Navigation – Plan du site

Répression et censure durant les « Invasions Napoléoniennes »

Une voie étroite pour les Français installés au Portugal…
Michèle Janin-Thivos
p. 27-42

Résumés

Les marchands français installés au Portugal furent particulièrement visés par la répression qui suivit le départ des troupes de Junot en septembre 1808. L’épuration était une réaction à l’occupation militaire qu’ils avaient pu soutenir et était justifiée aux yeux des autorités par le fait que beaucoup d’entre eux étaient impliqués dans le commerce des livres et avaient encouragé la circulation d’idées « jacobines ». Prison, séquestre de biens, expulsion touchèrent de nombreuses familles et même ceux qui avaient pris la nationalité portugaise ne furent pas épargnés s’ils étaient suspectés d’être des francs-maçons.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

armée, répression

Géographie :

Portugal

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L’exaltation du sentiment patriotique durant les invasions françaises conduisit les Portugais à reconsidérer l’étranger − et particulièrement le Français − au cours de cette période. En effet, vers la fin du XVIIIe siècle, de nombreux Français étaient établis au Portugal, comme artisans spécialisés, domestiques et serviteurs des Grands ou encore négociants. Beaucoup n’étaient pas naturalisés et leur attachement à la France « régénérée » était variable. À l’arrivée des troupes françaises commandées par le général Junot, leur enthousiasme ne fut pas unanime et après leur retrait, la Convention de Sintra le 30 août 1808, signée entre Junot et Dalrymple pour les Anglais, régla leur situation en prévoyant dans son article XVI :

  • 1  Publiée sur www.histoire-empire.org/docs/traites/cintra.htm, site consulté le 3/9/2007.

2« Tous les sujets français ou des puissances amies et alliées de la France, domiciliés dans le royaume de Portugal, ou s’y trouvant occasionnellement, seront protégés, leurs propriétés de toute nature, mobilières ou immobilières, respectées. Il leur sera libre de suivre l’armée française ou de continuer de rester en Portugal : et dans l’un et l’autre cas, leurs dites propriétés leur seront garanties, avec la faculté de les conserver ou de les vendre, et d’en faire passer le produit en France ou dans tel lieu qu’ils auront choisi pour leur domicile, et ce, dans le délai d’un an. Bien entendu que les bâtiments marchands seront exceptés de cette disposition, mais seulement quant à leur sortie du port et que les stipulations ci-dessus ne pourront servir de prétexte à des spéculations commerciales1. »

  • 2  Le Portugal est gouverné par le régent au Brésil et par un gouvernement nommé par lui à Lisbonne. (...)
  • 3  Le maréchal Soult entre au nord en février 1809 jusqu’en mai ; l’armée commandée par Masséna pénèt (...)
  • 4  Wellington le 24 septembre 1809 fait part de son profond mécontentement au nom de la liberté d’opi (...)
  • 5  José de Oliveira Barreto avait été envoyé par le régent auprès de Junot.
  • 6  Créé le 24 décembre 1808.

3Junot marquait ainsi un réel souci de préserver les Français des représailles et de leur éviter ce qu’il avait lui-même imposé aux Anglais en décembre 1807 : l’expulsion, l’arrestation des réfractaires, la saisie de leurs biens personnels et de leurs marchandises. Toutefois, le délai d’un an n’était pas encore écoulé que des arrestations furent réalisées par les gouverneurs portugais2 qui exerçaient le pouvoir au nom du régent installé au Brésil et en septembre 1809, devant la menace d’une nouvelle invasion française3, bon nombre d’entre eux furent assignés à résidence, emprisonnés ou expulsés, leurs biens confisqués. Cette mesure suscita la critique des Anglais qui avaient signé l’accord de Sintra et siégeaient désormais au conseil de gouvernement4. De même, le gouvernement du régent à Rio − qui avait encouragé la collaboration avec les Français en novembre 1807 et souhaitait voir protéger ceux qui avaient agi avec son aval jusqu’au 1er février 18085 − désirait contrôler les modalités d’éventuels règlements de comptes. Il avait rappelé le 12 janvier 1809 que les suspects devaient être jugés par un tribunal, le tribunal da Inconfidência6, chargé des affaires de trahison et qu’aucune peine de mort ne devait être prononcée sans sa confirmation.

  • 7  Il restera en place jusqu’en 1810, s’effaçant peu à peu devant Jeronimo Francisco de Lobo qui lui (...)

4 Les gouverneurs de Lisbonne agissaient donc de manière autonome, sous la pression populaire qui voulait voir châtier traîtres « afrancesados », jacobins français ou Français tout court, puisque désormais aux yeux de l’opinion publique, le Français était assimilé au traître et devint un suspect, tandis que l’intendant de police Lucas de Seabra da Silva7encourageait à la délation et organisait la répression. L’épuration qui fut menée dans ce contexte pose plus largement la question de la définition de la nationalité et de l’insertion des étrangers dans la société portugaise dans ce climat de patriotisme exacerbé. En effet, les Français qui furent confrontés à la répression étaient parfois installés au Portugal depuis longtemps, voire plusieurs générations. Au XVIIIe siècle, on pouvait rester membre de la « nation française, pour défendre ses intérêts économiques et les privilèges qui y étaient rattachés ou par choix affectif, même si on résidait depuis fort longtemps dans la ville ou si l’on était né de mère portugaise. Les autorités portugaises avaient parfois exigé le changement de nationalité pour des raisons de conflit extérieur − dans la guerre de succession d’Espagne et en 1762, décision à la fois générale et provisoire ; tous avaient été naturalisés, mais ils avaient ensuite pu revenir à leur statut antérieur. Ici, entre 1807 et 1811, la politique des gouverneurs remit en jeu les stratégies des familles françaises dans leur intégration au Portugal en les obligeant à un choix clair entre le royaume ou la France.

Des Français assimilés à l’étranger et à l’ennemi 

  • 8  Archivo Nacional de Torre do Tombo (désormais ANTT), IGP (intendance de police), maço 584, doc 11.
  • 9  Fernando Dores Costa« Franceses e jacobinos ». Movimentações “populares” e medidas de polícia em (...)
  • 10  La presse libre portugaise se développe en Angleterre, lui donne une base idéologique « loin des i (...)
  • 11  Antonio Pedro Vicente, « O tempo de Napoleão em Portugal, Estudos históricos », Lisboa, 20  et  “P (...)
  • 12  José Acursio das Neves (1764-1834), pamphlétaire très actif, laisse une História geral da invasão (...)
  • 13 Ana Cristina ARAÚJO, op cité : exemple de « Victoriosas promessas de Christo a Portugal… »  en 1808 (...)
  • 14  Neves, op cité p301-304 et Araujo, op cité, p 51-53.
  • 15  Cf J.CARO BAROJA, Los judios en la España moderna y contemporánea, Istmo, Madrid, 1978, tome 3, pp (...)
  • 16  30 œuvres entre 1808 et 1810 sur « guerra sébastica » ; réimpression des Trovas de Bandarra à Lond (...)

5Pour l’opinion publique, la qualité de Français était basée sur l’origine géographique, la filiation, la langue maternelle et les Français d’origine restaient des Français malgré une éventuelle naturalisation. La guerre renforça ce sentiment xénophobe : « leur nom ne les accuse que trop et je tremble d’en dire davantage »8, écrit un délateur à propos de Jacques Raton pourtant fixé au Portugal depuis 1747 et seul négociant français à avoir gardé la nationalité portugaise après 1762. La diabolisation des Français qui s’élabore au cours des années 1808-18109 est basée sur l’accusation de « jacobinisme », car tout Français serait un révolutionnaire en puissance qui mettrait en danger la société portugaise. Ils développeraient la contestation à travers des « clubs » qui se tiendraient dans les auberges, les tavernes et les cafés qu’ils fréquentent comme l’auberge de Jorge la Tour où l’on diffuserait nouvelles et ouvrages. La confusion qui s’opère entre « français », « afrancesado », « jacobin » et leur association à la guerre et la misère explique non seulement ces craintes, mais sera aussi à l’origine du discrédit de la France qui touchera une partie des élites se tournant vers l’Angleterre10. Elle fut entretenue par une véritable « guerre de papier » qui s’amplifia de juin 1808 jusqu’à 1814 (plus de 1000 feuillets)11 et construisit l’image d’un Napoléon porteur de la Révolution Française et de « son infernal système »12. Même si ces pratiques de diffusion de l’imprimé donnent paradoxalement naissance à une nouvelle culture politique dans laquelle l’idée du rôle du peuple, de la nation, s’élabore, il s’agit toutefois d’une récupération par les élites traditionnelles qui prend une dimension de guerre de religion : la victoire sur les Français est la victoire de Dieu et non des hommes13. L’anti-judaïsme est agité dans des pamphlets anti-napoléoniens14 qui évoquent la menace d’une armée française formée « de 12 000 soldats et 12 000 Juifs »15. Les Juifs marocains de Lisbonne en 1809 se plaignent d’être continuellement harcelés sous l’accusation d’être des espions des Français. On retrouve dans ces publications traditionalistes, l’exploitation des peurs et des thèmes les plus irrationnels enracinés dans les superstitions populaires comme le sébastianisme16. Les Français libertins sont dénoncés comme ennemis de la religion pour des raisons multiples : impiété, matérialisme, ou protecteurs de l’islam ou du judaïsme1.

  • 17  Expédition du Roussillon en 1793.

6Le réflexe xénophobe s’élargit à d’autres catégories. On assimile aux Français des étrangers originaires d’États contrôlés par Napoléon : l’opinion publique refuse de reconnaître la qualité de Suisse, Piémontais, Sarde, Italien, volontaires ou enrôlés de force dans les armées françaises, qu’elle considère tous comme Français pour leurs choix politiques de « jacobin » même s’ils s’en défendent. Le développement de la Révolution Française, la participation du Portugal à la guerre contre la France17, avaient conduit à créer cet état de méfiance vis-à-vis de l’étranger dès 1794 et des mesures restreignirent leur circulation : listes pour vérifier les identités de ceux qui se font passer pour Allemands ou Italiens, obligation du passeport, puis interdiction de se fixer dans certaines villes, et même assignation à résidence forcée dans l’Alentejo ou le Tras-os-Montes.

  • 18  Refus du code civil, de l’idée même de constitution, de la liberté de la presse et de la liberté d (...)
  • 19  ANTT, IGP (livres 10, 84, 85, 86) et Ministerio do Reino  (caixa 556 et 557, maço 445 sur les natu (...)

7On constate donc que le sentiment anti-français n’est pas seulement la dénonciation d’une occupation et des troubles qu’elle entraîne, mais est aussi le rejet d’une idéologie18 jugée étrangère au Portugal par les élites traditionnelles et de larges couches de la population. Et ceux qui sont favorables aux changements sont assimilés aux Français, donc traîtres à la Nation. Toutefois les mesures de représailles contre ces différentes catégories seront graduées et étalées dans le temps comme en témoignent les archives de l’intendance de police et celles du ministère du Reino19 analysées ici. Tous les Français ne sont pas poursuivis pour les mêmes motifs : l’épuration qui touche les soldats, déserteurs et fauteurs de troubles ne sera pas évoquée ici. Nous retiendrons seulement les cas plus significatifs des marchands libraires et ceux qui étaient engagés dans la franc-maçonnerie, victimes d’une répression politique pour leur rôle réel ou supposé dans la diffusion des idées nouvelles.

La violence « patriotique » contre les Français

  • 20  Porto connaît des troubles intenses et durables. Par exemple, le marchand Nicolas Guignebaud subit (...)
  • 21  Cité par Raul BRANDÃO, El-Rei Junot, Livraria Brasileira, Lisboa, 1968, p 326-8. Voir aussi Manuel (...)

8La violence contre les Français s’exprime spontanément20, mais est aussi récupérée et orientée en octobre 1808, puis, après les appels au calme de l’intendance de police et du gouvernement, reprend en janvier 1809. L’état d’esprit de la population à l’égard de ces Français installés pour affaires au Portugal depuis fort longtemps peut être relevé dans l’exemple de Jean Baptiste Reycend. Dès le 15 septembre 1808, tandis que les troupes françaises embarquent pour la France, sa boutique de libraire est mise à sac à Lisbonne. Dans les jours suivants, un pamphlet21 qui l’attaque personnellement circule dans la ville. La diffusion de ces feuillets est assurée par la Confrérie des aveugles qui « chantait ces textes dans les rues » et se posait en concurrent des libraires officiels en touchant les milieux populaires. Le contenu de ce pamphlet pourrait n’être qu’anecdotique dans la masse d’écrits qui circulent dans la ville ; pourtant il porte l’attention sur un acteur particulier et des éléments qui permettent d’analyser les rapports ambigus qu’entretiennent les Portugais et les Français fixés au Portugal.

  • 22  Les accusations contre Bonaparte « qui en Egypte est mahométan » sont largement reprises comme dan (...)

9Sur le ton de l’ironie, il est demandé de rapporter dans la boutique de « JB Reicend, marchand de livres », des ouvrages qui auraient fait une « révolution » et seraient échappés. Suit une sorte de catalogue, comme ceux que les libraires de Lisbonne, majoritairement Français, publiaient chaque année. L’auteur du pamphlet cite une liste d’ouvrages imaginaires aux noms évocateurs qui attaquent en réalité la présence française : ainsi « L’art d’être protégé » où l’on se réfère à l’expression populaire « protéger à la française » dénonce une fameuse déclaration de Junot assurant les Portugais de sa protection, alors qu’à leurs yeux il pille le pays. « L’usage et l’abus de Vénus » fait référence au comportement immoral des soldats français, à leur esprit libertin, tout comme « Le catéchisme ou manière de faire l’oraison à la française » rappelle les méthodes de contrainte, d’exploitation utilisées par les généraux. Les « Preuves de la politique d’humanité et gratitude de Junot à la troupe espagnole », « Le trident enragé » (pour Junot, Laborde, Loison) etc…, ouvrages attribués « au gouverneur de Paris » (Junot), ou « au grand rabbin Pierre Lagarde », à Delaborde etc… dénoncent l’action des administrateurs mis en place par Junot à son arrivée. L’ensemble du texte valorise le peuple portugais qui a été trompé, maltraité par les Français, alors que certaines personnalités portugaises sont dénoncées pour leur collaboration avec les troupes étrangères. Les comportements des soldats français, de leurs généraux, de Junot et au-delà Napoléon sont ainsi stigmatisés : violence, traîtrise, amoralité, rapacité etc. Mais, le pamphlet exprime aussi un point de vue sur les idées que les Français représentent : l’auteur défend la foi et la religion traditionnelle menacée par « Hérode Antéchrist », rejette « la liberté de conscience », l’athéisme etc. Au-delà, certaines attaques sont plus douteuses : pour dénoncer la barbarie des Français, on fait appel à un registre qui tend à les assimiler au monde musulman22 (leur vocabulaire « en langue mameluk », ou leur attitude de « soldats du désert de Libye plus qu’hommes de l’Europe ») ou encore aux Juifs (Lagarde est qualifié de grand rabbin, « célébré dans toutes les synagogues d’Europe », utilisant le Talmud…).

  • 23  Ils avaient pourtant bien accueilli les Français et exhorté les Portugais à l’obéissance en 1807. (...)
  • 24  20 juin 1810, Don José Joaquim da Cunha de Azeredo Coutinho.
  • 25  Voir par exemple les critiques de l’auteur du manuscrit 1664 de l’université de Coimbra.

10Par sa forme et son adresse, le texte vise donc à la fois les troupes de Junot et leurs exactions, fruit de la politique de Napoléon à ce moment précis, mais au-delà il met en évidence le lien réel ou supposé des libraires français et leurs livres avec les idées révolutionnaires et leur transmission au Portugal. Ce pamphlet renoue avec les objectifs de la politique de censure menée à partir des années 90 contre les idées et la politique françaises. Il développe une thématique que l’Eglise reprendra particulièrement à travers les pastorales des évêques23 affichant leur opposition aux Français : l’évêque des Açores écrit le 5 août 1809 : « l’admission de livres impies … a apporté le venin qui a tué la foi, peste qui a fait applaudir le vice au détriment de la vertu », ce que complète celui d’Elvas24, lorsqu’il dénonce « la liberté, ce mot magique qui a mobilisé de foules mais a imposé des chaînes encore plus lourdes, ce mot magique n’existe pas », dit-il, « les hommes qui se disaient défenseurs de l’humanité opprimée, la nation la plus civilisée, n’étaient que des barbares sauvages ». La liberté de la presse n’est pas à l’ordre du jour dans le Portugal occupé par les Français, mais elle est assimilée à la législation française25 et jugée particulièrement dangereuse et inappropriée au Portugal par les défenseurs de la tradition. Les autorités portugaises avaient inscrit dans la longue durée leur volonté de surveiller les libraires en raison de leur rôle dans le domaine de la circulation des idées. Eglise, Inquisition, Etat s’étaient assuré les fonctions de censure dans des instances séparées ou complémentaires renforcées par le rôle de l’intendance de police depuis 1794.

  • 26  Contrat Guibert-Reycend du 10/3/1735 pour l’établissement d’une société à Lisbonne dirigée par Jea (...)
  • 27  Raul BRANDÃO, op cité.La répression contre les Francs-Maçons jusque-là dépendant de l’Inquisition (...)

11Aux yeux de la populace déchaînée, J. B. Reycend est-il plus coupable que d’autres ? Il s’agit d’un libraire fixé au Portugal depuis fort longtemps26, qui possède un magasin connu situé « na esquina da bica granda no largo do calhariz » qui vend et édite des ouvrages portugais ou importés très divers : cartes géographiques, almanachs de Lisbonne, publication du Jornal Enciclopedico de 1779-1793 et en 1806. On peut penser que sa réussite dans les affaires a suscité des jalousies : il s’est aussi lancé dans des activités manufacturières comme bon nombre de ses compatriotes entreprenants, pour la plupart issus de la vallée de la Guisane dans le Briançonnais. Ses opinions politiques toutefois en font un suspect de premier plan puisqu’il serait franc-maçon − comme sa signature sur les registres de l’inquisition le laisse supposer − et il semble avoir soutenu la présence des troupes de Junot27. Il ne paraît pas toutefois davantage compromis dans une collaboration active, mais est victime d’une suspicion qui touche particulièrement l’ensemble des libraires français.

  • 28  Anonyme attribué à CARRERE, Tableau de Lisbonne en 1796, Jansen éditeur, Paris, 1797.

12En fait, la surveillance des autorités s’explique par le rôle effectif qu’ils ont tenu avant la révolution dans la diffusion des ouvrages des Lumières. Puis avec la Révolution, ils ont été parfois à juste titre, suspectés de diffuser les idées révolutionnaires, comme Jacques Borel qui a introduit L’almanach du père Gérard de Collot d’Herbois et des centaines d’exemplaires de la Constitution française traduits en portugaisce qui lui vaut d’être expulsé avant l’épisode napoléonien28. C’est aussi le cas de Joseph André Dubie, Marseillais, qui a fait entrer des livres interdits clandestinement, et comme lui, sera chassé malgré les multiples suppliques de sa femme soutenue par l’ambassadeur de France. Depuis 1800, la surveillance policière s’était intensifiée grâce à la délation : en 1808 on dénonce le libraire François Rolland, car « dans la librairie Rolland, grand jacobin comme son fils, se réunit une “junta de partidistas” », et chez Georges Rey se tient un « lieu de réunion à caractère politique ». Au-delà, ces libraires français ont-ils soutenus Junot et Napoléon par des publications pro-françaises ? Il ne reste guère d’exemplaires de celles-ci. François Rolland, libraire-imprimeur, édite bien les actes officiels du gouvernement de Junot, toutefois cela n’en fait pas un dangereux terroriste car l’imprimerie royale fait de même. En fait, cet exemple de violence contre un libraire traduit l’intensité de l’exaspération populaire contre ce qui symbolise la France, c’est-à-dire les idées révolutionnaires, les livres et les hommes qui les font circuler. Elle renoue avec la politique de censure incarnée entre 1780 et 1803 par l’intendant de police Diogo de Pina Manique qui faisait de la surveillance des libraires français une priorité. Elle traduit un sentiment de rejet populaire largement instrumentalisé par des élites qui se refusent à toute forme de liberté d’expression.

La politique officielle de répression : emprisonnement, séquestre des biens, expulsion

  • 29  ANTT, IGP Liv 13 , fol 278-79 et cartório C4, maço 11, fol 66-71.

13À partir du premier départ des troupes françaises, les Français du Portugal subissent des vexations et des mesures de plus en plus coercitives. Dès la fin de l’année 1808 (3 octobre), ils sont placés sous surveillance, arrêtés et assignés à résidence à Caparica, puis Cascais, une situation qui est aussi une protection contre les voies de faits même si l’on n’a rien de précis à leur reprocher. L’examen des cas particuliers est lent et la situation des prisonniers évolutive. Les autorités enregistrent et vérifient les demandes de naturalisation qui permettraient d’échapper aux mesures les plus dures : séquestration des biens (7 février 1809), délai de 8 jours pour quitter le pays, interdiction de leur fournir aide ou asile, correspondance interdite, sinon pour affaires et sous le contrôle juge de fora de Almada. Ces mesures sont prises dans l’urgence et avec l’entrée de Soult au Portugal, un ordre d’expulsion est donné le 14 avril 1809, 31 d’entre eux seront embarqués pour des ports français à bord du navire américain le Baltrick, le 7 juin 1810. Les plus nombreux resteront emprisonnés : il y aura jusqu’à 87 prisonniers français détenus, dont 3 femmes au premier juillet 1810, parmi eux nombre de libraires, marchands et leurs familles. Mais certains choissent un exil forcé comme Jean-Baptiste Reycend qui demande un passeport pour Londres en juillet 1809. Arguant du fait qu’il est né à Turin, il se déclare Piémontais et non Français, et peut partir en laissant ses affaires à plusieurs Portugais qui continueront son commerce en son nom. Puis il s’embarque pour l’Angleterre afin d’attendre que les choses se calment29 en laissant son épouse portugaise et sa famille.Ses biens seront toutefois séquestrés en février 1810 ; de l’étranger, il réclamera la levée du séquestre en octobre 1812 mais ne reviendra pas au Portugal.

14L’obtention des lettres de naturalité qui reposait jusque-là sur la durée de résidence, de l’activité, du mariage avec une portugaise et de la foi catholique, après une demande motivée et une longue procédure, devient désormais aléatoire. Certes, on tient toujours compte de la durée de la présence au Portugal, mais à condition qu’elle s’accompagne d’une « bonne conduite », condition exprimée le 9 octobre 1809 qui sous-entend qu’elle peut être refusée pour ce même motif. Elle est donc arbitraire, longue à obtenir et allonge la durée d’emprisonnement. Les arrestations portent généralement sur plusieurs membres d’une même famille : le père et le fils aîné en raison de la structure familiale des affaires ou les frères entre eux, un neveu et oncle etc. Ainsi pour la famille Borel, Jacques, ses fils et son frère ; pour François Rolland, son fils Julien et son frère Jean Joseph etc. Parmi les prisonniers, les hommes, plus nombreux, se trouvent séparés de leur famille en raison du fait que certaines épouses sont portugaises donc protégées. Les femmes sont considérées comme moins impliquées dans une opposition de nature politique, mais la veuve Bertrand, Marie-Claire Rey, qui tient une des plus actives librairies de la ville est arrêtée en même temps que son frère et ses fils.

  • 30  Idem, doc 69. Demande de levée du séquestre le 29/12/1810.

15Loin d’être une partie de campagne, l’emprisonnement est difficile car bien des prisonniers manquent de tout puisque leurs biens ont été confisqués et les autorités doivent accorder une aide de 160 réis par jour pour les indigents. Lorsqu’un membre de la famille est libre, il s’active pour obtenir la naturalisation qui changerait tout, ou une libération pour des motifs divers. Ainsi, Marie Catherine Rolland, l’épouse de François Rolland a obtenu la naturalisation le 22 octobre 1810 et réclame que son mari soit libéré pour assister leur gendre dans leur propriété d’Aldega Gallega. Des problèmes complexes se posent au sujet des séquestres de biens en raison des alliances et du fait que certains parents sont Portugais. Ainsi, la veuve Bertrand30, dont les biens ont été séquestrés en 1809 possède une maison et une Quinta à Benfica en communauté avec sa bru et ses petits-enfants qui ne sont pas inquiétés mais se trouvent démunis par la saisie des biens familiaux.

  • 31  Les Francs-Maçons ont été soutenus par Junot durant la première invasion française ; à son départ (...)
  • 32  ANTT, IGP, Liv 86.

16Prison et exil entraînent en effet la rupture des solidarités familiales ou professionnelles qui avaient caractérisé ces familles pour la plupart issues du Briançonnais. La responsabilité de cette politique répressive ne porte pas toujours sur les autorités portugaises ; on note la pression anglaise exercée pour maintenir François Rolland et Jacques Borel en prison par exemple, puis les faire expulser, tandis que d’autres sont mieux protégés31. Quant aux autorités portugaises, elles ont bien des difficultés à gérer matériellement ces emprisonnements, car fortement démunies. Elles choisiront d’y mettre un terme le 7 avril 181132 en répartissant les prisonniers de Cascais en trois catégories : ceux qui ont été arrêtés sur leur simple qualité de Français, auxquels rien ne peut être reproché, pourront rester sous surveillance discrète de la police ; les autres seront expulsés soit vers la France soit vers le pays de leur choix. En fait, la décision d’expulsion touchera définitivement quelques individus seulement, beaucoup d’entre eux se défendront et chercheront à rester au Portugal, ou y reviendront très rapidement après la fin de l’épisode militaire.

  • 33  Min do Reino, caixa 557, maço 445
  • 34  Georges Rey par exemple sera encore jugé « dangereux républicain » en 1815.

17Durant leur emprisonnement, les libraires français présentent des pétitions aux gouverneurs pour tenter de faire prendre en compte leur situation particulière. Certains sont prêts à tout pour retrouver leurs biens et rester au Portugal. Ainsi, Antoine Barnéoud33 qui se déclare « mercador » ou « negociante » de livres à Coimbra fait valoir la durée de son installation au Portugal (il y réside depuis plus de 30 ans) et la stabilité de ses affaires (il a pris la suite d’un cousin avec lequel il était d’abord associé et exerce seul depuis 1775). Il souligne son insertion dans la société de la ville : il habite près de la cathédrale, dans la maison où se trouve l’imprimerie de l’Université dont il a été administrateur jusqu’à 1807. Le recteur de l’Université de Coimbra témoigne d’ailleurs sa satisfaction au sujet de son travail d’employé de l’Office de typographie durant 18 ans et d’autres libraires portugais de sa moralité. Antoine Barnéoud donne ensuite des gages de sa bonne volonté pour se faire reconnaître comme Portugais : il renie son statut de Français en déclarant vivre « comme un vassal portugais et non comme Français » depuis de nombreuses années, en bon catholique, qui a payé ses impôts et les quartiers militaires et en affirmant qu’il a toujours été un « bon et loyal serviteur de la monarchie ». À ce titre, il demande la levée du séquestre de ses biens qui a été fait par la Junte de Porto et le corregedor et montre sa préoccupation très immédiate de marchand qui s’inquiète pour la dégradation de la marchandise (ses livres sont enfermés sans soin depuis 4 mois). Les dossiers, incomplets, ne permettent pas toujours de savoir quelle est l’issue de la requête, mais en dehors de quelques cas où l’on relève un certain acharnement, les libraires français rentreront progressivement dans leurs biens et leurs affaires même si la surveillance des autorités ne se relâche pas34.

  • 35  Fondée par Jacques au milieu du XVIIIe siècle, la compagnie a associé différents frères (Jacques, (...)
  • 36  ANTT, IGP, liv.10.

18La détention s’achèvera pour beaucoup le 28 avril 1811 par le départ pour la France à bord d’un navire américain. Quelques-uns restent détenus, comme Pierre Georges Rey, marchand de livres, encore prisonnier fin décembre. Jacques Borel dont la compagnie « Borel Borel e cia »35 tient une place active dans le commerce des livres, qui vit à Lisbonne depuis quarante ans et est marié à une portugaise, réclame un allégement de peine qu’il n’arrive pas à obtenir. Les Anglais exigent qu’il soit embarqué pour Rio de Janeiro le 2 octobre 1811 avec « beaucoup de mesures de sécurité »36. Son passé d’agitateur qui lui a déjà valu d’être expulsé pour Gênes en 1792 explique que sa qualité de franc-maçon ne le protège pas. Quant à François Rolland qui aurait fondé une loge dans la prison de Cascais pour les détenus français avec son fils, il sera lui aussi expulsé vers le Brésil le 28 novembre 1811. Les derniers détenus français seront libérés le 21 juin 1813 comme Jean Joseph Bertrand et Julien Rolland expulsés vers la France.

19On peut relever enfin que certains libraires français ont été mieux épargnés durant ces évènements. Ce sont ceux qui se sont installés au Brésil dans la dernière décennie du XVIIIe siècle et qui, bien que liés aux précédents, gardent leur autonomie : la veuve Mallen, Marianne Bourgeois installée à Porto, associée à son frère Jean Robert à Rio de Janeiro ; Paul Augustin Martin qui y publie des ouvrages contre Napoléon (« Protecção à franceza », « Embarque dos apaixonados dos Francezes » de João Daniel da Costa). On constate donc que malgré leur identité d’origine géographique (le Briançonnais) et les liens unissant ces libraires français entre eux, ils ne constituent pas un milieu homogène qui aurait réagi uniformément à la présence des troupes napoléoniennes. Certains ont prioritairement cherché à préserver leurs affaires et sauvegarder leur position sociale. D’autres ont apporté un soutien mesuré à la présence française. Quelques-uns semblent bien toutefois avoir réellement adhéré à une volonté de transformation du Portugal et avoir perçu la présence française comme une opportunité de la voir aboutir. L’engagement de François Rolland, Jacques Borel, Georges Rey, Jean Baptiste Reycend, commencé par la diffusion des idées des Lumières puis celles de la Révolution, les conduit à cette position très inconfortable de soutien à une armée française d’occupation porteuse de ces espérances au risque d’apparaître comme traîtres à la patrie d’adoption.

Les Luso-français : collaborateurs et traîtres exilés

  • 37  Il est originaire du Briançonnais, lié aux mêmes familles que les  libraires cités mais choisit un (...)
  • 38  Loi qui a défini l’émigré comme un Français qui ne serait pas en France depuis le 1/7/1789 et n’a (...)
  • 39  Il est accusé par un neveu par alliance d’être un agent de la Convention et des Etats-Unis ; il a (...)
  • 40  Lettres familières de Jacques Ratton, 1792-1807, Livraria Bertrand, Lisboa, 1961.
  • 41  Comme en témoigne le journal de l’intendant de police qui indique au 20/10/1809 l’emprisonnement d (...)
  • 42  Décret du 2 juillet 1810 qui modifie la Junte de commerce.

20Pour certains Français d’origine ayant acquis la nationalité portugaise de longue date, la situation politique réanima un attachement à la France que les circonstances définirent comme coupable. C’est le cas d’un riche marchand de Lisbonne, Jacques Raton (1736-1820), dont la position nous est connue par ses « Recordações », mémoire destiné à le laver de tous les soupçons de trahison, imprimé et publié à Londres en 181537. Ses liens avec la France peuvent paraître ténus puis qu’il y a passé seulement les 11 premières années de sa vie, mais elle reste pour lui « ma patrie » et il y séjournera à différentes reprises. Sa vie est d’abord celle d’un immigré français à Lisbonne qui a rejoint son père et son oncle, marchands bien installés dans les affaires. Il vivra 14 années à Lisbonne « en qualité de français » et s’impose alors comme un des tous premiers négociants français du Portugal. Il est ensuite naturalisé portugais au cours de la guerre de 7 ans et gardera cette nationalité en 1762. C’est sans doute un choix calculé qui lui permet d’exprimer ses qualités d’entrepreneur (fabrique de coton, d’indiennes, de chapeaux, de tabac) et d’obtenir une reconnaissance sociale de premier plan (membre de la junte de commerce en 1788, titre de chevalier de l’ordre du Christ en 1762, puis celui de fidalgo en 1803). Il garde toutefois des liens familiaux avec la France où une partie de sa famille s’est retirée, mais aussi des liens d’affaires (il est actionnaire de la banque de France en 1804). Ce statut ambigu lui vaut d’être condamné par la Conventionà la confiscation des biens qu’il possède à Macon : il est considéré comme émigré par la loi du 28 mars 179338et est donc banni. Il doit engager une procédure pour faire reconnaître ses droits et bénéficie en l’occasion d’appuis solides à Paris39. Sa correspondance privée40 révèle son attention aux évènements révolutionnaires dont il regrette les excès mais dont il attend la « régénération » pour la France. Lorsque les Français entrent au Portugal, c’est comme membre de l’élite du commerce qu’il est amené à collaborer avec eux, ce qui lui vaut au départ des troupes de Junot, d’être placé sous surveillance policière et comme il se sent menacé, il organise ses affaires pour éviter les sanctions41. Portugais, J. Raton n’est pas concerné par les mesures de 1809 qui visent les Français non naturalisés. Il sera en revanche touché par l’épuration conduite par le gouvernement à la junte de commerce42 et par la répression politique contre des Portugais « jacobins » dans le cadre de la Setembrizada. Il fait partie de la 50e de francs-maçons déportés 10-11 septembre 1810. Débarqué aux Açores, il pourra s’installer à Londres grâce à l’appui anglais et restera 4 ans en Angleterre avant son retour en France. Il ne cessera de réclamer un procès et refuse de revenir au Portugal où ses enfants continuent ses affaires. Il mourra à Paris en 1820, après une réhabilitation tardive (1814).

21Refusant d’être qualifié de collaborateur, il n’a cessé durant toutes ces années de demander réparation, d’où la publication d‘un texte pour présenter sa défense qui nous permet de mieux cerner son rôle durant les invasions françaises. Les accusations contre lui portent sur les liens de proximité avec les troupes françaises qui sont attestés puisqu’il a hébergé le chef d’État major de l’armée française Thiébault. Mais dit-il pour sa défense, c’est à la demande de l’intendant de police portugais. Il précise qu’il a toujours maintenu une distance avec les soldats français occupant sa maison, n’a pas mangé avec eux, n’a pas manifesté d’enthousiasme à leur arrivée. Ses concurrents ont dénoncé le développement d’affaires florissantes avec la France, dont il se défend en alléguant que « ces spéculations n’avaient rien d’antipatriotiques » et affirme « n’avoir eu aucun commerce direct ou indirect avec les envahisseurs ». Il se dit victime de dénonciations mensongères d’un concurrent. Toutefois, il doit reconnaître une implication plus directe dans le prélèvement de l’emprunt forcé exigé par Junot pour financer l’armée française, mais il estime que c’est son titre de membre de la Junte de commerce qui l’imposait. Il renvoie les accusations de collaboration en rappelant que le clergé, la cour, les tribunaux et la chambre de commerce ont eu la même attitude à cette date, collaboration encouragée d’ailleurs pas le gouvernement portugais à cette date. Il admet toutefois un rôle spécifique tenu en qualité de Français : il a été choisi comme porte-parole de la junte de commerce devant Junot pour prendre la parole en français et qu’il était le mieux placé pour le faire puisqu’il s’agissait de parler dans sa langue maternelle. En revanche, il récuse les accusations de franc-maçonnerie et celles de conspiration. Ses idées politiques sont celles d’un modéré qui exprime dans ses Lettres Familières un libéralisme économique et politique raisonnable et s’inquiète des troubles. Il évoque sa loyauté et fidélité au souverain portugais, tout en étant attaché à la France et aux nouvelles valeurs qu’elle défend. On peut donc penser que l’accusation de trahison n’est guère justifiée pour un homme qui se révèle surtout opportuniste.

22Le cas de son ami Thimotée Lecussan-Verdier est différent car celui-ci s’est engagé radicalement lors de l’arrivée des Français. Fils d’un marchand de bonne réputation, il reste membre de la nation française jusqu’à la fin du XVIIIe siècle comme en atteste son inscription sur les rôles du consulat, bien que né à Lisbonne de mère portugaise. Associé à Jacques Raton, il se lance dans les activités industrielles : fabrique de bas de laine et coton à Tomar en 1789 et dans le Minho en 1806. Bien que se considérant de nationalité portugaise, Timothée Lecussan-Verdier entretient d’étroites relations avec les Français dès leur entrée à Lisbonne par conviction. Sa formation de franc-maçon l’a sans doute amené à fréquenter Junot lorsque celui-ci a exercé la charge d’ambassadeur à Lisbonne en 1805. Avec l’entrée des troupes françaises, il devient un propagandiste de la transformation politique du Portugal comme le signale Lagarde le 25 mai et 28 mai : « Mr Verdier est parti ce matin à 6 heures pour Thomar conformément aux ordres que je lui avais signifiés ». Contrairement à ce que cette remarque laisserait croire, T. Lécussan-Verdier n’est toutefois pas aux ordres des Français. Des divergences ne tardent pas à apparaître quand il fait campagne pour faire réaliser au Portugal une constitution sur le modèle de celle de Varsovie adoptée en 1807, fondée sur la liberté des cultes et le Code Napoléon. La politique plus répressive de Junot mise en place lorsque le 1er mai 1808 le Portugal déclare la guerre à la France, le soutien espagnol et anglais à l’agitation et à l’opposition aux Français, le conduit à une attitude plus critique. Il est bientôt suspecté et le 4 juillet, il est interrogé par les services de police, puis il « est en état d’arrestation avec un militaire de la garde de police chargé de ne laisser communiquer chez lui qu’avec sa femme et ses enfants ». Son attitude critique à l’égard de l’autoritarisme de Junot explique ces mesures mais ne remet pas en cause ses choix politiques.

  • 43  IGP, Liv 10, Diário, p 256v.
  • 44  Son fils Timoteo fera imprimer à Londres en 1825, un mémoire pour défendre sa mémoire : « Resposta (...)

23Au départ des Français, il reprend ses affaires mais subit les foudres des autorités portugaises et il est emprisonné le 4 décembre 1808. Il devrait être expulsé par la décision du 27 janvier 1809 et ses biens propres mis sous séquestre, mais l’importance de ses activités manufacturières, indispensables à l’économie portugaise justifie une mesure d’exception : il est autorisé à régler ses affaires (le 7/2/1809), ce qui n’empêchera pas la mise sous séquestre de sa fabrique de Tomar par ordre de la junte de Porto le 13/2/180943. En 1810, il sera expulsé à 74 ans dans le cadre de la Septembrizada déjà évoquée et exilé en France, où il rejoint des libéraux portugais mais restera partagé entre ses convictions politiques et sa volonté de défendre ses intérêts familiaux et le refus de nuire à sa « patrie ». Il reviendra au Portugal en 181544. Son cas est révélateur des hésitations de la franc-maçonnerie portugaise qui a certes accueilli les Français, mais s’en est rapidement démarquée pour des motifs politiques.

Conclusion

24À l’arrivée de ses troupes au Portugal, Junot a pu compter sur le soutien actif d’une très faible partie de l’opinion éclairée qui avait applaudi la Révolution et Bonaparte, comme les francs-maçons qui viennent l’accueillir avant son entrée dans Lisbonne, ainsi que d’autres émissaires envoyés plus officieusement par le régent. Parmi eux quelques Français, mais la majorité d’entre eux se situent dans une position réservée. Ils s’estiment sans doute heureux d’avoir pu échapper jusque-là aux troubles que la France a connus et attendent de voir comment les choses tourneront. Quelques-uns, instruits, traditionnellement attachés à des idées de « république », conscients des transformations en jeu en France, encouragent l’action de Junot et subiront de plein fouet la répression anti-française à partir de 1809. Mais, ils montreront en même temps un attachement véritable au Portugal qui fait leur fortune en cherchant à y rétablir leurs affaires dès la tourmente passée. Ainsi, les premiers cabinets de lecture se développeront-ils dès 1814 à l’initiative des mêmes hommes du Briançonnais. Et de retour d’exil, l’attachement de Georges Rey à la cause de la liberté ne se démentira pas. Toutefois, il faudra attendre les mesures de mars 1814, puis l’amnistie du 9 février 1821 pour que la réinstallation des libraires français soit facilitée.

  • 45  « Lettres au comte da Barca », Bulletin des études portugaises, C.C.C. Gulbenkian, Paris, 1964.
  • 46  Fernando Dores Costa écrit que le « povo » reste la « plebe » pour la plupart des acteurs, sauf po (...)

25Au départ de ces troupes françaises, la réaction populaire de violence, de méfiance contre les Français, est la manifestation d’un réflexe patriotique qui a été exploité pour mobiliser les énergies contre Napoléon et ses armées. J. Raton, victime de cette épuration, rappelle le 11 novembre 1810, dans une de ses lettres au comte da Barca45, qu’il avait été déporté malgré sa nationalité portugaise parce qu’il y avait des violences populaires contre lui « éventualité toujours à redouter dans des circonstances révolutionnaires » sans que cela remette en cause son attachement à l’idée de nation, de patrie, de peuple. La situation était-elle « révolutionnaire » ? Les acteurs anglais ou portugais qui ont utilisé les violences populaires ont largement redouté l’irruption du peuple46 sur la scène politique. Et il est frappant de constater dans les registres de police des années suivantes que de nombreuses violences sont menées contre les Anglais, comme dans les années précédentes contre les Français. Plus qu’une réelle prise de conscience politique patriotique et révolutionnaire, l’irruption du sentiment national semble se réduire à une forme de xénophobie ou à une stricte défense de l’indépendance nationale sans volonté de transformation politique.

Haut de page

Notes

1  Publiée sur www.histoire-empire.org/docs/traites/cintra.htm, site consulté le 3/9/2007.

2  Le Portugal est gouverné par le régent au Brésil et par un gouvernement nommé par lui à Lisbonne. Cette junte comprend des gouverneurs collaborant avec Junot puis destitués par lui le 1er février 1808, ils retrouvent leurs fonctions le 18/9/1808.

3  Le maréchal Soult entre au nord en février 1809 jusqu’en mai ; l’armée commandée par Masséna pénètre en août 1810 pour quitter le Portugal en avril 1811.

4  Wellington le 24 septembre 1809 fait part de son profond mécontentement au nom de la liberté d’opinion : « il n’est pas juste que le gouvernement punisse et diffame des individus seulement pour des mots qu’ils ont imprudemment prononcés ».

5  José de Oliveira Barreto avait été envoyé par le régent auprès de Junot.

6  Créé le 24 décembre 1808.

7  Il restera en place jusqu’en 1810, s’effaçant peu à peu devant Jeronimo Francisco de Lobo qui lui succède. Pierre Lagarde, intendant général de police nommé par Junot le 25 mars 1808 jusqu’au départ des Français empiète sur ses fonctions. Voir les sources imprimées in Antonio FERRÁO, A primeira invasão francesa … através dos documentos da intendência da polícia, 1807-1808, ed Universitária, Coimbra, 1913.

8  Archivo Nacional de Torre do Tombo (désormais ANTT), IGP (intendance de police), maço 584, doc 11.

9  Fernando Dores Costa« Franceses e jacobinos ». Movimentações “populares” e medidas de polícia em 1808 e 1809. Uma irrupção patriótica ?” in Ler História, 54, 2008, pp 95-132. Voir aussi Ana Cristina ARAÚJO, op cité.

10  La presse libre portugaise se développe en Angleterre, lui donne une base idéologique « loin des idées françaises, celles de l’ennemi ».

11  Antonio Pedro Vicente, « O tempo de Napoleão em Portugal, Estudos históricos », Lisboa, 20  et  “Panfletos anti-napoleónicos durante a Guerra Peninsular”, Revista da história das ideias, vol 20, 1999, pp 101-129 et Nuno Daupias d’Alcochete, “Les pamphlets portugais anti-napoléoniens”, Separata do vol XI, Arquivos do Centro Cultural Portugues, Paris, 1978, pp 7-23.

12  José Acursio das Neves (1764-1834), pamphlétaire très actif, laisse une História geral da invasão dos franceses em Portugal…, en 2 vol en 1819 qui est un témoignage de cette opposition farouche aux Français.

13 Ana Cristina ARAÚJO, op cité : exemple de « Victoriosas promessas de Christo a Portugal… »  en 1808, repris de la Cronica de Cister de Bernardo de Brito, qui établit que la victoire de 1808 est l’œuvre de Dieu et non des hommes sur le « tyran satanique » Napoléon.

14  Neves, op cité p301-304 et Araujo, op cité, p 51-53.

15  Cf J.CARO BAROJA, Los judios en la España moderna y contemporánea, Istmo, Madrid, 1978, tome 3, pp 243-44.

16  30 œuvres entre 1808 et 1810 sur « guerra sébastica » ; réimpression des Trovas de Bandarra à Londres (1809 et 1810) par le dominicain José Leonardo da Silva.

17  Expédition du Roussillon en 1793.

18  Refus du code civil, de l’idée même de constitution, de la liberté de la presse et de la liberté de culte etc…

19  ANTT, IGP (livres 10, 84, 85, 86) et Ministerio do Reino  (caixa 556 et 557, maço 445 sur les naturalisations ; liv.328, 330, 362) ; sources imprimées FERRÁO, op cité.

20  Porto connaît des troubles intenses et durables. Par exemple, le marchand Nicolas Guignebaud subit le pillage de sa maison et magasin en juin 1808 ; il est emprisonné et remis aux autorités britanniques qui l’expulse vers l’Angleterre. Libéré, il revient en France, puis au Portugal en 1809, mais en est chassé. Il tente un retour en 1815 comme consul, mais devant l’agitation est rappelé à Paris. Pourtant les autorités avaient affirmé qu’elles protègeraient les Français et leurs biens, comme Lucas de Seabra le 16 septembre 1808 : « Les attaques, révoltes, pillages séditieux sont un véritable crime et la police assistée des troupes britanniques … fera prendre les coupables qui attenteront de quelconque manière à la tranquillité publique », cité par Louis François TOLLENARE, Notes dominicales prises au cours d’un voyage au Portugal et au Brésil en 1816, 1817, 1818, Puf, Paris, 1971-3, p 170.

21  Cité par Raul BRANDÃO, El-Rei Junot, Livraria Brasileira, Lisboa, 1968, p 326-8. Voir aussi Manuela DOMINGOS, « Os catalogos dos livreiros como fonte da história do livro: o caso dos Reycends”, Revista da Biblioteca Nacional, s2, vol.4, n°1 Lisboa, 1989.

22  Les accusations contre Bonaparte « qui en Egypte est mahométan » sont largement reprises comme dans la transcription d’un mémoire (manuscrit 1664 de la Bibliothèque de Coimbra) qui répond aux « afrancesados » en rejetant la liberté de culte (Ana Cristina ARAUJO, op cité, p 81).

23  Ils avaient pourtant bien accueilli les Français et exhorté les Portugais à l’obéissance en 1807. Isaías PEREIRA DA ROSA, “Pastorais de alguns bispos portugueses por ocasião das invasães francesas” in Revista de história das idêias, Coimbra, 1988, pp 327-346.

24  20 juin 1810, Don José Joaquim da Cunha de Azeredo Coutinho.

25  Voir par exemple les critiques de l’auteur du manuscrit 1664 de l’université de Coimbra.

26  Contrat Guibert-Reycend du 10/3/1735 pour l’établissement d’une société à Lisbonne dirigée par Jean Joseph Reycend, le premier de la famille installé dans cette ville (Archivo di Stato, Insinuazione di Torino, L 3, vol.1, cc467-469).

27  Raul BRANDÃO, op cité.La répression contre les Francs-Maçons jusque-là dépendant de l’Inquisition passe sous le contrôle de l’intendance de police, cf António de Oliveira Marques, História da Maçonaria em Portugal, Lisboa, 1990.

28  Anonyme attribué à CARRERE, Tableau de Lisbonne en 1796, Jansen éditeur, Paris, 1797.

29  ANTT, IGP Liv 13 , fol 278-79 et cartório C4, maço 11, fol 66-71.

30  Idem, doc 69. Demande de levée du séquestre le 29/12/1810.

31  Les Francs-Maçons ont été soutenus par Junot durant la première invasion française ; à son départ les autorités portugaises renouent avec le rejet de la franc-maçonnerie, mais les Anglais qui lui sont favorables protègent certains maçons français. Jacques Raton, bénéficiera de l’aide anglaise, ce qui ne sera pas le cas de Jacques Borel.

32  ANTT, IGP, Liv 86.

33  Min do Reino, caixa 557, maço 445

34  Georges Rey par exemple sera encore jugé « dangereux républicain » en 1815.

35  Fondée par Jacques au milieu du XVIIIe siècle, la compagnie a associé différents frères (Jacques, Jean-François Jean Augustin) tandis que Pierre est marchand de tissus ; s’ajoutent les neveux et nièces.

36  ANTT, IGP, liv.10.

37  Il est originaire du Briançonnais, lié aux mêmes familles que les  libraires cités mais choisit une stratégie plus individualiste,cf Recordações, Londres, 1815. Il choisit le Portugal « patrie qui m’adopta il y a 52 ans et que j’ai habité plus de 64 ans ». Sur son cas, voir Nuno DAUPIAS D’ALCOCHETE, « La terreur blanche à Lisbonne 1808-1810 », Annales de la Révolution Française, n°181, 1965, pp 299-331.

38  Loi qui a défini l’émigré comme un Français qui ne serait pas en France depuis le 1/7/1789 et n’a fait pas retour au 9 mai 1792.

39  Il est accusé par un neveu par alliance d’être un agent de la Convention et des Etats-Unis ; il a été en contact avec plusieurs conventionnels.

40  Lettres familières de Jacques Ratton, 1792-1807, Livraria Bertrand, Lisboa, 1961.

41  Comme en témoigne le journal de l’intendant de police qui indique au 20/10/1809 l’emprisonnement de Pedro Goubier, un  Français qui est arrêté en possession de « livres, lettres commerciales, lettres et connaissements qui montrent qu’il règle des affaires à la douane ou dans le palais de Raton au nom duquel il négocie et aussi de quelques autres. Ces biens sont concernés par le séquestre des biens comme propriétés françaises », ANTT,  IGP, Livro.

42  Décret du 2 juillet 1810 qui modifie la Junte de commerce.

43  IGP, Liv 10, Diário, p 256v.

44  Son fils Timoteo fera imprimer à Londres en 1825, un mémoire pour défendre sa mémoire : « Resposta ao requerimento a El Rey de Portugal ».

45  « Lettres au comte da Barca », Bulletin des études portugaises, C.C.C. Gulbenkian, Paris, 1964.

46  Fernando Dores Costa écrit que le « povo » reste la « plebe » pour la plupart des acteurs, sauf pour José Acursio das NEVES, op cité p 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Janin-Thivos, « Répression et censure durant les « Invasions Napoléoniennes » », Rives méditerranéennes, 36 | 2010, 27-42.

Référence électronique

Michèle Janin-Thivos, « Répression et censure durant les « Invasions Napoléoniennes » », Rives méditerranéennes [En ligne], 36 | 2010, mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/3888 ; DOI : 10.4000/rives.3888

Haut de page

Auteur

Michèle Janin-Thivos

UMR Telemme-Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org