole, presque de la même force de la nôtre, […]. Enfin, la quatrième, les revers éprouvés en Andalousie par l’armée du comte Dupont, et la prise de la flotte que nous avions à Cadix30. »

  • 31  Les feuillets les plus connus, parce qu’ils ont été réimprimés dans des ateliers typographiques po (...)

20Cette observation démontre combien les Français craignaient que la révolte se répande au Portugal avec tous les appels lancés par les Espagnols et les promesses de soutien renouvelées par les Anglais. Les papiers séditieux31 en provenance d’Espagne qui traversaient la frontière pendant le mois de mai et la présence des Anglais sur la côte portugaise étaient en effet des sujets d’inquiétude pour les envahisseurs.

21Pour éviter que la rébellion ne déferle sur le territoire portugais, le gouvernement français préfère négliger la gravité de la situation, suivi dans cette ligne de conduite par le supposé expéditeur lisboète. Ce dernier décide de rejeter les différents arguments énoncés avec un ton désapprobateur pour anticiper de cette façon toute velléité de contestation. Il défie l’évidence même, refuse d’envisager son échec et s’enferme dans le mensonge : le 2 mai n’est qu’une « perturbation » due aux discordes entre les membres de la famille royale qui nuisent au pays entier et qui provoquent des « scènes d’horreur » :

  • 32  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

« La même chose se produit avec les visionnaires des récurrentes perturbations de l’Espagne. Ils sont déjà terrorisés après qu’ils ont vu la nouvelle forme qu’a adopté le gouvernement espagnol, et le résultat du 2 mai. A l’exception de quelques fous, qui ne croient pas à la Gazette d’Espagne, insinuant faussement qu’elle est faite à Lisbonne ; tous les autres ont compris que les désordres, et l’Anarchie disparaît peu à peu de ce Royaume, ainsi que parmi nous avec l’arrivée de l’Armée française32. »

  • 33  VIALA, « La genèse des formes épistolaires … », p. 177.

22De son côté, le style informel de la réponse, voire même populaire ne confère que plus de réalisme à cette lettre polémique. Le ton, marqué par des phrases interrogatives rhétoriques, est véhément, propre à enflammer les esprits déjà mécontents. L’auteur ne se propose pas de réduire à néant l’argumentation de son interlocuteur par le biais du rire car cela est devenu inutile, le cours des événements entre la première et la seconde lettre s’est chargé de démontrer combien le rédacteur lisboète était dans l’erreur. Cette nouvelle situation, correspondant au mois de septembre, l’habitant de Coimbra la présente en qualité de témoin ayant subi l’invasion française. Il a ainsi toute la légitimité à pouvoir s’exprimer et « il y a là un processus d’identification entre auteur et public (et peu importe à cet égard que le tiers, le destinataire, soit réel ou fictif)33. » La parole du polémiste n’en devient que plus persuasive, d’autant que la construction de son autorité repose sur des critères non discursifs d’entente, voire de connivence et de légitimité. C’est de cette façon que le rédacteur interpelle son public en lui rappelant la suite des événements et en la confrontant aux conjectures de la première missive :

  • 34  Anonyme, Carta da Província…

« ceux que tu nommes Anglomaniaques, […] ont vu mieux que toi les grandes Escadres, et ont proposé un pronostic plus véridique du débarquement de nos amis anglais, que tu tenais pour impossible. Et les visionnaires des perturbations d’Espagne n’ont-ils pas vu juste aussi ? Vois-tu que ce qu’ils disaient est en train de se produire ? […] ces gens, mon ami, comme ils portent le poids des ans, en savent plus et sont plus expérimentés […] c’est pourquoi ils ne prêtaient aucune foi à la Gazette d’Espagne, qui en ce temps-là avait pour Auteur un disciple de la même Ecole de celui qui était à Lisbonne jusqu’à ce jour, et dont nous ne faisons aucun cas, car c’est tout ce qu’elle mérite, à ne débiter que mensonges, idioties, et sottises34. »

23On constate ici la référence faite au contrôle des Français sur la presse et plus concrètement sur les deux gazettes (d’Espagne et de Lisbonne) citées qui sont considérées comme mensongères.

24L’allusion aux nations anglaise et espagnole ainsi qu’à leur éventuelle mise en déroute introduit le sujet suivant et aborde le projet d’unification de l’Europe par la domination de la France impériale qui prévaut dans la partie finale du discours. La vision napoléonienne est présentée en effectuant une projection dans l’avenir au travers du recours au futur « pourra » et par l’expression de temps « d’ici peu ». Dans la restructuration de l’Europe esquissée par Napoléon, l’intégration des territoires lusitanien et espagnol au sein de l’empire hégémonique de l’empereur français est perçue comme une évidence car « ce n’est qu’ainsi que l’Europe deviendra une seule et même famille ». Dans cette ligne de pensée, le raisonnement se poursuit avec l’affirmation suivante :

  • 35  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

« Ce que tu peux tenir pour certain est que le cours de notre vie est tel que l’a dessiné la fuite du Prince, et l’abandon dans lequel ils nous a laissés, et d’ici peu nous aurons un nouveau Souverain, uni avec les Espagnes au système fédératif de la France ». Est également prévu l’entrée des îles britanniques dont l’évocation passe par une comparaison entre Londres et Carthage : « Crois bien que Londres, malgré le retard, pourra être d’ici peu une autre Carthage35. »

25Toutes ces nations sont amenées à perdre le combat contre l’armée impériale : l’Espagne parce qu’elle est soumise au fanatisme et aux divisions qui déchirent sa Cour et l’Angleterre parce qu’elle est affaiblie par le blocus continental. Parallèlement à l’exposition de l’invincibilité des desseins français, les références à Carthage et Mithridate consolident l’idée selon laquelle Napoléon est un grand empereur comparable aux grands conquérants des temps classiques. Son plan se veut scientifique, objectif et à l’écart de toute accusation de mysticisme, c’est pourquoi la lettre déploie un argumentaire idéologique expansionniste et centralisateur enraciné dans un champ lexical scientifique et politique qui rejette toute approximation. L’idéologie napoléonienne est symbolisée par le système solaire, le centre de ce système étant de toute évidence la France et son Empereur.

26Dans l’antithèse élaborée en Septembre, le projet napoléonien d’une nouvelle Europe inspirée par la raison est cité ipsis verbis : « C’est un pur délire de fanatisme politique, aussi bien que religieux, dont il ne peut que résulter des dommages ! Ou, à vrai dire, c’est pure folie ». Ce à quoi il ajoute aussitôt : « Et je dirai aussi la même chose de toi : c’est pure folie ! ». Cette réplique terrasse d’un ton moqueur, avec des apostrophes restreintes au champ sémantique du mensonge et de la folie, l’argumentation du parti français : « tu as perdu la tête ». À trois reprises, les éléments qui constituent le projet précédemment cité sont rejetés :

  • 36  Anonyme, Carta da Província… (C’est nous qui soulignons).

« Le Général français, que tu espères voir gouverner à Londres, sera imaginaire […] Tu verras (et c’est cela qui est conforme à la raison) les grandes Escadres de la très puissante Angleterre sur toutes les mers affrontant le Monde entier […] Tu ne verras jamais à Londres ce qui s’est produit à Carthage36. »

27Cette partie de la contre-argumentation s’oriente exclusivement vers la satire et l’invective. En outre, l’auteur se sert de citations de la lettre de mai pour balayer d’une phrase le rêve de Napoléon et de ses serviteurs.

  • 37  Anonyme, Carta da Província…

28La vision véhiculée dans les réparties du polémiste est celle d’un refus total de la domination française. La possibilité même que les Français puissent un jour concrétiser leur projet est écartée de manière catégorique dans cette seconde phrase qui correspond à une sorte de bilan de la situation, puisqu’il s’agit de la dernière intervention de cette fausse correspondance et de cette vraie pasquinade qui s’interrompt à cause de la défaite et du retrait du premier correspondant. De surcroît, cette conclusion s’achève par une invitation à réaliser par devers soi un état des lieux et par un jugement impitoyable : « Adieu mon ami. Sois raisonnable car c’est ce qui doit te manquer le plus ». Voilà un énoncé construit parallèlement à la salutation du Lisboète qui disait : « Adieu mon ami, j’espère que tu iras bien ». Pour finir, il poursuit avec un post-scriptum irrévocable : « La France ne concrétisera jamais ces projets37… »

  • 38  Cet éloignement est traité par le biais du motif de la nef des fous, réminiscence de représentatio (...)

29Enfin, un autre thème moins controversé que la « guerre sébastique » est celui de la folie et plus précisément celui de l’asile de fous. La représentation littéraire de la démence, héritée de l’époque classique, permet de dénoncer la collaboration de certaines franges de la société portugaise avec le gouvernement français et de reléguer ces « amoureux des Français » dans un espace à part. L’évocation de cette collaboration qui peut aller de l’accommodation jusqu’à la défense de convictions politiques, est accompagnée de propos railleurs, virulents et surtout menaçants, qui traduisent une atmosphère pesante de persécution et de terreur au cours de laquelle toute personne soupçonnée d’accointance avec les Français est inquiétée. C’est au titre de cette aliénation que les observations de l’auteur lisboète sont confondues et annulées de telle sorte qu’il est parfaitement inutile de les réfuter. Aussi devient-il plus qu’évident que les fous doivent être écartés38 du reste du monde afin de préserver les êtres doués de raison et de principes d’un comportement qui peut être contagieux et dangereux pour l’avenir de la nation portugaise.

  • 39  Cette symétrie, ici flagrante, se vérifie dans la récupération du texte pro-français à partir duqu (...)

30Sur un ton d’abord amical, qui peu à peu devient condescendant, le texte pro-français, dans l’intention de faire table rase, cherche à éteindre la dernière étincelle d’espoir nourrie par les prophéties sébastianistes et par les promesses de soutien envoyées par les autres nations. Cela étant fait, l’auteur expose les idées qui doivent remplacer les valeurs jusqu’alors en vigueur. Ainsi il oppose le Prince Régent, D. Jean VI, à l’Empereur en justifiant une telle proposition sous le prétexte que l’Europe est dilacérée par la « discorde en Espagne » ; les « intrigues » en Angleterre ; et le bouleversement subi par le Portugal à cause du départ de « l’ancien ministère ». Face à cette dramatique situation, un tableau est brossé avec des tons prédominants de paix, de sécurité et d’union obtenue grâce à l’entrée dans un système fédératif et centralisé. En opposition à cette idéologie napoléonienne se présente l’argumentation du polémiste qui défend le régime monarchique absolutiste en tant que fondement indispensable à la Religion. La défense des valeurs traditionnelles dans lesquelles sont réunis Dieu, le peuple portugais et le Souverain est affirmée parce qu’elle représente la seule rédemption possible contre le bouleversement qui a ravagé la nation française pendant la Révolution. Le choc de ces idéologies révélées par le biais des deux lettres qui fonctionnent comme la thèse et l’antithèse d’un débat, se lit dans le développement des mêmes thèmes travaillés en parallèle39.C’est en fait une pratique représentative de l’exercice de contre-propagande inséré dans une idéologie de la sédition organisée contre les tentatives de manipulation française.

Haut de page

Notes

1  José Acúrsio das NEVES, História Geral da Invasão dos Franceses em Portugal e da Restauração deste Reino, tomo II (Lisbonne, Oficina de Simão Tadeu Ferreira, 1810), p. 231.

2  Service Historique de la Défense, Vincennes, (la traduction est de nous, il en est de même pour toutes les citations de textes en langue étrangère).

3  Les contacts entre les navires anglais et les habitants semblent fréquents, et les proclamations de l’amiral Cotton sont de plus en plus insistantes à partir du mois de mai.

4  António FERRÃO, A 1ª Invasão Francesa : a Invasão de Junot vista através dos Documentos da Intendência Geral da Polícia, 1807-1808 : Estudo Político e Social (Coimbra, imprensa da Universidade, 1923), p. 346. L’événement est rapporté dans le bulletin n° 14 du 15 mai. Il s’agit d’un recours assez usité puisque des cas tels que celui-ci se manifestent sur le littoral français.

5  Cf. Rapport n° 7 du 11/05/1808 adressé à Junot par l’Intendant Général de la Police, Lagarde. FERRÃO, A 1ª Invasão… , p. 341.

6  « Lisboa », Gazeta de Lisboa, 17 mai 1808.

7  Pendant ce mois, Junot se plaint auprès du Grand Duc de Berg, Murat, dont il n’a pas encore reçu les lettres envoyées d’Espagne. Cf. Service Historique de la Défense. La documentation de l’armée française compulsée au cours de notre doctorat (« Le mythe napoléonien au Portugal » sous la direction de Bernard Vincent, EHESS) s’est révélée une source précieuse dans l’étude des invasions napoléoniennes au Portugal.

8  Cf. Arquivo particular dos Senhores D. António e D. Manuel de Almada e Lencastre. Cf. FERRÃO, A 1ª Invasão…, p. xi.

9  Pour de plus amples informations sur la notion de propagande noire, cf. Guy DURANDIN, L’Information, la Désinformation et la Réalité (Paris, P.U.F., 1993). La purge des documents de propagande française est illustrée par l’édit du 6 septembre 1810 : « Toute personne qui aura en sa possession des Proclamations des Généraux Français ou tout autre papier incendiaire, éparpillés par ses Agents, afin de suffoquer l’énergie des Habitants de ce Royaume […] est obligée de les remettre à Lisbonne au Desembargador da Casa da Suplicação ».

10  Lucas Seabra da Silva a été nommé par le prince régent D. Jean VI au poste d’Intendant Général de la Police, et il reste au gouvernement provisoire jusqu’à l’arrivée de Lagarde.

11  Rapport du 20/12/1807 adressé à Junot par l’Intendant Général de la Police, Lucas Seabra da Silva. FERRÃO, A 1ª Invasão…, p. 62.

12  Des documents étaient imprimés en Angleterre pour être ensuite divulgués au Portugal. Ainsi Lucas Tavares, censeur royal, à qui la permission de réimprimer une œuvre est sollicitée, révèle que cette « Oraison panégyrico-proclamatoire, récitée en présence des Personnages les plus respectables de l’Algarve, a été imprimée à Londres, signe qu’elle a mérité l’approbation générale » et ajoute « je serais bien téméraire de prétendre suffoquer la voix du Public » (Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Real Mesa Censória, carton 63).

13  Le « Desembargo do Paço » était un tribunal royal qui, entre autres tâches, avait la responsabilité d’accorder les imprimaturs nécessaires à la circulation des ouvrages.

14  Anonyme, Carta escrita por um Amigo de Lisboa a outro da Província (Lisbonne, Impressão imperial e real, 1808).

15  « Sur l’ordre du Gouvernement ».

16  La Gazeta de Lisboa est un des éléments qui nous informe concrètement sur l’avancée progressive de la domination française sur les institutions lusitaniennes. Quand la gazette porte la mention du privilège concédée par le trône portugais (« Com privilégio de S.A. Real »), à partir du mois de février cette indication n’émane plus de Son Altesse Royale, mais plutôt du Gouvernement. À la même période, les décrets et les documents officiels émis par l’imprimerie dite « royale », fondée sous l’égide du Marquis de Pombal, démontrent que cette officine est passée sous la tutelle de l’administration française, car on peut lire sur la première page « imprimerie impériale et royale ». En outre, les requêtes sollicitées au Desembargo do Paço ne sont plus adressées au Prince Régent, mais à sa Majesté Impériale et Royale, Napoléon. Par la suite, le mois d’avril inaugure l’apparition de l’aigle impériale placé en exergue sur la première page de la gazette en lieu et place des armes royales. Ce changement traduit la dissolution du Conseil de Régence qui détermine la suspension de toute relation entre le pays et l’autorité du Prince Régent, D. Jean VI, qui avait désigné les membres du Conseil et leur avait confié les rênes du pouvoir, lors de son départ.

17  « Avec la permission du Gouvernement ».

18  Hipólito José da COSTA, Correio Brasiliense ou Armazém Literário, vol. I (Londres, W. Lewis, 1808).

19  Anonyme, Carta da Província escrita a um Amigo de Lisboa, em que lhe mandava Notícias da Corte (Lisbonne, oficina de João Evangelista Garcez, 1808).

20  Roger CHARTIER, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés traditionnelles, XVIIe-XIXe siècle », Bulletin d’Information du Centre de Recherches Historiques, n° 2, (1984), p. 3-8.

21  Alain VIALA, « La genèse des formes épistolaires en français (XVIe-XVIIIe siècles), Revue de Littérature Comparée, n° 2, (1981), p. 179.

22  En 1808, le genre épistolaire de langue portugaise relatif à l’occupation et à la défaite française, représente 6 % de la production imprimée (ce résultat est obtenu en considérant qu’il existe quelques trois cents documents imprimés relatifs à la première invasion française pendant l’année 1808). L’année suivante, cette veine est encore exploitée mais elle semble perdre de sa vigueur bien qu’elle soit renforcée par des lettres de langue anglaise. Expéditeurs historiques défunts qui délivrent leur analyse de la situation tels que Sully ou bien William Pitt, courriers exhumés du passé de thématique sébastianiste, échanges anonymes sur les événements en cours, appels à la révolte, témoignages de participation aux actions de résistance, courriers factices forgés par les membres du parti français : les exemples en la matière ne manquent pas. Soumis à divers desseins répartis entre la critique, la satire, la dénonciation et la propagande, ces textes, bien souvent anonymes, sont l’œuvre d’un parti défendant ses idées.

23  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

24  Anonyme, Carta da Província…

25  Par ailleurs, le récit d’un incident relatif au sébastianisme est, dans presque tous les détails, similaire à la narration faite par José Acúrsio das Neves. Ainsi, le général de division Thiébault, mi-amusé, mi-inquiet par ces ridicules croyances populaires, adresse à Clarke, le ministre de la Guerre, un rapport circonstancié sur les événements qu’il situe au 9 mars 1808 concernant la découverte d’un œuf prophétique portant l’inscription « D.S.R.P. » soit « Dom Sebastião Rei de Portugal ». José Acúrsio das Neves éclaire le lecteur quant à l’astucieuse apparition des lettres alors que Thiébault se limite à faire référence à la supercherie dévoilée et rendue publique, selon les ordres de Junot qui commandite une investigation dans le but de saisir le responsable de cette plaisanterie. Cf. NEVES, História…, p. 146-148.

26  Anonyme, Carta […] de Lisboa… Bandarra est un célebre cordonnier qui dans des prophéties à succès prophétise un futur glorieux à la nation portugaise.

27  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

28  Cf. Jacqueline HERMANN, « D.Sebastião contra Napoleão. A guerra sebástica contra as tropas francesas », Topoi, (2002) : 108-133 ; ou Georges Boisvert, « La guerra sebástica à Lisbonne en 1810. Les dessous de la polémique », Arquivos do Centro Cultural Português, XIX, (1983), p. 671-685.

29  Anonyme, Carta da Província…

30  Paul THIÉBAULT, Relation de l’Expédition du Portugal faite en 1807 et 1808, par le 1erCorps d’Observation de la Gironde, devenu Armée de Portugal (Paris, Chez Magimel, Anselin et Pochard, 1817), p. 108.

31  Les feuillets les plus connus, parce qu’ils ont été réimprimés dans des ateliers typographiques portugais, sont notamment la Proclamação feita pelos Espanhóis às Tropas Francesas que Bonaparte tinha na Espanha nos Princípios da Revolução ou la Proclamação que a Suprema Junta, Governadora do Reino faz à Nação Espanhola. Nous pouvons aussi évoquer des manifestes espagnols exclusivement adressés au peuple portugais comme celui-ci : « Portugais, votre sort a certainement été le plus dur de tous ceux dont aucun autre Peuple de la terre n’a été touché » présent au Service Historique de la Défense.

32  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

33  VIALA, « La genèse des formes épistolaires … », p. 177.

34  Anonyme, Carta da Província…

35  Anonyme, Carta […] de Lisboa…

36  Anonyme, Carta da Província… (C’est nous qui soulignons).

37  Anonyme, Carta da Província…

38  Cet éloignement est traité par le biais du motif de la nef des fous, réminiscence de représentations pictographiques et littéraires encore très présentes dans la littérature portugaise, dans des gravures et des pamphlets. Cf. José Daniel Rodrigues da COSTA, Embarque dos Apaixonados dos Franceses para o Hospital do Mundo, (Lisbonne, Impressão régia, 1808).

39  Cette symétrie, ici flagrante, se vérifie dans la récupération du texte pro-français à partir duquel est réalisée une contre-argumentation de la partie adverse. La contestation ainsi organisée renvoie vers une idée de décodification et d’éclaircissement qui s’appuie sur le recours à la scholie. Ainsi une grande partie de la littérature pamphlétaire produite fin 1808 et au cours de l’année 1809 s’approprie les discours français pour ensuite dénoncer leur duplicité par le truchement d’annotations qui peuvent apparaître dans une colonne en regard du texte français traduit en portugais, ou encore suivi d’une décryptage signalé en italique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sofia Mendes Geraldes, « La guerre des lettres au Portugal », Rives méditerranéennes, 36 | 2010, 43-57.

Référence électronique

Sofia Mendes Geraldes, « La guerre des lettres au Portugal », Rives méditerranéennes [En ligne], 36 | 2010, mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/3894 ; DOI : 10.4000/rives.3894

Haut de page

Auteur

Sofia Mendes Geraldes

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Université Toulouse II – Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org