Navigation – Plan du site

L'image du saint à travers les manuscrits de Notre-Dame du Laus

p. 41-61

Texte intégral

1Notre-Dame du Laus est un lieu de pèlerinage né en mai 1664 à la suite des apparitions de la Vierge à Benoîte Rencurel, jeune bergère de 17 ans. Le Lieu se situe au diocèse d'Embrun, très loin de la ville épiscopale mais proche, au contraire, de la ville de Gap. L'histoire de ce pèlerinage est bien connue car, depuis le XVIIIe siècle, elle a bénéficié de nombreuses publications, renouvelées dans ces der-nières années par la reprise du procès de canonisation de Benoîte Rencurel (1). Parallèlement, l'intérêt actuel des historiens pour les lieux de pèlerinage a suscité de nouvelles analyses, soit sur les relations entre le Laus et le milieu des spirituels marseillais, soit sur les relations entre Benoîte Rencurel et les pèlerins (2).

2Sans entrer dans le détail des événements qui se déroulent en ce lieu, il faut rappeler que jusqu'à sa mort ; survenue en 1718, la bergère du Laus est favorisée de nombreuses apparitions et que, jusqu'à sa mort également, elle est l'âme du pèlerinage. Celui-ci rencontre un vif suc-cès dès les premières années : 130 000 personnes y sont allées entre 1665 et 1667 d'après l'un des témoins. Pourtant, en même temps, un soupçon pèse sur la réalité des visions et la sincérité de la voyante.

3Les manuscrits sur lesquels repose l'histoire du Laus ont été écrits par des amis de la bergère, pour témoigner de cette sincérité. Ils s'éche-lonnent de 1666 au début du XVIIIe siècle (3). Ces manuscrits ne sont pas (ou très exceptionnellement) des procès-verbaux de miracles, bien que de nombreux miracles y soient rapportés. Ce ne sont pas non plus des interrogatoires de Benoîte Rencurel. Il s'agit de récits sur des événe-ments qui viennent de se passer ou qui ont eu lieu quelques années avant leur rédaction. Ils portent essentiellement sur les premières appa-ritions de la Vierge, sur la vie mystique de la bergère marquée par de nombreux phénomènes extraordinaires : visions de la Vierge, des anges, du Christ.

4Au total, ces récits concernent surtout Benoîte Rencurel. Ils s'ap-parentent aux multiples vies édifiantes de saints personnages du XVIIe siècle. Benoîte n'est pas ouvertement qualifiée de sainte, ce qui n'est pas possible, la sainteté obéissant à des règles très strictes auxquelles Benoîte n'a pas été soumise. Mais il s'agit quand même d'une servante de Dieu qui jouit d'une forte réputation de sainteté, laquelle ne fait aucun doute pour ceux qui écrivent son histoire. Le cas correspond donc tout à fait à la définition de la sainteté que Jean-Michel Sallmann donne dans son ouvrage sur les saints de Naples : « est saint tout individu reconnu comme tel par le groupe dans lequel il a évolué »(4). Toutefois, cette définition n'a rien à voir avec les règles canoniques et le chemin est encore long pour être reconnu comme saint par les auto-rités ecclésiastiques. Le procès de canonisation ne sera ouvert qu'au XIXe siècle ; en 1872 seulement, Benoîte sera déclarée vénérable.

5Les manuscrits de Notre-Dame du Laus font ainsi le portrait d'une sainteté « reconnue » pour telle à la fin du XVIIe siècle par lés populations qui viennent en pèlerinage au Laus mais qui, à certains moments, est apparue comme suspecte aux autorités diocésaines. Ils sont écrits pour convaincre ces autorités. L'analyse de ces documents portera donc sur les conditions de leur production avant d'aborder l'étude de leur contenu, c'est-à-dire les caractéristiques de la sainteté qui y sont développées. Pour cela, nous étudierons spécialement le dernier manuscrit, celui de Pierre Gaillard qui fait la synthèse de tous les précédents et présente ainsi, outre son témoignage particulier, une véritable histoire du Laus(5).

Conditions de production de ces écrits

6Gaillard écrit sa grande histoire du Laus à partir de 1696 jusque vers 1710, période peu favorable aux phénomènes extraordinaires et même aux miracles. Loin du Laus, dans la Bretagne étudiée par Georges Provost par exemple, c'est à partir de 1670 et jusque vers 1720 que l'on répugne à parler de miracles et que le clergé est de plus en plus réticent à les consigner par écrit(6).

7La méfiance des autorités religieuses devant les visions et les miracles n'est pas nouvelle. Elle remonte aux décisions du concile de Trente qui, elles-mêmes, ont des précédents : écrits de Gerson à la fin du Moyen Age ; décisions du Ve concile du Latran au début du XVIe siècle. Elle est le résultat d'une volonté de distinguer précisément les vraies et les fausses visions, de réaffirmer l'autorité de l'Eglise, seule apte à juger en la matière

8« On ne reconnaîtra pas de nouveaux miracles... sans l'examen et l'approbation de l'évêque. Dès que celui-ci apprendra quelque chose de ce genre, il prendra avis de théologiens et d'autres hommes pieux et fera ce qu'il jugera conforme à la vérité et à la piété. S'il faut extirper quelque abus... ou si une plus grave question se présente sur ces choses, avant d'annuler la controverse, l'évêque attendra l'avis du métropoli-tain et des évêques de sa province réunis en concile provincial, de telle sorte cependant que l'on ne décrète rien de nouveau et d'inusité jusque là dans l'Église sans avoir consulté le souverain pontife romain « (XXVe session du concile de Trente) »(7).

9En regard de ces textes, l'affrontement est presque inévitable entre les organes officiels de l'Église chargés de faire appliquer la loi et le groupe qui reconnaît immédiatement le miracle et la sainteté de tel ser-viteur de Dieu.

10Il est vrai que dans la première moitié du XVIIe siècle, les phéno-mènes merveilleux attachés à tel ou tel lieu, et plus particulièrement les apparitions de la Vierge, furent facilement acceptés par le clergé qui leur reconnaissait un rôle apologétique. De nouveaux lieux de pèleri-nage ont alors été perçus comme des remparts efficaces à la propa-gande réformée. Mais cet aspect de lutte contre le protestantisme, très présent au moment des controverses et des concurrences religieuses, joue moins à la fin du siècle alors que s'accentue la défiance critique d'un clergé de plus en plus rigoriste.

11On a mis ce rigorisme sur le compte du jansénisme(8). Mais le jan-sénisme est loin d'être seul en cause, car le rigorisme est aussi le fait du magistère romain. A Rome, en 1672, le cardinal Giovanni Bona publie un traité intitulé Du discernement des esprits qui met l'accent sur le risque d'erreur inhérent à toute vision, et met en cause, implici-tement, la vertu d'humilité des voyants « Comme le disoit excellemment saint Philippe de Nery, il est dif-ficile de n'estre point enflé par les visions. Il est encore plus difficile de ne s'en point croire digne quand on les reçoit : et il est tres difficile de temoigner que l'on s'en estime indigne, et de preferer la patience,

12l'abjection, et l'obéissance à la douceur et à la satisfaction de la curio-sité qui se rencontre dans ces visions »(9).

13La doctrine de Bona l'emporte au XVIIIe siècle, avec le théologien allemand Eusèbe Amort et surtout le canoniste bolonais Prospero Lambertini, futur pape Benoît XIV Pour tout candidat à la sainteté, seules comptent les vertus. Les expériences mystiques ne constituent pas des preuves immédiates et doivent être mises à l'épreuve (10). Ainsi, au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, plus encore qu'auparavant, tout événement extraordinaire ne peut être accepté sans un contrôle rigou-reux des autorités ecclésiastiques.

14Cette attitude, qui s'explique par le renforcement du pouvoir pon-tifical et par la montée du rationalisme, exprime aussi une méfiance accrue envers tout phénomène mystique. Là aussi le phénomène n'est pas nouveau. Il y a longtemps qu'en Espagne on poursuit les alumbra-dos, que les ouvrages de la spiritualité rhéno-flamande sont mis à l'in-dex. Mais le mouvement s'amplifie à la fin du XVIle siècle. En 1687, 68 propositions de la guide spirituelle de Miguel de Molinos sont condamnées. A la même époque, des oeuvres marquantes de la tradition mystique, même anciennes et plusieurs fois rééditées, sont mises à l'in-dex : en 1688, la Pratique facile pour élever l'âme à la contemplation de Malaval parue en 1664 ; en 1689, la Reigle de Perfection de Benoît de Canfelf parue en 1608, et corrigée en 1610 ; Le Chrétien intérieur de Bernières paru 1659-1660 ; en 1692, les Œuvres spirituelles du même auteur parues en 1670 ; en 1695, le Catéchisme spirituel de Surin, édité à partir de notes en 1657, puis en 1661 (avec une approba-tion de Bossuet de 1660) (11). Le courant antimystique se cristallise en France avec la condamnation de madame Guyon, la controverse entre Bossuet et Fénelon et la défaite de ce dernier : 23 propositions des Maximes des saints, parues en 1697, sont condamnées en 1699. On peut résumer, à partir de la spiritualité de Bossuet analysée par Jacques Le Brun, une position largement représentative du clergé de cette fin de siècle. Pour Bossuet, Dieu ne se manifeste pas toujours « par des coups

15extraordinaires et miraculeux ». Comment croire, en effet, à la véritable incarnation d'un Dieu qui se placerait à chaque instant hors de la condi-tion humaine ? Pour Bossuet, le grand miracle est la conversion du cœur. Il refuse de même le fantastique démoniaque : les deux sermons qu'il consacre aux démons en 1653 et en 1660 sont surtout des exhor-tations à la prière, au combat spirituel. Dans cette conception, les phé-nomènes extra-ordinaires de la mystique demandent ou exigent une cri-tique qui distingue entre des phénomènes authentiquement divins et les manifestations d'une maladie (12).

16Or le milieu du Laus est proche du mysticisme condamné. Des liens existent entre les principaux acteurs du pèlerinage et le milieu des spirituels marseillais dont Malaval est le représentant le plus illustre (13). Ce dernier, durement attaqué par Bossuet dans l'instruction sur les états d'oraison (14). est allé régulièrement au Laus : il y a séjourné plu-sieurs mois, il y est reçu dans le Tiers ordre dominicain (15). Par ailleurs, « l'Histoire » de Pierre Gaillard subit l'influence des écrits condamnés ou contestés, particulièrement, son adresse à la Vierge, épître dédica-toire de cette histoire intitulée « A la plus humble des humbles, la divine Marie, Mère et Servante de Jésus », qui insiste sur la prédesti-nation de la Vierge, sa conception immaculée, sa co-rédemption. Cette épître est tout imprégnée de la Mystique cité de Dieu de Marie de Jésus d'Agréda qui, parue en 1670, a eu un grand succès malgré les réti-cences romaines (16). Sa traduction en français, ardemment désirée par les dévots à Marie, voit le jour en 1695, mais elle est fortement blâmée à Paris, en particulier par Bossuet, qui obtient sa censure de la Sorbonne. Or cette traduction, qui est due au père Crozet récollet, était parue à Marseille avec une permission d'imprimer d'un ami de Malaval, Foresta-Collongue, futur évêque d'Apt et adversaire résolu des jansé-nistes. Ainsi, avec cette publication, apparaît à nouveau la petite société des spirituels marseillais, une société qui entoure le traducteur de sa sympathie tandis que Bossuet, les jansénistes et les savants sont réti-cents ou hostiles (17).

17Or, les adversaires du pèlerinage et de Benoîte, ceux que les manuscrits du Laus combattent et veulent convaincre sont justement dénommés comme « jansénistes » et « savants ». C'est pourquoi ces manuscrits ne peuvent être étudiés comme une simple histoire, même s'ils se présentent ainsi. Ils sont écrits contre un clergé réticent, pour montrer et prouver la réalité des visions de Benoîte Rencurel et, en même temps, sa sainteté.

18Ce but est d'ailleurs clairement énoncé par Gaillard dans sa pré-face. Il déclare qu'il a l'intention d'écrire

19« un narré fidelle, pur, net, sincère, modéré, dans les descriptions, sans desguisement, sans dissimulation, d'un stile court, net, sincère, concis, sans flatterie et sans pompe, qui recherche plutost le solide de la pensée pour l'esclaicir que le bien-dire et l'ornement de l'élo-quence ».

20Mais cette histoire « lumière de la vérité », Gaillard l'écrit simple-ment :

21« pour éviter la critique qui reigne beaucoup dans ce temps, surtout au suiet des visions et des apparitions. On s'en fait même une estude particulier pour paroistre des esprits forts et des plus esclairés, qui croyent que ce que l'on dit n'est que bagatelle, des contes de vieilles, faits à plaisir pour amuser les enfans, mesprisent ceux qui en parlent, les traittent de simples, d'ignorants qui vont contre le bon sens ».

22Cette préface livre aussi en filigrane le second aspect des préoccu-pations de Gaillard : prouver la sainteté de Benoîte malgré la basse extraction de celle-ci. Benoîte est une paysanne. Or, ceci est un très grave handicap. Nous ne sommes pas au XIXe siècle, époque où les campagnes sont devenues le refuge de la piété. Au XVIIe siècle, au contraire, le monde paysan est pour beaucoup, comme pour l'abbé Thiers, celui de la superstition (18). D'autre part, il existe un lien très fort entre la noblesse de la naissance et la sainteté. Sur les 105 serviteurs de Dieu étudiés par Jean-Michel Sallmann, un sur deux est issu de l'élite sociale, un sur trois des classes moyennes tandis que les artisans et paysans ne représentent sociale, un sur trois des classes moyennes tandis que les artisans et paysans ne représentent que le dixième du corpus (19). Les biographies spirituelles du XVIIe siècle attestent également un lien entre noblesse et héroïcité des vertus car, lorsqu'il s'agit d'une per-sonne de condition médiocre, cas rare, cette condition est pour ainsi dire rachetée par un surcroît de vertu ou de piété de ses ancêtres(20).

23Aux difficultés de sa condition de paysanne, Benoîte Rencurel en ajoute deux autres : elle est femme et laïque. Parmi les 105 serviteurs de Dieu recensés par Sallmann, il n'y a que 26 femmes et deux seule-ment sur les 17 personnages qui obtiendront une reconnaissance offi-cielle. Cette exclusion des femmes s'explique par celle des laïcs car, depuis la reprise en main tridentine, il n'y a guère de sainteté en dehors de l'institution ecclésiale. Toutes les femmes canonisées du XVIIe siècle sont cloîtrées. Mais Benoîte n'est pas non plus religieuse. C'est pour-quoi il est si important qu'elle ait fait partie du tiers ordre dominicain. Gaillard, qui consacre à ce sujet un des petits traités en appendice de son « histoire », rappelle cette appartenance en qualifiant constamment Benoîte de « sueur ».

24Si Benoîte s'était contentée d'un rôle secondaire dans le pèlerinage, il n'y aurait aucun problème. Il y a d'autres lieux de pèlerinage nés dans des conditions semblables : Notre-Dame de Grâces à Cotignac, Notre-Dame des Lumières à Apt, Notre-Dame de l'Osier à Vinay, dans le dio-cèse de Grenoble, pour se limiter à la Provence et au Dauphiné. Dans ces lieux, le paysan qui a bénéficié de l'apparition s'efface, et le sanctuaire est pris en charge uniquement par le clergé. Mais au Laus, le pèlerinage ne se conçoit pas sans Benoîte à qui les prêtres demandent conseil et qui assume un véritable rôle missionnaire (21). Pour rendre compte de ce rôle exceptionnel pour un laïc, et pour que ce rôle soit accepté, il faut, là encore, prouver la sainteté de ce laïc. Aussi, loin de minimiser la basse extraction de Benoîte, les manuscrits insistent au contraire sur ce carac-tère qui, à leurs yeux, est en soi une marque du caractère exceptionnel de la sainteté de Benoîte. On a sur ce sujet un texte très révélateur. Il s'agit de l'Avis au Lecteur avec lequel Gaillard introduit la Récapitu-lation qui résume son histoire « On y voit la vertu dans son apogée, le vice terrassé et abattu par les inconcevables miséricordes de Dieu, les graces et les bénédictions qu'on y reçoit par l'intercession de la divine Marie, sa très-sainte Mère, qui se sert d'un très foible instrument pour les opérer par ses avis, d'une idiotte, sans lettres, qui à peine sçait sa créance, d'une sa créance, d'une basse extraction, peu douée des dons de la nature, mais très-esclairée des dons du ciel, et plus encore que les plus habiles confesseurs, qui donne avis à la pluspart de ceux qui confessent des péchés qu'ils ne connoissaient pas et que les pénitens ne déclarent point, de ceux qu'ils obmettent, de ceux que la honte leur a empesché de dire, et de ceux qu'on tait malicieusement; qui les empesche de communier qu'ils ne les ayent confessés, et esvite par là une infinité de sacrilèges qu'on feroit sans ses avis.

25Elle fléchit par ses tendres et simples remontrances les coeurs les plus endurcis, ramène les plus scélérats, des impies, des athées et de ceux qui se sont donnés au démon ; les fait renoncer à leur pacte, et les remet dans le sein de l'Eglise dont ils s'étoient tirés, renonçant à leur baptême et se donnant au diable ».

26Cette sainteté de Benoîte, les manuscrits la définissent, comme dans les procès de canonisation, par la réalité de ses apparitions et par l'héroïcité de ses vertus.

La réalité des apparitions

27Comment prouver la réalité des apparitions alors que la voyante en est le seul témoin ? Les miracles constituent la preuve la plus tangible, la seule vraiment acceptée par les autorités ecclésiastiques. Mais les miracles sont attribués à la Vierge ; ils n'expliquent pas le rôle central attribué à Benoîte dans ce lieu de pèlerinage.

28C'est pourquoi les manuscrits insistent sur la sincérité de la voyante comme une autre preuve. S'il n'y a aucune illusion ni tromperie dans ses dires, Benoîte sort lavée de tout soupçon, en particulier du soupçon de possession diabolique. L'absence d'illusion est ainsi un des thèmes récurrents de tous les écrits. Benoîte est simple et naïve, sa vie est une lutte continuelle contre le mensonge ; elle ne peut avoir trompé les prêtres et les pèlerins du Laus en racontant des fables.

29Prouver la sincérité de la voyante est le but du tout premier récit, dans lequel le juge Grimaud dresse une sorte de procès-verbal de l'ap-parition. Après avoir interrogé Benoîte qu'il trouve « fort raisonnable, d'une humeur fort sincère, et nullement capable d'invention », il se rend « pour voir s'il y arriveroit quelque chose de singulier » à une pro-cession de la paroisse qui se fait, sur ordre donné à Benoîte par la Vierge, à la grotte de l'apparition. Arrivé au moment où tous le villa-geois se trouvent devant la grotte, il leur ordonne de se retirer pour qu'il ne reste devant l'antre où la Vierge est apparue que lui et Benoîte. Il ordonne ensuite à la voyante de prier à genoux ; et il en fait autant à quelques pas de là. Quand Benoîte voit la « demoiselle » comme elle l'appelle, il lui il suggère de lui demander son nom. La réponse est « Dame Marie ». Il écrit alors : ces paroles « me confirmèrent tout-à--fait dans ma première croyance, scavoir que la sainte Vierge daignait bien paroistre à cette pauvre et simple bergère ».

30On a ici un premier niveau de preuve, dans lequel la parole du témoin qu'est le visionnaire suffit. Le juge Grimaud n'est pas différent ici des villageois qui se rendent immédiatement sur les lieux de l'apparition.

31Les miracles qui se produisent au cours du printemps et de l'été 1665 confortent cette ferveur. Mais ils sont également chargés dans le récit de prouver la réalité des apparitions surtout lors de l'intervention déterminante des autorités diocésaines.

32La première enquête est menée le 14 septembre 1665 par le grand vicaire d'Embrun, Antoine Lambert, qui dirige le diocèse en l'absence de l'archevêque. On en a trois récits -ceux de Grimaud, de Peythieu et de Gaillard - repris et amplifiés par l'historien Juvénis (22). Tous, avec plus ou moins d'insistance, voient de l'hostilité dans la volonté de contrôle du grand vicaire et des membres du clergé d'Embrun qui l'accompagnent : André Gérard, jésuite, recteur du collège ; Jean Bonnafoux, secrétaire de l'officialité. Voici le texte de Grimaud « estant venus exprès audict lieu du Laus pour examiner cette nou-velle dévotion, (ils) disoient tout haut qu'elle ne pouvoit estre authori-sée ny bien affermie que par des miracles réduits ; et avoient mesme dict en ma présence à Nostre Bergère de dire à la sainte Vierge de prier son cher Fils d'en faire quelqu'un pour establir et affermir plus assuré-ment cette dévotion ».

33Or, justement, le clergé d'Embrun assiste lors de son séjour au Laus à un miracle. Il s'agit de la guérison de Catherine Vial, de saint Jullien en Beauchêne, diocèse de Gap, paralysée des jambes depuis plus de six ans et longtemps traitée sans succès par des chirurgiens huguenots. Ce miracle, dans lequel on retrouve un relent des luttes contre les réformés, est le seul à être dûment enregistré par un procès-verbal signé par le vicaire général et ceux qui l'accompagnent.

34A partir de cette reconnaissance officielle, le pèlerinage peut s'or-ganiser : le grand vicaire nomme Gaillard comme directeur du Laus, Grimaud et un autre avocat comme administrateurs du temporel. Mais les merveilles du Laus, c'est-à-dire les grâces extraordinaires de Benoîte, continuent à susciter bien des questions. En sont témoins, presque malgré eux, les documents qui les présentent comme autant de preuves de la mission exceptionnelle de la voyante : les parfums qui se répandent lorsque Benoîte voit la Vierge ou les saints anges, les parfums qu'elle répand elle-même au moment de ces visions, les sentiments de dévotion lorsqu'on entre dans la chapelle, la punition pour ceux qui dou-tent. Voici, à titre d'exemple, l'histoire de cet « homme de distinction » qui voulait faire mettre Benoîte en prison, en l'accusant sans doute de sorcellerie, et qui va au Laus plusieurs fois dans ce dessein « Benoitte estoit tousjours dans la chapelle, toutes les fois qu'il y allait. Quoy que la chapelle fut fort petite, et elle assez grande et grosse, jamais il ne la peut voir : Dieu le permettant ainsi : qui monstre que notre amour-propre nous aveugle le plus souvent, nous portant au mal soubs prétexte du bien. C'est ce que la divine Marie dit à Benoitte, et que pour le mespris que cet homme a fait d'elle, et l'affront qu'il luy voulait faire, il pren-dra la pierre qui l'affligera beaucoup, et qu'il en mourra: mais qu'avant qu'il meure, il reconnoistra sa faute : il fera une neuvaine icy et Jésus mon très cher Fils luy pardonnera. Bel exemple pour les incrédules ! »

35On sent bien, à travers des récits de ce genre, que la partie n'est pas gagnée, au moins parmi l'élite sociale et culturelle de la région. Gaillard note pour cette année 1665 : « Peu de gens de lettres et de qualité croient aux apparitions de Benoitte : il n'y a que le vulgaire (23) : ils en sont aussi les mieux récom-pensés».

36La crainte que Benoîte soit effectivement prise pour une sorcière perce à plusieurs reprises, en cette année du début du pèlerinage, l'année de tous les dangers, car on assiste alors à une épidémie d'apparitions.

37On peut s'étonner que Gaillard raconte en détail plusieurs cas de ces visionnaires, bergères comme Benoîte, qui ont affirmé avoir vu la Vierge et qui, telle celle de La Roche, ont été assez crédibles pour que le peuple soit accouru, pour que l'on ait fait construire une chapelle. Puisqu'on constate, tout proche de Gap, des événements semblables à ceux du Laus, comment connaître la vérité ? Cette vérité est révélée par Benoîte elle-même car, « pour autoriser encore mieux ces fausses visions », la bergère de la Roche demande sa caution à celle du Laus. Mais lorsqu'elle s'écrie qu'elle voit la Vierge, Benoîte ne voit rien, « ny aucune des marques qu'elle (la Vierge) donne lorsqu'elle apparoit, qui sont des odeurs très-suaves, une grande clarté plus escla-tante que le soleil sans esblouir ceux qui la voyent, un avant goût de joye et de consolation qui remplit l'ame de toute sorte de consolation ». A partir d'un tel récit, la concurrence qui semblait naître ne peut aboutir car il y a, du côté de la bergère visionnaire, la tromperie du démon, et du côté de Benoîte, la vérité attachée à Dieu. Le récit n'a d'autre but que de proclamer cette vérité :

38« Ce qu'on doit observer dans ces fausses apparitions, c'est que Benoitte, par la connaissance que Dieu luy donne, les a toutes descou-vertes et destruites ; ce qu'elle n'auroit pas fait si les siennes estoient l'ouvrage du démon, comme plusieurs s'imaginent, car le démon ne destruit pas ce qu'il fait ».

39La fausse sainteté n'est donc évoquée que pour faire voir, par contraste, combien Benoîte est étrangère au mensonge. « Ce que je dis, s'écrie Gaillard, est constamment vray : Dieu n'aime pas le mensonge... le Laus non plus n'en a pas besoin ».

40Toutefois, par ce jeu de miroir entre la vraie et la fausse sainteté, ces récits montrent combien la sainteté est une affaire de croyance par-tagée entre le saint et le groupe de fervents qui l'entourent. Dès que les visionnaires sont dénoncés, ils perdent leur crédit auprès des foules et surtout auprès du clergé. Ils sombrent dans la honte et la tristesse. Il n'y a plus de miracles.

41Au Laus, par contre, les miracles persistent. Ils sont l'ultime preuve des réalités des apparitions. En outre, quelques personnes de qualité se mêlent aux paysans parmi les 44 miraculés de l'année 1665

42le cousin germain de Gaillard, M. Duport, conseiller, secrétaire audien-tier de la chancellerie de Grenoble ; le prieur de la chartreuse de Durbon ; l'aîné des enfants de monsieur de Savines ; le marquis de Tallard ; la « demoiselle » du Mollard de Grenoble et l'archevêque d'Embrun lui-même (La Feuillade). Le pèlerinage a gagné en crédibi-lité. Benoîte conseille désormais les prêtres du sanctuaire au sujet des confessions.

43Toutefois, à l'exception du clergé du Laus acquis à la cause de la bergère, ce rôle exceptionnel de Benoîte ne peut être accepté aussi faci-lement par les autorités diocésaines. Comment pourraient-elles accep-ter en effet que, se prévalant de grâces extraordinaires, un laïc, une femme de surcroît, dirige un lieu de pèlerinage ? On retrouve ici les doutes du cardinal Bona sur l'humilité des voyants. Le nouveau grand vicaire, Javelly, interdit la chapelle dans l'hiver 1668-1669 et fait subir à Benoîte un interrogatoire serré au printemps de 1670. Sans être aussi sévère que celui que Philippe Néri fait subir à Orsola Benincasa à la fin du XVIe siècle, l'interrogatoire de Javelly répond au soupçon qui pèse sur tout visionnaire (24). Il ne la fait pas enfermer pendant six mois dans une maison de pénitentes, mais il la fait venir à Embrun, hors de son milieu et la surveille de près

44« Pour l'observer exactement, il luy baille sa servante pour sa garde, qui ne la quittoit point, non pas même à ses plus pressantes nécessités, de peur qu'on ne la suborne ; et pour bien connoistre la vérité de la chose ; il la tenoit fort resserrée et comme prisonnière, sans qu'elle eût aucune liberté et sans qu'elle sorte de chez luy la nuict... la fait mettre à sa table, coucher avec sa servante, et sa mère qui estoit venue avec elle ».

45Elle subit un interrogatoire serré :

46« Tous les jours après le disner, on la mène à l'archevesché : il l'in-terroge avec les Jésuites et autres prestres pour s'esclaircir de la vérité de tout ce qui s'est passé au Laus despuis 1664 jusques à cette année 1669, de tout ce qu'elle a veu, sceu, et voit encore. Les interrogatoires qu'on luy faisoit n'estoient pas suivis : tantost on lui demandoit une chose ; tantost l'autre ; tout sans suite et sans liaison, à dessein de la faire couper et avoir quelque sujet pour destruire la dévotion et faire qu'il ne s'en parlât plus ».

47Cet interrogatoire et celui du nouvel archevêque Monseigneur de Genlis constituent en quelque sorte, pour les rédacteurs des manuscrits, de nouvelles preuves de la vérité des apparitions car Benoîte en sort victorieuse. Pour ce qui est de Javelly et des théologiens de son entou-rage « ce qui les convainct de la vérité de ses apparitions, c'est qu'elle est tousjours plus ferme et plus constante, parlant tousjours de très-bon sens, sans se couper jamais ». Il en est de même semble-t-il du nouvel archevêque qui s'empresse d'aller au Laus dés son arrivée à Embrun.

48On a ici le témoignage direct de Peythieu alors chapelain « Cet illustre prélat, rempli du St Esprit, ne voulut point passer la nuit sans voir la Bergère et l'examiner. Il la fit donc venir en présence de Mr Hermitte et de moi, Peythieu, tous ses domestiques estant dans une antichambre. Il la fit mettre à genoux, et l'interrogea durant trois

49heures et demy, sans qu'il la peût faire entrecouper, écrivant de sa propre main les interrogats et les réponses qu'il garde encore dans ses archives. Sur la fin, pour tenter sa pureté, Monseigneur lui dit: Benoite, je veux vous marier, je vous feray une dot. Il faut advouer qu'elle qui avait répondu avec tant de constance et un zèle séraphique à tous les interrogats de Monseigneur, devint si pâle à cette proposition, que le coeur lui manquoit et Sa Grandeur fut obligée de luy dire pour qu'elle ne tombât pas palmée à ses pieds : non, non, Benoite, je ne vous veux point marier ; je veux que vous soyez vierge toute votre vie. Il la ren-voya. Et dés qu'elle fut sortie, il nous dit que de sa vie, il n'avait veu une semblable vertu ; qu'il avait esté examinateur, avec plusieurs doc-teurs de Sorbonne, d'un religieux extasié très souvent, et qu'il n'avait point trouvé en luy la vertu ny l'humilité de cette fille ».

50Preuves supplémentaires, tous ces interrogatoires sont accompa-gnés de phénomènes extraordinaires. A Embrun, Benoîte reste sans manger ni boire pendant deux semaines. Avant son départ, le jour de la fête-Dieu, elle est gratifiée d'une vision de la Vierge. Quant à l'inter-rogatoire de l'archevêque, il est entouré de merveilleux. Mgr de Genlis est frappé par le caractère exceptionnellement dévot de la chapelle « après qu'il eut fait trois quarts d'heure d'oraison devant le St Sacrement et dans la Ste Chapelle, il se lève et dit qu'il n'estoit jamais entré dans une chapelle si dévote que celle de Notre-Dame-du-Laus ».

51Ensuite, il se produit une sorte de miracle dont bénéficie un de ses serviteurs qui tombe « tête nue sur une pierre de marbre brute » sans se faire aucun mal

52« Certes Monseigneur fut surpris de ce prodige. Et, pour en justi-fier plus authentiquement, deux heures après il fit venir ce domestique, et luy dit : palpe si tu n'as point de mal à la teste. En vérité, luy répon-dit le domestique, je ne scay ny comme je suis tombé, ny comme je me suis relevé ; mais graces à Notre-Dame du Laus je n'ay point pris de mal. Monseigneur fut convaincu que c'estoit un miracle ».

L'héroïcité des vertus de la bergère du Laus

53Les vertus de Benoîte évoquées dans les manuscrits sont les mêmes que celles qui sont retenues dans les vies de saints. En ce sens, il est certain que ces récits, et l'histoire de Gaillard en particulier, ont voulu réunir tous les éléments susceptibles de faire reconnaître comme sainte celle qui est l'âme du pèlerinage.

54Ils reproduisent donc un modèle défini avec de plus en plus de net-teté par les procès de canonisation depuis la fin du Moyen Age. Pour le Saint-Siège qui seul définit la sainteté, il ne suffit pas d'exercer les ver-tus cardinales (courage, justice, prudence, tempérance) et théologales (qui ont Dieu lui-même comme objet: foi, espérance et charité) encore faut-il, les exercer à un degré exceptionnel. Il faut que la force divine qui les animait se soit manifestée dans certains domaines par un mode d'agir ultra-humain (25).

55C'est la notion de vertu héroïque qui est devenue d'usage courant à la Contre-Réforme mais qui remonte à la fin du Moyen Age : le mot figure dès 1347 dans un document pontifical promulgué à l'occasion de la canonisation de saint Yves ; on le retrouve dans le procès de sainte Catherine de Sienne et dans un traité composé vers 1480 par Jean-Baptiste de Giudicci, dominicain et évêque de Vintimille, à propos de la canonisation de saint Bonaventure. En définissant la sainteté par l'héroïcité des vertus, l'Eglise romaine a opéré un choix lourd de conséquences. Elle a mis l'accent sur le singulier, l'extra-ordinaire, le surhumain. Elle a orienté la spiritualité chrétienne sur des voies où elle se maintiendra pendant des siècles : celles de l'anti-nature.

56A la fin du Moyen Age également, un élément nouveau entre en jeu, dans la définition de la sainteté : ce sont les charismes possédés par les saints et attribués à l'intervention de l'Esprit-Saint, en particulier le pouvoir de lire dans les cœurs (don de claire-vue) et de prédire l'avenir qui est présenté comme une forme de participation de l'omniscience divine, à la manière d'agir de Dieu. Les dons correspondent ainsi à un degré de perfection plus haut que les vertus morales qu'ils viennent couronner. Cette conception, qui triomphe au XVe siècle, persiste dans les procès du XVIIe siècle, même si les dons supranaturels y sont subor-donnés aux vertus.

57Ces caractéristiques de la sainteté mises en place à la fin du Moyen âge sont aussi les caractéristiques de la sainteté de Benoîte telle qu'elle est décrite dans les manuscrits. Benoîte semble d'ailleurs avoir eu pour modèle les mystiques de la fin du Moyen Age, en particulier Catherine de Sienne fréquemment évoquée.

58On peut résumer cette sainteté selon trois axes : l'enfance sainte ; l'héroïcité des vertus et des souffrances ; le don de clairvoyance, une clairvoyance qui conduit à la conversion des cœurs.

59Son enfance sainte est marquée par la charité :

60« Dans ce tems la famine estoit grande. Des petites filles, ses com-pagnes, la prient de leur donner quelque chose, qu'elles meurent de faim : leur dit qu'elle n'avait pas du pain, qu'il n'y avoit que du fro-mage et du vin. Pour monstrer sa simplicité et l'esprit de charité qu'elle avoit déjà, elle leur dit de peler les fromages, que la pelure sera venue avant que sa mère vienne... ».

61Mais elle est surtout ponctuée par des phénomènes extraordinaires. Benoîte est persécutée par le diable

62« A huit mois, le démon renverse son berceau sans dessus dessous pour la faire estouffer, si elle n'eut eu du secours ».

63Elle prévoit les événements à venir :

64« n'ayant que trois à quatre ans, voyant venir du monde à sa mai-son, elle dit à sa mère de se cacher, que ces gens venoient pour lui prendre ses papiers et d'autres choses, s'ils pouvoient ».

65Enfin, elle jouit d'une protection divine particulière :

66« A dix ans, la mère de Benoîte la mène à Saint-Sixte, de delà de la Durance, paroisse de Brésiers. A son retour, la corde de la barque se rompt ; il y avoit beaucoup de monde dedans ; va jusques à Tallard, se remplit d'eau : Benoitte dormoit ; s'esveillant se trouve toute baignée, dit à tous de prier Dieu de leur faire miséricorde. La barque à même teins s'assable de telle manière qu'on ne la pouvait pas tirer de là. On sonne les cloches de Tallard : tout le monde y accourt ; on les tire sans que personne y prît mal.

67La mère de Dieu apparaissant après à Benoitte luy dit que pour l'amour d'elle, qu'elle avoit sauvé tous ceux qui estoient dans la barque ».

68Dès cette époque aussi, elle manifeste une grande piété: à l'âge de douze ans, lorsque sa mère la place comme bergère, elle la prie de lui acheter un chapelet.

69Les vertus de Benoîte ne font pas l'objet d'un catalogue systéma-tique. Elles apparaissent au fil du temps dans « l'histoire » du Laus. Toutefois, un portrait de la voyante à ce sujet est esquissé dans le manuscrit de Peythieu.

70Elle est dévote, car ses apparitions sont liées aux sacrements

71« Je dis que cette fille ne voit presque jamais la mère de Dieu qu'elle n'ait communié, au moins qu'elle ne soit confessée ».

72Elle est charitable, humble, chaste, simple :

73« Benoite a beaucoup de charité, comme on le connoit par sa dévo-tion et par la distribution qu'elle fait des aumônes qu'elle reçoit, et de ce qui seroit nécessaire pour sa subsistance. Il y a de remarquable, qu'elle a une adresse merveilleuse pour les cacher aux yeux des hommes. Aussy l'humilité est la seconde vertu que je remarque en elle. Dans la vision du 8e juin, la Mère de Dieu luy tendit la main à toucher; non, Mère de Dieu luy disoit Benoite, il n'est pas juste qu'une chair de chienne touche de si belles mains !

74Les actes de cette vertu, non plus que des autres, ne doivent point estre estimés s'ils ne sont accompagnés de la chasteté... Dieu a doué cette fille d'une pureté bien si rare, qu'elle ne scait ce que c'est que mauvaise pensée ; et pour cette vertu sans doute la Vierge des vierges luy fait tant de caresses.

75La simplicité est comme la bonne grace de toutes ses actions et les met à couvert de la censure des plus critiques... Tout ce qu'on dit contre cette simplicité, c'est qu'elle parle trop naïvement et descouvre facile-

76ment ce qu'elle scait. Je scay le contraire. Mais quand cela seroit, on l'a blasmée de ce dont on la devroit louer ».

77Ces vertus, sont accompagnées de grandes souffrances « Dieu n'a pas fait boire à cette fille le calice tout pur parmy tant de douceurs, il a sceu mesler des amertumes. Et parce qu'elle est sans doute agréable aux yeux de Dieu et de sa ste Mère, il l'a éprouvée par les afflictions et la maladie. Il y a longtemps qu'elle n'a pas eu un jour de parfaite santé ».

78Ce texte conduit de la sainteté « vertueuse » à la sainteté « mys-tique », cet autre aspect de la sainteté de Benoîte, ce que l'on peut appe-ler, en reprenant les termes du XVIle siècle, une sorte de martyre (26).

79Il y a d'abord les nombreuses mortifications, lieu commun de toutes les biographies spirituelles du XVIIe siècle. Gaillard écrit un livre à part, intitulé « Des mortifications et souffrances de Benoîte », dans lequel il insiste sur ses jeunes multipliés, ses mortifications rigou-reuses qui lui ont valu d'avoir les stigmates pendant quinze ans.

80Mais au-delà des souffrances physiques, c'est bien de souffrances intérieures qu'il s'agit. Ceci fait l'objet d'une autre dissertation de Gaillard intitulée, « des rudes tentations, cruels tourmens et persécu-tions que les démons font souffrir à la sr Benoite », dans laquelle il décrit ce rude combat. Combat physique - les démons la jettent du haut des rochers, ils la battent - mais aussi moral car ils insinuent le doute. Ils la portent au désespoir en lui disant, par exemple, « que sa Grande Dame (c'est ainsi qu'ils appelent la divine Marie) ne luy parle plus si souvent ». Ils « la provoquent au mal en luy affirmant que telles per-sonnes qu'elle a converties y sont retombées ».

81Dans le récit de ces luttes, Gaillard manifeste la crainte, toujours présente, que Benoîte soit accusée de sorcellerie.

82« Quand ces esprits infernaux parlent à Benoitte, ils la troublent d'une telle manière qu'elle ne scait ny prier Dieu ny se recueillir en soy-même, ne pensant qu'à se pouvoir retirer avant le jour, afin que personne ne la voye. Ce qui ne luy arrive pas tousjours.

83Un de ses proches me dit une fois que la voyant venir avant le jour, il craignoit qu'elle ne fût une sorcière. Un autre en a dit autant. On les a destrompés autant qu'on a peu en leur disant que c'est la volonté de

84Dieu...

85A choisir entre ces tourments et la souffrance des stigmates du ven-dredi, Benoîte avoue à Gaillard qu'elle aimerait mieux souffrir les stig-mates.

86Mais elle sort victorieuse de cette lutte, car l'Ange la protège. Lorsque le démon lui dit « qu'il la perdra, qu'il luy suscitera tant d'af-faires qu'il la fera mourir de tristesse », l'ange la rassure et « luy dit de n'avoir point de peur, que le démon ne luy peut rien faire que Dieu ne le permette, qu'elle continue à travailler au salut des ames ».

87Il s'agit bien là, dans ces croix extérieures et intérieures, d'une sorte de martyre. On retrouve dans ces manuscrits la conviction, si sou-vent exprimée par les hommes du XVIIe siècle, que l'âge du martyre sanglant est clos mais que le martyre, témoignage ultime, est inévitable dans la vie chrétienne (27).

88Toutefois, ce qui couronne les vertus et les souffrances de Benoîte, c'est le don supranaturel de clairvoyance, don de l'esprit qui est une autre preuve de la vérité des apparitions et qui guide la voyante dans les conversions des pèlerins.

89Benoîte a la révélation du secret des cœurs. Sur ce sujet qui a sans doute frappé le plus les contemporains, les manuscrits sont prolixes. Voici l'une de ces révélations, particulièrement intéressante parce qu'elle se déroule en présence du narrateur :

90« J'ay esté témoin d'une chose prodigieuse touchant cette connois-sance des coeurs, en l'année 1686, au mois de juin. Deux filles qui venoient de Lyon, où elles se tiennent pour filer de la soye, attaquèrent Benoite en ma présence, luy disant : On dit que vous connoissez ce qu'on a dans le coeur, que connoissez vous en nous ? Benoite s'ex-cusa : je n'y connois rien. Dites-nous le, n'importe de Monsieur Peythieu ; aussy bien nous voulons nous confesser à luy. Benoite s'ex-cuse encore. Elles viennent à la recharge. Puisque vous le voulez, dit Benoite, et que vous n'avez pas crainte de Monsieur, je m'en va en sa présence vous le dire : vous avez très-mal vécu, et vous avez besoin de faire une confession générale : et votre soeur a toujours été chaste. La criminelle répondit : cela est vray. Et elles firent leur confession géné-rale avec un repentir admirable ».

91La clairvoyance qui est, suivant les cas, le fait de la Vierge ou des saints anges ou des dons de Benoîte conduit à la prescience, elle aussi soigneusement consignée :

92« Environ le commencement du mois d'août, je trouva Benoite toute triste devant le St Sacrement et luy disant, qu'avez-vous ? -J'ay peur, répondit-elle, qu'il ne se commette icy quelque abomination aujourd'huy. Il faut faire comme vous faites, je luy disois, prier Dieu pour cela. Sa prière fut efficace : car les personnes quittèrent leur mau-vaise volonté, et se vinrent confesser à moy avant que de se retirer. Et ce qui les toucha le plus, fut que je leur dis que Benoite avoit esté toute l'après-diner en prière pour eux et toute épouvantée que Dieu ne fût

93offensé dans ce st lieu ».

Conclusion

94A travers le portrait de la bergère Benoîte Rencurel, les manuscrits du Laus livrent une image de la sainteté au XVIIe siècle dans les cam-pagnes du Sud-Est très proche de celle que peuvent donner les procès de canonisation de la même époque. Cette sainteté se dévoile d'abord à travers des vertus héroïques. Mais elle se manifeste surtout à travers des expériences mystiques dont la réalité est proclamée par les appari-tions et les visions d'une part et, d'autre part, par un don de clair-voyance exceptionnel, tous dons surnaturels de la grâce divine qui viennent couronner les vertus.

95Dans ce cadre général, les manuscrits du Laus peuvent se faire l'écho d'une tradition véhiculée par toute une littérature de piété. Mais ils s'inscrivent aussi dans une réalité qui leur est propre, celle dans laquelle domine le désir de convaincre un interlocuteur obstiné, le clergé rigoriste de la fin du XVIIe siècle. En même temps, et de manière assez étonnante, ils exigent des membres du clergé une grande rigueur morale qui semble faire souvent défaut. Parmi les pèlerins du Laus que Benoîte remet dans le droit chemin, il y a de nombreux prêtres, et il y a encore plus souvent des femmes vivant ou ayant vécu avec des prêtres.

96Ces cas de pèlerins tout à fait spécifiques, tracent en creux le por-trait du saint prêtre, ce modèle de la réforme tridentine qui perce dans la littérature édifiante de la fin du XVIle siècle (28). Ils soulignent par contraste la sainteté de Benoîte qui supplée, en quelque sorte, à la carence du clergé ordinaire. En effet, comme un saint prêtre, Benoîte remet dans le droit chemin le pécheur égaré. Comme un saint prêtre, elle convertit. En outre, elle se substitue en quelque sorte au clergé déficient qui, par manque de clairvoyance accepte les confessions incomplètes, lesquelles seraient sacrilèges sans son intervention. Par le biais de ces confessions recommencées, elle préside au sacrement cen-tral de la communion. Vue sous cet angle, Benoîte apparaît comme l'image inversée de celle du prêtre. Pour ceux qui ont écrit les manus-crits, les faveurs extraordinaires dont elle jouit, son accès direct à Dieu, expliquent le pouvoir qu'elle exerce, même sur le clergé. Le prêtre qui l'assiste au moment de sa mort ne lui demande-t-il pas d'ailleurs sa bénédiction ? Mais en même temps, cette sainteté est objet de scandale en un temps où le clergé s'est forgé une si haute idée du sacerdoce.

97#Notes#

Haut de page

Notes

1 Citons les principales publications. Au XVIIIe siècle, Recueil historique des merveilles que Dieu a opérées à Notre-Dame du Laus près Gap en Dauphiné, par l'intercession de la Sainte Vierge et des principales vertus de Benoîte Rencurel sur-nommée la Bergère du Laus, Grenoble, 1738. Au XIXe siècle, des ouvrages plus nombreux correspondent au renouvellement du pèlerinage et à l'ouverture du pre-mier procès de canonisation : Abbé F. Bron, Histoire des merveilles de Notre-Dame du Laus tirée des archives du vénérable sanctuaire, Gap, 1857 ; Notre-Dame du Laus et la vénérable soeur Benoîte d'après les manuscrits authentiques conservés au pieux sanctuaire, Gap, 1875. Pour la seconde moitié du XXe siècle, on retiendra : R. de Labriolle, Benoîte la Bergère de Notre-Dame du Laus, Gap, 1977 ; Marie-Agnès Vallart-Rossi, Une laïque missionnaire Benoîte Rencurel (1647-1718. le témoignage du Laus, Paris, 1986 ; Marie-Agnès Vallart-Rossi et René Combal, La fondatrice du sanctuaire de Notre-Dame du Laus Benoîte Rencurel, laïque du tiers ordre de saint-Dominique (1647-1718. Rome, 1998. Par ailleurs, le Père René Combal, recteur du sanctuaire, que nous tenons à remercier vivement pour son obligeance, a déposé une thèse de théologie sur « La Vie mystique de Benoîte Rencurel et l'événement du Laus » (Université de saint Thomas, Rome, 1995).
2 Bernard Montagnes « Les relations entre Marseille et le Laus », Annales de Notre Dame du Laus, janvier-mars 1979, p. 51-59; Marcel Bernos « Benoîte Rencurel et les pèlerins du Laus au XVIIe siècle » Provence Historique octobre-décembre 1995, p. 509-527.
3 Ces témoins sont au nombre de (14). : François Grimaud, 1620-1703, avocat et procureur du roi à Gap ; Jean Peythieu, 1640-1689, docteur en théologie, chapelain du Laus ; François Aubin, 1650-1733, ermite d'un ermitage proche du Laus qui transmet ses notes à Gaillard ; Pierre Gaillard, 1621-1715, vicaire général de Gap. Ces manuscrits, conservés actuellement au sanctuaire, ont été recopiés au XIXe siècle. C'est cette Copie authentique des manuscrits de Notre-Dame-du-Laus publiée en fac-similé en 1996 que nous avons étudiée.
4 Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l'âge baroque (1540-1750), Paris, 1994, p. 123.
5 Il a pour titre : « Histoire de Notre Dame de Bon Rencontre du Laus et de la sœur Benoite Rancurel la bergère ».
6 Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVII et XVIIIe siècles, Paris, 1998.
7 Les conciles oecuméniques 2 Les décrets - Trente-Vatican II, Paris, 1994, p. 1557.
8 Yves Chiron Enquête sur les apparitions de la Vierge, Paris, 1995, qui intitule son chapitre sur le Laus : « Le Laus ou le jansénisme vaincu » p. 147 - 156. Mais c'est reprendre un peu trop au pied de la lettre les affirmations des documents.
9 Givanni Bona, Traité du discernement des esprits, traduction française de G. Le Roy, Paris, 1675, cité par Joachim Bouflet Philippe Boutry Un signe dans le ciel, les apparitions de la Vierge, Paris, 1997, p. 58 - 59.
10 Christian Renoux, « De l'extase à l'autel. Sainteté, mystique et mort dans l'Italie baroque », Revue de l'Histoire des religions, n° 215 -1, 1998, p. 91 - 115.
11 Jacques Le Brun, « Le grand siècle de la spiritualité française et ses lende-mains » ; Dictionnaire de Spiritualité, (D.S.. article « France », T V col 785-1004.
12 Jacques Le Brun Bossuet, coll Les écrivains devant Dieu, Paris, 1970, « Les interventions de Dieu et le miracle », p. 61 - 69.
13 Bernard Montagnes, art. cit.
14 André Derville, article « Malaval » D.S., t 10, col 152 - 158.
15 Malaval, aveugle de Marseille. Etude bibliographique et biographique, Marseille, 1869).
16 En 1681, un décret du saint-Office l'avait condamné mais, devant les ins-tances du roi d'Espagne, la publication de ce décret avait été suspendue là où elle n'avait pas été faite.
17 Jacques Le Brun, La spiritualité de Bossuet, Paris, 1972, p 629 - 642. Voir aussi le Compte rendu donné par le Journal des Savants, le 16 janvier 1696, p. 29 - 30.
18 Jean-Baptiste Thiers, Traité des Superstitions, Paris, 1679.
19 Jean-Michel Sallmann, op. cit., p. 155.
20 Jacques Le Brun, « Conversion et continuité intérieure dans les biographies spirituelles françaises du XVIIe siècle » La conversion au XVIIe siècle, Actes du XII Colloque de Marseille, 1982, Marseille, 1983.

« Mutations de la notion de martyre au XVIIe siècle d'après les biographies spi-rituelles féminines », Sainteté et martyre dans les religions du livre, Bruxelles, 1991.

21 Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Un lieu de conversion et le mission au XVIIe siècle. Notre-Dame du Laus au diocèse d'Embrun », Actes du colloque Les missions intérieures du XVI au XX siècle (France, Italie. Chambéry, 18-20 Mars 1999. A paraître.
22 Abbé Paul Guillaume, Histoire générale des Alpes maritimes ou cottiènes publiée pour le première fois d'après le manuscrit original, Gap, 1890-92, t. 3 Continuation de l'histoire générale des Alpes maritimes ou cottiènes et particulière-ment d Ambrun leur métropole ou capitale, depuis l'année 1643 jusqu'en l'année 1680 par Raymond Juvenis, p. 41-45.
23 « Vulgaire » est ici synonyme de « peuple », le commun des hommes que rien ne distingue.
24 Christian Renoux, art. cit.
25 Voir le livre fondamental d'André Vauchez, La sainteté en Occident aux der-niers siècles du Moyen Age d'après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1981 (rééd. 1988, 1994. spécialement le chapitre « L'Église romaine face à la sainteté », p. 559 - 614.
26 Jacques Le Brun, « Mutations de la notion de martyre au XVIIe siècle... », art. cit.
27 Ibidem, J. Le Brun cite à ce sujet Bernières et Renty qui sont les inspirateurs de Madame Guyon ; en particulier, le Chrétien intérieur de Bernières qui consacre plusieurs chapitres pour montrer que « les croix succèdent aux tyrans pour faire de notre vie un martyre continuel » et pour énumérer les croix extérieures, les maladies, les croix intérieures, l'obscurité, l'absence de toute consolation.
28 Jean Michel Sallmann, op. cit., p. 147-148.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« L'image du saint à travers les manuscrits de Notre-Dame du Laus », Rives nord-méditerranéennes, 3 | 1999, 41-61.

Référence électronique

« L'image du saint à travers les manuscrits de Notre-Dame du Laus », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 22 juillet 2004, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rives.revues.org/157 ; DOI : 10.4000/rives.157

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org