Navigation – Plan du site

Torture inquisitoriale et nudité : la pudeur en question

Michèle Janin-Thivos
p. 65-76

Résumés

Le XVIIIe siècle a popularisé une image violente et sanguinaire du tribunal de l’Inquisition. Mais la torture est un moyen de pression intégré à un processus juridique précis. Pratiquée par la justice séculière comme ecclésiastique, elle est destinée à la production de la preuve suprême : l’aveu. Elle vise à l’obtenir par des moyens autant psychologiques que physiques : les inquisiteurs encadrent cette pratique et confient à la justice séculière le soin de faire couler le sang. Les accusés sont « dépouillés de leurs vêtements », exposés aux regards dans la salle de torture mais leur pudeur est préservée par l’usage de plus en plus fréquent d’un caleçon. La pudeur féminine surtout, impose de nombreuses restrictions à son application ; la simple menace de la dénudation permet d’obtenir l’aveu sans autre forme de violence.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe méridionale

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de la torture et celle de l’inquisition ont fourni à la littérature une abondance de clichés, particulièrement en France où, selon l’historien anglais Cecil Roth, l’anticléricalisme aurait alimenté un « goût pour des récits historiques extrêmement épicés, généreusement parsemés d’anecdotes érotiques dans lesquels les Français surpassent les autres ». Depuis Aline et Valcour ou le roman philosophique, le marquis de Sade a en effet offert un catalogue de pratiques déclinées par une littérature souvent médiocre, genre renouvelé aujourd’hui par de nouvelles formes d’expression (sites sur les « Casa de la inquisicion », « Musée de la torture » et autres). La complaisante exposition du corps dénudé des victimes, surtout ceux de jeunes femmes innocentes, a été instrumentalisée pour donner du poids aux critiques contre l’institution inquisitoriale, tout en alimentant un certain voyeurisme.

2Or, force est de constater que l’usage de la torture par la justice civile ou inquisitoriale se démarque totalement de ces représentations. Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’en refaire l’histoire, il faut rappeler que, selon Edward Peters1 la torture est « le produit de la raison » lorsqu’elle renaît entre 1050 et 1250, un progrès sur le plan judiciaire par rapport au recours au surnaturel des jugements antérieurs. Toutefois, la pratique de la torture par un tribunal ecclésiastique, fait apparaître bien des contradictions entre l’action sur le corps des accusés et les valeurs de la morale chrétienne2, d’où l’intense justification conduite par la papauté3, les théologiens et les juristes4. Ainsi son usage a été légitimé pour les tribunaux inquisitoriaux ibériques de l’époque moderne en raison de la gravité du crime d’hérésie, « crime gravissime  commis contre Dieu, péril mortel pour la chrétienté, ennemi souvent invisible et qui justifie une procédure d’exception et une extrême rigueur »5. Le débat critique qui anima l’Europe au cours du XVIIIe siècle pour sa suppression  n’aboutit qu’au début du XIXe siècle en Espagne comme au Portugal.

3Dans ces deux états, durant plus de deux siècles, son usage fut étroitement défini comme l’un des moyens d’instruction (infliger des souffrances au corps) destinés à obtenir une preuve en apportant l’aveu de l’accusé (confession) qui permettra de juger rationnellement la faute de l’accusé. Il ne s’agit pas d’un supplice, mais d’une pratique judiciaire légale dans laquelle l’exposition du corps dénudé d’une victime est une circonstance aggravante destinée à produire une souffrance morale (l’humiliation) ajoutée à la souffrance physique. Son déroulement très codifié en « séance » suscite une documentation inquisitoriale précise sous forme de  procès verbal  qui porte peu d’attention au corps en dehors du cadre strictement réglementaire (perte de l’usage d’un bras, intervention du médecin, perte de connaissance, cris). Pratiquée dans le secret d’une « salle des tourments » plutôt qu’en public, elle donne peu de témoignages directs d’autant que ceux l’ayant subie, même libérés, sont tenus au secret.

4Il s’agira donc ici, de mettre en évidence l’usage de la nudité du corps des accusés fait par la justice inquisitoriale dans le cadre de la torture, en situant sa spécificité par rapport aux pratiques judiciaires. Toutefois, il est nécessaire dans un premier temps d’en définir les contours en rappelant les justifications qui légitiment le châtiment.

Justice, corps et châtiment

5L’exercice de la justice, surtout ecclésiastique, devrait être mesuré quant à l’usage de la violence et de la nudité. L’Antiquité réservait ainsi ce traitement jugé dégradant aux esclaves. La péninsule ibérique avait maintenu et renforcé cette pratique sur l’ensemble de la population durant la période wisigothique, puis l’avait intégrée dans le droit royal au XIIIe siècle6. La  législation inquisitoriale s’appuya sur la vision chrétienne de la faute associant la chair au péché -précisée à travers le catalogue des péchés mortels- qui élargissait le châtiment physique à tous car  « Châtier pour Dieu ce n’est pas de la cruauté, c’est de la pitié » déclare le Dictionnaire des Inquisiteurs de Valence (1494). Le corps du pécheur est le « lieu » du péché ; il doit être puni de sa faute par l’exercice de la justice des hommes comme il le sera par la justice divine. La circulation entre l’évolution des représentations des châtiments des péchés mortels dans les visions de l’Enfer et le répertoire des peines adopté par la justice, y compris inquisitoriale, a été soulignée par les travaux des médiévistes7. La nudité  honteuse est le signe du péché, elle rappelle le mal. À travers la dénudation, la justice inquisitoriale  stigmatise les péchés qui sont en même temps des crimes terrestres et impose un rituel de purification.

6La dramaturgie de la justice inquisitoriale emprunte directement à ces représentations et elle en tire sa légitimation : la séance de l’auto da fé a été analysée comme un rituel du Jugement Dernier où ceux qui sont condamnés pour l’éternité auront leur corps brûlé comme en enfer.  « L’enfer bénéficie de l’effroi réel de la mise en scène des corps, il fournit aussi le modèle de la pénalité idéale. Il justifie les tentatives des juridictions terrestres pour parvenir à  la même rigueur dans la cruauté »8. Si la référence à la nudité des condamnés est fréquente en réalité, lors du supplice, le corps de l’accusé était brièvement dénudé lorsqu’il était dépouillé du sambenito qu’il portait pendant la procession et la cérémonie, mais la pratique du port d’un caleçon court ou long est le plus souvent attestée. Le corps du supplicié était partiellement dissimulé afin d’éviter l’impudeur.

7Mais à côté de la mise en scène destinée à produire l’effroi et édifier, l’inquisition oppose la nécessité de l’aveu, de la confession et du pardon : la menace de l’enfer doit donner naissance à un sentiment de salut qui pousse l’accusé à l’humilité et à la pénitence. La nudité prend donc différentes significations dans la procédure inquisitoriale comme dans la justice séculière : elle est là pour rendre visible aux yeux de tous l’état de pénitence et l’humilité du pécheur. La mise en scène publique du changement d’état (le passage de vêtu à dévêtu ou inversement) est le symbole de la dégradation sociale, la perte d’une dignité humaine et sociale, qui peut être temporaire ou transitoire, accompagnant certains rituels de réconciliation par exemple. Le Dictionnaire des inquisiteurs nous donne ainsi une définition de la pénitence publique au cours de laquelle le condamné demande pardon à Dieu et se réconcilie avec l’Eglise, cérémonie qui marque son retour au sein de la communauté : « on dit de quelqu’un qu’il fait publiquement pénitence lorsqu’il se présente dans un lieu public et face à tout le monde ou bien tout nu et avec des verges à la main, ou bien vêtu de quelque repoussante guenille en signe de pénitence, ou bien torse nu, en braies et les verges aux main ... De même, lors de la séance de réconciliation après que l’accusé a reconnu ses fautes, il est flagellé par le religieux alors qu’on chante le ‘Miserere ‘ ». Ce rite symbolise le changement qui s’accomplit de l’état de culpabilité dans lequel l’accusé se dénude, pour renaître à celui d’innocence ; dans la péninsule ibérique à l’époque moderne, le rituel est limité à la séance d’absolution et de réconciliation où l’accusé reste partiellement habillé.

8Toutefois, l’humiliation publique est aussi recherchée à travers la fustigation qui accompagne certaines condamnations. Comme dans l’exemple précédent, le cas d’Isaac Martin qui témoigne en 1723, signale que la nudité partielle est symbolique : « Le lendemain environ sur les dix heures du matin, on me fit descendre au bas de l’appartement et le bourreau vint, portant quelques cordes et un fouet. Il me commanda de laisser mon justaucorps, ma veste, ma perruque et ma cravate et comme j’allais aussi ôter ma chemise, il me dit de n’y point toucher qu’il l’accommoderait lui-même. Il la fit donc descendre par le cou au bas de mon corps et me l’attacha autour de ma ceinture. Il prit ensuite une corde dont il me lia les mains, m’en mit une autre autour du cou et me mena hors de l’inquisition où nous étions attendus par une vaste foule de peuple qui s’était assemblée pour voir un hérétique anglais. » Il s’agit bien d’enlever tous les signes de distinction sociale pour signifier la perte de dignité. Cette sanction toutefois, si elle était décrétée par l’Inquisition, était exécutée par la justice séculière qui emploie, comme nous le dit Isaac Martin « un fouet de courroies larges de trois doigts et presque l’épaisseur d’une semelle, ce qui vous fait enfler le dos et meurtrit tout, sans tirer une goutte de sang. Car la sainte inquisition est si douce que dans le temps même où qu’elle livre un homme à être brûlé, elle enjoint toujours qu’il n’y ait pas de sang répandu », -contrairement à la justice civile dans laquelle l’épanchement du sang est perçu comme une purification9. L’attachement à la valeur symbolique du sang, à l’indispensable préservation de la vie, comme la volonté d’éviter le détournement du supplice de l’hérétique en martyre, contribuent à expliquer cette modération. La justice inquisitoriale avait donc peu recours aux peines afflictives ; seuls les auteurs de sacrilèges avaient  les mains coupées avant leur exécution.

9La législation inquisitoriale prévoyait d’autres cas où la nudité s’ajoutait comme peine infamante ; ainsi pour «l’adultère spirituel » ou la « fornication spirituelle » dans lesquels le péché de luxure est nié par l’accusé. En ce cas nous dit le Dictionnaire des inquisiteurs, il « faut respecter l’habitude de raser la tête et de déchirer les vêtements de la femme adultère en signe d’ignominie ». Mais la pratique montre la rareté de ces condamnations battues en brèche par le discours sur « l’honnêteté chrétienne », la miséricorde, la défense de la pudeur et le respect du corps, tour à tour invoqués pour condamner ces usages. En revanche, l’usage de la violence pour obtenir l’aveu ne marque pas la même évolution.

Torture, nudité et inquisition

10Le recours à la torture révèle les aspects contradictoires du discours inquisitorial sur le corps des accusés. « Pour les inquisiteurs le corps du condamné représente ce qu’il y a de bas en l’homme, le réceptacle de ses faiblesses : d’un côté c’est l’instrument du diable pour détourner l’âme du bon chemin, de l’autre grâce à cette même faiblesse, il est le prétexte idéal à enquête et à production de preuve»10. Cette production de preuve justifie des pratiques de pression physique et psychologique11 qui en sont venues à caractériser l’action même de l’inquisition. En effet, si les méthodes de torture utilisées par l’inquisition (chevalet « potro » ou poulie  « polé ») ne sont pas différentes de celles qu’utilise la justice séculière, le contexte est spécifique puisqu’il ne s’agit pas de marquer le corps de l’accusé pour signifier la puissance de l’autorité inquisitoriale, mais d’obtenir  l’aveu. La nudité est alors une arme supplémentaire pour aboutir : « les tortionnaires dépouilleront12 le criminel avec une espèce de trouble, de précipitation et de tristesse qui puissent l’effrayer, et lorsqu’il sera tout à fait dépouillé, on le tirera à part et on l’exhortera encore à avouer ». La chronologie des séquences « aveu-dénudation » a une forte signification comme le précise la législation inquisitoriale : soit on avertit l’accusé et avant d’être dénudé il dit la vérité dès les admonestations ordinaires, soit il est dénudé et dit la vérité une fois dénudé, soit il avoue après avoir été dénudé, admonesté, puis placé sur le chevalet. De ce déroulement  découle une analyse de la valeur de l’aveu, de la sincérité du repentir de l’accusé qui varie en fonction de la peur qu’il a manifestée ; il sera alors sanctionné par une sentence et des peines différentes selon la prise en compte de ces éléments.

11Quant à la nudité que le terme « dépouillé de ses vêtements » implique, il rend mal compte de la diversité des situations : l’accusé enlève lui-même ses vêtements ou est déshabillé par le bourreau. Si la mention « dépouillé », « dénudé » figure toujours, la nudité totale disparaît assez rapidement et en 1594 une accusée est dite : « dépouillée de ses vêtements mais reste avec ses chausses (ou caleçon à jambes longues) et une chemise longue dessus ». Le cas des hommes et celui des femmes semblent avoir été traités différemment. Ainsi, William Lithgow, dont le témoignage a été publié en 1632 nous fait découvrir les pratiques du tribunal de Grenade vers 1582, document qui est même accompagné d’une illustration (figure 1) :

William Lithgow mis à la question sur le potro (gravure tirée de ses Voyages, édition de 1640). Collection : M. Janin-Thivos.

William Lithgow mis à la question sur le potro (gravure tirée de ses Voyages, édition de 1640). Collection : M. Janin-Thivos.

12 « Je fus porté dans les bras du sergent à l’extrémité d’une galerie de pierre où était placé le potro ou chevalet. L’encarnador ou bourreau commença à m’enlever mes fers. Après quoi l’alcade et le greffier s’étant assis, l’un pour interroger  l’autre pour consigner par écrit mes confessions et tortures, je fus dévêtu entièrement par l’exécuteur et mis par lui sur le chevalet. Aussitôt je fus pendu par les épaules avec deux petites cordes qui passaient sous mes deux bras courant sur deux anneaux de fer fixés au mur au-dessus de ma tête ». (…)

13« mon corps tremblant fut allongé sur le chevalet, ma tête pendante et prise dans le cercle, mon ventre en haut et mes talons vers le haut du chevalet, bras et jambes écartés et attachés avec des chevilles et des cordes aux deux bords des planches, car j’allais subir mes principaux tourments. Maintenant qu’est-ce qu’un potro ou chevalet (car il était en pente contre le mur) ? C’est en fait trois planches de bois dont la partie du haut est large d’un pas, la partie basse étant étroite et les trois planches jointes épousent la forme des épaules d’un homme. Dans la partie basse il y avait un trou où ma tête fut placée. En longueur c’est plus long qu’un homme et entrelacé de petites cordes de planche à planche, soutenant mes cordes et les écartant de la planche médiane. Sur ordre de l’alcade, l’exécuteur mit d’abord une corde au mollet, puis une autre au milieu de ma cuisse et une troisième au gras de mon bras, ce qui fut fait des deux côtés de mon corps, les cordes passant par les six trous faits à l’extérieur des planches et tendues par des chevilles qui étaient assujetties par un appareil car il allait tendre au bord des planches autant de chevilles qu’il y avait de trous et de cordes, celles-ci rencontrant ma peau. Et sur chacune de ses six parties de mon corps, j’allais subir sept tortures, chacun consistant en trois tours donnés à chaque cheville soit vingt et un tours sur chacune des six parties ». La séance dure puisqu’il subit ensuite la torture de la « toca » qui consiste à lui faire ingurgiter de l’eau en quantité « sur quoi mon ventre devint comme un tambour. C’était une douleur étouffante avec ma tête pendant en arrière et l’eau regorgeant dans mon gosier avec force ; cela étranglait et avalait mon souffle à force de hurlements et grognements ». Puis les inquisiteurs arrêtent la torture « alors ils rhabillèrent mon corps tremblant et froid étant resté nu tout ce temps ». La technique de torture la plus répandue est celle qu’il nous décrit ici : celle du chevalet qui n’impose pas  la nudité totale de la victime. Généralement, seul le torse est dénudé de manière à ce que les bras puissent être dégagés, car ce sont eux qui sont serrés en premier par une courroie. Cette première phase de torture s’avère souvent suffisante pour obtenir l’aveu et il n’est pas nécessaire de poursuivre en serrant les jambes. La torture peut être interrompue si le médecin ou chirurgien qui assiste à la séance intervient pour formuler un avis négatif sur sa poursuite. Il ne s’agit pas en effet de mettre en danger la vie de l’accusé, ni de le blesser cruellement ; toutefois les procès font fréquemment état de lésions des nerfs ou d’invalidité partielle (bras brisé ou épaule démise) résultant de cette violence faite au corps de l’accusé malgré ces précautions.

14Il subira encore un autre type de torture, celle de l’estrapade, qui consiste à soulever l’accusé et à le relâcher brutalement : » je fus déchargé de mes fers, déshabillé entièrement, mis à genoux et solidement tenu par eux… Fixant des tenailles entre mes dents, ils me remplirent le ventre d’eau à la faire déborder dans ma gorge. Ceci fait ils m’attachèrent avec une petite corde à chacun de mes gros orteils et me hissant avec cela au plafond très élevé (car la corde courait sur des anneaux fixés en haut) ils coupèrent la jarretière et je pendis là la tête en bas, de tout mon poids tourmenté jusqu’à ce que toute l’eau eut jailli. Ceci fait, je fus descendu sans connaissance, froid comme un mort entre leurs mains. Ces tortures suffocantes terminées, je fus rhabillé et ferré à nouveau et ils me laissèrent couché sur le sol froid ».  Lorsqu’il sera libéré après une intervention extérieure, il gardera le bras gauche écrasé. L’inquisition en de pareils cas, se dédouane par la formule suivante prononcée avant chaque séance de torture « et que si l’accusé meurt, s’il a une hémorragie  ou s’il est infirme, c’est de sa faute car il n’avait pas avoué » ; le tribunal n’est donc en rien responsable. Quant aux séances d’estrapade, elles deviennent plus rares au XVIIIe siècle. La plus célèbre représentation de cette méthode est la gravure de Picart qui date du début du XVIIIe siècle et a été maintes fois reprise. Elle nous montre une séance dans une « salle de tourments » où différentes techniques sont utilisées. Les accusés sont représentés habillés ou partiellement dévêtus sans que l’on sache si cette présentation reflète une évolution de la méthode inquisitoriale de torture qui par décence laisserait l’accusé vêtu, ou si il s’agit d’une liberté de l’artiste (figure 2).

La salle des tortures d’après Bernard Picart, Cérémonies et coutumes religieuses des peuples du monde, tome 2, 1ère édition, 1707. Collection : M. Janin-Thivos.

La salle des tortures d’après Bernard Picart, Cérémonies et coutumes religieuses des peuples du monde, tome 2, 1ère édition, 1707. Collection : M. Janin-Thivos.

15Ainsi au début du XVIIIe siècle, l’inquisition portugaise ne dénude pas totalement l’accusé  (figure 3) comme en témoigne J. Coustos : « d’abord ils préparèrent tous les instruments nécessaires à la torture ; ils me déshabillèrent  tout  nu à un caleçon près, et me firent étendre sur un échafaud couché sur le dos, où après m’avoir tiré et allongé de toutes leurs forces, ils m’attachèrent par le moyen d’un carcan qu’ils me mirent au col et d’un anneau de fer à chaque pied ».

Le chevalet devant l’Inquisition de Lisbonne. Illustration du témoignage de John Coustos, 1746. Collection : M. Janin-Thivos.

Le chevalet devant l’Inquisition de Lisbonne. Illustration du témoignage de John Coustos, 1746. Collection : M. Janin-Thivos.

Accusations et torture

16Tous les accusés jugés ou condamnés par l’inquisition ne sont pas torturés. L’application de ce traitement intervient dans des cas précisément définis par la législation inquisitoriale et parmi ceux-ci, celui des femmes a particulièrement retenu l’attention des juges. D’abord le corps des sorcières qu’une abondante littérature d’origine judiciaire -parfois œuvre d’inquisiteurs, a fixé depuis les XVe-XVIe siècles13. Il s’agit de rechercher sur le corps des accusées les marques apposées par le diable, preuves irréfutables d’une alliance avec le malin. Le corps de la sorcière porte la marque de son crime, sur le côté gauche, infligée par le diable lui-même avec une épingle, par morsure ou avec ses ongles. Les signes du caractère diabolique de cette trace que les juges recherchent sur le corps dénudé14 avant la séance de torture, se lisent dans l’insensibilité ou au contraire l’extrême sensibilité de cette marque qui ne saigne pas lorsqu’on la pique. Il faut donc piquer profondément la peau avec des épingles afin de juger de la sensibilité de ces points, mais l’inefficacité de ces méthodes entraîne une certaine médicalisation et une exploration plus scientifique des corps par des médecins, chirurgiens, barbiers dépendants des tribunaux.  La péninsule ibérique est restée un peu en retrait de la chasse aux sorcières qui a agité l’Europe moderne. Les travaux récents sur la sorcellerie dans le monde ibérique montrent que la justice inquisitoriale au Portugal comme en Espagne s’est peu engagée dans cette voie. Le seul cas d’importance, celui de Logroño en 1610 évoque le cas de sorcières marquées à l’œil ou à l’épaule gauche, mais les inquisiteurs se montrent relativement réticents à d’autres explorations. Après cet épisode, les instructions de la Suprême en 1614 limiteront sérieusement la dénonciation de la  sorcellerie et développeront le scepticisme des inquisiteurs -même si la dernière condamnée à mort jugée par l’inquisition espagnole est parfois définie comme sorcière.

17 En dehors du cas de la sorcière qui n’a pas de pudeur en raison de son alliance avec le diable et peut être exposée aux regards sans risque de concupiscence, la législation inquisitoriale marque des réserves face à la nudité féminine. Lors des séances de torture, il convient de les préserver des attitudes qui « attenteraient à leur honnêteté », comme le précise le règlement portugais de 1630. Plus nombreuses que les hommes parmi les accusés de la première moitié du XVIIIe siècle, elles subissent pourtant des séances attestées, et même parfois répétées, malgré leur sexe dit faible. Toutefois, des règles spécifiques et des usages restreints semblent s’être imposés. Certaines femmes ne peuvent être dénudées et torturées car il existe, d’une part des interdictions légales à l’usage de la torture, et d’autre part certaines pratiques soulèvent des discussions.  Le  Dictionnaire des inquisiteurs nous indique que « la femme enceinte ne doit pas être torturée car on ne touche pas le corps d’une femme pleine », en raison du risque de fausse-couche alors qu’il faut à tout prix préserver la vie. Toutefois, les premiers mois de grossesse peuvent être difficiles à déterminer et cela entraîne des contestations comme dans le cas de cette  femme qui déclare en 1658 : « elle dit qu’il lui semblait qu’elle était enceinte ; on fit le nécessaire pour s’en assurer par des médecins, des chirurgiens, des sages-femmes… elle s’avéra ensuite ne pas être enceinte et l’on exécuta la torture le 8 juillet 1658 mais au second tour de corde elle s’évanouit »15. L’extension des interdictions touche aussi la nouvelle mère : « On ne la torturera pas non plus dans les quarante jours qui suivent son accouchement car on considère qu’elle n’est pas encore assez forte. On ne la torturera pas davantage si elle allaite son enfant et si l’on n’a pas réussi à trouver une nourrice ». En 1735 Maria la Parda ne reçoit pas les coups prévus parce qu’elle allaite un bébé de trois mois et « que la honte pourrait provoquer une altération naturelle du lait ».

18Il semble que la pratique s’étende aussi à d’autres situations, par exemple si une femme a ses règles16. En fait, tout ce qui peut altérer l’état physique ou moral de l’accusée peut être envisagé, car susceptible de troubler la bonne administration du tourment : un âge trop avancé -» on ne torturera pas un vieillard décrépit »- peut être un prétexte pour refuser la torture. En revanche, la jeunesse de jeunes filles déclarant devoir défendre « l’honneur de leur virginité » reste à l’appréciation du juge inquisiteur et peut parfois susciter des abus. Maria Franco, de Valence est ainsi dispensée de la peine de fustigation publique à laquelle elle a pourtant été condamnée, car les inquisiteurs pensent que l’accusée étant « fraîche et bien en chair », il en résulterait « plus de mal que de bien ».  Le difficile équilibre entre nudité et publicité du châtiment est ici contrebalancé par la nécessité de préserver le public masculin de la concupiscence, crime redoutable. La justice, y compris séculière, a dû négocier le sort réservé aux femmes dans les cas d’infamie exigeant l’exposition publique. L. Domergue17 et A. Risco notent qu’en Espagne, les femmes condamnées au pilori doivent être exposées nues ou partiellement dévêtues « torse nu » ou » en chairs », mais la pratique veut qu’elles soient « emplumées », ce qui masque leur nudité pour accentuer le déshonneur qui les touche. Ces pratiques infamantes consistaient également à couper les cheveux ou faire porter une carocha comme devant l’inquisition.

19Les inquisiteurs expriment leur conviction que la nudité de la femme devant ses juges, plus que celle de l’homme, change sa manière de se comporter. « Hérodote disait que la femme dépose en même temps ses vêtements et sa pudeur » écrit l’inquisiteur de Valence. Mais la femme nue, impudique, peut puiser une force insoupçonnée dans sa nudité, ce qu’un autre inquisiteur note  en 1654 « le courage que l’on insuffle à une femme en la faisant se déshabiller est tel qu’elle vaut mille hommes ». La nudité ne réduit pas forcément la femme à la merci de ses juges, d’où la pression psychologique exercée par les inquisiteurs avant d’en arriver à cette extrémité : l’admonestation répétée, l’exhibition des instruments de torture, doivent faire céder l’accusée avant qu’elle ne soit dépouillée de ses vêtements. Ainsi le procès verbal extrait d’un procès retrace minutieusement les étapes successives de ce combat : « on donna l’ordre de la déshabiller, on l’admonesta encore, mais elle demeura silencieuse. Une fois déshabillée, elle dit « … je n’ai rien fait »… on commença à lui attacher un bras, elle dit « j’ai dit la vérité »… » Elle résista à plusieurs actes de torture, avant d’être remise au cachot, mais conduite de nouveau dans la salle de torture quatre jours après « lorsqu’on la déshabilla, elle s’effondra et supplia pitoyablement que sa nudité fut couverte18

20L’épreuve de torture commence dès le moment où l’accusée est obligée de se déshabiller elle-même. Si elle n’obtempère pas, le bourreau doit le faire, ce qui est la première forme de violence physique. Mais cette épreuve est aussi une torture psychologique ; de nombreuses accusées n’ont pas résisté devant les préparatifs de la séance. Dès que le but (avouer) est atteint, elle doit pouvoir reprendre ses vêtements : « on la détacha on lui fit reprendre ses vêtements et les inquisiteurs se disposèrent à recevoir sa déposition19. » Le tribunal recourt à la dénudation dans des cas limités et en contrôlant les effets avec vigilance en raison des risques encourus par l’exposition de cette nudité. La torture qui est le moment où ce difficile équilibre peut être rompu, n’a cessé d’être critiquée pour cette raison. Dès le début du XVIIe siècle, le jésuite Gaspar de Miranda dénonçait le recours aux tortures «trop cruelles, trop fréquentes », une torture donnée aux femmes selon lui sans « la décence que réclame l’honnêteté chrétienne et la gravité des ecclésiastiques qui y assistent » ; s’il critique les conséquences inhumaines de l’usage de la torture en général, il réclame « qu’aucune femme ne soit torturée ailleurs que sur les bras » et qu’on ne les découvre pas plus que nécessaire pour la mise en œuvre. La question de la décence, de la pudeur, est évoquée pour les jeunes filles vierges surtout mais aussi pour les femmes en général en raison de la concupiscence que leur nudité pouvait provoquer sur les inquisiteurs, ces hommes qualifiés « d’êtres immondes et célibataires » par Reginalo Gonzales Montez20.  La connaissance de la nature humaine conduit à se méfier du plaisir érotique ou sadique que les inquisiteurs eux-mêmes et le personnel inquisitorial auraient pu ressentir à travers ces séances de torture, d’où une réglementation extrêmement vigilante et répétée pour insister sur la solennité et le respect dû à l’accusé. Pour cette raison, les dénonciations répétées conduisent à adopter une sorte de caleçon de toile ajusté qui permet de ménager la pudeur. L’usage de vêtements protégeant la pudeur se vérifie pour l’ensemble des accusés (hommes comme femmes) et pour l’ensemble des séquences où jusque-là la nudité était imposée : ainsi sous le sambenito par exemple lors de l’exécution.

Conclusion 

21Si au XVIe siècle, la nudité était sans doute en usage dans les prisons inquisitoriales, comme dans d’autres cours de justice, elle ne participait pas d’un sadisme particulier mais d’une technique du supplice qui portait sur l’humiliation et la souffrance associée, vérifiées sur le corps très directement. En revanche, les témoignages montrent ensuite, peut-être après la dénonciation des abus, qu’une relative méfiance s’installe dans les pratiques inquisitoriales vis-à-vis de la dénudation des corps, qui devient partielle et rapide, alors que la justice séculière continue à recourir à ces méthodes humiliantes lors des exécutions pour crime de lèse-majesté où un répertoire des supplices particulièrement étendu est utilisé.

22L’inquisition intègre des principes d’honneur et de pudeur dans son fonctionnement, à la suite des polémiques et par évolution de la sensibilité. La honte, l’humiliation physique et morale ne sont plus nécessaires à l’exercice d’une justice qui s’est implantée. Il existe une certaine prise en considération de l’accusé qui se marque par le respect de son intégrité physique et par le contrôle exercé sur la torture -qui est mesurée, graduelle, et ne doit pas léser le corps : « vous veillerez à ne pas arracher les orteils » recommande ainsi un inquisiteur en 1654. Mais l’usage de la souffrance physique dans la torture n’en est pas diminué pour autant puisque le recours à la torture est plus fréquent au XVIIIe siècle au Portugal qu’à la période antérieure. Même si la pratique réelle n’est pas celle qui a marqué l’imaginaire des écrivains et des artistes, il n’en reste pas moins que les méthodes de pression  physique et morale exercées sur les accusés incarnent définitivement l’intolérable.  

Haut de page

Notes

1 In  « Introduction » à Charles LE, Torture, rééd. Pennsylvania Press, 1973.
2 Alain CORBIN, Jean Jacques COURTINE, Georges VIGARELLO, Histoire du corps, tome 1, Paris, Seuil, 2005.
3 Décret « ad extirpanda », 1252.
4 Nicolas EYMERICH, Directorium inquisitiorium, 1503.
5 Paulette Lhermite-Leclercq P. « La torture judiciaire chez Thomas d’Aquin », in La torture judiciaire, ss dir Bernard Durand, CHJ, Paris, 2002, vol 1 p. 331-360.
6 Francisco Tomas y Valiente, La tortura en Espana. Estudios historicos, Barcelona, Ariel, 1973.
7 Jérôme BASCHET Les justices de l’au-delà, Rome, E.F.R., 1993 : « on voit également se diversifier les supplices : pendaison, amputation, castration, corps mis à rôtir sur une broche, écorchements… l’abondant répertoire de la justice terrestre est convoqué, et même largement dépassé par cet imaginaire sadique ». Ce que reprend Jacques GELIS dans Histoire du corps, op. cit., p. 118 : « La punition d’un corps même devenu sans âme a la violence d’un châtiment éternisé, celui de l’Enfer ».
8 Idem p. 531.
9 Jean-Claude BOLOGNE, Histoire de la pudeur, Paris, Orban, 1986
10 Francisco Béthencourt, L’Inquisition à l’époque moderne, Paris, Fayard, 1995, p. 280
11 Chapitre V, p.131, André  MORELLET, Manuel des Inquisiteurs, 1762, Grenoble, éd J. Millon, 1990.
12 De despoliare, priver de ses vêtements, dénuder.
13 Formicarium, J.Nider (1435) ; Malleus maleficarum, H.Kramer et J.Sprenger (1486)
14 « la visita méthodiquement par tous les lieux et places de son corps, mesme en des lieux intérieurs comme dedans  la bouche et parties honteuses, et dedans les poilz et leyneux (toison, poils) de son corps, jusques lu avoir coupé les poilz et lyeneux de sa teste », 1638, cité par  Robert MUCHEMBLED, La sorcière au village, Paris, Gallimard, 1991, p 129.
15 Michèle ESCAMILLA-COLLIN, Crimes et châtiments dans l’Espagne inquisitoriale, Berg, p. 610.
16 Idem p 609.
17 Lucienne Domergue et Antonio Risco, « L’alcade et le malandrin », Justice et société en Espagne (1), Gap, Ophrys, 2001
18 Cité par Charles LEA, Histoire de l’inquisition d’Espagne, III, p. 23-26.
19 Charles LAVALLEE, Histoire des inquisitions religieuses, Paris, Richomme, 1809, tome II, p. 25.
20 Cité par M. Escamilla Colin, op. cit. p. 214.
Haut de page

Table des illustrations

Titre William Lithgow mis à la question sur le potro (gravure tirée de ses Voyages, édition de 1640). Collection : M. Janin-Thivos.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/2343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre La salle des tortures d’après Bernard Picart, Cérémonies et coutumes religieuses des peuples du monde, tome 2, 1ère édition, 1707. Collection : M. Janin-Thivos.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/2343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Le chevalet devant l’Inquisition de Lisbonne. Illustration du témoignage de John Coustos, 1746. Collection : M. Janin-Thivos.
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/2343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Janin-Thivos, « Torture inquisitoriale et nudité : la pudeur en question », Rives nord-méditerranéennes, 30 | 2008, 65-76.

Référence électronique

Michèle Janin-Thivos, « Torture inquisitoriale et nudité : la pudeur en question », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 30 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/2343 ; DOI : 10.4000/rives.2343

Haut de page

Auteur

Michèle Janin-Thivos

Michèle Janin-Thivos enseigne l’histoire moderne à l’Université de Provence et mène ses recherches à l’UMR Telemme sur le thème du Portugal (sociétés, mentalités, cultures) aux XVIIe-XVIIIe siècles et sur l’Inquisition.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org