Navigation – Plan du site

Information, organisations commerciales et performance économique.

Marchands de la mer et de l’intérieur au début de l’époque moderne
Jean-Philippe Priotti
p. 13-24

Résumés

En analysant la place de l’information au sein de deux organisations marchandes différentes, celle d’armateurs et de marchands malouins et celle d’hommes d’affaires castillans, il ressort qu’en période d’abondance monétaire, d’élargissement des marchés et de conflits, l’information devient d’une valeur relative pour le succès des affaires. Le rapport différencié de ces groupes d’hommes à l’économie et au monde qui les entoure concourt tout autant que la qualité et le coût de l’information à la performance économique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

à Laurent Doussinet

Jean-Philippe Priotti

FRAMESPA - UMR 5136, Université de Toulouse II Le-Mirail, CRHAEL, Université du Littoral

MOD

MED

commerce,économie,histoire maritime,information

fr

En analysant la place de l’information au sein de deux organisations marchandes différentes, celle d’armateurs et de marchands malouins et celle d’hommes d’affaires castillans, il ressort qu’en période d’abondance monétaire, d’élargissement des marchés et de conflits, l’information devient d’une valeur relative pour le succès des affaires. Le rapport différencié de ces groupes d’hommes à l’économie et au monde qui les entoure concourt tout autant que la qualité et le coût de l’information à la performance économique.

In analysing the place of information in two different trading organizations, namely that of the ship owner and the Saint Malo merchants, and Castilian businessmen, it was shown that during a financially affluent period, where markets and conflicts increased, information took on less importance with regard to the success of business. The relationship that these two groups of businessmen had, both with the economy and the surrounding world, was as important as quality and the cost of information linked to economic performance.

1A travers l’étude comparée de deux réseaux informatifs concurrents, l’un dirigé par des armateurs et des marchands malouins et l’autre par des hommes d’affaires castillans, je voudrais ébaucher les contours des changements structurels qui affectèrent le commerce atlantique à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, au moment où, au sein du tissu économique, l’afflux des métaux précieux en Espagne atteignit des niveaux sans précédent, tout en testant la validité de l’affirmation selon laquelle il y aurait eu adéquation entre abondance et qualité de l’information d’un côté, avantages compétitifs et performance économique de l’autre1.

2Pour comprendre ces changements, il est important d’insister sur la relative modestie des arrivées de métaux précieux américains avant 1560 et leur abondance croissante au cours de la décennie suivante et pendant plus d’un demi-siècle. Cet afflux d’argent vers Séville offrait la possibilité de réduire les coûts de l’échange, car dans le système où le crédit s’était développé pour pallier la pénurie de monnaie, les risques de défection potentiels de l’acheteur étaient plus élevés que lorsque du comptant était utilisé. Là où la monnaie allait devenir abondante, comme en Andalousie, l’importance des réseaux sociaux, de l’information et de la confiance perdait de son caractère absolu pour la conclusion de bonnes affaires.

3Afin de compléter les travaux récents sur la vitesse de circulation de l’information, sa diffusion et son coût de transport2, et de connaître l’efficacité réelle de l’information, il paraît nécessaire d’étudier le substrat humain au sein duquel l’information était enchâssée, circulait et était traitée en vue d’une action déterminée. Mais la bonne information ne circulait pas en vase clos, au profit d’un seul ; elle était soumise au jeu concurrentiel. La qualité de l’information durait pour autant qu’on agissait avec la rapidité requise dans son traitement. Dans un Tratatto dei buoni costumi, l’auteur, qui faisait profession de commerçant, recommandait : «[…] Si tu reçois un paquet de lettres pour toi et d’autres marchands, commence par ouvrir les tiennes. Et agis. Tes affaires réglées, il sera temps de remettre aux autres leur courrier3. » Cependant, agir n’était pas si simple. La façon dont les hommes d’affaires d’un peu d’importance, au centre d’un réseau humain, utilisaient l’information dépendait largement du statut de l’informateur et de la confiance dont il était crédité. Et ce statut n’était pas établi une fois pour toutes. Il fluctuait en fonction de la place de la firme à laquelle appartenaient informateur et informé et de celle des firmes concurrentes, dotées de leur propre réseau informatif.

4Pour cette étude, j’ai utilisé un sixième environ de la correspondance Ruiz, fonds riche de plus de 55 000 lettres dont la plupart ont été envoyées à Simón Ruiz, le grand marchand castillan établi à Medina del Campo4. Le contenu de ces missives rend possible la comparaison du système informatif et de la performance économique du réseau social de la firme Ruiz, composé de Castillans, de Bilbanais et de Nantais, actifs sur l’itinéraire Nantes-Bilbao-Castille, avec un autre réseau formé de Malouins et de Vitréens contrôlant l’axe Vitré-Saint-Malo-l’Andalousie durant la période 1560-1600.

5À la fin des années 1550, les Castillans, au premier rang desquels se trouvait la firme Ruiz5, contrôlaient le commerce traditionnel des toiles bretonnes entre le sud de la Bretagne et la Castille, à travers les ports de Nantes et de Bilbao. C’était un des principaux axes du commerce castillan avec le reste de l’Europe et, à cette époque, les toiles bretonnes étaient à la fois l’article étranger le plus vendu en Castille et un des principaux produits chargé à destination des Indes. D’ailleurs, en parallèle, les Ruiz étendaient leur commerce à Séville.

6Mais suite à la paix de 1559, aux arrivées massives d’argent américain et à des centres de production textile bretonne et normande proches, le commerce des Malouins en Andalousie concurrença celui que les Castillans réalisaient traditionnellement entre le sud de la Bretagne et le nord-ouest espagnol, car les zones d’approvisionnement des uns et des autres étaient les mêmes. Compte tenu de la plus grande disponibilité d’argent comptant en Amérique et en Andalousie, la demande s’intensifiait et, pour y répondre, des intermédiaires nouveaux, particulièrement malouins, se lançaient sur le marché. Cela se traduisit par un accroissement de la demande auprès des producteurs bretons et l’offre en tira le meilleur parti. Toutefois, Malouins et Castillans n’organisaient pas leur commerce de la même façon6 et les informations auxquelles ils avaient recours pour mener leurs affaires à bien utilisaient différents canaux.

7À Saint-Malo, l’apprenti-marchand bénéficiait d’une formation « sur le tas » où l’expérience de la navigation représentait encore la principale voie de formation au XVIIe siècle7. Elle permettait de collecter soi-même l’information, une information en bonne part visuelle et orale, laquelle invitait à s’aventurer dans les affaires grâce à la connaissance simultanée des caractéristiques des différents ports. Ces navigations répétées forgeaient la perception que le marchand malouin avait des affaires. Résolument tourné vers la mer, sans cesse confronté aux éléments, il devait au besoin accoster à la sauvette dans un port qui n’était pas celui de destination. La tempête, les corsaires, une avarie et mille autres péripéties pouvaient le dévier de son objectif. La mer et le ciel n’appartenaient pas au domaine de la prévision et réclamaient vivacité de réaction reléguant au second plan la valeur des préceptes théoriques. Pour parvenir à bon port, il lui fallait se laisser porter par les courants et les vents et donc actualiser sans cesse l’information qu’il possédait sur des circonstances en perpétuelle évolution. Sa réponse était davantage dictée par une bonne capacité d’adaptation que par un plan préétabli.

8Ces points de vue et ces façons de faire avaient préparé les Malouins à se saisir des opportunités du marché andalou inondé de trésors américains. Le succès de leurs affaires en Andalousie tenait en partie à la simplicité de leur organisation et à des coûts très bas, notamment ceux de l’information. Les ventes se faisant contre pièces et barres d’argent, point n’était besoin de se renseigner sur les acheteurs. De plus, les Malouins les réalisaient surtout à Sanlúcar et à Cadix, ports moins soumis aux tracasseries administratives que Séville. Leur information, côté espagnol, se limitait à la date approximative du départ des flottes pour l’Amérique et à l’état de la demande en toiles, données pouvant être obtenues sans avoir à mener une longue enquête sur place. D’ailleurs, -au début en tout cas- Malouins et Vitréens ne s’installaient pas en Andalousie ; ils occupaient ainsi le marché espagnol avec une information minimum, à faible coût, agissant à vue, comme sur mer, profitant du « potentiel de la situation ». Compte tenu de l’accroissement de la demande des marchands venus d’Amérique, les Malouins faisaient même deux voyages par an en Andalousie8, ce qui leur permettait d’obtenir en continu des informations sur la demande.

9Pour eux, c’était en amont que les enjeux se situaient. Le seul impératif se plaçait du côté de l’offre ; il leur fallait obtenir la marchandise à tout prix. Mais dans ce nouveau contexte, de nombreux allers et retours épistolaires entre patrons et employés, comme c’était le cas chez les Ruiz, étaient inutiles, car Malouins et Vitréens se rendaient eux-mêmes sur les marchés d’approvisionnement bretons, jugeant sur place de ce qu’il était bon de faire et agissant en fonction des circonstances. L’information se dégageait de la situation ; elle était inscrite dans la situation. Ainsi, pour minime qu’elle ait été leur information était directe, visuelle et elle s’étendait à toutes les phases du circuit commercial : ils ne quittaient pour ainsi dire pas la marchandise des yeux depuis l’achat en Bretagne jusqu’à la vente en Andalousie.

10Par ailleurs, pouvoir compter sur des moyens de transport propres -car nombre de ces Malouins étaient armateurs- représentait un atout décisif9. La production et le transport étaient précisément les deux variables sur lesquelles pesait une forte pression en période d’abondance monétaire, de forte demande en marchandises et de conflits. En pareilles circonstances, la question n’était plus tant de savoir à qui on allait vendre la marchandise, mais la façon dont on pouvait l’obtenir puis la transporter jusqu’à l’acheteur final.

11Cette fonction d’armement du port breton était primordiale à l’heure de considérer la réussite commerciale malouine. Comme on vient de le voir, elle permettait de résoudre le problème de la disponibilité de moyens de transport, de plus en plus aléatoire. Mais, à cette disponibilité elle ajoutait la sécurité de transport. En effet, les relations des Malouins avec la monarchie avaient contribué à en faire des marchands-guerriers itinérants. Depuis le Moyen Âge, aux moments-clé de la construction ou de la sauvegarde territoriale du royaume, les Malouins avaient servi le monarque français10. Cela avait conforté leur réputation de grands marins et la quasi-indépendance de leur port d’origine, les services prêtés appelant de nombreux privilèges en guise de compensation. À une époque où les circuits marchands étaient placés sous le feu des conflits et donc de hausse des coûts de transaction, les Malouins étaient en mesure de fournir protection armée pour eux-mêmes et pour autrui11.

12En 1575, un marchand de Saint-Malo, au nom de vingt-trois autres marchands et capitaines de la marine de la ville, proposait de fournir douze grands vaisseaux armés en guerre, avec soldats et munitions, chaloupes et pataches nécessaires, pour servir le roi12. Moyennant 120 000 livres, ils s’engageaient à bloquer le port de La Rochelle de sorte que rien ne put entrer ni sortir, et ils offraient 100 000 écus de caution à Paris ou à Rouen -qu’ils étaient disposés à perdre- s’ils trouvaient en mer plus forts qu’eux13. Il est intéressant de savoir qu’à la même époque des pirates rochelais avaient attaqué les convois des Malouins et de leurs alliés Vitréens, au retour du voyage d’Andalousie14. En proposant cette aide armée au roi, les Malouins faisaient d’une pierre deux coups et au prétexte de secourir le royaume, ils escomptaient partager les coûts de protection de leur commerce avec l’État15. Nous ignorons si dans ce cas précis le roi répondit favorablement à la proposition, mais ce qui semble important de souligner est la façon dont les Malouins associaient intérêt public et privé pour faire baisser leurs coûts de transaction16.

13Ajouté à la pratique du convoi lors des retours vers la Bretagne, la possession des armes donnait la possibilité de courir un minimum de risques sur les barres d’argent et les pièces transportées et donc de pouvoir se passer d’assurance. De cette façon, les Malouins pouvaient éviter le recours à la lettre de change et les aléas dus au retard des foires17. En ces temps troublés, ils avaient particulièrement bien adapté l’organisation de leurs affaires aux opportunités commerciales nouvelles, avec la mobilité, la force et la rapidité d’action en guise d’avantages comparatifs transactionnels18 vis-à-vis de Castillans dont la principale ressource restait l’information. Bien entendu les Malouins faisaient leur possible pour amoindrir leurs coûts de transaction, mais il est difficile de dire dans quelle mesure ces coûts étaient inférieurs à ceux supportés par les Castillans. En revanche, il est établi que les uns et les autres envisageaient l’efficacité de leurs affaires selon des modalités distinctes conditionnées par des cultures différentes. L’information était enchâssée dans une organisation économique plus large, laquelle relevait d’une culture particulière.

14Dès les années 1570, de périphérique et auxiliaire dans les circuits commerciaux, la place des Malouins et des Vitréens devint centrale. Matériellement et culturellement, ils étaient mieux armés pour tirer profit des circonstances nouvelles où adaptabilité à la situation et rapidité de décision et d’action étaient devenus des facteurs aussi importants, sinon davantage, que l’information elle-même. Lorsque le rapport entre l’offre et la demande se modifiait suite à l’introduction massive de métaux précieux, la conclusion des bonnes affaires passait davantage par la valorisation du « potentiel de la situation » que par celle d’un plan projeté d’avance19.

15L’efficience du commerce des Malouins et des Vitréens était de notoriété publique : ils accaparaient le trafic avec Sanlúcar, Cadix et les Canaries et l’on trouvait parmi eux des négociants trois fois plus riches que ceux de Nantes20. En s’imposant sur les lieux d’approvisionnement avec des achats faits en bonne part au comptant, les Bretons du nord accaparaient une part croissante du marché des toiles françaises. Avec leur conception matérielle du marché, ils déstabilisaient le réseau Ruiz et faisaient se déliter la confiance qui unissait ses différents membres. Il s’ensuivait des transformations au sein de la firme Ruiz et une augmentation de ses coûts de l’information (commissions réduites, multiplication des courriers, indécisions diverses, surveillances).

16Et au début des années 1570, Simón Ruiz enregistrait des déficits sur les toiles françaises vendues en Castille et à Séville21. Revenons sur le processus qui mène à cette situation en retraçant le fonctionnement de la firme Ruiz avant et après l’intrusion des Malouins sur le marché, c’est-à-dire de part et d’autre des années 1560, pour observer la façon dont l’adaptation malouine aux nouveaux impératifs économiques fit augmenter de façon significative les coûts de l’information du réseau castillan.

17Jusqu’au début des années 1560, grâce à un réseau multiculturel intégré les marchands espagnols de Nantes et de Medina del Campo avaient contrôlé les circuits commerciaux reliant la Bretagne du sud à la Castille, usant d’un certain degré de monopole de l’information et du crédit pour étendre leurs affaires commerciales. Dans les années 1530-1550, ces hommes d’affaires avaient accumulé un certain savoir-faire et s’étaient arrogés, à l’abri de la concurrence, un quasi-monopole sur les toiles bretonnes qu’ils vendaient en Espagne22. À cette époque, la demande castillane commandait le marché breton. Les Ruiz de Nantes choisissaient et achetaient fardeau après fardeau la marchandise aux producteurs venus du nord de la Bretagne pour effectuer leur vente dans le port de la Loire. Lorsque la marchandise leur déplaisait, les Ruiz de Bretagne se permettaient même de la leur renvoyer. À cette époque, la pression sur l’offre n’était pas grande et l’on obtenait la marchandise de la qualité que l’on souhaitait. Les informations contenues dans la correspondance entre Ruiz de Nantes et de Castille montrent le soin que l’on prêtait aux assortiments de toiles, aux différentes qualités ainsi qu’à la solvabilité des consommateurs castillans sur lesquels on possédait des informations précises puisque les ventes se faisaient à crédit.

18Dans la seconde moitié des années 1550, Simón Ruiz avait fait compagnie avec plusieurs Nantais. Un certain équilibre des décisions et le partage de l’information reflétaient le climat de confiance qui régnait entre les associés. Pour payer la marchandise achetée à crédit, la firme utilisait le relais des foires de Lyon où les Ruiz connaissaient les Bonvisi, les marchands-banquiers originaires de Lucques. Au début des années 1560, cette firme et ses employés jouaient les premiers rôles dans le commerce entre la Castille et le reste de l’Europe. Attaché à l’écritoire, les doigts tâchés d’encre et les yeux fatigués à force de lire les lettres de ses correspondants, le marchand de l’intérieur, tel que Simón Ruiz, se faisait une idée du marché et des circuits de l’argent à partir des informations qu’elles contenaient. Il est intéressant de voir quelle fut la réaction de Simón Ruiz et celle de ses associés à l’arrivée des Malouins et des Vitréens dans les années 1560-1570.

19Tandis qu’Yvon Rocaz, un des associés nantais de Simón, préconisait que la firme procèda à l’image de ses concurrents du nord de la Bretagne, Simón Ruiz s’y refusait23. D’ailleurs, ce dernier profita de la mort de Rocaz, en 1569, pour accroître son poids dans la firme. Dorénavant, il contrôlait seul l’information et établissait des rapports hiérarchisés avec des employés dont il avait assuré le renouvellement quelque temps auparavant, et qui lui étaient personnellement liés. À cette époque, il affirmait ne plus vouloir s’associer avec quiconque. À travers ordres et commissions, il projetait seul sur ses collaborateurs sa propre vision des choses. En cela, il imposait son point de vue, théorique, bâti à rebours, à partir de la situation d’arrivée, celle du marché consommateur, considérant comme anecdotiques les circonstances qui modelaient les différentes phases du circuit commercial en amont.

20La correspondance relate le décalage entre ses exigences et la réalité du marché. Tandis que son neveu de Nantes lui écrivait que Malouins et Vitréens raflaient tout sur les marchés, Simón continuait à exiger de lui qu’il pose ses conditions. Lucide, son neveu lui répondait : «aquí no se pueden hacer las cosas como allí se piensan»24. L’application de l’ordre dont l’employé était chargé se faisait de plus en plus sur fond d’indétermination, ce qui rendait périlleuse la conduite des affaires.

21Les coûts de l’information ne pouvaient qu’augmenter. Tout d’abord, placé dans le cadre d’une relation hiérarchisée, Julien ne pouvait pas respecter les commissions d’achat trop restrictives de Simón Ruiz. S’ensuivait la multiplication des missives entre patron et employé, lesquelles faisaient traîner en longueur l’acquisition de toiles. Ensuite, à travers des tierces personnes, Simón surveillait le moindre des faits et gestes de son neveu25. Ces différentes mesures représentaient des débours considérables pour le fonctionnement de la firme et reflétaient la méfiance qui enveloppait les rapports entre les deux hommes.

22Même si ces dépenses étaient souvent réalisées à fonds perdus, elles s’inséraient dans la logique du système marchand dépeint pour les années 1530-1560, dont l’investissement en temps, en argent et en énergie justifiait sans doute l’escalade de l’engagement de Simón Ruiz dans ce sens. D’autant plus que jusqu’à ces dates cette logique commerciale à crédit avait bien fonctionné. En outre, la répétition des mêmes achats, de la même marchandise passant par les mêmes ports et payée aux foires de Lyon avait créé un fonds d’informations dans sa mémoire sur lequel compter. En changeant de stratégie, il aurait fallu dans bien des domaines repartir de zéro et, -modification considérable- transférer aux ports et aux acteurs s’y trouvant des parcelles importantes du pouvoir décisionnel. En somme, c’était risquer beaucoup pour un gain aléatoire, car un désengagement aussi brutal eut mis à bas le réseau social de la firme.

23Simón Ruiz préféra s’appuyer sur le point fort de ce réseau social : le capital informatif sur les personnes qui touchait à la fois, comme on l’a vu, le commerce et le change. Simón Ruiz allait jouer de cette ambivalence et rattacher de plus en plus sa logique marchande à celle de la finance et de la banque. Puisqu’elle n’était plus indispensable dans le domaine marchand -pas autant que par le passé en tout cas-, Simón réaffectait cette information au lien entre commerce et finance. De fait, dans les années 1580-1590, il était devenu un marchand-banquier, c’est-à-dire un commerçant de l’information26. Les rapports suivis avec les Bonvisi de Lyon font état d’une relation de confiance entre les deux maisons, fruit de la complémentarité de deux réseaux d’informations centralisés. De concert, ils organisaient pour eux et de nombreuses firmes les compensations monétaires nécessaires à l’équilibre de la balance des paiements entre les différents royaumes.

24Quoi qu’il en soit, sur le marché de la toile française, les Ruiz avaient perdu du terrain alors même que les opportunités de négoce se multipliaient. Et ce n’était pas seulement à cause des Malouins, les employés nantais et basques de la firme constituant aussi une force concurrente27. Du point de vue de l’information, ces derniers avaient eu accès à un moment donné au réseau informatif des Castillans. Ils mettaient donc à profit ces connaissances qui transformaient leur culture d’origine.

25L’exemple de Hortuño del Barco, originaire de Bilbao et employé à Nantes de Julien Ruiz, le neveu de Simón, est tout à fait intéressant. Hortuño rédigeait la correspondance de Julien à son oncle28. L’obtention de précieuses informations sur les relations entre les membres de la famille Ruiz, sur des techniques commerciales particulières, avait en l’occurrence lieu sans que Hortuño ait à débourser de coût de transaction. La rédaction de ces lettres lui suggérait aussi l’art de l’adaptation et de la manipulation dans le monde du négoce. À l’évidence, pour avoir barre sur les autres, il fallait les comprendre et s’adapter à eux.

26La rédaction du courrier n’était pas le seul travail que Hortuño remplissait. Il profitait également des absences de Julien pour s’exercer à la fonction de chargeur pendant que son patron était aux foires bretonnes afin d’acheter les toiles pour le compte de Simón29. Plus tard, Julien lui confierait même ses affaires et, finalement, Hortuño deviendrait le chargeur et acheteur attitré de la firme Ruiz à Nantes, réussissant à obtenir la confiance de Simón Ruiz jusqu’à la fin du siècle, ce qui n’était pas peu dire.

27Si son apprentissage culturel castillan lui avait beaucoup appris, la mobilité dont il faisait preuve semblait tout aussi importante, mobilité dont nous avons vu qu’elle était aussi une des caractéristiques culturelles des Malouins, marins et guerriers d’expérience tout comme les Bilbanais. Après plus de trois ans passés à Nantes, Hortuño était revenu, en 1574, dans son port de naissance et à compter de cette période, il multiplia les séjours de part et d’autre du Golfe de Biscaye30. Tous ces déplacements lui valurent un haut degré d’imprégnation de cultures diverses (castillane, basque et nantaise) et une information actualisée et visuelle des différentes réalités sociales, économiques, géographiques et politiques aux points-clé des circuits commerciaux. Cette façon de procéder n’était pas sans rappeler celle des Malouins.

28La façon que Hortuño del Barco avait de gérer les affaires démontre bien sa mixité culturelle. Il pratiquait le commerce tel que le faisaient les marchands-guerriers malouins et basques, mais avec le soutien logistique des membres du réseau de sociabilité des Ruiz. Ainsi, il envoyait à Lisbonne son employé, Pedro de Eguía, à bord du navire avec la marchandise31. Mais il requérait le concours des amis portugais de Simón lorsque vendre à Lisbonne se trouvait être une mauvaise solution. Au milieu des années 1590, Simón Ruiz -qui ne voulait y croire- dut admettre que Hortuño favorisait les siens et lui envoyait de Nantes les toiles de médiocre qualité. À cette époque, le Bilbanais était devenu un concurrent des Castillans et un des plus grands marchands de Nantes.

29Dans un contexte atlantique placé sous le signe de la guerre et surtout de l’abondance monétaire, les pressions extérieures (système informatif et marchand malouin) et celles internes à la firme Ruiz (relations hiérarchisées, centralisation décisionnelle, concurrence des employés) étaient responsables des mauvais résultats de la firme dans le domaine marchand et se déroulaient sur fond de dispute et de trahison entre les Ruiz de Nantes et ceux de Castille. La qualité de l’information n’était pas en cause, mais la décision et les relations qui lui étaient attachées.

30En effet, à partir du milieu des années 1570, Simón s’écarta partiellement du commerce des toiles bretonnes en Castille et opéra, entre autres activités, des ventes en liaison avec les Portugais, desquels il souhaitait gérer les paiements européens grâce à ses relations avec les Bonvisi de Lyon. Cela s’inscrivait, on l’a vu, dans la volonté de tirer parti du capital d’informations que Simón avait accumulé au cours des trente années précédentes et qu’il réaffectait à l’usage financier et bancaire.

31Mais le besoin de favoriser les Portugais se fit aux dépens de ses anciens partenaires : ses frères et cousins, de Nantes. L’échec d’une opération portant sur un achat de sel au printemps 1575 montre à quel point -malgré une information et un appareil logistique de première qualité-, coordonner les affaires était une tâche compliquée. Durant les va-et-vient d’informations entre Nantes, Medina del Campo et Lisbonne, l’on multiplia ordres et contre-ordres, trahisons et mensonges, ce qui pouvait difficilement déboucher sur une bonne affaire. Arrivés au Portugal avec leurs propres bateaux, les Bretons profitèrent de ces dissensions, comme dans le cas des toiles, pour s’emparer du marché.

32En juin 1575, une quarantaine de bateaux étaient partis de Bretagne en Andalousie et au Portugal en quête de sel32. Simón, dont les contacts étaient plus nombreux en terre lusitaine que ceux des Bretons, devait en faire acheter et Julien expliquait qu’il s’occuperait de la vente à Nantes, car il n’y avait pas un grain de sel dans tout le royaume, pas plus qu’en Angleterre et en Flandre. Il fallait que Simón fasse acheter le sel avant l’arrivée des Bretons au Portugal, c’est-à-dire avant la montée des prix. De leur côté, Julien et son père s’occupaient d’affréter des navires pour le Portugal et Simón devait aussi trouver des hourques à Séville et à Lisbonne.

33Pour acheminer ces précieuses informations on dépêcha un courrier express à Irun, d’où un fidèle correspondant des Ruiz les avait transmises à Simón33. Une semaine plus tard, Julien écrivit à son oncle que les ordres concernant les affrètements avaient été révoqués à cause du beau temps des quatre derniers jours, mis à profit pour faire du sel en Bretagne34. André Ruiz pensait aussi qu’il fallait attendre et Julien demandait à Simón de révoquer la commission d’achat à Lisbonne au cas où elle aurait été donnée.

34Mais ces hésitations n’étaient pas rédhibitoires. Le fait que Simón voulut charger 5 ou 6 navires en compte à part l’était davantage. Cette organisation parallèle devait être maintenue sous le sceau du secret35 et Simón écrivait à son neveu et employé qu’il ne voulait pas de la participation d’André Ruiz ni celle de ses associés habituels dans cette affaire36. Simón ne souhaitait pas que l’on sache qu’il envoyait pour son compte des navires à Antonio Gomez et Julien devait dire qu’il le faisait pour son propre compte. Manifestement, Simón voulait régénérer la composition sociale de ses partenaires et il organisait de plus en plus d’affaires avec les Portugais, à l’insu de ses frères et cousins37.

35Du 6 au 9 juillet, il avait fait beau temps et le sel ne vaudrait pas le prix que l’on pensait38. Si la précieuse substance avait été achetée Julien conseillait de la mettre en magasins. Mais quinze jours plus tard, la pluie avait balayé tout espoir : le sel vaudrait cher. Les choses semblaient stagner et Julien répétait à son oncle qu’il fallait donner l’ordre d’acheter du sel, car l’on vendait le muid de Paris à 200 livres.

36Le premier août, l’affaire semblait avoir peu de chance de succès. Julien regrettait amèrement que l’on n’ait pas suivi ses conseils39. Les récriminations commencèrent à fuser de toute part. L’histoire ne finit pas sur cette désillusion car, une semaine plus tard, Julien recommandait toujours l’achat de sel et André en reprenait les termes à la fin de la lettre40. Il fallut encore un mois pour acheter le sel. Mais l’opération avait trop tardé et Julien avait été obligé de vendre le sel à 50 livres le muid, tandis que l’on escomptait en tirer 200 livres41.

37Dans cet échec de coordination, il est facile de déceler un problème d’homogénéité d’intérêts. Placé sous la férule de son oncle, Julien Ruiz manquait de liberté d’action et n’était crédité d’aucune confiance alors que c’est lui qui avait « levé le lièvre », comme il l’écrivait de façon imagée. De plus, il était difficile de réussir ces opérations à la fois conjointes et fractionnées puisque Simón et André se cachaient l’un de l’autre pour organiser sur le même terrain en dehors de leur affaire commune, d’autres associations qui concernaient certains membres du réseau et pas d’autres.  

38Vint l’heure des discussions pour déterminer la responsabilité de chacun dans l’échec de coordination. Les Ruiz de Nantes imputaient la faute aux donneurs d’ordre de Castille. André faisait savoir que personne n’était plus responsable que Simón dans cette affaire puisqu’il n’avait pas mis à exécution le premier avis42. Julien se permit même d’écrire librement à son oncle que le premier avis avait été écrit avec l’aval de son père. Pour réaliser une bonne affaire, il n’était pas donc pas suffisant de posséder une bonne information, de pouvoir monter une opération avec des contacts au Portugal et en réunir le capital en un temps bref ; il fallait surtout que cette information soit partagée par des marchands se faisant confiance.

39Dans un contexte d’élargissement des marchés, d’abondance monétaire et de conflits, les ports jouaient de façon accrue le rôle de plaques tournantes de l’information utile et du commerce au détriment des places de l’intérieur. Bien qu’on ait fait état de sa disparition au début des temps modernes43, le marchand itinérant tenait encore un rôle important dans les activités économiques. Cela était dû pour beaucoup aux initiatives de bourgeoisies portuaires particulières, comme celles de Saint-Malo, jumelant activités commerciales et de guerre. Les bas coûts de l’information avaient peut-être participé au succès malouin, même s’ils étaient quelque peu contrebalancés par des coûts de protection armée. Au-delà, l’avantage des marchands de la mer par rapport à ceux de l’intérieur se situait dans une vision différenciée de l’économie et du monde, une vision en adaptation constante aux nouvelles circonstances. En se taillant la part du lion sur les marchés d’approvisionnement en toiles bretonnes, cette malléabilité avait permis aux Malouins de devenir de grands bénéficiaires des trésors américains et avait fait aussi augmenter considérablement les coûts de transaction des réseaux castillans, leurs concurrents.

40Je remercie Sylvie Doussinet et Christiane Dasart de leur relecture.

Haut de page

Notes

1 Depuis les années 1990, le développement de nouvelles techniques de communication a invité sociologues, historiens autant qu’économistes à manifester un intérêt croissant pour l’histoire de l’information et de la connaissance. Entre autres références, Saskia SASSEN, Globalization and its discontents, New York, New York University Press, 1998 ; Peter BURKE, Historia social del conocimiento. De Gutenberg a Diderot, Barcelona, Paidós, 2002 (1ère éd. 2000, en anglais) ; Douglass C. NORTH, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press, 1990. Toutefois, comme l’a justement souligné Jacques BOTTIN, « Négoce et circulation de l’information au début de l’époque moderne » dans Muriel LE ROUX (dir.), Histoire de la Poste, de l’administration à l’entreprise, Éditions de l’École Normale Supérieure, 2002, p. 49-54, l’adéquation entre la régularité et la qualité de l’information et son efficacité globale pour les affaires ne va pas de soi.
2 Hilario CASADO, « La circulation de l’information dans les réseaux de commerce espagnols aux XVe et XVIe siècles » dans Autour du 101e anniversaire de Fernand Braudel. Circulation et frontières, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 27-29 nov. 2003 (à paraître). Je remercie l’auteur de m’avoir laissé consulter ce texte avant publication ; Pierre JEANNIN, « La diffusion de l’information » dans Simonetta CAVACIOCCHI (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIII-XVIII. Atti della « Trentaduesima Settimana di Studi », 8-12 maggio 2000, Florence, Le Monnier, 2001, p. 231-262.
3 Ceci en 1360, cité par Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1979, t. II, p. 362.
4 Archivo Histórico Provincial de Valladolid (AHPV) : fonds Ruiz (lettres de Nantes, Lyon, Bilbao, Séville et Lisbonne).
5 Henri LAPEYRE, Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, A. Colin, 1955.
6 J’ai eu l’occasion d’exposer les différences entre ces deux groupes du point de vue des modes de paiement dans « Metales preciosos, competencia comercial y transformación económica en el Atlántico franco-español (1550-1570) », Jahrbuch für Geschichte Lateinamerikas, 43, Böhlau-Verlag-Köln-Weimar-Wien, 2006, p. 25-40.
7 André LESPAGNOL, « Modèles éducatifs et stratégies familiales dans le milieu négociant malouin aux 17e et 18e siècles : les ambiguïtés d’une mutation » dans Franco ANGIOLINI et Daniel ROCHE (éd.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe Moderne, Paris, EHESS, 1995, p. 264 et suiv.
8 AHPV, C51-31, Francisco Morovelly (FMO) à SR, 4-1-1579.
9 Surtout dans un contexte de guerre généralisée, de prix élevés et de rareté relative des moyens du transport. Début juillet, l’on cherchait des bateaux sur la côte basque, à Saint-Jean-de-Luz et au Pasajes, car l’on n’en trouvait pas à Nantes à un prix raisonnable, C27-246, JR à SR, 6-7-1575. De plus, comme un embargo avait été effectué pour confondre les Rochelais, peu de navires étaient disponibles, C27-248, JR à SR, 23-7-1575.
10 Ainsi, 23 navires malouins s’engagèrent dans la flotte royale de 1295. Les Malouins aidèrent aussi le roi à reconquérir la côte normande occupée par les Anglais entre 1436-1453. De plus, entre 1460 et 1470, l’escorte armée des convois marchands se concentrait à Saint-Malo autour de la nef amirale de Bretagne pour lutter contre les Anglais. C’est souvent à Saint-Malo que l’on cherche les navires pour former une escorte armée, parfois pour le compte du duc de Bretagne contre les Français, Marc RUSSON, Les côtes guerrières. Mer, guerre et pouvoirs au Moyen-Âge (France-Façade océanique, XIII e- XVe siècle), PUR, Rennes, 2004, p. 21-22, 46, 260, 284.
11 Cette protection armée, les Malouins en étaient les organisateurs non seulement en France, mais aussi à l’étranger : sur le cas de Cartagena, Vicente MONTOJO MONTOJO et José Javier RUIZ IBÁÑEZ, « Le comunità mercantili di Genova e Saint-Malo a Cartagine, porta della Castiglia » dans Giovanna MOTTA (éd.), Mercanti e viaggiatori per le vie del mondo, Milano, Franco Angeli, 2000, p. 75-90.
12 Louis GRÉGOIRE, La Ligue en Bretagne, Paris-Nantes, J.B. Dumoulin et A. Guéraud et Cie, 1856, p. 101. En 1573, Les Malouins avaient déjà lutté contre l’Anglais en aidant à leurs frais à la prise de Belle-Isle.
13 Toutes les prises reconnues de bonne guerre devaient leur revenir, les droits de l’Amirauté exceptés, ibid., p. 102.
14 AHPV, C27-230 Julien Ruiz (JR) à SR, 24-4-1575. « Afortunadamente, los de Vitré han sido castigados por los de la Rochela que les han tomado algunos naos con mucho dinero. Los de Vitré se han hechado a la mar con 12 naos para vengarse. Se dice que han hecho algunas presas de las que los ladrones habían tomado. »
15 Frederic LANE, « Economic consequences of organized violence », The Journal of Economic History, 1958, p. 401-417 ; ibid., « National Wealth and Protection Costs », dans J. CLARKSON, Th.C. COCHRAN (éd.), War as a Social Institution: the Historian’s Perspective, New York, 1941, p. 32-43.
16 Un élément supplémentaire permet de comprendre pourquoi le roi ne souhaite pas décevoir les Malouins : une bonne partie des trésors américains qu’ils rapportaient à bord de leurs navires armés était employée pour battre monnaie. Entre 1571 et 1590, les frappes monétaires de Rennes, approvisionnées par Saint-Malo, atteignirent leur plus haut niveau, loin devant celles effectuées à Nantes et sur la majeure partie des places françaises, Frank C. SPOONER, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France, 1493-1680, Paris, Armand Colin, 1956, cartes, p. 263-264. Et les Malouins d’en tirer profit, AHPV, C14-256 André Ruiz (ARI) à SR Nantes, 5-12-1571. « Y aunque pierdan en la entrada 12 o 15 %, ganan. »
17 D’ailleurs, à Saint-Malo, au XVIe siècle, l’usage de la lettre de change est exceptionnel.
18 Le basculement de l’activité commerciale bretonne du sud vers le nord de la province tenait à d’autres facteurs et notamment au rapprochement de deux villes qui collaboraient au développement malouin, créant ainsi un authentique pôle de croissance dans le dernier tiers du XVIe siècle, beaucoup plus tôt qu’on a pu l’écrire : Vitré et Rouen. À partir des années 1560, prend forme un courant migratoire de Vitré à Saint-Malo. Et, dès la seconde moitié des années 1560, la correspondance Ruiz évoque l’activité des Vitréens sur les marchés bretons et leur présence à bord des bateaux naviguant vers l’Andalousie alors que, selon ces mêmes sources, les Malouins ne sont mentionnés qu’à partir du début des années 1570. La collusion de leurs intérêts ne laisse pas de doute. On parvient même à les confondre. L’orientation et l’essor du commerce de ces deux villes n’est pas non plus sans rapport avec la guerre, Rouen héritant en partie des fonctions d’Anvers à partir de la révolte des Pays-Bas du nord et devant le péril protestant Vitré optant de plus en plus pour un commerce à destination de l’Espagne.
19  Tel que le définit François JULLIEN, Traité de l’efficacité, Paris, Grasset, 1996, 237 p.
20 Cité par H. LAPEYRE, Une famille…, p. 121.
21 Si ces déficits ne durent pas forcément, les faibles gains sont la norme jusqu’en 1577 au moins, voir annexe Hilario CASADO, art. cit. À l’évidence, tous les Castillans ne se trouvaient pas dans la même situation que Simón Ruiz et certains s’adaptaient-ils mieux que lui à la nouvelle donne économique. De 1562 à 1565, par exemple, les Salamanca de Rouen effectuèrent tous leurs achats de toiles, sauf deux, au comptant, Clara URIARTE, Un negocio y un modo de vida en el siglo XVIe. La compañía de García de Salamanca (1551-1574), thèse de doctorat, Bilbao, Universidad de Deusto, 1997, p. 212.
22 C’est à partir du second tiers du XVIe siècle que ces toiles devancèrent leurs concurrentes flamandes sur les marchés castillans, Hilario CASADO, « Medina del Campo Fairs and the integration of Castile into 15th and 16th Century European Economy », dans Simonetta CAVACIOCCHI (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIIIe-XVIIIe. Atti della « Trentaduesima Settimana di Studi », 8-12 maggio 2000, Florence, Le Monnier, 2001, p. 511-513. Des prix abordables, la qualité de leur finition et le déclin du commerce hispano-flamand au milieu du XVIe sont à l’origine de leur compétitivité.
23 AHPV, C3 229 Yvon Rocaz (YR) à SR, 10-1-1565 « Algun día, hemos de probar el camino donde van los de Vitré por los ver venir con mucho dinero y ser ricos. »
24 AHPV, C38-203 JR à SR 1-11-1577.
25 La volonté du patron devait être respectée sous peine de sanctions, car Simón était en mesure d’altérer la réputation de son neveu sur le marché, en refusant d’honorer les lettres de change que ce dernier avait tiré sur lui, par exemple.
26 Voir à ce titre la communication de Carlos Alvárez Nogal dans ce même volume.
27 Jean-Philippe Priotti, Bilbao et ses marchands au XVIe siècle. Genèse d’une croissance, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2004.
28 André Ruiz I, en personne, écrivait parfois quelques lignes à son frère sur les lettres que Hortuño rédigeait à l’adresse de Simón Ruiz, C 20-105, 13-06-1573, HDB (Hortuño del Barco) à SR.
29 C 17-180, JR à SR, 28-6-1572 ; C 20-104, 6-06-1573, HDB à SR ; C 20-106, 27-06-1573, HDB à SR ; C 20-107, 10-07-1573, HDB à SR C 20-108, 12-07-1573, HDB à SR.
30 L’on sait qu’en 1575 Hortuño se rendit à Medina del Campo où il avait des affaires, C24-64, 30-6-1575, Bartolomé del Barco (BB) à SR. Au début de l’année suivante, il remplaça son père à Bilbao et reçut sa correspondance, car ce dernier devait se rendre pour affaires à Vitoria et Logroño, C28-199, 27-1-1576, HDB à SR. En février 1576, Hortuño partit pour Nantes pour clore des comptes, C28-148, 1-2-1576, BB à SR. Deux mois plus tard, il était à Paris pour acheter des marchandises. En mai, il était revenu à Bilbao avec une lettre de 400 écus, à payer par Pedro de Agurto Gastañaga, à Simón Ruiz, C28-157, 3-5-1576, BB à SR. Il dut y rester jusqu’en avril 1578, moment où il partit pour Nantes, car il faisait dans le port de Biscaye les affaires de son ancien patron, C38-201, JR à SR, 25-9-1577. En février 1583, Hortuño retourna à Bilbao et se rendit par la suite aux foires de Medina del Campo, C81-89, 1-11-1583, BB à Lope de Arciniega (LA). Par la suite, il retourna à Nantes, C98-122, 10-2-1585, BB à SR. Les troubles en France le dissuadèrent de rester à Nantes et il rallia Bilbao, début mai 1589, C131-84, 5-5-1589, BB à SR et C131-88, 16-5-1589, BB à Cosme Ruiz (CR) et LA. En 1593, Hortuño était à Bilbao tandis que sa femme et sa fille étaient reparties à Nantes, mais lui ne put pas, C159-90, 19-1-1593, HDB à SR. Jusqu’au 6-4-1593, Hortuño resta à Bilbao et partit le lendemain à Nantes, C159-99, 19-11-1593, HDB à SR.
31 C124-152, 11-3-1588, BB à SR.
32 C27-236, JR à SR, 18-6-1575. À Nantes même, certains marchands étaient allés à Le Croisic pour envoyer quérir le sel à Lisbonne.
33 C27-241, JR à LA, 23-6-1575.
34 C27-242, JR à SR, 28-6-1575, 1/4-7-1575.
35 Cette lettre du 28 est accompagnée par une nouvelle lettre du premier juillet dans laquelle il est dit qu’il a plu et qu’il n’y a pas d’espoir que le sel se fasse en Bretagne.
36 C27-243, JR à SR, 28-6-1575/1-7-1575.
37 On sait qu’il avait proposé à Gómez d’entrer dans cette affaire, lequel avait décliné la proposition (José Gentil DA SILVA, Marchandises et finances-lettres de Lisbonne 1563-1578, Paris, SEVPEN, 1959, t. II, lettre 106, 4-8-1575, AG à SR)
38 C27-245, JR à LA, 6-7-1575.
39 C27-250, JR à SR, 1-8-1575.
40 C27-252, JR à SR, 6-8-1575.
41 C27-259, JR à LA, 4-10-1575 ; C27-261, JR à SR, 20-10-1575 ; C33-170, JR à SR, 25-2-1576.
42 C27-261, JR à SR, 20-10-1575.
43 Comme le rappelait Pierre JEANNIN, « La diffusion de l’information » dans Simonetta CAVACIOCCHI (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIII-XVIII. Atti della « Trentaduesima Settimana di Studi », 8-12 maggio 2000, Florence, Le Monnier, 2001, p. 233.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Priotti, « Information, organisations commerciales et performance économique. », Rives nord-méditerranéennes, 27 | 2007, 13-24.

Référence électronique

Jean-Philippe Priotti, « Information, organisations commerciales et performance économique. », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 27 | 2007, mis en ligne le 27 juin 2008, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/1983 ; DOI : 10.4000/rives.1983

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Priotti

FRAMESPA - UMR 5136, Université de Toulouse II Le-Mirail, CRHAEL, Université du Littoral

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org