Navigation – Plan du site

La journée d'études du 8 avril 1998

Présentation
Nicole Girard et Brigitte Marin
p. 39-41

Texte intégral

1L'ensemble des exposés et discussions au sein du séminaire animé par les chercheurs de l'UMR a permis d'établir une série de questionnements constituant une grille commune d'analyse pour les cas étudiés (quel que soit le lieu ou l'époque).

2Dans la perspective d'une journée d'études, ce questionnaire a été soumis à des chercheurs extérieurs à l'UMR TELEMME afin :

3- d'élargir la réflexion grâce à l'apport d'informations sur d'autres villes de Méditerranée,

4- d'enrichir le questionnaire, de l'approfondir sur des monogra-phies de villes non étudiées dans le groupe de travail ;

5- de progresser dans l'approche comparée en demandant aux inter-venants de bien vouloir soumettre leurs recherches sur la ville aux questionnements indiqués ci-dessous.

6Le questionnaire

71. Dans la conception d'un projet urbain, de quel point de vue sur la ville part-on ? Ou encore de quelles analyses de la ville et des maux urbains ? Derrière ces analyses et diagnostics, quel modèle urbain, quelles représentations de la ville idéale peut-on discerner ? En d'autres termes, quelle idée de la ville guide l'action ? Est-ce un modèle qui a, sur place, des racines anciennes, ou bien est-il importé d'ailleurs et seulement adapté à la situation locale ?

82. Identifier les autorités qui gèrent et aménagent la ville : qui dispose, dans la structuration des pouvoirs, des compétences juri-diques, techniques, financières et opérationnelles, pour intervenir sur la forme urbaine ? Comment se sont mises en place ces institutions et quelles sont exactement leurs prérogatives et leurs limites ? Comment ces institutions communiquent-elles ? Quelles sont les procédures, les parcours bureaucratiques qui conduisent à la prise de décision ?

93. À quelle échelle, et sur quels territoires de la ville, ces institu-tions peuvent-elles intervenir ? Comment les pouvoirs découpent-ils l'es-pace pour sa gestion, pour définir les aires d'exercice d'une autorité ou d'une compétence ? Et comment sont délimités leurs périmètres d'inter-vention ? Quelles sont les logiques à l'œuvre dans ces découpages ?

104. Quels sont les conflits de compétences que la volonté de transformation urbaine révèle, ou produit, entre les différents pouvoirs (civil, militaire, religieux, etc.) ? On s'interrogera, à l'occasion de ces transformations urbaines, sur les rapports entre les différents pouvoirs locaux, et entre pouvoir local et pouvoir central. Quelles sont les inci-dences de ces conflits sur les projets urbains (modifications, compro-mis, réorientations) et les transformations effectivement réalisées ?

115. Quel rôle jouent les habitants et usagers, organisés de façon plus ou moins formelle en groupes de pression, en associations, etc. avec lesquels les pouvoirs doivent négocier ? Lorsqu'ils parviennent à modifier le déroulement ou les finalités d'une opération, quelles sont les circonstances qui ont rendu ce détournement possible ?

126. Ces projets urbains entraînent-ils, en retour, des transforma-tions dans l'organisation des pouvoirs ou des administrations ? Des ins-titutions ou des corps disposant de compétences sur le territoire urbain voient-ils le jour à l'occasion de ces grands projets ? Perdurent-ils après les réalisations ? Y a-t-il création d'instruments juridiques et adminis-tratifs spécifiques pour la mise en oeuvre des projets urbains ? Cela entraîne-t-il des réformes des administrations compétentes qui étaient déjà en place ? Comment sont recomposées, redistribuées les compétences, et comment cela se traduit-il sur le territoire ? Les villes sont-elles ainsi à l'origine de nouvelles configurations politiques ?

137. Derrière les institutions et administrations qui interviennent dans les transformations urbaines, peut-on distinguer, et comment, des groupes sociaux particuliers ou des intérêts économiques ?

14Les participants à cette journée d'études ont été particulièrement engagés à exercer leur réflexion sur le point n°4 (celui des conflits de compétences) de ce questionnaire qui leur avait été préalablement fourni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Girard et Brigitte Marin, « La journée d'études du 8 avril 1998 », Rives nord-méditerranéennes, 2 | 1999, 39-41.

Référence électronique

Nicole Girard et Brigitte Marin, « La journée d'études du 8 avril 1998 », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/147 ; DOI : 10.4000/rives.147

Haut de page

Auteurs

Nicole Girard

Articles du même auteur

Brigitte Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org