Navigation – Plan du site

Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (XVIe-XVIIIe siècle)

Patricia Payn-Echalier
p. 29-44

Résumés

Si Arles se trouve au débouché maritime du Rhône, celui-ci ne rejoint la mer qu’après la traversée d’un vaste delta sablonneux et mouvant, la Camargue. La longue côte plate qui la borde n’offre aux bâtiments aucun abri durable permettant l’installation de petits ports. Pour les bateaux de commerce, la sécurité se trouve aux embouchures du cours principal où les tours de surveillance font office de havres. Le littoral est davantage le domaine des pêcheurs qui dans des cabanes sur les plages y œuvrent une partie de l’année ; d’autres se rassemblent dans le seul petit port de cette côte inhospitalière, les Saintes-Maries-de-la-Mer. En revanche, l’intérieur de la zone deltaïque offre de multiples lieux d’échanges liés à l’économie du delta tels la collecte des récoltes ou l’approvisionnement des mas.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, littoral, maritime, port

Géographie :

Provence

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1A l’heure actuelle, il est difficile d’imaginer qu’Arles fut un port, qui plus est un port maritime. Pour qui arrive dans la cité provençale et en parcourt les quais peu animés, le Rhône paraît désert. C’est pourtant l’un des plus grands fleuves de France, le seul qui relie la Méditerranée à l’intérieur du pays. Position enviable qui a fait la fortune de grands ports comme Bordeaux, Nantes ou Rouen, pour ne parler que de la France. Mais, différence fondamentale, le Rhône rejoint la mer après avoir traversé un large delta, ce qui change totalement la liaison fleuve/mer.

2Arles est à 20 milles de la mer qui est atteinte après la traversée de la vaste Camargue. Les difficultés de navigation dans cette zone sont de différentes sortes : les unes sont dues aux conditions climatiques, –crues brutales, ou au contraire étiage, et bien sûr vents violents, dont le fameux mistral–, les autres sont liées aux caractéristiques géomorphologiques tels les atterrissements fluctuants aux embouchures causant un phénomène de barre et les changements du cours du fleuve. Ce fut ainsi le cas en 1552 pour le petit Rhône et, pour le bras principal du fleuve, en 1587 puis à nouveau en 1711 lorsque le Rhône, se frayant un passage vers le sud-est, fit irruption dans le canal Royal pour occuper son lit actuel.

  • 1 B.M.A., (Bibliothèque municipale d’Arles), ms 151.
  • 2 Des prospections récentes montrent de nombreuses traces d’installation, essentiellement le long des (...)

3Géographie particulière et rigueurs des conditions de vie ont contribué à marginaliser le delta ; les hommes y sont rares ce dont rendent largement compte les problèmes liés à l’isolement et aux conditions sanitaires. Dans l’enquête faite à la demande de l’Archevêque d’Arles en 1635, sur la vie en Camargue, la description des lieux est éloquente : « Il y a des vents intolérables. L’isle a de la chaleur qui appelle à désespoir, quatre ou cinq mois d’été. Il y a des moucherons, et de plus deux ou trois semaines durant l’été, de petites mouches, à milliers de millions qui portent à la désespérade. Ces deux sortes d’animaux vont vers les bestiaux, succent le sang, les rendent maigres, les personnes souffrent beaucoup, spécialement la nuit ….. cela picque furieusement »1. Conséquence de la faiblesse du peuplement à cette époque2, l’organisation du terroir repose sur la constitution de vastes domaines latifundiaires.

4À l’époque moderne, Arles domine économiquement et démographiquement le territoire de « l’île de Camargue », partie du delta enserrée entre les deux branches principales du fleuve. Le maillage de cette zone par la communauté puis le pouvoir royal, pour des raisons de sécurité, de maîtrise de la contrebande mais aussi sanitaires n’empêche pas l’existence de petits points d’échange informels, liés aux nécessités d’approvisionnement des fermes ou mas épars dans la campagne et de concentration des récoltes vers la ville ainsi qu’au désir de contourner les contrôles en place.

5Les pôles d’activités sur le fleuve, sur ses rives et sur les côtes de mer apparaissent à travers une série de sources parmi lesquelles nous mentionnerons ici les registres de la taxe dite du « 2 % », les délibérations communales, les comptes de la ville, les registres de sentences de l’Amirauté ainsi que la correspondance des commissaires aux classes avec le pouvoir central.

6La Camargue apparaît un peu comme un avant port d’Arles. Les trois niveaux de circulation qui s’y rencontrent, littoral, nord-sud sur les deux bras du Rhône navigables à l’époque moderne et transversal par le lacis d’anciens bras du fleuve, de canaux et d’étangs n’ont-ils cependant pas généré l’existence de lieux d’échanges formels ou non ? La géographie a-t-elle seule imposé une typologie de ce que l’on pourrait considérer comme des « petits ports » deltaïques ?

Le port de commerce d’Arles et ses avant-postes dans le delta

7Plus qu’en d’autres localités, le cadre géographique conditionne le rôle commercial joué par le port d’Arles. En effet, à l’interface entre Méditerranée et Rhône, Arles est à l’époque moderne un relais incontournable dans le trafic nord-sud : dans un sens, c’est la dernière halte fluviale avant la mer ; dans l’autre, l’ultime ville que les navires de mer peuvent atteindre.

8

Illustration n° 1 : en clair figurent d’anciens lits du Rhône ou des bras abandonnés et en foncé les cours actuels. En outre, ont été figurées les tours qui, successivement, ont surveillé les embouchures du cours navigable du fleuve.

Illustration n° 1 : en clair figurent d’anciens lits du Rhône ou des bras abandonnés et en foncé les cours actuels. En outre, ont été figurées les tours qui, successivement, ont surveillé les embouchures du cours navigable du fleuve.

Carte réalisée par Géraldine Claveirole, géomaticienne d’après « The delta of the Rhône and its old channels or branches now abandonned » in Quart. Journal Geol. Soc., Vom LXXXVI.

  • 3 Essentiellement aux XVIe et dans la première moitié du XVIIsiècle. Dès le milieu de ce siècle « c (...)

9Arles, riche d’un très vaste terroir se présente à l’époque moderne comme une ville tournée vers l’agriculture, principalement céréales et élevage. La cité est avant tout productrice et exportatrice de blé3 et ses activités portuaires s’organisent d’abord autour du transport et la vente de cette denrée, ainsi que du transit et du transbordement des marchandises qui circulent sur le Rhône.

  • 4 Jacques BERNARD, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Paris, 1968, p. 53.
  • 5 A.C., (Archives communales) Arles, CC 74, Comptes du « 2 % », 1611 : « faire muraille long la riviè (...)
  • 6 En 1577, Henri III déclare la ville d’Arles frontière maritime du Royaume et la même année instaure (...)

10À la fin du XVIe siècle, Arles apparaît comme un port aux activités soutenues, favorisées par la présence d’un groupe de marchands dynamiques. Si, comme nous l’avons signalé, l’exportation des produits du terroir, le blé mais aussi le sel, joue un rôle de premier plan, elle n’est pas le seul moteur des échanges ; l’importance du fret à acheminer tant entre Marseille et Lyon qu’à l’occasion de la tenue de la foire de Beaucaire, est un facteur de l’augmentation du nombre des marchands locaux qui affrètent des navires. Riche en fret mais relativement pauvre en marins, Arles, dans les dernières décennies du siècle, tout comme Bordeaux sensiblement à la même époque, est avant tout un port de commerce en rivière4. Mais les signes d’un changement sont perceptibles : sous l’impulsion des affréteurs locaux qui ont recours à leurs services pour le transport et le négoce des marchandises au mieux de leurs intérêts, les patrons arlésiens commencent à se tourner vers la mer. Dès le début du siècle suivant, la ville, non seulement panse les blessures que la longue guerre civile lui a infligées, mais s’agrandit de toute part, reconstruit ses murailles et ses quais5 à l’aide de la recette du « 2 % »6 que le roi lui concède. Les travaux d’envergure, entrepris pour prolonger les quais bâtis le long du fleuve, montrent que la ville a conscience du rôle que son port joue dans les échanges commerciaux entre Rhône et Méditerranée.

11D’activités de cabotage fluvial visant à une distribution de proximité à la fin du XVIe siècle, les Arlésiens se lancent dès le début du siècle suivant sur la mer, poussés par la richesse de leur terroir : ils ne se contentent plus d’attendre que les bateaux des ports méditerranéens viennent charger leurs grains mais ils vont eux-mêmes en faire le commerce. Dans les années 30 du XVIIe siècle, lors de l’entrée de la France dans la guerre de Trente Ans, la politique royale dynamise et modèle la marine arlésienne. La grande affaire des gens de mer à Arles devient alors le transport des vivres arrivant par le fleuve, en direction des arsenaux royaux de Toulon et Marseille et ce, pour plus de deux siècles.

  • 7 Communication proposée par Gilbert BUTI lors du colloque sur les Petits Ports tenu à Lorient le 1er(...)
  • 8 Jacques BETHEMONT, « Les deltas méditerranéens : éléments pour une politique de l’espace » dans Les (...)

12Arles à l’époque moderne est donc, selon la typologie proposée par G. Buti un port secondaire7 dans l’orbite de Marseille - mais aussi de Toulon en raison de l’importance de son arsenal royal -, dont les activités soutenues et régulières sont essentiellement le cabotage et la pêche, porté par un très vaste arrière pays compte tenu du fait qu’au terroir de la ville s’ajoutent toutes les marchandises que draine le Rhône. C’est aussi le siège d’une lieutenance d’Amirauté et la résidence d’un commissaire aux Classes dont la correspondance fournie avec le ministre de tutelle est riche d’enseignement. La maîtrise du delta du fleuve est bien évidemment l’enjeu premier de ce port fluvio-maritime. Pour ce, Arles est à rapprocher d’autres villes d’apex comme Tarragone, Ferrara ou Tulcéa ; ainsi que l’indique J. Bethemont, ces villes « sont de taille modeste eu égard à la superficie qu’elles commandent et à l’importance du fleuve qui les traversent ; et c’est à l’écart des fleuves que les grandes métropoles et ports, Venise, Marseille, Salonique ou Constance se sont développés »8.

13En dehors de bateaux chargés de la garde de lieux stratégiques au point de vue militaire ou économique et des frégates entretenues pour patrouiller sur les deux bras du fleuve afin de faire face à une piraterie qui est restée endémique en Camargue du Moyen Age jusqu’au début du XIXe siècle, différentes installations fixes destinées à protéger, puis à contrôler la navigation dans le delta sont mises en place au cours des siècles.

  • 9 Ces farots permettaient une circulation rapide de l’information maritime. Il y en a un à l’Espiguet (...)
  • 10 Ainsi les tours de Montmeillan et d’Amphoux qui défendaient la brassière de Montlong et les tours d (...)
  • 11 Construit en 1577, rasé en 1596 puis relevé au XVIIIe siècle.

14Des types d’habitat existant au Moyen Age, l’époque moderne a hérité d’éléments défensifs : l’église fortifiée des Saintes-Maries-de-la-Mer qui a joué un rôle actif dans la protection du littoral grâce au « farot » logé à son sommet, le fort d’Albaron situé à la fois au bord du petit Rhône et au croisement de plusieurs routes et qui, lui aussi, abritait un « farot »9 ainsi que des tours construites dans des domaines agricoles pour la défense des « brassières » du Rhône10. De plus, au XVIe siècle, sont mentionnés des forts comme ceux de Sylveréal11, de Pasques et de Passon dont les garnisons aident, pendant les troubles de la Ligue, à préserver le territoire des incursions huguenotes.

15Les tours installées par la Communauté à l’embouchure du Grand Rhône par laquelle se fait la majeure partie du commerce maritime, sont les pièces maîtresses du dispositif de contrôle de la liaison avec la mer. Le rôle dévolu à la marine du bas-Rhône et son importance dans la politique royale à partir du second tiers du XVIIsiècle permettent de comprendre les enjeux économiques qui poussent la communauté à investir dans de telles constructions.

  • 12 Par crainte qu’elle ne serve d’appui à d’éventuels ennemis, elle fut démolie en 1642 et ses matéria (...)

16À la fin du XVsiècle, déjà, fut construite la tour du Balouard, près du gras alors utilisé pour gagner la mer12. Le changement de lit du grand Rhône en 1587 entraîna la construction d’une nouvelle tour en 1607, celle du Tampan. Cinquante ans plus tard, en 1656, les alluvions charriées par le fleuve ayant éloigné l’embouchure de la tour, une autre la remplace, la tour Saint-Genest. Enfin, en 1711, le Rhône gagnant son lit actuel, une dernière tour est construite en 1736, la tour Saint-Louis.

  • 13 L’Amirauté de Provence est réformée par l’Edit de Saint-Germain-en-Laye, en août 1555 ; des lieuten (...)
  • 14 A.D.B. du R. (Archives départementales des Bouches-du-Rhône), registre de sentences de l’Amirauté 1 (...)

17Indispensables au service royal, hommes et marchandises sont sévèrement contrôlés, les premiers par le commissaire aux Classes, les secondes par l’Amirauté. Cette dernière instance13, régulièrement accusée par les marchands et les patrons d’abus dans la perception des droits, exerce sur l’ensemble des navires qui circulent entre la mer et Arles un contrôle mal toléré. Certains patrons frondent ouvertement, partant en mer sans aucune visite ni congé, mais d’autres choisissent une méthode plus discrète : le patron reste à quelques lieues en dessous de la ville et effectue les opérations de déchargement et de chargement de la cargaison le long de la rive du fleuve puis regagne la mer, en ayant évité toute déposition à l’Amirauté14. Les rives du Rhône apparaissent ainsi comme de très furtifs lieux d’échanges sans infrastructure.

  • 15 La première occurrence de cette confrérie rencontrée date de 1582 ; elle figure sous le titre « con (...)
  • 16 Elle sera démolie en 1785. En 1778, on y disait encore la messe le jour de la Saint Nicolas et pend (...)
  • 17 A.D.B. du R., 11 B 2 en date du 17/06/1669, 15/02/1651

18Autour des tours successives construites à l’embouchure du fleuve, l’activité est multiple : les hommes postés là veillent, bien sûr, à ce que des navires ennemis n’entrent pas dans le delta mais leurs missions se complexifient avec la croissance du trafic et l’altération des conditions de navigation aux embouchures. À la garnison, la communauté ajoute des baliseurs pour aider au difficile passage de la barre, puis des préposés à la santé, chargés de vérifier les patentes afin que des bâtiments suspects ne touchent le territoire et, bien sûr, des pilotes lamaneurs qui sont souvent des pêcheurs. Par ailleurs, en 1751, la petite chapelle Saint-Nicolas (entretenue par la confrérie des patrons et matelots portant le même vocable15) située sur le quai à Arles et destinée aux messes que les patrons et marins entendaient avant de prendre la mer, est en quelque sorte délocalisée16, son rôle étant attribué à celle toute proche de la tour Saint-Louis. Enfin, cette population est largement accrue, de manière plus conjoncturelle, par la présence des équipages de navires retenus par des conditions météorologiques défavorables qui les empêchent de sortir en mer ou de remonter à la voile vers la ville. Ces épisodes sont fréquents et patrons et marins y attendent souvent un bon mois voire deux ou trois avant de pouvoir repartir17. Bien que les sources consultées jusqu’à présent soient restées muettes, il est difficile de ne pas envisager, pour l’approvisionnement de ces hommes, quelques échanges avec les mas voisins et surtout les pêcheurs œuvrant à proximité.

  • 18 Il figure sur la carte de Flour de 1638 corrigée et augmentée par Jean Vort-Camp en 1656 qui est ex (...)

19Les difficultés récurrentes de navigation aux embouchures posent la question de l’existence d’un avant-port côtier : pendant un demi-siècle environ, Arles en eut un, celui du Tampan18 où se produisait alors la rupture de charge effectuée par la noria des allèges venues d’Arles. Cependant, rien n’est permanent dans le delta et l’avancée de l’embouchure qui rendit obsolète la tour du Tampan supprima aussi cet avant-port.

  • 19 A.C. Arles HH 3.

20Beaucoup plus modeste fut le port de Beauduc19 et courte son existence : il s’agit d’un simple petit mouillage naturel où des corsaires venaient s’abriter dans les années 1750. Le risque potentiel de contagion par ces marins qui venaient s’approvisionner auprès des pêcheurs a cependant poussé la communauté d’Arles à y établir un préposé à la santé ; la suppression de ce poste, une décennie plus tard, laisse penser que le rivage n’offrait plus alors, dans cette zone, un abri suffisamment sûr.

  • 20 Le vocable Les Saintes Maries désigne trois femmes : Marie Madeleine, Marie Salomé mère des apôtres (...)
  • 21 Sous Louis XV, un petit fort est construit à l’embouchure même pour défendre l’entrée du « château  (...)
  • 22 A.D.B. du R., 11 B 3, en date du 27/10/1682 : révocation de Charles Laquand, pêcheur des Saintes-Ma (...)
  • 23 Le village des Saintes-Maries-de-la-Mer fait partie du quartier maritime d’Arles et marins et pêche (...)

21Les contours fluctuants du littoral ne se prêtent pas aisément à l’établissement de « petits ports côtiers » ; cependant, l’agglomération des Saintes-Maries-de-la-Mer constitue un contre-exemple. A l’époque moderne, comme maintenant, le petit Rhône se jette dans la mer au gras d’Orgon, un peu à l’ouest du village fortifié qui s’est développé autour du culte des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé20. Cette petite communauté assure, comme nous l’avons mentionné plus haut, une partie de la surveillance de cette « brassière » du fleuve21. Le balisage du gras est effectué, à partir du XVIIsiècle, par un pêcheur du même lieu22, l’Amirauté y est représentée par un commis, puis, un peu plus tard, elle y délègue un trésorier des Invalides23. La population de cette agglomération, essentiellement composée de pêcheurs et de travailleurs de la terre, s’enfle pendant les saisons de pêche par la présence de nombreux pêcheurs venus d’Arles.

22Globalement, ces points de rencontre aux embouchures du Rhône et dans le delta résultent de la présence de représentants des autorités communale et royale dans leur souci constant de contrôler la liaison avec la mer.

23Les activités économiques dans le delta, à commencer par la pêche, sont également à l’origine de modestes lieux de contact.

Le monde de la pêche dans le territoire arlésien

24La situation de la ville et son vaste territoire offrent aux pêcheurs arlésiens une grande variété de lieux de pêche, mer, fleuve, mais aussi marais et étangs, d’eau douce ou salée.

25C’est pour la pêche côtière, que se retrouvent à chaque saison, à proximité des embouchures du fleuve particulièrement poissonneuses, nombre de ces pêcheurs. A la sortie du petit Rhône, on l’a dit, ils sont nombreux à s’installer dans la cité des Saintes-Maries. A l’autre extrémité de « l’île de Camargue », on les rencontre sur les plages qui se situent en bordure des différents gras qui font communiquer le bras principal du fleuve avec la mer. Ni eux ni les Saintois ne pratiquent la pêche hauturière sur une tartane, ce qui est la spécialité des Martegaux. Eux, utilisent de très petites embarcations, des bettes, avec lesquelles ils pratiquent une sorte de chalutage en bordure des plages.

26Les pêcheurs arlésiens qui demeurent une grande partie de l’année éloignés de chez eux résident dans de modestes cabanes sur les plages comme celles que l’on voit sur cette image et c’est aussi dans ces lieux qu’ils salent le poisson.

Illustration n° 2. Sur ce détail tiré d’un dessin daté de 1584, figurent des cabanes de pêcheurs sur les plages : installés pour les campagnes de pêche qui débutent en automne et durent jusqu’au printemps, les pêcheurs résident dans ces cabanes.

Illustration n° 2. Sur ce détail tiré d’un dessin daté de 1584, figurent des cabanes de pêcheurs sur les plages : installés pour les campagnes de pêche qui débutent en automne et durent jusqu’au printemps, les pêcheurs résident dans ces cabanes.

Source : Archives municipales d’Arles DD 118.

  • 24 Voici la description qu’en fait Fernand BENOIT (La Provence et le Comtat Venaissin, Arts et Traditi (...)

27Cependant, le delta offre bien d’autres lieux de pêche que les côtes : le fleuve lui-même, les « roubines » et les nombreux étangs. Ces derniers ne sont en général pas libres d’accès, car ils appartiennent à de grands propriétaires terriens qui tirent des revenus substantiels de leur arrentement. Dans ces étangs, comme dans les marais, les pêcheurs aménagent dans les herbes qui en tapissent les fonds, des passages où ils prennent en particulier des anguilles ; les aménagements de ce type les plus importants sont les « bourdigues »24. Dans les contrats d’arrentement de ces pêcheries figure toujours la cabane où les rentiers et leurs compagnons résident et salent poissons et anguilles. Si la production est généralement dirigée vers Arles, une partie de celle-ci est commercialisée dans ces postes de pêche que sont les cabanes.

  • 25 B.M.A., (Bibliothèque Municipale Arles), ms 217 ; A.D.B. du R., 1 F 141, f° 588 v°. Dix ans plus ta (...)

28La question du sel est un sujet brûlant pour les Arlésiens, plus particulièrement pour les pêcheurs et les éleveurs qui, de par leur activité, en sont grands consommateurs. Arles possède un régime particulier en Provence, héritage de conventions signées avec le Comte en 1251 : la ville est propriétaire de ses salines, celles de Badon, Galéjon, la Vernette et les Losnes situées en Camargue, et les afferme ; leur production est vendue aux Arlésiens à un prix fixé par les Consuls, toujours inférieur à celui pratiqué dans le reste du pays, ce qui alimente un trafic de contrebande qui sert de prétexte au roi pour mettre fin à ce régime spécifique. En 1525 déjà, les pêcheurs se soulèvent à deux reprises, en juillet, puis, soutenus par les brassiers, en septembre, contre la mise aux enchères de l’arrentement des eaux et pêcheries de Coronel, en Camargue, par la municipalité25 écrasée de dettes.

Illustration n° 3. Sur un autre détail de ce même dessin, on remarque des bourdigues barrant l’étang de Galéjon.

Illustration n° 3. Sur un autre détail de ce même dessin, on remarque des bourdigues barrant l’étang de Galéjon.

Source : Archives municipales d’Arles DD 118.

  • 26 René PILLORGET, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Ed. A. Pedone, Pari (...)
  • 27 En 1603, le roi décide l’incorporation des marais salants arlésiens à la ferme générale de Provence (...)

29La colère gronde à nouveau lorsqu’à partir de 1595, le pouvoir royal entreprend une réforme générale de la gabelle, affermant les greniers à sel de la province et leurs dépôts dans un bail unique délivré au Marseillais Gaspard de Rabastens. La communauté d’Arles résiste et lutte pour la défense de son privilège ; la Chambre des comptes ayant rendu un arrêt favorable à Rabastens en 1601, deux émeutes au premier rang desquelles se trouvent les pêcheurs26 tentent de faire céder le roi, en vain27. Cet épisode, éminemment politique, de la défense des franchises et libertés de la ville contre la mainmise royale, ne prend fin qu’en 1661 lors de la dernière action royale qui uniformise et majore la gabelle dans le royaume.

  • 28 A.D.B. du R., 11 B 2 en date des 20/10/1667, 05/03/1671, 11/10/1667, 16/10/1667.
  • 29 A.N. (Archives nationales), D/2/47, f° 302 v°, correspondance en date du 21/07/1710.

30Outre la pêche, la chasse et même l’agriculture, les pêcheurs du territoire arlésiens ont l’occasion de se livrer à d’autres activités, illicites cette fois. Dans les registres de sentences de l’Amirauté28, on remarque que le fermier des gabelles accuse de manière récurrente des pêcheurs d’Arles, comme des Saintes-Maries, de faux saunage. Confirmation de l’ampleur de la fraude est donnée par les Consuls d’Arles qui, dans un rapport à Monsieur de Pontchartrain en 1710, l’imputent plus largement aux « matelots de ce pais [qui] sont gens très difficiles à contenir et presque tous se meslent de contrebande de faux saunage »29. Dans la plate Camargue la tentation est grande, les efflorescences salines se changent facilement en sel ! Le changement de cours du fleuve en 1711 est, d’ailleurs, une conséquence indirecte de la lutte contre les entreprises des faux sauniers : en effet, un canal, celui des Launes, a été construit en 1706 par les fermiers des gabelles pour inonder une zone particulièrement favorable à la collecte du sel et, en 1711, lors d’une crise hydrologique majeure, le fleuve fait irruption dans ce canal, occupant alors son lit actuel. On peut aussi raisonnablement penser que les contrebandiers viennent s’approvisionner discrètement aux abords des anciennes salines de la ville, à proximité de leurs lieux de pêche.

  • 30 A.D.B. du R., 11 B 2 en date du 04/04/1664. Suite de l’affaire en date des 23/05/1664, 11/08/1664, (...)
  • 31 A.D.B. du R., 11 B 2, en date des 09/04/, 22/04, 29/05, 30/05,20/06,04/06/1657. Parmi les vingt inc (...)
  • 32 Alain CABANTOUS, Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France 1680-1830, (...)

31Le golfe du Lion avec ses hauts fonds sablonneux, ses courants marins et les brusques tempêtes qui s’y lèvent est un piège pour les navires. La côte de Camargue, vaste, déserte, éloignée de près de quarante kilomètres d’Arles rassemble tous les avantages dont peuvent rêver les pilleurs d’épaves. La source judiciaire de l’Amirauté se fait un large écho de ces évènements et permet de reconstituer les modalités du pillage sur les côtes de Camargue. Les pêcheurs installés sur les plages qui se portent en mer sur les lieux du naufrage, en profitent pour subtiliser une partie des marchandises qu’ils récupèrent. Dans le même temps, ces pêcheurs déclarent à l’Amirauté30 qu’ils ont travaillé au recouvrement des biens et des personnes pour en percevoir le salaire ! Hommes, femmes, parfois en famille, d’Arles, des Saintes-Maries-de-la-Mer ou de localités voisines, Martigues et surtout Fos31, se pressent sur place, avides de ramasser ce qu’A. Cabantous appelle « les dons de la mer »32, marchandises qui entrent, à partir de ces points, dans de discrets circuits économiques.

32En plus des lieux d’échanges, modestes, temporaires ou plus ou moins pérennes, liés au commerce maritime et à la pêche que nous venons d’évoquer, il existe d’autres points de rencontre sur les rives du fleuve ou des « roubines », pour des raisons liées à l’économie interne du delta.

Dans le delta, des lieux d’échanges liés à son économie interne

  • 33 Le terme est dû à Fernand BENOIT, « Les abbayes du sel, héritage antique du delta au Moyen Age », i (...)

33Nous revenons brièvement sur le sel dont l’exploitation en Camargue remonte au moins au Moyen Age. Nombre de salins appartenaient alors à des ordres monastiques. Parmi les « abbayes du sel »33, figurent Psalmody, abbaye bénédictine qui possédait les salins de Peccaïs (en petite Camargue languedocienne), l’abbaye cistercienne d’Ulmet qui exploitait le salin de Badon, près des étangs de Fournelet et de Canadel et celle de Sylveréal à proximité de laquelle se trouvait le salin de la Vernède et dans laquelle fut transférée en 1240 l’abbaye d’Ulmet. D’autres salins existaient aussi dès le XIIe siècle, aux Saintes-Maries ainsi qu’au Plan-du-Bourg où se trouvent actuellement ceux du Midi.

  • 34 Jean CABOT, Anciens ports et moulins de petite Camargue. Aspects d’une civilisation de l’eau. Les P (...)
  • 35 Jean CABOT, Ibid.

34Ce sel était embarqué dans de petits ports situés à proximité des abbayes qui l’exploitaient. Ainsi l’abbaye de Psalmody possédait plusieurs ports sur des étangs qui communiquaient avec la mer comme Notre-Dame-des-Ports, « l’Agual-Mort qui sera échangé entre l’abbaye et Louis IX, en 1248, pour la création d’Aigues-Mortes »34 et Conse-haute sur le Rhône de Peccaïs ; l’abbaye cistercienne de Franquevaux, fondée en 1143, bien que n’étant pas une « abbaye du sel », possédait elle aussi, jusqu’à la fin du XVIIIsiècle, un port35. La communauté d’Arles puis le fermier de la gabelle, exploitants ultérieurs des salines de Camargue provençale, ont probablement, à leur tour, utilisé les mêmes lieux, ces petits ports où se chargeait au Moyen Age la production de sel des abbayes.

  • 36 A.C. Arles, DD 48, f° 363 r° et v°. Les trois bâtiments cités vont de la toute petite embarcation, (...)

35Un mémoire de 1755 sur l’enlèvement du sel produit en Camargue, indique que trois ruptures de charges étaient nécessaires sur le trajet : « courtillons ou gabouillons par les roubines, penelles par le Bras de Fer puis allèges sur le Rhône jusqu’à Arles »36. Les transbordements dus aux ruptures de charges se faisaient vraisemblablement sur les berges aux confluents des cours d’eau, créant ainsi d’autres petits ports fluviaux informels sans infrastructures.

36Dans les bonnes terres engraissées par le Rhône on produisait surtout des blés ; le bétail, ovins et bovins, la vigne, le foin et l’exploitation des bois complétaient les productions agricoles du terroir. Mais rien ne se transformait sur place et les récoltes partaient vers la ville d’où venait, dans l’autre sens, la moindre denrée nécessaire à la vie des habitants, métayers, travailleurs et domestiques, dont le nombre augmentait considérablement au moment des moissons et des vendanges par la venue de travailleurs étrangers. L’acheminement des produits agricoles et l’approvisionnement des mas isolés se faisaient le plus souvent par voie d’eau sur de modestes embarcations. Les chargements et déchargements avaient lieu sur les berges sablonneuses du fleuve ou des canaux, où les bâtiments accostaient.

37Il faut aussi mentionner les bacs, aux carrefours des chemins et des voies d’eau, qui, dans la région, portent aussi le nom de « ports ». Permettant un transit de courte durée des hommes et des marchandises, ce sont des lieux de passage obligés et probablement, dans ce delta amphibie, à la population éparse, constituent-ils des lieux d’échanges à la fois marchands et humains. L’usage du mot « port » pour désigner un bac n’est certainement sans signification : dans un cas comme dans l’autre, s’y trouve une grève au bord d’un bras du fleuve permettant des opérations de chargement.

Conclusion

38La géographie particulière de cette côte, aux contours mouvants, n’offre, pour les bâtiments, aucun d’abri durable qui aurait justifié de l’existence de petits ports. Pour les bateaux, la sécurité se trouve à l’orée de la rivière et les tours de surveillance, installées par la communauté d’Arles aux embouchures du cours principal du Rhône, font office de havres. Peut-on parler de ports, les concernant ? Escales obligatoires, sans échanges commerciaux notables, elles constituent plutôt, à l’époque moderne, une sorte d’avant-port du port principal. Cependant à la fin du XIXe siècle, c’est autour de la dernière de ces tours que se forme la cité de Port-Saint-Louis-du-Rhône qui ravit à Arles sa fonction de port maritime.

  • 37 Jacques de LUSTRAC, Description des côtes et ports de la Méditerranée. Manuscrit inédit d’une enquê (...)
  • 38 Selon Danielle BEGOT, (La Camargue dans la première moitié du XIXsiècle, Thèse de doctorat de 3e (...)

39Le littoral est le domaine des pêcheurs ; leurs cabanes sur les plages ne peuvent être confondues avec des petits ports de pêche, leur installation restant, sans doute, du domaine de l’éphémère. Toutefois, des cartes de Camargue font figurer ces cabanes et des descriptions de la côte, destinées à faciliter la navigation dans ces parages, les mentionnent aussi comme repères37. Seul le petit bourg des Saintes-Maries-de-la-Mer a traversé les siècles ; à l’époque moderne, ce n’est qu’un petit port de pêche, en quelque sorte le port de pêche d’Arles, mais un port sans infrastructure où les modestes embarcations des pêcheurs sont hâlées sur le rivage38.

40Par contre, à l’intérieur de la zone deltaïque, multiples sont les lieux sur les berges sablonneuses où les barques peuvent accoster, pour des échanges licites ou illicites : même si la proximité des mas et celle des anciennes tours désaffectées ou ruinées constituent des repères aisés pour les rendez-vous commerciaux, les hommes qu’ils soient marins, pêcheurs, chasseurs ou agriculteurs - et ils sont parfois tout cela en même temps car la pluri-activité est fréquente dans ces milieux populaires - ont à leur disposition tout un réseau de cours d’eau sur les bords desquels ils peuvent aisément attacher ou hisser leur embarcation. De ce fait, la fréquentation d’un point précis, un petit port, ne s’impose probablement pas, hormis pour le chargement du sel qui ne peut se faire que sur les lieux d’exploitation.

41Arles, elle-même port secondaire, commande en fait une « poussière portuaire » dont nous avons lié la typologie au cadre géographique particulier du delta. Il apparaît cependant que nous pourrions regrouper les points de rencontre et d’échanges relevés à l’aide d’autres critères : ceux qui ont des fonctions portuaires, ceux liés à l’économie locale et ceux qui relèvent du contournement de la légalité. Aux premiers appartiennent les tours –plus particulièrement, la dernière Saint-Louis– et les Saintes-Maries : ces lieux habités de manière régulière dont les fonctions de surveillance, sanitaires, administratives et religieuses en font des ports, mineurs certes, mais des petits ports. Au second groupe, on peut rattacher les ports du sel ainsi que ceux occasionnés par la collecte des récoltes, grains, bois, vendanges ou foin, mais aussi les lieux de pêche, sur la côte ou dans les étangs, signalés par les cabanes des pêcheurs et où se passent la vente et la salaison du poisson ; enfin, dans un troisième groupe, les havres isolés où ont lieu les transactions discrètes liées à la fraude, à l’éviction, au pillage d’épaves.

  • 39 « Estuaires et deltas offrent des conditions très différentes à la navigation » mais dans les deux (...)

42Au terme de ce tableau, l’intérêt d’une comparaison - que nous n’avons pas eu malheureusement le loisir de faire -, avec d’autres lieux marginalisés par une situation particulière s’impose, on pense aux autres deltas comme ceux de l’Ebre, du Pô ou du Danube, mais aussi aux estuaires39.

Haut de page

Notes

1 B.M.A., (Bibliothèque municipale d’Arles), ms 151.

2 Des prospections récentes montrent de nombreuses traces d’installation, essentiellement le long des voies d’eau, pendant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age ; mais les temps difficiles de la seconde moitié du XIVe et du XVe siècle ont eu raison de la plupart des pôles d’habitats groupés. Marion CHARLET, « Topographie du delta au Moyen Age », in Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne. Sous la direction de Corinne LANDURE et Michel PASQUALINI, en collaboration avec Armelle GUILCHER. Bulletin archéologique de Provence, supplément 2, Service régional de l’archéologie. DRAC-PACA-MCC, Aix-en-Provence, 2004, 334 p., p. 277-283. On peut noter, en outre, qu’au début du XIXe siècle, le géologue britannique Richard Dixon OLDHAM décrit, lui aussi, une Camargue désolée : une région de marais salants peuplée de manière éparse par une population victime de la malaria et « où l’impression produite sur les promeneurs est celle d’une solitude plus impressionnante que celle de l’Océan… ». Richard Dixon.OLDHAM « The portulan maps of the Rhône delta, acontribution to the history of the sea charts of the middle age », Tiré à part de The geographical Journal, Londres, William Clowes ans sons, mai 1925, p. 404-428.

3 Essentiellement aux XVIe et dans la première moitié du XVIIsiècle. Dès le milieu de ce siècle « ce blé ne vient plus uniquement du cru mais en partie de communes voisines ou du Languedoc proche. Au siècle suivant, la contribution du Comté de Provence ayant diminué dès avant la peste de 1721, le courant est alimenté par les descentes de blé des régions excédentaires de l’intérieur, Bourgogne et Bresse, mais on le trouve aussi, en cas de mauvaises récoltes ou de disette comme en 1709 et 1771, à la montée, arrivant du Languedoc ou de Marseille en provenance de l ‘étranger ». P. PAYN-ECHALIER, Les marins d’Arles à l’époque moderne, PUP, Aix-en-Provence, 2007, p. 94.

4 Jacques BERNARD, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Paris, 1968, p. 53.

5 A.C., (Archives communales) Arles, CC 74, Comptes du « 2 % », 1611 : « faire muraille long la rivière du Rosne avec quai murette et digue puis la porte Lamanon (connue plus tard sous le nom Saint-Louis) jusqu’à la muraille de la porte Notre-Dame ». En 1625, une maison est abattue pour continuer le quai depuis la porte Sainte-croix jusqu’à celle des Augustins, plus au sud.

6 En 1577, Henri III déclare la ville d’Arles frontière maritime du Royaume et la même année instaure une taxe sur toutes les marchandises qui passent par voie d’eau ou de terre devant Arles ou le fort du Baron (ce pour éviter de perdre le contrôle du trafic qui se faisait par le petit Rhône), taxe connue sous le nom de « 2 % ».

7 Communication proposée par Gilbert BUTI lors du colloque sur les Petits Ports tenu à Lorient le 1er février 2008, sous le titre « De discrets points de rencontre, ports secondaires et poussières portuaires sur le littoral méditerranéen ». Lors de ce même événement, Amélia POLONIA a présenté la proposition de classification des ports de Gordon Jackson (« The significance of unimportant ports », International Journal of maritime History, XIII (December 2001) ; 2,6). Les caractéristiques qui y sont retenues pour les ports moyens s’appliquent, pour la plupart, fort bien au cas d’Arles : « circuits régionaux ou locaux, peu de circuits internationaux, navires de petits ou moyens tonnages appartenant à des armateurs locaux, port de délestage au service d’un plus grand port, affirmation au travers des liaisons côtières très fortes et essentielles à l’articulation des circuits économiques régionaux et nationaux ».

8 Jacques BETHEMONT, « Les deltas méditerranéens : éléments pour une politique de l’espace » dans Les deltas méditerranéens édité par J. Bethemont et C. Villain-Gandossi pour le Centre Européen de Coordination de Recherche et de Documentation en Sciences Sociales, Vienne, 1987, p. 31.

En ce qui concerne le Danube, on peut citer le cas de la forteresse de Chilia à l’embouchure du fleuve, qui, conquise malgré les efforts du Moldave Etienne le Grand, par les Turcs en 1484, ouvrait au sultan « clé et porte de tout le pays de Moldavie, de la Hongrie et du pays du Danube » Radu MANOLESCU, « L’importance économique et militaire des villes portuaires de la Valachie et de la Moldavie aux XVe et XVIe siècles » in Le pouvoir central et les villes en Europe de l’Est et du Sud-Est du XVe siècle aux débuts de la révolution industrielle et villes portuaires, Editions de l’Académie bulgare des sciences, Sofia, 1985, p. 180.

9 Ces farots permettaient une circulation rapide de l’information maritime. Il y en a un à l’Espiguette, un dans l’église des Sainte-Maries, un à Albaron, un à la Tinhas, un au gras de Passon, un à la tour del Fieu et un autre dans une tour des arènes à Arles où aboutissait l’information. Philippe RIGAUD, « Tours et farots de Camargue », in Delta du Rhône, Camargue antique, médiévale et moderne…, op. cit., p. 285- 289.

10 Ainsi les tours de Montmeillan et d’Amphoux qui défendaient la brassière de Montlong et les tours de Beaujeu, du Brau, de Vazel et du Valat qui suivaient le cours de l’Aube de Bouic. Cependant, le caractère défensif de certaines tours tend à disparaître au cours du XVe siècle pour devenir signe d’une résidence aristocratique. Marion CHARLET, « Topographie du delta au Moyen Age »…, op. cit., p. 278, et Paul-Albert FEVRIER, « Tours de Camargue » in Provence Historique, fascicule 169, 1992, p.467-472.

11 Construit en 1577, rasé en 1596 puis relevé au XVIIIe siècle.

12 Par crainte qu’elle ne serve d’appui à d’éventuels ennemis, elle fut démolie en 1642 et ses matériaux furent utilisés pour l’édification des mas environnants (Philippe RIGAUD, « Tours et farots de Camargue »…, op. cit., p. 287)

13 L’Amirauté de Provence est réformée par l’Edit de Saint-Germain-en-Laye, en août 1555 ; des lieutenances sont créées dont celle d’Arles. Tous les offices sont pourvus par le roi, mais ce n’est qu’en 1612 que tous les sièges ont un lieutenant titulaire ; l’Amirauté d’Arles ne fonctionne réellement qu’à partir de 1631.

14 A.D.B. du R. (Archives départementales des Bouches-du-Rhône), registre de sentences de l’Amirauté 11 B 2, en date du 08/01/1665, 13/12/1665, 15/05/1666.

15 La première occurrence de cette confrérie rencontrée date de 1582 ; elle figure sous le titre « confrayrie de Monsieur saint Nicolas dit confrayrie des barquiers ». A.D.B. du R., 401 E 35, f° 693 v° en date du 27/12/1582 ; inscription marginale datant du 17/03/1584.

16 Elle sera démolie en 1785. En 1778, on y disait encore la messe le jour de la Saint Nicolas et pendant la foire de Beaucaire.

17 A.D.B. du R., 11 B 2 en date du 17/06/1669, 15/02/1651

18 Il figure sur la carte de Flour de 1638 corrigée et augmentée par Jean Vort-Camp en 1656 qui est exposée encadrée à la médiathèque d’Arles.

19 A.C. Arles HH 3.

20 Le vocable Les Saintes Maries désigne trois femmes : Marie Madeleine, Marie Salomé mère des apôtres Jean et Jacques le Majeur et Marie Jacobé mère de Jacques le Mineur. Elles furent embarquées avec d’autres proches du Christ, en 42, au port de Jaffa sur un bateau sans voile ni rame d’après la tradition chrétienne, plus vraisemblablement sur un navire de lignes régulières. Si l’église remonte au XIIe siècle, l’invention de leurs reliques et le culte officiel qui leur est rendu ne datent que de 1448.

21 Sous Louis XV, un petit fort est construit à l’embouchure même pour défendre l’entrée du « château » de Notre-Dame-de-la-Mer, c’est-à-dire son église forte. (Augustin MAZEL, chanoine honoraire, ancien curé des Saintes-Maries-de-la-Mer, Les Saintes-Maries-de-la-Mer et la Camargue, Société de la Bonne Presse du Midi, Vaison-la-Romaine, 1950, 156 p.)

22 A.D.B. du R., 11 B 3, en date du 27/10/1682 : révocation de Charles Laquand, pêcheur des Saintes-Maries, établi comme baliseur au gras d’Orgon à la place de patron Antoine Laquand son père (11 B 2 01/07/1669) et nomination de George Jouvesan, patron de « bourgin ». Au décès de ce dernier, son fils George de 18 ans lui succède ( 11 B 3, 23/09/1684).

23 Le village des Saintes-Maries-de-la-Mer fait partie du quartier maritime d’Arles et marins et pêcheurs dépendent de son Amirauté.

24 Voici la description qu’en fait Fernand BENOIT (La Provence et le Comtat Venaissin, Arts et Traditions populaires, Aubanel, 1975) : « A la saison du frai, de juillet à fin février, on barrait les goulets resserrés qui mettent en communication les étangs littoraux et la mer, de façon à arrêter le poisson, muges, bars ou loups, daurades, anguilles qui regagnaient la mer, principalement dans les étangs de Galéjon, de Fos et de Caronte : on installait, à cet effet, une série de parcs en « canisses » de roseaux de forme triangulaire, les bourdigues, dont l’ouverture,  la « grande vengude », était du côté de l’étang, et se terminait par des goulets plus étroits, aboutissant à une dernière chambre, le « bouledou », d’où le poisson ne pouvait plus sortir et qui se fermait à volonté ».

25 B.M.A., (Bibliothèque Municipale Arles), ms 217 ; A.D.B. du R., 1 F 141, f° 588 v°. Dix ans plus tard, le secrétaire de la maison commune d’Arles signale une nouvelle tentative de soulèvement, preuve que l’affrontement entre Communauté et pêcheurs n’est toujours pas réglé.

26 René PILLORGET, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Ed. A. Pedone, Paris, 1975, p. 288. L’auteur souligne la responsabilité des plus notables des Arlésiens dans les deux mouvements. Il est vrai que la discrétion des délibérations communales sur le sujet, telles que rapportées par L. Bonnemant (B.M.A., ms 219, 1601), incite à penser que l’émeute du dimanche 2 septembre pourrait effectivement être une manœuvre des dirigeants de la cité.

27 En 1603, le roi décide l’incorporation des marais salants arlésiens à la ferme générale de Provence. Toutefois, en vue de ménager la susceptibilité des Arlésiens, le fermier sera tenu d’entreposer le produit des marais de la ville dans un grenier à sel (opérationnel en 1604, B.M.A., ms 219, 1604) et d’en délivrer gratuitement aux Arlésiens 40 gros muids, mesure de Peccaïs.

28 A.D.B. du R., 11 B 2 en date des 20/10/1667, 05/03/1671, 11/10/1667, 16/10/1667.

29 A.N. (Archives nationales), D/2/47, f° 302 v°, correspondance en date du 21/07/1710.

30 A.D.B. du R., 11 B 2 en date du 04/04/1664. Suite de l’affaire en date des 23/05/1664, 11/08/1664, 13/04/1664, 24/04/1664, 25/06/1664.

31 A.D.B. du R., 11 B 2, en date des 09/04/, 22/04, 29/05, 30/05,20/06,04/06/1657. Parmi les vingt inculpés, les seuls dont la profession est fournie sont des pêcheurs. Il y a 5 femmes dont deux soeurs, filles d’un couple accusé et la mère d’un autre accusé. Plusieurs portent le même patronyme, laissant supposer un possible lien de parenté.

32 Alain CABANTOUS, Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France 1680-1830, Fayard, France, 1993.

33 Le terme est dû à Fernand BENOIT, « Les abbayes du sel, héritage antique du delta au Moyen Age », in Delta n° 3, 1961.

34 Jean CABOT, Anciens ports et moulins de petite Camargue. Aspects d’une civilisation de l’eau. Les Presses du Languedoc, Montpellier, 1991, 123 p., p. 51-61.

35 Jean CABOT, Ibid.

36 A.C. Arles, DD 48, f° 363 r° et v°. Les trois bâtiments cités vont de la toute petite embarcation, le courtillon, à la plus grande l’allège, en passant par la modeste penelle. Le Bras de Fer est la dénomination de l’ancien cours du bras principal du Rhône avant son changement en 1587.

37 Jacques de LUSTRAC, Description des côtes et ports de la Méditerranée. Manuscrit inédit d’une enquête pour le mouillage des galères vers 1793, [Manuscrit en possession de l’éditeur, publié par Jacques de LUSTRAC], Hyères, 1987, 48 p.

Stanislas BAUDIN, Manuel du pilote de la Mer Méditerranée, 1ière partie, 2e édition, Toulon, L. Laurent libraire-éditeur, 1840, 490 p. Documents tous deux prêtés fort amicalement par Philippe Rigaud.

38 Selon Danielle BEGOT, (La Camargue dans la première moitié du XIXsiècle, Thèse de doctorat de 3e cycle, Professeur P. Guiral, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1976, IV-415f.-[30] f. de pl. : illl. 30 cm) « la bourgade des Saintes-Maries pressée par ses remparts à demi croulants (d’où les pilleurs d’épaves guettent les jours de tempête les navires en perdition) dans une puissante fermentation de fumier et d’eau croupissante n’offre aux regards que la vétusté de ses maisons mortes… et ses rues irrégulières et mal pavées… ». L’avancée des eaux marines et la fermeture du Rhône de Saint-Ferréol ont fait disparaître ce que Luc LONG, spécialiste d’archéologie sous-marine, reconnaît comme le port de commerce romain ; celui-ci commencerait à livrer, à trois kilomètres des côtes environ, des éléments de ses structures.

39 « Estuaires et deltas offrent des conditions très différentes à la navigation » mais dans les deux cas ce sont « des milieux instables entre eaux marines et fluviales et la terre ». Ce sont des espaces attractifs en raison de sols qui permettent de riches récoltes mais aussi des « espaces répulsifs, lieux de dissidence sociale et de résistance politique » (Philippe LEVEAU, « Revisiter l’espace et le temps dans le delta du Rhône : archéologie et histoire des zones humides et milieux deltaïques » in Delta du Rhône, Camargue antique et médiévale et moderne… op. cit., p. 13-43).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : en clair figurent d’anciens lits du Rhône ou des bras abandonnés et en foncé les cours actuels. En outre, ont été figurées les tours qui, successivement, ont surveillé les embouchures du cours navigable du fleuve.
Crédits Carte réalisée par Géraldine Claveirole, géomaticienne d’après « The delta of the Rhône and its old channels or branches now abandonned » in Quart. Journal Geol. Soc., Vom LXXXVI.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Illustration n° 2. Sur ce détail tiré d’un dessin daté de 1584, figurent des cabanes de pêcheurs sur les plages : installés pour les campagnes de pêche qui débutent en automne et durent jusqu’au printemps, les pêcheurs résident dans ces cabanes.
Crédits Source : Archives municipales d’Arles DD 118.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Illustration n° 3. Sur un autre détail de ce même dessin, on remarque des bourdigues barrant l’étang de Galéjon.
Crédits Source : Archives municipales d’Arles DD 118.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Payn-Echalier, « Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (XVIe-XVIIIe siècle) », Rives méditerranéennes, 35 | 2010, 29-44.

Référence électronique

Patricia Payn-Echalier, « Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (XVIe-XVIIIe siècle) », Rives méditerranéennes [En ligne], 35 | 2010, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/3844 ; DOI : 10.4000/rives.3844

Haut de page

Auteur

Patricia Payn-Echalier

Patricia Payn-Echalier est associée à l’UMR TELEMME. Pour en savoir plus, cliquez sur http://telemme.mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org