Navigation – Plan du site

La circulation de l’information, révélateur des modalités de fonctionnement propres aux réseaux commerciaux d’Ancien Régime

Silvia Marzagalli
p. 123-139

Entrées d’index

Géographie :

Global

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L’économie néo-classique étudie le fonctionnement du marché et des mécanismes régulateurs des prix dans un cadre fictif qui suppose une information parfaitement accessible à tous, ce qui est loin de se produire dans le monde réel. Prenant en compte ce décalage, la nouvelle économie institutionnelle souligne que l’information a un coût et affirme que celui-ci est minimisé par l’utilisation de l’entreprise en tant que mécanisme régulateur1.

2Pour ceux qui s’intéressent aux échanges d’Ancien Régime, ces sollicitations, et notamment l’idée que l’information ait pu jouer un rôle important dans la réussite des entreprises commerciales, invite à examiner à nouveaux frais comment elle modèle et pèse sur les modalités de fonctionnement des échanges d’Ancien Régime, avant les grandes transformations technologiques du XIXe siècle2. Comment circulait l’information marchande à cette époque, quel était son contenu, et comment concourrait-elle au fonctionnement des échanges, selon le positionnement des différents acteurs au sein du réseau qui véhiculait ces informations ?

3J’ai eu l’occasion d’explorer quelques-unes de ces pistes à l’occasion d’une étude de cas sur la mise en place des réseaux commerciaux entre Bordeaux et les États-Unis entre l’indépendance américaine et 1815. Si les facteurs qui déterminent l’expansion des échanges sont d’ordre politique, dans la mesure où les décisions des pays belligérants imposent aux négociants une réorganisation profonde des circuits du commerce international tant en 1776 qu’après 1793, les mécanismes propres au monde marchand qui permettent d’envisager et d’organiser les trafics sur des itinéraires inédits reposent sur la possibilité de disposer d’informations véhiculées par des correspondants fiables de part et d’autre de l’Atlantique.

4Certes, même lorsque le négociant dispose d’une information fournie par un correspondant sûr et bien renseigné, la réalité dans laquelle il opère demeure aléatoire, dans la mesure où les informations reçues sont souvent périmées au moment où elles parviennent à leur destinataire. La circulation de l’information sous l’Ancien Régime économique, soit avant l’ère du télégraphe, du téléphone, d’internet, requiert du temps. Ainsi, la réussite d’une opération ne dépend-elle qu’en partie de la fiabilité des renseignements qui permettent de l’envisager, lorsque ceux-ci mettent beaucoup de temps pour parvenir à leur destinataire. Le négociant d’Ancien Régime opère constamment dans un contexte incertain3, que la guerre accentue, ce qui semblerait relativiser l’importance attachée aux informations reçues.

5Dans l’analyse du rôle de l’information marchande, ce ne sont donc pas seulement les contenus et les modalités de la collecte des informations qui importent, mais également le temps nécessaire à leur transmission, temps sur lequel le négociant de la fin du XVIIIe siècle n’a peu ou prou d’emprise. C’est notamment en raison de cette limite temporelle inhérente aux échanges transatlantiques que le choix des hommes auxquels le négociant confie le sort de l’expédition - le capitaine et le commissionnaire - se révèle essentiel. Mais les mécanismes internes de contrôle, qui permettent au négociant de s’assurer que la confiance accordée aux uns et aux autres est justifiée, reposent largement sur la circulation d’informations au sein des réseaux marchands, confirmant ainsi encore une fois le lien fondamental entre le contenu de l’information et les normes qui président à sa circulation.

6Afin de démontrer mon propos – c’est-à-dire que l’analyse de la circulation de l’information marchande sous l’Ancien Régime économique ne peut pas être dissociée de l’univers de valeurs et de normes au sein duquel l’information est véhiculée et interprétée - j’insisterai sur trois aspects : les supports des informations marchandes ; leur contenu ; et les temps nécessaires à la circulation des informations à travers l’Atlantique.

La manière de collecter l’information

7Puisqu’elles ne peuvent pas agir sans connaissances, les firmes d’Ancien Régime consacrent du temps à recueillir toute sorte d’informations. Pour ce faire, les contacts personnels, les voyageurs, la presse commerciale4 et les correspondants sont mis à profit, dans la tentative de recouper les renseignements provenant des sources disparates. L’information circule tant oralement, que par des supports écrits.

Les renseignements transmis verbalement

8La circulation verbale des informations nous échappe entièrement. S’ils fréquentent à chaque jour la Bourse à l’heure de midi, les négociants bordelais ne sont pas uniquement à l’affût d’une bonne affaire : même lorsque la conjoncture est morose, ils s’y rendent pour discuter, se faire voir, mais aussi recueillir et commenter les informations récentes et essayer de comprendre comment les concurrents envisageaient d’y réagir5.

9Quelques témoignages écrits peuvent néanmoins nous aider à comprendre la nature des informations qui circulaient oralement. Ainsi, en janvier 1809, alors que l’embargo bat son plein aux Etats-Unis, le négociant américain Ralph Bennet Forbes se trouve à Londres, où son navire a été conduit et condamné. Forbes envisage alors de racheter ce navire, de le placer sous pavillon anglais grâce à un prête-nom, et de l’expédier à Alger, où le consul français n’était, paraît-il, pas trop regardant pour admettre une cargaison de denrées coloniales. Se rendant au domicile de son correspondant londonien, Thomas Wilson, Forbes est informé que celui-ci restera à la campagne encore pendant quelques jours, un facteur « which has induced me to adopt this mode of expressing what would otherwise have been done verbally 6 » : il lui adresse donc un courrier.

10Vu l’étendue des pratiques frauduleuses en temps de guerre, ce que nous sommes à même de saisir par le biais de l’écrit ne constitue sans doute que la pointe de l’iceberg. La trace écrite de ce genre de projets n’intervient souvent que lorsque des difficultés ou des désaccords surviennent. « that he was present in the later month of 1798 at different conversations that passed at Philadelphia between the said Joseph Coulon [son frère] and Leopold Nottnagel  acting for the said house of Nottnagel, Montmollin & Co. on the subject of the different shipments which the said Nottnagel, Montmollin & Co. were to make on account of the said Joseph Coulon and that in all these conversation it was expressly agreed [...] that the said J. Coulon should allow to the said Nottnagel, Montmollin & Co. a Commission of Ten per Cent viz. 5% upon the invoices of the said shipments to Philadelphia, and 5% upon the net proceed thereof in Europe, which commission was to clear all the charges and commissions in Europe. And the said witness further deposeth that this commission of 10% was thus allowed to the said Nottnagel, Montmollin & Co. in consideration that they engaged themselves [... to] make the said shipments in their names and as American property7». Les accords verbaux s’effectuent à cet effet souvent en présence de témoins, ce qui offre quelques garanties en cas de difficulté.

11Lorsque la distance empêche de discuter les affaires en tête-à-tête, la prudence s’impose à l’écrit. Ainsi, quelques mois après la reprise du conflit en 1803, Richard Crowninshield  écrivait depuis Salem (Massachusetts) à son frère John, alors à Paris : « In the uncommon troublesome times we must be cautious what we do say or write8. » Quand cette discrétion n’est pas respectée par le correspondant, les reproches sont amers : la maison Walden de New York accuse ainsi Jean Gadiou de Bordeaux, qui leur avait confié la gestion d’un navire français sous pavillon américain et la vente des vins pour compte français, d’avoir été beaucoup trop explicite dans ses lettres : «  the business you have given us has been as unpleasant to us as it can be to you. You have written very fully, and the letters have been to Halifax in the hands of the English, who are suspicious of all commerce with France, and we fear this single transaction has enrolled our names among those suspected of covering French property9. »

12Au-delà des questions douteuses, que l’on préfère discuter de vive voix, toute sorte de renseignements devait passer par voie orale. Ceux qui provenaient des places lointaines étaient d’autant plus appréciables. Alors qu’ils véhiculaient verbalement les nouvelles, les voyageurs pouvaient également fournir des informations sur la ville qu’ils venaient de quitter : un facteur qui contribue à expliquer la libéralité avec laquelle les négociants ouvraient souvent leur maison aux étrangers qui leur avaient été recommandés par l’un de leurs correspondants.

La voie écrite

13De nombreuses informations circulaient également par voie écrite, sur différents supports. La presse commerciale fournissait un bon nombre de renseignements. Alors qu’il répertoriait systématiquement les bâtiments entrés dans le port au cours de dernières vingt-quatre heures, le New York Commercial Advertiser mentionnait également de manière plus occasionnelle le nom des bâtiments américains que le capitaine avait laissés à son départ et les difficultés éventuelles qu’ils rencontraient. Le journal publiait aussi la liste des navires pris ou naufragés fournie par Lloyds de Londres, ainsi que la nouvelle des visites subies au cours de la traversée par des navires britanniques et des prises que ceux-ci avaient effectuées au cours de leur campagne10.

14Les journaux commerciaux de ce type relataient également tout événement politique susceptible d’influencer la navigation et les affaires et reproduisaient les textes de loi, bien que rarement ce type de renseignement prenne les négociants au dépourvu : voyageurs et correspondants avaient souvent déjà livré la nouvelle d’un embargo ou d’une nouvelle loi.

15Dépendant de l’extérieur pour se renseigner sur les marchés outre-Atlantique, les négociants sollicitent systématiquement leurs correspondants pour qu’ils multiplient leurs missives et fournissent des informations. Ainsi, dans une lettre de novembre 1790, William Taylor de Baltimore écrit à Baignoux, Quesnel & Cie de Bordeaux en regrettant de n’avoir trouvé, à son retour à Baltimore, aucune lettre de leur part « en réponse à plusieurs que je vous ai écrit [sic] l’hiver et le printemps passé […]. J’aurai désiré d’être bien informé de vos espérances (prospects) pour le froment & la farine & plus particulièrement eu égard de vos demandes (demands) & prix de tabac. Eusse-je été bien informé & qu’il aurait répondu, j’aurois chargé à votre adresse 200 boucauds de tabac par le navire La Marie, cap.t Belt que j’avais sur mes mains & présentement envoyé à Londres11. »

16Taylor reproche donc à son correspondant de ne pas lui avoir fourni les informations nécessaires pour envisager à temps une expédition pour Bordeaux. Les lettres marchandes contiennent fréquemment des plaintes sur le peu d’empressement montré par les correspondants à cet égard. L’analyse de leur contenu aide à apprécier l’importance attachée à l’envoi régulier de missives.

Les contenus de l’information marchande

17Les lettres que les négociants s’envoyaient recèlent les informations les plus disparates. Il ne s’agit pas seulement du mélange d’événements politiques, de nouvelles familiales, de prix courants et d’opérations commerciales si caractéristique des correspondances marchandes d’Ancien Régime ; mais aussi du fait que toutes ces informations peuvent se lire sur un autre registre et acquièrent une autre signification, lorsqu’on prend en considération les modalités de fonctionnement propres au négoce d’Ancien Régime. Elles fournissent ainsi des renseignements sur les rapports existants entre l’expéditeur et le destinataire, une fois qu’elles sont replacées au sein de l’univers de valeurs et normes partagées dans lequel elles sont si immergées que leur signification risque de passer inaperçue. L’exemple des prix illustrera le propos.

Les prix

18Le cours des marchandises sur les différents marchés constitue l’une des informations essentielles pour tout négociant, qu’il veuille expédier des produits ou en acheter. Presque toutes les correspondances marchandes échangées entre Bordeaux et les États-Unis se terminent par l’indication du cours de quelques denrées que l’on suppose intéresser le destinataire. La confection des prix courants pré-imprimés, où la maison de commerce n’avait qu’à ajouter à la main le cours, facilitait la tâche ; les principales places marchandes, par ailleurs, procédaient à la confection des prix courants entièrement imprimés12. L’envoi de cette feuille, avec un mot d’accompagnement, constitue parfois l’objet exclusif d’une correspondance. C’est le cas lorsqu’un négociant souhaite établir de nouvelles relations avec une maison de commerce, ou simplement garder les contacts avec une firme connue, à laquelle il n’avait rien de particulier à signaler, si ce n’est que la marque de son attention.   

19Une information correcte et à jour sur les cours des marchandises est essentielle car ils fluctuent dans le temps. Dans une situation théorique où l’information circule librement, les négociants peuvent comparer les services et les prix des différents fournisseurs ou commissionnaires, et faire leur choix. Plus le marché est élargi, plus l’écart entre les prix tendra à diminuer, car ceux qui achètent à des prix inférieurs à la moyenne ou qui livrent leurs marchandises au-dessus de la normale verront leur volume d’affaires décliner.

20Mais les prix d’Ancien Régime varient au même moment selon le vendeur13. La dispersion des prix d’une denrée est fonction en effet non seulement de la qualité du produit, mais aussi de la qualité du service, et de l’ignorance de la situation du marché par l’acquéreur. Pour pallier son ignorance, celui-ci confronte les prix que lui indiquent ses correspondants. Il n’interpelle toutefois pas tous les vendeurs possibles14. Sous l’Ancien Régime économique, le motif principal qui retient le négociant de s’adresser à tous les opérateurs présents sur le marché, c’est que cette information sur le prix est inutilisable lorsqu’elle ne s’accompagne pas d’un rapport de confiance entre les deux correspondants. La garantie de la qualité d’une denrée, relativement peu standardisée à l’époque, ne vient que de la connaissance directe ou indirecte des capacités de l’agent auquel il confie la mission d’achat, et de l’assurance que l’acquéreur peut avoir dans la qualité de ses services. Si la description minutieuse de la qualité des marchandises exigées, des prix planchers, des modalités de règlement prend autant de place dans les correspondances marchandes, c’est pour réduire au minimum les malentendus et préserver ainsi la confiance. Mais un négociant d’Ancien Régime ne s’adresserait jamais à tous les opérateurs d’une place pour dénicher celui qui vend à moindre prix : sans des garanties sur la qualité du service fourni par le correspondant, sur son zèle et sa capacité à obtenir le meilleur produit au moindre prix possible, l’information sur les prix est inutilisable.

21En cas de déception par rapport aux attentes, le négociant ne manque pas d’en toucher un mot à son correspondant. Les lettres révèlent autant les normes implicites que les contemporains s’attendaient à voir respectées par leur commissionnaire que les limites de la théorie classique des prix, dans la mesure où ceux-ci varient manifestement en fonction du client. Le cas suivant est révélateur. En 1805, la maison Walden de New York se plaint auprès de Couderc, un négociant bordelais, car celui-ci lui a facturé du vin à 280 F le tonneau, alors que : 

22« some wine of equal quality […] shipped at the same time at 220 Fs the ton, bought on a credit, the duties also on this was 11.90 F when on ours it appears charged 28.40 Fs. If these are errors you will of course correct them, if on the contrary you have given so very high a price for our wines, we suppose we must submit - yet in this case it appears strange that duties on the same kind of wine, at same time & by same vessel should so materially differ. This observation will apply to most of the other charges, which you will observe on comparison of the two invoices. We do not wish to make complaints in a business we are not thoroughly acquainted with, yet these observations strike us too forcibly to pass without notice15. »

23Derrière l’apparente demande d’une vérification des comptes, Thomas Walden veut montrer à son correspondant bordelais qu’il n’est pas dupe. Tout en admettant ne pas être familier des trafics de Bordeaux – il s’agit du premier armement de cette maison new-yorkaise vers le port girondin – Walden fait savoir à Couderc qu’il dispose des renseignements fournis par les affréteurs de son navire, ce qui lui a donc permis de constater des anomalies. Comme on ne montre pas à n’importe qui ses factures, cette information doit permettre aussi à Couderc d’apprécier le statut de Walden au sein du négoce new-yorkais, au cas où Couderc aurait cru pouvoir profiter de la naïveté d’un novice inexpérimenté.

24La lettre prouve aussi que le même produit acheté sur la même place au même moment peut être vendu à des prix différents. Le cas n’est pas unique16. Les prix n’expriment donc pas uniquement l’état de l’offre et de la demande sur un marché prétendu impersonnel : ils recèlent aussi des renseignements sur le statut du vendeur et de l’acquéreur et sur leur relation. Même lorsque le coût de l’information n’entre pas en ligne de compte, un négociant bordelais se rendant à la Bourse peut connaître facilement le cours du vin de Médoc proposé pas plusieurs de ses collègues, sans que cela n’entraîne un quelconque déboursement ni une perte de temps particulière reste que le prix facturé à un correspondant outre-Atlantique résulte du coût supporté pour l’achat, qui dépend aussi des conditions de règlement obtenues par l’acheteur en fonction de sa réputation et de son « crédit », mais aussi de l’opinion que le commissionnaire se fait de l’information en possession de son commettant. Par conséquent, les marges de profit qui se dégagent des trafics entre Bordeaux et les États-Unis varient d’une maison à l’autre en fonction de la qualité des liens établis avec les commissionnaires outre-Atlantique.

25L’information sur les cours des denrées peut motiver un négociant à entreprendre une expédition, malgré les aléas dus au décalage entre le moment où l’information a été expédiée et le moment où la cargaison composée à partir de ce renseignement parviendra à destination. Mais d’autres renseignements véhiculés par les correspondances marchandes peuvent l’aider à évaluer ses chances de réussite.

Les informations sur les événements politiques

26À côté de l’information sur le cours des denrées, les correspondances fournissent des indications sur les événements susceptibles d’altérer le prix et les coûts liés à une opération commerciale. Certains relèvent des éléments naturels, telle la qualité et la quantité des récoltes achevées ou à venir ; d’autres de la pénurie ou l’abondance d’un produit, due au rapport entre le niveau de l’offre et de la demande. En temps de guerre, les événements politiques et les facteurs d’ordre institutionnel comme une modification des droits de douane, susceptibles d’influencer la demande, font l’objet d’une attention particulière.

27«  Ces indications sont censées aider le correspondant à prévoir l’évolution des marchés et à envisager ainsi une expédition, ou au contraire à la suspendre. À côté des droits de douane, des interdictions d’importations et des embargos, le principal événement politique qui bouleverse les marchés, c’est le passage de la guerre à la paix et vice-versa. Il n’est pas surprenant, dès lors, que toute perspective de conflit ou de retour à la paix soit guettée attentivement. L’évolution des relations internationales constitue ainsi l’une des informations les plus fréquentes dans les correspondances échangées entre la France et les États-Unis à l’époque examinée. Le 11 août 1807, le négociant américain Robert Andrews, établi à Bordeaux depuis 1799, renseignait ainsi la maison Derby de Salem: “Since the Peace with Russia & Prussia, business throughout the continent is at a total stand and sugars & coffee have declined nearly to Peace prices under the expectation that England will be brought to an arrangement. [...]. Should England continue the Contest, West India Produce will immediately gain favour 17 »« Si le retour à la paix, réel ou imaginé, déprimait les cours de denrées et arrêtait les échanges, la probabilité d’une guerre se traduisait dans la tentative de ressembler le plus rapidement possible les renseignements nécessaires pour envisager une expédition profitable. Derrière la demande d’information sur les conditions d’assurance à Londres et l’attitude qu’adopterait le gouvernement anglais vis-à-vis d’un navire commerçant avec la France, la lettre adressée de Bordeaux par John Crowninshield le 9 mai 1803, quelques jours à peine avant la rupture de la paix d’Amiens, à son correspondant à Londres, Samuel Williams, montre clairement l’éventail des variables prises en compte par ce négociant de Salem : origine du navire acheté à Bordeaux par un Américain, choix de la destination, type de cargaison, alternative entre le fret ou une opération à son compte et risque. La ponctuation et le style traduisent l’atmosphère fébrile dans laquelle cette spéculation fut envisagée :

28“Should it unfortunately be war - no doubt but here may be speculations in ships which must be sold & of course quite cheap - suppose French ships or prizes bought here by an American - say for cash - or credit - or paid in bills on America - England, France or Denmark - what might they be insured for with you - bound for America - or other neutral port - or for England - or say for any Neutral colonies East or West Indies - ships in ballast - or loaded with sundries on her owners account bought in the same way - or freighted by other Americans - or loaded with French property -- & in what light would they be looked on by the English men of war or be treated by their courts. [...] You of course know what papers these ships could be accommodated with18 ». Les renseignements sur le conflit et les conjectures sur l’évolution probable des événements étaient particulièrement appréciés, surtout lorsqu’ils laissaient entrevoir la possibilité de réaliser de bonnes affaires. Le tout était d’évaluer à sa juste valeur l’information reçue et sa portée. Dans une lettre d’un correspondant de Nantes, datée du 25 septembre 1807, les Derby de Salem apprenaient la nouvelle de la guerre entre la Grande-Bretagne et le Danemark, et de la proclamation d’un embargo en France sur les navires portugais. Le durcissement de l’attitude anglaise vis-à-vis des pavillons de complaisance de Papenbourg, Kniphausen ou du Mecklembourg, en éliminant de concurrents, laissait entrevoir des perspectives favorables pour les armateurs américains. Par contre, les prévisions de leur correspondant étaient plus que discutables : « The Americans remain thus the only neutral flag & neither the French nor the British can find any profit to bereave them of this advantage19. » Quelques mois plus tard, toute navigation neutre était impossible sous le feu croisé des décrets napoléoniens et des ordres en conseil britanniques, et les États-Unis s’enfermaient dans leur embargo. Si les Derby avaient suivi le raisonnement de leur correspondant nantais, ils auraient armé plusieurs navires pour la France, qui auraient été capturés par les Britanniques ou saisis par les Français. Les armateurs avaient donc tout intérêt à distinguer les informations reçues de l’interprétation qui en faisait leur correspondant, et à collecter des avis divers avant de faire leur choix. L’étendue du réseau de correspondants diminuait le risque de se méprendre dans ses prévisions.

Les informations sur les firmes

29Puisque les transactions s’effectuent au sein d’un réseau établi mais perfectible, une partie plus ou moins étendue des correspondances marchandes est consacrée à transmettre des renseignements concernant sa propre maison de commerce ou celles des autres, l’état de leurs affaires, les rumeurs, la modification des raisons sociales (entrée d’un nouvel associé, départ d’un autre, ouverture d’une filiale) : des informations essentielles permettant au correspondant de parfaire son opinion sur les firmes avec lesquelles il fait ou il pourrait faire des affaires, ou de décider d’interrompre toute relation avec une maison en difficulté ou peu fiable. En écrivant à son correspondant bordelais, Jean-Marie Lefébure, le négociant français Louis Crousillat, établi à Philadelphie, sévit : « Cette maison de La Goänere de La Corogne est je vous assure bien négligente » ; plus loin, il rassure : « Les mauvaises affaires à Hambourg ont occasionné de grandes faillites dans ce continent, Baltimore a souffert plus que tout autre place, cette ville est presque perdue en crédit, cependant je vous annonce avec plaisir que notre Ami Carrère est toujours bien ferme20. »

30La rapidité de la transmission de ce type d’information peut être cruciale, par exemple à l’occasion d’une faillite : le 6 janvier 1804, John Crowninshield envoie de Bordeaux une série de lettres à ses correspondants dans diverses places commerciales pour essayer de bloquer toute propriété appartenant à Strobel & Martini, la principale firme américaine à Bordeaux, qui venait de déposer son bilan. Elle était débitrice d’environ 30 000 $ vis-à-vis de la maison Crowninshield de Salem, à laquelle John est associé. S’il réussit sa manœuvre et s’il obtient un jugement favorable dans une place étrangère avant que les syndics de la faillite se mettent à l’œuvre, le négociant américain peut récupérer une partie de ses créances sans avoir à attendre le règlement collectif de la procédure. La firme américaine s’active et parvient à faire opposition au départ d’un navire depuis New York qu’ils supposent appartenir à leur débiteur. Mais les pièces demandées depuis Bordeaux n’arrivent pas à temps, et l’opération échoue.

31Les informations sur le sort et le devenir d’une maison de commerce peuvent provenir directement de la firme intéressée, mais elles circulent aussi et surtout grâce aux « amis ». Avant d’entreprendre des affaires, on enquête ainsi discrètement auprès des correspondants connus. Ainsi, en 1789, Stephen Dutilh, qui vient de recevoir une lettre de recommandation de Philippe Thieriot de Bordeaux relative au capitaine Larreguy, lui demande en retour des informations sur Pierre Queheille de Saint-Sébastien, co-intéressé dans l’expédition commandée par Larreguy, en assurant son correspondant que les renseignements reçus resteront confidentiels. Queheille envisage des relations suivies avec Dutilh : «  Comme nous n’avons jamais eu occasion de faire des affaires avec lui, vous nous féres [sic] plaisir de nous marquer s’il passe pour bon & solide21. »

32L’information sur la fiabilité des autres négociants contribue à asseoir ou à détruire le crédit d’une maison. En rassurant son frère, alors à Bordeaux, quant à la ponctualité des remises effectuées par J.W. Foussat, un Bordelais installé à Philadelphie, Richard Crowninshield dément les ragots dont son frère lui avait manifestement fait part : «  He certainly has always behaved in the most honorable manner with us - what you might have heard in Salem is in my opinion all stuff. He has a brother at Bordeaux. It would be well for you to make inquiry about him. It’s said the brother assist him in his business22. » Tout en faisant à l’époque affaire à Strobel & Martini, les Crowninshield de Salem se renseignent donc sur d’autres maisons pratiquant le commerce avec les Etats-Unis ; s’ils n’ont pas fait usage immédiat de l’information reçue, elle fut conservée soigneusement et utilisée ultérieurement.

Le caractère discret de l’information

33Les informations contenues dans la correspondance marchande se caractérisent par leur discrétion, à la fois en ce qui concerne le choix du destinataire du renseignement confidentiel et le contenu de la missive, car la prudence impose parfois de ne pas mettre tout par écrit.

34La confidentialité de l’information met le destinataire dans la situation de devoir décider si, et à qui, divulguer le renseignement reçu. Après avoir obtenu des informations sur l’état des marchés ou des nouvelles politiques, le négociant peut en attendre la confirmation par d’autres sources afin d’éviter de propager de faux bruits, ce qui entamerait sa crédibilité auprès des autres négociants.

35Si la discrétion est de mise dans le traitement de tout renseignement reçu personnellement, il en va autrement pour les informations publiées dans les livres et journaux et par celles véhiculées par voie officielle au sein des institutions commerciales (telle la chambre de commerce) ou imprimées (mercuriales, journaux, prix courants). Leur caractère public les rend accessibles au même moment à tous les opérateurs de la place. La décision du recours à ce type de pratiques de diffusion de l’information est culturellement déterminée, en ce sens que, si le support technique existe, le pas ne semble être franchi que lorsque la place commerciale se situe parmi les plus importantes de son époque. Reste qu’en dépit du développement de la presse écrite, les événements vraiment importants sont connus par les négociants avant qu’ils soient rendus publics ; un avantage qui, dans le cas par exemple d’une modification de la législation, est particulièrement précieux. Ainsi, aux États-Unis, la nouvelle de l’embargo filtre-t-elle avant même sa proclamation. Entre la décision du Congrès et sa notification officielle aux autorités locales, les armateurs américains ont largement le temps de faire partir à la hâte des dizaines de navires23.

36Reste enfin à souligner que le fait même d’écrire une lettre, et d’entretenir un correspondant choisi sur un sujet, n’est pas anodin. Lorsque J.W. Foussat, établi à Philadelphie, s’empresse le 12 avril 1803 de transmettre à Richard Crowninshield les dernières informations et le prix courant du poivre, que son frère à Bordeaux lui a expédiés, il le fait en supposant que l’information lui fera plaisir : les Crowninshield ont en effet envoyé à Bordeaux l’America, sous le commandement de l’un des cinq frères, chargé de 30 000 dollars de poivre24. La nouvelle que le navire est arrivé mais qu’il n’a pas encore fini de décharger est sans doute bienvenue. Mais à côté du contenu de la missive, le fait même de recevoir une information de Foussat est un gage pour les Crowninshield du fait qu’ils bénéficient de son estime. Ce sont vraisemblablement des attentions de ce type qui expliquent la défense de la réputation de Foussat faite par Crowninshield évoquée plus haut. Autrement dit, le fait même de communiquer contribue à consolider les relations de confiance sur lesquelles repose le fonctionnement des échanges. Reste que, lorsqu’elles traversent l’Atlantique, les informations mettent du temps : comment celui-ci joue au sein des mécanismes propres au commerce ?

L’information et le temps

37Dans son étude sur la communication transatlantique, Ian Steele a démontré que l’information circulait au sein de l’Empire britannique avec une certaine régularité dès le premier tiers du XVIIIe siècle, et que le facteur saisonnier n’avait pas de véritable incidence : la Grande-Bretagne et ses colonies nord-américaines avaient au moins une occasion par mois de s’échanger leurs missives et gazettes. La durée de la navigation, par contre, établissait une inégalité dans le temps de transmission des nouvelles, plus long dans le sens Est – Ouest que dans le sens contraire25.

38Les relations entre Bordeaux et les États-Unis ne rentrent toutefois pas dans le cadre normalisé des relations coloniales. L’État, certes, n’est pas complètement absent : en plus des tentatives d’établir une ligne de paquebots dans les années 1780, l’envoi d’un parlementaire ou l’affrètement des navires pour le compte du gouvernement français dans les années 1790-1815 ont accru le nombre de bâtiments traversant l’Atlantique susceptibles de véhiculer la correspondance. Mais, par moments, les échanges épistolaires sont singulièrement difficiles. Ainsi, en mars 1810, David Gradis & fils de Bordeaux écrit à J.G. Wachsmuth de Philadelphie : « Les occasions de correspondre sont devenus si rares que nous profitons avec plaisir de celle parlementaire qui part de La Rochelle pour retourner à Philadelphie » pour accuser réception de leur lettre… du 17 août 180926 ! Aucun navire américain n’avait quitté Bordeaux depuis septembre 1809.

39En dehors des périodes très troublées où le rôle des bâtiments navigant pour le compte du gouvernement ou grâce à sa permission expresse est plus important, le transport des informations est confié aux navires privés. Le temps nécessaire à la circulation de l’information marchande dépend donc de la fréquence et de l’intensité du commerce transatlantique. C’est dire combien il est aléatoire. Si, dans les bonnes années, la correspondance circule régulièrement, la situation est plus délicate dès que le contexte international réduit la navigation américaine vers Bordeaux. Les négociants n’avaient alors que de faibles moyens pour y pallier.

40La durée d’acheminement des nouvelles était une notion tellement évidente pour les contemporains qu’elle était prise en compte par la jurisprudence. Les jugements de prise, en particulier, montraient une certaine indulgence dans les premières semaines qui suivaient la proclamation des nouvelles interdictions car les capitaines outre-Atlantique ne pouvaient pas encore être au courant des nouvelles lois.

La vitesse de circulation des informations

41Le temps nécessaire pour que deux firmes de part et d’autre de l’Atlantique s’échangent leurs informations dépendait de trois paramètres : la durée de la traversée du navire transportant les lettres, le temps nécessaire au négociant pour répondre, et la fréquence des départs des navires (soit le temps d’attente avant que la lettre ne parte).

L’inégale durée des traversées atlantiques

42Les principaux facteurs affectant la durée de la traversée dépendent de l’itinéraire et de son sens (il ne faut pas le même temps pour aller de New York à Bordeaux que de Bordeaux à New York), de la saison et du climat, de la marche du navire et des événements imprévus qui peuvent survenir au cours de la traversée, tels les contrôles en mer ou la capture par les belligérants ou encore une voie d’eau importante.

43J’ai essayé de mesurer la variabilité de la durée du trajet, donc les délais nécessaires afin qu’une lettre parvienne à son destinataire, à partir de l’étude des mouvements portuaires entre Bordeaux et quelques ports des États-Unis pour lesquels les données sont plus exhaustives, soit Salem, New York et Philadelphie. Ces données ne sont pas complètes – les dates de départ et d’arrivée n’étant pas connues pour l’ensemble du corpus27 – mais l’analyse repose toutefois sur un nombre suffisamment important de trajets (302 à l’aller, 495 au retour) pour pouvoir être considérée comme significative, à condition de ne pas aspirer à une précision à laquelle aucune source d’Ancien Régime ne permet de prétendre28.  

44Ces données dégagent certaines tendances de fond. Il faut environ un mois et demi pour traverser l’Atlantique au départ des États-Unis et atteindre Bordeaux. Bien que des voyages de 4 ou 5 semaines soient possibles tout au long de l’année, un départ hivernal se traduit souvent par une traversée plus longue  d’un mois à un mois et demi en moyenne. En dépit de ce fait, et des risques accrus de naufrage dans la mauvaise saison – nous en avons répertoriés 10 en janvier et février sur un total de 2229 – les armateurs continuent à expédier leurs bâtiments tout au long de l’année. Les conditions propres aux différents ports américains favorisent les négociants de New York, qui peuvent expédier des navires dans les premiers mois de l’année sans que cela affecte particulièrement la durée de la traversée, alors que leurs collègues de Philadelphie, qui  nécessitent de quelques jours de plus pour rejoindre la mer ouverte, sont très handicapés par les glaces dans la saison hivernale. L’analyse des trajets dans le sens contraire (de Bordeaux aux États-Unis) confirme que les voyages sont globalement plus longs, et qu’un départ à la fin de l’automne ou au début de l’hiver peut les rallonger d’une à deux semaines. Mais tout au long de l’année, il arrive que des trajets s’éternisent.

45La durée des traversées atlantiques a des implications directes sur la circulation des missives. La réponse à une lettre ne pouvait pas parvenir dans un délai inférieur à trois ou quatre mois depuis son envoi, en supposant des départs fréquents et des voyages sans difficultés. Encore fallait-il que le destinataire réponde immédiatement et surtout, qu’il trouve un navire sur son départ auquel confier sa missive.

46La lenteur inhérente aux communications maritimes d’Ancien Régime explique par ailleurs pourquoi les correspondances marchandes recèlent une multitude de renseignements et de réflexions qui n’ont pas forcément fait l’objet d’une requête spécifique d’information. Comme si, en sachant qu’il faut du temps pour communiquer, l’expéditeur s’efforçait d’anticiper les demandes éventuelles. Les occasions de s’écrire n’étaient en effet pas toujours fréquentes.

Les occasions de s’écrire : une fréquence variable

47Si la durée de la traversée n’évolue pas sur le court terme, il n’en est pas de même pour les occasions d’acheminer une lettre. Dans le pire des scénarios, il faut attendre des semaines voire des mois avant qu’un bâtiment fasse voile. Lorsqu’un port est bloqué, les informations ont du mal à traverser l’Atlantique et les négociants bordelais sont obligés d’acheminer leur correspondance par des itinéraires différents, quitte à demander à une maison de Hambourg ou de Londres de poster la missive annexe vers les États-Unis. Inutile de souligner combien ce pis-aller ralentissait la circulation des informations entre les deux rives de l’Atlantique. Le 12 septembre 1808, Jumel accusait réception à son correspondant bordelais John Perry de ses lettres du 6 et du 25 mai, du 8, 19, 24 et 26 juin : il fallait donc à cette époque compter jusqu’à deux fois plus de temps que normalement pour qu’une réponse parvienne à destination.

48La fréquence des départs est donc un facteur essentiel pour la circulation de l’information. Nous l’avons mesurée entre Bordeaux et les États-Unis à partir de notre base de données sur les navires américains arrivés dans le port girondin, qui constituent l’essentiel, voire la totalité, des bâtiments assurant cette liaison transatlantique, hormis pendant la période de la quasi-guerre30. L’analyse suivante prend en considération tous les navires américains sortis de Bordeaux se dirigeant en droiture vers un port de la côte est des États-Unis, soit 1 386 navires31. Nous n’avons pas discriminé parmi les ports américains, dans la mesure où la circulation des informations sur la côte Est des États-Unis était assez rapide, du moins dans la région comprenant la Nouvelle Angleterre et les États centraux32. Les maisons des ports du Sud étaient en revanche désavantagées si elles devaient passer par l’intermédiaire des ports des États du Centre, car elles perdaient alors une quinzaine de jours de plus. Dans notre corpus, la date de sortie fait défaut pour un navire sur quatre environ : les départs réels ont donc été plus fréquents dans la réalité, ce qui est sans incidence pour les années de trafics intenses, mais significatif pour les années où la navigation est plus faible et les données davantage incomplètes.

49Avant le conflit de 1793, il y a plusieurs périodes de l’année où le négociant est obligé d’attendre des semaines entières le départ d’un navire. Il avait alors intérêt à acheminer sa correspondance pour les États-Unis vers les autres ports français plus fréquentés à l’époque par les Américains, voire vers des places britanniques ou, plus simplement, vers les Antilles. Tous ces détours rallongeaient toutefois le délai d’acheminement, d’autant plus que les départs depuis ces autres ports, quoique plus réguliers, n’étaient pas pour autant quotidiens. De ce point de vue, les relations commerciales entre Bordeaux et les États-Unis étaient désavantagées, en termes relatifs, par rapport à celles de Lorient ou du Havre, têtes de pont des services réguliers de paquebots, dans la mesure où les négociants établis dans le port girondin et leurs correspondants outre-Atlantique ne pouvaient pas réagir aussi promptement aux changements. Dans une situation de paix, avec un commerce qui porte essentiellement sur l’importation de tabac, il y a toutefois une certaine prévisibilité de la demande qui peut diminuer ce type d’inconvénient.

50Une certaine amélioration dans la fréquence des traversées atlantiques est par ailleurs perceptible dès 1789, grâce à l’arrivée à Bordeaux de nombreux bâtiments américains chargés de céréales. Encore en 1790 et 1791, toutefois, il se passe parfois de 6 à 8 semaines avant qu’un navire ne quitte la Garonne pour les côtes nord-américaines.

51Avec la hausse des trafics entraînée par les guerres révolutionnaires, ce cercle vicieux est brisé : le nombre croissant de navires américains qui arrivent à Bordeaux permet aux négociants de part et d’autre de l’Atlantique d’entretenir des correspondances régulières, ce qui, à son tour, est susceptible d’encourager des affaires hautement spéculatives pour lesquelles le facteur temps est essentiel. La mauvaise qualité des données en notre possession pour 1794-1797 ne doit pas masquer l’essentiel. La centaine de navires américains frappés par l’embargo de 1793 sont bel et bien sortis à partir d’avril 1794, même si nous ne connaissons pas la date exacte. De même, nous ignorons le sort de presque 200 navires arrivés à Bordeaux au cours du second semestre 1795 et du premier semestre 1796, ce qui nous permet de penser que les négociants bordelais avaient à cette époque au moins une possibilité par semaine d’écrire à leurs correspondants outre-atlantique. À partir du milieu de 1796 et jusqu’aux derniers mois de 1797, nos données, quoique incomplètes, confirment que l’envoi des missives ne subissait plus aucune contrainte due à la rareté des départs. Si la quasi-guerre interrompt presque la navigation américaine, d’autres pavillons ont assuré le transport des correspondances ; leur fréquence nous échappe.

52Pendant la paix d’Amiens, les relations épistolaires peuvent se faire avec une certaine régularité, en dehors de la saison hivernale où les occasions se font plus rares. Avec la reprise du conflit, correspondre n’est plus un problème : plusieurs navires par semaine assurent les liaisons entre la Garonne et la côte Est des États-Unis jusqu’à la fin de 1807. Par la suite, l’échange d’informations redevient un véritable calvaire. Ainsi, en 1809, Dutilh & Wachsmuth reçoit au mois de mai une lettre écrite de Bordeaux le 19 janvier : il ne peut pas en accuser réception avant novembre33. En admettant que Daniel Lacombe ait reçu la réponse, ce simple échange épistolaire aura requis un an. Même pour les négociants d’Ancien Régime, habitués à une certaine lenteur, cette situation était incompatible avec toute possibilité d’anticipation sur la demande. En temps de guerre, la situation devenait grotesque, si l’on considère la rapidité avec laquelle France et Grande-Bretagne modifiaient en ces années leur politique commerciale et leur attitude vis-à-vis de la navigation internationale.

53Face à l’incertitude qui caractérise de manière récurrente la circulation des missives à travers l’Atlantique, les négociants disposent toutefois d’autres moyens pour s’assurer que leurs messages parviennent à leur destinataire.

Les tentatives de réduire les aléas de la circulation

54Pour faire parvenir leurs correspondances dans les plus courts délais, les négociants les envoient souvent en plusieurs exemplaires. Lorsque la circulation est intense et sûre, ils se cantonnent à expédier leur message en deux copies, prenant la précaution de mentionner dans la lettre suivante la date des derniers envois et d’en résumer le contenu, afin que le destinataire puisse s’y retrouver. Quand la circulation des navires est sujette à des aléas nombreux, en revanche, le négociant envoie simultanément plusieurs copies de la même lettre par des navires différents, variant parfois les itinéraires. Le nombre de copies est fonction de l’urgence de l’information et des risques de non livraison. Ainsi, en 1794, Dutilh & Wachsmuth demande à G. Foache et frères du Havre de leur envoyer rapidement le certificat prouvant le déchargement en France des denrées coloniales chargées sur la Ville du Havre, capitaine Caron, afin d’obtenir la restitution des droits payés à l’occasion de l’importation de ces denrées à Philadelphie. Vu l’urgence, l’expéditeur ajoutait : « Ne craignez pas de nous envoyer ces certificats par quadruplicata étant très essentiels pour vos intérêts que nous nous le recevions34. »

55L’envoi de plusieurs copies du même document offre une garantie suffisante contre le risque de défaillance d’un navire, due à un naufrage, ou à sa capture par l’ennemi. Il se révèle en revanche inefficace lorsque les entraves aux liaisons maritimes sont systématiques, comme dans le cas d’un embargo ou au pire moment du Blocus. Le 11 novembre 1808, en accusant réception des missives écrites de Bordeaux par John Perry le 29 août et le 5 septembre, Jumel & Desobry observe : « Ce n’est pas de notre faute si vous n’avez pas reçu notre réplique à la vôtre du 27 mars relative au capitaine Skiddy. Nous vous avions répondu à ce sujet le 16 mai par la Sally Tracy, le ship Tiger et le brig Comète ; mais tous ont été conduits en Angleterre & nos lettres aussi. » Jumel en tire les conséquences, en expédiant cette réponse en six copies, alors qu’il se confinait en général aux triplicatas35 !

56La durée de transmission des ordres et d’acheminement des informations représente une contrainte importante dans la gestion des échanges transatlantiques. L’impossibilité de gérer les affaires à distance est implicitement reconnue, par exemple, dans les instructions écrites par les armateurs à la veille du départ du navire : après avoir envisagé diverses possibilités quant à la vente de la cargaison, au fret du navire et au voyage de retour, elles se terminent souvent en laissant toute latitude au capitaine d’agir contrairement aux instructions pour le mieux des intérêts des armateurs, le priant seulement de les tenir au courant : « Notwithstanding the above and foregoing, must leave it with you as circumstances may turn up, to conduct the voyage according to your best judgment and prudence. Keep me constantly advised of your doings36 », prescrit une maison bostonienne au capitaine de l’Abigail, prêt à faire voile pour Le Havre en février 1795. Tant pour l’utilisation de l’information reçue que pour la prise des décisions lorsque la distance empêche d’en faire usage, le négociant se trouve devant la nécessité de faire confiance à ses agents et correspondants. Les informations échangées au sein du réseau et sa propre expérience l’aident toutefois à savoir le crédit qu’il peut avoir avec les négociants d’une place éloignée.

57Même dans une situation « normale », où de nombreux navires assurent la circulation transatlantique, le temps nécessaire à la transmission des informations et des ordres constitue un handicap sérieux pour réagir avec promptitude aux modifications de la conjoncture. Une fois le navire parti, l’armateur a peu de chances de réussir à changer à temps les directives données au capitaine. Le délai nécessaire pour que les nouveaux ordres l’atteignent est trop long pour que celui-ci puisse agir en conséquence. Dans une conjoncture de guerre, plus spéculative et davantage susceptible de changer rapidement sous l’effet de la politique des belligérants, ces délais augmentent sensiblement l’incertitude dans laquelle tout négociant d’Ancien Régime se trouve à devoir opérer. La tentative de résolution face à la lenteur des communications passe dès lors par l’attribution de la prise de décision à un homme de confiance : capitaine, subrécargue ou agent sur place. En ce sens, les contraintes liées à la circulation de l’information marchande sous l’Ancien Régime renvoient directement à la nécessité de s’appuyer sur un réseau fondé sur la confiance afin d’assurer les échanges.

Conclusion

58Cette analyse des supports, du contenu et des aléas de transmission de l’information marchande a permis de souligner que la circulation d’informations diverses – sur les prix, les marchés, la législation en vigueur, les coûts, la faisabilité de l’opération envisagée – ne s’effectue pas dans un univers impersonnel, mais dépend étroitement des liens de confiance établis entre les correspondants et plus généralement de la qualité du réseau d’appartenance.

59Tous ne disposent pas d’informations de la même qualité : les correspondances commerciales entre Bordeaux et les États-Unis nous révèlent que le positionnement d’un individu au sein ou aux marges des réseaux du grand négoce influence directement les bénéfices escomptables, dans la mesure où, incapable de se procurer des informations complètes, ou mal renseigné sur les capacités de ses correspondants, celui-ci se trouve à payer plus cher ses commandes ou à vendre moins avantageusement ses envois. Ni la palette d’opérations réalisables à un moment donné, ni les prix des marchandises ne sont donc des données absolues : ils dépendent du statut des opérateurs, sur lequel les informations transmises nous renseignent aussi, à condition de savoir les lire.

60C’est avant tout en ce sens qu’il nous semble qu’il faille réinterpréter les suggestions de la théorie des coûts de transaction pour l’appliquer aux échanges d’Ancien Régime. Le statut de l’individu est, à son tour, largement construit sur l’opinion que le correspondant s’en fait, opinion qui peut être influencée par les informations que le négociant concerné lui livre, ainsi que sur celles qu’il peut collecter parmi ses connaissances, confirmant ainsi encore une fois la nécessité d’examiner l’information dans le contexte dans lequel elle est produite et diffusée, et d’insérer son étude dans celui des mécanismes fondamentaux de fonctionnement de l’univers marchand.

Haut de page

Notes

1 Ronald COASE, «The Nature of the Firm », Economica, 1937, p. 392. Pour une introduction à la question, cf. Alessandro STANZIANI, «Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information », Revue de synthèse, 2000, p. 117-156.
2 La question de la circulation de l’information a été appréhendée par les historiens modernistes français surtout en ce qui concerne l’histoire politique et culturelle : cf. par ex. Lucien BÉLY, (dir.), « L’information à l’époque moderne », Bulletin de l’Association des historiens modernistes des Universités, n° 25, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001. Le thème commence toutefois à attirer aussi les historiens économistes, comme en témoigne, entre autres, la journée d’études du 21 juin 2004 organisée par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France sur « L’information économique. Production et circulation dans la France moderne » (actes à paraître).
3 Cf. Peter MATHIAS, «Risk, credit and kinship in early modern enterprise», in John J. McCUSKER et Kenneth MORGAN (éds.), The Early Modern Atlantic Economy, Cambridge, MA, Cambridge University Press, 2000, qui souligne l’impossibilité de distinguer nettement entre risque et aléa dans l’économie d’Ancien Régime, contrairement à l’époque contemporaine, où le premier est quantifiable.
4 Cf. sur cet aspect John McCUSKER, European Bills of Entry and Marine Lists: Early commercial publications and the Origins of the Business Press, Harvard, 1985; et John McCUSKER, « The Demise of Distance: The Business Press and the Origins of the Information Revolution in the Early Modern Atlantic World », American Historical Review, vol. 110, number 2, April 2005, p. 294-321.
5 C’est en ce sens qu’il convient d’interpréter l’observation de F.J.L. Meyer lors de son passage à Hambourg en 1801, lorsqu’il affirme, après avoir constaté le déclin des affaires, que « la Bourse regorge toujours de gens, mais la plupart n’y va que par habitude » : Friedrich Johann Lorenz MEYER, Briefe aus der Haupstadt und dem Innern Frankreichs, Tübingen, 1802, vol. 2, p. 23.
6 Peabody Essex Museum (Salem, Mass.; désormais: PEM), Forbes Papers, reel 44, n° 5, lettre de R.B. Forbes datée Londres, 20.1.1809.
7 Historical Society of Pennsylvania (Phialdelphie), Dutilh & Wachsmuth, Box 2, folder 10.
8 PEM, MSS MH-4, Crowninshield family papers, Box 4, lettre de Richard à John Crowninshield, datée Salem 10.10.1803, adressée auprès de Hottinguer & Co. à Paris.
9 New York Historical Society (New York, désormais NYHS), BV Walden, lettres du 13.12.1805 et du 19.7.1806. Jean Gadiou est un négociant français naturalisé américain : cf. Archives Nationales (Paris), F7 8555, dossier 11 429.
10 Les principaux ports américains avaient tous leur presse commerciale : cf. l’excellent répertoire de Clarence S. BRIGHAM, History and Bibliography of American Newspapers, 1690-1820, Worchester (Mass.), American Antiquarian Society, 1947, 2 vols. Les Bordelais pouvaient consulter le Journal de Bordeaux et du département de la Gironde, et à partir du XIXe siècle, l’Echo du Commerce, qui fournissaient ce type de services.
11 Archives départementales de la Gironde, 7B 1009, Baignoux & Quesnels, correspondance reçue de Baltimore, lettre du 15.11.1790 en anglais, avec traduction française, de William Taylor.
12 Cf. McCUSKER, «The Demise of Distance», art. cité.
13 Ce dernier aspect est traité, selon une approche économétrique, par G.J. STIGLER, « The Economics of Information», The Journal of Political Economy, 69 :3 (1961), p. 213-225.
14 D’après la théorie des coûts de transaction, l’opérateur limite la recherche d’informations en raison de leur coût, essentiellement le temps consacré à la correspondance ; un temps qui n’a pas la même valeur d’un négociant à l’autre, car il est fonction du chiffre et du volume des affaires. Cf. STIGLER, «The Economics», art. cité, p. 216. Or, il nous semble que les raisons de cette limitation tiennent sous l’Ancien Régime à d’autres facteurs.
15 NYHS, BV Walden, p. 255, 27.11.1805.
16 Un exemple de comment la position marginale du commissionnaire au sein du négoce local affecte le prix de vente à la baisse se trouve à la Bibliothèque Municipale de Bordeaux, Ms 1041, Copie de lettres de H. Lainé, p. 88, 14.5.1804, à Peter Baudhuy.
17 PEM, MS #37 - Derby family papers, Box 13, f. 1.
18 PEM,  MSS MH-15, Crowninshield family papers, box 4.
19 PEM, MS #37 - Derby family papers, box 13, Labouchère & Trotreau à E.H. Derby, Nantes, 25.9.1807.
20 Archives départementales de la Gironde (ADG), 3E 13093, 5 Thermidor an VIII, dépôt par Jean-Marie Lefébure d’une lettre de Crousillat, annexe, datée Philadelphie, 20.5.1800.
21 PEM, MSS MH-4, Crowninshield family papers, Box 4 et MH-15, Letterbook. Library of Congress (Washington, DC), Dutilh & Wachsmuth, box 1, copie de lettre, p. 73, lettre du 8.11.1789.
22 PEM, MSS MH-4, Crowninshield family papers, Box 4, lettre de Richard à John Crowninshield, datée New York 22.1.1803.
23 Clifford L. EGAN, Neither Peace Nor War: Franco-American Relations 1803-1812, Baton Rouge, Louisiana State Univ. Press, 1983, p.88. La nouvelle de l’embargo de Jefferson n’arrive à la Nouvelle Orléans par voie officielle qu’un mois après sa proclamation.
24 PEM, MSS #MH15, Crowninshield family papers, Box 17, lettre de J.W. Foussat à Richard Crowninshield, Philadelphie 12.4.1803.
25 Ian K. STEELE, The English Atlantic, 1675-1740. An Exploration of Communication and Community, New York and Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 50. Pour la circulation au sein de l’Empire français, voir Kenneth BANKS, Chasing Empire across the Sea. Communications and the State in the French Atlantic, 1713-1763, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002.
26 Hagley Museum (Wilmington, Delaware), #1003, Dutilh & Wachsmuth, box. 1, lettre du 22.3.1810.
27 Nous disposons de la date de départ du port d’origine et de la date d’arrivée à Bordeaux pour 74 % des navires partis de Salem et arrivés à Bordeaux entre octobre 1790 et décembre 1815 ; pour 40 % de ceux sortis de New York et pour 61 % de ceux parti de Philadelphie. Nous avons éliminé du calcul les navires arrivés à Bordeaux qui avaient effectué une escale intermédiaire. Dans le sens contraire, nous avons la date de départ de Bordeaux et celle d’arrivée aux États-Unis pour 60 % des navires envoyés à Salem, pour 54 % des navires expédiés à Philadelphie, et pour 59 % de ceux destinés à New York, après avoir éliminé les navires ayant fait une escale commerciale ou forcée (navires pris et amenés à Halifax, puis relâchés), et ceux qui ont été bloqués à la sortie de la Gironde par un embargo.
28 Les sources utilisées pour la constitution du corpus sont pour l’essentiel les fonds américains à Bordeaux conservés à Washington, National Archives ; et des fonds bordelais (ADG) ou parisiens (Archives nationales) selon les années.
29 Ces naufrages concernent des navires américains destinés pour ou partis de Bordeaux. Même si la liste est loin d’être exhaustive, elle montre clairement la dangerosité des départs hivernaux, que les armateurs américains ne pouvaient pas ignorer. «There has been an immense deal of damage done on the coast & several vessels totally lost this season», écrivait le capitaine Silliman, arrivé à l’embouchure de la Gironde en janvier: HSP, Eyre papers, lettre du 23.1.1805. Le capitaine Crowninshield ne sous-estimait pas non plus le danger de la fin de l’hiver, lorsqu’il écrivait du Verdon : «This is not only a bad place to enter but a very bad one to get out of, this season of the year sometime vessels is detained 15 or 20 days for a chance to go to sea»: PEM, Crowninshield papers, MH-15, box 4, f. 8, lettre du 1.2.1797.
30 Notre principale source ne nous permet pas d’étudier la fréquence des départs des États-Unis vers Bordeaux, faute de mentionner la date de départ depuis le port américain. Si nous avons pu recueillir cette donnée par des sources disparates pour quelques centaines de navires, les lacunes sont trop importantes pour permettre l’analyse envisagée ici.
31 Il a été compilé à partir de notre base de données et ne prend en compte que les navires pour lesquels la date de départ est précisément indiquée. L’estimation de l’exhaustivité des données pour chaque année est faite à partir du nombre et du pourcentage des navires que nous savons arrivés à Bordeaux mais dont nous ignorons le sort. Nous avons également classé comme « mauvaises » les années 1798-1800, même si les données américaines sur les navires en notre possession sont assez exhaustives, car les trafics entre Bordeaux et les États-Unis s’effectuaient à cette époque sur d’autres pavillons que celui américain.
32 Nous avons en revanche éliminé les départs pour La Nouvelle Orléans.
33 Hagley Museum, #95, Dutilh & Wachsmuth, vol. 4, lettre du 21.11.1809 à Daniel Lacombe.
34 Hagley Museum, #95, Dutilh & Wachsmuth, vol. 1, lettre du 20.3.1794
35 New York Public Library, Jumel and Desobry letterbook, 1808-1810, p. 41, lettre du 11.11.1808.
36 PEM, Door papers, instructions de E. Dorr au capitaine Daniel Prior de l’Abigaïl, datées Boston, 10.2.1795.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Marzagalli, « La circulation de l’information, révélateur des modalités de fonctionnement propres aux réseaux commerciaux d’Ancien Régime », Rives nord-méditerranéennes, 27 | 2007, 123-139.

Référence électronique

Silvia Marzagalli, « La circulation de l’information, révélateur des modalités de fonctionnement propres aux réseaux commerciaux d’Ancien Régime », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 27 | 2007, mis en ligne le 27 juin 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/2073 ; DOI : 10.4000/rives.2073

Haut de page

Auteur

Silvia Marzagalli

Silvia Marzagalli mène ses recherches au CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org