Navigation – Plan du site

La Méditerranée des élites italiennes aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale

autour de l’Accademia del Mediterraneo
Stéphane Mourlane
p. 141-152

Résumés

L’Académie de la Méditerranée est l’un des organismes qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mobilise les élites intellectuelles, politiques et économiques italiennes en vue de rétablir l’influence de leur pays autour du bassin méditerranéen. L’Académie œuvre à l’affirmation d’une culture transméditerranéenne commune, notamment autour du concept politique d’Eurafrique. Le profil des Académiciens témoigne d’une forte identité intellectuelle et idéologique à la confluence de l’académisme, du méridionalisme, du conservatisme et du colonialisme. Grâce au soutien du gouvernement italien, de certains États et de la région de Sicile, l’Académie s’insère dans un réseau qui lui permet de développer une intense activité et lui confère crédibilité et visibilité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Mourlane

Stéphane Mourlane est maître de conférences à l’Université de Provence, membre du laboratoire TELEMME (MMSH) et directeur de collection « Mémoires/Culture » aux Éditions Autrement. Après une thèse consacrée aux relations franco-italiennes dans les années 1960, ses recherches se sont portées sur les relations culturelles internationales en Méditerranée au XXe siècle (institutions culturelles, échanges intellectuels, pratiques sportives et immigration). Il a publié récemment, en collaboration avec Y. Chapoutot, F. Chartreux et A. Houte, Europe. Mémoires profondes (Paris, Éditions Autrement, 2008).

L’Académie de la Méditerranée est l’un des organismes qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mobilise les élites intellectuelles, politiques et économiques italiennes en vue de rétablir l’influence de leur pays autour du bassin méditerranéen. L’Académie œuvre à l’affirmation d’une culture transméditerranéenne commune, notamment autour du concept politique d’Eurafrique. Le profil des Académiciens témoigne d’une forte identité intellectuelle et idéologique à la confluence de l’académisme, du méridionalisme, du conservatisme et du colonialisme. Grâce au soutien du gouvernement italien, de certains États et de la région de Sicile, l’Académie s’insère dans un réseau qui lui permet de développer une intense activité et lui confère crédibilité et visibilité.

The Academy of Mediterranean is one of the organizations that, after the Second World War, summons intellectual, political and economical Italian elites in preparation to gain back the influence of their country around the Mediterranean basin.  The Academy strives on the assertion of a common transmediterranean culture, notably around the political concept of the Eurafrica. The academician outline shows a strong intellectual and ideological identity at the convergence of the academism, the Southerner attitude, the conservatism and the colonialism. Thanks to the support of the Italian government, of certain states and the area of Sicilia, the Academy found his place in a web, enabling him to develop an intense activity, awarding credibility and visibility.

L’Accademia del Mediterraneo è uno degli organismi che, all’indomani della Seconda Guerra mondiale, mobilizza le élites intellettuali, politiche ed economiche italiane per ristabilire l’influenza del loro paese attorno al bacino del Mediterraneo. L’Accademia tende ad affermare una cultura transmediterranea comune, tra l’altro attorno al concetto politico di Eurafrica. Il profilo degli Accademici manifesta una forte identità intellettuale ed ideologica alla confluenza dell’accademismo, del meridionalismo, del conservatorismo e del colonialismo. Grazie al sostegno del governo italiano, di certi Stati e della regione Sicilia, l’Accademia si inserisce in una rete che le consente di sviluppare un’intensa attività e le conferisce credibilità e visibilità.

histoire,élites,intellectuel,politique,économie,culturel,identité,pouvoir

fr

XX

ITAL

141-152

1L’analyse des relations culturelles, développées notamment au niveau des élites, permet sans aucun doute d’éclairer d’un nouveau jour le processus de décolonisation en Méditerranée, tout en révélant de forts enjeux nationaux, voire régionaux. La perte des colonies a conduit, de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 1960, les pays européens riverains du bassin occidental à redéfinir leurs rapports avec le monde arabe et ce, d’autant plus que la logique de guerre froide a introduit de nouveaux rapports de force dans l’espace méditerranéen. L’Italie est confrontée de manière précoce à ce qui apparaît comme une exigence, compte tenu de sa situation sur la scène internationale aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et des contraintes que cette situation fait peser sur sa politique méditerranéenne.

2La politique étrangère italienne est, en effet, déterminée par la réinsertion sur la scène internationale à la suite du discrédit jeté sur le pays par les ambitions mégalomanes de Mussolini1. Les prétentions méditerranéennes du régime fasciste ayant exacerbé les sensibilités françaises et anglaises, l’Italie qui, dans le contexte de guerre froide naissante fait le choix d’une intégration européenne et atlantique, doit renoncer à toute politique de puissance. Français et Anglais n’ont pas manqué de le souligner, parfois sévèrement lors des négociations menant à la signature du traité de paix de 19472 qui, entre autres mesures, liquide l’empire colonial italien. Au cours de l’année 1950, un diplomate italien en poste à Paris suggère au comte Sforza, ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement de Gasperi que, dans ces conditions, « notre politique arabe devrait être de ne pas en avoir »3. Dès lors, les Italiens s’emploient à mener une « politique souterraine » qui se déploie en particulier dans le domaine économique et culturel, les deux étant, au demeurant, le plus souvent étroitement liés.

3De fait au début des années 1950, on assiste au travers d’un certain nombre d’initiatives, à la mise en place d’un dispositif culturel qui mobilise élites intellectuelles, politiques et économiques en vue de réaffirmer la vocation méditerranéenne de l’Italie. L’Académie de la Méditerranée (Accademia del Mediterraneo) en constitue l’un des éléments importants qui donne à voir les modalités de mobilisation, d’organisation et de fonctionnement de ces réseaux élitaires ayant pour objectif une action culturelle internationale.

Des Fondements académiques

4L’Académie de la Méditerranée est fondée à l’occasion du Congrès des études méditerranéennes qui se tient à Palerme, du 11 au 13 juin 1951. Si cette manifestation, considérée par ces instigateurs comme « la première affirmation, sur le plan international, d’une conscience méditerranéenne rénovée »4, rassemble, à la Villa Igica, une soixantaine de chercheurs, représentant quinze pays riverains du bassin méditerranéen, l’initiative est italienne et plus encore sicilienne. L’organisation du congrès revient en effet à un organisme palermitain, le Centre d’études et d’échanges internationaux (Centro di studi e di scambi internazionali) et à son président le député monarchiste, représentant les élites traditionnelles de l’île, le prince Gianfranco Alliata di Montereale. À l’origine, l’activité de ce centre n’est pas spécifiquement orientée vers les questions méditerranéennes. Il est formé par un groupe d’intellectuels qui, en 1945, se rassemblent en un centre des études anglo-franco-américaines (Centro di Studi Anglo-franco-americani), afin « de combler les graves lacunes que les barrières isolationnistes avaient élevé dans l’esprit des gens »5. En d’autres termes, il s’agit d’œuvrer à une rupture avec la culture fasciste. Devenu rapidement centre d’études et d’échanges internationaux, dirigé par le constituant démocrate-chrétien, élu de Palerme, Salvatore Aldisio, l’organisme met en œuvre des manifestations qui caractérisent habituellement un centre culturel : cours, conférences ou encore concerts.

5Succédant à Aldisio, appelé au gouvernement de De Gasperi pour détenir le portefeuille de la marine marchande, Alliata donne une orientation résolument méditerranéenne au centre par la publication de la revue Rassegna Mediterranea et du bulletin Mondo arabo. Il conçoit l’Académie comme un « instrument efficace et durable pour la réalisation d’une solidarité et d’une collaboration effective dans le domaine de la haute culture entre les peuples de la Méditerranée »6.

6Lors de la première assemblée générale de l’Académie qui se réunit dans les salons de l’hôtel Milano, à Rome, le 28 février 1952, les grandes lignes de l’organisation sont fixées. Il est ainsi décidé d’élire, pour un mandat de quatre ans, le président et un conseil directeur de sept membres. Les membres sont répartis en deux « classes »: les académiciens titulaires et les académiciens ordinaires. Ils sont, au départ, au nombre de 100 (50 titulaires, 50 ordinaires) puis leur nombre est porté à 300 au début de l’année 1953.

7Leur activité consiste principalement à participer aux sessions ordinaires de l’Académie7, de une à trois journées qui se déroulent sous la forme de séminaires à l’issue desquelles des motions sont parfois adoptées. À partir de 1953, les académiciens participent, en outre, à un cycle de conférences hebdomadaires organisées à Rome, au printemps. Si de nombreuses disciplines sont représentées, des sciences humaines et sociales à l’économie, en passant par le droit, toutes les interventions concourent à la mise en scène d’une culture transméditerranéenne commune et à l’affirmation de la fonction historique de l’Italie en la matière.

8Les académiciens sont recrutés en fonction de leur capacité à formuler des analyses et des discours inscrit dans cette perspective. Au cours de la première année d’existence de l’Académie, en 1952-1953, le profil dominant est celui de l’universitaire italien : 73 des 100 académiciens sont originaires de la Péninsule et, parmi eux, 43 y enseignent dans une université auxquels s’ajoutent cinq membres de la prestigieuse Accademia dei Lincei8. L’université de Rome est la plus représentée, avec 11 académiciens. Elle est suivie par les deux universités méridionales de Palerme et de Naples avec, respectivement, 7 et 6 académiciens.

9Sans entrer dans le détail du profil de chacun des académiciens, il est toutefois intéressant de remarquer que l’on trouve parmi eux, outre les universitaires, deux élus des provinces méridionales issus des rangs de la démocratie chrétienne et du parti monarchiste9, deux anciens fonctionnaires de l’administration coloniale10, le président de la Confédération nationale du commerce11, le secrétaire général ainsi qu’un dirigeant sicilien de la Confédération générale du l’Artisanat12. On relève, en outre, la présence significative de personnalités engagées de longue date et sous différentes formes, dans la défense des intérêts italiens en Méditerranée : le colonel Valentino Vecchi, président du groupe colonial Bottego (du nom du célèbre explorateur italien), Gregorio Consiglio, le directeur de la revue Affrica qui œuvre à la valorisation des intérêts économiques italiens ou encore Enrico Insabato. Ce dernier est une personnalité incontournable des relations italo-arabes pour lesquelles il n’a cessé d’œuvrer depuis son premier séjour en Égypte au début du siècle13. Président du Centro Mediterraneo di Studi et di Assistenza et directeur de la revue L’Avenire arabo, il mène une véritable campagne afin d’inciter les groupes dirigeants politiques et économiques à s’engager dans le rapprochement entre l’Italie et le monde arabe, un thème qu’il développe notamment dans un ouvrage remarqué en 195014. En décembre de cette même année, Insabato est aussi à l’origine de la création d’un organisme dédié spécifiquement à cette cause : l’Unione nazionale d’Azione africana e di collaborazione italo-arabo islamica e mediterranea, dont le siège est installé à Rome. Son activité prend cependant une dimension supplémentaire avec la création, en mars 1952, du Centro per le relazioni italo-arabe au sein de l’Istituto per l’Oriente qui, depuis 1921, a accompagné la politique coloniale de l’Italie15.

10D’une manière générale, l’Académie se forge une identité intellectuelle et idéologique dans la rencontre et la superposition de l’académisme, du méridionalisme, du conservatisme et du colonialisme. Le parcours et les fonctions des membres du Conseil de direction l’attestent.

11Le président de l’Académie, Gianfranco Alliata, prince de Montereale, symbolise ainsi la dimension méridionale, à fort accent insulaire, et la tonalité politique du projet, en tant que député monarchiste de la circonscription de Palerme. Raffaele Ciasca, sénateur démocrate-chrétien de la Basilicate, élargit l’arc géographique et politique. Ciasca est aussi un universitaire reconnu dont les travaux sur l’histoire coloniale italienne ont fait longtemps autorité comme instrument de légitimation de l’idéologie coloniale16. Martino Mario Moreno est également un universitaire de renom, plus impliqué encore dans la politique coloniale italienne. Cet orientaliste, traducteur du Coran, a, en effet, été gouverneur d’Addis Abeba, avant d’être nommé, en 1938, directeur général des Affaires politiques au ministère de l’Afrique italienne17. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il intègre le ministère des Affaires étrangères pour être affecté à la direction du centre culturel italien de Beyrouth qui, aujourd’hui, porte son nom18.

12D’autres membres du Conseil de direction de l’Académie ont manifesté un engagement plus profond d’un point de vue idéologique dans la politique impérialiste du régime fasciste. Le linguiste Antonino Pagliano, spécialiste de la littérature perse, a été l’un de ces intellectuels investis dans l’élaboration d’une culture fasciste19. Membre du Parti national fasciste, il a participé à l’élaboration de la doctrine du régime au travers de la publication d’ouvrages20 et de sa collaboration à l’Enciclopedia italiana dirigée par l’idéologue du régime, Giovanni Gentile. Il a aussi été membre du Conseil supérieur pour la démographie et la race au moment où le fascisme faisait du racisme un adjuvant à sa doctrine nationaliste et impérialiste21. À la chute du régime, il a été suspendu d’enseignement deux ans, avant d’intégrer le conseil supérieur de l’Instruction publique et de se rapprocher des monarchistes dont il est un candidat malheureux aux élections sénatoriales. Au sein du mouvement monarchiste, son rapprochement avec du président de l’Académie de la Méditerranée est favorisé par leur origine sicilienne commune. Né à Mistretta près de Messine, Pagliano est très attaché à la culture régionale, comme en témoignent ses écrits22 et son action fondatrice au début des années 1950 en faveur du centre d’étude philologique et linguistique sicilienne.

13Armando Troni, chancelier de l’Académie est aussi un sicilien proche du régime de Mussolini. Il a célébré, en 1937, dans un article du Popolo di Roma « la grande œuvre du régime fasciste » en matière ferroviaire dans l’île. Troni est représentatif de l’attente et des espoirs suscités par le fascisme pour de nombreux insulaires en matière de modernisation23. Troni est aussi et surtout l’auteur d’un ouvrage remarqué qui, en 1935, célèbre l’union de Dante et de Mahomet face au colonialisme des démocraties occidentales24.

14Biagio Pace, archéologue, spécialiste de la Sicile byzantine et  membre de l’Accademia dei Lincei25, n’a, pour sa part, pas rompu au lendemain de la guerre avec l’idéologie mussolinienne puisqu’il figure au bureau exécutif du parti néo-fasciste (Movimento Sociale Italiano) dont il est l’un des fondateurs26. Leo Magnino, secrétaire général de l’Institut international d’étude des problèmes ethniques à l’université de Rome ou encore Ernesto Koliqi, universitaire, poète et écrivain albanais ayant fait le choix de l’Italie, viennent compléter ce conseil de direction de haute tenue intellectuelle, mais dont les expériences comme les ambitions ne se situent pas uniquement sur le terrain scientifique.

Une Académie en réseaux

15L’insertion au sein de divers réseaux permet à l’Académie de la Méditerranée à la fois une visibilité et une crédibilité, tout en lui donnant les moyens de fonctionner. Elle passe par l’établissement de liens personnels, notamment grâce à l’accueil de personnalités au rang d’académicien et par le développement de collaborations institutionnelles à différentes échelles.

16Si, dans les faits, l’Académie de la Méditerranée est une organisation fortement ancrée dans la réalité italienne, ses promoteurs sont très attachés à lui donner une dimension internationale. Ses statuts indiquent, du reste, que l’objectif fondamental est de promouvoir des « collaborations concrètes entre les chercheurs des pays méditerranéens »27.

17Alliata n’a de cesse de rappeler le cosmopolitisme du congrès fondateur et le soutien apporté à l’initiative par des institutions scientifiques et culturelles internationales. Il souligne notamment les relations établies avec l’UNESCO, la récente organisation instituée par Nations unies pour « contribuer au maintien de la paix, en resserrant par la culture, par l’éducation, la science, les sciences sociales, la communication et la collaboration entre les nations »28. Son premier directeur général, le Mexicain Jaime Torres Bodet qui vient de quitter, en 1952, ses fonctions, est d’ailleurs élevé au rang d’académicien honoraire afin de mieux souligner encore la convergence d’intérêts entre les deux institutions. Les relations avec des institutions du bassin méditerranéen sont évidemment privilégiées. Sont ainsi cités l’Institut oriental pontifical, l’université américaine de Beyrouth, L’Académie arabe de Damas, l’Institut d’études catalane de Barcelone ou encore le Centre universitaire méditerranéen de Nice. L’ensemble paraît hétéroclite au regard du statut bien différent de ces institutions tandis que la nature des rapports entretenus ne semble guère dépasser une certaine convenance. Mais peu importe. L’objectif est ailleurs : donner à voir un réseau dont le maillage couvre l’ensemble du bassin méditerranéen et conférer à l’Académie une forme de reconnaissance officielle.

18Le recrutement des académiciens répond aux mêmes exigences. La carte des origines nationales des 27 académiciens qui ne sont pas italiens fait figurer, à quelques exceptions près (deux Allemands, un Anglais, un Hongrois, un Finlandais ou encore un Pakistanais), un certain nombre de pays riverains : la France et l’Espagne avec quatre représentants chacun29, la Grèce avec trois représentants et enfin l’Albanie, la Turquie, le Liban, la Syrie avec un seul académicien. La faible représentation des pays arabo-musulmans de la rive sud la Méditerranée laisse entrevoir une limite au projet de dialogue interculturel défendu par l’Académie. L’initiative butte assurément sur le jeu traditionnel des puissances en Méditerranée et les contraintes géopolitiques du moment, liées à la colonisation.

19Dans une démarche visant toutefois à peser et même à bousculer l’ordre international, l’Académie trouve des points d’appui du côté des gouvernements portugais et espagnol. À Madrid et à Lisbonne, l’association à ce type de démarche constitue une manière d’affirmer une ambition méditerranéenne et un moyen de sortir de l’isolement dans lequel les confine leur pouvoir autoritaire depuis la chute des régimes fascistes en Allemagne et en Italie.

20De ce point de vue, les affinités idéologiques avec le président de l’Académie de la Méditerranée favorisent le rapprochement. À l’inverse de nombreux représentants de la gauche ou de la droite modérée européenne, Alliata est, en effet, loin de considérer Salazar et Franco comme peu fréquentables30. Le dirigeant Portugais est d’ailleurs élevé au rang d’Académicien honoraire, comme son ministre des Affaires étrangères, Paolo Cunha. Le sous-secrétaire d’État espagnol aux Affaires étrangères, Emilio de Navasquez y Ruiz de Velasco, bénéficie aussi de cet honneur tandis que le directeur de l’Institut espagnol de Rome, Angel Alvarez de Miranda, est le seul étranger à être admis au Conseil d’administration. L’intérêt de l’Espagne pour l’Académie de la Méditerranée se traduit aussi par la réception à Madrid d’Alliata par Franco. Le Caudillo qui cherche à promouvoir depuis le printemps 1951 un pacte méditerranéen fondé sur « les liens de spiritualité de nature à unir tous les peuples croyants contre la menace que représente le matérialisme athée »31, trouve un relais à sa politique auprès du député palermitain.

21Ces points d’appui internationaux sont, certes, importants mais moins, sans doute, que le soutien qu’apportent les autorités italiennes à l’Académie de la Méditerranée. Ici aussi, il faut y voir une rencontre entre intérêts convergents. Pour l’Académie, il s’agit de donner une portée diplomatique à son action tandis que les dirigeants italiens voient dans cet organisme un élément venant enrichir le dispositif culturel destiné à servir les intérêts de l’Italie en Méditerranée. Il n’est d’ailleurs pas anodin de retrouver parmi les invités à la première session ordinaire de l’Académie, le conseiller aux Affaires étrangères, Lo Russo, un des diplomates réclamant « une reprise vigoureuse » des échanges culturels afin de maintenir l’influence italienne en Méditerranée32. Il est encore plus significatif de voir parmi les Académiciens d’honneur, l’ancien président de la république, Enrico de Nicola, mais aussi et surtout, le chef du gouvernement, Alcide de Gasperi, aux côtés de deux membres de son gouvernement et figures de la Démocratie chrétienne : Giulio Andreotti et Paolo Emilio Taviani.

22Occupant jusqu’en 1952 le poste de sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Paolo Emilio Taviani est une figure centrale dans l’orientation méditerranéenne de la politique étrangère italienne qu’il ne considère pas comme contradictoire avec les orientations européennes et atlantiques plus ostensiblement affichées33. Il prête donc une oreille plus qu’attentive à ceux qui plaident en faveur d’une collaboration plus dynamique et plus étroite avec le monde arabe. Il leur offre une tribune en leur permettant de s’exprimer dans les colonnes de Civitas, la revue d’étude politique des milieux catholiques, tout en accordant le soutien financier du ministère des Affaires étrangères à certaines initiatives ou certaines institutions comme l’Institut pour l’Orient ou le centre italo-arabe34. L’Académie ne semble, certes, pas bénéficier des financements de l’État, mais elle peut se prévaloir de sa bienveillance, gage de crédibilité pour son activité et son rayonnement.

23Le fonctionnement de l’Académie doit davantage à son insertion dans les réseaux siciliens. Encore une fois, son président joue un rôle pivot. Il mobilise tout d’abord au sein de sa famille politique. De ce point de vue, Leone Marchesano sert de relais à la Chambre des députés, à Rome. Localement, Alliata peut compter sur un autre membre du parti monarchique, Pietro Castiglia, membre de l’Assemblée régionale sicilienne. Mais, si les monarchistes, dans une île où les structures sociales traditionnelles perdurent, représentent une force politique non négligeable, elle n’est toutefois pas suffisante pour constituer à elle seule un appui solide.

24Alliata élargit donc au-delà des monarchistes le cercle de ses soutiens. Ainsi, il confie la présidence du congrès fondateur à une figure tutélaire, Vittorio Emanuele Orlando. L’ancien président du Conseil est originaire de Palerme, où il a longtemps été professeur de droit constitutionnel à l’Université. Mais surtout, au-delà des clivages politiques, il jouit d’une large considération pour avoir tenu tête aux Anglais et aux Français qui, lors du congrès de Versailles au lendemain de la Première Guerre mondiale, ne voulaient pas accéder aux revendications italiennes sur les terres irrédentes.

25Ce parrainage prestigieux s’accompagne du soutien plus prosaïque du président démocrate-chrétien de la région Sicilienne, Franco Restivo. Très attaché à son île au point de renoncer à son mandat national, en 1947, pour s’y consacrer exclusivement, Restivo a été l’un des plus ardents défenseurs de l’autonomie régionale dans le débat très vif qui suit la chute du fascisme. Une fois l’autonomie consacrée par la constitution35, il s’emploie à défendre le maintien d’une identité régionale forte. Dans ces conditions, l’Académie de la Méditerranée lui apparaît, comme à une part importante des élites insulaires, en tant que moyen de valoriser une tradition séculaire de la Sicile dans le domaine du dialogue interculturel. Si les discours font du Moyen Age un paradigme36, l’enjeu s’inscrit pleinement dans la réalité contemporaine puisqu’il s’agit d’insérer l’île dans une dynamique d’échanges susceptible de dépasser les archaïsmes socio-économiques.

26Pour donner plus de force à ce projet, la région sicilienne met d’ailleurs en place un organisme de coordination des initiatives méditerranéennes développées dans l’île, avec le concours notamment de la Banco di Sicilia. Ainsi est constitué le Centre pour la coopération méditerranéenne (Centro per la cooperazione mediterranea) dont la direction est confiée au doyen de l’Université de Palerme, Lauro Chiazzese37. L’Académie de la Méditerranée s’y rallie aux côtés de la Foire de la Méditerranée, du Centre pour la communauté économique et culturelle de la Méditerranée (Centro per la communità economica e culturale del Mediterraneo) et du centre des études albanaises et byzantines. Alliata y voit une l’opportunité de promouvoir plus efficacement « l’idée méditerranéenne entendue non seulement dans un sens unitaire mais surtout comme élément moteur d’une nouvelle civilisation »38. Ce thème est largement développé lors du premier congrès international d’études et d’échanges méditerranéens organisé à Palerme, en mars 1953. Cette manifestation consacre une nouvelle forme d’organisation au sein de laquelle l’Académie de la Méditerranée entend jouer un rôle de premier plan.

27Le congrès est inauguré par Taviani et présidé par Gaspare Ambrosini, président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des députés. La caution ainsi apportée par le gouvernement à cette entreprise donne selon Alliata « une approbation officielle » à l’Académie de la Méditerranée tandis que l’engagement de la région sicilienne, notamment en faveur de la création d’un secrétariat permanent39 pour le Centre pour la Coopération méditerranéenne à la suite du congrès, lui fait croire en la pérennité de son projet.

Conclusion 

28Dix ans après la fondation d’Académie de la Méditerranée, celle-ci continue de réunir régulièrement « l’élite de la pensée méditerranéenne »40, même si le Centre pour la Coopération méditerranéenne semble bénéficier d’une plus grande visibilité grâce à sa revue Collaborazione Mediterranea. Il n’en reste pas moins que l’organisation, le profil des académiciens et peut-être plus encore son insertion dans des réseaux ont fait de cette Académie de la Méditerranée un instrument culturel au service d’un projet politique de coopération régionale : l’Eurafrique (Eurafrica). Ce concept, déjà développé en France au cours de l’entre-deux-guerres41, se présente comme un élément fédérateur très souvent évoqué au sein de l’Académie. Ses contours varient en fonction de ceux qui le portent42. L’objectif le plus souvent évoqué est, cependant, de former « une troisième force mondiale »43. Du côté italien, le projet s’appuie sur une assise idéologique partagée. Il s’inscrit tout d’abord dans le prolongement de la doctrine géopolitique fasciste, l’impérialisme en moins, qui visait à affirmer de la vocation méditerranéenne de l’Italie44. L’Eurafrique apparaît, en outre, comme le ciment du rempart au communisme que constituent les valeurs spirituelles partagées par le christianisme et l’islam. Enfin, l’Eurafrique donne à la Sicile une place centrale qui réactive le mythe de Palerme, capitale la Méditerranée. La convergence de ces préoccupations a fourni un espace de rencontre et d’action à des élites soucieuses de peser sur le processus de décision en matière de politique étrangère. Si les modalités du rapport entre l’Académie et les autres organisations à vocation culturelle tournées vers la Méditerranée et le gouvernement italien restent encore très largement à étudier, on ne peut que constater le rapprochement croissant, dans les années 1950, entre les discours et l’activité des académiciens et la politique plus autonome et plus volontariste que mène l’Italie.

Haut de page

Notes

1 Pierre GUILLEN, « La réinsertion internationale de l’Italie après la chute du fascisme », Relations internationales, n°31, 1982, p. 333-349.
2 Pierre GUILLEN, « Les relations franco-italiennes après la chute du fascisme », Mélanges de l’École française de Rome, 98 (1986), 1, p. 432-464.
3 Cité in Giampaolo Calchi Novati, Mediterraneo et questione araba nella politica estera italiana dans F. Barbagallo (a cura di), Storia dell’Italia, vol. II, Turin, 1995, p. 205.
4 Gianfranco ALLIATA, « Collaborazione e unità méditerranea », Annali della Accademia del Mediterraneo, vol. I 1952-1953, Palerme, editrice Rassegna Mediterranea, 1954, p. 2.
5 Armando TRONI, « Dal centro Studi all’Accademia del Mediterranei », Idem, p. 4.
6 Gianfranco ALLIATA, op. cit.
7 La première session se déroule à Rome en novembre 1952. La deuxième se tient à Palerme en mars 1953.
8 Figurent le président de l’Accademia dei Lincei, le juriste, Vincenzo Arangio-Ruiz ainsi que l’archéologue Biagio Pace, le géographe Roberto Almagià, le linguiste Francesco Gabrielli et l’historien Nicolo Rodolico.
9 On trouve le député monarchiste sicilien Leone Marchesino, l’un des instigateurs de l’Académie aux côtés d’Alliata ainsi que Michele Vocino, député démocrate-chrétien de Bari. Parmi le personnel politique, on peut citer aussi Aurelio Drago, député puis sénateur de la Sicile sous le régime fasciste.
10 L’ancien gouverneur de l’Afrique orientale italienne de décembre 1937 à juin 1940 et Francesco Saverio Caroselli, ainsi que Giulio Imperatori.
11 Alfredo Nacci.
12 Manlio Germozzi et Carlo Scuotto.
13 Daniel J. GRANGE, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, École française de Rome, 1996, p. 1470-1481.
14 Enrico Insabato, La collaborazione italo-araba e il Sudan, Rome, 1950.
15 Raffaele Ciasca, « Un centro per le relazioni culturali italo-arabe in seno all’istituto per l’Oriente », Oriente moderno, XXXII, 1952, p. 97-103.
16 Raffaele Ciasca, Storia coloniale dell’Italia contemporanea, Milan, Hoepli, 1938.
17 Francesco GABRIELI, Orientalisti del Novecento, Rome, Istituto per l’Oriente Carlo Alfonso Nallino, 1993, p. 117-120.
18 Maria NALLINO, « Ricordo di Martino Mario Moreno (1892-1964) », Oriente Moderno, n°8/9, agosto-settembre 1964, p. 646-648.
19 Cf. Gabriele TURI, Il Fascismo et il Consenso degli intellettuali, Bologne, Il Mulino, 1980.
20 Antonino Pagliano, Il fascismo contro il communismo, Florence, Le Monnier, 1938 ; Storia e dottrina del fascismo, Rome, R. Pioda, 1942.
21 Marie-Anne MATARD-BONUCCI, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007, p. 267-268.
22 Antonino Pagliano, Sulla latinità di Sicilia, Bologne, L. Capelli, 1934.
23 Cf. Marie-Anne MATARD-BONUCCI, La Sicile sud-orientale de l’avènement des faisceaux au débarquement allié : histoire politique et sociale, 1920-1943, thèse de doctorat en histoire, Institut d’études politiques, Paris, 1990 (ex. dactyl.).
24 Armando TRONI, Dante et Maometto, Quaderni de La Sinossi, Palerme, 1935.
25 Giovanni RIZZA, « Ricordo di Biagio Pace », Archivio Storico per la Sicilia Orientale, 67, 1971, p. 345-355.
26 Cf. Piero IGNAZI, Il Polo escluso. Profilo storico del Movimento Sociale Italiano, Bologne, Il Mulino, 1996.
27 Annali della Accademia del Mediterraneo, vol. I 1952-1953, Palerme, Editrice Rassegna Mediterranea, 1954, p. 7.
28 Cf. Chloé MAUREL, « La mise en pratique de l’idéal universaliste de l’Unesco, 1945-1955 : une mission impossible ? », Relations internationales, n°116, 2003, p. 573-588.
29 Les Français Jean Despois, Jacques Godchot, Maurice Montabré, Arthur Pellegrin et les Espagnols Angel Alvarez de Miranda, Julio Martinez de Santa Olalla, Marion Ponce de Leon, Ferran Soldevilla.
30 Cf. Anne DULPHY, La politique de la France à l’égard de l’Espagne de 1945 à 1955. Entre idéologie et réalisme. Paris, Ministère des Affaires étrangères, 2002.
31 Henry MARCHAT, « Pactes méditerranéens d’hier et d’aujourd’hui », Revue politique et parlementaire, nos 693-694, août-septembre 1959, p. 124.
32 Archivio Storico Diplomatico, Affari politici, 1950-1957, b. 838 : appunto, 4 janvier 1952.
33 Paolo Emilio Taviani, « Mediterraneo, punto d’incontro di Civiltà », Levante, n°1, 1953.
34 Stéphane MOURLANE, « Médiations culturelles et politique arabe de l’Italie : la création du centre pour les relations italo-arabes de Rome (1952)», Actes du colloque « Relations culturelles internationales au XXe siècle », Paris, Bibliothèque nationale de France, 11-13 mai 2006 (à paraître).
35 Cf. Bernard GAUDILLÈRE, « Les institutions de l’Italie », Documents d’étude, Paris, La Documentation française, 1987.
36 Stéphane MOURLANE, « » Un pont entre l’Orient et l’Occident » : paradigme médiéval, médiation culturelle et politique arabe de l’Italie dans les années 1950 », in Benoît GRÉVIN (dir.), L’Italie, laboratoire et relais des modernités « occidentales ». La péninsule italienne entre Maghreb et Europe occidentale de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Ecole française de Rome (à paraître).
37 « Organisation et objectifs du Centre pour la coopération méditerranéenne », Collaborazione Mediterranea, 15 octobre 1956, p. 12.
38 Centro per la cooperazione mediterranea, Atti del primo congresso internazionale di studi et scambi mediterranei, Palerme, 1953, p. 40.
39 Centro per la cooperazione mediterranea, op. cit., p. 267.
40 L’Unità Mediterranea, Annali della Accademia del Mediterraneo, Atti del VI Congresso internazionale, G. Denaro, Palerme, 1962, p. 55.
41 Charles-Robert AGERON, « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-allemand dans l’entre-deux guerre », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, n°22, 1975, p. 446‑475.
42 Cf. Yves MONTARSOLO, L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe. Le cas français, des origines aux négociations des Traités de Rome, thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille 1, 2006 (ex. dactyl.).
43 Paolo D’AGOSTINO ORSINI, « Eurafrica, terza forza mondiale », Annali della Accademia del Mediterrane, op. cit., p. 119-126.
44 M. Antonsich, « L’Eurafrica des Italiens. La revue Geopolitica conscience géographique du régime fasciste », Outre-Terre Revue française de Géopolitique, n°11, 2005,  p. 487-488.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Mourlane, « La Méditerranée des élites italiennes aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale », Rives méditerranéennes, 32-33 | 2009, 141-152.

Référence électronique

Stéphane Mourlane, « La Méditerranée des élites italiennes aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale », Rives méditerranéennes [En ligne], 32-33 | 2009, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/2957 ; DOI : 10.4000/rives.2957

Haut de page

Auteur

Stéphane Mourlane

Stéphane Mourlane est maître de conférences à l’Université de Provence, membre du laboratoire TELEMME (MMSH) et directeur de collection « Mémoires/Culture » aux Éditions Autrement. Après une thèse consacrée aux relations franco-italiennes dans les années 1960, ses recherches se sont portées sur les relations culturelles internationales en Méditerranée au XXe siècle (institutions culturelles, échanges intellectuels, pratiques sportives et immigration). Il a publié récemment, en collaboration avec Y. Chapoutot, F. Chartreux et A. Houte, Europe. Mémoires profondes (Paris, Éditions Autrement, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org