Navigation – Plan du site

La nudité entre culture, religion et société

quelques remarques à propos des Temps modernes
Régis Bertrand
p. 11-24

Résumés

Les codes de la nudité occidentale reposent sur des passages bibliques (interdit visuel des organes génitaux : Adam et Eve, Noé et Canaan). Mais les chrétiens condamnent le péché et non le corps, créé par Dieu à sa ressemblance. Les degrés de nudité publique marquent le statut modeste du pauvre et du travailleur, l’» état de nature » du « sauvage », la désocialisation du réprouvé ou du condamné. Aux Temps modernes, les progrès de la « civilisation des mœurs » (N. Elias) exhaussent les seuils de la pudeur publique et privée. L’Occident est peuplé de représentations du corps nu, religieuses (Christ, martyrs, ascètes) et aussi profanes (le nu pictural), à partir de la Renaissance qui a réévalué les canons artistiques antiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Occident

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1La nudité est un phénomène éminemment social et culturel. Montaigne, dans un chapitre de ses Essais intitulé de façon révélatrice « De l’usage de se vestir », observe que des populations vivent nues dans des climats comparables à celui où il vit et que les « comtadins », les gens de la campagne, sont en partie dénudés. Il en conclut : « et est aisé de voir que c’est la coustume qui nous faict impossible ce qui ne l’est pas » (c’est-à-dire de vivre nu)1. André Burguière avance dans la préface qu’il a donné au livre d’Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur : « Le fait que ces codes (de civilité) soient reçus par l’individu dès les premières étapes de la socialisation sans être jamais explicités ni présentés de manière discursive leur donne un caractère d’évidence et d’obligation qui les rend particulièrement contraignants »2. Il n’est pas tout à fait sûr qu’ils ne soient jamais explicités et il ne paraît pas inutile de rappeler brièvement que les codes de la nudité occidentale reposent en matière de comportements au moins initialement sur quelques grands passages bibliques mais qu’en matière de représentations figurées ses canons artistiques relèvent d’un héritage de l’antiquité gréco-romaine à plusieurs reprises redécouvert et réinterprété. D’où le paradoxe, dont l’Occident n’a pas l’exclusivité, d’une considérable différence entre la nudité réelle, physique, et la nudité figurée, l’œuvre d’art pouvant montrer une partie de ce que les normes voire les lois interdisent de dévoiler. L’image ne peut être interprétée par l’historien comme le reflet de la réalité passée ; elle a d’autres fonctions. Elle porte la marque de conventions qui peuvent être inégalement significatives de représentations collectives.

L’héritage scripturaire et ses interprétations

Nudité originelle et chute d’Adam

2La première allusion biblique faite à la nudité est fondatrice. Adam et Eve dans le jardin d’Eden avant la faute étaient nus mais n’en avaient pas conscience et n’étaient pas gênés l’un à l’égard de l’autre ; c’est du moins ce que dit le texte hébreu en Genèse 2, 25. En effet, la Vulgate latine a effacé cette nuance et Lemaître de Sacy l’a traduite au XVIIe siècle par « Adam et sa femme étaient alors tous deux nus et ils n’en rougissaient point ». Les traductions actuelles proposent « ils n’avaient pas honte l’un devant l’autre » (B J) ou « sans se faire mutuellement honte » (TOB)3.

3Il importe de lire la suite (Genèse 3, 7) : lorsque Adam et Eve mangent le fruit de l’arbre défendu, « alors leurs yeux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient nus ; ayant cousu des feuilles de figuier ils s’en firent des pagnes » (traduction de la TOB d’après le texte hébraïque de la tradition juive). Ils couvrent donc les parties du corps qu’ils perçoivent désormais comme honteuses. On notera que le mot pagne avait posé problème aux traducteurs de la Vulgate, qui ont retenu le mot grec de la bible alexandrine « et sibi fecerunt perizomata ». Lemaître de Sacy traduit par : « ils s’en firent de quoi se couvrir » et est donc moins précis. Lorsqu’ils entendent la voix de Dieu, ils se cachent et Adam explique « j’ai pris peur car j’étais nu et je me suis caché » et Dieu répond « qui t’a révélé que tu étais nu ? Tu as donc mangé de l’arbre dont je t’avais prescrit de ne pas manger » (Genèse 3, 10-11).

4La Bible donne ensuite une indication capitale en Genèse 3, 21: « Le seigneur Dieu fit pour Adam et sa femme des tuniques de peau dont il les revêtit ». Puis il les chassa du jardin d’Eden.

5Ce grand récit dont les gloses ont été innombrables4 marque l’origine divine des vêtements, qui sont bien destinés avant tout dans notre aire culturelle à dissimuler la nudité et non à protéger d’un froid éventuel. Mais deux couvertures assez différentes de la nudité apparaissent dans ces textes, l’une minimale, le pagne cachant l’essentiel, inventée spontanément par Adam et Eve, l’autre plus couvrante, la tunique, imposée par Dieu qui a donc voulu que les hommes soient vêtus et en a fait une obligation morale. L’on se bornera à observer trois conséquences. D’abord le rêve d’un âge d’or, situé dans un ailleurs temporel ou spatial, marqué par la nudité heureuse et non pas honteuse5. Ensuite l’exigence absolue de cacher les organes génitaux, qui n’est nullement universelle, les explorateurs en feront entre le XVe et le XXe siècle l’expérience. Le fait, enfin, que, selon l’expression d’Adam, on reste encore nu si l’on n’a caché que l’essentiel, et donc le principe de la couverture du corps par les vêtements. Or une tunique autorise éventuellement une nudité relative, celle de certaines parties du corps, tels les bras et une partie des jambes. C’est dire que le seuil de nudité autorisé est un phénomène culturel variable selon les époques et aussi les statuts sociaux.

L’interdit visuel des organes génitaux : Canaan et David

6Un terrible récit, un peu plus loin dans la Genèse (9, 18-28) montre à quel point la vision des organes génitaux en cas de nudité intégrale peut constituer un interdit majeur considéré comme un crime s’il est enfreint : c’est le récit de l’ivresse de Noé et de la malédiction de Canaan. Après le déluge, Noé plante la vigne, fait du vin et s’enivre. Dans son ivresse, « il se dénuda à l’intérieur de sa tente ». Or un de ses trois fils, Cham, père de Canaan, entre dans la tente et voit la nudité de son père. Il avertit les deux autres, Sem et Japhet, qui trouvent une solution : mettant un manteau sur leurs épaules, ils en couvrent leur père et se retirent en marchant à reculons sans se retourner. La Vulgate traduit l’état de Noé par « nudatus » mais lorsqu’elle décrit le mouvement de Sem et Japhet par « faciesque eorum adversae erant, et patris virilia non viderunt », Lemaître de Sacy au XVIIe siècle use de la paraphrase pour rendre ce passage plus explicite encore : « Mais Sem et Japhet, ayant étendu un manteau sur leurs épaules, marchèrent en arrière et couvrirent en leur père ce qui devait y être caché. Ils ne virent rien en lui de ce que la pudeur défendrait de voir, parce qu’ils tinrent toujours leur visage tourné d’un autre côté ». Lorsque Noé se réveille et apprend ce qui s’est passé, il maudit le fils de Cham, Canaan : « qu’il soit pour ses frères le dernier des esclaves ». Le premier voyeur connu est donc condamné à travers sa descendance alors qu’il était passif. C’est sans doute qu’il a commis un inceste visuel. Dans le Lévitique, chapitre 18, lorsque Dieu prescrit à Moïse des règles sexuelles, une série d’interdits de l’inceste sont définis par « Tu ne découvriras pas la nudité de… ».

7Le souci de ne pas laisser voir ses organes génitaux est également manifeste dans Exode 20, 26, dans les prescriptions qui suivent immédiatement les dix commandements, Dieu dit à Moïse « et tu ne monteras pas à mon autel par des marches, pour que ta nudité n’y soit pas découverte » (TOB). Puis la très longue et minutieuse description des habits sacerdotaux et des objets rituels d’Aaron et de sa postérité s’achève par la prescription qu’il faudra faire aux prêtres « pour dissimuler leur nudité des caleçons de lin, allant des reins jusqu’aux cuisses », qu’ils devront porter quand ils approcheront de l’autel « afin de ne pas se charger d’une faute qui entraînerait leur mort » (Exode 28, 42-43). Lorsque David danse devant l’arche d’alliance montant vers Jérusalem, le texte précise qu’il porte un tel caleçon (2 Samuel 6, 20-22).

 « L’homme est à l’image de Dieu »

8Le judaïsme puis le christianisme rejettent donc la nudité sacrée pratiquée par d’autres religions, polythéistes, ou bien la nudité totale des participants aux jeux du gymnase. Parmi les nouveautés qu’a introduites le style de vie chrétien, il en est une que souligne Michel Despland : dès lors que le corps individuel doit être oblitéré par les vêtements, chacun devrait au moins théoriquement être vêtu, même les esclaves, les malades et surtout les pauvres6. Mais il s’agit moins d’un droit que d’un devoir. En dernier lieu, l’article 330 du code pénal napoléonien toujours en vigueur condamne à la prison et à l’amende « toute personne qui aura commis un outrage public à la pudeur ».

9En ce qui concerne la nudité relative, essentielle est la réinterprétation chrétienne du péché d’Adam en « péché originel » de l’humanité7. La faute d’Adam et d’Eve a entraîné la perte de la subordination de leurs désirs sexuels à leur volonté et leur raison ; d’où la concupiscence, effervescence sexuelle que la raison ne contrôle plus et la découverte de la luxure. Dès lors, le vêtement protège aussi du désir d’autrui, évite de susciter chez autrui et en soi-même le trouble sexuel et finalement régule les instincts sexuels en aidant à garder la continence. Dans le grand succès d’édition que fut Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne de Jean-Baptiste de la Salle, au chapitre « De la manière de s’habiller et de se déshabiller », le rappel du récit du péché originel se conclut par :

10« Héritiers de son crime, nous sommes astreints aux mêmes besoins ; nos habits, en couvrant nos corps, nous apprennent que le péché y a empreint sa difformité et que nous ne rougirions pas si nous étions innocents : nous devons donc couvrir avec exactitude ce qui peut faire naître la honte et la confusion »8.

11Néanmoins, ce que les chrétiens condamnent, c’est le péché et non le corps, qui est de création divine, d’autant que Dieu a créé l’homme à son image et à « (sa) ressemblance » (Genèse 1 26-27 et 5, 1). Bien plus, le christianisme est religion de Dieu fait homme, religion de l’incarnation. Dès lors que les chrétiens, à la différence des juifs, admettent une représentation iconographique des êtres vivants, en particulier humains, cette valorisation chrétienne de la beauté corporelle peut croiser celle des cultures antiques gréco-romaines. Dans sa célèbre étude du tableau de Titien l’Amour sacré et l’Amour profane, Erwin Panofski a sans doute souligné une clé majeure de la revalorisation du nu antique chez les humanistes de la Renaissance en montrant le poids de la philosophie néoplatonicienne dans l’inspiration et la composition de ce tableau. Dans les quelques pages qu’il y consacre à la nudité, il rappelle que la théologie médiévale distinguait quatre significations symboliques de la nudité : nuditas naturalis, l’état naturel de l’homme, qui doit engager à l’humilité, nuditas temporalis, le manque de biens terrestres, volontaire s’il résulte d’un vœu religieux ou provoqué par la pauvreté, nuditas virtualis, symbole d’innocence, nuditas criminalis, « signe de débauche, de vanité et de l’absence de toute vertu ». E. Panofsky ajoute que « chaque fois que l’art médiéval instaure un contraste délibéré entre une figure nue et une figure vêtue, l’absence de vêtements désigne le principe inférieur »9. Ce classement est commode, en dépit d’une certaine ambiguïté des champs couverts par ses termes. La nuditas virtualis semble être l’état moral de celui qui s’est lavé de ses péchés en confession plus que l’ « état d’innocence » mental de l’enfant avant l’âge de raison ou de l’insensé, dont une certaine nudité put être tolérée. M. Despland fait remarquer que « trois de ces sens sont parfaitement innocents et sans résonnances sexuelles  et que « la nudité (y) est une réalité morale, un signe de dénuement, d’humilité », à la différence du dernier.

Conduites : nudité et société

12 « Y-a-t-il un code plus rigoureux et plus rituel que celui du vêtement ? Il classe, il distingue, il hiérarchise, il garantit les contrats secrets du groupe. Il maintient les distinctions sociales, les statuts culturels et les distances entre classes. On ne peut briser ce code ou porter atteinte à la pudeur sociale sans porter atteinte à un ordre établi » (Michel de Certeau)10. La nudité publique est absence ou perte de la marque du rang de chacun dans une société fortement hiérarchisée comme celle de l’Ancien Régime11.

13Le cas de Robinson Crusoé, le héros du roman de Defoe (1719), est doublement intéressant : voilà un homme seul dans une île déserte qui se préoccupe de se faire des hauts de chausse de peau de bête ; il se refuse donc à rester dans la nudité adamique là où il n’est vu que de Dieu. Il aura ensuite la même préoccupation pour Vendredi, son serviteur noir ; mais il lui fait un pantalon, marquant ainsi une hiérarchie.

Nudité, « état de nature » et désocialisation

14La nuditas naturalis du « sauvage » est un révélateur des représentations collectives des Européens face à la nudité. Lorsque des voyageurs issus de sociétés très vêtues entrent en contact à partir de la fin du XVe siècle avec des sociétés peu vêtues, ils interprètent en termes d’absence de culture et d’organisation sociale la nudité de ceux qu’ils appellent des « sauvages ». La nudité peut opposer le civilisé à celui qui ne le serait pas, resté « en l’état de nature ». Ronsard écrit que le peuple des Amériques découvert par Villegaignon.

« Erre innocemment tout farouche et tout nu

D’habit tout aussi nu qu’il est nu de malice,

Qui ne connaît les noms de vertu et de vice,

Mais suivant sa nature et seul maître de soi,

Soi-même est sa Loy, son Sénat et son Roy »12.

15Buffon définit les peuples « en état de pure nature » ainsi : « ni vêtement, ni religion, ni société ». Rousseau dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754) prend en compte l’invention du vêtement dans le passage de l’état de nature à la culture : « le premier qui fit des habits et un logement se donna en cela des choses peu nécessaires »13. Dans la vision du « bon sauvage » qui est celle d’une partie des Lumières, la nuditas naturalis tend à confluer avec la nuditas virtualis, pour reprendre anachroniquement les catégories médiévales.

16La « violence du dévoilement » (D. Crouzet) est dans la société occidentale une forme d’humiliation suprême, une marque d’exclusion de la société14.  Lorsque le 4 mars 1557 est découverte à Paris une assemblée nocturne de « religionnaires » rue du faubourg Saint-Jacques, cent trente arrestations sont faites, dont des femmes de la noblesse ; ces dernières sont emmenées au milieu d’une foule « en furie » qui les traite de « putains » et qui met en pièces leurs vêtements ; leurs chaperons sont « abattus au dessus de leurs testes », pour signifier qu’elles sont semblables aux filles de mauvaise vie qui ne portent pas la coiffe. En 1576, le prince de Condé aurait vengé le meurtre d’un de ses gentilshommes dans le village de Nuis en obligeant tous les habitants à se dévêtir entièrement15.

17La mise à nu judiciaire peut être double. Dans l’instruction du procès d’abord. Le cas le plus connu est celui de la sorcière qui est mise à nu intégralement et son corps examiné pour chercher le stigma diabolicum (le sceau du diable), on peut même raser ses cheveux et son pubis pour une telle enquête. Duerr fait remarquer que cela correspond aussi à une procédure d’humiliation  destinée « à la dépouiller de sa dignité afin qu’elle avoue spontanément ». La mise à nue du condamné pour l’exécution peut être aussi attestée, à titre de dégradation sociale. Le juriste Jean Duret indique dans son Traicté des peines et amendes tant pour les matières criminelles que civiles en 1582 que la femme adultère doit être tondue, puis conduite nue par les rues sous les moqueries du peuple et sous les coups de verge. D. Crouzet, qui le cite, a trouvé des cas de tels traitements pour sanctionner des options politico-religieuses pendant les guerres de religion et l’on sait qu’une résurgence archaïque de cette nuditas criminalis peut être lue dans ces mises à nue punitives de femmes accusées de collaboration avec l’occupant qui eurent lieu au moment de la Libération16.

18En 1750 la maquerelle Jeanne Moyon est transportée à Paris assise à rebours sur un âne, « nue jusqu’à la ceinture », avant d’être fouettée et marquée au fer rouge. L’amende honorable se fait sous l’Ancien Régime tête et pieds nus et en chemise. L’exécution capitale implique un dénudement relatif du col pour la pendaison et un dénudement intégral pour les supplices de la roue et de l’écartèlement17.

Une certaine nudité du pauvre et du travailleur

19 « Nudus » signifie déjà chez Cicéron ou Ovide dénué de tout, indigent. La nuditas temporalis est signe d’une position de faiblesse, de vulnérabilité. Vêtir les dénudés, c’est-à-dire les miséreux, est chez les chrétiens une des sept oeuvres de miséricorde. Selon la phrase du Christ dans Matthieu 25, 36 (explication de la Parabole des talents) : « J’ai été nu et vous m’avez revêtu, j’ai été malade et vous m’avez visité, j’étais en prison et vous m’êtes venu voir » (traduction de Lemaître de Sacy). Lors des obsèques, remettre aux pauvres qui sont venus prier pour le mort une miche de pain et une pièce de tissu pour faire un vêtement est la « donne manuelle » classique. Le vêtement en haillons laissant entrevoir des parties du corps, en général masculin, ou bien la nudité partielle sont la façon de représenter les mendiants dans la peinture et dans la crèche napolitaine. 

20La nuditas temporalis est évidemment spirituelle dans le cas de la pauvreté élective du moine et du religieux. S’il a voulu « suivre nu le Christ nu »18, c’est revêtu d’un habit spécifique. Celui-ci, fort couvrant, est cependant fait de toile grossière directement juxtaposée à la peau, comme l’exigeront du moins les réformes monastiques et conventuelles des XVIe-XVIIe siècles qui restaurèrent aussi la « déchausse », soit l’abandon des chaussures pour les pieds nus dans ce que nous appellerions des sandales.

21Par ailleurs des situations de nudité partielle sont liées à certaines formes de travail manuel. Montaigne observe que les paysans de son temps ont « la partie pectorale et le ventre » nus et il va jusqu’à écrire : « entre ma façon d’estre vestu et celle d’un païsan de mon païs, je trouve bien plus de distance qu’il n’y a de sa façon à un homme qui n’est vestu que de sa peau » et encore : « Comme je ne puis souffrir d’aller desboutonné et destaché, les laboureurs de mon voisinage se sentiraient entravez de l’estre »19. Les mineurs et les ouvriers des fonderies semblent avoir été également peu vêtus. Autant de catégories qui se situent dans les zones les plus basses de l’échelle sociale selon les représentations d’Ancien Régime.

Nudité et « civilisation des mœurs »

22D’un strict point de vue religieux mais aussi social, des situations d’assez forte nudité relative semblent possibles à condition qu’elles n’entraînent pas la concupiscence, ne soient pas une occasion de pécher. Soit principalement lorsque des représentants d’un même sexe sont entre eux. Ainsi, lorsque Jean-Claude Bologne constate que l’on est nu dans les bains publics au Moyen Âge et que cette nudité est ensuite condamnée à cause, dit-il, du concile de Trente, il simplifie sans doute beaucoup, d’autant qu’en Angleterre ces bains sont interdits par Henri VIII. Par ailleurs, H. P. Duerr affirme que le caleçon de bain existait dès la fin du Moyen Âge. Mais dans un espace d’accès contrôlé où ne pénètrent que des représentants du même sexe, la permissivité pouvait sans doute être plus grande20. Parmi les cas où l’examen visuel des parties intimes s’accompagne du toucher, il y a l’expertise des organes génitaux en cas de viol ou d’impuissance maritale. On sait que les matrones contestèrent longtemps aux médecins le droit d’y procéder. Dans le cas de l’accouchement, l’atout de la matrone est de pouvoir dénuder le bas-ventre de l’accouchée alors que le chirurgien doit travailler à tâtons sous la robe21.

23Il semble cependant que certaines situations de nudité partielle en public ne soient plus admises à partir des XVIe-XVIIe siècles. L’époque moderne et peut-être plus encore le XIXe siècle connaissent des prescriptions collectives qui sont liées à ce que Norbert Elias a appelé la « civilisation des mœurs », marquée par « la progression du seuil de pudeur » et l’affinement du sentiment de gêne22. S’intensifie alors un effort d’autocontrôle des instincts et des pulsions qui va durer jusqu’au milieu du XXe siècle. Elias établit un constat indiscutable, la montée de l’autocontrôle des gestes et des regards en Occident, qui n’est pas un phénomène unique dans l’histoire ; les populations de culture confucéenne l’ont connu auparavant. Convient-il d’y voir seulement les conséquences de la diffusion des codes de conduite et de civilité issus des sociétés de cour, comme N. Elias l’a affirmé ? Lorsqu’il s’efforce de l’expliquer à partir de la bibliographie historique de son temps, il utilise pour la France les travaux de l’école positiviste et plus particulièrement des historiens républicains du sillage de Lavisse, soit une historiographie liant faits politiques et sociaux qui ne prend pas en compte les données religieuses. Dès lors, la corrélation avec la montée de la société de cour la plus propice à sa thèse qu’il puisse trouver dans ces ouvrages est celle de l’absolutisme. Cette évolution semble liée aussi à la montée de l’individualisme et de l’intimité. Elle est intériorisée apparemment et prise en charge par les catégories moyennes et supérieures du tiers-état, dans ce que Groethuysen a appelé « l’esprit bourgeois »23. On la suit à travers les manuels de civilité, de la Civilité puérile d’Erasme (1530) aux Règles de la bienséance de Jean-Baptiste de La Salle (1711) qui donne par exemple dans son chapitre « Des parties du corps qu’on doit cacher et les nécessités naturelles » la recommandation suivante:

24« Il est de la bienséance et de la pudeur de couvrir toutes les parties du corps hors la tête et les mains. On doit éviter avec soin, et autant qu’on le peut, de porter la main nue sur toutes les parties du corps qui ne sont pas ordinairement découvertes ; et si l’on est obligé de les toucher, il faut que ce soit avec beaucoup de précaution »24.

25Cette accentuation des normes (peut-être très théoriques) de  la décence et de la pudeur, y compris à l’égard de la vue et du toucher de son propre corps, semble également mue par des représentations religieuses (ainsi le péché de chair aurait supplanté l’avaritia dans la hiérarchie de gravité des péchés capitaux entre le XVe et le XVIe siècle) et être liée aux Réformes protestante et catholique. D’autant que si la montée de la pudeur se situe dans les cours royales, elle se fait dans l’atmosphère dévote des cours de Philippe II d’Espagne puis de Louis XIII. Les XVIe et XVIIe siècles sont marqués par une forte poussée de ce que J. Delumeau a appelé « la culpabilisation de l’Occident ». La Réforme de langue française est un protestantisme radical apparemment traumatisé par son statut minoritaire qui soit prend le contre-pied de l’église romaine, soit surenchérit sur elle. Le contre-pied : les catholiques masculins se découvrant la tête dans les églises par signe de respect, les protestants ont par exemple décidé de rester couverts dans les temples. La surenchère en matière de puritanisme serait allée jusqu’aux chemises de nuit ménageant une simple fente pour permettre la copulation sans découvrir la nudité - encore conviendrait-il d’en vérifier l’existence, la diffusion et de les dater. Certes, on peut aussi estimer que les moralistes catholiques et protestants s’efforcent de poser en normes à travers une justification religieuse de nouvelles exigences de la vie collective. Du moins note-t-on une émulation entre consistoires et évêques pour définir une discipline des corps de plus en plus restrictive qui ne repose pas strictement sur des textes scripturaires mais sur la représentation que les catégories élevées et moyennes se font de la décence. Ces réglementations prohibitives ont par exemple été étudiées dans la condamnation de la danse25. Les protestants accusent également les catholiques d’idolâtrie, de vénération d’images obscènes parce que dénudées.

26Du côté catholique, la compagnie secrète du Très Saint sacrement et les jansénistes ont sans doute eu une action contre la nudité. Tartuffe, qui est une caricature du confrère de la compagnie du Saint sacrement, a une formule célèbre :

« Couvrez ce sein que je ne saurois voir.

Par de pareils objets les âmes sont blessées

Et cela fait venir de coupables pensées ».

27Et Dorine, la servante, réplique :

« Vous êtes donc bien tendre à la tentation;

Et la chair sur vos sens fait grande impression !

Certes, je ne sais pas quelle chaleur vous monte

Mais à convoiter moi, je ne suis point si prompte;

Et je vous verrois nu du haut jusques en bas

Que toute votre peau ne me tenteroit pas »26

28Dans ce duel où chacun tente de culpabiliser l’autre, Tartuffe reflète la vision très pessimiste, nourrie par les confrères du Saint sacrement, d’une société qui serait en proie de façon croissante à l’omniprésence du péché27. Il convient dès lors de voiler systématiquement tout ce qui, en particulier chez la femme, peut conduire l’homme à y succomber. Face à cette attitude caractéristique des intégristes de tout temps, la réponse moqueuse de Dorine est celle du contrôle des pulsions qui doit caractériser l’honnête homme du XVIIe siècle. Si la vue d’une gorge suffit à le mettre en chaleur, il se déconsidère ; un geste qu’il croyait pieusement zélé découvre son imposture de faux dévot.

29Il convient enfin d’observer la distinction croissante entre espace public et espace privé, liée à la montée de l’intimité, ce que ne fait pas suffisamment sans doute N. Elias lorsqu’il observe : « On considère comme un affront pénible de montrer sa nudité à une personne d’un rang social égal ou supérieur au sien, alors que dans les rapports avec des subordonnés un tel geste peut même avoir la valeur d’une faveur »28. Et il donne l’exemple de madame du Châtelet réprimandant son valet de chambre parce qu’il est troublé par la nudité de sa maîtresse dans la baignoire et ne verse pas convenablement l’eau chaude du bain. Dans ce dernier cas, le domestique fait partie de la sphère d’intimité de sa maîtresse et son trouble vient sans doute du fait que cette dernière ne tient pas compte de la différence de sexe.

Un univers peuplé de représentations de la nudité

30Daniel Arasse a souligné le « phénomène d’une ampleur considérable » qu’est la multiplication des représentations artistiques du corps nu à partir de la Renaissance dans les sujets religieux et profanes29.

La nudité du Christ, des martyrs et des ascètes

31L’iconographie chrétienne est marquée par une présence de la nudité. Dès l’époque paléochrétienne puis romane existent des représentations d’Adam et Eve, de Daniel dans la fosse, de Jonas dénudés. Le Christ est représenté dénudé à trois moments essentiels de sa vie terrestre : la Nativité (encore que le XVIIe connaisse des Enfants-Jésus étroitement emmaillotés), le baptême, la Passion, de l’Ecce homo à la Pietà. On peut ajouter les représentations de la Résurrection30. Le corps des martyrs est aussi fréquemment plus ou moins dénudé. C’est le cas en particulier de saint Sébastien, représenté largement mis à nu et percé de flèches31.

32La nudité du Christ crucifié constitue sans doute l’image de nu la plus connue de la population occidentale d’Ancien Régime, qu’il s’agisse des crucifix muraux ou de procession ou des croix de mission et aussi des crucifix et des estampes domestiques. Trois évangélistes sur quatre précisent que les soldats qui entouraient la croix se partagèrent ses vêtements. À Rome, les suppliciés étaient nus. Mais il est moins sûr qu’il en fût de même à Jérusalem, à cause de l’interdit frappant la vue des organes génitaux. D’où les Christs entièrement nus de la Renaissance italienne, liés à l’étude des rites antiques, mais qui sont aussi, selon L. Steinberg, une preuve de la « pleine humanité » du Christ. En fait, certains ont été revêtus dès l’époque d’une pièce de toile qui forme une sorte de pagne. Les sculpteurs ont aussi représenté le caleçon sacerdotal biblique. La plupart des Christs de crucifix portent cependant un voile qui semble soulevé par le vent. Il correspondrait à une révélation de la Vierge à Anselme de Canterbury : le Christ aurait été crucifié nu mais la Vierge aurait couvert ses hanches de son propre voile.

33Une certaine nudité caractérise aussi la pauvreté volontaire et la pénitence des premières générations de saints chrétiens : saint Jérôme au désert ou Marie-Madeleine dans la grotte de la Sainte Baume ou saint Roch montrant son bubon pesteux peuvent être représentés à diverses époques dans un état de nudité relative. Pour ce qui est des martyrs et des pénitents, le père de Alaya, iconographe du XVIIIe siècle répète une opinion courante lorsqu’il écrit qu’il faut les représenter nus pour bien marquer leurs souffrances ; les pénitents au désert doivent être « non pas blancs mais grillés par le soleil ». Marie-Madeleine pose un problème beaucoup plus ardu, car il ne suffit pas pour expliquer les représentations dénudées de la sainte d’avancer qu’elles étaient destinées à la dévotion privée32.

34Le fait de représenter la Vierge allaitant l’Enfant Jésus où même pressant son sein pour envoyer adroitement dans la bouche de saint Bernard en extase un jet de lait pourrait être lu en fonction des représentations sexuelles de l’époque : la femme enceinte ou qui allaite étant momentanément soustraite à l’activité sexuelle et l’allaitement maternel constituant l’image de la « mère idéale »33.

35La nudité partielle du cadavre peint ou sculpté s’appuie sur une phrase du  Livre de Job 1, 20 : lorsqu’il apprend les malheurs qui fondent sur lui, « Job se leva, déchira son manteau et se rasa la tête. Puis il se jeta à terre, adora et dit : sorti nu du ventre de ma mère, nu j’y retournerai » (TOB). De fait les cadavres sont nus sous le suaire au Moyen Âge et encore à l’époque moderne, le cadavre habillé étant le fait du clergé et des catégories supérieures (et moyennes aux Temps modernes) de la société. Mais les cadavres ne semblent pas avoir été exposés en public nus mais bien revêtus du suaire. Danièle Alexandre-Bidon pense qu’un certain nombre de ces représentations de cadavres nus sont un rappel de la condition mortelle de l’homme. Le fait est net dans le cas de certaines danses macabres ou de ces corps dévorés par les vers que sont les transis des XVe-XVIe siècles34.

36Lorsque le corps retourné à la poussière ressuscite, Michel Ange le peint nu dans le Jugement dernier de la Sixtine. Mais en 1541, lorsque l’ensemble est dévoilé, il suscite de fortes protestations. En 1559, Paul IV fait recouvrir les organes génitaux par Daniele de Volterra, surnommé dès lors il braghettone, le caleçonneur. En 1566, Pie V en fait encore effacer d’autres nudités. Dans les représentations de l’au-delà, les élus sont vêtus d’une tunique blanche, les réprouvés sont nus, comme d’ailleurs les démons. Un prédicateur affirme : « en enfer, vous serez toutes nues, à vostre grande honte et confusion, de quoy les diables feront de très grandes risées ». Les âmes en purgatoire, qui purgent une peine, sont également nues sur les tableaux. Apparemment, c’est une nudité d’humiliation indiquant que ce sont de « pauvres âmes »35.

Les réminiscences antiques et les nudités profanes

37Par ailleurs le christianisme a dû prendre en compte l’héritage iconographique gréco-romain, après une première période de destruction aux temps paléochrétiens. La statuaire gréco-romaine va faire l’objet de relectures, en particulier lors de la « Proto-Renaissance » du XIIe siècle, à la Renaissance puis à l’époque néoclassique36. La statuaire antique exalte le corps nu : ce n’est plus un synonyme de faiblesse mais de santé et de beauté. Les cultures iconographiques d’origine païenne et chrétienne peuvent se combiner, dans le cas par exemple des réinterprétations dans l’iconographie religieuse du putto37. L’héritage de la statuaire antique ne se résume nullement néanmoins à l’anatomie académique où une feuille de vigne va assez vite couvrir les organes reproducteurs. Il consiste aussi dans le drapé, voire le plissé. D’autant que les statues romaines étaient souvent vêtues dans le cas des statues cultuelles38. Au début du XIXe siècle, Canova sera célèbre à la fois pour ses nudités et le mouvement des plis des vêtements de ses danseuses.

38Complexe est dès lors le statut de la nudité, son statut social étant foncièrement différent de son statut iconographique. Mais si la statue et le tableau montrent dans les rues et même les églises ce que leur modèle vivant ne saurait y dévoiler, il s’agit de corps « parfaits », idéalisés et donc dans une certaine mesure immatériels ou au contraire de corps ascétiques ou suppliciés, peu susceptibles en théorie d’attiser la concupiscence.

Nudités suggestives, nudités prohibées

39D. Arasse a cependant souligné l’« érotisation du regard par la diffusion des images artistiques » à partir du XVIe siècle, à travers en particulier le thème de la femme nue couchée sur un lit, « archétype de l’imagerie érotique européenne », faite pour le plaisir des yeux. Mais l’exposition dans des musées publics gomme aujourd’hui les destinations initiales de ces œuvres et leurs localisations successives dans les intérieurs privés devraient être reconstituées. Au reste elles ne sont pas contradictoires avec la montée de la « civilisation des mœurs ». C’est le contrôle accru des corps et la dissimulation des affects par leurs spectateurs qui permet leur socialisation élitiste lorsqu’elles passent de l’alcôve à la galerie ou au salon. En revanche les sociétés marquées par un fort autocontrôle et un haut niveau de pudicité connaissent diverses formes de transgressions, voulues comme telles, par le texte et l’image. Les œuvres prohibées sont sans doute fort révélatrices des représentations collectives de la nudité. Les ouvrages illustrés de la littérature érotique ont été très étudiés par les historiens de la littérature39.

Étudier la nudité entre ordre divin et ordre social

40La coexistence des deux cultures chrétienne et « païenne » constitue une considérable tolérance du christianisme occidental qui a vu persister et resurgir massivement la nudité iconographique, y compris dans les églises - dans le cas par exemple du tombeau de Jules II par Michel Ange, qui devait être orné d’esclaves antiques sculptés – et même pour figurer des personnages bibliques, voire le Christ. Michel Despland fait remarquer qu’à l’entrée du palais de la Seigneurie à Florence, deux statues sont entièrement nues : l’Hercule de Bandinelli et le David de Michel Ange, ce dernier étant, peut-on ajouter, dans une tenue peu conforme aux données scripturaires.

41Il est évident que ces œuvres d’art ne témoignent pas des réalités sociales et ces dernières devront être cernées par une remise très attentive dans leur contexte et une procédure de distanciation critique des sources disponibles, essentiellement écrites. Afin de parvenir à une tentative de reconstitution argumentée des conceptions et des pratiques de la nudité qui furent celles des hommes du passé, avec leurs normes, leurs interdits et leurs dépassements, leurs représentations sous-jacentes. Qui jalonne mieux le déplacement des bornes et des seuils de la pudeur et prenne de surcroît en compte ces différences entre traitement des corps féminins et masculins qui affleurent en nombre des remarques que l’on a formulées, en dépit de leur schématisme.

Haut de page

Notes

1 Michel de MONTAIGNE, Essais (éd. or., 1580), livre I, ch. XXXVI. Edition de RAT Maurice, Paris, Garnier, 1962, p. 255-258.
2 Hans Peter DUERR, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, M.S.H., 1998 (éd. or., 1988).
3 Respectivement : La Bible, rééd. de la traduction de Lemaître de Sacy, Paris, Laffont, col. Bouquins (éd. or., 1657-1696), Bible de Jérusalem (BJ), Traduction oecuménique de la Bible (TOB).
4 Exemple d’analyse théologique catholique : Frédéric MARLIERE, Et ils virent qu’ils étaient nus. Un autre regard sur le problème du mal et de l’acte créateur, Sainte-Foy (Québec)-Paris, Anne Sigier et éd. du Chalet, 1990. Des remarques intéressantes dans l’étude posthume de André GUINDON, L’habillé et le nu. Pour une éthique du vêtu et du dénudé. Essai, texte établi et présenté par Rosaire BELLEMARE et Réjean ROBIDOUX, Ottawa-Paris, Presses de l’Université d’Ottawa et le Cerf, 1998.
5 Bien perceptible dans l’illustration souvent plus que dans le texte de Jean DELUMEAU, Une histoire du paradis [t. I], Le jardin des délices, Paris, Fayard, 1992.
6 Michel DESPLAND, Christianisme, dossier corps, Paris, Cerf, 1987.
7 Long exposé dans A. GAUDEL, « Péché originel », notice de A. VACANT, E. MANGENOT et E. AMANN dir., Dictionnaire de théologie catholique, t. XII/1, 1933, col. 275-600. Voir aussi celui de Paul RIGBY dans Encyclopédie saint Augustin, la Méditerranée et l’Europe, IVe-XXIe siècles, Paris, Cerf, 2005, p. 1091-1102 et Jean DELUMEAU, Le péché et la peur, la culpabilisation de l’Occident, XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1983,  chapitre 14. Historique détaillé : Bernard SESBOÜÉ éd., Histoire des dogmes, t. 2, L’homme et son salut, Paris, Desclée, 1995 (point de vue catholique).
8 Jean-Baptiste de LA SALLE, Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne (1ère éd. 1711).
9 Erwin PANOFSKY, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1967 (éd. or., 1939), « Le mouvement néo-platonicien à Florence et en Italie du Nord (Bandinelli et Titien) », p. 228-233 pour les remarques sur la nudité.
10 Michel de CERTEAU, La culture au pluriel, Seuil, col. Points, 1993 (éd. or., 1974), p. 39.
11 Yvonne DESLANDRE, Le costume, image de l’homme, A. Michel, 1976. Daniel ROCHE, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989. Nicole PELLEGRIN, Les vêtements de la Liberté, abécédaire des pratiques vestimentaires françaises de 1780 à 1800, Aix, Alinea, 1989.
12 Cité par Michel DEVEZE, L’Europe et le monde à la fin du XVIIIe siècle, Paris, A. Michel, 1970, p. 513.
13 Cité par Michèle DUCHET, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières. Buffon, Voltaire, Rousseau, Helvétius, Diderot, Paris, Maspero, 1971, p. 248 et 335.
14 Voire de déshumanisation de la victime aux yeux de ses acteurs, comme l’a souligné, dans la discussion qui suivit la présentation de ce texte, Norbert Rouland, évoquant l’attitude du personnel des camps d’extermination à l’égard de la nudité des déportés.
15 Denis CROUZET, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, 2 vol., t. I p. 240-250 (avec d’autres exemples). Sébastien JAHAN, Les renaissances du corps en Occident (1450-1650), Paris, Belin, 2004, p. 156.
16 Robert MUCHEMBLED, La sorcière au village (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Gallimard-Julliard, 1979 et les autres ouvrages du même auteur sur ce sujet. Alain BROSSAT, Les tondues, un carnaval moche, Levallois-Perret, Manya, 1993.
17 Pascal BASTIEN, L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 111. Arlette FARGE, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 228-234.
18 Selon une formule de saint Jérôme citée par Damien Boquet lors de la discussion qui suivit la présentation de ce texte.
19 MONTAIGNE, Essais, op. cit., p. 256-257. Montaigne revient sur ce sujet au livre II, ch. XII (« Apologie de Raimond Sebond »), ibid., p. 500-502, mais avec peut-être quelques exagérations : « Car s’il y a partie en nous foible et qui semble devoir craindre la froidure, ce devroit estre l’estomac, où se fait la digestion ; nos pères le portoient descouvert ; et nos dames (…), elles s’en vont tantost entr’ouvertes jusque au nombril ».
20 Un développement capital sur ce point dans VIGARELLO Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, col. Points, 1985, p. 30-46.
21 Mireille LAGET, Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique, Paris, Seuil, 1982, p. 208 et sq.
22 Norbert ELIAS,  La civilisation des moeurs (éd. or., 1939, 2nde éd., 1969), Paris, Calmann-Lévy, 1973.
23 B. GROETHUYSEN, Origine de l’esprit bourgeois en France I – L’Eglise et la bourgeoisie, Paris, Gallimard, 1927.
24 LA SALLE, op. cit., passage cité par ELIAS, Civilisation des moeurs, op. cit., p. 189. Voir Jacques REVEL, « Les usages de la civilité », dans Philippe ARIES et Georges DUBY dir., Histoire de la vie privée, t. 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 169-209. Voir également les travaux dirigés par Alain MONTANDON, dont Bibliographie des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines, 1995, 2 vol. et Politesse et savoir-vivre, Paris, Anthropos, 1997.
25 Marianne RUEL, Les chrétiens et la danse dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, H. Champion, 2006.
26 MOLIERE, L’imposteur ou le Tartuffe, 1667, acte III, scène II. Voir aussi abbé Jacques BOILEAU, De l’abus des nudités de gorge, 1677, reéd. par Claude-Louis COMBET, Grenoble, Jérôme Millon, 1995.
27 Alain TALLON, La compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667), spiritualité et société, Paris, Cerf, 1990.
28 Norbert ELIAS, La civilisation des mœurs, op. cit., p. 199.
29 Daniel ARASSE, « La chair, la grâce, le sublime » dans Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE, Georges VIGARELLO, Histoire du corps, I. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2005, p. 426 et sq.
30 Etude majeure de Leo STEINBERG, The sexuality of Christ in Renaissance Art and in Modern oblivion, Chicago, Univ. of Chicago Press, 2nd ed., 1983, en part p. 135-138 et passim. Alain CHAPELLIER, Le Christ nu, Paris, Seuil, 2003 est une méditation théologique.
31 Saint Sébastien, rituels et figures, catalogue du Musée national des Arts et Traditions Populaires, 1983.
32 Des remarques dans Eve DUPERRAY dir., Marie Madeleine dans la mystique, les arts et les lettres, Paris, Beauchesme, 1989.
33 Margaret R. MILES, « The Virgin’one bared breast : Female nudity and Religious meaning in Tuscan early Renaissance culture” dans Susan Rubin SULEIMAN, The Female body in Western culture, contemporary perspectives, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1985, p. 193-208.
34 Danièle ALEXANDRE-BIDON, La mort au Moyen Âge, XIIIe-XVIe siècles, Paris, Hachette Littératures, 1998, p. 109 et sq. et Danièle ALEXANDRE-BIDON et Cécile TREFFORT, À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, Presses de l’Univ. de Lyon, 1993.
35 JAHAN, Les renaissances du corps, op. cit., p. 156. Anne-Sophie MOLINIE, Corps ressuscitants et corps ressuscités. Les images de la résurrection des corps en Italie centrale et septentrionale du milieu du XVe au début du XVIIe siècle, Paris, Champion, 2007.
36 Martial GUEDRON, De chair et de marbre. Imiter et exprimer le nu en France, 1745-1815, Paris, H. Champion, 2003.
37 Erwin PANOFSKY, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident, Paris, Flammarion, 1976 (éd. or, 1960), p. 147-150. Voir aussi Essais d’iconologie, op. cit., « L’amour aveugle », p. 151-185.
38 Mais on peut entrevoir les formes du corps à travers le vêtement : Anne HOLLANDER, Seeing through clothes, Berkeley, University of California Press, 2nd ed., 1993.
39 Bibliographie très récente dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, L’enfer de la Bibliothèque. Eros au secret, Paris, BnF, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bertrand, « La nudité entre culture, religion et société », Rives nord-méditerranéennes, 30 | 2008, 11-24.

Référence électronique

Régis Bertrand, « La nudité entre culture, religion et société », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 30 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://rives.revues.org/2283

Haut de page

Auteur

Régis Bertrand

Régis Bertrand est enseignant-chercheur émérité de l’Université de Provence et mène ses recherches dans le cadre de l’UMR TELEMME. Ses champs de recherche sont : l’Europe méditerranéenne, le XVIIe-début XIXe siècles, l’histoire religieuse et culturelle, l’histoire des attitudes devant la vie, la mort, à l'égard du corps, l’histoire des représentations collectives et l’histoire de la France méridionale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org