Navigation – Plan du site

Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne

Introduction
Wolfgang Kaiser et Gilbert Buti
p. 7-11

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1La production et les usages de l’information, sa circulation dans des réseaux de communication est un sujet majeur des débats actuels au sein des sciences économiques et sociales, y compris en histoire. Les transformations profondes que vivent nos sociétés, caractérisées en apparence par une croissance exponentielle d’informations disponibles, au lieu de s’inscrire dans l’horizon idéal de l’approche néoclassique d’un fonctionnement du marché et de la régulation des prix sur la base d’une information accessible à tous les acteurs, ont ressuscité plutôt de vieilles questions ou apories : la faillite du marché dans un contexte de l’hyper-information, la prospérité d’économies d’interstices articulées avec les autres secteurs dans les sociétés avancées, le retour de la notion keynésienne de l’incertitude.

2Or, l’incertitude, qui est au cœur de l’économie de l’Ancien Régime1, n’échappe pas au vocabulaire de l’époque moderne. Ainsi, pour Barthélemy Fornier, qui dirige au XVIIIe siècle la maison commerciale nîmoise dont Robert Chamboredon nous présente la prodigieuse activité épistolaire : « l’incertitude est la pire de toutes les situations pour le commerce, elle suspend tout. » Cette exagération négociante dont les historiens se sont fait l’écho en soulignant la recherche passionnée de renseignements par les marchands à l’époque moderne, ne saurait occulter le fait que l’incertitude du futur est d’emblée incluse dans la notion même de l’action2 puisque que dans le modèle néoclassique de l’information et de la rationalité totale disparaîtrait la nécessité ou la faculté du choix et de la décision. La nouvelle économie institutionnelle souligne cet écart pour argumenter que l’information est – à l’époque moderne – un bien rare ayant un coût qui limite sa recherche. Carlos Alvarez s’inscrit explicitement dans cette approche et analyse le réseau des Spinola au service des Habsbourg d’Espagne comme un mécanisme régulateur – à côté du marché et de la « hierarchy » ou entreprise – des coûts de l’information, en les externalisant et en limitant le problème du contrôle (« principal-agent »)3.

3Confronter des expériences de recherches concrètes avec les approches théoriques concurrentes – et nous confronter à elles – a été l’objectif de la journée d’études sur « les moyens, supports et usages de l’information marchande » dont sont issues les contributions ici réunies.

4Les prix d’Ancien Régime, par exemple, varient au même moment selon le vendeur, et on pourrait alors alléguer au modèle néo-classique que l’acquéreur n’interpelle jamais tous les vendeurs possibles ; et la proposition néo-institutionnelle ne considère pas que le temps consacré à la recherche d’information n’a pas la même valeur d’un négociant à l’autre, car il est fonction du chiffre et du volume des affaires (S. Marzagalli) Dans cette recherche d’informations plusieurs travaux exposés ici privilégient le rôle de la correspondance marchande. L’intensité de cette activité du marchand-scribe apparaît clairement dans la contribution de Robert Chamboredon ou dans celle de Sébastien Lupo qui analyse la correspondance passive de la maison Roux de Marseille avec Smyrne, jusque dans la matérialité du support.

5Quelles informations ? Il y a tout d’abord les nouvelles qui se rapportent à un événement, souvent politique ou militaire, ou encore à de graves accidents de transports (naufrages, prises). Les tentatives pour appréhender leur influence sur le marché où elles arrivent, pour cerner leur incidence sur la conjoncture et sur les réactions des acteurs, se sont avérées peu convaincantes. Les célèbres « Fugger-Zeytungen », les nouvelles émanant des Fugger d’Augsbourg, qu’on présente souvent comme destinées à orienter la stratégie des affaires des Fugger, n’étaient d’abord que de simples copies d’Avvisi, produits par des professionnels de l’information diplomatique et politique établis à Venise, et qui étaient diffusés dans toute l’Europe4. Le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 a été évidemment relaté dans les Gazettes et évoqué comme une « calamité » dans la correspondance marchande mais n’a guère empêché la rapide reprise des affaires (M. Janin-Thivos).

6L’action des marchands s’appuyait également sur des informations plus ordinaires que les annonces de grands événements ; ainsi en était-il, par exemple, des prix et cours échangés dans les correspondances entre marchands dont la diffusion « aboutissait plus ou moins à une agglomération de connaissances dans la collectivité5. »

7Les indications des prix des marchandises ou de leurs cours conduisent à une rationalisation, puis à une standardisation avec large diffusion par le passage au formulaire imprimé, et aux cours communiqués dans la presse commerciale qui les rend accessibles et aurait été à la base de la création, au XVIIe siècle, d’un marché financier entre Londres et Amsterdam6. Pour Douglass C. North, cette information marchande imprimée et accessible qui permet une réduction des coûts de l’information serait une de ces « innovations at three cost margins » qui expliquerait, dans la perspective néo-institutionnelle, « the rise of the Western World7. » Il faudrait néanmoins nuancer et distinguer l’information commerciale publique de l’information discrète qui circulait à l’intérieur des réseaux marchands ou dans certains segments de ces réseaux (A. Bartolomei). Information ne vaut pas information.

8L’idée que l’information est une sorte de matière uniforme qui se diffuse dans un espace marchand homogène et le remplit ou – pour citer une image plus dynamique – « une sorte de fluide injecté pour faire tourner un moteur8 », est contredite par la pratique des acteurs de l’époque moderne. Pierre Jeannin évoquait le cas de marchands anglais qui s’opposent au XVIIe siècle à la surinformation : l’un demande qu’on lui envoie le prix-courant seulement s’il y a modification de cours, l’autre écrit que l’envoi n’est pas nécessaire parce qu’il s’informe auprès d’un collègue qui en reçoit beaucoup9. Souvent, les investisseurs à Londres à la fin du XVIIe siècle ne prenaient pas leurs décisions sur la base de la presse commerciale, mais en fonction des conseils et informations donnés par des proches ou reçus dans les tavernes autour de l’Exchange Alley, voire indirectement en province10.

9La presse commerciale se rapproche en fait d’une partie des manuels destinés aux marchands qui procurent des informations ou des connaissances précises. Celles-ci sont à distinguer d’un autre type de connaissances, moins présent dans les contributions réunies, et concernent la manière d’exercer l’art mercantile11. Les manuels et traités à l’usage des marchands ou les manuels d’agriculture rassemblent ce savoir structuré et organisé qu’on peut transmettre et formaliser et qui contribue à la constitution d’une sphère pensée considérée comme autonome et appelée « Économie ». Or, la transformation du savoir marchand que la bibliographie Ars Mercatoria souhaite documenter et mettre à jour, est marquée, elle aussi, par des discontinuités et ne répond pas à une rationalité unique et linéaire : la dynamique historique de l’ars mercatoria, résumait Pierre Jeannin, passe davantage par la répétition du connu que par des coups de génie créateurs12.

10La contribution de Jean-Philippe Priotti montre la valeur relative et l’importance changeante de l’information dans un univers de discontinuité, de conflits et d’extension des marchés. Au vrai, l’information marchande n’est pas tout et l’essentiel n’est pas toujours là où on le cherche. Pour constituer des informations valables, les cours transcrits dans les lettres marchandes étaient ceux d’articles sur lesquels les deux correspondants n’avaient pas d’engagement réciproque au moment donné. Autrement dit, « l’informateur était désintéressé en rédigeant sa relation des prix13. » La presse commerciale amplifie cette impression d’objectivité qui est le fondement même de sa crédibilité. Or, tout comme le marchand particulier, le cours donné est le résultat d’« un choix ou de l’amalgame, effectué par l’informateur, ayant constaté des expressions numériques plus ou moins différentes, et en retenant une qu’il donne en somme comme plus ‘vraie’ que les autres14. »

11Par ailleurs, l’importance de l’information marchande ne se situe pas nécessairement dans le renseignement concret transmis. Que faire d’une information dans une lettre qui met une année pour traverser l’Atlantique (S. Marzagalli) et quel est l’impact d’une réponse sur la décision économique si elle arrive après une cinquantaine de jours de Smyrne à Marseille (S. Lupo)15  ? L’intensité du courrier est un signe visible de la pérennité des relations, cependant sa qualité se manifeste dans la correspondance réservée à une partie du réseau, au cercle restreint (A. Bartolomei). Les « lettres particulières » sont de meilleures sources d’informations puisque c’est « une conversation par écrit », où l’on demande à son correspondant, selon l’heureuse formule relevée par Robert Chamboredon, de « penser tout haut avec vous-même. » Cette conversation discrète sert à l’échange de réflexions mais plus encore à donner des appréciations sur d’autres marchands, à renseigner sur leur réputation et leur crédit, à vérifier la véracité des bruits qui courent à leur sujet. L’importance de la correspondance réside dans son existence même, et sa valeur principale est la confiance qui est établie et confirmée à travers cet échange plus confidentiel, a fortiori dans des échanges intercontinentaux et interculturels16.

12L’effet primordial de l’extension et de l’intensité de la communication est donc peut-être moins sa régularité accrue, son accélération et l’ouverture des services de poste aux particuliers – qui a fait parler des chercheurs, pour l’espace du Saint-Empire, d’une « révolution de la communication » au XVIe siècle17 – que la possibilité offerte de tisser des liens de confiance. Car la confiance, qui est un moyen formidable pour réduire la complexité18, est un des meilleurs atouts pour réduire le coût de l’information : elle n’est pas gratuite certes et se paie notamment au port de la lettre. Par ailleurs, en tant que relation humaine entre partenaires, elle est le sujet au moins implicite ou tacite de la correspondance et son objectif.

13Dans une autre perspective, à savoir celle de la confiance dans la continuité et la stabilité du cadre et des conditions du commerce, elle peut expliquer les récupérations observées après des « calamités » ou catastrophes naturelles : ainsi en est-il de la rapide reconstitution des flottes de cabotage dans les ports secondaires provençaux19 ou de la reprise des affaires à Lisbonne après un séisme qui a finalement davantage agité la plume des philosophes qu’il n’a fait trembler celle des marchands.

Haut de page

Notes

1 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.
2 Ludwig von Mises, Nationalökonomie. Theorie des Handelns und Wirtschaftens, Genève, Editions Union, 1940, réimpression, Munich, 1980, p. 201.
3 Oliver E. Williamson, The Economic Institutions of Capitalism, New York, The Free Press, 1985.
4 Sur la circulation des « avvisi » et les auteurs professionnels de ce service d’information aux XVe-XVIe siècles voir Cornel Zwierlein, Discorso und Lex Dei. Die Entstehung neuer Denkrahmen im 16. Jahrhundert und die Wahrnehmung der französischen Religionskriege in Italien und Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, p. 574-588. Mark Häberlein, Die Fugger. Geschichte einer Augsburger Famiglie (1367-1650), Stuttgart, Kohlhammer, 2006, p. 158-161. Un choix en anglais a été proposé par Victor von Klawill (éd.), The Fugger-Letters, New York, 1926.
5 Pierre Jeannin, « La diffusion de l’information », dans : Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIII-XVIII, (Atti delle Settimane di Studi e altri Convegni, 32), éd. Simonetta Cavaciocchi, Florence, Le Monnier, 2001, p. 231-262, ici p. 231, 246.
6 John McCusker, European Bills of Entry and Marine List : Early commercial publications and the Origins of the Business Press, Harvard, 1985; id., « The Demise of Distance : The Business Press and the Origins of the Information Revolution in the Early Modern Atlantic World », American Historical Review, vol. 110, number 2, April 2005, p. 294-321. Larry Neal, The Rise of Financial Capitalism. International Markets in the Age of Reason, Cambridge, CUP, 1990, 2002.
7 Douglass C. North, « Institutions, transaction costs, and the rise of merchant empires », dans: The Political Economy of Merchant Empires. State Power and World Trade, 1350-1750, éd. James D. Tracy, Cambridge, CUP, 1991, p. 22-40. Douglass C. North et Robert Paul Thomas, The Rise of the Western World. A New Economic History, Cambridge, CUP, 1973.
8 P. Chaskiel, « Commentaires et débat », dans P. Petit (éd.), L’Economie de l’information. Les enseignements des théories économiques, Paris, La Découverte, 1998, p. 69, cité par Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007, p. 58.
9 P. Jeannin, « La diffusion », p. 253 n. 43.
10 Anne L. Murphy, « Come vanno i titoli? Informazione e investimenti a Londra alla fine del XVII secolo », dans: « Informazioni e scelte economiche », éd. Wolfgang Kaiser et Biagio Salvemini, Quaderni storici 124, fasc. 1, avril 2007, sous presse.
11 La distinction est développée par Donald J. Herrald, « An Eductaion in Commerce: Transmitting Business Information in Early Modern Europe », communication au XIVe International History Congress, Helsinki, 21-25 août 2006, session 1: « From early mondern business correspondence to Business Week. Information flows 1600-2002. Ways and quanitites, structures and institutions », p. 1, 8.
12 Pierre Jeannin, « Vertrieb und Verbreitung der Handbücher », dans: Jochen Hoock, Pierre Jeannin et Wolfgang Kaiser (dir.), Ars Mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820, vol. 3 : Analyses, 1470-1700 », Paderborn, Schöningh, 2001, p. 37-89, ici p. 89.
13 P. Jeannin, « La diffusion », p. 247.
14 P. Jeannin, « La diffusion », p. 248.
15 Voir sur ce problème que la bonne information n’arrive guère au bon moment : Wolfgang Kaiser, « Qui sono i ‘cattivi’ ? Riscatto e communicazione nel Mediterraneo Occidentale, secoli XVI-XVII », dans : « Informazioni e scelte economiche », éd. Wolfgang Kaiser et Biagio Salvemini, Quaderni storici 124, fasc. 1, avril 2007, sous presse.
16 Francesca Trivellato, « Merchants’ Letters Across Geographical and Social Boundaries », dans : Cultural Exchange in Early Modern Europe, vol. 3: Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, éd. Francisco Bethencourt et Florike Egmond,  Cambridge, CUP, 2007, p. 80-103.
17 Wolfgang Behringer, Im Zeichen des Merkur. Reichspost und Kommunikationsrevolution in der Frühen Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003; Renate Pieper, Die Vermittlung einer neuen Welt. Ameríka im Nachrichtennetz des habsburgischen Imperiums, 1493-1598, Mayence, Philipp von Zabern, 2000.
18 Niklas Luhmann, Vertrauen, Stuttgart, 1968; Diego Gambetta (éd.), Trust. Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford, Blackwell, 1988.
19 Gilbert Buti, « La flotte de commerce et de pêche de la France méditerranéenne à la fin du XVIIe siècle », in Tourville et les marines de son temps, Saint-Lô, 2003, p. 49-90.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolfgang Kaiser et Gilbert Buti, « Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne », Rives nord-méditerranéennes, 27 | 2007, 7-11.

Référence électronique

Wolfgang Kaiser et Gilbert Buti, « Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 27 | 2007, mis en ligne le 27 juin 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/1973 ; DOI : 10.4000/rives.1973

Haut de page

Auteurs

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Gilbert Buti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org