Navigation – Plan du site

Les relations entre voyage, construction du savoir et connaissance des territoires à travers l’œuvre de Giovanni Tomaso Borgonio

Etienne Bourdon
p. 27-43

Résumés

Les voyages de Giovanni Tomaso Borgonio (vers 1620-1683) sont à l’origine d’un accroissement important des savoirs cartographiques et géographiques sur les régions alpines. Cartographe de Victor Amédée II, duc de Savoie de 1675 à 1730, il se voit confier l’élaboration de la Carta generale de Stati (1680) et la coordination du précieux Theatrum Sabaudiae (1682) dans lequel il fait figurer une cinquantaine de gravures. À la suite de ses voyages, il présente ainsi un nouveau visage de la Savoie à la fois riche, documenté mais aussi politisé qui participe pleinement à la politique ducale de prestige. Ses excursions cartographiques sont donc au cœur de la construction du savoir et de l’affirmation cognitive et politique du territoire savoyard.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

litterature, territoire, voyage

Géographie :

Italie

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Prince de Piémont et duc de Savoie de 1675 à 1730, roi de Sicile de 1713 à 1720, puis roi de Sardai (...)
  • 2 L’ouvrage, dont le titre est fréquemment abrégé en Theatrum Sabaudiae, paraît en 1682. Il paraît en (...)
  • 3 Parue à Turin chez Bartolomeo Zappata en 1680. On n’en a sans doute conservé que treize ou quatorze (...)
  • 4 On pense notamment à Daniel NORDMAN, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siè (...)
  • 5 Jacques LÉVY et Michel LUSSAULT (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, (...)

1Dans le cadre d’une réflexion sur les relations entre la mobilité et la construction du territoire, il est intéressant d’analyser les expéditions cartographiques de Giovanni Tomaso Borgonio (vers 1620-1683). En effet, il s’agit du dessinateur et cartographe des ducs de Savoie qui a effectué, pour eux, de nombreux voyages dans les Alpes, particulièrement entre 1676 et 1680. Quinquagénaire, c’est alors un homme d’âge mûr, ancien secrétaire ordinaire et valet de la chambre de Charles-Emmanuel II, puis maître aux écritures et professeur de mathématiques de son fils, Victor Amédée II1. Il est ensuite nommé ingénieur ayant en charge les fortifications, ce qui l’amène notamment à travailler sur les systèmes défensifs de Verceil et de Nice. Il assure aussi les fonctions de secrétaire aux finances et à la grande chancellerie. En 1675, il reçoit l’office de dessinateur des blasons et insignes des familles de l’État savoyard. Enfin, l’année suivante, il devient officiellement topographe et cartographe ducal. À ces titres, il effectue différentes peintures et une cinquantaine de dessins qui vont être gravés dans le Theatrum statuum Regiae Celsitudinis Sabaudiae Ducis dont il coordonne l’exécution2. Il a aussi la tâche de cartographier le duché de Savoie et publie en 1680 sa Carta generale de Stati di sua Altezza Reale. A Madame Reale Marie Giovanna Battista di Savoia, gravée par Giovanni Maria Belgrano3. Notre objectif sera d’analyser en quoi les voyages de Borgonio jouent un rôle dans la perception de la Savoie comme un territoire et non comme simple espace alpin. En effet, les historiens ont bien défini, avec les géographes, les concepts d’espace et de territoire et ont perçu qu’il convient de ne pas confondre les deux termes, car si l’on peut considérer le premier comme un vocable neutre qui désigne une portion de l’espace terrestre, le territoire est tout autre4. Jacques Lévy et Michel Lussault ont montré que le territoire est un espace contrôlé, caractérisé par son unité, son organisation interne, une identité propre et l’existence de limites nettes qui le circonscrivent5. Le territoire est donc un espace approprié. Or cette appropriation peut être politique, mais aussi cognitive, c’est-à-dire dépendre de la constitution d’un savoir sur un objet donné. Avec ces acceptions, l’expérience de l’espace qu’est le voyage joue un rôle déterminant dans le passage d’un simple espace parcouru à un territoire, lorsqu’une portion de l’étendue terrestre est appréhendée intellectuellement par un cartographe qui, avec ses outils, élabore un savoir, mû par une volonté d’affirmation territoriale et identitaire – forcement politique –, dans le contexte du renforcement des états aux XVIIe et XVIIIe siècles. Nous conduirons cette étude en abordant les voyages de Borgonio et la constitution d’un savoir nouveau sur la Savoie, puis la contribution de ce savoir à la territorialisation du duché de Savoie et à sa politique de prestige.

2Les raisons des voyages de Borgonio sont bien connues. Il s’agit d’élaborer une carte générale des États de Savoie, du lac Léman au comté de Nice, et de coordonner l’élaboration et l’illustration d’un livre sur le duché de Savoie, le Theatrum statuum Regiae Celsitudinis Sabaudiae Ducis. La commande a été passée par Charles-Emmanuel II en 1673, mais son décès soudain en 1675 amène sur le trône son fils Victor-Amédée II, âgé de neuf ans seulement. La régence est confiée à sa mère, Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours, duchesse de Genève et d’Aumale, et veuve du défunt roi. Ce contexte politique accélère la réalisation du projet déjà bien engagé. Cela faisait alors quatre ans que le cartographe travaillait sur les cartes manuscrites conservées aux archives d’État à Turin. Cependant, ces documents, fréquemment erronés, ne couvraient que de façon très inégale l’ensemble du duché. C’est pourquoi, après un travail de réunion de la documentation dont il pouvait disposer (1669-1675), Borgonio effectue divers voyages pour repérer les lieux, confronter les cartes plus anciennes à la réalité et surtout dresser de nombreux relevés topographiques et paysagers de façon à rendre compte de la physionomie des vallées et à affiner la localisation des villages et des chemins. Ainsi, pendant cinq ans, de 1676 à 1680, il parcourt le duché de Savoie muni d’une boussole, d’un graphomètre et d’une planche à dessin.

  • 6 Laura et Giorgio ALIPRANDI, « Le relief des Alpes sur la carte de « Madama Reale » réalisée par le (...)

3Les documents qui nous permettraient de reconstituer ces voyages cartographiques dans les Alpes sont rares, car Borgonio n’en a pas laissé de récit. Il pourrait paraître vain de tenter de restituer ses déplacements en raison de la pauvreté des sources. Nous ne possédons que quelques textes manuscrits, notamment ses lettres (conservées aux archives d’état de Turin). Ils nous précisent les importants émoluments qui lui sont versés dès 1676 où il reçoit 300 lires « pour les extraordinaires tâches accomplies » et, l’année suivante, 435 lires « pour divers travaux et tâches »6. On dispose aussi de sa Carta Generale de Stati di Sua Altezza Reale publiée en 1680, document essentiel pour l’histoire de la cartographie. Elle est constituée de quinze feuilles d’environ 40 x 50 cm qui, agencées, forment une très grande carte de 2,12 m par 1,75 m. La représentation souvent très fidèle du relief nous offre la possibilité de déterminer les lieux où il s’est arrêté pour effectuer ses croquis. Il apparaît cependant peu vraisemblable que Borgonio ait dressé lui-même la totalité des relevés de terrain, comme semblent l’indiquer les différences de traitement du relief entre le nord et le sud (feuilles 12 à 15) du duché où la précision est moindre, tant en ce qui concerne la topographie que les toponymes. Enfin, Borgonio est l’auteur des nombreuses gravures – paysages et plans – qu’il a effectuées pour le Theatrum Sabaudiae.

  • 7 Voir John Brian HARLEY, Le Pouvoir des cartes : Brian Harley et la cartographie, Peter GOULD, Antoi (...)

4Pour pallier la rareté et pauvreté des sources textuelles ou d’archives, il nous faut mettre en place une autre démarche de recherche7. Il s’agit d’étudier les cartes en questionnant ces différents documents non comme de simples relevés topographiques, mais en considérant qu’ils sont porteurs d’une forme de discours sur l’espace, d’autant que, pour notre propos, les vallées alpines se situent dans une région frontalière où l’enjeu stratégique conditionne le regard et justifie une grande vigilance du dessinateur et de l’observateur de la carte. Cela est d’autant plus significatif que Tomaso Borgonio est amené à parcourir de nombreuses vallées, mais aussi parce que la nécessité de faire de fréquents relevés topographiques lui impose un rythme lent de déplacement et une attention soutenue. Nous analyserons désormais les déformations que le cartographe a opérées, consciemment ou non, sur les régions qu’il a minorées ou hypertrophiées, voire simplement ignorées. Car contrairement aux textes, la carte trahit immédiatement l’absence d’informations sur un lieu donné et, là où les mots se taisent, la carte doit figurer un vide explicite ou faire disparaître cet espace par dilatation des régions voisines. De plus, une grande partie des éléments paysagers (relief, cours d’eau, localisation des villages...) que le cartographe a observés il y a plus de trois siècles existe encore, ce qui nous permet d’avoir connaissance de ce que son regard a pu voir, et de le confronter à la carte.

5Pour tenter de cerner une partie des voyages effectués par Borgonio, nous avons étudié plus précisément l’espace situé dans le quadrilatère formé par la vallée de Chamonix, Sallanches, le Val d’Arly, la Combe de Savoie jusqu’à Aiguebelle, la vallée de la Maurienne, Suse, Aoste et la montée au col du Grand-Saint-Bernard. Cette région des Alpes occidentales bénéficie sur la carte d’un très grand soin, d’une homogénéité de traitement et d’une importante précision topographique qui permettent plus sûrement de déduire les lieux parcourus par le cartographe lors de ses voyages pour faire ses relevés. Elle réunit aussi trois cols majeurs (mont Cenis, Petit et grand-saint-Bernard), le massif du mont Blanc – le plus élevé des Alpes –, ainsi que le principal axe transalpin du duché qui s’étire de la vallée de la Maurienne à Suse. La représentation du relief marque un tournant dans l’histoire de la cartographie. Les sommets majeurs sont très nettement individualisés et figurés de façon réaliste. Certes, Borgonio les représente avec la roche à nu en retirant la neige et la glace qui la recouvre, ce qui l’amène parfois à imaginer le relief sous-jacent. De plus, en trois siècles et demi, l’érosion ou les éboulements ont légèrement modifié le faciès de certains reliefs et notamment des aiguilles et autres pics. Mais la qualité de la représentation nous permet malgré tout de déterminer, souvent de façon précise, l’endroit où le cartographe s’est placé pour dresser son croquis. On peut ainsi confronter sa morphologie des reliefs et l’exactitude de ses localisations, avec la réalité topographique.

  • 8 Antoine FURETIÈRE, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux (...)
  • 9 Voir illustration 1.

6L’étude attentive des cartes de Borgonio met ainsi en évidence la pratique de l’espace et l’œil du cartographe. Elle souligne la façon dont il parcourt les Alpes, dont il les perçoit et évidemment le rendu qu’il offre aux ducs de Savoie. En effet, Borgonio cheminait dans les vallées jusqu’à ce qu’un point de vue significatif à ses yeux l’amène à croquer le paysage, c’est-à-dire, comme le définit Furetière, « tracer sur le papier à la haste [...] les premiers traits d’un dessein, dans l’intention de les corriger, polir & finir à son aise »8. Il reprenait ensuite sa route pendant plusieurs centaines de mètres, ou parfois quelques kilomètres, et s’arrêtait à nouveau pour saisir un autre panorama. À son retour, il combinait ces différentes vues pour élaborer ses cartes et donner cette illusion de véracité paysagère qui les rend, encore aujourd’hui, si séduisantes. Ainsi, nous pouvons le suivre du col du Petit-Saint-Bernard à celui du Grand-Saint-Bernard9.

Figure 1. Col du Petit-Saint-Bernard et vallée d’Aoste.

Figure 1. Col du Petit-Saint-Bernard et vallée d’Aoste.

©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry

7On peut précisément identifier que Borgonio a effectué un relevé topographique à la montée du Petit-Saint-Bernard, puis un autre en arrivant au col, en mettant en évidence les repères visuels importants pour le voyageur (pinnule de la Grande Berrier, le Mont Ouille qui domine le Laityre). Il chemine ensuite sur un sentier ne posant pas de difficultés, ce qui explique vraisemblablement qu’il n’ait pas fait de croquis, et arrive au village de La Thuile où il dessine avec précision le double sommet du Mont Belleface, le Mont du Parc et les différentes montagnes que l’on aperçoit plus loin comme le Mont Colmet, le Plan-Praz, La Grande Tête ou le Mont Chaz Duraz. Cependant, cette technique de relevés topographiques en certains lieux privilégiés présente une difficulté majeure : comment rendre compte de la continuité de l’espace alors que les paysages sont ponctuels ? La solution trouvée par Borgonio est ingénieuse puisqu’il combine ces différents dessins en choisissant des éléments graphiquement proches qui servent de pivot et de transition entre les vues. Ainsi, le même relief sur la carte représente deux sommets distincts dans la réalité. Il contracte l’espace intermédiaire situé entre les deux croquis, ce que masque adroitement le lissé du dessin. On le voit très nettement sur les deux paysages que nous venons de commenter : les deux sommets situés à l’est du lac du Verney et au nord du village de La Thuile sont interprétés dans le premier cas, comme le Mont Ouille et le Laityre et, dans le deuxième cas, le regard identifie les pics Sud et Central du Mont Belleface.

8On peut ainsi déterminer une typologie des espaces représentés par le cartographe en confrontant sa représentation des reliefs et l’exactitude de ses localisations avec la réalité topographique. Cela permet de mettre en évidence quatre types de lieux.

  • 10 Vers 1300 m, 1400 m, 1900 m, 2100 m, 2300 m et au sommet à 2472 m.

9Les premiers caractérisent les endroits où l’on sait avec certitude qu’il est allé car il y a dressé des croquis, comme on le voit de part et d’autre du col du Petit-Saint-Bernard jusqu’à Aoste. Lors de la montée au col du Grand-Saint-Bernard, Borgonio effectue à partir de Saint-Léonard au moins six dessins, à des altitudes différentes10, qu’il a agencés et où le même sommet pivot correspond à plusieurs réalités topographiques en fonction des panoramas successifs. Le paysage que l’on peut découvrir juste avant d’arriver au col, vers 2300 m, est très proche du dessin du cartographe, avec le mamelon du col encadré par la Pointe de Drône et le Mont Mort, et d’où descend une gorge de raccordement creusée par le torrent exutoire du lac. On peut suivre le regard du voyageur, constater les choix qu’il opère. Entre ces différentes vues, le paysage que les voyageurs observent ne correspond pas à la carte de Borgonio. Malgré l’impression réaliste qui se dégage, il s’agit donc d’un espace totalement reconstruit agençant des vues majeures qui sont autant de repères que l’œil du voyageur fixe pour cheminer dans la vallée et arriver à bon col.

  • 11 Voir illustration 2.

10La deuxième catégorie concerne les paysages que Borgonio a vus de loin à partir de ces lieux, sans s’y rendre ; il s’agit la plupart du temps des versants et des reliefs environnants. C’est le cas de la Valpelline qui s’étire vers le nord-est en direction de la Dent d’Hérens et du Cervin. Elle est effectivement représentée et Borgonio a fait figurer à l’entrée de la vallée le verrou qui resserre le passage après Castello. À Valpelline, le panorama est aussi reconnaissable. Le village est bien localisé sur le versant ouest et l’on identifie quatre sommets majeurs : le Becca di Luseney, le Monte Faroma, le Tsaat à l’etsena et le Becca di Viou. Mais on peut se demander s’il est allé jusqu’à Oyace qu’il situe pourtant sur sa carte. Cela semble peu probable, pour plusieurs raisons. Il dessine la longue crête dont nous venons d’énumérer les principaux sommets en faisant décroître leur altitude, ce qui correspond à la vision perspective que l’on peut avoir depuis Valpelline, mais pas à ce que l’on découvre en s’engageant plus loin dans la vallée qui se termine par la Dent d’Herens à 4171 m, soit cinq cents mètres plus haut que le Becca di Luseney. Borgonio représente l’extrémité de la vallée par un large cirque, au creux duquel il localise Oyace, alors qu’elle se poursuit encore sur une vingtaine de kilomètres par les villages de Bionaz et la Lechère. Le cartographe ducal n’a donc pas dépassé le village de Valpelline. C’est aussi le cas de l’Arve qui mène à Chamonix et longe le Mont Blanc. Il pourrait sembler incontestable que Borgnio ait remonté cette vallée. En effet, on observe nettement sur la carte un vaste massif au relief dentelé appelé Les Glacières, qui domine Chamonix11.

© Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry

11Ces montagnes ressemblent fortement à celles que l’on peut découvrir en arrivant aux Houches dans la haute vallée de l’Arve. Il fait même figurer la source de l’Arve en amont de Chamonix (Chammunis). cela laisserait imaginer que Borgonio a effectivement parcouru la vallée dans toute sa longueur.

  • 12 Archives communales de Chamonix, voir notamment dans les série CC 1, CC3 et CC4.
  • 13 Voir figure 3. Sur le problème de l’erreur d’orientation du massif du Mont Blanc, voir Étienne BOUR (...)

12Pourtant, en regardant plus attentivement, on constate de nombreuses erreurs de localisation qui rendent l’identification moins aisée. Pour déterminer quelles sont les montagnes représentées et localiser l’endroit où Borgonio s’est tenu pour dresser ses croquis cartographiques, il faut raisonner ici par élimination. Il est finalement évident que l’auteur n’a pas pu aller jusqu’au col des Montets, absent de la carte, et à Vallorcine qui est situé de façon aberrante dans une autre vallée à l’est de Samoëns et Sixt. Plus en aval, on observe d’autres confusions. Chamonix est placé par erreur sur la rive gauche, et Vaudagne sur la rive droite. La carte ignore les villages des Praz, des Bois et des Bossons dont on rencontre si souvent dans les archives les doléances face à l’extension des glaciers en ces temps de refroidissement climatique du Minimum de Maunder12. même les Houches ne figurent pas sur la carte. on constate aussi que l’orientation de la vallée est inversée, nord-ouest – sud-est au lieu de sud-ouest – nord-est, et que le massif du Mont Blanc domine Chamonix au nord et non au sud. en descendant plus encore l’Arve, on remarque que Servoz est placé en amont du verrou de la glière qui marque pourtant très fortement le paysage et l’expérience visuelle du voyageur. Puis on découvre que Saint-Gervais-les-bains est baigné par l’Arve alors qu’il est en fait situé sur un de ses affluents, le Bon Nant, à quatre kilomètres de leur confluent. D’ailleurs, Borgonio commet aussi de nombreuses erreurs dans cette vallée : Saint-Nicolas-de-Véroce et le Baptieu sont trop en aval, Bionnay et la Gruvaz trop en amont ; Notre-dame-de-la-Gorge est en réalité sur la rive gauche et la vallée est bien plus rectiligne. Il semble donc exclu que Borgonio ait parcouru la haute vallée de l’Arve en aval de Passy ainsi que l’ensemble de la vallée du Giffre. Borgonio s’est, en fait, contenté d’observer le panorama du Mont Blanc tel que l’on peut le découvrir de Sallanches. Il en rapporte même un dessin qui figure dans le Theatrum Sabaudiae paru en 168213.

Figure 3. Sallanches, Theatrum Sabaudiae.

Figure 3. Sallanches, Theatrum Sabaudiae.

©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry

  • 14 Laura et Giorgio ALIPRANDI, La Découverte du Mont Blanc par les cartographes, 1515-1925, Ivrea, Pri (...)

13La lecture attentive de la carte de Borgonio met en évidence une troisième catégorie. Il s’agit des endroits dont le cartographe avait connaissance, mais pour lesquels il s’est contenté de recopier des cartes manuscrites antérieures, ce que trahissent la pauvreté des informations, notamment topographiques, et les erreurs patentes de localisation. Certaines vallées représentées sur la carte n’ont même pas pu être visitées par Borgonio lors de ses voyages cartographiques, comme on le constate par exemple avec la Valesia au nord-ouest de Bielle, une vallée qui ne semble avoir existé que dans une ancienne légende orale14. Enfin, nous pouvons isoler de vastes espaces que Borgonio n’a ni parcourus, ni observés, et dont il n’avait vraisemblablement pas connaissance. Ils apparaissent en négatif par leur absence comme la vallée d’Avérole (en Haute Maurienne), de Pralognan et du col de la Vanoise, le col du Bonhomme que les vaudois empruntèrent quelques années plus tard (en 1689), ou le Faucigny, le Grand Paradis et l’Oisans.

14On le voit, l’analyse de la carte de Borgonio met en lumière les espaces qu’il a parcourus lors de ses voyages cartographiques. En appliquant cette méthode à l’ensemble du quadrilatère situé entre le col du Grand-Saint-Bernard et la vallée de la Maurienne, on peut voir apparaître les endroits où Borgonio s’est rendu. il a ainsi parcouru les principales vallées de ce quadrilatère : la tarentaise jusqu’au col du Petit-Saint-Bernard et jusqu’à Bozel ; le Val d’Aoste jusqu’au col du Grand-Saint-Bernard ; la Maurienne et le col du Mont Cenis, la Combe de Savoie, le Val d’Arly et la vallée de l’Arve sans dépasser Sallanches. Comme la plupart des voyageurs, il s’en est donc tenu aux grands chemins et aux cols principaux.

15Borgonio ne voyage pas pour lui-même mais missionné par les ducs de Savoie. Il faut replacer ses voyages dans le contexte plus général de l’affirmation du pouvoir ducal et de la constitution d’un discours politique sur le territoire savoyard. Au sein de cette dynamique, l’œuvre de Borgonio contribue à la territorialisation du duché de Savoie et à sa politique de prestige. La volonté ducale est omniprésente en amont – puisqu’il est missionné – et en aval car le résultat de ces voyages sert le duc de Savoie dans le cadre de la géopolitique européenne de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. Les Alpes ne sont pas épargnées par le vaste mouvement de renforcement de l’autorité politique des souverains européens qui anime le XVIIe siècle et qui se poursuit ensuite. Dans ce contexte, il devient très important pour chaque État d’être instruit précisément de son territoire, y compris de ses régions alpines. Il s’agit non seulement de connaître, mais aussi de le faire savoir, d’en obtenir une cartographie précise afin que chacun puisse découvrir l’ampleur de l’espace terrestre que le prince dirige. La géographie joue ainsi un rôle essentiel dans l’affirmation du pouvoir royal. Il n’est, par conséquent, pas surprenant de constater que les cartes et les descriptions géographiques deviennent éminemment politiques et d’observer en 1692 sur une carte de Nicolas Sanson, parmi de nombreux autres exemples, la présence de la devise de Louis XIV, Nec pluribus impar. Le cartouche mêle les symboles royaux du pouvoir – la devise, le soleil rayonnant, la présentation au roi – à des scènes qui se constituent progressivement en éléments d’identification de l’espace alpin comme les rochers abrupts, les sentiers sinueux parcourus par des marchands, la chasse au chamois ou les cours d’eau tumultueux. La carte devient un moyen et un signe de l’appropriation de l’espace. Elle rappelle au lecteur le souvenir de glorieuses victoires comme celle de Staffarda où les troupes de Louis XIV dirigées par Catinat ont écrasé, le 18 août 1690, les forces piémontaises de Victor-Amédée II. Louis XIV gagne ainsi une bataille décisive dans le contexte de la guerre de la Ligue d’Augsbourg et parvient non seulement à saigner l’armée savoyarde de 5000 hommes mais aussi à occuper la Savoie en trois semaines. Dès l’année suivante, la carte du Gouvernement Général du Dauphiné de Tillemon et Homann en rappelle l’heureuse mémoire au lieu même des combats.

  • 15 Ce qu’elle autorise en septembre 1681.

16Dans les états du duc de Savoie, la géographie est aussi utilisée à des fins politiques. Face à l’inquiétant voisin français, Charles-Emmanuel II favorise l’émergence d’une cartographie de ses états. C’est pour cela qu’il rémunère Giovanni Tomaso Borgonio afin de disposer d’informations plus précises et d’une représentation complète de l’ensemble des territoires sur lesquels il souhaiterait imposer plus vigoureusement son autorité. Le contentieux avec la France est déjà ancien et la volonté d’expansion orientale de Louis XIV, qui vient de conquérir la Franche-Comté en 1674 – ce que confirme le traité de Nimègue quatre ans plus tard – a de quoi inquiéter la maison de Savoie. Elle connaît une période fragile de régence et Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours est alors en quête d’autorité et de légitimité politique. Elle ne peut qu’apprécier en 1682 la publication du Theatrum Sabaudiae qui apporte en deux grands volumes une description très précise de ses états. Plus encore, Giovanni Tomaso Borgonio lui a dédié en 1680 sa carta generale de stati di sua Altezza Reale en la dénommant Madama Reale, titre auquel elle ne pouvait guère prétendre mais que Louis XIV lui concède afin de susciter en retour sa bienveillance face au Milanais espagnol que le Roi Soleil convoitait et afin qu’elle laisse les troupes françaises traverser ses vallées15. La carte affirme ici autant le pouvoir ducal que maternel. Or, à la fin du XVIIe siècle, l’autoritarisme politique se renforce, avant que les velléités absolutistes de Victor-Amédée II, se révèlent plus nettement encore après 1713.

  • 16 Dans leur dédicace, les auteurs des atlas n’hésitent pas à vanter les mérites et la gloire de leur (...)

17Dans ce contexte d’affirmation de la dimension territoriale des états où savoir et pouvoir s’épaulent, la guerre est un moyen auquel les princes ont eu largement recours. Le savoir militaire demeure donc au cœur des attentions des politiques et les conquêtes participent à la symbolique de la puissance royale et ducale16. Or la France fait peur aux ducs de Savoie et les conflits géopolitiques accompagnent les rééditions de la carte et du Theatrum Sabaudiae. En juin 1690, le duché est une fois de plus occupé par les armées françaises ; en mai 1696, on envisage la cession de la Savoie à la France en échange du Milanais qui serait remis au Piémont ; en 1703, les troupes françaises envahissent à nouveau la Savoie ; Montmélian résiste en vain avant que sa forteresse ne soit intégralement détruite.

  • 17 Ces gradins expliquent le toponyme du village les Échelles.
  • 18 Florisel de CLAVESON, Voiage d’Italie du sieur de Claveson. Avec remarques fort curieuses sur les v (...)
  • 19 Voir illustration 4.

18On voit ainsi apparaître dans l’œuvre de Borgonio plusieurs aspects qui montrent la volonté d’appropriation de l’espace étatique savoyard dans le but de convaincre chacun de sa maîtrise par le prince. Elle témoigne notamment du désir de présenter un État généreusement peuplé, où s’égrènent de nombreuses villes et une multitude de villages, dont la topographie et les paysages sont précisément connus et fidèlement rendus. Il faut aussi faire connaître la politique ducale de transport dont les enjeux économiques sont considérables. C’est ainsi que Borgonio se voit confier la réalisation d’un monument commémoratif et d’un dessin pour le Theatrum Sabaudiae afin de saluer les travaux au Pas de la Grotte des Échelles. Il s’agit d’un passage qui permet de rejoindre Lyon et Chambéry sans passer l’âpre Montagne de l’Épine et le col du crucifix. pour cette raison, le col est très pratiqué depuis l’Antiquité mais il demeure alors difficile à parcourir en raison d’un accès étroit, accidenté et obstrué par un escarpement rocheux à son extrémité sud-ouest, au lieu-dit de la Grotte17. Malgré l’aménagement de gradins, les voyageurs sont contraints à descendre de leur monture et les charretiers à décharger leurs marchandises. Florisel de Claveson évoque ainsi en avril 1609 le « detestable Pas de la grotte », « ung lieu resserré entre rochers, chemin comme je crois le plus meschant quon scaurait faire »18. Il fallait remédier à ce problème et, à partir de 1667, cette vallée devint un chantier majeur de la politique routière de Charles-Emmanuel II. Les ingénieurs savoyards firent sauter à la poudre 13000 m3 de roche et niveler les gradins par la construction d’une longue rampe supportée par un puissant mur de soutènement19.

Figure 4. Rampe de la Grotte des Échelles, Theatrum Sabaudiae.

Figure 4. Rampe de la Grotte des Échelles, Theatrum Sabaudiae.

©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry

19Le chemin jusqu’à Chambéry était complètement terminé en 1672, mais le tronçon de Saint-Christophe à la Grotte avait été ouvert à la circulation dès le 31 mai 1670. Le monument commémoratif dessiné par Borgonio est intégré dans l’un des murs en 1675. Portant le blason de la maison de Savoie, il rappelle par une inscription explicite la politique de prestige des ducs :

Charles Emmanuel II, duc de Savoie, prince de Piémont, roi de Chypre, après avoir assuré la félicité publique, s’être occupé de l’avantage de tous, renversant ici les barrières opposées par des rochers escarpés et menaçants, applanissant les inégalités des montagnes, comblant les précipices, sous les pieds des voyageurs, a ouvert cette voie royale, plus courte, plus sûre, fermée par la nature, vainement entreprise par les Romains, abandonnée par d’autres, maintenant offrant à jamais un libre accès au commerce des peuples.

20Le duc apparaît ici comme un monarque qui parvient à s’affranchir des contraintes naturelles, aménageant l’espace, maîtrisant son territoire, effaçant dangers et fatigues pour le plus grand bonheur de ses sujets et des voyageurs traversant son duché.

  • 20 Voir Daniel NORDMAN, Frontières de France, op. cit..
  • 21 Voir illustration 5.

21Les cartes et les dessins de Borgonio montrent aussi l’émergence de la notion de frontière20. L’affirmation du pouvoir étatique et de son inscription territoriale passe par une exigence plus poussée de définition des limites ducales. Les frontières sont désormais précisément tracées, rehaussées de couleurs21. On observe une attention toute particulière dans la localisation des frontières tant l’enjeu est important et les consciences collectives attentives à cela. On les voit s’élever jusqu’aux cimes, descendre un versant, contourner une ville, s’approcher d’une place forte, englober un pont ou suivre un cours d’eau.

Figure 5. Frontière entre le Royaume de France (à gauche avec Exilles) et le Marquisat de Suse (au duc de Savoie).

Figure 5. Frontière entre le Royaume de France (à gauche avec Exilles) et le Marquisat de Suse (au duc de Savoie).

© Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry

  • 22 René DEBLACHE, « La frontière de 1672 dans les environs de Montmélian », L’Histoire en Savoie, 19 s (...)

22Ce ne sont plus ces vastes marges anciennes que chacun connaissait très approximativement et qu’aucun ne cartographiait. Une carte aurait d’ailleurs été dressée dès 1672 pour régler certains différends frontaliers entre le Dauphiné et la Savoie dans la région de Montmélian22. La précision culmine avec le traité d’Utrecht en 1713 dont l’article IV fixe, pour la première fois, le passage de la frontière franco-piémontaise aux crêtes alpines. Désormais, la frontière est une ligne. Le texte de l’article est tout à fait éclairant sur l’acception retenue du concept de frontière :

  • 23 Traité d’Utrecht, art. IV, 1713.

Les sommités des Alpes, et Montagnes serviront à l’avenir de limites entre la France, le Piémont, et le Comté de Nice, et [...] les plaines qui se trouveront sur lesdites sommités et hauteurs seront partagées, et la moitié avec les eaux pendantes du costé du Dauphiné, et de la Provence, appartiendront à Sa Majesté Très-Chrètienne, et celles du costé du Piémont, et du Comté de Nice appartiendront à Son Altesse Royale de Savoye23.

  • 24 Daniel NORDMAN, Frontières de France, op. cit., 1998, p. 349.

23La frontière exprime le nouveau regard politique qui se porte sur l’espace. La frontière est aussi matérialisée par « les sommités des Alpes », c’est-à-dire les crêtes qui semblent effectivement tracer une ligne incontestable d’autant que l’altitude et la verticalité les rendent de toute façon inaccessibles et non disputables24. Jamais une telle délimitation n’aurait été possible sans le patient travail de repérage auquel tous ont contribué, du voyageur au géographe, du cartographe au militaire. Ainsi, le traité d’Utrecht est l’expression de la longue maturation conceptuelle et territoriale des décennies antérieures. C’est parce que l’on sait désormais où sont les cimes les plus élevées que l’on peut se permettre d’y positionner la frontière.

  • 25 Alors que ces agglomérations savoyardes demeurent de taille modeste puisque, si Turin atteint 40 00 (...)

24Plus encore que la Carta generale, le Theatrum Sabaudiae exprime la politique de prestige des ducs de Savoie. L’ouvrage a été conçu par Charles-Emmanuel II comme une démonstration de la grandeur et de la puissance de ses États face aux cours européennes. Peu d’entre elles ont à l’époque une cartographie aussi détaillée de l’intégralité de leur territoire. Borgonio magnifie la Savoie au travers des trois cartes insérées dans le livre et des cinquante-deux planches qui l’ornent. Le texte brosse le tableau des principales vallées savoyardes, offre de longues descriptions des grandes agglomérations – dont Chambéry et Turin prennent l’apparence de riches capitales25 –, relate la beauté des paysages savoyards, décrit les richesses agricoles, minières ou architecturales, et exalte la maison de Savoie. Le Theatrum Sabaudiae présente une vision idéalisée de la réalité. Au fil des lignes et des gravures, le lecteur se promène loin des conditions économiques et sociales savoyardes contemporaines marquées par les guerres ruineuses, dévastatrices et désastreuses, ainsi que par les effets du petit âge glaciaire, qui entraînent de nombreuses catastrophes climatiques et agraires. Borgonio tait tout cela. On observe aussi l’émergence progressive du mythe alpestre. Le changement de ton des descriptions de la Savoie est net dans le dernier tiers du XVIIe siècle. En 1662, on sentait encore poindre un fort sentiment antisavoyard de la part de Jean Blaeu dans son Grand Atlas. Le ton devient même rapidement calomnieux :

  • 26 Jean BLAEU, Grand Atlas, Amsterdam, J. Blaeu, 1662, p. 768-769.

[Les Savoyards sont] mal-habiles à tout ce qu’ils entreprennent ; & on diroit, que la nature ne les a mis au monde que pour nettoyer les cheminées, comme s’ils vouloient mesler la suye de leurs voisins avec leurs neiges, qui leur esbloüit la veuë26.

  • 27 Ibid., p. 1.

25En revanche, lorsque vingt ans plus tard Jean Blaeu publie le Théâtre des Etats de son Altesse royale le Duc de Savoye en latin en 1682 et en français en 1700, le ton a changé. Il supprime les passages concernant les populations alpines et le manque de fertilité en haute montagne en raison de la neige. Désormais il évoque le plaisir esthétique et visuel des Alpes car la Savoie « n’est autre chose qu’un assemblage de montagnes qui forment des vuës fort agréables »27 et, plus généralement, conclut ainsi sur « les merveilles des Alpes » :

  • 28 Ibid., Introduction.

Au reste, si l’on entreprenoit de décrire un peu exactement les merveilles des Alpes, la singularité des plantes & des animaux qu’on y trouve, les diverses espèces de cristaux & de marbre, les mines d’or, de cuivre, de fer, & de charbon de pierre, & les autres choses remarquables & peu communes, il faudroit un gros volume pour expliquer toutes les particularitez différentes, qui se rencontrent sur ce sujet28.

  • 29 M. FERRAND, « Les destinées d’une carte de Savoie, l’œuvre de Thomas Borgonio », Bulletin de géogra (...)
  • 30 Avec quelques corrections, notamment dans la région du Mont Blanc, afin de tenir compte du tracé to (...)
  • 31 Signalons, notamment, des ajouts à la suite de l’annexion par les états de Savoie d’une zone du duc (...)
  • 32 Claude REICHLER, La découverte des Alpes et la question du paysage, Chêne-Bourg - Genève, Georg, 20 (...)

26Ces deux documents pour lesquels Borgonio joue un rôle déterminant vont connaître un succès important. Le Théâtre des États de Savoie est réédité à six reprises en latin (1726), en français (1700, 1725) et en néerlandais (1693, 1697, 1725). Mais surtout, la Carta generale renouvelle profondément la cartographie de la Savoie en raison de sa richesse toponymique, de sa grande précision et du dessin réaliste des montagnes qui en font aussi une source majeure29. Elle est, entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, très fréquemment copiée par les cartographes Cantelli da Vignola, Jean-Baptiste Nolin, le Père Placide, Vincenzo Coronelli, Nicolas de Fer ou Hubert Jaillot. Elle est encore reprise en 1744 par Georges-Louis Le Rouge et en 1751 par Robert de Vaugondy. La carte est réimprimée en 1765 par l’anglais Andrew Duruy à Londres30, regravée par Jacopo Stagnone et rééditée en 1772 avec quelques rares modifications31. Par leur diffusion, ces deux documents vont contribuer à faire connaître la Savoie en donnant à voir ce qu’elle est, ou ce que l’on voudrait qu’elle soit. Ils favorisent une meilleure maîtrise militaire et économique, mais participent aussi à son appropriation cognitive et conceptuelle, soutiennent la politique de prestige de la Maison de Savoie et nourrissent déjà le mythe alpestre qui se met alors en place32. Les voyages de Borgonio s’inscrivent ainsi dans un processus ducal d’affirmation politique et culturelle du territoire savoyard qui émerge progressivement au sein de l’espace alpin et au cœur des relations géopolitiques européennes de l’époque. Dans ce contexte, la carte et l’image, aux côtés du texte, jouent un rôle politique fondamental.

Haut de page

Notes

1 Prince de Piémont et duc de Savoie de 1675 à 1730, roi de Sicile de 1713 à 1720, puis roi de Sardaigne de 1720 à 1730.

2 L’ouvrage, dont le titre est fréquemment abrégé en Theatrum Sabaudiae, paraît en 1682. Il paraît en français en 1700 sous le titre de Théâtre des Etats de S. A. R. le duc de Savoye, prince de Piémont. Voir Georges GRANDCHAMP, « Jean-Thomas Borgonio et l’édition du « Theatrum Sabaudiae », La Revue savoisienne, nº 80, 1962, p. 111-117.

3 Parue à Turin chez Bartolomeo Zappata en 1680. On n’en a sans doute conservé que treize ou quatorze exemplaires en plus des feuilles isolées.

4 On pense notamment à Daniel NORDMAN, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1998.

5 Jacques LÉVY et Michel LUSSAULT (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2004, p. 907.

6 Laura et Giorgio ALIPRANDI, « Le relief des Alpes sur la carte de « Madama Reale » réalisée par le cartographe G. T. Borgonio en 1680 », dans Image de la montagne (catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 1984), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1984, p. 96.

7 Voir John Brian HARLEY, Le Pouvoir des cartes : Brian Harley et la cartographie, Peter GOULD, Antoine BAILLY (éd.), Paris, Anthropos, 1995 et Christian JACOB, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992.

8 Antoine FURETIÈRE, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts recueilli et compilé par feu Ant. Furetière, La Haye et Rotterdam, Arnould et Reinier Leers, 1690, article « Croquer ».

9 Voir illustration 1.

10 Vers 1300 m, 1400 m, 1900 m, 2100 m, 2300 m et au sommet à 2472 m.

11 Voir illustration 2.

12 Archives communales de Chamonix, voir notamment dans les série CC 1, CC3 et CC4.

13 Voir figure 3. Sur le problème de l’erreur d’orientation du massif du Mont Blanc, voir Étienne BOURDON, La découverte des Alpes, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2009.

14 Laura et Giorgio ALIPRANDI, La Découverte du Mont Blanc par les cartographes, 1515-1925, Ivrea, Priuli & Verlucca, 2000, p. 98.

15 Ce qu’elle autorise en septembre 1681.

16 Dans leur dédicace, les auteurs des atlas n’hésitent pas à vanter les mérites et la gloire de leur prince, à actualiser leurs cartes afin de tenir compte des « glorieuses conquestes », pour reprendre une partie du titre de l’ouvrage de Sébastien de Beaulieu à la fin du XVIIe siècle, ou pour donner à voir La France depuis son agrandissement par les conquestes du Roy, nouveau titre que Pierre Du Val donne à sa Géographie française en 1680, voire à publier un recueil de cartes spécifiquement consacré aux Acquisitions de la France par la paix, avec les cartes géographiques des lieux mentionnés dans les articles des traités de Munster, des Pyrénées, de Lorraine et autres (Du Val, 1663).

17 Ces gradins expliquent le toponyme du village les Échelles.

18 Florisel de CLAVESON, Voiage d’Italie du sieur de Claveson. Avec remarques fort curieuses sur les villes principales, Estats et Républiques (1608), f° 128 (BNF, Ms. Numm-107 637).

19 Voir illustration 4.

20 Voir Daniel NORDMAN, Frontières de France, op. cit..

21 Voir illustration 5.

22 René DEBLACHE, « La frontière de 1672 dans les environs de Montmélian », L’Histoire en Savoie, 19 septembre 1984, p. 38-49.

23 Traité d’Utrecht, art. IV, 1713.

24 Daniel NORDMAN, Frontières de France, op. cit., 1998, p. 349.

25 Alors que ces agglomérations savoyardes demeurent de taille modeste puisque, si Turin atteint 40 000 habitants vers 1700, Chambéry n’en compte qu’environ 10 000. Pour comparaison, Grenoble est alors peuplée de 20 000 habitants et Lyon de près de 100 000.

26 Jean BLAEU, Grand Atlas, Amsterdam, J. Blaeu, 1662, p. 768-769.

27 Ibid., p. 1.

28 Ibid., Introduction.

29 M. FERRAND, « Les destinées d’une carte de Savoie, l’œuvre de Thomas Borgonio », Bulletin de géographie historique et descriptive, n° 2, 1904 ; Mireille VEDRINE, « Giovanni Tomaso Borgonio. Carta generale de stati di sua Altezza Reale, 1680 », dans La Carte de Savoie : histoire de la représentation d’un territoire, Chambéry, GEMAP, 1988, p. 61-73.

30 Avec quelques corrections, notamment dans la région du Mont Blanc, afin de tenir compte du tracé topographique de Pierre Martel de 1744.

31 Signalons, notamment, des ajouts à la suite de l’annexion par les états de Savoie d’une zone du duché de Milan en 1735 (avec la paix de Vienne) et d’autres extensions en 1748. Cependant, les changements demeurent peu nombreux en raison du secret militaire, ce qui accroît le retard entre la cartographie manuscrite militaire et les cartes civiles publiées.

32 Claude REICHLER, La découverte des Alpes et la question du paysage, Chêne-Bourg - Genève, Georg, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Col du Petit-Saint-Bernard et vallée d’Aoste.
Crédits ©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Crédits © Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 3. Sallanches, Theatrum Sabaudiae.
Crédits ©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 4. Rampe de la Grotte des Échelles, Theatrum Sabaudiae.
Crédits ©Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 5. Frontière entre le Royaume de France (à gauche avec Exilles) et le Marquisat de Suse (au duc de Savoie).
Crédits © Musées d’Art et d’Histoire de Chambéry
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/3806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Bourdon, « Les relations entre voyage, construction du savoir et connaissance des territoires à travers l’œuvre de Giovanni Tomaso Borgonio », Rives méditerranéennes, 34 | 2009, 27-43.

Référence électronique

Etienne Bourdon, « Les relations entre voyage, construction du savoir et connaissance des territoires à travers l’œuvre de Giovanni Tomaso Borgonio », Rives méditerranéennes [En ligne], 34 | 2009, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/3806 ; DOI : 10.4000/rives.3806

Haut de page

Auteur

Etienne Bourdon

UMR 5190 LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) IUFM – Université Pierre Fourier – Grenoble I

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org