Navigation – Plan du site

Enjeux et problématiques d’une nouvelle forme de planification dans les Bouches-du-Rhône

Jacques Daligaux
p. 25-37

Résumés

Les Directives Territoriales d’Aménagement sont un outil de planification de l’urbanisme et d’aménagement du territoire, opérant à l’échelle supra-communale, et élaboré par l’administration. La cartographie de la DTA des Bouches-du-Rhône, dans ses choix techniques, tente de ménager un compromis entre enjeux économiques et enjeux paysagers, entre pouvoir de l’État et prérogatives des communes. Le résultat pose questions et doit nous amener à réfléchir sur la cartographie des futurs Schémas de Cohérence Territoriaux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Créées par la loi d’Orientation sur l’Aménagement et le Développement du Territoire (LOADT) de 1995, dite Loi Pasqua, les DTA constituent des outils de planification supra-communale en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Sept procédures ont été lancées dans la seconde moitié des années 90, concernant soit des territoires administratifs (départements des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône), soit des espaces géographiques – en théorie – spécifiques et cohérents (estuaires de la Seine et de la Loire, Alpes du Nord, agglomération urbaine lyonnaise, bassin minier lorrain).

2Les DTA des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône, après de longues années d’élaboration difficile, sont de loin les plus avancées ; la première ayant été approuvée par décret en Conseil d’Etat à la fin de l’année 2004, la seconde devant l’être au début de l’année 2005. C’est donc à partir de ces deux exemples que sera analysée la question du partage de pouvoir entre l’État et des collectivités territoriales dans la planification urbaine, et plus globalement dans l’aménagement des territoires régionaux.

3Cette question délicate s’est posée de façon récurrente, à des échelles différentes mais en des termes assez proches, pour les POS et les anciens Schémas Directeurs. Toutefois, elle a été renouvelée ici par la contradiction fondamentale entre le caractère fortement centralisé des DTA et l’affirmation politique des collectivités locales. À ceux qui souhaitaient ou craignaient un « retour de l’Etat gendarme », l’expérience étonnante des premières DTA, pour bénéfique qu’elle ait été sur certains points, confirme que l’État n’est plus en mesure de s’imposer, et que le chemin de la planification est plus que jamais pavé de compromis. En revanche, l’expérience illustre bien le risque de dérive d’un partage de compétence mal défini, et au delà d’une décentralisation mal pensée.

Les DTA, un outil de planification novateur et ambitieux

4Tantôt empruntant aux documents de planification existant, tantôt s’en distinguant radicalement, l’outil DTA est apparu à divers titres comme novateur et ambitieux1 :

5Tout d’abord par son principe. Il consistait pour l’État à définir et mettre en œuvre un projet de territoire, en utilisant les prérogatives héritées de la décentralisation : l’aménagement (notamment les grands équipements publics), l’environnement, et l’application des Lois d’Aménagement et d’Urbanisme (essentiellement les lois Montagne et Littoral). Parallèlement, la mise en cohérence des politiques sectorielles devait nécessiter un effort lui aussi inédit de concertation entre les ministères en charge de l’Équipement, de l’Agriculture et de l’Environnement.

6Ensuite par sa démarche d’élaboration, fortement centralisée. L’administration contrôle en effet le processus : un mandat interministériel lance la procédure, définit le périmètre et fixe les objectifs. Un comité de pilotage (comprenant DDE, DIREN et DDAF), placé sous l’autorité de la préfecture, élabore le document ; lequel est validé ensuite par un comité interministériel puis approuvé in fine par décret en Conseil d’État. Toutefois, les collectivités territoriales, notamment les communes et la Région, participent au processus en vertu de deux procédures : en amont « l’association » qui consiste à recueillir avis et propositions, en aval la « consultation » qui intervient sur le document finalisé par le biais d’une enquête publique puis d’un avis du Conseil régional. En d’autres termes, alors qu’en matière de Schémas Directeurs ce sont les collectivités locales qui élaboraient le document et le soumettaient à l’avis de l’État, les DTA constituent un projet de territoire que l’administration propose aux édiles.

7Novateur et ambitieux également par sa portée. Comme les rares Schémas Directeurs, les DTA devaient imposer un rapport de compatibilité aux documents de planification de niveau infra, principalement les futurs SCOT et PLU. Cette véritable portée juridique, qui avait manqué aux multiples documents de planification antérieurs, conférait à l’exercice tout son intérêt et sa difficulté.

8Enfin par le territoire concerné. En tant que disposition de nature exceptionnelle, la DTA devait être réservée à des territoires exceptionnels, dont la complexité et l’antagonisme entre enjeux environnementaux et économiques légitimaient l’intervention étatique. Parallèlement, à l’image des anciens Schémas Directeurs ou des futurs SCOT, ces territoires devaient offrir une cohérence géographique minimale. D’où la logique territoriale d’estuaire, de littoral à forte pression urbaine, d’aire métropolitaine ou de reconversion industrielle ; l’extension ultérieure des périmètres aux limites départementales, dans les DTA des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône, relevant en l’occurrence de pressions politiques.

9En revanche, la forme restait classique :

10- un volet littéral composé du diagnostic territorial, des objectifs et des moyens à mettre en œuvre pour les atteindre ;

11- un volet cartographique, couvrant tout ou partie du périmètre, qui spatialise les grands modes d’occupation du sol et localise les futurs grands équipements publics et de transports.

12Dans le cas des DTA des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône, le document avait un autre objectif, assez spécifique, consistant à préciser les modalités d’application de la loi Littoral. Le principe était simple : Si la DTA exprimait un projet de développement équilibré, et prenant en compte les spécificités géographiques régionales, il était possible d’assouplir certaines contraintes que la loi Littoral faisait peser sur les activités économiques et le développement de l’urbanisation. En revanche, la mise en œuvre de ce principe, et notamment sa traduction cartographique, ont été particulièrement longues et difficiles.

Les objectifs de la DTA des Bouches-du-Rhône

13L’aire métropolitaine marseillaise constitue un parfait exemple d’espace dont le fonctionnement et l’évolution appelaient dans l’urgence une meilleure maîtrise. Pour ne s’en tenir qu’au domaine de l’urbanisation et de l’environnement, les objectifs affichés dans la DTA résument les dérives anciennes et profondes, accentuées par l’absence d’urbanisme intercommunal et par l’intensité des pressions politiques locales sur l’administration.

14À l’échelle de l’aire métropolitaine d’Aix-Marseille, la DTA souhaitait répondre à une quadruple nécessité :

15- maîtriser les densités urbaines et lutter contre la prolifération des zones d’habitat diffus (notamment les zones NB des POS)2.

16- protéger les espaces agricoles périurbains, exposés par la topographie à l’extension urbaine et largement mités grâce à une charte départementale particulièrement permissive et unique en France3,

17- préserver de vastes espaces naturels, à la fois en tant qu’élément structurant du territoire, espace de détente sociale et élément d’attractivité paysagère pour les acteurs économiques,

18- planifier l’extension urbaine à une échelle cohérente et encadrer l’élaboration des futurs SCOT,

19En matière d’application de la loi Littoral, la DTA était à même de résoudre plusieurs problèmes :

20- en cartographiant les périmètres d’application des principales dispositions de la loi, la DTA fixerait de façon claire et stable les règles du jeu, conférant aux futurs SCOT et PLU une plus grande sécurité juridique ;

21- profitant du manque de détermination des autorités préfectorales, la moitié des communes n’avaient pas mis leur POS en conformité avec la loi. Une fois la DTA approuvée, cette régularisation deviendrait inévitable ;

22- l’article le plus protecteur de la loi Littoral, concernant les « espaces naturels remarquables », s’avérait trop contraignant vis-à-vis de certaines activités agricoles (bâtiments d’élevage en Crau, travaux hydrauliques en Camargue, viticulture en terrasse dans le vignoble de Cassis) et, accessoirement, compliquait la dynamique de régularisation des zones d’habitat illégal (notamment les hameaux de Beauduc en Camargue). Il s’agissait donc, sur des secteurs très précis, d’en revoir les périmètres et la portée.

23Plus généralement, la mise en œuvre des DTA répondait donc à une double attente :

24- Pour les services de l’État, il s’agissait de réinvestir l’aménagement du territoire régional, d’harmoniser les points de vue des différents ministères, de se rapprocher des élus locaux, et surtout de se doter d’un outil d’encadrement des futurs SCOT.

25- Chez les édiles, deux logiques sont apparues. Certains ont vu dans la DTA un moyen d’ouvrir plus largement le foncier à la constructibilité en dérogeant à la loi Littoral. D’autres au contraire, désirant maîtriser la croissance urbaine, mais confrontés à la très forte pression des propriétaires fonciers, y ont vu une chance de fixer durablement les périmètres protégés par la loi Littoral, reportant sur l’État la responsabilité de l’inconstructibilité.

26Ménager les paysages tout en assouplissant les conditions d’application de la loi Littoral constituait une première gageure. Mais plus encore, situé à cheval entre aménagement et urbanisme, c’est-à-dire entre compétence étatique et compétences locales, l’exercice ne pouvait que soulever un conflit de pouvoir ; problème sur lequel plusieurs observateurs avaient insisté4. Effectivement, il est vite apparu que la question n’était plus de savoir si l’État parviendrait à imposer ses vues, mais quelles seraient l’intensité et la nature des compromis qu’il devrait faire pour que les DTA voient le jour.

Interrogations cartographiques

27Les compromis sur le fonds (au sens des superficies protégées ou concédées à l’urbanisation) sont très difficiles à analyser. D’une part, ils procèdent de tractations informelles et discrètes, menées commune par commune. D’autre part, ils suscitent des interprétations contradictoires de la part des protagonistes, que seule une connaissance très fine des enjeux et de l’histoire de l’urbanisation locale permet de démêler. Enfin, en l’absence de document intégrable dans un SIG, il est presque impossible de quantifier les modes d’occupation du sol définis par la DTA. Nous avons donc choisi d’analyser le conflit de pouvoir entre administration et classe politique locale sous l’angle des choix cartographiques.

28Pour la Direction Départementale de l’Équipement, en charge de l’élaboration de la DTA, toute la difficulté consistait à trouver un équilibre entre deux positions :

29- la carte devait être suffisamment précise pour prendre en compte les particularités locales (gestion des zones d’habitat illégal), opérer une distinction au sein des zones naturelles ou agricoles, distinguer les petites zones urbanisées, et enfin permettre un rapport de compatibilité avec les plans d’urbanisme locaux. D’où l’exclusion, a priori, des échelles trop petites et de la technique des « patatoïdes ».

30- la cartographie ne devait toutefois pas être trop précise afin de ne pas trop contraindre celle des SCOT et des POS/PLU, relevant eux de la compétence des élus. La précision de la DTA à la parcelle était donc inenvisageable (outre le fait qu’elle eut été matériellement impossible au regard de l’étendue et de la complexité du territoire à traiter).

31Cet équilibre entre l’efficacité cartographique de la DTA et sa constitutionnalité concernait plusieurs paramètres techniques :

32- Sachant que les POS/PLU opèrent au 1/5000e, quelle devait être l’échelle de la DTA ? Fallait-il une échelle unique, ou bien un système de « loupes » permettant d’être plus précis pour traiter les zones complexes et les problématiques conflictuelles, telles que les modalités d’application de la loi Littoral ?

33- Quelle précision devait revêtir la typologie des secteurs, par exemple celle des différentes zones agricoles ? Devait-on cartographier toutes les dispositions de la loi Littoral, y compris les coupures d’urbanisation et les espaces boisés les plus significatifs, dont le Code de l’urbanisme indique qu’ils doivent être pris en compte par les documents locaux ?

34- Un fonds de carte précis, de type IGN au 1/50 000e, ne permettait-il pas une localisation trop précise des zones ? Sinon quel fonds utiliser ?

35- Quels styles de traits et figurés utiliser pour dessiner les coupures d’urbanisation ou pour délimiter les espaces naturels remarquables et les espaces proches du rivage ?

36- Les services de l’État devraient-ils fournir une cartographie informatisée intégrable dans un SIG ? Si tel était le cas, le géoréférencement, permettant de « plaquer » la DTA sur les POS, n’imposerait-il pas un rapport de compatibilité trop précis ?

37Deux considérations sont venues compliquer encore la réflexion :

38- Il fallait adapter la carte au territoire et aux attentes parfois contradictoires des élus. Ainsi, dans la DTA des Alpes-Maritimes, le volet modalités d’application de la loi Littoral visait à protéger des espaces naturels résiduels de petite taille, tandis que les élus souhaitaient minimiser le risque juridique par une compatibilité fine entre DTA et POS/PLU. Ils ont donc accepté une cartographie en tous points assez précise (carte 1)*. Dans les Bouches-du-Rhône au contraire, où les espaces naturels étaient plus vastes, les services de l’État sont partis sur une cartographie beaucoup moins précise, mettant l’accent sur la protection des grandes unités naturelles.

39- Les DTA ayant été présentées comme un exercice expérimental, et devant s’adapter aux contingences régionales, les administrations centrales ont fait l’économie d’une réflexion méthodologique. En outre, la nature très spécifique des DTA, parfois qualifiées d’» Objet Juridique Non identifié », ne facilitait pas la comparaison avec les outils de planification déjà réalisés (Schémas Directeurs, Schéma Directeur Régional d’Ile-de-France, Schéma d’Aménagement de la Réunion, etc.). Il est vrai enfin que jamais les services de l’État n’avaient « tenu le crayon » sur des outils de planification régionale à portée normative. Face aux notes de cadrage méthodologique très floues du Conseil d’État, et aux réponses très évasives des directions centrales, les DDE ont été largement livrées à elles-mêmes au moment d’opérer les choix cartographiques initiaux.

Cartographie consensuelle et bilan mitigé

40Les choix cartographiques de la DTA des Bouches-du-Rhône ont clairement privilégié l’imprécision et la constitutionnalité du document, au détriment selon nous de son efficacité en terme d’outil d’encadrement des droits du sol. Plus encore que la carte générale embrassant tout le département, la carte modalités d’application de la loi Littoral, qui aurait nécessité une grande finesse en raison de ses enjeux environnementaux et juridiques, en offre le parfait exemple (carte 2)* :

41- L’échelle est celle de la carte générale, soit au 1/125 000e, et il n’y a pas de loupes sur les zones à enjeux exceptionnels.

42- L’absence de fonds IGN interdit quasiment la localisation du zonage DTA par rapport au terrain.

43- Les différents périmètres d’application de la loi Littoral sont cartographiés de façon très imprécise, qu’il s’agisse des flèches représentant les coupures d’urbanisation, ou des limites des espaces naturels remarquables (conjonction d’un trait épais et de barbelures).

44- Certaines dispositions de la loi Littoral n’ont pas été cartographiées sur la majeure partie du littoral.

45Il est difficile de déterminer, dans ces choix, la part respective de la recherche de constitutionnalité, de l’adaptation à un territoire vaste, et des pressions politiques visant à faire de la DTA un document le moins contraignant possible vis-à-vis de la constructibilité future. Nous avançons néanmoins l’hypothèse que ce dernier facteur s’est avéré prépondérant car c’est bien sous la pression de certaines communes, particulièrement hostiles au document, que plusieurs choix cartographiques essentiels ont évolué. C’est le cas des limites des espaces naturels remarquables qui se sont progressivement épaissies au fil des versions du document, ou des symboles représentant les coupures d’urbanisation qui eux se sont rétrécis (carte 3)*. De même, pour évoquer brièvement non plus la forme mais le fonds, des espaces naturels remarquables ont été supprimés, tandis que des coupures d’urbanisation n’ont pas été cartographiées, pour permettre ponctuellement de lancer des opérations immobilières.

46Après des années d’atermoiements dans l’élaboration d’une DTA (lancée en 1996), et face au risque d’un vote négatif du Conseil Régional, obligeant à revoir la copie ou à abandonner la DTA, le choix a donc été fait de surmonter les points de blocages politiques par des compromis. En particulier sur la question des modalités d’application de la loi Littoral, dont la cartographie aura été aussi longue que celle concernant tout le reste du département. On notera que d’autres facteurs ont encore fragilisé la position de l’administration au moment où elle dessinait la DTA : le projet de décentralisation engagé par la gouvernement Raffarin, une conjoncture immobilière particulièrement tendue et, de façon plus structurelle, la présence d’une classe politique locale particulièrement puissante et interventionniste, pour laquelle « la loi constitue une base de discussion »5.

47Après celle des Alpes-Maritimes en décembre 2003, la DTA des Bouches-du-Rhône devrait être approuvée fin 2004-début 2005 ; soit sous sa forme actuelle, soit sous une forme approchante. Malgré ses compromis, elle constituera un acquis sur deux points au moins :

48- Sur la démarche tout d’abord, car elle aura permis un véritable – quoique difficile – rapprochement entre administrations et élus locaux, mais aussi entre services de l’Etat aux logiques et aux savoir-faire très différents. Nul doute que l’efficacité de l’action étatique en matière de planification régionale s’en sera trouvée nettement améliorée et pourra être réutilisée lors de l’élaboration des SCOT.

49- En matière environnementale également puisque le document, tout en ménageant une capacité d’accueil départementale estimée à 15 ans, préserve durablement la majorité des grands espaces naturels et agricoles, et consolide les dispositions de la loi Littoral là où elles ont été cartographiées.

50En revanche, l’imprécision cartographique porte en germe deux types de risques :

51- Tout d’abord un risque environnemental consistant à voir certaines communes utiliser la « marge d’incertitude » de la DTA pour étendre au maximum les zones constructibles dans leur POS/PLU. Soit en profitant du flou des limites (celle des espaces naturels remarquables, avec son millimètre d’épaisseur et ses barbelures représente sur le terrain une bande de 125 mètres de large sur plusieurs centaines de kilomètres de longueur). Soit en profitant du fait que la DTA n’a pas cartographié partout les coupures d’urbanisation6. C’est exactement le scénario qui s’est déroulé dans la commune de Martigues, où des opérations immobilières sont aujourd’hui lancées dans des secteurs qui non seulement ont perdu leur caractère d’espaces naturels remarquables, mais qui en outre n’ont pas été cartographiés comme des coupures d’urbanisation.

52- Mais aussi un risque juridique, lié à l’insertion de la DTA au milieu de la pyramide normative, « en dessous » de la loi Littoral et « au dessus » des SCOT et POS/PLU. En effet, il va être très difficile d’apprécier les rapports de compatibilité de la DTA vis-à-vis des documents d’urbanisme de niveau infra, mais aussi vis-à-vis des normes supérieures auxquelles elle doit se conformer (loi Littoral notamment). Le risque de recours et d’annulation des documents de planification est toutefois limité dans les Bouches-du-Rhône en raison de l’atonie des associations de protection de l’environnement. Mais aussi parce que le préfet hésitera à engager une DTA déjà fragile dans un contentieux à l’issue toujours incertaine.

53Ces risques concerneront demain les SCOT, confrontés en des termes très proches aux mêmes interrogations constitutionnelles, politiques et cartographiques. La question concernera les SCOT des territoires côtiers, qui auront la faculté de pouvoir eux aussi préciser les modalités d’application de la loi Littoral. Au-delà, elle concernera l’ensemble des SCOT nationaux, qui constitueront de très loin le principal outil d’encadrement des documents locaux et, partant, de protection des espaces naturels et agricoles. La capacité de l’administration, sinon à imposer un projet de territoire, du moins à faire valoir ses points de vues, dépasse donc largement la problématique des DTA.

Quelle place pour l’état dans la planification territoriale de demain ?

54Sans parler des reculs législatifs en matière de protection des paysages, les services de l’Etat sont clairement « sur la défensive » vis-à-vis des collectivités territoriales. Les causes de ce phénomène, sans doute antérieur à la décentralisation, sont bien connues et les exemples abondent : lacunes maintes fois dénoncées du contrôle de légalité (dont la rigueur est essentiellement fonction du courage des préfets), POS qui depuis plus de dix ans n’ont pas tous été mis en compatibilité avec la loi Littoral ou la loi Montagne, non application pure et simple de la loi Paysage, difficultés à imposer des périmètres de SCOT pertinents, renoncement à engager de nouveaux classements au titre de la loi de 1930, etc. Pour en revenir à la DTA, on ajoutera aux compromis déjà cités la non résolution de points particulièrement conflictuels (incinérateur de Marseille par exemple), mais aussi l’attitude très frileuse du ministère de l’Equipement qui a constamment poussé les rédacteurs de la DTA à une moindre précision cartographique et littérale, supprimant ses aspects les plus courageux et novateurs pour en faire un document affaibli et aseptisé.

55Les DTA sont des outils nécessaires, dont la portée normative et le centralisme sont légitimés par les lacunes de l’urbanisme intercommunal, par les dysfonctionnements et les enjeux des territoires concernés, et surtout par la nécessité absolue d’arbitrages extérieurs à la sphère politique régionale. Pour autant, leur mise en œuvre traduit parfaitement la difficulté de l’Etat à se situer. Tout d’abord vis-à-vis des communes, dont le pouvoir politique déjà fort va être décuplé par l’avènement des nouvelles intercommunalités. Mais également, « au dessus », vis-à-vis Conseils Régionaux, dont la puissance politique compense largement l’absence de pouvoir reconnu en matière d’aménagement du territoire. Enfin, les DTA bousculent un paysage de la planification presque totalement décentralisé et de plus en plus mou, faisant la part belle aux chartes diverses et aux modes de contractualisation incertains. En fait, comme les Schémas de Mise en Valeur de la Mer qui s’inscrivaient dans la même philosophie, elles sont condamnées car elles se situent à contre-courant d’une évolution institutionnelle qui annonce selon nous, en matière de planification, un avènement de la république des villes.

56Ce constat débouche immanquablement sur la difficile question de la décentralisation en matière d’urbanisme, d’environnement et d’aménagement du territoire. En substance, notre positionnement consiste à dire que les collectivités locales possèdent une légitimité démocratique à mettre en œuvre les règles nationales d’occupation du sol, mais que leur pouvoir sur le territoire doit être très fermement encadré. Tout d’abord en vertu du principe de précaution, qui s’applique à l’urbanisation sans doute plus encore qu’à beaucoup d’autres productions humaines. Ensuite parce que la proximité du politique à la société qu’il représente rend impossible, dans un contexte de très forte pression foncière, une résistance durable aux enjeux électoraux. Les dérives de l’urbanisme décentralisé, particulièrement spectaculaires dans les régions méditerranéennes, en sont une preuve évidente. Ce n’est donc pas le principe de la décentralisation qui est fondamentalement en cause, mais les limites qu’il faut lui poser. Quant à la possibilité de légiférer accordée aux Régions, l’abondant contentieux institutionnel et la difficile maîtrise de l’urbanisation dans la plupart des régions littorales d’Italie et d’Espagne doivent inciter à la plus grande prudence.

  1. L’utilisation du passé semble opportune dans la mesure où l’expérience de la DTA ne sera pas renouvelée.

  2. DALIGAUX Jacques « Conflits sur l’habitat diffus », Etudes Foncières, n°71, 1996.

  3. CAUHAPE Florence « Le mitage des terres agricoles dans les Bouches-du-Rhône », mémoire de maîtrise, 2000, UFR de Géographie, Université d’Aix-Marseille. PERRIN Coline « Agriculteurs et AOC face à l’urbanisation », mémoire de DEA, 2004, UFR de Géographie, Université d’Aix-Marseille.

  4. BERSANI Catherine « Les DTA ou le retour de l’Etat gendarme ». Etudes Foncières, n°83, 1999.

  5. Expression empruntée à l’actuel préfet des Bouches-du-Rhône, Armand Frémont.

  6. En théorie, les POS/PLU devront tenir compte de toutes les dispositions de la loi littoral, même si elles ne sont pas spécifiées ou cartographiées dans la DTA. Mais dans la pratique, les lacunes de la DTA constitueront un point de faiblesse dans l’éventuel recours des associations, dans l’argumentaire du juge administratif, et pour l’exercice du contrôle de légalité préfectoral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Daligaux, « Enjeux et problématiques d’une nouvelle forme de planification dans les Bouches-du-Rhône », Rives nord-méditerranéennes, 20 | 2005, 25-37.

Référence électronique

Jacques Daligaux, « Enjeux et problématiques d’une nouvelle forme de planification dans les Bouches-du-Rhône », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 20 | 2005, mis en ligne le 25 juin 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/1883 ; DOI : 10.4000/rives.1883

Haut de page

Auteur

Jacques Daligaux

Jacques Daligaux, Université de Provence-UMR TELEMME. Ses domaines d’enseignement et champs de recherche portent sur la géographie rurale, les espaces ruraux, les espaces périurbains, le processus d'urbanisation et les mesures de protection des espaces naturels dans les régions méditerranéennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org