Navigation – Plan du site

Qu’est-ce qu’un pouvoir légitime pour Calvin ?

p. 41-73

Résumés

Si tout pouvoir est de Dieu, tout pouvoir est légitime, et, dès lors, la légitimité ne peut se penser dans les termes­ qui sont les nôtres aujourd’hui : aucune résistance ne paraît pouvoir être justifiée. Mais c’est peut-être mal penser le droit de résistance que de le fonder sur des revendications qui restent particulières, de telle sorte qu’il se ramènerait à des prérogatives individuelles opposables aux autorités politiques instituées. Ce n’est pas ainsi que nous pouvons fonder un tel droit. C’est ce que nous apprend la lecture attentive de quelques passages clefs de la réflexion politique de Calvin : en traduisant l’obéissance dans les termes de l’obligation, Calvin envisage la désobéissance légitime. C’est cette dernière que ses héritiers immédiats réinvestissent après la décision prise par Charles IX d’assumer l’élimination de ses sujets au motif qu’ils appartiennent à la religion prétendue réformée.

Haut de page

Texte intégral

Toute puissance vient de Dieu, je l’avoüe ; mais toute maladie en vient aussi. Est-ce à dire qu’il soit défendu d’appeller le médecin ?1

1Qu’est-ce qu’un pouvoir légitime pour la religion, et quelle réponse apporter si nous appliquons cette question à l’œuvre de Calvin ? Commençons par souligner le paradoxe d’une telle question appliquée à la conception calvinienne de la puissance temporelle des princes, car il se pourrait bien qu’elle n’ait pas lieu de se poser, tout au moins dans les termes dans lesquels elle se poserait aujourd’hui. Il semble en effet que, dans un premier temps, à la question de savoir ce qu’est un pouvoir légitime, Calvin réponde avec Paul que toute puissance est de Dieu2, ce qui fait des « prééminences », comme dit Calvin, des instances d’emblée légitimes et qui dès lors impliquent sujétion de la part des sujets. Cependant, le contenu de ce que nous entendons par légitimité a changé. Aujourd’hui, un pouvoir n’est considéré comme légitime que s’il a fait l’objet d’un choix justifié de la part de ceux qui consentent alors à s’y obliger. Autrement dit, cette obéissance se présente comme conditionnelle. Comme le disait Rousseau, nous n’obéissons que librement. Or ce sens paraît absent chez Calvin, encore qu’il soit difficile de savoir si par son commentaire de Rom XIII, 1-5, Calvin recommande la sujétion aux puissances tyranniques. Ce ne sera pas le lieu ici de travailler avec le contexte qui pourrait donner à penser que la position de Calvin a pu en effet évoluer en fonction de certains événements comme, par exemple, la conjuration d’Amboise3. Nous avons préféré chercher la cohérence globale de sa pensée et les quelques principes organisateurs de l’idée de légitimité politique dans quelques textes décisifs. Car de cette cohérence dépend ensuite celle des écrits monarchomaques huguenots4 suscités par le crime royal de la Saint-Barthélemy que n’a pas connu Calvin, mais qui a déterminé ses proches disciples à écrire un ensemble de traités destinés à fonder la légitime résistance politique à l’égard des princes pour des motifs religieux, mais également politiques.

2Comment donc traiter la question de la légitimité politique chez Calvin ? Sa réponse se trouve-t-elle limitée par son enracinement religieux, ou au contraire, peut-on dire qu’elle conditionne dès que formulée une nouvelle compréhension de l’obéissance politique ? Peut-on relier la pensée de Calvin avec celle de ses héritiers directs qui au crime royal répondent par des traités de la résistance ? Car autant les conclusions de l’Institution de la religion chrétienne5 paraissent inviter à l’obéissance stricte aux magistrats, du moins c’est la première impression qui s’en dégage, autant les traités de la résistance affichent clairement l’idée d’une désobéissance légitime. Faut-il justifier ce contraste par un soudain changement de perspective lié aux événements dramatiques de 1572, ou faut-il penser au contraire qu’une cohérence plus forte unit Calvin et ses premiers héritiers ? Il est une autre hypothèse bien inscrite dans notre historiographie fortement teintée de catholicisme, et qui est la suivante : au delà d’un apparent loyalisme, on verrait resurgir chez les huguenots, comme ensuite chez leurs homologues catholiques de la Ligue, une inspiration proprement religieuse et devenue quelque peu fanatique les portant au tyrannicide. C’est d’ailleurs ce qui avait valu quelques années plus tard aux uns et aux autres leur désignation de monarchomaques6 par le gallican W. Barclay qui en 1600 décidait d’assimiler purement et simplement huguenots et ligueurs7. Mais nous verrons comment une telle lecture constitue un contresens du moins sur la pensée des premiers.

3Tout au contraire, c’est l’obéissance qui domine la réflexion politique de Calvin. Puisque toutes les espèces de gouvernement sont d’ordonnance divine, puisque toute puissance est de Dieu, nul ne peut désobéir aux puissances sans par là même désobéir à Dieu. Telle est l’idée qui domine le dernier chapitre du 4e livre de l’Institution de la Religion Chrétienne, ainsi que le commentaire par Calvin du premier verset du chap. XIII de l’Épître paulinienne.

Tout pouvoir est de Dieu

Les hommes n’ont pas inventé l’ordre par lequel ils ont un gouvernement

4Quand Calvin pose avec Paul l’obéissance au magistrat comme un principe indiscutable, il prête d’emblée le flanc à une difficulté, celle de savoir si cette obéissance vaut encore lorsque le prince est devenu un prince tyrannique. Faut-il, dès lors que les sujets soient autorisés à résister au tyran ? C’est toute la question de la résistance active, et celle de savoir si les principes calviniens l’autorisent.

5Voyons tout d’abord ce que signifie le principe de légitimité appliqué aux gouvernements. Les gouvernements sont légitimes du seul fait d’être ordonnés de Dieu. C’est pourquoi en quelque sorte il n’y a pas place, semble-t-il chez Calvin, pour la question du meilleur régime. Il n’y a en effet pas de préférence à afficher pour l’un des trois régimes connus, la monarchie, l’aristocratie ou le gouvernement populaire. C’est ce que rappellent ces quelques lignes extraites du tout dernier chapitre de l’Institution de la Religion Chrétienne portant sur le « gouvernement civil » :

Et certes, dit Calvin, c’est vaine occupation aux hommes privez, lesquels n’ont nulle authorité d’ordonner les choses publiques, de disputer quel est le meilleur estat de police. Et outre, c’est une temerité d’en déterminer (décider) simplement, veu que le principal gist en circonstances. Et encore quand on compareroit les polices en­semble sans leurs circonstances, il ne seroit pas facile à discerner laquelle seroit la plus utile : tellement elles sont quasi egales chacune en son prix8.

6Le propos paraît sans équivoque. Non seulement l’ordonnance des choses publiques ne dépend pas de l’avis des particuliers qui ont pourtant coutume d’en discuter, mais encore on peut la dire liée aux « circonstances », ce qui nous renvoie à l’ordre providentiel de Dieu. Et même si on voulait, poursuit Calvin, évaluer les régimes dans l’absolu et pour eux-mêmes, aucun d’entre eux ne pourrait être dit meilleur que les autres vu que ces trois régimes ont chacun leur dégénérescence, la monarchie et l’aristocratie en tyrannie et le populaire en sédition. Ceci n’empêche pourtant pas Calvin de donner un critère permettant d’apprécier ce que serait un bon gouvernement :

Vray est (addition de 1543) que si on fait comparaison des trois especes de gouvernemens que i’ay recitées, que la preeminence de ceux qui gouverneront tenans le peuple en liberté, sera plus à priser : non point de soy, (passage inséré lors de la toute dernière version du texte) mais pourcequ’il n’advient pas souvent (…) que les Rois se moderent si bien, que leur volonté ne se fourvoyent iamais d’equité et droiture. D’autre part, c’est chose fort rare qu’ils soyent munis de telle prudence et vivacité d’esprit, que chacun voye ce qui est bon et utile. Parquoy (voilà pourquoi) le vice, au defaut des hommes, est cause que l’espece de superiorité la plus passable et la plus seure, est que plusieurs gouvernent, aidant les uns aux autres, et s’advertissans de leur office : et si quelcun s’esleve trop haut, que les autres luy soyent comme censeurs et maistres9.

7Dans ce tout dernier état de sa pensée, Calvin ne revient pas sur l’équivalence des régimes, mais étant donné la propension des rois à la tyrannie, la surveillance mutuelle des magistrats s’avère être une meilleure chose pour la liberté du peuple. C’est l’idée de liberté qui vient encore sous sa plume lorsqu’il exprime le souci d’un gouvernement durable qui fait tout un avec l’idée de souveraineté partagée :

Et de fait, comme le meilleur estat de gouvernement est cestuy-là, où il y a une liberté bien temperée et pour durer longuement : aussi ie confesse que ceux qui peuvent estre en telle condition sont bienheureux, et dy qu’ils ne font que leur devoir, s’ils s’employent constamment à s’y maintenir. Mesmes les gouverneurs d’un peuple libre doyvent appliquer toute leur estude à cela, que la franchise du peuple, de laquelle ils sont protecteurs, ne s’amoindrisse aucunement entre leurs mains. Que s’ils sont nonchalans à la conserver, ou souffrent qu’elle s’en aille en decadence, ils sont traistres (le latin ajoute patriae suae) et desloyaux10.

8Ainsi, il est possible de faire un premier constat. Ce n’est ni par indifférence, ni par conservatisme que Calvin se refuse au choix d’un meilleur régime. Il sait à peu de chose près ce qui serait souhaitable aux peuples. Mais étant donné les bouleversements proprement politiques qu’entraîne la Réforme, sa préoccupation première est moins d’en confirmer le caractère politique que d’insister avant tout sur sa valeur strictement religieuse, ce qu’il fait avant toute autre chose en insistant sur la nécessité de dissocier le principe de liberté chrétienne de ses effets de rébellion. Il s’agit donc qu’on n’interprète pas la liberté chrétienne dans le sens d’une invitation à s’émanciper des gouvernements11. Calvin ne le sait que trop, c’est dans son propre camp, celui de la Réforme, et ce depuis Luther, que peuvent naître des menaces de sédition12. Il est donc impératif de commencer par rappeler que les vrais chrétiens ont besoin d’un gouvernement contrairement à ce qu’affirment les anabaptistes, peuvent avoir à recourir aux armes si la guerre s’avère nécessaire13, mais encore ont offices, charges, et obligations publiques diverses à assurer au temporel. Et pour revenir à la question de la part qui reviendrait aux hommes dans le choix de leur gouvernement, le commentaire par Calvin des versets 13 & 14 du chap. 2 de la Première Épître de Pierre14 est significatif de l’insistance avec laquelle Calvin paraît dénier aux hommes la création de l’ordre par lequel ils vivent sous la tutelle des gouvernements. Voici comment Calvin rectifie la mauvaise interprétation qui est faite du verset 13 (« Soyez donc sujets à tout ordre humain. »), de cette épître, de la notion d’« ordre humain » et quelle lecture il en propose :

Aucuns en lieu d’Ordre, dit Calvin, ont translaté Créature : mais ils se tourmentent puis après à tirer quelque sens d’un mot trop ambigu & obscur. De ma part, je ne doute point que l’Apostre n’ait voulu denoter l’ordre que Dieu a disposé pour gouverner le genre humain. Car le verbe dont est déduit le nom Grec qui est yci mis, signifie Edifier (fabricare) ou disposer un bastiment. Ainsi donc le mot d’Ordre (ordinatio) convient bien, par lequel sainct Pierre remonstre que Dieu fabricateur du monde n’a point laissé le genre humain en confusion & desordre, afin qu’il vive à la manière des bestes brutes : mais a voulu qu’une chacune partie fust mise en son lieu, comme en un bastiment bien composé. Et cest ordre est appelé Humain : non pas que les hommes l’ayent inventé (inventa fuerit), mais pource que la façon de vivre bien ordonnée et compassée, appartient proprement aux hommes15.

9Hostile à l’idée que les hommes auraient pu créer l’ordre proprement humain qui est le leur et auquel ils sont soumis, Calvin rappelle que cet ordre est celui que Dieu a créé pour le genre humain. Les hommes n’ont pas inventé celui par lequel les gouvernements existent.

L’ordonnance divine est indestructible et jamais contestable

10Comme le montre le commentaire de l’Épître de Pierre, la sujétion à l’ordre humain est obéissance à un ordre divin :

13 Soyez donc sujets a tout ordre humain pour l’amour de Dieu : soit au Roy, comme au superieur : 14 Soit aux gouverneurs, comme a ceux qui sont envoyez de par luy a la vengence (punition) des malfaiteurs, & a la louange de ceux qui font bien16.

11Mais on peut aisément objecter concernant la sujétion nécessaire, reconnaît Calvin, qu’il existe des régimes tyranniques :

Toutesfois on pourroit yci faire une objection, Que les Rois et autres Magistrats abusent bien souvent de leur puissance, & exercent plustost une barbarie et cruauté tyrannique, qu’une domination légitime17.

12Cette objection est d’autant plus forte qu’à l’époque où l’Apôtre parlait, presque tous les magistrats (romains) étaient tyranniques :

Je respon, dit Calvin, que les tyrans & autres semblables ne scauroyent tant faire par leurs abus, que l’ordonnance de Dieu ne demeure tousjours ferme : comme nous voyons que l’institution (institutio) perpetuelle du mariage n’est point renversee, quand la femme ou le mari se gouvernera autrement qu’il ne doit. Ainsi donc, quoy que les hommes s’esgarent, toutesfois le but que Dieu a planté ne lairra point de demeurer ferme et immuable18.

13Ainsi, si l’institution du mariage n’est pas atteinte par le mauvais usage qu’en fait une épouse ou un mari, de même l’institution politique n’est pas atteinte par le mauvais exercice du pouvoir19. De là, cette institution doit pouvoir être respectée jusque dans la pire des tyrannies :

Que si on réplique encore, Qu’il ne faut point obéir aux princes qui renversent entant qu’en eux est l’ordre sacré de Dieu (sacrum Dei ordinem), & qui pis est, se monstrent estre des bestes enragees, au lieu que les Magistrats doyvent representer l’image de Dieu (imaginem Dei). Je respon, que nous devons tant estimer l’ordre institué de Dieu (ordinem a Deo positum), qu’il nous convient honorer mesme les tyrans qui ont la domination. Combien qu’il y a une autre solution plus claire, ascavoir, Qu’il n’y eut jamais, & on ne pourroit songer une tyrannie si cruelle et desbordée, en laquelle il n’apparoisse quelque espece d’équite. Car Dieu ne permet jamais que cest ordre soit tellement esteint par la meschanceté des hommes, qu’on n’en appercoyve tousjours quelques traces : d’avantage, que la façon du gouvernement civil, quelque deformite & corruption qu’il y ait, ne soit toutesfois meilleure que l’estat sans principaute20.

14La réponse paraît donc claire : les gouvernements tyranniques ne sont jamais si mauvais qu’il faudrait leur préférer une absence de gouvernement. L’institution politique est par conséquent bonne et, en tant qu’elle est de Dieu, elle n’est pas susceptible de contestation.

Conclusion de la première partie

15Dans l’esprit de Calvin, la doctrine de l’obéissance n’est pas séparable de l’idée que l’ordre des prééminences est un ordre divin, c’est-à-dire posé par Dieu. Mais que recouvre exactement cette obéissance ? Il faut répondre : le caractère ordonné des institutions politiques, ainsi que leur habilitation du seul fait que les hommes ne puissent pas se passer de magistrats. Et plutôt que d’y voir la persistance d’une conception traditionnelle du gouvernement, il faut savoir discerner ici une valorisation de l’obéissance temporelle signifiant la fin de toute subordination au Sacerdoce. Ainsi on peut comprendre que Luther et Calvin n’aient eu de cesse de rappeler que la liberté chrétienne n’a pas de sens temporel et n’est nullement par conséquent une invitation à la révolte. Il nous restera donc à comprendre comment les traités de la désobéissance peuvent être liés étroitement à l’approche calvinienne de l’obéissance. Comment expliquer en effet que moins d’une décennie après la mort de Calvin, François Hotman, Théodore de Bèze, Philippe Duplessis-Mornay, Eusèbe Philadelphe Cosmopolite choisissent de conserve, et en réaction aux massacres de la St-Barthélemy, d’autoriser et de fonder, sous certaines conditions, une désobéissance jugée « légitime ». La signification de ce qualificatif peut cette fois anticiper sur le sens assigné à la légitimité politique. En dépit de la contradiction apparente avec l’enseignement de Calvin, aucun des écrits monarchomaques n’a pourtant estimé nécessaire de le désavouer. C’est donc que la résistance dont il est question dans ces traités est une conséquence de l’obéissance telle que la défend Calvin. Comprendre ce glissement de l’obéissance à la désobéissance, c’est aussi comprendre comment la question de la légitimité – celle moderne d’un pouvoir auquel il est nécessaire de consentir –, pouvait éclore quand Calvin le premier semblait interdire qu’on la pose. Mais avant de revenir au glissement de l’obéissance à la désobéissance, et pour savoir comment il se produit, voyons d’un peu plus près la nature d’obligation de l’obéissance chez Calvin.

Un régime de l’obligation

La positivité des institutions politiques

16La désobéissance à l’égard d’un régime autoritaire nous paraît aujourd’hui légitime, voire elle constitue un devoir qui tend à être reconnu comme tel, et il semblerait au premier regard que Calvin se situe aux antipodes d’une telle idée. Mais les choses ne sont pourtant pas si simples, car l’affirmation chez Calvin d’une ordonnance divine des magistrats n’a nullement empêché ses héritiers les plus directs de chercher à fonder une résistance à l’égard des tyrans d’exercice. Comment expliquer dès lors un héritage si contradictoire ?

17Avant d’examiner la lecture par Calvin de Rom. XIII, 1-5, il paraît nécessaire de réinscrire l’idée d’ordonnance divine des rois sur fond de disparition de l’institution universelle qu’avait été Rome depuis la conversion de Constantin. La conviction fortement implantée dans l’esprit des réformateurs qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César illustre ce mouvement de retour au christianisme pré-romain non institutionnel et en apparence apolitique des premiers chrétiens. Cependant, de même que l’on ne retrouve jamais ce que l’on a quitté, les effets de la Réforme seront moins apolitiques que politiques. En fait, l’effet de dédoublement que produit l’affirmation augustinienne par Luther de deux règnes, ou celle par Calvin de deux régimes en l’homme, a surtout pour conséquence de réhabiliter le temporel aux yeux des chrétiens. S’il est vrai que Paul avait commandé l’obéissance aux puissances par indifférence à leur égard du fait de l’imminence des derniers temps, la réforme calvinienne plus encore que la luthérienne s’inscrit dans une économie du salut délivrée de l’angoisse eschatologique21. C’est sans doute à cela que l’on doit l’habilitation active du temporel et leur souci du respect de l’institution politique de la part des réformateurs. Calvin peut désormais s’appuyer sur Rom. XIII et sur l’Écriture pour dire « que c’est Dieu qui ceint les Rois de leur baudrier royal, qui les esleve en leurs hautes dignitez, qui transfere les royaumes où il veut. »22. C’est l’ordre providentiel seul qui se trouve au fondement des institutions politiques humaines, et les maintient. Mais est-ce à dire que l’action providentielle de Dieu a pour conséquence de déconsidérer l’action politique des chrétiens ? Tout au contraire, nous y reviendrons.

18Quoi qu’il en soit, en l’absence désormais d’une institution médiatrice, ce sont les chrétiens qui assument dans leur propre corps le partage des deux destinations qui gouvernent leur existence, l’une vouée au salut et spirituelle, l’autre temporelle et liée à la vocation de chacun. De son côté, Calvin insiste sur la présence désormais de deux régimes en l’homme, l’un qui réside en l’âme ou en l’homme intérieur, l’autre qui appartient à ordonner une justice civile, à réformer les mœurs extérieures. Si la théologie ou le régime de la foi intéressent le premier régime, c’est aussi à bon droit qu’on s’intéresse au second. Mais aussi, nous n’avons nul droit de nous appuyer sur le premier pour décider des choses qui relèvent du second. L’idée d’une liberté chrétienne n’est d’aucun effet sur l’existence nécessaire des gouvernements. Le portrait que Calvin brosse ici des anabaptistes est instructif.

Car iceux (les anabaptistes), quand ils oyent une liberté estre promise en l’Evangile, laquelle ne recognoist Roy ne maistre entre les hommes, mais se tient à un seul Christ, ne peuvent comprendre quel est le fruict de leur liberté, cependant qu’ils (pendant qu’ils) voyent quelque puissance eslevée par dessus eux. Pourtant (pour cette raison) ils ne pensent pas que la chose puisse bien aller, si tout le monde n’est converty en une seule forme (manière d’être), en laquelle il n’y ait ne iugements, ne loix, ne Magistrats, ny autres choses semblables, par lesquelles ils estiment leur liberté estre empeschée. Mais celuy qui saura discerner entre le corps et l’ame, entre ceste presente vie transitoire et la vie advenir, qui est éternelle, il entendra pareillement assez clairement que le royaume spirituel de Christ et l’ordonnance civile sont choses fort loin distantes l’une de l’autre23.

19Une mauvaise compréhension de la liberté promise par l’Évangile conduit les anabaptistes à concevoir les puissances temporelles comme des obstacles à leur liberté. Mais en rejetant toute puissance supérieure, ils font preuve d’une volonté intolérante, nous dirions aujourd’hui totalitaire, de ramener tous les hommes à une unique manière d’être, sans plus d’opinion, de lois, de magistrats, etc. Face à cet écueil, le premier geste de Calvin consiste à réaffirmer au contraire la nécessité de l’obéissance aux puissances. L’impératif consiste à ne pas confondre la liberté spirituelle avec la condition temporelle des hommes au point qu’il n’y aurait nulle contradiction à ce que « la liberté spirituelle (puisse) très bien consister avec servitude civile »24. Luther avait eu des paroles identiques. La liberté spirituelle du chrétien ne dit rien de ce que doit être sa condition temporelle de sujet, et surtout la condition temporelle d’un serviteur, d’un fils ou d’un sujet ne dit rien de la liberté dont, et de manière égale, chacun bénéficie au regard de Dieu. Cela peut expliquer que la question politique, malgré son importance, ne représente plus dans l’Institution de la Religion Chrétienne que l’appendice de la réflexion du théologien25. La gestion politique de la cité devient l’affaire des seuls magistrats.

20Résumons. Il ne faut pas se méprendre sur la signification du privilège accordé à l’obéissance chez Calvin. Loin d’être la persistance d’une attitude traditionnelle vis-à-vis des autorités civiles, l’obéissance est plutôt le signe d’une réhabilitation des réalités intra-mondaines, l’idée d’un début d’autonomie acquise à l’égard du régime de la foi. Dans cette perspective, c’est l’obéissance qui est une attitude nouvelle du chrétien vis-à-vis des puissances civiles, lui qui à tout moment pouvait être mobilisé par l’Église médiatrice pour se retourner contre son prince. Si Calvin affiche une relative indifférence à la question du meilleur régime, ce n’est certes pas parce qu’en cela sa position relèverait d’une ancienne économie de pensée, mais plutôt parce que cette question, au regard de la foi, est en effet relativement secondaire. Au contraire, refuser de donner à la question du meilleur régime plus d’importance qu’elle ne doit en avoir, c’est réserver cette question à des préoccupations plus strictement temporelles, et surtout c’est interdire la confusion des régimes, et l’immixtion du spirituel dans le temporel. Il faut donc prendre très au sérieux cette réaffirmation de la distinction des régimes et accepter pour le temps de la rupture avec l’institution romaine que la question de la légitimité soit provisoirement mise en suspens comme ne relevant plus essentiellement de la théologie. En revanche, ce qui relève de la théologie, c’est le statut qu’il faut reconnaître au pouvoir civil. Celui-ci doit être impérativement obéi. Pour autant, et c’est important pour qu’une certaine dialectique du temporel et du spirituel se mette en place, le régime d’obéissance au magistrat ne devra pas entrer en contradiction avec celui de la conscience suivant le fameux principe pétrinien qu’» il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes »26. Mais si ce précepte ne concerne en rien notre conduite à l’égard des puissances, et Calvin y insiste, comment empêcher qu’il ne compromette ou, à tout le moins, ne transforme notre rapport aux puissances ? C’est aussi, selon nous, ce qui permettra que l’obligation à Dieu, telle que la formule Calvin, contribue à limiter le régime de souveraineté des princes. Car si Bodin, l’auteur bien connu des Six Livres de la République, songera, quelques temps après les événements dramatiques de la St Barthélemy, à absolutiser ce régime avec les instruments juridiques empruntés au double héritage romain et canonique du droit27, les successeurs de Calvin lui chercheront au contraire une légitimité pensée à nouveaux frais.

21Mais revenons à Calvin lui-même. S’il n’y avait ceux qui n’ont pas encore compris que la liberté spirituelle n’autorise en aucune façon qu’on s’affranchisse des autorités temporelles, et ceux (les « flatteurs des princes »), qui, à l’opposé, émancipent la puissance souveraine des princes de toute obligation à l’égard de leurs sujets Calvin pourrait se passer d’aborder la question proprement politique qui dans un premier temps n’importe que pour la distinction stricte des régimes. C’est cependant en raison même des deux écueils que sont d’une part la position anabaptiste, d’autre part sa réplique absolutiste, que Calvin prend la peine de rappeler quelle a été l’humanité de Dieu qui a bien voulu pourvoir aux gouvernements civils.

22Pour des raisons religieuses, les anabaptistes, en effet, ne voient pas que la liberté spirituelle puisse « consister avec servitude civile ». Toutes les sentences de Paul (Gal. 3, 28 ; Col. 3, 11) sont des sentences par lesquelles au contraire « il signifie qu’il est indifferent de quelle condition nous soyons entre les hommes, ou de quelle nation nous tenions les loix, veu que le royaume de Christ n’est nullement situé en toutes choses. » Ainsi on pourrait en rester là si on ne voyait pas combien la réaffirmation de la distinction chrétienne des régimes bouleverse la relation que les chrétiens entretenaient avec les puissances temporelles. Calvin, tout en répétant le geste de rupture accompli par Luther, tout en réaffirmant clairement la distinction chrétienne des deux régimes, mais tout en limitant strictement au salut l’usage de la liberté promise par le message évangélique, habilite en quelque sorte le régime temporel et permet qu’on lui assigne des fins qui favorisent ou, tout au moins, n’empêchent pas cette liberté promise.

Toutefois ceste distinction ne tend point à ceste fin, rappelle Calvin, que nous reputions la police (tenions le gouvernement) pour une chose pollue (corrompue) et n’appartenant rien aux Chrétiens.

23Pourvu que les deux régimes ne soient jamais confondus, la question politique concerne bien les chrétiens contrairement à ce que prétendent ceux pour qui la question du salut devrait embrasser celle temporelle des affaires civiles. La Réforme a mis fin à la confusion des régimes, il est temps par conséquent d’en tirer certaines conséquences.

24La distinction des sphères n’a pas pour fin, rappelons-le, que l’organisation politique soit considérée comme une chose corrompue et ne concernant en rien les chrétiens. C’est en pensant ainsi que ceux que Calvin nomme les fantastiques (anabaptistes) ne recherchent qu’une licence débridée. « Comme nous avons été translatés au royaume de Dieu, le régime profane leur paraît trop vile, et indigne de leur excellence », explique Calvin. Or pour lui, le régime spirituel est certes différent du régime civil, mais il n’y répugne pas, d’autant qu’il commence sur la terre. Nous avons en nous, précise-t-il quelque chose de la béatitude immortelle et incorruptible. Autrement dit, si Dieu veut que nous cheminions sur terre, il nous faut user des aides que nous y trouvons. Les esprits fantastiques au contraire ont l’idée que la perfection de l’Église de Dieu est suffisante pour toutes les lois qui nous sont indispensables. Mais la nécessité et la dignité de l’organisation politique paraissent évidentes à Calvin. Son utilité dépasse la simple subsistance, elle doit préserver de l’idolâtrie, veiller à ce que la tranquillité publique soit garantie et à ce qu’à chacun soit gardé le sien, elle doit permettre que les hommes communiquent ensemble sans fraude, ni nuisance, qu’il y ait honnêteté, modestie entre eux, en somme conclut Calvin, qu’il apparaisse forme publique de religion entre les chrétiens, et que l’humanité consiste entre les humains. La société civile se définit enfin par ses trois termes : le magistrat, la loi et le peuple. Soulignons ici la médiation de la loi qui est essentielle pour que la relation des magistrats au peuple ne puisse être celle d’un simple commandement. Il est important que la loi occupe une place de choix.

La signification de Rom. XIII, 1-5, pour Calvin

25À cette positivité du gouvernement politique, il faut rattacher la lecture que Calvin fait du premier verset du chapitre XIII de l’Épître aux Romains de Paul28. Le commentaire par Calvin de l’obéissance que nous devons aux autorités civiles témoigne, comme on va le voir, d’un régime de l’obligation susceptible d’ouvrir sur les écrits de la désobéissance légitime, désobéissance qui ne ressemblera plus en rien au tyrannicide médiéval manifestant l’emprise de l’institution romaine sur le temporel. Le devoir de ne pas obéir à des commandements iniques et irréligieux – c’est la manière dont Théodore de Bèze ouvre son Droit des magistrats29– se présente désormais à des consciences, et donc à des sujets, obligées à Dieu et qui peuvent désormais mesurer en Dieu jusqu’où il faut obéir aux hommes.

26Une remarque paraît également nécessaire pour introduire à Rom. XIII, 1-5. Il est peut-être important de ne pas perdre de vue que ce texte est tout entier dirigé contre la dérive anabaptiste synonyme pour Calvin, mais déjà pour Luther, des rébellion, révolte et sédition30 dirigées contre les gouvernements temporels. C’est donc le rejet des puissances qui préoccupe d’abord Calvin, et davantage cela que la question de savoir comment il faut agir vis-à-vis d’un gouvernement tyrannique. Autrement dit, c’est contre une lecture apocalyptique de l’Écriture que Calvin tient à s’élever et, comme on peut l’observer, cela contribue à mettre l’accent sur ce que nous avons appelé une approche positive des institutions politiques.

27Commentaire par Calvin de Rom. XIII, 1 & 2, soit :

1. Toute personne soit sujete aux puissances supérieures. Car il n’y a point de puissance sinon de par Dieu : et les puissances qui sont, sont ordonnées de Dieu.

2. Parquoy qui résiste à la puissance, résiste à l’ordonnance de Dieu. Et ceux qui résistent, receveront jugement sur eux-mesmes31.

28D’emblée Calvin se dit très attentif au fait que Paul ait pris grand soin de confirmer la puissance des magistrats à l’adresse de ceux qui croient que la liberté nouvelle les autorise à abolir les puissances terriennes, et interprètent celle-ci comme une invitation à rejeter toute espèce de gouvernement, et donc de servitude. Selon Calvin, cette erreur touchait les juifs contemporains de Paul et c’est ce qui donne à ce dernier des raisons de mettre un soin particulier à affirmer l’obéissance aux puissances. De plus, les temps de la Réforme de l’Église au xvie siècle ne sont pas sans revivre quelque chose d’analogue par cette confrontation à ceux que Calvin qualifie d’esprits bruyants et fantastiques : les anabaptistes. Il est vrai aussi, reconnaît Calvin tout en croyant retrouver l’inspiration paulienne, qu’il peut paraître particulièrement difficile d’être obligé de se soumettre à des princes qui persécutent la religion d’un courage « envenimé ». Là aussi la situation décrite par Calvin paraît refléter ce qu’avaient été les premiers temps du christianisme. Moyennant donc toutes ces raisons, Calvin reprend à son propre compte l’injonction de Paul d’être soumis aux puissances supérieures.

29Calvin tient aussi à préciser, avant de poursuivre son commentaire, ce qu’il faut entendre par puissances supérieures. Ce sont celles qui commandent directement aux sujets. Calvin ne veut pas parler en particulier des puissances souveraines, mais au contraire de toute espèce de puissance. En effet, dit-il, c’est « au regard des sujets que les magistrats sont ainsi nommez, et non point par comparaison mutuelle de divers Magistrats les uns aux autres32. » Point de hiérarchie des puissances donc, car ce qui compte, c’est le lien qui unit immédiatement les sujets à ceux qu’ils ont au-dessus d’eux.

30De là – et cette posture de Calvin déjà indiquée intéresse particulièrement la question de la légitimité des gouvernements –, Calvin refuse toute espèce de considération concernant ce qui pourrait les rendre légitime aux yeux des hommes, pour ne leur reconnaître que la légitimité que leur confère l’ordre divin. De ce fait, les hommes n’ont aucun droit, partant de revendications particulières regardant leur position, de soumettre à condition leur obéissance au magistrat. Toute puissance est donc légitime du seul fait d’être une puissance :

(…) l’Apostre a voulu par ce mot (« Puissances supérieures) couper broche (faire cesser) à la frivole curiosité des hommes, qui ont accoustumé de s’enquérir souvent par quel droict ceux qui ont le gouvernement des royaumes et seigneuries ont acquis ceste puissance qu’ils ont : mais ce nous doit estre assez qu’ils président33.

31La supériorité des puissances n’est pas un objet d’évaluation pour les hommes. Il n’y a pas lieu de se demander par quel droit ceux qui gouvernent le font, puisque les magistrats ne sont pas là où ils sont par leur propre vertu, « mais ils y ont esté mis par la main du Seigneur34. » C’est donc ce que recouvre essentiellement l’idée de légitimité : sont légitimes les puissances en place parce que cela est proprement l’ordre voulu par Dieu. À quoi il faut aussi ajouter, précise Calvin, que selon Paul personne n’est exempté de cette sujétion, pas même le souverain. Enfin, ce serait mépriser la providence de celui qui est auteur de la puissance politique de ne pas être soumis aux puissances et de les rejeter comme telles.

32Du fait de cette approche providentialiste des gouvernements politiques, les puissances sont bonnes, ce que veut faire entendre Calvin lorsqu’il dit que les puissances sont de Dieu, et pour confirmer la positivité des gouvernements politiques, Calvin interdit qu’on les confonde avec d’autres réalités comme le malheur, la famine, la guerre ou autres punitions qui seraient dues au péché. Malgré cette positivité, les puissances tyranniques non plus ne pourront être « mises au rang du gouvernement bien ordonné, veu qu’elles sont plenes de confusion »35 Ainsi, bien que l’institution politique soit bonne par elle-même, bien qu’elle soit un « légitime et droit gouvernement du monde », et destinée avant tout au profit des hommes, Calvin ajoute qu’il est permis de repousser les guerres et de chercher remèdes aux autres nuisances, au compte desquelles il semble bien qu’on puisse mettre la tyrannie, résultat somme toute non négligeable.

33De ce qui vient d’être dit, nous pouvons donc tirer quatre conclusions : 1 être sujet aux puissances signifie qu’on ne peut avoir l’intention de les rejeter au motif qu’elles ne seraient pas conformes à la liberté chrétienne, et qu’elles représenteraient pour les hommes une servitude illégitime ; 2 les puissances supérieures sont au contraire d’emblée légitimes ; 3 néanmoins ces puissances ne sont pas des punitions de nos péchés, seules les tyrannies le seront ; 4 enfin, nous pouvons combattre les guerres, et autres nuisances, et parmi les autres nuisances, il semblerait que nous puissions mettre la tyrannie.

34Rien d’étonnant à ce que, par conséquent, l’ordonnance divine en tant qu’ordre légitime exclue le régime tyrannique : « nous n’appellerons pas proprement Ordonnances de Dieu, les punitions qu’il envoye sur les hommes pour leur péchez, mais bien les moyens lesquels espresséement il establit pour entretenir un ordre légitime36. »

35Nous en arrivons ainsi au cœur de l’enseignement de Paul : nul ne peut résister aux puissances, et qui résiste aux puissances, résiste à Dieu. Mais, répétons-le, Calvin n’évoque pas tant la résistance politique à proprement parler, que la résistance à un ordre institué de Dieu. Voyons maintenant quelle espèce d’obéissance implique l’institution politique légitime par définition.

36Commentaire par Calvin de Rom. XIII, 3 & 4 :

3. Car les Princes ne sont point à craindre pour bonnes œuvres, mais pour mauvaises. Or veux-tu ne craindre point la puissance ? fay le bien, et tu receveras louange d’icelle.

4. Car le Prince est serviteur de Dieu pour ton bien : mais si tu fais mal, crain-le, car il ne porte point le glaive sans cause : car il est serviteur de Dieu pour faire justice en ire, de celuy qui fait mal.37

37Paul, poursuit Calvin, nous recommande donc l’obéissance et la révérence à l’égard des princes pour l’avantage (profit) qui nous en revient. Cet avantage réside dans la justice qu’ils mettent en œuvre. Il veut dire, explique Calvin, que seuls les méchants ont à craindre des princes pour les mauvaises œuvres qu’ils commettent, et c’est pourquoi il nous faut être sujets aux puissances38. Encore une fois, c’est de l’institution légitime des gouvernements qu’il est question, et de l’avantage que les hommes tirent de la poursuite des méchants. Nous n’avons donc aucune raison de rejeter le magistrat si nous sommes des gens de bien. Cette fois, Calvin le déclare explicitement, le mauvais prince est bien une punition de nos péchés, et les hommes en sont eux-mêmes les responsables : « Car si le mauvais Prince est un fléau du Seigneur pour punir les péchez du peuple, recognoissons que c’est par nostre vice que cela advient, qu’une bénédiction excellente de Dieu nous est tournée en malédiction : et pourtant (c’est pourquoi) ne laissons point d’avoir en révérence la bonne ordonnance de Dieu. »

38Ce sont donc les péchés qui ont perverti l’institution divine en la transformant en tyrannie. Mais une difficulté apparaît : faudra-t-il respecter l’institution divine dans les régimes tyranniques eux-mêmes ? En fait, nous retrouvons une idée que nous connaissons déjà, l’ordre divin n’est nullement touché par les gouvernements tyranniques : « les Princes n’abusent jamais tellement de leur puissance, en tormentant les bons et les innocens, qu’en leur tyrannie ils ne retienent quelque apparence de juste domination39. »

39Calvin pense-t-il ici enjoindre les hommes d’obéir aux puissances tyranniques ou se contente-t-il d’asseoir la bonté des gouvernements jusque dans la tyrannie ? Lorsque Calvin pose la double obligation des magistrats à Dieu et aux hommes résultant de la commission divine, donne-t-il pour autant aux sujets un droit qu’ils seraient susceptibles d’opposer au magistrat ? En fait, dans l’esprit de Calvin, c’est plutôt « la justice de Dieu que les magistrats mettent en œuvre, c’est elle qu’ils exécutent en obéissant à ses commandements. » Ainsi les magistrats sont redevables aux sujets par obéissance aux commandements divins, mais cela ne signifie pas que les sujets aient acquis un droit vis-à-vis des puissances.

40Résumons ce que nous avons obtenu dans ce deuxième temps du commentaire. Les magistrats sont utiles parce que leur vocation consiste à punir les méchants et récompenser les bons. Pour ne pas avoir à les craindre, il suffit donc de bien agir. Le joug de l’institution politique est nécessaire. Mais la difficulté apparaît : qu’en sera-t-il des mauvais princes ? En affirmant qu’ils ne sont pas « de Dieu », qu’on les doit à une punition infligée par Dieu aux hommes et qui les rend responsables du mal, Calvin a fortement suggéré le devoir de les combattre. Cependant, en affirmant cette fois que les gouvernements ne sont jamais si mauvais qu’ils ne gardent quelque chose de leur ordonnance divine, que la tyrannie sert encore à maintenir la société, il nous invite à obéir à tous les magistrats, tyrans compris. Mais quel est donc le principe d’une telle obéissance ?

41Commentaire par Calvin de Rom. XIII, 5, 6 & 7 :

5. Et pourtant il faut estre sujets, non point seulement pour l’ire, mais aussi pour la conscience ;

6. Pour ceste cause aussi vous payez les tributs, car ils sont ministres de Dieu, s’employans à cela ;

7. Rendez-donc à tous ce qui leur est deu : à qui tribut, le tribut : à qui péage, le péage : à qui crainte, la crainte : à qui honneur, l’honneur40.

42Il reste en fait à déterminer la signification de cette obéissance aux magistrats, ce que nous ferons à travers la lecture que Calvin propose de 5.

43Paul, explique Calvin, reprend la première maxime qu’» il faut estre sujets », mais il le fait avec plus de force encore et en ayant éclairci la doctrine « disant qu’il leur faut obéir, non seulement pour la nécessité et contrainte qui y est au regard des hommes, mais aussi afin que nous obéissions à Dieu41. » La nécessité et la contrainte qui conditionnent habituellement notre obéissance aux magistrats se laissent ici absorber par l’obligation que nous devons à Dieu. Dit autrement, cela signifie que ce n’est pas tant la peur du magistrat qui règle en dernière instance la soumission des sujets, mais le fait qu’ils s’obligent. C’est bien ce que veut dire Calvin quand il souligne que les sujets se rangent volontairement à une telle sujétion :

Car il a mis ce mot Ire, pour la vengence que les Magistrats pourroyent faire, à cause du mespris de leur authorité et dignité : comme s’il eust dit, que ce qu’il faut ployer le col sous eux, ce n’est pas pource qu’on ne peut leur résister sans danger d’estre puni, attendu qu’ils sont plus puissans et armez : (comme on verra que plusieurs supportent les injures et outrages qu’on leur fait, d’autant qu’ils ne les peuvent repousser) mais qu’il se faut volontairement ranger à ceste sujétion, à laquelle la conscience est obligée par la parole de Dieu42.

44Donc les menaces que les magistrats font peser sur les hommes ne devraient pas être le mobile qui justifie la soumission. Obéissance n’est pas soumission, par conséquent seul le devoir que nous devons à Dieu en doit être le motif. Puisqu’il y a obligation d’obéir, la coercition qu’exerce le prince ne sera utile qu’en direction de ceux qui s’y refusent, la conséquence étant que ce sont bien les commandements divins qui obligent les consciences vis-à-vis des magistrats eux-mêmes. Et c’est bien ce que dit Calvin : même si le magistrat était sans arme, donc incapable de nous en menacer, il nous faudrait lui obéir43. Calvin est sans doute le premier à procurer un fondement proprement moral à l’obéissance. Calvin parle ici d’obéissance volontaire parce que la liberté chrétienne entre cette fois légitimement dans le cadre temporel de l’obéissance aux magistrats. Il devient dès lors impossible aux chrétiens de demeurer indifférents à l’égard des affaires temporelles : le vrai chrétien est obligé au magistrat parce qu’il s’oblige à Dieu. Cette obéissance n’est autre que celle que les particuliers doivent, le particulier étant par excellence le sujet d’une volonté publique : « Car il n’appartient pas à un particulier d’oster la domination à celuy que le Seigneur a constitué par dessus nous avec authorité. »

45Dernier point, cette obéissance légitime ne doit en aucun cas cautionner la tyrannie :

Au reste, toute ceste matière qui est yci traittée s’entend des prééminences civiles. Et pourtant (et pour cette raison), c’est en vain (inutilement) que ceux qui exercent domination sur les consciences, taschent par ce passage de confermer leur tyrannie plene de sacrilège44.

46Les magistrats le voudraient-ils que le gouvernement des consciences ne pourrait leur appartenir, et c’est de là seulement qu’il est possible de mesurer ce qui est permis politiquement aux sujets. Car, à bien observer le raisonnement de Calvin, à aucun moment il ne reconnaît explicitement de droit aux sujets vis-à-vis des autorités politiques. Car si le commentaire de Rom. XIII, 1-5 par Calvin n’est pas une invitation à se soumettre aux magistrats, il n’est pas non plus le lieu où apparaît l’énonciation de la limitation de leur pouvoir par les sujets.

Du droit de Dieu à limiter le pouvoir des magistrats ou les bornes de l’obéissance

Les bornes du pouvoir légitime des magistrats sont en Dieu

47C’est peut-être dans le sermon prononcé le 23 mars 1560 que Calvin donne à sa réflexion sur la question de l’ordre politique légitime le plus d’acuité45. C’est aussi le 23 mars 1560 qu’il envoie une lettre à Sturm46 dans laquelle il se prononce au sujet de la conjuration qui se prépare dans le royaume de France, mais dont on ne connaît pas encore l’issue.

48Depuis son commentaire de Rom XIII, 1-5, Calvin n’a pas varié. En dépit de la violence de certains de ses propos à l’égard des magistrats qui violent les commandements divins, il n’en continue pas moins de voir dans la révolte, la sédition ou la rébellion à l’égard des magistrats une opposition à ce que Dieu a institué. Comment cette double affirmation peut-elle n’être pas contradictoire ?

49Cet ordre que Dieu institue pour les hommes, s’il n’implique plus « aujourd’hui » – ce sont les termes mêmes de Calvin –, la « servitude odieuse répugnante à nature » de l’époque où les maîtres avaient des esclaves (on les tenoit esclaves à la vie et à la mort47), il conserve quelque chose de comparable avec l’ancienne servitude étant donné la « subjection des peuples envers leurs princes, leurs magistratz et juges, des enfans envers leurs peres et meres, des serviteurs qui sont maintenant envers leurs maistres et maistresses ». Cependant, aujourd’hui, explique-t-il, nous ne pouvons plus tirer prétexte de mauvais traitements pour alléguer qu’on ne nous rend pas ce qui nous est dû. Il est donc encore des prééminences qui impliquent qu’on leur obéisse comme le préconisait déjà Paul. Aussi :

Quand donc les subjectz se vouldront revolter soubz ombre qu’ilz pourront mettre en avant : “Or nous sommes trop pressés de tailles et de tributz ; ceste condition là est trop dure et fascheuse.” Quand donc soubz ce tiltre là ilz se vouldront revolter, il est certain qu’ilz se rebequent (rebellent) à l’encontre de Dieu, comme sainct Paul le nous monstre. Aultant en est il des serviteurs, quand ilz ne pourront porter les mœurs de leurs maistres, que les chambrieres se vouldront revolter contre leur maistresses, et ne rien souffrir, que telles impatiences s’addressent tousjours à Dieu. Et par plus forte raison, quand les enfants ne pourront demeurer en l’obeyssance de pere et de mere, c’est faire la guerre trop manifestement à Dieu que cela48.

50Si s’opposer aux prééminences, c’est se révolter et s’opposer à Dieu, comment dans le même sermon Calvin pourra-t-il envisager d’ôter leur autorité aux rois ? Il va distinguer pour cela entre ce qu’il faut supporter et ce qu’il faut refuser : « Vray est qu’il nous fault avoir icy une distinction, c’est que si nous sommes molestés en noz cors, que nous debvons porter patiemment cela49. » Si la coercition qui frappent les corps doit être endurée, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas certaines limites qui ne doivent pas être franchies à l’égard de ce que nous devons aux magistrats :

Mais ce n’est pas à dire qu’il nous faille cependant deroguer au souverain empire de Dieu pour complaire à ceulx qui ont preeminences dessus nous. Comme si les roys veullent contraindre leurs subjectz à suyvre leurs superstitions et ydolatries. O là ilz ne sont plus roys, car Dieu n’a pas resigné ny quicté son droit, quand il a estably les principaultés et seigneuries en ce monde50.

51En effet, lorsque les commandements des rois sont contraires à ceux de Dieu, ils perdent l’autorité qu’ils tenaient directement de lui. Mais la perte de cette autorité ne s’explique nullement par le fait qu’il leur arriverait de commettre quelque injustice dans l’exercice de leur fonction, car :

 (…) quand il adviendra que les roys vouldront pervertir la vraye religion, que les peres aussi vouldront trainer leurs enfans ça et là, et les oster de la subjection de Dieu, que les enfans distinguent icy ; pareillement les serviteurs et chambrieres, et puis tous les subjectz des princes et magistratz en general, que tous s’humilient en telle sorte qu’ilz portent patiemment toutes injures qu’on leur fera51.

52Calvin recommande ici de supporter les injustices commises. En revanche, il ne faudra pas supporter du magistrat, du père ou du maître, qu’ils transgressent les commandements divins. Lorsque Dieu a fait l’honneur à certains d’être pères, le fait que ces derniers aient le droit de paternité sur leurs enfants ne signifie pas que Dieu lui-même ne continue pas d’être un père à part entière des corps et des âmes. La même logique s’applique au magistrat et au maître, et ici le service de Dieu ne souffre plus d’écart :

Mais ce pendant qu’ilz advisent (prennent conscience) qu’il leur vauldroit mieulx mourir cent foys que de decliner du vray service de Dieu. Qu’ilz rendent donc à Dieu ce qui luy appartient, et qu’ilz mesprisent tous esdictz et toutes menaces, et tous commandemens et toutes traditions, qu’ilz tiennent cela comme fient et ordure, quand des vers de terre se viendront ainsy adresser à l’encontre de celuy auquel seul appartient obeissance52.

53Malgré la violence de l’injonction à laquelle invite Calvin de mépriser les édits et les menaces, les commandements et les traditions, le refus d’obéissance aux prééminences ne sera ni révolte, sédition ou rébellion. Curieusement pour nous modernes, le motif de la désobéissance légitime ne se fonde pas sur le tort causé ou l’injustice subie par un particulier. Elle se fonde avant tout sur le caractère inacceptable de la transgression ou de l’invitation à transgresser les commandements divins de la part des magistrats. Autrement dit, ce n’est nullement au nom de revendications particulières qu’il nous est ici enjoint de désobéir, mais au nom des commandements divins. Face aux injustices subies, les sujets sont, à l’instar d’Agar, invités à demeurer sous l’autorité de leurs magistrats, et ce malgré leur bon droit. Mais quelle est donc la limite posée à l’obéissance des sujets vis-à-vis de leur magistrat si l’injustice subie n’est pas ce qui fonde le refus d’obéir ? Cette limite n’est pas humaine, elle est en Dieu :

Mais en somme que tous ceulx qui sont subjectz se souviennent de ce que dit sainct Paul, car c’est la vraye interpretation de ce qui est traicté tant au septiesme chapitre des Romains que par toute l’Escripture saincte : « Obeyssez, dit-il, voyre en Dieu. » Or voylà donc sainct Paul qui enclost toute obeyssance humaine soubz celle qui precede et a le degré souverain53.

54Il ne faut donc pas oublier que les rois demeurent assujettis à Dieu, de même en est-il pour les pères et les mères, et ainsi pour les maîtres.

Sainct Paul donc nous monstre comment et jusques là où nous debvons obeir à peres et meres : c’est asçavoir en Dieu, dit-il, que nous avons ces bornes là, c’est-à-dire que nous <ne> deroguions en façon que ce soit à l’authorité de Dieu, pour complaire à nulz hommes de quelque estat, quallité ou dignité qu’ilz ayent54.

55Les bornes du pouvoir du magistrat sont en Dieu, et ce sont ces bornes-là qui, outrepassées, autorisent la désobéissance légitime. Ainsi Agar qui a fui Sarai pour échapper à une punition qu’elle juge injuste ne peut tirer prétexte de la colère de Sarai pour donner un fondement à sa désobéissance. L’autorité de Sarai est fondée sur l’ordre de Dieu, et Agar n’a d’autre devoir que d’être patiente à l’égard de sa maîtresse. C’est pourquoi Agar a eu tort de se rebeller, et il ne lui reste plus qu’à reconnaître sa faute. Telle est la leçon tirée du commentaire de Gen. 16 : 5-9.

Il fault donc venir tousjours à nostre vocation, et sçavoir ce que Dieu nous a enjoinct, et que là nous sachions qu’il nous fault assubjectir sans aucune dispute, puis que la subjection est divine et non pas humaine, c’est à dire puis qu’elle procede de Dieu, et que les hommes ne l’ont point inventée à leur fantaisie55.

56Les hommes n’ont pas inventé l’ordre duquel ils dépendent, chacun doit regarder le degré de son propre état, et obéir aux puissances ; ne pas leur obéir et leur résister, ce serait faire la guerre à Dieu.

Tout pouvoir n’est pas légitime ou la désobéissance légitime

57Nous venons de voir comment à l’extrême pointe de son argumentation, Calvin pose la limite de l’obéissance sur laquelle il ne faut pas, cependant, que nous nous méprenions. En règle générale, nous devons obéir même en souffrant de notables injustices, pourvu que ce soit dans le respect des prééminences que l’ordre divin a établies. Néanmoins, contrairement à ce qui serait une pure et simple soumission, l’obéissance due aux magistrats a sa limite. Ce qui n’est pas permis à un magistrat, dit Calvin, c’est de chercher à détourner ses sujets de leur devoir à l’égard de Dieu en interdisant la vraie religion, par exemple. Ceux-là ne sont plus rois, explique Calvin. Ils ont perdu leur autorité : la tyrannie n’est pas de Dieu. Calvin avait pourtant dit quelques lignes plus haut de la persécution de ceux de la vraie religion qu’elle n’était pas un motif légitime de rébellion.

58Ce sont ces volte-face qui ont fait dire que la pensée de Calvin était en ce domaine pour le moins ambiguë56. Il n’y a cependant pas là de contradiction insurmontable si l’on veut bien considérer où Calvin place la limite de l’obéissance, non pas en l’homme, mais en Dieu. D’où vient que l’impératif d’obéissance prescrit par Rom XIII, 1-5 puisse être affirmé sans contradiction avec l’idée d’une désobéissance fondée sur la transgression manifeste par les magistrats des commandements divins ? Or, nous n’observons rien de très différent dans les textes monarchomaques57 où c’est dans des termes similaires que la question des limites de l’obéissance est posée.

59Nous ne nous appuierons ici que sur Le Droit des magistrats de Théodore de Bèze pour le montrer. D’entrée l’auteur prend appui sur les tables de la Loi. En posant comme il le fait que Dieu doit être obéi sans aucune exception, Théodore de Bèze limite d’emblée la puissance des magistrats. En effet, en rappelant le caractère perpétuel et immuable de la volonté de Dieu et son statut de règle de justice, il note également que les princes ne sont pas toujours « la bouche de Dieu pour commander ». Ainsi, faudra-t-il ne pas tout accepter.

60Ce qui apparaît de manière originale et tout à la fois prolonge les conclusions de Calvin sur la question, c’est le caractère pour partie moral de ce qui permet de fonder la désobéissance. En effet, Théodore de Bèze présente les commandements divins en les répartissant suivant les deux tables, l’une prescrivant les devoirs religieux, l’autre les devoirs proprement moraux. Nous devons obéissance aux magistrats (Rom. XIII, 1-5), explique-t-il, mais à cette seule condition qu’ils ne commandent rien qui soit irréligieux, ni rien qui soit inique. Théodore de Bèze ne fait ici que donner à réfléchir, en s’appuyant sur des exemples à la fois antiques et bibliques, sur le contenu de tels devoirs, et sur la limite à ne pas franchir dans l’obéissance aux magistrats. Si cette limite est franchie, si les rois « veullent contraindre leurs subjectz à suyvre leurs superstitions et idolatries », « O là ilz ne sont plus roys… ». Si, chez Calvin, la désobéissance ne fait jamais que l’objet d’une affirmation ici ou là, chez ses coreligionnaires monarchomaques, le devoir d’obéissance devient en quelque sorte l’objet d’un traitement systématique des limites posées à l’obéissance. Tout d’abord, un magistrat ne pourra autoriser ce que la 1ère table contenant les devoirs religieux (piété) interdit ou au contraire ne pourra interdire ce qu’elle prescrit. Quant à la seconde table qui concerne nos devoirs à l’égard des autres hommes (charité), il ne faut pas non plus que les magistrats nous les fassent transgresser. Ainsi, on aperçoit dans quelle mesure les limites de notre obéissance au magistrat sont, ou bien faites de prescriptions religieuses nécessairement très générales, et donc susceptibles de fédérer tous les chrétiens, ou bien faites de prescriptions à proprement parler morales et universelles du fait même de pouvoir concerner tout homme58. Les deux bornes de l’obéissance au magistrat, Théodore de Bèze le dit explicitement, sont donc les deux devoirs de piété et de charité. L’auteur peut ainsi formuler sous la forme d’une question celle de la limite de l’obéissance : « Jusques ou le subjet, se demande Théodore de Bèze, doit presumer estre juste, ce qui luy est commandé59. » Il n’y a pas lieu de s’étonner en effet du fait que la conscience soit placée ainsi à la source de l’interrogation, qui, explique l’auteur, ne doit surtout pas surgir chaque fois qu’un magistrat commande quelque chose. C’est seulement :

si leur conscience est en doute (est incertaine) » qu’« ils peuvent et doivent, par quelque honneste et paisible moien, s’enquerir quelle raison et droiture peut estre en ce qui leur est commandé de faire, ou de ne faire point60.

61Car selon l’Apôtre (Rom., xiv, 23), tout ce qui se fait sans foi est péché : il est donc nécessaire qu’on sache si ce à quoi on obéit est bon ou mauvais. Th. de Bèze poursuit ainsi son enquête et se demande ensuite « jusques ou s’estend cette resolution de n’obeir point aux commandements irreligieux ou iniques des magistrats61. » D’où la question de la vocation qui s’articule elle aussi parfaitement à ce qu’avait avancé Calvin. On expliquera par là qu’il ne peut être reconnu aux particuliers un « droit » de résister à une tyrannie manifeste, mais on justifiera parfaitement, en revanche, que les magistrats inférieurs, ainsi que les états (états assemblés) soient habilités à le faire. De plus, la désobéissance peut se traduire par un simple refus (désobéissance passive), mais elle peut aussi, précision qu’on ne trouvera pas chez Calvin, ajouter à ce refus une part active qui peut consister par exemple à sauver des vies. Les exemples que Théodore de Bèze tire de l’histoire ancienne, ou du récit biblique sont dès lors destinés à montrer essentiellement qu’il nous est « commandé de Dieu de secourir nos freres en danger selon nostre pouvoir et vocation62. »

62Vient enfin la question de savoir « Que c’est qu’un homme doit faire en bonne conscience, cas advenant qu’au lieu de le vouloir faire executeur d’une chose mauvaise, l’iniquité des magistrats s’adresse contre lui-mesmes63 », mais surtout celle de la résistance armée sur laquelle repose l’essentiel de la réponse argumentée du traité : la question de savoir « Si les subjets ont quelque juste moien, et selon Dieu, de reprimer, mesmes par la voie des armes, si besoin est, la tyrannie toute notoire d’un souverain magistrat64. » Très curieusement, la prise en compte résolue d’une résistance qui serait légitime conduit Th. de Bèze à envisager une justification qui, tout en étant présente chez Calvin, insiste cette fois moins sur l’ordonnance divine des magistrats que sur la création des magistrats par les peuples eux-mêmes :

 (…) pour la decision de laquelle question je presupposerai en premier lieu ce qui s’ensuit. Je di donc que les peuples ne sont point issus des magistrats, ains que les peuples ausquels il a pleu de se laisser gouverner ou par un prince, ou par quelques seigneurs choisis, sont plus anciens que leurs magistrats, et par consequent que les peuples ne sont pas creez pour les magistrats : mais au contraire les magistrats pour les peuples65

63Bien entendu, Th. de Bèze maintient l’idée d’une ordonnance divine, mais sans doute donne-t-il à la différence de Calvin lui-même à la question de l’origine des magistrats et à celle de leur légitimité, la signification d’une recherche de fondement.

Conclusion

64Nous sommes convaincus, mais ce ne sera plus ici le lieu de le montrer, que les textes monarchomaques inspirés de la théologie calvinienne font partie de ces premiers textes politiques où la question de la légitimité se pose dans des termes dans lesquels nous la pensons encore aujourd’hui. Suffiraient à le prouver les questions elles-mêmes à partir desquelles le Droit des magistrats et les Vindiciae contra tyrannos de Philippe Duplessis-Mornay construisent leur progression, ainsi que le fait même qu’elles impliquent une réflexion sur les cas qui autorisent ou non la résistance. Cela traduit la recherche d’un fondement proprement humain et atteste que nous sommes en présence d’une compréhension qui est encore la nôtre du concept de légitimité. C’est donc en effet que celle-ci n’est plus donnée, qu’elle ne se confond plus avec le fait, mais qu’elle nécessite une réflexion sur ce qui est juste en droit. La distinction entre fait et droit prend nécessairement le relais d’une lecture proprement religieuse de ce qui est dit « légitime ». Comme y insiste Théodore de Bèze, « la Providence de Dieu n’empesche point une juste defense66. » C’est pourquoi ces questions pourront désormais relever de ce qu’il appelle le « droit ordinaire67 ».

Haut de page

Notes

1J.-J. Rousseau, Du Contrat social, livre I, chap. III, Œuvres complètes, La Pléiade, vol. III, p. 355.
2Épître aux Romains, XIII, 1-5.
3Nous recommandons pour cela l’article récemment paru d’Hugues Daussy, « Les huguenots entre l’obéissance au roi et l’obéissance à Dieu. » dans Nouvelle Revue du Seizième Siècle, Paris-Genève, Droz, 22/1-2004, p. 49-69, qui reprend de manière exhaustive tous les principaux éléments connus à ce jour permettant de reconstituer l’évolution de la question chez Calvin lui-même, puis chez les auteurs monarchomaques réformés.
4Ces traités forment un corpus qui n’est pas définitivement arrêté. On peut dire néanmoins qu’il contient au minimum pour les traités rédigés par des réformés huguenots, soit la Francogallia de François Hotman, le Droit des magistrats sur leurs subjets de Th. de Bèze et les Vindiciae contra tyrannos (De la puissance légitime du prince sur le peuple, et du peuple sur le prince) d’Étienne Junius Brutus pseudonyme derrière lequel se cache très vraisemblablement Philippe Duplessis-Mornay. Voir à ce sujet la mise au point concernant cette attribution proposée par Hugues Daussy dans Les Huguenots et le Roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600). Genève, Droz, 2002.
5Jean Calvin, Institution de la Religion Chrétienne, Paris, Vrin, 4 vol., 1957-1963. Désormais IRC.
6William Barclay dans son De regno et regali potestate adversus Buchananum, Brutum, Boucherium et reliquos monarchomachos libri sex, 1600 réunit sous le vocable « monarchomaque », désignant ceux qui veulent détruire les rois et demeuré en vigueur jusqu’à aujourd’hui, les traités réformés de la décennie de la St Barthélemy et les traités ligueurs rédigés contre Henri IV et la « légitimité » d’un roi protestant.
7eux-ci entreprenaient une décennie plus tard de menacer de mort le roi jugé hérétique.
8RC, IV, XX, 8.
9Ibid
10Ibid.
11« Ceux qui voudroyent que les hommes vesquissent pesle mesle comme rats en paille [le latin dit : qui anarchiam inducere cuperent], repliquent, encore que iadis il y eust eu des Rois et gouverneurs sur le peuple des Iuifs qui estoit rude, toutesfois que ce n’est pas chose auiourd’huy convenable à la perfection que Iesus Christ nous a apportée en son Evangile, d’estre ainsi tenus en servitude. En quoy non seulement ils descouvrent leur bestise, mais aussi leur orgueil diabolique, en se vantant de perfection, de laquelle ils ne sauroyent monstrer la centieme partie. Mais quand ils seroyent les plus parfaits qu’on sauroit dire, la réfutation en est bien aisée. Car David, après avoir exhorté les Rois et Princes à baiser le Fils de Dieu (Pseau, 2, 12) en signe d’hommage, ne leur commande pas de quitter leur estat pour se faire personnes privées, mais d’assuiettir leur authorité et le pouvoir qu’ils obtiennent à nostre Seigneur Iesus, afin qu’il ait luy seul prééminences sur tous. » IRC, IV, XX, 5.
12Calvin pense aux anabaptistes. Nous pouvons rappeler également les mouvements de rébellion qui avaient sollicité sans l’obtenir le soutien de Luther, celle des chevaliers conduits par Franz de Sickingen en 1522, puis celle des paysans en 1524.
13Calvin consacre donc une partie notable du chapitre XX de son 4e livre à répondre à la question de savoir s’il n’est pas défendu aux chrétiens de tuer (XX, 10), s’il peut être nécessaire aux Rois et aux peuples d’entreprendre une guerre (XX, 11)
14Commentaires de M. Jehan Calvin sur toutes les épistres de l’apostre S. Paul, et aussi sur l’Epistre aux Hébrieux. Item, sur les Epistres canoniques de S. Pierre, S. Jehan, S. Jacques, et S. Jude, autrement appelées catholiques, Imprimé par Conrad Badius, M.D.LXI. Cote BNF : A-100013. Désormais Commentaires… Pierre.
15Ibid. f. 519 v°.
16Ibid. f. 519 r°. Texte latin : « 13. Subditi ergo estote omni humanae ordinationi opter Dominum : sive regi, tanquam supereminenti : 14. sive praesididibus, tanquam iis qui per ipsum mittuntur, in vindictam quidem maleficorum, laudem vero bene agentium » dans Ioannis Calvini opera quae supersunt omnia, dans Joannis Calvini opera quae supersunt omnia. Ediderunt Guilielmus Baum, Eduardus Cunitz, Eduardus Reuss, Brunswigae, 1863-1900, vol. LV (vol. LXXXIII du Corpus Reformatorum), p. 243.
17Commentaires… Pierre, op. cit., f. 519 v°.
18Ibid. f. 519 v°-520 r°.
19Il est intéressant d’observer comment Calvin traite de la même manière l’institution politique et l’institution matrimoniale.
20Commentaires… Pierre, op. cit. f. 520 r°. C’est nous qui soulignons.
21Voir sur ce point l’ensemble du travail de Denis Crouzet sur la Réforme, et en particulier dans La genèse de la Réforme française 1520-1560, Paris, 1996, les chapitres III, IV et V.
22Commentaires… Pierre, op. cit., f. 519 v°.
23IRC, IV, XX, 1.
24Ibid.
25Le dernier livre de la « nouvelle édition » (1560) de l’Institution de la Religion Chrétienne consacré au « gouvernement civil » entre dans les « moyens extérieurs, ou aydes, dont Dieu se sert pour nous convier à Iésus-Christ son Fils, et nous retenir en luy », mais sur les dix-neuf chapitres que Calvin consacre à la redéfinition de l’Église, aux Sacrements désormais admis, et au rejet de la messe, le dernier chapitre sur le « gouvernement civil » ne représente que quelques pages ou la portion congrue, soit 37 p. sur 563.
26Actes, 5 : 29.
27Je pense ici à Bodin et à son concept de puissance souveraine créée de toutes pièces à partir de formules bien connues empruntées au droit canonique comme celle selon laquelle le prince est « legibus solutus ».
28Commentaires de Jehan Calvin sur le Nouveau Testament. Tome troisième sur les Épîtres de S. Paul aux Romains, Corinthiens, Galatiens et Éphésiens, Toulouse, 1894. Désormais Commentaires… Paul.
29Du droit des magistrats sur leurs subjets. Traitté tres-necessaire en ce temps pour advertir de leur devoir, tant les Magistrats que les Subjets : publié par ceux de Magdebourg l’an M. D. L. & maintenant reveu & augmenté de plusieurs raisons & exemples. 1574. Voir la réédition sous le titre Droit des magistrats, Introduction, édition et notes par Robert Kingdon, Genève, Droz, 1970. Désormais Droit des magistrats. Traduction latine : De jure magistratuum in subditos ; et officio subditorum erga Magistratus : Tractatus brevis & perpicuus his turbulentis temporibus verique ordini, apprime necessarius. 1576.
30Sur ce point, nous recommandons la présentation par Richard Stauffer des premiers temps de la Réforme. Notamment « La Réforme et les protestantismes », dans Histoire des religions II**, sous la dir. d’Henri-Charles Puech, Paris, Gallimard, Folio essais. Voir p. 930 sur l’anabaptisme et Luther.
31Commentaires… Paul. Voici les versets du chap. XIII tels qu’ils figurent en tête du commentaire de Paul par Calvin. Op. cit. p. 183.
32Ibid. Dans une lettre du 5 avril 1562 à « Monsieur de Soubise », nommé gouverneur de Lyon par le prince de Condé et qui a sollicité les conseils de Calvin au moment de devoir se dessaisir de la ville du fait de la paix d’Amboise, Calvin peut dire : « Vous avez donc à pratiquer la doctrine de la saincte Escriture, que si Dieu oste le glaive à ceux lesquels il en avoit ceints, que ce changement de sa main nous doibt faire plier et régler. » Comme on le voit, Soubise est ici compté parmi les puissances. Lettres françaises. Lettres de Jean Calvin recueillies pour la première fois et publiées d’après les manuscrits originaux par Jules Bonnet. Tome second, Paris, 1854.
33Ibid. p. 183-184. C’est nous qui soulignons.
34Ibid. p. 184.
35Ibid.
36Ibid.
37Voici 3 & 4 tels qu’ils figurent dans le commentaire de Calvin. Ibid.
38Calvin précise en effet que le « car » de « Car les Princes ne sont point à craindre pour leurs bonnes œuvres » est l’explication de la première maxime : « Toute personne soit sujete aux puissances supérieures », et non de celle qui précède : « Et ceux qui résistent, receveront jugement sur eux-mesmes. ».
39Ibid., p. 185.
40Ibid.
41C’est ici le principe pétrinien qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes qui se lit derrière le commandement d’obéir aux puissances.
42Op. cit.
43« Ainsi donc encore que le Magistrat fust sans armes, et que sans danger d’estre puni on le peust irriter et mespriser, il ne faudroit toutesfois non plus essayer de le faire, que si nous voyons la punition toute preste devant nous. » Ibid.
44Ibid. p. 185-186.
45Jean Calvin, Sermons sur la Genèse Chapitre 11, 5—20, 7, édités par Max Engammare, Neukirchen-Vluyn, 2000, vol. 2 dans Supplementa Calviniana. Sermons inédits. Volumen XI/2. Il s’agit du sermon du mercredi 23e jour de mars 1560. Genèse, chapitre 16, <5-9>, p. 852-863. Désormais Sermons.
46Ioannis Calvini opera supersunt omnia, op. cit. Vol. XVIII, p. 38-39, lettre 3174. Je renvoie également à l’article de Max Engammare, « Calvin monarchomaque ? Du soupçon à l’argument. » dans Archiv für Reformationgeschichte, 1998.
47Ibid. p. 859.
48Ibid. p. 860.
49Ibid.
50Ibid. p. 860-861. C’est nous qui soulignons.
51Ibid. p. 861. C’est nous qui soulignons.
52Ibid. C’est nous qui soulignons.
53Ibid. p. 861-862.
54Ibid. p. 862.
55Ibid.
56Voir la manière dont Hugues Daussy rend compte de l’attitude de Calvin et des réformés depuis le début des guerres de religion, dans « Les huguenots entre l’obéissance au roi et l’obéissance à Dieu. », op. cit.
57La ressemblance apparaît nettement avec deux d’entre eux : le Droit des magistrats de Th. de Bèze et les Vindiciae d’Étienne Junius Brutus.
58C’est ce qui justifie que nous parlions de prescriptions « morales » et non plus religieuses.
59Droit des magistrat, p. 5
60Ibid.
61Ibid.
62Ibid. p. 6.
63Ibid. p. 9.
64Ibid. p. 13.
65Ibid. p. 9.
66Ibid. p. 58.
67Ce que Dieu fait « extraordinairement », les hommes sont tenus de le faire par le droit ordinaire. Ibid. p. 13.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Qu’est-ce qu’un pouvoir légitime pour Calvin ? », Rives nord-méditerranéennes, 19 | 2004, 41-73.

Référence électronique

« Qu’est-ce qu’un pouvoir légitime pour Calvin ? », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 19 | 2004, mis en ligne le 30 décembre 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://rives.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/rives.169

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org