Navigation – Plan du site
2005

Les fonctions sociales des femmes dans l’espace public à Salon de Provence au XVIIIe siècle

Fanny Reboul
p. 133-150

Résumés

L’étude des femmes dans une petite ville à l’époque moderne peut se révéler surprenante. En effet, on trouve, à Salon-de-Provence, au XVIIIe siècle1, des femmes très actives dans la société et bien visibles de leurs contemporains. Leurs fonctions sociales peuvent se réaliser dans différents domaines : respectant la vision traditionnelle de la femme maternelle, les femmes s’occupent de toutes les activités en rapport avec l’enfance ; mais elles peuvent également avoir des fonctions économiques importantes, telles que la gestion d’une boutique ou de biens immobiliers, les femmes achètent, vendent, font des affaires de toutes sortes et sont respectées dans la société. Enfin, elles se consacrent aussi à des activités plus traditionnelles : les fonctions charitables, elles réalisent des dons à des institutions charitables ou s’impliquent elles-mêmes dans ces actions. L’étude des fonctions des femmes permet de redécouvrir l’histoire selon une optique inédite, et de s’intéresser à de nombreux domaines, tels que l’éducation des filles, la vie économique ou encore la charité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, société, social, femme

Géographie :

Provence

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1Une représentation collective a placé la femme du XVIIIe siècle dans des activités domestiques privées sans aucune possibilité de s’exprimer ou d’agir dans l’espace public. En effet, on imagine souvent la femme de cette époque effacée, cantonnée dans le foyer familial où elle n’a d’autres activités que celles de s’occuper de la maison, des enfants, des courses (sa seule action « à l’extérieur »)… Par l’étude des fonctions sociales des femmes dans l’espace public à Salon-de-Provence au XVIIIe siècle, je souhaitais découvrir comment la femme de cette époque pouvait agir et s’exprimer dans une petite ville à l’époque moderne. Il s’agit en effet de montrer que les femmes sont, dans la réalité, et au-delà de toute idée reçue, présentes et actives dans la société, au vu et au su de tous. J’ai donc cherché à voir comment les femmes se manifestent dans l’espace public, quelles sont leurs possibilités d’action, de revendication, quelles sont les fonctions auxquelles elles peuvent accéder et, pour certaines d’entre elles, le regard que les hommes posent sur elles. Mon étude n’est pas limitée à un groupe social particulier, des femmes de catégories sociales très variées sont évoquées, mais je ne m’intéresse pas non plus à la population féminine salonaise dans son ensemble ; j’ai, en effet, dû laisser de côté les femmes qui n’agissent pas dans l’espace public. Il faut encore préciser que toutes les femmes qui agissent d’une quelconque manière dans l’espace public ont aussi, toujours ou presque, des fonctions domestiques. Être « femme au foyer » est la première fonction sociale de la femme, néanmoins, je ne l’étudierai pas (on peut d’ailleurs imaginer que les sources sont encore moins nombreuses sur ces activités), puisque j’ai choisi de m’intéresser aux fonctions dans l’espace public, aux fonctions visibles à l’époque par les contemporains.

2Si les femmes qui intéressent mon sujet sont visibles dans l’espace public à l’époque, et peuvent ainsi gagner une certaine indépendance grâce à leurs activités, les sources reflètent peu cette visibilité. Pour cette raison, étudier les femmes de la période moderne pose immédiatement un problème. En effet, les sources concernant les femmes durant ce siècle sont assez rares. Il faut ainsi consulter de très nombreux documents pour avoir la chance de trouver des mentions de femmes, et surtout se contenter de données très évasives sur celles-ci. De plus, une fois qu’on a pu avoir quelques informations, un nouveau problème se pose : seules certaines femmes sont mentionnées dans les sources, pour des raisons précises, mais ceci ne signifie pas qu’elles sont les seules à avoir une fonction, à s’exprimer… bien au contraire… On peut en effet penser que les femmes qui ne sont pas mentionnées dans les sources (et qui avaient une action dans l’espace public) étaient même encore plus nombreuses que celles qui le sont.

3J’ai utilisé plusieurs fonds d’archives pour traiter mon sujet. Le fonds le plus important est constitué par les Archives de la ville de Salon de Provence. La ville de Salon a la chance d’avoir pu conserver tous les registres de la capitation, impôt payé par toutes les personnes qui ont un revenu, depuis sa création en 1695. J’ai choisi d’étudier une capitation à peu près tous les 10 ans, mon corpus est donc constitué des années : 1701, 1710, 1717 (il s’agit d’un dénombrement), 1730, 1740, 1750, 1757, 1764, 1775 et 1788. Ces registres sont des documents très précieux pour l’histoire des femmes car celles-ci y sont citées quand elles ont un métier ou sont veuves.

4Mon deuxième fonds d’archives est constitué par les Archives Communales de la ville d’Arles. J’ai en effet consulté avec beaucoup d’intérêt un document de la série GG, sur l’école de sages-femmes de la ville d’Arles installée à la fin du XVIIIe siècle, car deux Salonaises avaient suivi cette formation, et j’ai aussi trouvé un document très important sur le détail des cours dispensés, théoriques et pratiques.

5L’hôpital de Salon abrite aussi un fonds de documents sur son histoire. J’ai pu consulter avec intérêt des comptes de l’hôpital Saint-Jacques, et surtout un registre des entrées et sorties de ce même hôpital de 1756 à 1789, dans lequel j’ai pu relever des servantes, et quelques éléments de caractérisation de ce groupe social : d’où elles viennent, où elles travaillent, leur âge…

6Le corpus de sources est relativement peu précis et assez peu important mais il permet de se pencher sur trois grands types de fonctions des femmes à Salon au XVIIIe siècle : les fonctions sociales liées à l’enfance, les fonctions économiques et les fonctions charitables. Ces trois grandes directions m’ont permis de dresser une sorte d’inventaire des possibilités d’action et surtout de visibilité des femmes dans la société de l’époque moderne.

7Je ne reprendrai dans ce résumé que les deux premiers types de fonctions, concernant les femmes du peuple et de la petite bourgeoisie. Les fonctions charitables sont en effet plus « traditionnelles » pour les femmes et ne représentent pas une grande originalité pour l’étude de leur place dans la société.

LES FONCTIONS SOCIALES DES FEMMES LIEES A L’ENFANCE

8Les femmes ont en premier lieu des activités liées à l’enfance. En effet, il semble « normal » que les enfants et tous les métiers qui se rapportent à leur entretien soient confiés à des femmes. C’est la fonction primordiale et naturelle des femmes, être mère, qui est utilisée par celles-ci, mais ici dans l’espace public. Les femmes sont donc présentes dans les trois grandes étapes de la vie des enfants.

9Dès l’entrée dans la vie, la naissance, les femmes sont présentes. La garante de cet événement est la sage-femme2. Les sages-femmes occupent une fonction importante dans la société à l’époque moderne. Leur savoir-faire, parfois contesté par les médecins accoucheurs, est nécessaire et même indispensable à toutes les communautés. Elles sont responsables, par leurs compétences, de la survie ou du décès des nouveau-nés et détiennent ainsi dans leurs mains, le pouvoir du devenir de la population. J’ai pu établir une liste des sages-femmes qui ont exercé leurs fonctions pendant tout le XVIIIe siècle, grâce aux registres de la capitation, mais également aux registres de délibérations de la communauté, qui décide la nomination d’une sage-femme. On en compte sept tout au long du siècle. Elles sont souvent deux à exercer à la même période, mais certaines peuvent faire ce métier de très longues années. C’est donc un statut en soi, une occupation à vie. Même si la ville ne les paie pas, elle trouve toujours des femmes qui sont prêtes à se dévouer. Malgré leur formation, non « officielle », la plupart ayant en effet appris leur métier au contact de leur mère, elle-même sage-femme, elles sont bien considérées par le conseil de ville, et tous les habitants. À Salon, leurs attributions sont variées, outre leur rôle, bien évident dans un accouchement, elles ont pour fonction de recueillir les filles qui ont fait une exposition de grossesse devant les consuls de la ville. Un édit de 1556 oblige en effet les filles-mères (qui attendent un enfant alors qu’elles ne sont pas mariées) à faire une déclaration de grossesse, appelée une « exposition » devant les consuls de la ville. Ce sont ces documents, très nombreux à Salon, qui nous éclairent sur ce sujet3. Après leur exposition, elles sont immédiatement enfermées chez une sage-femme désignée par la ville. Les sources nous indiquent que c’est là une des obligations des sages-femmes. Par exemple en 1775 : « le sieur juge de cette ville qui luy (la sage-femme Jeanne Gaillard) enjoint de la recevoir, la soigner et veiller à la conservation de son part4 ». En effet, on craint que les exposantes n’attentent à la vie du bébé et on veut donc protéger la mère et l’enfant. La déclaration d’exposition est faite par la jeune fille quand elle le souhaite ou ne peut plus cacher sa grossesse ; au bout de 3 à 6 mois en principe. Ces événements entraînent souvent l’intervention des sages-femmes dans les délibérations de la ville. En effet, elles réclament à la communauté le remboursement de ce qu’elles ont dû dépenser pour les frais de l’exposante.

10Après la naissance, la sage-femme s’occupe de l’ondoiement si l’enfant est fragile. En effet, la sage-femme a l’autorisation du curé d’administrer un baptême provisoire, pour éviter que l’enfant mort-né et non baptisé, « erre dans les limbes ».

11Les sages-femmes sont enfin considérées comme des « protectrices » de l’enfance dans la ville. La fonction sociale dévouée à l’enfance de la sage-femme, la rend responsable de tous les enfants et notamment des enfants trouvés. En effet, c’est elle qu’on vient trouver en priorité dans ces cas-là.

12Pourtant, malgré la grande confiance et le respect dont les sages-femmes sont l’objet, l’archevêque d’Arles, dont dépend la ville de Salon, souhaite exercer une plus grande surveillance sur elles. Pour cela, il organise des cours d’accouchement à Arles, en 1788, et somme les consuls d’y envoyer les sages-femmes de la ville. Ceci montre bien la volonté des autorités de contrôler ces femmes qui ont un pouvoir important. En effet, elles ont entre leurs mains la survie d’un être innocent, auquel il faudra, en cas de risque de mort prématurée, administrer un bref sacrement en guise de baptême. C’est donc un double pouvoir, de vie et de mort, et du salut de l’enfant qui est entre les mains de la sage‑femme. Les cours ont pour but d’homogénéiser les connaissances et de les étendre. Ils sont assurés par le sieur Paris, professeur royal, et le sieur Pautrier, démonstrateur royal. Le premier donne des leçons théoriques (26 cours) sur les maladies et maux des femmes enceintes et des accouchées et sur les moyens d’y remédier. Le cours pratique consiste en 19 séances et concerne uniquement la phase de l’accouchement. Les élèves travaillent sur « un mannequin » ayant la forme d’un bassin de femme auquel sont attachés deux fœtus, semblable à celui qu’employait Madame du Coudray5 pour ses cours. En plus de ces leçons, les femmes doivent suivre les messes dans une chapelle spéciale où on leur apprend également la façon d’administrer le baptême et quand il doit être administré.

13Les nourrices6 continuent la prise en charge des enfants dans des contextes bien particuliers. En effet, on ne trouve pas à Salon, tout au moins ne sont-elles mentionnées dans aucun document, des nourrices « professionnelles » qui font de cette fonction féminine leur métier et sont employées par de riches familles ou des bureaux de placement comme à Paris. À Salon, les nourrices présentes sont donc des femmes de la ville qui servent de nourrices « d’appoint » à des enfants qui sont pris en charge par la communauté. Ces femmes sont présentes dans les sources pour leurs payements et les réclamations, mentionnées dans les registres de délibérations de Salon. Les consuls les désignent, sans qu’on puisse savoir si elles sont volontaires ou pas, pour prendre en charge les enfants abandonnés ou bâtards, souvent issus de filles-mères, les orphelins, ceux dont la mère est malade, ou qui, par une impossibilité physique, ne peut allaiter son enfant. La seule condition pour la nourrice est d’avoir elle-même eu un enfant peu de temps avant pour partager son lait avec d’autres enfants.

14Les activités des femmes liées à l’enfance ne s’arrêtent pas là, la société leur reconnaît aussi une fonction d’éducation7, mais uniquement des petites filles (alors que les sages-femmes et les nourrices s’occupent indistinctement des filles et des garçons), ce qui leur permet néanmoins une nouvelle fois d’agir dans l’espace public. Les Ursulines s’installent à Salon en 1634. Leur vœu d’éducation leur permet, grâce à l’aide de la communauté, d’établir des classes gratuites pour les filles. Elles connaissent néanmoins des problèmes durant le XVIIIe siècle car les consuls, malgré les exhortations de l’archevêque d’Arles, ne trouvent pas de local disponible pour la création de nouvelles classes pour les externes. Les Ursulines recevaient en effet deux types d’écolières, des internes ou pensionnaires, issues de riches familles qui étaient enfermées dans le couvent pendant plusieurs années, et les externes, souvent appelées « filles de la ville » ou « filles pauvres », qui vivaient dans leurs familles et ne venaient que 3 ou 4 heures les jours ouvrés, pour recevoir une éducation sommaire. À Salon, durant le XVIIIe siècle, les Ursulines deviennent de moins en moins nombreuses et, vers la fin du siècle, à une date inconnue, elles n’assurent plus leur enseignement, tandis que le couvent disparaît à la Révolution. Le besoin d’une maîtresse d’école est donc plébiscité par un grand nombre de mères de familles qui souhaitent que leurs filles continuent de recevoir un enseignement. En 1785, le conseil se décide à employer une femme qui vient du Dauphiné. Elle est disposée à se fixer à Salon avec son mari si la communauté accepte de l’y aider matériellement. La présence d’une maîtresse d’école laïque est un élément important à remarquer. Elle prouve en effet que les religieuses ne sont pas les seules à avoir une fonction sociale et éducatrice, des femmes laïques peuvent aussi accéder à de telles responsabilités. On ignore quelle a pu être la formation de cette maîtresse d’école, elle a peut-être appris toutes les connaissances qu’elle enseigne auprès de religieuses Ursulines. On ne s’attardera pas ici sur le cadre de l’enseignement, le contenu, ou encore les méthodes d’apprentissage, ceux-ci n’étant en rien différents de ce qu’on peut trouver partout ailleurs à la même époque.

15Il est primordial de remarquer que les femmes qui exercent des fonctions sociales liées à l’enfance : les sages-femmes, les nourrices et les enseignantes, sont toutes très bien considérées par la population, les hommes et même le conseil de la ville. Ils parlent d’elles avec respect et leur perte plonge toujours la communauté dans un profond embarras. La situation est un peu différente pour les femmes qui exercent des fonctions économiques.

  1. LES FONCTIONS ECONOMIQUES DES FEMMES

16En effet, soit parce qu’elles sont plus nombreuses, soit parce que leurs fonctions sont moins « indispensables » que les premières, qui sont surtout exercées par des femmes, ces dernières sont moins bien considérées, ou tout au moins ne sont pas autant approuvées par les hommes de pouvoir. Pourtant, malgré ces difficultés, les femmes sont les plus présentes dans ce secteur d’activité. Les fonctions économiques peuvent être partagées en trois grands axes : Service, Production et Commerce, Échange et Gestion.

    1. Service

17Le métier de servante est le plus répandu et le plus courant pour la population féminine8. Les femmes qui occupent ces fonctions de service sont le plus souvent jeunes et célibataires, elles sont servantes dans une famille le temps de gagner leur dot. Nourries, logées, elles peuvent économiser patiemment l’argent qui leur permettra de se marier et de quitter cette condition provisoire. Les servantes sont nombreuses dans les registres de la capitation. On peut les répartir en plusieurs catégories, selon les activités et les conditions sociales des employeurs. Les servantes peuvent travailler chez des particuliers, c’est ce qu’on peut appeler le service domestique, chez des commerçants, négociants ou hôtes par exemple, ou dans un domaine particulier : les hôpitaux et infirmeries.

18À la lumière des registres de la capitation, on peut distinguer trois catégories d’emplois dans le service domestique :

19Les servantes, appelées aussi filles de service. Elles doivent exercer une multitude de tâches : cuisine et tout ce qui s’y rapporte, ménage…

20Les femmes de chambre reçoivent un traitement différent et leur fonction est moins misérable. Néanmoins, à Salon, elles sont peu nombreuses et sont le privilège d’une noblesse peu présente dans la ville. On ignore quelles sont réellement leurs fonctions, mais elles sont probablement moins fatigantes et « plus nobles » que celles des servantes.

21Les « demoiselles » enfin, constituent le haut de la hiérarchie. On ne trouve cette mention qu’une seule fois, en 1710, dans la capitation : « Mademoiselle Félicité de Milan de Cornillon, 120 livres ; sa demoiselle, 3 livres, son laquais, 1 livre… » On peut vraisemblablement penser qu’il s’agit en quelque sorte d’une jeune femme de compagnie.

22Cette diversité des fonctions est bien l’apanage du service domestique puisqu’elle ne se retrouve ni dans le service chez des professionnels : hôtes, cabaretiers, boulangers, marchands de toutes sortes…, ni dans le domaine médical : hôpitaux ou, pendant la peste de 1720, servantes des infirmeries et des parfumeurs. Dans ces deux derniers domaines d’activité, on ne trouve que des filles de service.

23Les servantes constituent un « groupe social » fragile. Jeunes et livrées à elles-mêmes, elles sont les plus susceptibles de tomber dans les pièges des séducteurs dont elles sont la cible privilégiée. Elles constituent en effet le groupe socioprofessionnel le plus représenté dans les déclarations de grossesse. La servante perd alors facilement son emploi pour une grossesse ou même une simple maladie. La servante devient pourtant comme un membre de la famille qu’elle sert, puisqu’elle est au courant de tout ce qui se passe dans la maisonnée, comme le montre un document rapportant qu’une servante racontant à une visiteuse des événements qu’elle n’est pas censée répéter, se fait immédiatement réprimander par sa maîtresse : « et alors la Demoiselle Crouzet fit signe de la main et dit à sa servante, taisez-vous insolente, il faut que vous vous mettiez toujours au milieu9 ». Ce document est certainement un des plus intéressants et importants, car il est rare. En effet, le greffier, même si cet épisode n’est qu’un infime détail, sans grande importance pour le trafic de sel qui est l’objet principal du document, a rapporté très exactement les paroles de la maîtresse à sa servante, au style direct. Ce petit épisode devient alors vivant sous nos yeux, ce qui n’est pas souvent le cas des documents officiels.

24Enfin, le tout dernier élément qu’on peut relever sur cette profession est mentionné dans le registre des entrées et sorties de l’hôpital dans lequel on trouve :

25« Le Moine François et sa femme domestiques de Monsieur de Capissuchy. »

26Le mari est probablement valet et sa femme servante. On pourrait penser que ce couple va conserver ce métier toute sa vie puisque quand les servantes le quittent, c’est pour ouvrir un commerce ou prendre une affaire constituée par le mari, mais comme le mari est lui-même domestique, ils n’ont pas de possibilité de s’installer, une installation demandant du temps et de solides économies. Les couples mariés sont-ils acceptés comme domestiques ensemble ? On ignore où ils se sont connus, dans la maison du maître dans laquelle ils étaient tous les deux domestiques, ou s’ils sont entrés au service de monsieur de Capissuchy alors qu’ils étaient déjà mariés.

    1. Production et commerce

27Les fonctions économiques des femmes de cette époque ne se limitent pas aux emplois de servantes mais s’étendent aussi aux métiers de la production et du commerce. La ville de Salon est un centre de fabrication du textile au XVIIIe siècle. En effet, elle compte quatre manufactures au cours du XVIIIe siècle, une manufacture de soie, une fabrique de bas, une fabrique d’étoffes de coton et une d’étoffes de soie et de laine.

28Une nouvelle occasion d’avoir une activité économique se fait alors jour pour les femmes qui entrent dans toutes les étapes de la fabrication du textile10. Les ouvrières sont nombreuses à travailler dans les manufactures aux premières étapes de l’élaboration de la toile : dévideuses de cocons à soie, fileuses, cardeuses… Mais les manufactures ne constituent pas le seul lieu de production. En effet, on rencontre des ouvriers indépendants, des couples, qui constituent une petite unité de production dans laquelle la femme a bien entendu un rôle primordial.

29La tradition orale, rapportée par Louis Gimon11, tendrait à montrer les fileuses salonaises comme des exemples dans leur « art ». Les métiers du textile comptent aussi les couturières et les tailleuses. On les trouve dans les registres de capitation. Il y a, à Salon, durant le XVIIIe siècle, 6 tailleuses, ce qui est un nombre relativement important. Les tailleuses ont une fonction plus importante que les couturières, elles ont une tâche de conception et non pas seulement d’assemblage de pièces. On peut penser que les tailleuses possèdent une échoppe où les clients viennent les voir, passent leurs commandes de vêtements, choisissent les modèles et les tissus (mais ils peuvent aussi les avoir préalablement achetés), et font les essayages. Les tailleuses sont des ouvrières qui travaillent pour l’élite de la population salonaise. En effet, la plupart des familles cousent elles-mêmes leurs vêtements et ne font pas appel à une tailleuse. Celle-ci bénéficie d’une position sociale élevée dans la profession, en effet, les tailleurs sont le plus souvent des hommes et appartiennent même à des confréries. À Salon, aucune confrérie ne semble regrouper les tailleurs et les tailleuses12. Les tailleurs travaillent pour les hommes et pour les femmes, cependant, ici, aucun élément de précision n’est donné, contrairement à certains tailleurs qui sont spécialisés « pour dames » par exemple. La tailleuse peut être une veuve, mais rien ne nous permet d’affirmer que son mari était tailleur puisque la profession est mise au féminin. Le métier de couturière est plus répandu, on en trouve 11 dans les capitations pour tout le XVIIIe siècle. Mais il faut également penser que d’autres femmes exerçaient probablement ce métier sans être réellement « déclarées ».

30Enfin, le textile fournit un autre type de fonction : les lavandières, lingères et blanchisseuses qui s’occupent toutes, à différents niveaux, et selon des procédés particuliers, de l’entretien du linge. Travaillant à leur compte ou chez des particuliers, ce sont uniquement des femmes qui exercent ces métiers. Une lavandière lave le linge, le sien mais aussi celui d’autres personnes, qui la paient pour ce service. Les lavandières sont les plus nombreuses dans la capitation de 1710, on a pu en dénombrer 7, dont 3 « lavandières mandianes ». Elles paient une capitation de 1 livre, la même somme que les lavandières « ordinaires ». Quelle est donc la différence entre elles ? Les lavandières mendiantes parcourent probablement les rues et font le tour des maisons qui veulent bien leur confier du linge à laver, tandis que les lavandières « ordinaires » possèdent peut-être une boutique. La blanchisseuse exerce directement dans son échoppe. Sa tâche est plus précise et plus compliquée. On lui confie plutôt le linge de maison, ce qui est regroupé sous le nom de « gros linge », draps, serviettes, nappes, et chemises, tandis que la lavandière se charge plus souvent des vêtements. Le blanchissage est un travail plus long et plus compliqué que le simple savonnage fait par les lavandières. La blanchisseuse est une ouvrière professionnelle, son métier est reconnu par la ville et sa boutique est visible dans l’espace public. Sa réputation est très importante, elle doit rendre le linge très blanc, puisqu’à cette époque, les gens se lavent peu et le linge propre fait office de « purification », de plus, une croyance fortement ancrée à l’époque est que de la blancheur du linge dépend la pureté de l’âme et du corps. La lingère est une personne chargée de l’entretien du linge d’une maison, d’une institution, d’un hôpital.

31Les femmes qui ont une fonction dans les métiers du textile sont en général indépendantes : elles exercent sans aide ni contrôle de leur époux. On ignore même quelquefois si elles sont mariées ou pas.

32La situation est bien différente pour le monde de l’échoppe et de la boutique. Effectivement, les femmes sont toujours mentionnées par rapport à un homme, sauf dans quelques exceptions qu’on verra plus loin. Ainsi, elles peuvent être des épouses, des veuves, des mères ou encore des filles d’artisans ou de commerçants. Dans les métiers du commerce les femmes aident leur mari dans ses fonctions de production ou de vente. Les époux constituent une unité de production, une communauté de travail, dans laquelle la contribution de chaque conjoint à la création et à la survie de la famille est vitale. Les femmes d’artisans ou de commerçants doivent être quelque peu instruites, elles doivent posséder un minimum de connaissances : lecture, écriture, mais aussi quelquefois calcul, elles peuvent en effet être amenées à gérer ou aider leur mari à gérer la boutique et faire les comptes. Les épouses ont donc un rôle important, mais celui-ci peut être encore décuplé dans le cas d’un veuvage. En effet, celui-ci apporte aux femmes une visibilité nouvelle, et en premier lieu dans les sources, puisqu’elles sont alors mentionnées clairement dans les registres de la capitation.

33Seules quelques femmes sont mentionnées pour elles-mêmes, dans ces registres. On peut ainsi relever pour tout le XVIIIe siècle, une aubergiste, une boulangère, trois buralistes, une cabaretière, une charcutière, une coutelière, cinq marchandes, une marchande chaussetier, trois poissonnières, une quincaillière et une sellière. Ces femmes possèdent une véritable présence sur la scène publique, et surtout indépendamment de tout lien familial, ce qui est important. Elles ne sont pas sous l’autorité d’un homme dans leur fonction, ce sont de véritables femmes gestionnaires.

34Deux femmes sont même encore plus importantes, car elles tiennent un « poste vital » dans la ville : la demoiselle Bouchet et sa sœur, la demoiselle Saint Marc sont regrattières de sel et revendeuses de tabac. Elles distribuent le sel à toute la ville. Elles exercent un réel pouvoir économique, ce qui est assez étonnant à l’époque moderne13.

35 Néanmoins, toutes les femmes qui exercent des fonctions économiques ne sont pas aussi favorisées et elles n’ont pas toutes des échoppes ou boutiques. En effet, une autre catégorie de femmes peut être relevée, celles qui exercent des petits métiers. Ce sont des épouses, filles, mères ou veuves de travailleurs, le plus souvent, elles n’ont pas de situation fixe, ni la sécurité que peut procurer un commerce, mais ne peuvent pas non plus vivre, elles et leurs enfants, avec l’unique salaire du chef de famille. Ces occupations peu rémunérées et de courte durée peuvent être distinguées en deux catégories.

36Les femmes peuvent tout d’abord exercer un métier dans la rue. En effet, dans les villes d’Ancien Régime, la rue est le lieu où on vit et où on travaille14. La population féminine tente de profiter elle aussi de cette opportunité économique en s’occupant à de menus commerces et à des services divers. Une colporteuse a pu être repérée dans la ville, entre 1769 et 1773. C’est durant cette période qu’elle emprunte de l’argent au Mont de Piété15 en échange de quelques effets en gage. La mention d’une seule colporteuse de cette époque nous est parvenue aujourd’hui, mais on ignore si d’autres femmes exerçaient également ce métier à Salon. Il pouvait effectivement y en avoir d’autres, mais qui, peut-être moins pauvres, ne fréquentaient pas le Mont-de-piété. D’autres femmes peuvent aussi gagner un peu d’argent en exécutant des travaux de transport. Les porteuses salonaises semblent n’avoir exercé cette fonction que durant la peste de 1720. On les trouve dans des comptes établis pendant la peste par les infirmeries16. Leur présence dans les sources est motivée par le payement qui sera effectué après l’épidémie, quand la situation sera redevenue calme, mais des femmes ont tout aussi bien pu exercer ce petit métier à d’autres moments, au XVIIIe siècle, malgré l’absence de sources.

37Le petit métier le plus répandu est néanmoins celui de revendeuse. On les perçoit, pour cette fonction encore, dans les capitations. De nombreuses femmes exercent ce métier qui ne demande pas une très grande qualification professionnelle. Elles vendent tout et n’importe quoi, elles vivent au jour le jour et sont quelquefois accompagnées de leurs enfants qui peuvent, par exemple, les aider à porter leurs marchandises.

38Enfin, dernière possibilité pour elles de survivre, la prostitution est une autre des fonctions de la rue, occupée par les femmes. Néanmoins, à Salon, seuls les statuts de la ville de 1293 les mentionnent, en même temps que les juifs et les lépreux. Aucune autre source ne témoigne de leur présence à Salon, mais cela ne signifie pas pour autant qu’une telle fonction n’y existait pas.

39Les petits métiers comprennent aussi les manœuvres. On aurait plutôt tendance à associer le travail manœuvrier à des hommes, mais, dans ce domaine encore, les femmes peuvent apparaître et réserver bien des surprises. Les manœuvrières sont des ouvrières qui travaillent de leurs mains. On trouve le terme de « manœuvres » dans un document du temps de la peste de 1720, les « Fortunes des travaux à l’Hôpital Saint Roch vers 1720-23 »17. Six femmes ont été employées pour trois ou quatre jours. On ignore précisément à quelle tâche. On peut penser qu’il s’agit de travaux de construction, consolidation du bâtiment ou transports de matériaux.

40Des jardinières ont aussi été repérées : une dans le « Registre des entrées et sorties de l’hôpital »18, et trois dans les registres du Mont de Piété19. On ignore néanmoins si elles sont employées par des particuliers ou par les consuls.

41Une autre catégorie de manœuvrières est présente à Salon au XVIIIe siècle, il s’agit des vendangeuses, dont la mention est trouvée dans une lettre des consuls du 26 septembre 1788 : « on y a vu trois femmes qui cueillaient les raisins, et lui avec trois bettes qu’il allait charger »20. Elles ne sont pas les seules à travailler dans les champs. Les fileuses, lors de la moisson, quittent les travaux d’aiguille pour ceux des campagnes alentour.

42À ce stade de l’étude, après avoir vu les fonctions économiques de service et de production et commerce, on peut déjà mieux voir que les femmes sont très présentes et actives dans la société grâce à ces fonctions, elles peuvent acquérir une grande visibilité et une certaine autonomie. Si toutes les femmes sont avant tout des consommatrices, activité peu représentée dans les sources, certaines d’entre elles parviennent à avoir des fonctions encore plus importantes et lucratives, des fonctions d’échange et de gestion.

    1. Échange et gestion

43Le courtier est, selon le dictionnaire de Furetière, du XVIIe siècle, celui « qui s’entremet pour faire faire des ventes, des prests en argent ». Furetière précise aussi que ce mot peut être mis au féminin. Le courtage est un métier dans le royaume, ou tout au moins une activité contrôlée pour les hommes, mais entièrement libre pour les femmes21. À Salon, on repère des courtières dans les registres du Mont-de-piété : elles sont quatre à le fréquenter durant le XVIIIe siècle. Les courtières appartiennent à une catégorie sociale répandue en Provence, elles sont des intermédiaires et sont probablement très visibles, dans l’espace public, par leurs contemporains. Il est possible qu’elles représentent, au Mont-de-piété, des gens qui ne veulent pas montrer leur pauvreté par attachement à un certain sens de l’honneur, ou si pauvres qu’ils ne possèdent pas de gages suffisants, la courtière ferait alors l’avance et, pour compenser le risque qu’elle prend, prélèverait un pourcentage sur la somme. Elle joue le rôle d’intermédiaire et en tire quelques profits, puisque l’institution autorise à prêter à un tiers. Une autre hypothèse doit être mentionnée : ces femmes, qui empruntent si souvent, pourraient le faire pour leur propre compte et placer les sommes obtenues en les prêtant à d’autres contre intérêts. Néanmoins, ceci ne peut rester qu’une supposition, en raison de l’absence de sources. Les courtières peuvent aussi devenir, lors de certaines périodes « creuses » dans leur activité, des revendeuses de rue dans le commerce de l’occasion. Les courtières sont très mal considérées, elles apparaissent toujours plus ou moins suspectes. Néanmoins, elles n’exercent pas toujours cette fonction « à temps plein », en effet, les intermittentes du courtage sont sans doute plus nombreuses que les professionnelles. Ainsi, si les courtières ne sont pas visibles comme telles dans les sources autres que les registres du Mont-de-piété, c’est aussi parce qu’elles sont intégrées, immergées dans la ville, au point de se confondre avec les autres femmes au travail. Les commerçantes, les servantes… peuvent exercer cette fonction pour avoir quelque gain supplémentaire. En effet, de telles activités ne laissent pas toujours de trace et toutes les femmes sont susceptibles de les avoir pratiquées, sans qu’on puisse véritablement en trouver la confirmation dans les archives.

44Les dernières femmes qui exercent des fonctions économiques sont plus présentes dans les sources pour des raisons précises, en général financières, ce sont des femmes qui gèrent leurs biens personnels elles-mêmes. Ces femmes ne sont pas mentionnées dans le cadre des métiers, elles peuvent en exercer un, mais on peut plus vraisemblablement penser que la plupart sont des bourgeoises qui ne vivent que de leurs biens. Elles peuvent être veuves ou célibataires et sont présentes dans l’espace public par leurs actions économiques, ce sont en quelque sorte des femmes d’affaires. Trois types d’actions peuvent être montrés : la vente ou location de biens immobiliers, la gestion proprement dite, l’entretien et l’exploitation.

45Pour les ventes ou locations de biens immobiliers, quelques mentions sont relevées durant tout le XVIIIe siècle, mais c’est véritablement durant la peste de 1720 que les femmes sont encore plus visibles sur la scène publique et économique. En effet, la peste de 1720, comme toute grande catastrophe, est une période opportune pour les femmes qui ont alors des fonctions plus étendues. La disparition prématurée et importante d’une partie de la population entraîne les survivants à s’organiser et continuer à vivre. Les femmes apparaissent très souvent (bien plus que pour tout le reste du XVIIIe siècle) dans les registres de sommes à verser à tous ceux qui ont rendu des services à la communauté pendant l’épidémie. Les femmes louent des maisons, leur jardin, ou une partie de leur maison, afin de loger les gardes et les convalescents. Les délibérations de conseil nous donnent encore des exemples de transactions opérées par des femmes.

46Néanmoins, celles-ci ne sont pas uniquement présentes à ce moment. En effet, avant la vente ou la location, les femmes sont d’abord responsables de leurs propriétés, elles doivent les gérer, les entretenir. Les propriétaires, parmi lesquels nombreuses sont les femmes mentionnées comme veuves ou pas, doivent aussi payer les frais d’arrosage et d’entretien des canaux s’ils s’en servent22.

47Les problèmes concernant l’eau ne sont pas les seuls, le propriétaire doit aussi s’occuper de la maison et gérer son état. Ces femmes ont aussi la fonction d’exploiter leurs propriétés. Lors de la peste de 1720, elles ont fourni du blé et du bois23. En effet, et ceci est valable pour tout le XVIIIe siècle, elles permettent, contre rétribution, à des hommes de venir couper et prendre le bois de leur terrain, ce qui crée néanmoins quelquefois des conflits24. D’autres femmes sont certainement aussi amenées à gérer des biens, mais elles n’ont laissé aucun document.

48 La dernière fonction des femmes à Salon-de-Provence est une fonction charitable : en s’impliquant physiquement ou en donnant une partie de leurs revenus, les femmes participent à la vie religieuse et charitable de la ville. Néanmoins, comme je l’ai déjà précisé, je ne parlerai pas de cette fonction ici.

49Au terme de cette analyse, on peut voir qu’il faut fortement nuancer la représentation traditionnelle de la femme du XVIIIe siècle. On a donc pu voir et montrer que des femmes sont très actives, elles s’expriment par leurs actes, et ont une certaine indépendance à Salon, mais on peut penser qu’il en était de même dans de nombreuses villes sous l’Ancien Régime.

50Mon étude est une analyse assez large des fonctions des femmes dans l’espace public à Salon au XVIIIe siècle. En effet, j’ai construit mon travail autour de trois grands axes qui résument les possibilités d’action des femmes dans une petite ville. Une étude sur la ville de Paris, ou même plus près de nous, de Marseille aurait certainement montré des éléments encore plus novateurs et des femmes beaucoup plus présentes, car la population de ces grandes villes est plus importante. Ainsi, Éliane Richard25 a montré que les Marseillaises ont des fonctions de gestion très importantes, surtout quand elles sont veuves (condition de visibilité similaire à la situation à Salon), peuvent devenir de véritables chefs d’entreprise et diriger de nombreux ouvriers. Il faut aussi prendre en compte les originalités de la ville de Salon mais aussi de la femme provençale qui jouit d’une certaine liberté d’action et de représentation, puisque sa visibilité dans la société n’est jamais remise en cause.

51On peut éprouver un regret : qu’il n’y ait pas à Salon de femme artiste peintre, écrivain, ou exerçant une autre de ces fonctions originales mais marginales, comme Françoise Duparc à Marseille par exemple.

52Toutes les directions empruntées dans mon étude, et les archives consultées esquissent des réponses aux questions que se posait Virginia Wolf, en 1929, sur la vie des femmes d’autrefois : « (…) Faisaient-elles la cuisine ? Pouvaient-elles avoir une domestique ? Toutes ces précisions se trouvent quelque part, dans les registres communaux et les livres de compte sans doute. La vie de la femme moyenne sous le règne d’Elisabeth doit être dispersée en de multiples endroits. Ne pourrait-on pas rassembler ces éléments épars et en faire un livre ? »26. Les souhaits qu’avait cet auteur au début du XXe siècle sont un peu mieux comblés aujourd’hui, mais pas entièrement, il reste en effet encore beaucoup à écrire sur les femmes de l’époque moderne, pour la France tout au moins. Seul le temps permettra de combler le vide historiographique sur les femmes, mais jusqu’où pourra aller la recherche historique sur les femmes ? Malheureusement moins loin que pour les hommes, en raison du manque de traces écrites conservées sur les femmes à l’époque.

Haut de page

Notes

1La présente contribution est tirée de Les fonctions sociales des femmes dans l’espace public à Salon de Provence au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise de l’Université de Provence, sous la direction de Martine Lapied, 2003.
2Mireille LAGET, Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique, Le Seuil, 1982.
3A.C Salon, AA 36.
4Expression qui désigne l’enfant.
5Jean-Pierre POIRIER, Histoire des femmes de science en France. Du Moyen Âge à la Révolution, Pygmalion Gérard Watelet, Paris, 2002. « Huitième partie : sages-femmes et auxiliaires de la médecine ».
6Jacques GELIS, Mireille LAGET, M.-F. MOREL, Entrer dans la vie, Naissances et enfances dans la France traditionnelle, Gallimard, Archives, 1978.
7PARIAS Louis-Henri (dir), Histoire Générale de l’Enseignement et de l’Éducation en France, Tome II de Gutenberg aux Lumières par François LEBRUN, Marc VENARD et Jean QUENIART, 1981, Nouvelle Librairie de France.
8Sur ce sujet, il est utile de se référer à l’ouvrage de Louise A TILLY et Joan W. SCOTT, Les femmes, le travail et la famille, Rivages Histoire, 1987.
9A.C Salon, FF 28, 1741, document concernant un trafic de sel, dans lequel la servante n’est pas concernée.
10Voir Olwen UFTON, « Le travail et la famille », dans Histoire des femmes en Occident, sous la direction de Georges DUBY et Michelle PERROT, Paris, Plon T 3 (XVIe-XVIIIe siècles), sous la direction de Natalie ZEMON DAVIS et Arlette FARGE, 1991.
11Louis GIMON, Chroniques de la ville de Salon depuis son origine jusqu’à 1792, adaptées à l’histoire, Aix, Veuve Remondet-Aubin, 1882.
12A.C Salon, HH 56, État des professions constituées en corps de communauté, 1776.
13A.C Salon, HH 52 et FF 28.
14Dominique GODINEAU, Citoyennes Tricoteuses, les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, Éditions Alinéa, Paris, 1988.
15Laurence MORA, Une gestion charitable : le Mont-de-piété à Salon de Provence au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de F.X. EMMANUELLI, Université de Provence, 1982.
16A.C Salon, CC 484, « Comptes du temps de la Peste ».
17A.C Salon, GG 112.
18Registre consulté à l’hôpital de Salon.
19Laurence MORA, Une gestion charitable : le Mont-de-piété à Salon-de-Provence au XVIIIe siècle, op cit.
20A.C Salon AA 30-2.
21Voir l’article de Madeleine Ferrières, « Les courtières dans la ville », in Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles) sous la co-direction de Geneviève DERMENJIAN, Jacques GUILHAUMOU, Martine LAPIED, Publisud, 2000.
22A.C Salon, DD 55, 56 et 58.
23A.C Salon, GG 112.
24A.C Salon, BB 19, folio 269 verso.
25Éliane RICHARD, « Femmes chefs d’entreprise à Marseille », in Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles), op. cit.
26Virginia WOLF, Une chambre à soi, 1929, cité par Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, in Être veuve sous l’Ancien Régime, Belin, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Reboul, « Les fonctions sociales des femmes dans l’espace public à Salon de Provence au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 30 juillet 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/2593 ; DOI : 10.4000/rives.2593

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org