Navigation – Plan du site

Réorganisation administrative, politique et urbaine de Tripoli de Barbarie dans le cadre des réformes ottomanes (1835-1911)

p. 59-63

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dès 1835, la ville de Tripoli, capitale actuelle de la Libye, regagne le giron ottoman après avoir connu un gouvernement quasi-autonome sous la dynastie des Caramanli (1711-1835). Devant le danger de perdre son ultime province d'Afrique du Nord, où une grave crise économique avait affaibli le pouvoir politique local et déclenché des révoltes dans l'intérieur du pays, devant les appétits européens exacerbés par l'apparente faiblesse de l'Empire ottoman, la Sublime Porte (Istanbul) décide de la reconquérir en y instaurant une administration directe. Ainsi, de 1835 à l'arrivée des Italiens en 1911, s'étend une longue période de mutation politique, accompagnée d'une réorganisation administrative et d'une série de projets urbains s'inscri-vant dans un contexte de réformes générales (dites Tanzimat) dans tout l'Empire ottoman. Un effort considérable de modernisation est entre-pris au niveau politique, économique et social. Dans cet effort, la ville a constitué un objet d'attention privilégiée de la part de l'État ottoman, elle a entraîné la mise en place de lois et de mécanismes d'intervention pour la gestion urbaine.

2Tripoli, en tant que dernier bastion occidental de cet empire, est une ville témoin de ce processus volontariste de modernisation. En nous appuyant sur les transformations physiques, administratives et économiques de l'organisation urbaine, nous étudierons la manière dont cette cité-État a vécu ce changement politique qui fait d'elle une cité ordinaire de l'État ottoman, face au pouvoir centralisateur d'Istanbul lui-même en pleine mutation.

3Trois périodes peuvent être distinguées.

4La période 1835-1869 est caractérisée par une reprise en main du territoire entier de l'ancienne régence, dans un contexte de crise éco-nomique, politique et sociale, marqué par la rébellion des tribus de l'in-térieur. Pendant quatorze ans les gouverneurs ottomans essaient alter-nativement de séduire, de corrompre, de suborner ou de réprimer les notables locaux afin qu'ils coopèrent avec le nouveau régime. La mort du dernier rebelle contre l'administration ottomane, Ghuma, qui dis-puta le pouvoir local aux Ottomans jusqu'en 1858, marque la fin de la résistance aux autorités centrales dans la province.

5Les gouverneurs peuvent enfin porter attention aux réformes et au développement si l'on excepte les épisodes des deux derniers cheikh al-bilâd (magistrat urbain). Sensés être des intermédiaires pour la mise en oeuvre de la réforme - ils avaient des compétences traditionnelles sur les travaux urbains -, ils sont exilés : le premier pour avoir défié l'au-torité en prenant le parti de la contestation fiscale et le second pour cor-ruption. L'événement marquant de ces réformes est sans aucun doute l'institutionnalisation d'une municipalité (baladiya)1 décidée par la Porte en 1869.

6Dans un second temps, de 1869 à 1877, les Réformes (Tanzimat) permettent la mise en place de la baladiya (municipalité), nouvel ins-trument pour la mise en place des projets urbains et sociaux de la cité. Les deux tuteurs et acteurs de la réforme restent cependant le pouvoir central à Istanbul d'une part et celui des gouverneurs nommés à Tripoli d'autre part. De cette double autorité dépendent les Réformes nées d'une combinaison de conjonctures propres à l'Empire : il s'agit de tendre vers la modernité, d'affirmer l'autorité de l'État sur les pro-vinces, de résorber l'agitation dans les zones fragiles de l'empire, amé-liorer les rentrées fiscales, etc. Pour mener à bien cette « reconquête » interne, des fonctionnaires ottomans avaient été envoyés dans diffé-rentes villes européennes afin de s'inspirer de leur exemple pour moderniser Istanbul, puis les différentes capitales de provinces, dont Tripoli. Des rapports de ces fonctionnaires sont issus les projets dont

7les gouverneurs en place ont eu la charge. À Tripoli, il s'agit donc d'une véritable ré-exportation des modèles européens vers une cité excentrée. Cela pourrait être compris comme un processus comparable à celui de la colonisation européenne dans les autres régions du Maghreb.

8Les gouverneurs ottomans envoyés dans chaque province avaient un mandat de trois ans, rarement plus pour le cas de Tripoli. Ils devaient être les « fers de lance » de la mise en place des Tanzimat dans les pro-vinces. Mahmoud Nadim Pacha (1860-1867), Alî Rizâ (1861-1870), Ahmad Izzat (1879-80) qui s'occupa surtout d'urbanisme, et créa l'« École des Arts et Métiers », un hôpital, un souk, un phare, etc. repré-sentent quelques exemples de réformateurs, parmi les différents gou-verneurs qui se sont succédés à Tripoli. Le nombre de « gouverneurs fainéants » fut cependant bien plus élevé. Il faut y voir sans doute un effet de la désaffection des hauts dirigeants et de ceux qui désiraient faire une bonne carrière dans l'administration centrale pour une pro-vince aussi dénuée, pauvre et lointaine des cercles du pouvoir que pou-vait l'être la Tripolitaine de l'époque.

9Il est clair que les réformes apportaient beaucoup de nouveautés tant pour l'administration du pays en général que pour les plus petites instances administratives comme la municipalité « ottomanisée » de Tripoli. Celle-ci avait les compétences juridiques, techniques, finan-cières et opérationnelles pour intervenir sur la forme urbaine bien qu'elle soit chapeautée par le majlis idâra (le grand conseil adminis-tratif). Elle avait un rôle économique : elle collectait les impôts, s'oc-cupait des marchés et du commerce, et exerçait un rôle social à travers l'hygiène publique et les soins aux pauvres par exemple. En outre, elle assurait la surveillance des lieux publics, comme les théâtres, les cafés, les hôtels, les gargottes, et le contrôle des « bonnes moeurs ».

10Elle devait donc assurer la réalisation des grands projets urbains et sociaux. En fait, les aménagements effectués sont :

11- la réparation des murs de la ville, pour encourager le commerce entre la cité et la campagne ;

12- la réorganisation du système de la poste,

13- l'illumination des rues,

14- l'hôpital ;

15- l'aqueduc ;

16- les fontaines monumentales;

17- l'entretien des rues de la ville qui étaient pavées ;

18- le souci de l'hygiène publique;

19- les marchés : ouverture de quelques places ;

20- l'aménagement d'une rue de la cité moderne ;

21- un petit jardin public ;

22- une tour de l'Horloge en 1870 ;

23- la restauration de la mosquée du château ; - une Ecole des Arts et Métiers.

24Une troisième période se dessine dans cette fin du XIXe siècle, jus-qu'aux premières années du XXe siècle naissant (1877-1911). Elle est caractérisée par l'équilibre et le compromis entre les forces politiques en présence, équilibre qui impulsa un certain élan aux réformes admi-nistratives, sociales et urbaines à Tripoli, à l'instar de ce qui se produi-sait dans le reste de l'Empire.

25Ceci semble particulièrement visible dans le nouveau mode de ges-tion urbaine et sociale dont la municipalité de Tripoli a la charge. La nouvelle municipalité mise en place à Tripoli en 1877 (à cette date une loi fut votée par le Parlement, nouvellement institué, qui étendait le régime municipal stambouliote à toutes les villes de l'empire ottoman) est en quelque sorte l'espace où se jouent compromis et équilibre entre le pouvoir local des notables et le pouvoir central.

26Par exemple, dès 1880, les Ottomans, dans leur volonté d'encoura-ger l'éducation des fils des notables locaux et leur formation au com-merce, créent les conditions jusqu'alors absentes d'une « ottomanisa-tion » des élites locales. Comportement qui conduit à s'accommoder des résistances locales, à se les rallier, quitte à perdre un peu de ce pou-voir régalien qui avait jusqu'alors exclusivement réglé la vie politique tripoline - à coup de mouvements de menton, de destitutions, de nomi-nations expéditives et d'une coûteuse présence militaire. Les notables trouvèrent là un intérêt certain à défendre l'administration ottomane à Tripoli et à y collaborer, d'autant qu'ils commençaient à en avoir la mainmise.

27Ainsi, la famille Caramanli put-elle redevenir importante à Tripoli et réapparaître après plus de cinquante années d'extinction politique en plaçant Hassuna Pacha Caramanli à la tête de la municipalité (raïs al-baladiya) pour trois décennies au tournant du siècle.

28Cependant cette participation locale et cette défense du système ottoman dans le contexte des changements géopolitiques régionaux -occupation de la Tunisie par les Français en 1881 et de l'Egypte par les Anglais en 1882, signes de la fragilité croissante de l'empire ottoman - ne sut résister aux appétits des impérialismes ; elle resta fidèle au principe de la protection des intérêts locaux propres avant toute autre considération. C'est ainsi par exemple que le consul italien a pu intri-guer sans grand mal, avec certains notables locaux et particulièrement avec les Caramanli pour l'achat de terrains, fabriques, etc., dans le but d'asseoir solidement la présence de l'Italie qui réfléchissait déjà tout haut à son projet colonial.

29Si de nouveaux projets urbains naissent, c'est désormais dans un contexte de spéculation et d'instabilité financière dont la municipalité de Tripoli ne peut plus tempérer les turbulences, ni les dévoiements elle avait alors parmi ses principaux bailleurs de fonds... la Banca di Roma.

30Seule une partie de ces projets modernisateurs aboutissent. La ville connaît ainsi une extension extra-muros avec l'aménagement d'une rue incarnant la cité moderne et la création d'une école des Arts et Métiers locale (1885), fer de lance projeté de la mutation culturelle, politique et économique attendue.

31Le reste des projets se solde par des échecs, dans un contexte poli-tique de plus en plus tourmenté, le vieil ordre central vacillant sous les coups de boutoir des Jeunes Turcs, que ne voulaient suivre les nationa-listes arabes, créant les fragilités et les brèches suffisantes pour que l'Italie puisse, en 1911, tenter de s'installer dans le rôle du sauveur et du civilisateur et venir envahir la région - réveillant les endémiques résistances aux pouvoirs extérieurs.

Haut de page

Notes

1. Nous savons que Tripoli est choisie avec six autres villes portuaires méditerra-néennes pour expérimenter le train des réformes municipales projetées. Nous ne connaissons pas directement les raisons qui ont conduit à ce choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Réorganisation administrative, politique et urbaine de Tripoli de Barbarie dans le cadre des réformes ottomanes (1835-1911) », Rives nord-méditerranéennes, 2 | 1999, 59-63.

Référence électronique

« Réorganisation administrative, politique et urbaine de Tripoli de Barbarie dans le cadre des réformes ottomanes (1835-1911) », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/150 ; DOI : 10.4000/rives.150

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org