Navigation – Plan du site

Urbanisation et environnement sur les littoraux nord-méditerranéens

journée d’études du 13 mars 2002
p. 7-10

Texte intégral

1Ce titre ambitieux doit être resitué dans le cadre des travaux du groupe de recherches « Structures et gestion des espaces périurbains non construits » du programme « Villes et territoires en Méditerranée septentrionale contemporaine » de l’UMR TELEMME. Après avoir travaillé sur l’agriculture périurbaine (mission à Barcelone, dans le Bas Llobregat et à Sabadell en  avril 2000, Rives, 2001), sur les espaces de loisir et de l’industrie (à Alicante en juin 2000) , les périphéries industrialo-portuaires ( à Gènes en mai 2001), les espaces naturels forestiers (colloque international de Géographie rurale à Cuenca en juin 2001), le groupe a éprouvé le besoin de faire une pause dans ses pérégrinations  et de développer des comparaisons en s’appuyant sur les contacts établis dans ces missions internationales et en donnant à sa réflexion une base thématique favorisant les convergences.

2Le terme d’urbanisation doit être compris ici au sens de la croissance urbaine (croissance matérielle de la ville) sur des espaces non urbains, souvent de façon périurbaine, c’est à dire peu dense, en même temps qu’elle est comprise comme une inscription dans des plans d’urbanisme, et enfin comme une projection des mentalités, des représentations urbaines appliquées à un espace qui a conservé beaucoup des logiques rurales et des logiques du milieu naturel. L’environnement qui nous préoccupe ici, c’est autant l’environnement physique (le champ d’investigation de nos collègues de géographie physique) que l’environnement humain, c’est à dire celui des formes construites et des structures sociales. Quant aux littoraux nord-méditerranéens, ils se réduisent donc ici aux territoires qui ont été « balayés » par nos voyages scientifiques réels et virtuels, de Gènes à Elche, en passant par Marseille, Barcelone et Valence, c’est-à-dire la partie centrale de ce qu’il est convenu d’appeler  «l’Arc méditerranéen » (Courtot-Daviet, 1994).

3Les conditions des rapports entre urbanisation et environnement présentent dans cet « arc méditerranéen » un certain nombre de caractères commun qu’il faut rappeler car ils ont servi de toile de fond à notre réflexion. La croissance périurbaine y est commandée par la combinaison des caractères du périurbain européen et de ceux des régions méditerranéennes.

Les premiers sont connus depuis longtemps à travers une bibliographie très vaste marquée par  une évolution des concepts :

4- du périurbain considéré comme une extension du système urbain hors de la ville (dense) et de l’agglomération (dont l’INSEE par exemple a été obligée de fournir des définitions successives pour accorder ses cadres statistiques à la réalité géographique),

5- aux aires urbaines, qui comportent des pôles urbains et des périphéries  pour former des aires urbaines distinctes des zones rurales,

6- et aux espaces métropolisés, c’est à dire occupés par un système qui englobe l’urbain et le rural et ne fait plus de distinction de nature entre les deux ( Moriconi-Ebrard, 1994).

Ils se combinent avec ceux des régions méditerranéennes :

une littoralisation forte

7Si elle débute avec la crise des économies d’arrière-pays depuis la fin du XIXe siècle, la littoralisation est alimentée aujourd’hui par des appropriations extérieures à travers le phénomène du tourisme balnéaire. Celui-ci met une partie des terres et des économies locales sous la dépendance des propriétaires, des intérêts économiques et des clientèles des pôles démographiques des régions septentrionales ou des pôles économiques de la planète. Après avoir mesuré les effets de l’appropriation foncière dans les relations villes/campagnes, les géographes se sont intéressés à l’appropriation immobilière par le tourisme  (Atlas de Provence-Côte d’Azur, 1974 ; Daligaux, 1998).

des structures foncières rurales particulières

8L’urbanisation a été développée sur deux types de parcellaire foncier :

9- celui des petites exploitations dont les micro-parcelles, souvent limitées par des terrasses en cultures sèches et par des réseaux gravitaires de surface en culture irriguée ont présenté un cadastre favorable au « mitage » par l’initiative immobilière individuelle. Mais en même temps leur agriculture intensive, quasi « urbaine », a pu présenter des résistances économiques et réglementaires grâce à des politiques de défense agricole (chartes d’Aubagne, du Bas Llobregat) soucieuses de paysages patrimoniaux.

10- celui des grands domaines, qui a pu  favoriser le travail de la promotion immobilière, pour des opérations spéculatives de lotissements de résidences principales aux portes des villes  ou secondaires sur la côte et dans les arrières-pays : ainsi des banlieues résidentielles des collines de la périphérie de Valence (Miranda Montero, 1982), ou des nouveaux faux-villages touristiques de l’arrière-pays provençal.

Un environnement naturel contrasté et menacé

11Est-il besoin de rappeler l’alternance qui caractérise ces littoraux ?

12- côtes rocheuses escarpées et indentées, issues de reliefs continentaux de massifs cristallins ou de chaînes calcaires, où se succèdent falaises, promontoires, calanques, anses sableuses…

13- côtes basses avec cordons et lagunes, plus ou moins régularisées et liées à des plaines de niveau de base où dominent alluvionnements, sédimentations et zones humides.

14Mais plus méditerranéens sont les risques qui menacent cet environnement dans l’ordre naturel (inondations, tremblements de terre, glissements de terrain, évolution rapide du trait de côte) et dans l’ordre anthropique. Ces dernières menaces sont liées, dans l’espace rural comme dans l’espace urbain, aux incendies de forêt (par suite de l’abandon des usages traditionnels du « saltus ») et aux concentrations industrialo-portuaires à base pétrolière, fréquentes sur ces rivages nord-méditerranéens. Les conflits sont donc fréquents entre les nécessités de la protection de l’environnement rural et naturel, et les pressions de l’urbanisation stimulées par la forte demande immobilière pour la résidence principale et secondaire.

Un environnement social ségrégué

15L’histoire démographique des littoraux méditerranéens a entraîné la juxtaposition de classes sociales aux contrastes ségrégatifs tranchés, augmentés de l’arrivée permanente ou saisonnière de population à hauts revenus de l’Europe du Nord, et de populations à faibles revenus des pays du Sud. Cette ségrégation a été accrue par le caractère tardif des réglementations et des contrôles sur l’aménagement et l’urbanisme et par les dérives illégales  exacerbées par l’importance des enjeux financiers représentés par cette urbanisation.

16Dans ce labyrinthe, les communications réunies dans ce numéro ont donc comme fil d’Ariane les rapports que les systèmes socio-spatiaux entretiennent avec l’environnement qu’ils produisent et modifient en même temps qu’il les conditionne (E. Belgrano et D. Rimondi). Les représentations sociales de cet environnement sont suceptibles d’évoluer avec le temps et même de s’inverser (Cl. Durbiano). Cette réflexion générale se répercute sur le terrain par des logiques d’occupation et des conflits qui ne sont pas exemptes de paradoxes : à l’échelle locale des formes de « marginalité » s’installent dans des espaces suroccupés (E. Rosa) ou se présentent comme des freins à l’artificialisation totale de l’espace (J.-N. Consalès), tandis qu’à l’échelle d’un littoral régional l’importance des espaces protégés peut servir d’argument à la relance d’une urbanisation très demandée (J. Daligaux). Enfin, deux exemples espagnols montrent comment dans certains territoires communaux de la province d’Alicante des logiques concurrentes (J.A. Larrosa) ou triomphantes (A. Martinez Puche) organisent leur espace. Dans le fond, tout est affaire d’espace : il est, là plus qu’ailleurs, compté. Or les chasseurs veulent y chasser, les promeneurs s’y promener, certains veulent y aménager un cabanon, d’autres le jardiner, les édiles municipaux veulent l’urbaniser et les touristes l’habiter, enfin les industriels l’équiper, et tous se retrouvent au plan du discours pour vouloir lui conserver les traits mythiques du paysage méditerranéen : belle gageure d’un paradoxe difficile à surmonter.

Haut de page

Bibliographie

Atlas de Provence-Côte d’Azur, Association de l’Atlas du Sud-Est, Actes s.a . Le Paradou, 1974.

Courtot R., Daviet S. (coord.) : “L’arc méditerranéen en questions », Méditerranée, 1-2/1994.

Daligaux J. : "Urbanisation et société locale en Provence", L'Harmattan, Paris, 1999, 267 p.    

Miranda Montero M.-J.«La secunda residencia en la provincia de Valencia », Sección de Geografía, Universidad de Valencia, 1985, 260 p.

Moriconi-Ebrard J. « Cahiers de la métropolisation » 2/2001,  forum VTM PACA, Marseille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Urbanisation et environnement sur les littoraux nord-méditerranéens », Rives nord-méditerranéennes, 15 | 2003, 7-10.

Référence électronique

« Urbanisation et environnement sur les littoraux nord-méditerranéens », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 15 | 2003, mis en ligne le 06 juillet 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/165 ; DOI : 10.4000/rives.165

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org