Navigation – Plan du site

Les transformations de Rome pour le Jubilé 2000

les enjeux de pouvoirs et de compétences
p. 65-70

Texte intégral

1Au cours de ces dernières années, la répartition des compé-tences entre les collectivités territoriales et le rôle des grandes villes dans la gestion du territoire alimentent, en Italie, un débat permanent et vigoureux. Les réformes administratives et juri-diques permettent désormais un autre fonctionnement de la planifica-tion urbaine et donnent à de nouveaux acteurs la possibilité d'interve-nir1. La place et le rôle de Rome, capitale de l'Italie, sont l'un des enjeux de ce débat. La préparation du Jubilé 2000 se déroule dans ce contexte. La redistribution des pouvoirs entre les différents acteurs présents à Rome et les transformations nécessaires pour le Jubilé, inscrites dans la politique urbaine globale de la ville, sont des exemples de ces change-ments. Il semble que Rome trouve enfin les moyens de renouer avec son histoire unique de capitale civile et religieuse tout en devenant une métropole moderne, digne de l'Italie.

2En effet, si Jean-Paul II annonce la réalisation du Jubilé 2000 en 1994, la préparation est lancée sur invitation conjointe du maire de Rome et du pape. Il se déroulera de Noël 1999 à l'Epiphanie 2001. La ville de Rome, appelée à accueillir les plus importantes célébrations religieuses, verra affluer de nombreux pèlerins (30 millions sont atten-dus). Il faudra, selon la tradition des Jubilés romains, les accueillir, les loger, les nourrir, les déplacer, les informer et veiller à leur sécurité. Leur nombre, augmenté de celui des touristes habituels, et la durée de l'événement, demandent un traitement spécial à la charge des autorités italiennes compétentes. La préparation se fait en étroite collaboration entre le Vatican (Comité du Vatican pour le Grand Jubilé) et l'Agence Romaine pour le Jubilé (Société par Actions). L'Agence regroupe tous les acteurs publics des différents niveaux territoriaux opérant à Rome Etat, Région, Province, Commune, Chambre de Commerce de Rome, les Communes de Florence et de Naples. Elle prépare l'organisation matérielle du Jubilé, fournit une assistance technique à l'administration publique pour la planification des travaux à réaliser et prépare un plan d'accueil pour gérer l'année jubilaire dans les meilleures conditions2. Ces acteurs nouveaux vont intervenir en utilisant les modalités et pro-cédures de fonctionnement offerts par les lois récentes sur l'adminis-tration publique et les S.P.A. (Sociétés par Actions).

3Le maire de Rome a été nommé Commissaire Extraordinaire pour le Jubilé auprès du Premier Ministre : c'est une charge politique de coordination institutionnelle. Il ne peut être réélu pour un troisième mandat municipal. La réussite du Jubilé devient donc sa carte électo-rale pour la suite de sa carrière politique. En effet, les maires des grandes villes largement réélus en 1997 représentent désormais un pou-voir fort qui demande à l'Etat des réformes de fonctionnement, parti-culièrement nécessaires en matière de fiscalité locale. Le système de répartition des finances entre les collectivités territoriales dépend trop étroitement des aléas de la conjoncture économique nationale et de la politique internationale, en particulier des obligations liées à la partici-pation de l'Italie à l'Europe. Ce système rend les pratiques de l'urba-nisme difficiles car celles-ci demandent des délais plus longs et plus sûrs que ceux avancés dans le cadre de la politique budgétaire annuelle du gouvernement central.

4La préparation du Jubilé à Rome est un exemple de ce mode de fonctionnement de l'administration italienne, prise entre les réformes en cours et les habitudes de ne pas voir aboutir les programmes de transformation urbaine. Le rôle de l'Agence est bien de garantir et de promouvoir le fonctionnement de la planification et l'exécution des tra-vaux prévus.

5Pour réaliser cette grande opération, un budget extraordinaire est nécessaire. L'Etat a voté la Loi de financement (691/96) qui prévoit la somme de 3.600 milliards de Lires (11.6 milliards de francs). Elle doit permettre de réaliser la plupart des opérations prévues pour le Jubilé 2000. Mais la longueur des procédures administratives et le système de financement annuel des opérations rendent assez aléatoire la poursuite de plusieurs projets. En effet, si l'intervention prévue n'est pas parve-nue à un certain stade d'avancement dans la procédure, elle est remise en cause dans le budget national annuel suivant3. Mais les sommes rete-nues doivent être dépensées pour un autre projet avec un objectif simi-laire. De plus, le maire E. Rutelli autorise l'ouverture des seuls chan-tiers assurés d'achèvement pour fin novembre 19994. Ce système explique que les plus grands projets ont dû être remplacés par des opé-rations de restructuration et surtout de fonctionnement de services utiles pour les pèlerins et les habitants. L'analyse de l'évolution des attributions de financement depuis le début de la préparation du Jubilé montre un glissement de ces sommes vers les ministères. Ils les utilise-ront pour la gestion de l'année jubilaire ou la maintenance de Rome, avec l'aménagement de rues et de places, travaux du ressort des inter-ventions normales de fonctionnement de la ville. D'autres chantiers, comme celui de la Via Cristoforo Colombo, sont financés directement par la commune de Rome sur ses ressources propres. La municipalité montre ainsi sa capacité nouvelle à gérer elle-même ses problèmes de maintenance urbaine5.

6En définitive, de nombreuses interventions sont en cours de réali-sation dans l'ensemble de la ville de Rome transformée en un grand chantier. Cet événement a donc obligé les différents acteurs à repenser

7la fonction de tourisme religieux de Rome pour mieux l'intégrer dans le fonctionnement normal de la ville. Des itinéraires, retrouvant les anciens parcours jubilaires dans le centre historique, et l'aménagement de lieux de pèlerinages autour des basiliques, définissent les lieux de l'usage jubilaire dans Rome. Ces espaces rejoignent, en grande partie, ceux du tourisme culturel et artistique. La restauration de nombreuses églises par le Ministère des Biens Culturels, financée sur les fonds du Jubilé, sert la requalification du patrimoine touristique de Rome. Cette occupation de la ville par la fonction religieuse est bien perçue. On dépasse ainsi le territoire du Vatican pour les cinq basiliques majeures. Bien réparties sur le territoire et reliées entre elles par des parcours pié-tonniers ou des circuits aménagés, elles dessinent sur la ville historique la structure de cette fonction religieuse. Cette inscription dans l'espace situe Rome, selon une tradition qui lui est propre, au centre d'un terri-toire plus vaste que l'Italie, celui de l'église universelle à l'échelle du monde. La collaboration entre les deux Etats est sans doute l'expres-sion de la prise en considération de la réalité incontournable que consti-tue la présence attractive et économiquement rentable de la papauté au coeur de Rome. C'est aussi la reconnaissance de l'identité particulière de Rome parmi les autres capitales européennes.

8En effet, à l'heure de l'intégration européenne, la compétition entre les grandes villes sera de plus en plus forte pour attirer le tourisme, les fonctions tertiaires avancées et l'innovation technologique. La beauté de Rome est à la fois valeur culturelle et formidable ressource écono-mique. Pour éviter la ville musée, il faut faire vivre les biens culturels en les valorisant comme éléments économiques de la ville. Le passage au troisième millénaire est crucial pour Rome située géographiquement à l'écart des grands circuits du coeur de l'Europe. Avec les travaux, pour et autour du Jubilé, une oeuvre ambitieuse est en cours. Elle vise à faire de Rome, pour l'an 2000, une métropole moderne plus efficace et plus accueillante, prête au rendez-vous du Jubilé, mais surtout à donner aux Romains du troisième millénaire une ville « meilleure, plus riche et plus civile »6. Le soutien du gouvernement pour le financement de grands travaux d'aménagement de la capitale de l'Italie montre aussi qu'il existe désormais une autre relation de collaboration avec les auto-rités centrales7.

9Avec ce Jubilé, dans le contexte nouveau de transformation de l'Italie, et grâce à la personnalité des acteurs en place, la ville éternelle renoue avec son histoire et retrouve son identité pluri-culturelle de capitale civile et religieuse. Si Rome rassemble tous les signes identi-taires du patrimoine culturel européen, il est pourtant permis de réali-ser les transformations nécessaires à sa modernisation. Mais c'est la réorganisation en cours du système de décisions sur l'espace italien qui sera le seul garant de la poursuite, dans le temps, des choix de politique urbaine clairement réaffirmés et entrepris à l'occasion de cet événe-ment.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1. Les différentes réformes administratives sont décrites dans les Lois Bassanini votées entre 1996 et 1997.

2. Agenzia Romana per la preparazione del Giubileo,« Relazione di Sintesi », mai 1997, 176p.

3. En accord avec le gouvernement, le budget de certaines opérations de grande ampleur pourrait dépasser le délai annuel.

4. Presidenza del Consiglio dei Ministri, Ufficio per Roma Capitale e grandi eventi: modifiche e integrazioni del piano degli interventi per il Giubileo, mars 1998, juillet 1998.

5. Voir les fiches des projets en cours d'exécution dans l'ouvrage Roma verso il 2000, una città che cambia Comune di Roma, Libri Capitolium Palombi Ed., 1998.

6. Francesco Rutelli, discours du 15 janvier 1998.

7. Le gouvernement a voté, en octobre 1998, le financement de « grands travaux » en discussion depuis plusieurs années dont le Système Directionnel Oriental et la ligne de métro C.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les transformations de Rome pour le Jubilé 2000 », Rives nord-méditerranéennes, 2 | 1999, 65-70.

Référence électronique

« Les transformations de Rome pour le Jubilé 2000 », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/151 ; DOI : 10.4000/rives.151

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org