Navigation – Plan du site

Le changement urbain dans l'empire ottoman :

Salonique a l'époque des réformes (seconde moitié du XIXe siècle)
p. 51-57

Texte intégral

1Ottoman depuis le 29 mars 1430, Salonique ne connaîtra, sous la domination des sultans, un véritable essor qu'au XIXe siècle : de quelque 25 000 habitants en 1830, sa population dépasse les 150 000 individus en 1913, lorsque la ville se trouve ratta-chée au Royaume de Grèce. Sur le plan économique, la croissance atteint un niveau maximum vers le milieu du XIXe s. avant de s'estom-per essentiellement à cause de la conjoncture politique régionale (mul-tiples crises et conflits balkaniques). Dans le dernier tiers du XIXe s., l'économie salonicienne affiche des rythmes plus lents qu'auparavant, mais ne décline pas : pour le monde des affaires, Salonique constitue, à cette époque, l'un des points névralgiques de la Méditerranée orien-tale. Ce développement économique important s'accompagne d'un changement du paysage urbain et social tout aussi notable qui s'inscrit dans le cadre des Réformes (Tanzimat). Avec Salonique, d'autres villes portuaires de la Méditerranée ottomane, en particulier Istanbul, Smyrne, mais aussi Beyrouth, connaissent également des transforma-tions similaires.

Les limites du changement

2Si plusieurs quartiers excentrés, le plus souvent situés dans la par-tie haute de la ville, offrent la même image qu'un siècle auparavant, en descendant vers le centre, près du bord de mer, les choses ne rappellent plus que de très loin ce que fut Salonique au début du XIXe s.

Les quais remplacent les murailles

3La démolition des murailles maritimes est le premier acte de remo-delage important que va entreprendre la municipalité de Salonique, dès son instauration en 1869. Cette opération comporte un sens allégo-rique, dans la mesure où elle signale la fin de la ville médiévale et inau-gure la cité portuaire moderne. Par ailleurs, la destruction de la muraille maritime permettra aux quartiers situés près du rivage, en grande partie habités par des Juifs, de respirer. Enfin, à partir de la chute du mur, se crée un nouveau type de rapport entre les citadins et la mer. L'activité urbaine est tournée désormais davantage vers l'exté-rieur, vers la mer. Est-ce par hasard que dès sa construction, le premier quai de Salonique se signale comme la partie la plus animée de la ville ?

4Très vite le nouveau quai devient la vitrine même de la ville. C'est ici que se trouvent la quasi-totalité des nouveaux hôtels, des banques et même des usines, ainsi que les premiers cafés et cinémas. C'est par ici que passe la ligne du tramway Olympe-Tour blanche.

5Cette nouvelle façade dont la ville se voit dotée à partir des années 1870 n'est pas une particularité locale. Vers cette époque, nous retrou-vons le même type de quai-vitrine dans d'autres cités portuaires de la Méditerranée ottomane. L'exemple le plus caractéristique est celui de Smyrne et de son fameux Cordon où l'on remarque la même structure qu'à Salonique.

L'élargissement et le pavage des rues

6L'élargissement et le pavage de quelques artères centrales, le tracé de nouveaux axes constituent aussi des transformations qui méritent d'être signalées. Si le pavage des rues répond surtout à un besoin d'as-sainissement de la ville, l'espace ordonné, en conformité avec les prin-cipes du régime hamidien, dont la meilleure application est le plan en damier, fait partie de la nouvelle esthétique.

La construction d'un port

7Dans l'ensemble, il n'y pas eu, dans la Salonique des Réformes, de projets urbains de grande envergure. Seule exception peut-être, le nou-veau port dont l'édification débute, sur les papiers du moins, en 1896.

8En réalité, il ne s'agit pas d'un « nouveau » port, mais du premier port de la période ottomane. En effet, Salonique ne dispose d'aucune infrastructure portuaire jusqu'à la fin du XIXe siècle car le golfe ther-maïque constituait un excellent port naturel avec de nombreuses possi-bilités de mouillage.

9L'histoire du port de Salonique est relativement longue et com-plexe. Les travaux prennent beaucoup de retard notamment à cause d'importants désaccords sur le partage des bénéfices entre les parties contractantes. La Municipalité ne prend livraison d'une partie de l'œuvre qu'en 1902 et certains travaux figurant dans le cahier des charges ne débutent qu'en 1910.

Les services urbains

10Bien qu'ils marquent de manière moins nettement visible le nouvel espace urbain, les divers « services municipaux » (eau potable, éclai-rage au gaz, tramway, ramassage des ordures ménagères) constituent peut-être les changements les plus concrets dans la vie quotidienne des Saloniciens.

Les premiers faubourgs

11Enfin, à partir des années 1885, la croissance démographique que connaît la ville se solde, entre autres, par la création des premiers fau-bourgs à l'extérieur de l'ancien centre. A côté des faubourgs qui se for-ment peu à peu selon un rythme qui suit le développement naturel de la ville, deux nouveaux quartiers populaires, situés à la périphérie de l'ag-glomération, sont construits grâce à la générosité d'un individu, le Baron de Hirsch, pour reloger les sinistrés de l'incendie de 1890.

12Cependant il faut bien constater que les opérations de réaménage-ment urbain sont en nombre relativement restreint. La plupart de ces travaux, financés par des entrepreneurs européens, se font lentement leur réalisation est davantage due à un concours de circonstances (comme les incendies) qu'à un véritable projet urbain.

13Enfin, il convient de signaler que la démolition des murailles et la formation des premiers faubourgs n'ont pas réussi à gommer les limites de l'ancienne ville. On aurait pu penser que la démolition des remparts aurait permis un passage nuancé entre la ville intra-muros et les nou-veaux quartiers de la périphérie, qu'elle adoucirait surtout la coupure entre les deux, qu'elle doterait de continuité le nouvel espace urbain. Or, il n'en est rien et, à défaut des murailles, les cimetières installés depuis des siècles aux abords de la ville traditionnelle constituent, jus-qu'à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, les limites entre l'an-cienne et la nouvelle Salonique.

Les acteurs du changement

14Le réaménagement du centre-ville salonicien, à l'époque des Réformes, est-il l'affaire exclusive des autorités locales ou le pouvoir central s'implique-t-il également ? On peut distinguer quatre niveaux d'intervention.

L'État

15Depuis le début, la construction du port est une affaire négociée entre le pouvoir central et la « Société de construction du Port de Salonique », les instances locales étant restées à l'écart de la rela-tion contractuelle.

16C'est aussi à l'initiative de l'État que la ville acquiert une importance administrative hors pair sur le plan régional. A partir de 1902, elle devient le centre d'une vaste circonscription administra-tive constituée des provinces de Selanik, Manastir et Kosovo. En décidant de faire de Salonique le principal avant-poste de sa poli-tique de pacification des Balkans, l'État ottoman lui confère un rang exceptionnel dans le contexte régional.

17Enfin, l'État participe de manière dynamique à la transforma-tion urbaine en encourageant la présence de l'armée dans la cité. Cette présence physique de l'armée (environ 10 000 hommes) est visible surtout dans les nombreux bâtiments militaires qui entourent la ville.

La Municipalité

18Les procès verbaux des réunions du conseil municipal permet-tent de mesurer, jusqu'à un certain point, l'œuvre de cette nouvelle institution créée en 1869. Ces documents contiennent pour l'essen-tiel des décisions d'expropriation, d'alignement ou d'élargissement de rues, des permis de construire. On y trouve aussi des ordres de démolir des constructions réalisées sans autorisation, des instruc-tions émanant du vilayet, des demandes de permis de construire d'usines, etc.

19A la lecture de ces textes, on constate que le champ de compé-tences du conseil municipal demeure très restreint. Dans de nom-breux domaines, la Municipalité était sous le contrôle permanent du conseil provincial ou d'un ministère. Contraint de se conformer aux directives et instructions du pouvoir central, le conseil municipal ne fait, au mieux, que traiter des cas individuels. Il ressemble ainsi davantage à un receveur d'impôts ou à un marchand de permis de construire qu'à un organe doté d'un projet précis.

Les instances communautaires

20Dans la cité ottomane, ce ne sont pas seulement le gouverneur et le maire qui détiennent l'autorité. Il y a aussi les communautés ethnico-confessionnelles, connues sous le nom de millet. Elles sont dirigées par des commissions qui les représentent officiellement auprès des autorités ottomanes mais qui gèrent aussi la fortune com-munautaire. La participation des millet dans le remodelage du visage urbain concerne surtout les communautés grecque et juive, les musulmans étant « couverts » dans ce domaine par l'action des autorités.

21Dans la pratique, cette contribution se solde surtout par l'édifi-cation des écoles et des hôpitaux. En dépit des réformes et des déclarations solennelles sur l'égalité des sujets du sultan, la santé et l'éducation restent deux domaines fortement cloisonnés du point de vue ethnique et religieux. Jusqu'à la fin de la période ottomane, les millet prennent soin de leurs malades et de leurs enfants, qu'ils ne souhaitent pas confier à des institutions étrangères à la commu-nauté. Cette situation n'est pas l'apanage de Salonique. Elle est identique à Smyrne, à Istanbul, à Trébizonde et ailleurs.

22Si les communautés s'empressent d'assurer aux leurs une infra-structure scolaire et hospitalière, c'est sans doute parce qu'elles considèrent que la prestation de l'État dans ces domaines est insuf-fisante. Inversement, on peut penser que les autorités ottomanes ne font pas d'effort spécial envers les communautés non-musulmanes en matière d'éducation et de santé parce qu'elles savent que celles--ci s'en chargeront intégralement.

23De fait, le principe « chacun pour les siens » est suivi scrupu-leusement aussi bien par les autorités locales que par les dirigeants des diverses communautés.

L'initiative privée

24Les cafés sur les quais, les nouveaux hôtels qui concurrencent désormais les khans traditionnels, les banques, les grands magasins et surtout les usines constituent les signes les plus marquants de la trans-formation de la ville.

25Ces symboles de la modernité n'ont pas seulement modifié l'image de la ville, ils ont aussi agi sur les mentalités et les comportements sociaux. Hôtels et cafés de style viennois ou parisien - situés pour la plupart le long des quais comme pour mieux afficher l'adhésion de Salonique à l'Occident - ont contribué à façonner de nouveaux modes de vie, de nouvelles formes d'échanges intellectuels, une nouvelle sociabilité. Edifices souvent massifs et imposants, conçus pour procla-mer bien haut la puissance de l'argent, les banques ont permis à Salonique de vivre à l'heure de la finance européenne. Remplis de mar-chandises importées de Paris, de Vienne ou de Londres, les grands magasins du type « Au bonheur des dames », version ottomane, ont donné la possibilité à tous les Saloniciens de respirer à peu de frais un air venu d'ailleurs. Les fabriques, pour leur part, ont donné le signal de la mise à l'écart des anciens modes de production, ouvrant parallèle-ment la voie à la formation d'une classe ouvrière.

26La transformation urbaine (voulue et opérée) à Salonique a été limitée. En 1912, la ville nouvelle y est réduite à une bande de terrain de quelques dizaines de mètres de large, dotée de tous les symboles de l'« européanité » : installations industrielles, clubs sportifs, brasseries, hôtels, salles de spectacle, associations philanthropiques et, couronnant le tout, une gare de chemin de fer et une ligne de tramway. Dans les quartiers du centre, l'incendie de 1890 a permis de conduire une indis-pensable opération de rectification de la voirie. C'est la poussée démo-graphique et la prospérité économique qui ont fait le reste.

27En effet, quelle que fût son ampleur, le changement urbain n'aurait pas été possible si Salonique n'avait pu le payer. La prospérité écono-mique à laquelle plusieurs consuls européens consacrent de nom-breuses pages admiratives n'est pas seulement celle du port ou de quelques négociants aisés de la place. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à un enrichissement général de la population. Pour s'en rendre compte, il suffit de pénétrer les intérieurs des

28Saloniciens ordinaires. Consignés dans les registres du tribunal musul-man de Salonique, les inventaires après décès - source qui nous permet de cerner l'environnement domestique des anonymes - font apparaître dans les années 1840 des listes de biens extrêmement maigres.... et courtes. L'avoir d'un individu qui meurt vers cette époque tient en quelques lignes. Cinquante ans plus tard, la situation est très différente. Les listes des objets s'allongent et attestent d'une aisance dans la vie matérielle de tous les jours qui touche toutes les couches sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Le changement urbain dans l'empire ottoman : », Rives nord-méditerranéennes, 2 | 1999, 51-57.

Référence électronique

« Le changement urbain dans l'empire ottoman : », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/149 ; DOI : 10.4000/rives.149

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org