Navigation – Plan du site

De l’itinéraire au territoire

Pratiques et mises en représentation de l’espace
Antonio Stopani
p. 11-26

Résumés

En s’inspirant de la récente réévaluation historiographique des pratiques corporelles dans la formation des savoirs scientifiques, l’article jette les premiers jalons d’une réflexion sur la façon dont les représentations de l’espace restituent (ou taisent) l’expérience perceptive qui en a été à l’origine. Cette tâche est abordée à travers l’analyse de documents : la description des possessions foncières, le récit érudit de géographes et d’historiens, celui, scientifique, des naturalistes. Par delà leurs différences, les descriptions documentaires analysées partagent une même référence à la figure de l’itinéraire, en tant que succession de lieux organisée par l’acte de déplacement du locuteur. Mais cet itinéraire est-il une réalité ou une fiction narrative ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Global
Haut de page

Texte intégral

1Dans la lignée d’une historiographie attentive aux pratiques instrumentales qui sous-tendent la production des savoirs scientifiques, l’article s’interroge sur la manière dont les représentations de l’espace restituent (ou s’abstraient de) l’expérience perceptive qui en a été à l’origine, qu’il s’agisse de l’observation ou, plus ici, du déplacement. Il s’appuie sur deux types de représentation, la description des propriétés foncières et les descriptions géographiques. Alors que les documents juridiques sur les propriétés immobilières évacuent le plus souvent le récit des circulations au profit d’une rhétorique objectivante, la figure de l’itinéraire est parfois utilisée pour mettre en récit la description d’une frontière dont la reconnaissance aura supposé des déplacements non linéaires. Cette figure de l’itinéraire est fréquemment employée dans les ouvrages de géographie pour organiser la description d’ensembles territoriaux : une telle fiction narrative permet d’impliquer le lecteur dans une expérience, celle de la déambulation, qui lui est familière, et ce d’autant plus que les contenus scientifiques pourraient le déstabiliser.

2Cachemire, 1863, hauteurs himalayennes. Deux hommes parcourent inlassablement les mêmes sentiers sinueux en répétant les mêmes gestes jour après jour. L’un d’entre eux reste derrière et compte méticuleusement les pas de celui qui le précède. Le premier sort un thermomètre qu’il plonge dans une casserole ; il extrait un petit sextant et vise le soleil en dictant des chiffres ; il consulte une boussole. Chaque geste est contrôlé par son compagnon. L’un des deux hommes est un ingénieur militaire au service de la Compagnie britannique des Indes orientales (le capitaine Thomas George Montgomerie) et l’autre est un indien, Mahomed-i-Hameed : le premier contrôle la vitesse des pas et les gestes du second. Après lui avoir enseigné l’art du pas militaire avec sa régularité proverbiale, Montgomerie va faire de son homme un instrument fiable de mensuration : car la mission de l’Indien consiste à cartographier la route en direction de Lhassa, une région qui ne tombait pas sous le contrôle de la Compagnie.

  • 1 Kapil RAJ, « La construction de l’empire de la géographie. L’odyssée des arpenteurs de Sa Très Grac (...)
  • 2 Ibidem, p. 1155.
  • 3 L’argument géopolitique explique pourquoi cette tâche a été confiée à des sujets indigènes à peine (...)

3La reconstitution de cet entraînement permet à Kapil Raj1 d’apporter une nouvelle pièce au récit idéologique et politique du « dressage des corps dominés », de saisir au vif une pratique qui procède de la métamorphose du corps humain « en instrument de mesure intelligent »2. On a là un cas paradigmatique de la façon dont les Européens ont procédé à l’application du savoir-faire et des gestes des populations colonisées à des buts inédits pour ces mêmes sociétés, car fixés par les impératifs de la science occidentale. On retrouvera des exemples semblables dans les opérations menées peu après pour mesurer la longueur du réseau hydrographique en déterminant les sources et les parcours des principaux fleuves de la région correspondant actuellement aux parties septentrionales du Pakistan et de l’Afghanistan, situées en dehors de la domination directe britannique3.

  • 4 Elles sont politiques parce que de pareilles opérations ont constitué le cadre où des relations se (...)
  • 5 Deux travaux majeurs ont contribué à créer un nouvel intérêt vis-à-vis de la rhétorique de la préci (...)

4Des corps sont donc dressés pour remplir la fonction d’instruments de mesure, mieux pour remplacer les instruments habituellement utilisés par les techniciens de la même époque. En leur absence, le corps est transformé en instrument de mesure : dans l’Inde colonisée ou en voie de colonisation, une telle pratique implique de se fier à des autochtones et cette confiance a des conséquences qui sont à la fois politiques et culturelles4. Ainsi l’« exploration corporelle » du Cachemire et du réseau hydrographique indopakistanais par des corps mués en instruments de mesure appartient à l’histoire des pratiques scientifiques au même titre que la diffusion de la rhétorique de la précision comme valeur dans les sciences naturelles du XVIIIe siècle, de la mensuration comme opération exacte par excellence et du mesurage comme acte incontournable indexé sur l’exactitude5.

  • 6 Claude Blanckaert (dir.), Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes, XVIIIe-XXe si (...)
  • 7 Maurizio Bossi, Claudio Greppi (dir.), Viaggi e scienza. Le istruzioni scientifiche per i viaggiato (...)
  • 8 Giorgio Blundo, Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), Pratiques de la description, Paris, Editions (...)

5L’accent mis sur la dimension corporelle participe d’un renouveau de l’histoire des sciences qui s’appuie sur la réévaluation des savoir-faire et des pratiques instrumentales afin de les réintégrer dans l’activité de formulation théorique. Dans le domaine des sciences sociales, cette posture intellectuelle a amené à s’interroger sur la notion de « terrain »6 – comme un révélateur des présupposés et des orientations d’un certain champ disciplinaire et comme le lieu où se déploient des formes variées d’enregistrement des données d’observation pratiques sur lesquelles se construit la réflexion scientifique ; puis sur la pratique de l’observation7 – qui, loin d’être une circonstance spontanée où des faits (naturels ou sociaux) se donnent à voir, est un acte à la fois préparé et orienté vers certains aspects de la réalité ; enfin, sur la description – considérée comme une forme laborieuse d’appréhension de ce qui est observé mais aussi comme une procédure incontournable de production de données8.

6Je voudrais ici jeter les premiers jalons (inévitablement fragmentaires) d’une réflexion sur la façon dont les représentations de l’espace restituent (ou taisent) l’expérience perceptive qui en a été à l’origine. Les représentations ici retenues appartiennent à deux typologies qui sont rarement croisées : la description des possessions foncières et les descriptions érudites et naturalistes.

7Le renvoi à l’expérience dans la mise en représentation de l’espace présente un risque de banalité qu’on peut essayer de prévenir en précisant les fonctionnalités particulières qui président à la mise en forme de chacun de ces documents. Que l’on songe par exemple à un document tel qu’un cadastre : il va de soi que celui-ci, à cause des finalités éminemment pratiques qui le caractérisent, n’est transcrit qu’à la suite d’une opération de terrain où l’on doit saisir la consistance territoriale d’une parcelle. Cependant, les actes techniques de reconnaissance de cette parcelle – qui la font exister en tant que telle par rapport au continuum indistinct du réel – ne sont pas forcement représentés dans la description.

8La référence à l’expérience des objets décrits ne se décline pas de la même manière dans le cas de relations de voyage ou d’exploration. Certes, tout voyageur s’engage concrètement avec son corps dans une série de trajectoires qui sillonnent un espace donné : il/elle traverse une certaine région en se livrant à des observations aussi bien tout au long de sa marche que dans certains points éminents où il/elle s’arrête. La relation entre les parcours matériellement effectués par le voyageur et les parcours que celui-ci décrit dans son récit n’est (forcément) pas directe. En d’autres termes, la mise en intrigue des déambulations du voyageur résulte d’une réélaboration inventive des itinéraires effectivement accomplis lors du voyage.

9Un problème semblable caractérise la posture du géographe aux prises avec la description de la structure physique du monde ou de la composition interne d’une unité territoriale établie à l’avance (le pays de…, le royaume de…, le territoire de…). En l’absence de référence à une carte et aux catégories géo-cartographiques offertes par l’indication des points cardinaux (au nord de, vers le sud…), la mise en ordre des informations destinées au lecteur se fait au moyen de la figure de l’itinéraire qui décrit les objets qui défilent (lieux habités, paysages, ressources naturelles) sans que son auteur en ait obligatoirement fait l’expérience.

10On se demande donc si et comment la présence de l’auteur d’une description est mobilisée comme partie intégrante de la production du savoir (technique dans le cas des cadastres, érudit dans le cas des géographies), comment l’auteur d’une description engage sa propre présence physique en tant que source de l’expérience perceptive (le fait de voir, de sentir, de toucher) qui produit l’objet même de sa connaissance. Cette présence et cette expérience perceptive sont parfois mises en avant, arborées à l’intérieur du texte – quand par exemple le « je » de l’auteur est le sujet grammatical de l’énoncé – mais elles peuvent également être expulsées de la représentation – par exemple lorsqu’un « on » impersonnel donne une allure objectivante à l’énonciation. De même, qu’exhiber la présence et l’expérience perceptive peut correspondre à un agissement effectif de l’auteur ou bien être une fiction narrative, de même son élimination au profit du « on » impersonnel peut signaler aussi bien une absence de fait du locuteur que son désir délibéré de s’effacer de l’énoncé.

11Dans les pages qui suivent, j’essaierai de montrer comment les trois typologies documentaires rappelées ci-dessus évoquent la figure de l’itinéraire, à savoir une succession de lieux organisés en une suite ordonnée qui est régie par l’acte de déplacement du locuteur. En analysant les sources, je mettrai en lumière une tension similaire entre la pratique de l’itinéraire et la représentation de l’itinéraire comme étant en décalage permanent entre mise en présence et mise en absence, entre représentation et omission de l’expérience d’appréhension des objets décrits.

Décrire un parcellaire

  • 9 Luciano Lagazzi, Segni sulla terra. Determinazione e percezione dello spazio nell’alto medioevo, Bo (...)

12Dans le livre Segni sulla terra, Luciano Lagazzi s’est consacré à une étude des institutions et des signes des limites dans le haut Moyen Âge européen9. En mobilisant des documents juridiques (tels que les cartulaires des abbayes), Lagazzi remarque la grande variété de la typologie des bornes par rapport à l’époque romaine : arbres, pierres, etc. Mais son attention est particulièrement retenue par la mise en représentation textuelle des limites. Lagazzi met en relief que le récit remplit une fonction précise : donner une direction à la succession des bornes en construisant un parcours qui cherche à combler la discontinuité réelle des signes matériels. En ce sens, Lagazzi relève l’existence de deux techniques discursives alternatives qu’on retrouve – il faut le souligner – tout au long de l’histoire des façons pré-cartographiques de représentation de l’espace.

13Le modèle dit « quadrangulaire » de dérivation romaine doit son nom à la tradition des arpenteurs qui veut que l’espace soit représenté selon la figure du carré ; celui-ci renvoie au modèle de fondation des villes avec leur forme originaire en quadrilatère ainsi qu’au lotissement des terrains parmi les premiers colons. Ce modèle représente une entité terrienne qui est localisée par un toponyme et qui est définie à l’aide de ses côtés, parfois en ajoutant la mesure de chacun d’entre eux et/ou les noms de propriétaires riverains. Le modèle pourrait être réduit à la formulation suivante :

Une terre située au lieu dit…(toponyme)…(caractéristiques agricoles) ainsi délimitée
1°…(nom du propriétaire limitrophe)…
2°…(nom du propriétaire limitrophe)…
3°…(nom du propriétaire limitrophe)…
4°…(nom du propriétaire limitrophe)…
5°…(nom du propriétaire limitrophe)…
6°…(nom du propriétaire limitrophe)….

  • 10 Ce qui ne va pas sans poser la question de l’adhésion ou de la correspondance de la figure quadrang (...)

14Lagazzi remarque que le nombre de côtés ne dépasse pas les cinq ou six unités10. En effet, le modèle « quadrangulaire » s’applique surtout à des entités territoriales de petite taille et lorsque celles-ci ne sont pas trop irrégulières. C’est pour cette raison que le nombre de côtés ne s’élève pas au-dessus de cinq ou six. En augmentant la taille de l’entité terrienne et/ou son irrégularité, le modèle « circulaire » est préféré. La description débute ainsi d’une borne considérée conventionnellement comme étant la première et procède à l’énumération des autres jusqu’à rejoindre cette première dans une sorte de parcours circulaire. La parcelle est dite

avoir un circuit/une circonférence ainsi délimitée en commençant par la borne n°/dite A, ensuite la borne n°/dite B, puis la borne n°/dite C, d’ici à la borne n°/dite D……..la borne n°/dite Z.

15Il convient d’ailleurs d’insister sur l’écart entre la circularité de la représentation et la configuration du fond sur le terrain : on se tromperait si l’on voulait comprendre par là que le modèle circulaire renvoie à des circonscriptions circulaires sur le terrain.

16D’après la reconstitution avancée par Lagazzi, donc, a) il existe une relation entre la configuration topographique et la taille de l’objet décrit et le type ou le modèle de représentation des limites choisi ; b) ces deux modèles tendent à se fixer dans des traditions de représentation de l’espace plus ou moins consciemment mobilisées par les rédacteurs des documents.

17Je crois que ces deux modèles descriptifs ne peuvent être compris en tant que représentations qu’en les situant à l’issue d’une séquence d’actions accomplies pour définir un objet dans l’espace (en l’occurrence un fond, une parcelle, un domaine foncier).

  • 11 Benoît Cursente, Mireille Mousnier, Les territoires du médiéviste, Rennes, Presses universitaires, (...)

18La mise en représentation textuelle implique un travail en amont qui consiste à déterminer la consistance territoriale d’un fond par la reconnaissance des limites11. Dans chacun de ces cas, l’appréhension de la consistance territoriale d’un fond est opérée par la visite de ses limites qui ne sont pas vues de loin, mais recherchées, parcourues, observées, parfois mesurées (si des compétences géométriques sont pratiquées) et après coup transcrites. En d’autres termes, la procédure de recherche et d’identification de la consistance territoriale du parcellaire passe par une pratique de « cabotage » des limites afin d’en reconnaître ou d’en produire (dans les cas des délimitations) l’existence.

  • 12 Paolo Marchetti, De iure finium. Diritto e confini tra tardo medioevo ed età moderna, Milan, Giuffr (...)

19D’ailleurs, la pratique de sillonner les contours d’un bien (un édifice, un fond, un domaine) dépasse, en Ancien Régime, le contexte technique du mesurage lié à un inventaire ou à une déclaration cadastrale : elle fait partie des procédures juridiques par lesquelles un bien est approprié, sa possession est certifiée, attestée, rendue publique. Ainsi, lors de la mise en possession ou de la prise de possession d’une parcelle par son propriétaire ou d’un fief par son titulaire, les manuels de jurisprudence préconisent de faire le tour du bien acquis en parcourant tous ses côtés12. Les procès-verbaux ou les actes notariaux concernant des transactions immobilières, les fractionnements d’un héritage, la définition de la maille paroissiale résultent d’une procédure de reconnaissance dont les conséquences sont à la fois cognitives et juridiques. À l’instar de la plupart des sources que nous utilisons, les cartulaires de Lagazzi ont une finalité éminemment pratique : l’inventaire des terres peut être issu d’une transcription progressive des biens fonciers acquis par telle ou telle institution religieuse, ou bien s’inscrire dans une procédure d’ordonnancement d’un patrimoine foncier en risque de dispersion. En ce sens, le catalogue des propriétés est précédé par des reconnaissances de celles-ci : ce qui implique d’en longer les bords.

  • 13 Vincenzo Fiocchi Licolai, « Sacra martyrum loca circuire : percorsi di visita dei pellegrini nei sa (...)
  • 14 Michel Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur parochia dans les textes latin (...)

20Une pratique semblable se retrouve aussi dans le modèle dit « circulaire ». On sait à quel point le terme « circuit » (circuitus en latin) évoque au Moyen Âge la pratique d’effectuer des tours processionnels pour mettre en valeur un lieu de culte ; et comment ces pratiques sont attestées depuis l’Antiquité chrétienne par la visite que les pèlerins effectuent en parcourant le pourtour des sanctuaires des martyrs afin d’en mettre en valeur le caractère sacré13. De telles formes de spatialisation du sacré se prolongent dans le haut Moyen Âge à travers les rites de consécration d’églises ou d’espaces cimetiéreux : une procession autour d’un édifice ecclésial14 guidée par un prélat consécrateur qui assume une forme circulaire dont le centre est constitué par un lieu de culte.

21Dans les cas de transactions ou d’inventaire des biens immobiliers, on assiste donc à l’effectuation d’une tournée qui, indépendamment de sa référence à la figure du quadrilatère ou de la circonférence, produit un objet – ici un bien foncier – par l’acte même d’en parcourir le périmètre. Mais la description de ces espaces évince, dans les deux modèles évoqués ci-dessus, l’acte même qui l’a rendu possible : la reconnaissance ou la visite du terrain consistant à parcourir un itinéraire autour d’un fonds. Dans le modèle « quadrangulaire », l’acte de parcourir le contour d’une parcelle passe par l’énumération des côtés d’un quadrilatère qui ne va pas sans évoquer l’opération géométrique de mensuration propre aux arpenteurs. Dans le modèle « circulaire », l’acte de parcourir consiste encore en une énumération de bornes supposée s’adapter à la forme d’une circonférence qui entoure tel ou tel domaine foncier.

22Les deux modèles narratifs témoignent de procédés d’abstraction par rapport aux procédures techniques concrètement menées sur le terrain pour saisir les entités foncières décrites. Des procédés similaires d’abstraction peuvent se trouver dans maintes représentations du parcellaire agricole : tous les recensements publics et inventaires privés de biens adoptent ces modèles jusqu’à l’avènement des relèvements cadastraux avec mappes géodésiques. Cependant, ces modèles coexistent avec d’autres procédés narratifs qui, à l’inverse, mettent en scène l’expérience perceptive et l’expérience du déplacement plus particulièrement. L’analyse des visites des frontières permet de mieux illustrer ce point et de faire avancer le questionnement.

Les visites des frontières

  • 15 Antonio Stopani, La production des frontières cit., en particulier les chapitres 2 et 3.

23La visite des frontières est instituée dans le grand-duché de Toscane en 1560 et est effectuée chaque année pendant deux siècles par des groupes de personnes issues des communautés frontalières réunies autour du juge local15. Chaque communauté visite la portion de frontière correspondant à son territoire et le procès-verbal est transcrit par le juge local. Que visite-t-on exactement ? Et comment représente-t-on ce qu’on a visité dans la transcription ? Il importe d’aborder séparément les deux questions. Car, de fait, les visiteurs ne parcourent pas des lignes comme on aurait pu s’y attendre en raisonnant à partir d’une vision cartographique des frontières, mais ils visitent des bornes. Et, naturellement, celles-ci sont atteintes les unes indépendamment des autres en suivant des sentiers qui mènent aux unes et aux autres.

24Cependant la mise en représentation expulse ces longues pérégrinations pour atteindre les diverses bornes en se concentrant sur les résultats, à savoir l’existence et le bon état de chaque borne qui doivent être certifiés. La transcription réorganise ainsi les actes séparés qui ont été nécessaires pour rejoindre chaque borne, en une succession de lieux selon la figure de l’itinéraire. Deux mises en récit priment : je les citerai sous une forme modélisée qui est aussi épurée de toute référence aux accidents réels.

25La narration peut assumer une forme dépersonnalisée sur le mode de la liste – « la frontière se dirige en ligne droite de la borne n° 1 à la borne n° 2, d’ici elle va de manière rectiligne vers la borne n° 3 d’où elle suit la route/le fleuve jusqu’à rejoindre par une ligne perpendiculaire la borne n° x située sur le bord de la route/au sommet du mont nommé…/sur la côte dite… » – ou bien une forme personnalisée (c’est-à-dire où les visiteurs restent le sujet grammatical du récit) – « nous allâmes de la borne n° 1 à la borne n° 2, d’ici nous nous rendîmes à la borne n° x située sur le bord de la route/au sommet du mont nommé…/sur la côte dite… ».

26Dans le premier cas, la présence des visiteurs et les résultats de leurs observations s’effacent au profit d’un récit objectivant qui visualise la succession des bornes d’une manière similaire au modèle circulaire analysé plus haut. L’énumération des bornes  se double toutefois de l’indication des segments rectilignes qui les connectent : ce qui ne va pas sans convier dans l’esprit du lecteur l’idée d’un parcours qui se déplie à travers l’espace. De toute manière, la description des lignes droites qui s’enchaînent et qui sont scandées par des bornes évoque avec force les effets de division produits par la limite.

27Dans ce deuxième cas, la présence des visiteurs n’est pas seulement directement représentée au premier plan : la représentation de leur présence et de leur acte de sillonner l’espace sont censées produire la division frontalière. La succession des segments entre les bornes est donnée à voir par le déplacement des visiteurs à travers l’espace. En supposant que la tournée s’adapte à un parcours linéaire le long des limites, ce modèle de récit fait du corps des visiteurs le moyen de connexion entre les bornes et de leur acte de parcourir la ligne frontalière la garantie de son existence.

28Les exemples analysés jusqu’ici – la représentation des unités foncières dans le haut Moyen Âge et la visite des frontières d’époque moderne – procèdent, pour des raisons différentes, à l’identification et à la description d’une limite. Dans le premier exemple, les deux procédures narratives que l’on a définies avec Luciano Lagazzi « quadrangulaire » et « circulaire » mettent en représentation (verbale) la continuité du périmètre qui confine une unité patrimoniale : dans le premier cas, à travers le renvoi à la figure du quadrilatère, dans le second, au moyen de la référence à l’image de la circonférence. Quoique la procédure de reconnaissance soit expulsée de la mise en description des unités foncières retenues, une telle représentation est le résultat de la procédure d’inspection des limites qui, en amont de la transcription du document, a engagé les rédacteurs dans un périple autour de cette unité foncière.

29Dans le deuxième exemple, le compte rendu de la visite des frontières fait aussi ressortir l’idée d’une continuité de la limite. Cette continuité est toutefois ici une fiction narrative dans la mesure où les visiteurs se rendent uniquement sur le lieu des bornes sans se lancer dans l’inspection des lignes frontalières qui les joignent. Je soulignerai ici le deuxième cas de figure de mise en récit de la visite – que j’ai appelée la forme personnalisée du récit : non seulement parce qu’il est mobilisé parallèlement à la forme que j’ai dite dépersonnalisée (qui adopte une sorte d’abstraction fort semblable à celle des modèles « quadrangulaire » et « circulaire ») dans un contexte marqué par les mêmes finalités de transcription et tout au long de la même période. Le fait est que la forme personnalisée du récit lie la recevabilité de la représentation à la mise en scène de l’expérience du déplacement spatial. En cela elle partage ce besoin avec bien d’autres pratiques scripturaires.

Le voyage : entre l’écrivain et le lecteur

30J’ai rappelé dans l’introduction que la littérature de voyage renvoie à une expérience corporelle et sensorielle de l’espace et dans l’espace de la part de son auteur. Même si cette expérience est réélaborée en vue de la publication, les déplacements du voyageur régissent l’organisation de cette expérience au moyen de la figure de l’itinéraire.

31Soit le cas de la Descrizione di tutta l’Italia publiée en 1550 par le dominicain Leandro Alberti (1479-1552). Il s’agit d’une description de la péninsule italienne composée d’observations géographiques, topographiques, archéologiques, historiques, ethnographiques évoquées par l’auteur au fur et à mesure qu’il mentionne des localités. Quoique l’exposé d’Alberti s’attache surtout à décrire des lieux habités, il signale et désigne également tout objet géographique notoire : une chaîne de montagne, un cours d’eau, des sources thermales, des mines, des étendues forestières, des surfaces lacustres. Mais selon quel critère ces localités ou ces objets s’agencent-ils ? Selon quel principe sont-ils ordonnés dans le texte ?

  • 16 Leandro ALBERTI, Descrittione di tutta Italia… nella quale si contiene il sito di essa… et più gli (...)

32J’ai essayé de répondre à cette question en observant concrètement l’ordre des lieux dans la région qu’il nomme Étrurie et qui correspond aux domaines du duc de Florence. Il est révélateur que, dès le début du chapitre, Alberti utilise la métaphore du voyageur aux prises avec les difficultés de l’expérience corporelle du parcours : « Je commencerai par la droite du fleuve Magra et je monterai sur ce côté : ce qui sera très éprouvant car ce pays est pour la plupart montagneux (…) Je m’efforcerai de procéder avec tout l’ordre possible (…) »16.

  • 17 Les points de suspension entre parenthèses évincent de la citation les excursus historiques concern (...)

33Les métaphores issues de l’expérience du voyage se maintiennent tout au long du récit mais elles changent de registre en assumant deux formes différentes. La première se réfère à l’expérience du passage de localités rencontrées le long d’un itinéraire ; la deuxième évoque l’expérience visuelle des lieux aperçus de loin par un voyageur en parcourant une route. Voici un extrait qui suit la citation ci-dessus : « En commençant par le débouché du fleuve Magra, on monte à sa droite à la ville de Sarzana (…)17. En continuant à la droite de ce même fleuve on aperçoit au-dessus des collines les villages de S. Stefano, Tendola, Capriola. À la hauteur où la rivière Aulla rejoint le fleuve Magra, on traverse le dit fleuve et on rencontre le château Aulla (…), les châteaux de Castiglione, de Fornovo et de Villafranca apparaissant plus en haut ».

34Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples. La structure narrative mobilise des expressions issues de l’expérience du voyage – « on rencontre/traverse », « on aperçoit/ils apparaissent », « en procédant/marchant vers » – tout au long du récit. La répétition de ce procédé narratif amène à se demander s’il n’y aurait pas une logique sous-jacente à la succession des localités telles qu’elles sont mentionnées par Alberti. Pour répondre à cette question, je me suis servi d’une carte pour situer ces localités au fur et à mesure qu’elles sont évoquées et suivre ainsi leur enchaînement progressif. J’ai retenu seulement les localités que l’auteur-lecteur traverse, vers lesquelles il dit « marcher » : celles qu’il « aperçoit » ou qui lui « apparaissent » de loin n’ont pas été considérées comme composant l’itinéraire parcouru. Retenons qu’Alberti ne mentionne à aucun endroit qu’il est en train d’emprunter telle ou telle route.

35Or, il apparaît rapidement que le lecteur est amené à parcourir un itinéraire ou mieux plusieurs itinéraires qui, transposés sur la carte, correspondent au principal réseau routier de l’époque : les voies de communication principales organisant la grande trame du récit, les routes secondaires étant empruntées pour les digressions vers des régions périphériques.

  • 18 Massimo Donattini (dir.), L’Italia dell’inquisitore. Storia e geografia dell’Italia del Cinquecento (...)

36Leandro Alberti, bolognais, était philosophe, historien, géographe et inquisiteur18. Il voyagea beaucoup en Italie mais il n’explora certainement pas les contrées qu’il décrit. Le fait que le géographe de l’époque travaille essentiellement dans son cabinet n’est pas en contradiction avec la précision du compte rendu : au contraire, ceci aide à expliquer cela. Or, il est assez probable qu’Alberti conjugue des expériences personnelles avec la consultation d’autres sources descriptives, ce qui expliquerait l’inégale précision dans les informations fournies : parfois l’itinéraire est enrichi de distances entre les localités ou de descriptions détaillées de certaines localités ou de la topographie d’une microrégion. Mais, encore une fois, rien n’atteste de cette expérience directe de la part de l’auteur : il est possible qu’il ait pu avoir eu recours à des sources de précision inégale.

37Décider entre ces deux hypothèses est moins important que de reconnaître que l’itinéraire est une figure narrative qui permet à l’auteur de réunir des lieux fragmentés, de les extraire de leur isolement particulier pour les coordonner dans une sorte de structure réticulaire donnée à voir par la représentation de l’acte de voyager. Le voyage est l’expérience de l’espace par excellence qui est partagée par l’auteur et son public, et la mise en représentation d’un itinéraire est pour cela une stratégie narrative incontournable lorsqu’il s’agit de décrire un ensemble territorial non pas à partir de ses limites mais de son contenu.

  • 19 En trois occasions, Alberti s’exprime explicitement : « d’après la peinture de Ptolémée », « suivan (...)

38Il serait intéressant de comprendre l’originalité de la distinction – aussi nette qu’uniformément appliquée tout au long du récit – entre des « lieux traversés » et des « lieux aperçus ». Encore une fois, il paraît plausible que la pratique du voyage est reproduite jusqu’à différencier cette expérience qui relève du sens commun du promeneur : le fait de passer effectivement à travers une localité ou bien de la voir seulement de loin. L’utilisation par Alberti de ces deux modes différents d’engager les sens du corps pour mentionner des localités a des effets de réalité certainement incontestables. Mais il est difficile d’atteindre un tel résultat en comparant des sources seulement descriptives : à moins que celles-ci n’utilisent toutes cette même technique narrative. En d’autres termes, la transcription de l’itinéraire a lieu ou a été pensée par son auteur à l’aide d’une carte en accomplissant mentalement sur celle-ci le parcours qu’il est en train de décrire et en se mettant à la place de son lecteur en s’/l’imaginant comme un voyageur qui est en train d’effectuer le même itinéraire. Et que la carte ait été avec toute vraisemblance utilisée par Alberti dans la rédaction de son œuvre est confirmée par les références explicites en ce sens : Ptolémée essentiellement, mais aussi la Chorographie de Geronimo Bellarmato19.

39Or, comme je l’ai dit, Alberti ne dit à aucun endroit qu’il est en train d’emprunter des routes. Ce qu’il affirme explicitement par contre est que sa marche remonte ou descend des axes fluviaux, lorsque cela est possible naturellement. C’est « sur la droite du fleuve x » ou « sur la gauche du fleuve y » qu’il rencontre ou qu’il aperçoit des localités. Cette progression le long de certains cours d’eau s’accompagne d’un souci de description – quoique approximative – du réseau hydrographique : certains d’entre eux sont aperçus comme descendant de leurs sources vers le cours d’eau principal, tandis que d’autres sont dits être traversés le long de la marche virtuelle que l’auteur est en train d’effectuer.

40Il est clair que la distinction entre « lieux visités »/« rivières traversées » et « lieux aperçus »/« rivières aperçues » peut être pratiquée à partir d’une carte. Il est significatif néanmoins que l’auteur ait besoin de simuler une appréhension directe du territoire par les itinéraires accomplis par un voyageur imaginaire et par la mobilisation d’un langage meublé de métaphores issues de l’expérience du voyage.

41De fait, les itinéraires sont issus d’une réélaboration de plusieurs formes de perception et d’expérience de l’espace : ici, des voyages effectivement accomplis par Alberti et que l’auteur remémore à l’aide des notes prises à cette occasion ; là, l’appréhension de l’espace à l’aide de cartes géographiques ou de la littérature de voyage.

  • 20 Je pense notamment à la diffusion de la cartographie au XVIIIe siècle dans de nombreux champs d’act (...)

42Ce sont ces itinéraires qui permettent d’ordonner à la multiplicité d’objets qui sont situés dans la région qu’Alberti appelle Étrurie. C’est à travers la mise en représentation de la marche d’un voyageur que ces itinéraires prennent forme et transforment lentement l’espace en territoire en y disséminant des lieux dotés d’histoire. Comme je l’ai dit, il est moins important de déterminer quels itinéraires ont été concrètement effectués par l’auteur que de retenir la puissance de ce modèle. L’engagement du corps dans l’appréhension des objets géographiques peut être mis en relation avec un souci de faire participer le lecteur à cette opération. Un tel besoin de partage de l’expérience perceptive entre l’auteur et le lecteur à travers le voyage demeure un enjeu central même à une époque où la communication scientifique mobilise d’autres moyens et supports descriptifs20.

  • 21 Giovanni TARGIONI TOZZETTI, Relazioni d’alcuni viaggi fatti in diverse parti della Toscana, per oss (...)
  • 22 Dans la préface de l’ouvrage, l’auteur évoque le « désir d’accumuler des matériaux à étudier, (…) d (...)
  • 23 Il réussit à obtenir le poste bien rémunéré de bibliothécaire de la bibliothèque Magliabechiana à F (...)
  • 24 Les Relazioni apparaissent par exemple parmi les sources consultées par Busching pour rédiger la pa (...)
  • 25 Ibidem, p. XII.

43Les Relations de voyage que Giovanni Targioni Tozzetti publie en 1751 en sont l’illustration21. Médecin de formation, Targioni Tozzetti s’intéresse à la botanique et à la géologie, à la littérature et à l’histoire, travaille pour le jardin botanique des grands-ducs de Toscane (Giardino de’ Semplici), institution qui l’envoie en mission dans diverses parties de la Toscane pour collecter des échantillons22. C’est au moment où sa carrière le contraint à une immobilité regrettée que Targioni Tozzetti décide de publier les résultats de ses voyages23. Les Relations de voyage – un ouvrage qui connaît un succès inattendu24 – juxtaposent des textes hétérogènes : des descriptions naturelles, des comptes rendus, des digressions historiques, des récits autobiographiques, et la cohésion de ces différentes parties est régie par la figure de l’itinéraire. Des localités défilent le long du texte suivant les déplacements que l’auteur imagine et chacune d’entre elles est le lieu d’une observation ponctuelle rapportée au lecteur. La mise en forme et l’agencement des observations et des informations composant ses notes suivent le modèle de la relation de voyage. Le voyage est ici une fiction qui, comme l’auteur l’explique dans la préface, a pour but de représenter le terrain aux lecteurs d’une façon plus vivante, tel qu’il avait été parcouru par lui-même. Le voyage virtuel répond donc à un choix délibéré pour assurer la participation du lecteur aux pérégrinations de l’auteur, en le « conduisant par la main dans ces lieux en sorte qu’il touche la nature là où elle est »25.

En guise de conclusion

44Cette remarque de Targioni Tozzetti me semble suggérer – au-delà des contextes et des fonctionnalités propres à chaque document – une clef interprétative plus générale de la tension entre réalité et abstraction vis-à-vis de l’expérience de déambulation sur le terrain. L’appel à l’expérience directe du terrain – et son contraire – et la mise en représentation des actions liées à cette expérience – et son opposé – peuvent être assimilés à des dispositifs rhétoriques qui permettent de poursuivre des effets divers selon la nature des sources et les finalités intrinsèques à leur transcription.

  • 26 Numa BROC, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque nationale, 1980, en par (...)

45Dans le premier cas, la référence à l’expérience permet à l’écrivain de prendre le lecteur à témoin de ses propres observations, de les lui faire partager. En ce sens, la mise en évidence de l’expérience est d’autant plus pratiquée que le pacte de communication entre l’écrivain et ses destinataires est déstabilisé par une conjoncture de reconfiguration des savoirs et des manières de faire qui y sont liées. Ainsi, la Descrizione di tutta l’Italia de Leandro Alberti s’inscrit dans l’émergence et l’éclosion d’une littérature géographique qui fait la synthèse entre le courant mathématique des cosmographies (l’illustration raisonnée, parfois enrichie de cartes, des diverses parties du monde avec leurs latitudes éventuellement divisées selon des zones climatiques) et la description érudite sensible aux choses historiquement remarquables et aux raretés naturelles de chaque lieu. Si Alberti est loin d’être un novateur dans la pratique de cette synthèse, son œuvre contribue à l’essor de la géographie descriptive régionale au cours du XVIe siècle. Contrairement à la cartographie de la même échelle (qui s’affirme à la même époque), ce genre littéraire a l’avantage de pourvoir le lecteur de descriptions détaillées des localités et de copieux renseignements érudits sur celles-ci, mais il n’a pas le privilège de consentir une vue d’ensemble d’un territoire26. D’où le besoin de trouver un principe ordonnateur de la masse d’informations afin de construire une narration cohérente.

46Il en va de même pour Targioni Tozzetti qui participe de plain-pied au renouveau des sciences naturelles au milieu du XVIIIe siècle, aussi bien au niveau de la péninsule italienne que du continent européen. Son ouvrage témoigne d’abord du changement d’échelle des tournées naturalistes qui passent d’une simple excursion dans les alentours d’une ville à l’arpentage d’une ou plusieurs provinces. Deuxièmement, il partage avec nombre de ses confrères européens l’exigence de dépasser l’idée de la simple récolte érudite d’échantillons destinés aux collections, pour faire de l’excursion l’occasion d’effectuer des observations nécessaires à débattre et à tester les principales théories et de formuler des hypothèses concurrentes.

47Dans le cas de la documentation juridique concernant les propriétés immobilières, la fonctionnalité toute pratique et l’officialité qui informent ce type de source orientent les dispositifs rhétoriques vers une abstraction des descriptions par rapport aux procédures techniques de mesurage du terrain. Même en absence d’une image cartographique, les modèles quadrangulaire et circulaire permettent de confectionner une représentation de l’espace foncier qui ambitionne un certain degré d’objectivation du parcellaire.

Haut de page

Notes

1 Kapil RAJ, « La construction de l’empire de la géographie. L’odyssée des arpenteurs de Sa Très Gracieuse Majesté, la reine Victoria, en Asie centrale », Annales HSS, 42-5, 1997, p. 1153-1180. Du même auteur, sur le même sujet, voir aussi « Connexions, croisements, circulations. Le détour de la cartographie britannique par l’Inde, XVIIIe-XIXe siècles » dans Michael WERNER, Bénédicte ZIMMERMANN (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Seuil, 2004, p. 73-99.

2 Ibidem, p. 1155.

3 L’argument géopolitique explique pourquoi cette tâche a été confiée à des sujets indigènes à peine lettrés : un Européen formé à l’arpentage n’aurait pas pu s’aventurer dans des régions sous influence chinoise sans soulever la suspicion des autorités locales.

4 Elles sont politiques parce que de pareilles opérations ont constitué le cadre où des relations se sont tissées entre les agents (peu nombreux) des puissances européennes et les représentants et élites locales ayant concrètement permis la construction des empires coloniaux. Elles sont aussi culturelles parce que dans des cadres semblables des interactions, croisements, hybridations se sont mises en place, et ont donné naissance à des façons de faire destinées à circuler au-delà de leur lieu de formation.

5 Deux travaux majeurs ont contribué à créer un nouvel intérêt vis-à-vis de la rhétorique de la précision et de l’exigence de quantification dans une perspective historique et anthropologique : Tore Fransgmyr, J. L. Heilbron, Robin Rider (dir.), The Quantifying Spirit in the 18th Century, Berkeley-Los Angeles-Oxford, University of California Press, 1990 et M. Norton Wise (dir.), The Values of Precision, Princeton, Princeton university press, 1995. En France, quoique dans une perspective comparative anglo-française, voir Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1998.

6 Claude Blanckaert (dir.), Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes, XVIIIe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1996. Pour une présentation plus récente des débats épistémologiques autour de la question du « terrain » en histoire des sciences, voir le numéro de Sociétés et représentations, n° 21, 2006/1.

7 Maurizio Bossi, Claudio Greppi (dir.), Viaggi e scienza. Le istruzioni scientifiche per i viaggiatori nei secoli XVII-XIX, Florence, Olschki, 2005. Silvia Collini, Antonella Vannoni, Le istruzioni scientifiche per i viaggiatori nei secoli XVII-XX, Florence, Polistampa, 1996.

8 Giorgio Blundo, Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), Pratiques de la description, Paris, Editions de l’EHESS, 2003 (Enquête, 3).

9 Luciano Lagazzi, Segni sulla terra. Determinazione e percezione dello spazio nell’alto medioevo, Bologne, CLUEB, 1991.

10 Ce qui ne va pas sans poser la question de l’adhésion ou de la correspondance de la figure quadrangulaire de la parcelle décrite à la figure réelle de la parcelle sur le terrain. Si l’on peut songer que ce modèle opère une sorte de simplification de la complexité du terrain, il est aussi improbable qu’une telle réduction puisse dépasser certains degrés en raison de la nature fiscale et juridique de ces types de description. Il paraît plausible de penser à l’application de ce modèle en termes d’ajustement : une accommodation qui facilite la communication lors de transactions immobilières ou lors de recensements fiscaux à défaut d’opérations géométriques menées par des arpenteurs.

11 Benoît Cursente, Mireille Mousnier, Les territoires du médiéviste, Rennes, Presses universitaires, 2005. Ce livre a porté de nombreuses contributions éclairantes en ce sens.

12 Paolo Marchetti, De iure finium. Diritto e confini tra tardo medioevo ed età moderna, Milan, Giuffrè, 2001 ; Antonio Stopani, La production des frontières. État et Communautés villageoises (Toscane, XVIe-XVIIIe siècles), Rome, Ecole Française de Rome, 2008 ; Renata Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, Donzelli, 1998.

13 Vincenzo Fiocchi Licolai, « Sacra martyrum loca circuire : percorsi di visita dei pellegrini nei santuari martiriali del suburbio romano », dans Letizia Pani Ermini (dir.), Christiana loca. Lo spazio cristiano nella Roma del primo millennio, Rome, Fratelli Palombi, 2000, p. 221-230.

14 Michel Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur parochia dans les textes latins du moyen âge », in Médiévales, t. 49, 2005, p. 15-18 en particulier.

15 Antonio Stopani, La production des frontières cit., en particulier les chapitres 2 et 3.

16 Leandro ALBERTI, Descrittione di tutta Italia… nella quale si contiene il sito di essa… et più gli huomini famosi che l’hanno illustrate, Bologne, A. Giaccarelli, 1550 (nous traduisons).

17 Les points de suspension entre parenthèses évincent de la citation les excursus historiques concernant les localités mentionnées.

18 Massimo Donattini (dir.), L’Italia dell’inquisitore. Storia e geografia dell’Italia del Cinquecento nella Descrittione di Leandro Alberti, Bologne, Bononia University Press, 2007.

19 En trois occasions, Alberti s’exprime explicitement : « d’après la peinture de Ptolémée », « suivant la Chorographie de Bellarmato », « chose qui est démontrée par la peinture de Ptolémée ». Alberti fait appel à ces références lorsqu’il prend une position contraire à d’autres auteurs du passé : ce qui montre qu’il se sert de la cartographie comme un instrument critique pour contrôler le site des localités qu’il mentionne et, éventuellement pour corriger les connaissances reçues par le savoir géographique de son époque.

20 Je pense notamment à la diffusion de la cartographie au XVIIIe siècle dans de nombreux champs d’activités humaines : des pratiques administratives (voir les nouvelles divisions du territoire qui se multiplient dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle) jusqu’à la formulation de théories scientifiques (telle que la théorie des bassins fluviaux de Philippe de Buache).

21 Giovanni TARGIONI TOZZETTI, Relazioni d’alcuni viaggi fatti in diverse parti della Toscana, per osservare le produzioni naturali e gli antichi monumenti di essa, Florence, Stamperia imperiale, 1751-1752, 5 vol.

22 Dans la préface de l’ouvrage, l’auteur évoque le « désir d’accumuler des matériaux à étudier, (…) de récolter des échantillons minéralogiques » qui avait animé ses vacances de jeunesse.

23 Il réussit à obtenir le poste bien rémunéré de bibliothécaire de la bibliothèque Magliabechiana à Florence, ce qui l’oblige à renoncer « au jeu paisible de l’étude de l’histoire naturelle » (ibidem, page XI).

24 Les Relazioni apparaissent par exemple parmi les sources consultées par Busching pour rédiger la partie toscane de sa Géographie universelle dès l’édition de 1754. Une deuxième édition paraît sept ans plus tard, en 1758, augmentée de cartes géographiques et de gravures, une troisième paraîtra en 1763. Après la mort de l’auteur, ses Relations de voyage – par ailleurs largement connues par les plus importantes académies scientifiques européennes – connaîtront une traduction en français en 1791. Cette dernière édition ne fait que confirmer la célébrité de Targioni Tozzetti dont l’œuvre représente déjà une référence obligée pour ceux qui se consacrent aux sciences naturelles et aux voyages en Italie.

25 Ibidem, p. XII.

26 Numa BROC, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque nationale, 1980, en particulier les chapitres 5, 6, 8, 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Stopani, « De l’itinéraire au territoire », Rives méditerranéennes, 34 | 2009, 11-26.

Référence électronique

Antonio Stopani, « De l’itinéraire au territoire », Rives méditerranéennes [En ligne], 34 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/3800 ; DOI : 10.4000/rives.3800

Haut de page

Auteur

Antonio Stopani

Università degli Studi di Torino, Dipartimento di Scienze Antropologiche, Archeologiche e Storico Territoriali

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org