Navigation – Plan du site

A propos de l'investissement industriel d'une multinationale en Méditerranée : le succès d'Aluminium de Grèce

Philippe Mioche
p. 27-39

Résumés

A la différence de plusieurs grands investissements industriels des années 1960 en Méditerranée, Aluminium de Grèce est un succès durable qui se perpétue jusqu'à nos jours. Cette entreprise filiale du groupe français d'aluminium est envisagée en 1959 et commence à produire en 1966. Elle est au carrefour de trois stratégies : le désir d'industrialisation du gouvernement grec, la volonté d'expansion de Pechiney qui entend résister à l'offensive américaine, et le processus de la construction européenne. Ces stratégies convergent vers les ressources naturelles du pays à proximité de la bauxite, de l'électricité et de la mer. L'usine de Saint-Nicolas est un ensemble intégré alumine-aluminium. Les avantages géographiques et techniques du site et l'essor de la consommation grecque d'aluminium ont permis une croissance très soutenue de l'entreprise et lui autorise une rentabilité financière exceptionnelle. L'hellénisation des personnels est remarquablement réalisée et l'entreprise surmonte un climat social parfois difficile. Aussi, en dépit des difficultés rencontrées dans le cadre du débat politique grec (contrat de fourniture d'électricité, « poids »  des investissements étrangers dans l'économie nationale) et des problèmes d'environnement posés par ce grand ensemble industriel, on peut affirmer qu'ADG est un succès industriel qui ne se dément pas.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

entreprise, histoire, industrie

Géographie :

Grèce

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

r2r-img-18-1.gif Les années soixante ont été un temps fort de l'investissement industriel en Méditerranée. La sidérurgie a connu un grand essor. Il est amorcé dès 1953 avec l'usine de Cornigliano près de Gênes et se prolonge avec les usines d'Annaba (El hadjar), de Tarente, de Fos-sur-mer et de Sagonte en Espagne. Dans l'autre grande industrie des métaux, l'aluminium, des projets ont été élaborés, en particulier ceux d'Alusuisse, dans la région marseillaise, mais un seul a abouti, celui d'Aluminium de Grèce. Les discussions sur cette nouvelle usine ont débuté en 1959, la production commence en 1966. A la différence de plusieurs usines du cycle d'investissements des années soixante, comme Tarente et Sagonte, l'établissement grec est toujours en activité. Quels sont les facteurs de création de cette usine? Est-elle un succès économique et social de l'industrie en Méditerranée ?

r2r-img-18-1.gif Les facteurs de création d'Aluminium de Grèce

r2r-img-18-1.gif L'initiative repose sur le désir grec de développer l'industrialisation du pays1. Il s'agissait pour une part de mettre en œuvre des richesses naturelles inexploitées ou peu exploitées : la bauxite et l'hydroélectricité. La valorisation de la bauxite n'a commencé réellement qu'après la Seconde Guerre mondiale. La production est vendue pour l'essentiel à l'URSS. En effet, la bauxite grecque est très dure et elle n'est pas utilisée par les technologies de l'alumine du monde capitaliste. La production atteint 1 million de tonnes en 1960, 2,3 M. en 1970, 3,3 M. en 1980, 2, 5 M. en 1995. Dans une production mondiale en croissance (113 millions en 1990), la production grecque se maintient en volume mais représente une part négligeable dans l'économie mondiale de l'aluminium au regard des grands gisements africains et australiens2. Depuis, 1966, l'usine grecque consomme environ la moitié de la production nationale de minerai. Sur ce point, les vœux des aménageurs grecs ont été exaucés.

r2r-img-18-1.gif Il en va différemment de l'hydroélectricité. La Grèce est passée d'une situation d'excédent à celle d'un grave déficit. Au milieu des années cinquante, la consommation nationale est de l'ordre de 1 million de kWh par an, ce qui est très faible et reflète la sous-industrialisation du pays. L'assistance américaine dans le contexte de la guerre froide a permis la construction de grands ouvrages dans le nord-ouest du pays (Acheloos) et le potentiel de production est augmenté de 1,5 million de kWh. C'est pourquoi le gouvernement grec est à la recherche de débouchés pour cette électricité. Après de vaines démarches en RFA, le ministre de l'Industrie sollicite le groupe Pechiney. La production d'aluminium est fortement consommatrice de 15 à 18 000 kWh par tonne de métal en 1960 et la combinaison semble idéale. Lors des négociations, pleines de rebondissements avec les gouvernements grecs, le producteur français obtient un prix avantageux. Mais depuis le démarrage de l'usine en 1966, la situation de la Grèce s'est inversée. Elle n'est plus excédentaire en électricité, mais déficitaire de façon croissante, ce qui l'oblige à de coûteuses importations de produits pétroliers. C'est ainsi qu'Aluminium de Grèce et le prix payé pour l'électricité sont devenus pour une partie de l'opinion le symbole de l'exploitation du pays. Pourtant, les indications dont nous pouvons disposer sur le prix payé pour la fabrication d'aluminium tendent à montrer que l'électricité grecque est devenue la plus chère du monde.

r2r-img-18-1.gif En tout cas, on comprend pourquoi Pechiney accueille favorablement le représentant grec en 1959. La présence de la bauxite et le prix de l'électricité sont alléchants. De plus, le projet d'investissement en Méditerranée correspond aux impératifs stratégiques du groupe. A la fin des années cinquante, le marché européen est soumis à une concurrence accrue de la part des producteurs américains qui cherchent de nouveaux débouchés. Le symbole de cette offensive est la prise de contrôle inamicale du britannique British Aluminium Company par le groupe Reynolds en 1958. Pechiney entend riposter en augmentant ses capacités de production. Il ne souhaite pas le faire en France car la nationalisation de l'électricité lui a fait perdre la maîtrise des tarifs3. Il décide cependant le démarrage des séries de Noguères et de Lannemezan en 1960, dans le contexte particulier de l'exploitation du gaz naturel. Pechiney a d'abord cherché à construire une nouvelle expansion en Afrique avec la construction de l'usine d'Alucam au Cameroun en 19544, puis de Fria en Guinée en 19605. Mais le contexte des indépendances pèse sur ces investissements et le groupe français est en quête de nouveaux horizons dans le cadre d'une stratégie tous azimuts. C'est ainsi qu'il investit en 1958-1960 à La Corogne en Galice, démarre Pechiney Nederland (PNL) à Flessingue en 1971, prend une participation dans Queensland Alumina Ltd (Australie) en 1964, construit l'usine Intalco en 1964 et Eastalco aux Etats-Unis en 1970 (cette dernière sera revendue en 1983). C'est dans cette impressionnante course à la capacité de production que s'inscrit l'investissement grec.

r2r-img-18-1.gif Une autre conjoncture intervient en faveur de la Grèce, celle de l'Association au Marché commun obtenu en 1961. Entre 1956-1957 et 1962-1963, les groupes internationaux suivent de près l'évolution du débat tarifaire. Le projet de tarif extérieur commun (TEC) était susceptible de provoquer d'importantes modifications du marché européen de l'aluminium. En effet, les marchés du Benelux et de la RFA n'étaient pas ou très peu protégés et le TEC pouvait jouer à plein en faveur des producteurs implantés dans le Marché commun et contre les producteurs extérieurs, américains et canadiens en particulier. Or, l'Association de la Grèce ouvre la perspective de l'entrée en franchise de l'aluminium grec sur le marché commun. Toutefois, l'intérêt du TEC pour Pechiney est allé rapidement en décroissant car dans le cadre du Kennedy Round, il a été fortement diminué.

r2r-img-18-1.gif Pour autant, l'Association de la Grèce a eu d'autres répercussions importantes pour ADG. En effet, de 1964 à 1967, la Banque Européenne d'Investissement (BEI) a prêté 53,5 millions de $ à l'Etat grec dont 6 millions pour le barrage de l'Acheloos en 1964 et 15,8 millions au secteur privé, dont 10 millions à ADG en 1966. Ainsi l'aluminium directement et indirectement a bénéficié de 16 millions de $ de prêts, soit 23% des prêts BEI en Grèce. A ceci s'ajoute en 1975 un nouveau prêt de 1,85 million de $ pour la construction d'un laminoir d'aluminium à Oenophyta (Béotie)6.

r2r-img-18-1.gif Aluminium de Grèce naît donc au carrefour de trois stratégies : le désir d'industrialisation du gouvernement grec, la volonté d'expansion de Pechiney qui entend résister à l'offensive américaine, le processus de la construction européenne7. Ces stratégies convergent vers les ressources naturelles du pays.

r2r-img-18-1.gif Une croissance remarquable

r2r-img-18-1.gif Des points de vue technique et économique, l'usine d'ADG présente une double originalité qui lui procure des avantages quasiment uniques au monde du fait de leur cumul. D'une part, c'est un ensemble géographiquement intégré. Les mines de bauxite sont distantes de quelques kilomètres et le minerai est acheminé par camions et par bateaux à un coût très réduit. De plus, le site de Saint Nicolas comporte la production d'alumine et celle d'aluminium. Afin de mesurer les avantages de cette situation géographique, il suffit de la comparer avec la situation ancienne et actuelle de l'aluminium en France. Jusqu'aux années soixante, le schéma général était le suivant. La bauxite était exploitée dans le Var et dans l'Hérault. Elle était transformée en alumine dans les usines provençales (Saint-Auban, Gardanne, La Barasse et Saint-Louis à Marseille) et à Salindres dans le Gard. Ensuite, elle était acheminée vers les usines d'électrolyse des Alpes et des Pyrénées. Puis l'aluminium brut devait repartir vers la transformation et vers les consommateurs, fort éloignés des vallées de montagne. De nos jours, le schéma de l'industrie française de l'aluminium s'est mondialisé : la bauxite nationale n'est plus exploitée. Le minerai vient de Guinée pour l'unique usine d'alumine de Gardanne qui ne dessert que les usines d'aluminium des Alpes et des Pyrénées. L'électrolyse moderne de Dunkerque est alimentée par de l'alumine qui provient principalement d'Australie. Par ailleurs, une partie de l'alumine produite par ADG est utilisée dans les usines françaises. Quel contraste entre les situations des industries française et grecque!

r2r-img-18-1.gif A cela s'ajoute le second avantage majeur du site grec : il est littoral. Ce qui permet d'acheminer à bon compte l'alumine non consommée sur place vers le marché mondial ainsi que la part de l'aluminium qui n'est pas vendue en Grèce (de 40 à 50% de la production annuelle depuis les années 1980, nous y reviendrons). A cela s'ajoute un autre avantage : l'évacuation des résidus inertes issus de la transformation de la bauxite en alumine s'effectue directement dans le golfe de Corinthe à quelques centaines de mètres de l'usine. Notons pour terminer sur cet aspect que l'usine d'ADG partage sa situation littorale avec nombre de grandes usines sidérurgiques en Méditerranée. Cet espace a joué un rôle pionnier dans ce domaine avec l'usine italienne de Cornigliano en service en 1953 qui est la première vraie usine sidérurgique littorale européenne. Ce modèle a été suivi de nombreuses autres réalisations : les usines disparues de Tarente et de Sagonte (mais le site connaît un renouveau), celle d'Annaba qui est aujourd'hui en mauvaise posture; et celle de Fos qui bénéficie de développements récents. Ces réalisations semblent partager trois fondements. Les ressources portuaires du littoral méditerranéen facilitent l'implantation de ces usines. Les politiques d'aménagement du territoire ont joué un rôle majeur dans de nombreux cas. Toutefois, dans celui d'ADG, si les archives consultées évoquent une politique d'aménagement du territoire en Grèce, il semble que la localisation est tellement déterminée par la proximité de la bauxite que cette politique n'a pu être un facteur déterminant. Restent les anticipations sur la croissance grecque et méditerranéenne au cours de la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. Pour la sidérurgie par exemple, l'analyse très « argumentée  d'économétrie faite par l'expert officiel de la CECA, Franco Peco8, prévoit que la consommation d'acier par habitant en Grèce qui est de 0,72 tonnes en 1970 sera portée à 3,599 tonnes en 2000. Or la consommation constatée en 1997 est de 2,939. On notera surtout que les prévisions en question sont peu éloignées de la réalité dans le cas grec et que par ailleurs elles sous-estiment fortement la croissance de la consommation turque alors qu'elles expriment une très grande surestimation des croissances françaises, italiennes ou espagnoles. Ceci pour dire que la croissance économique de la Grèce, relativement inattendue, est un des facteurs majeurs du succès de son industrie de l'aluminium. C'est en 1980 que la consommation d'aluminium du marché grec a dépassé pour la première fois les exportations, depuis la Grèce absorbe de 40 à 60% de la production de l'usine, le marché local ayant le grand avantage de faire fonction de matelas au regard des fluctuations du marché mondial. Par une politique assez habile de propagande en faveur de la consommation d'aluminium en Grèce et par son soutien aux transformateurs grecs, Pechiney a contribué à l'essor de la consommation. Il reste que le dynamisme économique du pays a été une bonne surprise pour l'entreprise.

r2r-img-18-1.gif Dans ces conditions, on comprend pourquoi l'usine grecque a connu une croissance soutenue, marquée par des augmentations successives des capacités de production. Elle a été créée à l'origine pour une capacité de 200 000 tonnes d'alumine par an et de 52 000 tonnes d'aluminium (soit un excédent de 100 000 tonnes d'alumine destiné à l'exportation car on compte généralement deux tonnes d'alumine pour une tonne d'aluminium). La capacité d'aluminium est portée à 150 000 tonnes en 1969 (soit un triplement), celle d'alumine atteint 600 000 tonnes en 1971. En 1999, les productions ont été optimisées : 632 500 tonnes d'alumine hydratée et 159 900 tonnes d'aluminium brut (graphique ci-après).

r2r-img-18-1.gif L'addition des avantages géographiques et techniques du site avec cette croissance presque ininterrompue débouche sur une rentabilité financière exceptionnelle. René Lesclous a calculé que le retour sur investissement est réalisé au bout de 7,7 ans et que les taux de rentabilité actualisés jusqu'en 1994 sont de 23%. « Ce qui est excellent. ADG a produit de 1966 à 1994, 3,7 millions de tonnes de métal cumulé, 13 millions de tonnes d'alumine, le chiffre d'affaires cumulé a été de 5, 4 milliards de $. Il est exprimé en dollar car à la demande de la partie grecque, toute la comptabilité d'ADG est tenue en dollars. ADG, qui bénéficie d'un taux d'endettement à long terme nul depuis 1990, a distribué 400 millions de $ de dividendes, soit 7,5% du chiffre d'affaires9. Compte tenu des modifications intervenues dans la répartition du capital, on peut estimer que pour ce total distribué de près de 400 millions de dollars entre 1968 et 1994, Pechiney a perçu 255 millions de dollars (64%) tandis que les actionnaires grecs, publics et privés en percevaient environ 144 millions (36%).

r2r-img-18-1.gif Ces résultats brillants posent parfois des problèmes paradoxaux : comment atténuer les succès financiers de l'entreprise? Nous avons choisi de publier un long extrait d'un document inconnu lors de la rédaction de l'ouvrage publié en 1996. Il est très évocateur de l'ensemble du contexte politique10, et il illustre le succès financier de l'entreprise.

r2r-img-18-1.gif Il s'ensuit une série de propositions pour « atténuer  le bénéfice : amortissements accélérés, « notamment sur l'antipollution, constituer une provision pour investissement, etc. L'objectif est de réduire de moitié le bénéfice déclaré, de 45 millions de $ prévu en 1977 à 25 - 28 millions11.

r2r-img-18-1.gif Une hellénisation réussie, mais des relations sociales difficiles

r2r-img-18-1.gif Dès l'origine, les représentants de Pechiney et en particulier l'homme en charge de la création d'ADG, Jacques Marchandise, ont affirmé leur volonté de procéder à une hellénisation du personnel. Le démarrage a été réalisé avec un encadrement technique d'expatriés français car le personnel grec n'avait aucune expérience de cette industrie. Le nombre maximum de ces expatriés est atteint en 1970 avec 115 personnes venues des différentes usines françaises du groupe, en particulier de celle de Gardanne pour le secteur alumine, soit environ 10% des effectifs de l'usine grecque. Ce nombre a été progressivement réduit et il est actuellement inférieur à la dizaine. Il faut préciser aussi que ADG a bénéficié d'une extraordinaire conjoncture historique. Lorsque l'usine a développé son recrutement, entre 1964 et 1968, les Grecs originaires d'Egypte, les « Egyptiotes  rentraient au pays et ils étaient disponibles sur le marché de l'emploi. Or, nombre d'entre eux travaillaient auparavant pour le Canal de Suez et ils étaient francophones. C'est ainsi que la première génération de l'encadrement intermédiaire de l'usine de Saint Nicolas a été largement constitué d'Egyptiotes. Cela a facilité les débuts de l'usine car très peu de cadres et d'ouvriers français parlaient le grec. Le recrutement des salariés grecs était organisé sur tout le pays à l'origine, mais il tend de plus en plus à se concentrer à l'échelle régionale. En 1999, 67% des salariés sont originaires de la Grèce centrale dont 37% de Béotie.

r2r-img-18-1.gif Le document cité ci-dessus montre que la société doit être prudente afin de ne pas prêter le flanc aux accusations d'impérialisme qui ont été souvent formulées, mais il demeure que l'hellénisation du personnel de l'usine est une incontestable réussite.

r2r-img-18-1.gif Pendant longtemps, les salariés d'ADG ont bénéficié de salaires et d'avantages sociaux supérieurs à la moyenne des salariés d'industrie en Grèce. En 1999, la rémunération brute annuelle moyenne par agent a été de 10 589 millions de drachmes.

r2r-img-18-1.gif La fin des années 1970 et les années 1980 ont été marquées par de nombreuses tensions sociales, des grèves parfois spectaculaires quand par exemple les salariés ont creusé un trou qu'ils ont ensuite rempli d'aluminium en fusion, formant une sorte de lac. Un syndicat unitaire a été constitué, Enossis, et il structure le dialogue social. Dans la période très récente, depuis 1989, les effectifs sont en diminution, passant de 1 893 à 1 276 en 1999. Cette diminution, qui contraste avec le maintien et la croissance de la production montre des gains de productivité du travail. Elle s'est traduite par de nouvelles tensions sociales comme le signale indirectement le rapport 1999 : Au cours de l'année 1999, le rétablissement de la paix sociale s'est confirmé sans aucun jour de grève et avec la signature d'un accord bipartite dès le 17février 1999.

r2r-img-18-1.gif L'hellénisation pourrait-elle aller jusqu'à la prise de contrôle de l'entreprise par le gouvernement grec? La question peut être posée car selon les termes de la convention du 11 mars 1966, les accords auraient dû s'achever le 30 mars 199612. Toutefois, la convention du 15 février 1969 a prolongé cette échéance au 30 mars 2001, et, sous certaines conditions, en mars 200613. Nous ne disposons pas d'information sur l'état du dossier, mais il est possible d'observer que la politique économique suivie par le gouvernement de M. C. Simitis ne va pas dans le sens d'une étatisation croissante. L'éventail de l'avenir est largement ouvert pour ADG.

r2r-img-18-1.gif En dépit des difficultés rencontrées dans le cadre du débat politique grec, en dépit aussi des problèmes d'environnement posés par ce grand ensemble industriel dans un site fondamental du patrimoine historique grec et mondial, on peut affirmer que des points de vue économique et social, ADG est un succès industriel qui ne se dément pas. Ils ne sont pas si fréquents en Méditerranée, et cela mérite d'être souligné.

Haut de page

Annexe

r2r-img-18-1.gif Document

r2r-img-18-1.gif Lettre de Claude Massol, président du conseil d'administration d'ADG à la direction de Pechiney, le 22 novembre 1976.

r2r-img-18-1.gif Archives Pechiney : ADG SCP 242 1 28349

r2r-img-18-1.gif Je crois devoir mettre l'accent sur le problème politique important que ne manquera pas de poser, auprès de l'opinion publique hellénique, à l'initiative plus particulièrement des partis de gauche et des syndicats, l'importance des résultats dégagés par ADG. M. Caramanlis lui-même risque d'être personnellement mis en cause, du fait qu'il exerçait déjà les fonctions de Premier ministre lors de la signature, en 1960, de la convention Gouvernement grec-Pechiney. Il convient, en effet d'avoir présent à l'esprit le climat politique très violent dans lequel a été contesté et dénoncé entre 1962 et 1966, notre convention et notamment le prix de l'énergie consenti à ADG.

r2r-img-18-1.gif Il s'est agi pendant cette période d'un problème politique national : celui-ci a été le tremplin des élections législatives de 1963; des débats ont eu lieu dans un climat de violence et de haine qui opposait M. Papandreou (père) et la Gauche aux amis politiques de M. Caramanlis; ce dernier a été diffamé, mis en accusation devant le Parlement. Nul doute qu'il a conservé un souvenir amer de cette période. Certes, il y a eu le compromis intervenu en avril 1966 entre Pechiney et le gouvernement de l'époque qui succédait à ceux de M. Caramanlis et de M.Papandreou et précédait le coup d'Etat des Colonels en mai 1967. Certes, depuis le démarrage de l'usine, le groupe Pechiney et ADG ont mené une politique inspirée par la préoccupation permanente d'hellénisation, d'intégration dans le contexte grec, et également par celle de tenir compte, dans les décisions à intervenir, non seulement de l'intérêt de la Société et du Groupe mais aussi de l'intérêt général de la Grèce. Cette éthique PUK a indiscutablement contribué, avec l'important impact économique que représente notre implantation en Grèce, à justifier en grande partie les clauses préférentielles de notre convention et le prix de l'énergie. Certes, dès 1973, ADG a pris l'initiative de renégocier le prix de l'énergie, négociations qui ont leur conclusion quelques mois après le retour de M.Caramanlis au pouvoir. Certes, la plupart des clauses préférentielles de notre convention de 1962 sont devenues de droit commun pour les investissements étrangers. Mais il n'en reste pas moins que le débat a été si violent, les accusations si malveillantes et outrancières à l'égard du premier gouvernement Caramanlis, et ceci pendant plusieurs années, et la résonance si profonde dans l'opinion publique, que les industriels grecs eux-mêmes ou par solidarité patronale, ou par résignation, ont compris, mais pour la plupart jamais tout à fait accepté, ce prix préférentiel de l'énergie, d'autant qu'il est tellement facile de clamer ou d'insinuer que de l'industriel au plus petit consommateur d'énergie chacun paie plus cher « pour la multinationale PUK . (…) Je reste à peu près persuadé que les résultats actuellement prévisibles pour les années 1977 et 1978 seront considérés en Grèce comme excessifs, et vont relancer la polémique; toute l'opposition de gauche aura beau jeu de brandir ces résultats comme la preuve éclatante du bien fondé des accusations dont a été l'objet M. Caramanlis en 1963.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 L'essentiel des informations de cette communication provient d'un ouvrage publié en 1996 et rédigé en 1995 : Grinberg (Ivan) et Mioche (Philippe), Aluminium de Grèce, l'usine aux trois rivages, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1996, 318 p. Toutefois, cette contribution bénéficie aussi de plusieurs recherches en maîtrise réalisées depuis (citées dans le texte), de nouvelles publications, en particulier l'ouvrage de René Lesclous, et de la découverte de nouveaux cartons d'archives, inconnus en 1995. Nous exprimons notre gratitude à Maurice Lapara et à toute l'équipe de l'Institut pour l'Histoire de l'Aluminium qui nous a signalé cette découverte et permis la consultation. Notre reconnaissance va aussi au directeur de l'usine de Saint Nicolas Monsieur Alain Lectard et à Monsieur Jean M. Delivanis, au siège d'Athènes, qui nous ont permis d'actualiser nos informations.
2 Régnier (Jacques), « La bauxite : de la Méditerranée à l'Afrique et au-delà , Cahiers d'Histoire de l'aluminium, n° 24, été 1999, p. 15-32.
3 Morsel (Henry) (sous la direction de), Histoire de l'électricité en France, tome troisième 1946-1987, Paris, Fayard, 1996, p. 358.
4 Filippi (Sarah), La création d'Alucam. Histoire politique et sociale d'une implantation industrielle au Cameroun au tournant de la décolonisation (1951-1962), Maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Paris I Sorbonne, 1998.
5 Larrue (Jacques), Fria en Guinée. Première usine d'alumine en terre d'Afrique, Paris, Kartala, 1997.
6 Marengo (Anasthasia), La mise en œuvre de l'Accord d'Association Grèce-CEE (1961-1981), Maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Provence, 1999, p. 251-266.
7 Sur la suite des relations entre la Grèce et la construction européenne, cf. Gagneur-Böhnke (Karoline), L'adhésion de la Grèce à la Communauté européenne et l'opinion publique française, Maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Provence, 1998.
8 Peco (Franco), L'acier face aux théories économiques, Milan, Nuove edizioni Milano, 1971.
9 Lesclous (René), Histoire des sites producteurs d'aluminium. Les choix stratégiques de Pechiney. 1892-1972, Presses de l'Ecole des Mines de Paris, Paris, 1999, p. 65.
10 Faute de place dans la présente communication, nous nous permettons de renvoyer à l'ouvrage cité pour les débats politiques.
11 Archives Pechiney : ADG SCP 242 1 28349, DAF-PC/LP, 17 novembre 1976, Problème posé par la progression des résultats.
12 Convention du 11 mars 1966, paragraphes 3 et 6.
13 Convention du 15 février 1969, article 9, paragraphes 1 et 2.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Mioche, « A propos de l'investissement industriel d'une multinationale en Méditerranée : le succès d'Aluminium de Grèce », Rives nord-méditerranéennes, 9 | 2001, 27-39.

Référence électronique

Philippe Mioche, « A propos de l'investissement industriel d'une multinationale en Méditerranée : le succès d'Aluminium de Grèce », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/18 ; DOI : 10.4000/rives.18

Haut de page

Auteur

Philippe Mioche

Philippe Mioche enseigne à l'Université de Provence et mène sa recherche au sein de l'UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org